Répondre au sujet Partagez|


Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar

› Âge : 23 ans
› Appart : Tu habites au #1514 (F3) avec ton isolement.
› Occupation : Vulgaire assistant d'une gueule criante qu'on appelle photographe. Quelle joie. Tu fais aussi des combats illégaux pour maintenir ta violente hystérie. Ouais, chacun son truc.
› Messages : 73
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Mer 15 Fév - 1:03


Eliel Wade
And I want to learn to fly bring the pain right back again. Is this all there is of me



(NOM) Wade. Un nom de famille démuni d’originalité et qui ne représente pas ton extravagance. Un héritage composé de lettres, d’intonation et taché d’une histoire lugubre ayant marqué les esprits. Quant à toi, cette chronologie du passé t’avait renforcé. Elle t’avait poussé à vouloir donner une nouvelle teinte à ce nom longuement lié à un sinistre événement duquel, un sang innocent avait coulé. (PRÉNOM) Eliel, synonyme de céleste, d’un ange éblouissant les prunelles ternes de ta génitrice. La lumière surgit après de longues années d’attente interminable. Séraphique, tu l’étais à ta naissance mais infernal est sûrement l’adjectif qui te correspond le plus. (ÂGE) 23 années de liberté éphémère, d’un doux fantasme rédempteur, d’une envie d’écorcher les règles et d’en pondre de nouvelles. Une succession d’années, des mois, des jours, des minutes bercés dans un rêve d’enfant toujours présent, toujours palpitant.  (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) La canicule avait imposé ses caprices en ce jour du 9 juin 1993 à Sumter, une aire métropolitaine de la Caroline du Sud là où tes cris avaient été mêlés aux rires de ta mère et aux pleurs de ton père. Là où la magie de la vie avait répandu ses particules de joie sur eux, ta famille, tes alliés. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Musique. Ta libération. Ses tonalités t’apaise et te ranime à la fois. Ton Odin aux touches noires et blanches, aux sons ensorceleurs. Elle t'a ramené vers le monde de ses chimères oubliées par le commun des mortels. Elle t'a englobé dans ses tripes mélodieuses, dans son tumulte saccadé, sa fluidité ravageuse. Elle est ton amante secrète, celle qui accompagne tes doigts graciles alors qu'ils se pavanent sur le tapis délicat de ton instrument de paix. Ton piano est ta perfection, ton échappatoire, ton monde tout simplement. Et quand tu ouvres les yeux et que les sonorités cessent, tu te rappelles ce que tu es dans la bassesse de cette existence ; un simple assistant photographe héritant toutes les tâches désobligeantes et inimaginables. Pour arrondir les fins des mois tu t'adonnes aussi à des combats illégaux. (NATIONALITÉ) Américaine. Cette nation aimante de la diversité, celle qui a infus le droit au rêve. Foutaise. (ORIGINES) Le sang vénézuélien coule dans tes veines, un cadeau de ta mère si fière de ses contrées. Ta peau dorée, la lueur brûlante de tes prunelles insolentes, la frénésie te transportant aux sons de la musique. Oui, tu as hérité les traits physiques et moraux de ton deuxième pays.  (STATUT CIVIL) Tu es indépendant. Aucune chaîne ne te lie à aucune autre forme humaine. Tu savoures tes nuits alcoolisées, ton rire cristallin et même si tu es dans ce qu’on appelle une relation libre, tu te focalises sur la deuxième partie de cette appellation. (ORIENTATION SEXUELLE) Tu ne cherches pas à te mettre dans une catégorie déterminée et dévalorisant l’être que tu es. C’est l’âme qui te séduit, au delà d’une quelconque beauté corporelle, c’est l’esprit de l’autre qui t’appelle, qui t’attise, qui te brûle. Tu es sûrement bisexuel oui mais jamais tu le diras à voix haute, refusant justement les étiquettes. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) 2012. La date de ton indépendance, le moment où tes ailes t’ont ramené dans cet endroit crasseux mais dans lequel tu as vu un début d’une aventure, d’un voyage sans fin.  (GROUPE) Nous sommes de ceux qui rêvent.  

« Don't look too far »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Le hasard n’existe pas. Le destin n’est qu’une notion inventée pour apaiser, pour imposer la patience et un quelconque changement qui n’arrivera probablement jamais. Toi, tu n’as pas attendu. Quand les seules personnes chères à ton coeur avaient trouvé deux chemins différents loin de toi, ton être tout entier avait crié à l’envie de t’éloigner de tous tes souvenirs. Tes lèvres avaient murmuré ce désir à celle que tu considères comme ta meilleure amie. C’est elle qui t’a ouvert les portes vers cet endroit, c’est elle qui t’avait aidé à porter tes maigres possessions jusqu’à cet espace qu’à présent, tu nommes ton petit chez toi.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Le sol est crasseux, les murs sont jaunies de différentes couches d’humidité, l’odeur régnante est désagréable pour tes narines. Tes voisins, une calamité incarnée. Entre le dealer indiscret, le transexuel et ses regards désobligeants, la mère célibataire et ses enfants au nombre incalculable, tu as trouvé ta place. Oui, dans cet amas de turpitude, entre les fissures témoignant le passage indélicat de Chronos, tu as trouvé ton petit chez toi entre le calme et les disputes, entre les cris et les rires, entre la vie et la Faucheuse.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Tu es celui qui observe et qui ne juge pas. Celui qu’on qualifie comme le voisin tranquille, sans histoire, le réservé par excellence. Tu n’es pas celui qui souhaite la bienvenue aux nouveaux, sûrement pas celui aux discussions interminables. Tu es l’homme-enfant aux rêves incommensurables, au regard brillant d’une malice envoûteuse. Celui qui perturbe par sa nonchalance, celui qui dérange par ses micro sourires figés, celui à la voix murmurante. C’est l’image que tu renvoies, le tableau que tu n’as même pas façonné, tes voisins l’ont fait à ta place. Et pour l’homme secret que tu es, cette situation te va à merveille.

PSEUDO/PRENOM : Eya (Magma.) ÂGE : Une lady ne dévoile jamais son âge  HEHE  PAYS : Dans un quelconque placard  HAN  FRÉQUENCE DE CONNEXION : Le plus possible, je dirai 5/7 COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Grâce à chat Justine (Aimee) et bébé Alex (Samael) et visiblement ma femme se trouve aussi sur le forum  Laughing REMISE EN JEU Non ♥ (TYPE DE PERSO) Inventé en collaboration avec mes deux tortionnaires citées ci-dessus  Sad  (CRÉDITS) Gif par moi COMMENTAIRE OU SUGGESTION : Nan tout baigne pour l'instant. AVATAR : Toni Mahfud ♥

© Nous sommes de ceux



Dernière édition par Eliel Wade le Dim 19 Fév - 0:43, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9992-eliel-o-with-you-i-star


avatar

› Âge : 23 ans
› Appart : Tu habites au #1514 (F3) avec ton isolement.
› Occupation : Vulgaire assistant d'une gueule criante qu'on appelle photographe. Quelle joie. Tu fais aussi des combats illégaux pour maintenir ta violente hystérie. Ouais, chacun son truc.
› Messages : 73
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Mer 15 Fév - 1:03


Raconte moi une histoire...
Closed inside and shut in your mind, you, the king of the false foundation.



Whispers to me with a hint of murder
Sumter, SC 1993 - 2004

Silence, my child and bear your gifts of love. Feed me, feed me, your drops of angel's blood.

Figé. Chronos arrête son écoulement habituel alors que le brouillard inonde ta vue. Une fine goutte de couleur alarmante touche tes charnues au moment où ta serpentine la happe, savoure ce dernier moment d’une faiblesse qui t’avait longuement collé à la peau. Un cri silencieux sort de tes tripes, tes petits poings se serrent au point de sentir une pointe de douleur dans tes baumes trop blanches. Ces petites alarmes physiques sont infimes face à la rage contenant ton palpitant. Il éclate dans l'amertume, explose dans une agonie contenue, déborde d’adrénaline, la même qui fait lever ton poing dans les airs avant de s’écraser dans ce visage rieur. Ces traits tant accoutumés parés de dégoût que ton nom de famille occasionne. Ce même visage qui se défigure dans la douleur, dans la surprise que ton geste apporte. Tu n’es plus silencieux, ton corps hurle, frissonne de cette nouvelle posture assurée que tu arbores. Ta tête se lève, fière malgré tous ces noms dévalorisants qu’on t’avait répété, sans cesse, encore et encore. Tu n’es pas lui, cet oncle mangeur d’enfants, violeur de chair innocente, l’immoral, le criminel. Tout comme le reste de ta famille, vous étiez choqués à l’entente de la réalité, la vérité éclatante ; le tueur des candides habitait sous votre toit. Il se nourrissait de vos plats, il souriait à ta maladresse sur ton nouvel instrument de musique. Il était ton oncle avant de devenir un inconnu, un être vous plongeant dans la disgrâce, dans la honte. Cette histoire de tueurs d’enfants avait faire le tour de toute ta ville, vous mettant sous les feux des projecteurs, vous posant comme une famille condamnée à porter un nom souillé, sali. T’étais qu’un enfant à cette époque. Un enfant évoluant entre deux parents aimants et une petite soeur encore plus épouvantée que toi. Un enfant apercevant l’injustice lorsque les murs de votre maison hébergent des mots violents, des insultes que vous ne méritez pas. L’espace d’une seule journée, au bout de vingt quatres heures, votre vie tout entière avait changé. Vous n’êtes plus les voisins accueillants et aimables, vous êtes devenus la nouvelle cible de la haine. C’était plus facile de vous lancer des regards méfiants, de vous pointer du doigt en vous liant à une histoire dans laquelle vous n’étiez que des spectateurs. Tu ne pouvais plus aller à ton cours de piano, tu ne pouvais plus sortir dans la rue sans avoir la peur d’être insulté, frappé, écorché d’avoir eu le malheur d’être le neveu du vrai meurtrier. Les crises avaient dès lors éclaté dans ta maison familiale. Deux parents, deux modèles se déchirent, s’embrouillent et se consolent. Deux enfants l’une pleure et l’autre serre les mâchoires. Victimes, oui, vous aussi vous êtes les victimes numéro douze et au lieu de laisser les commérages vous empoisonner la vie, la décision était prise ; Sumter ne sera plus votre lieu de vie. La petite aire chaleureuse, là où tes cris avaient retentis la première fois, là où tu as eu ta première égratignure, là où tu as fait tes premiers pas ne sera qu’un doux souvenir taché, humilié. Et dans toute ce récit de peine, tu as pu retrouver la force. Tu n’es plus l’enfant calme au visage apaisé. Tu es devenu l’impulsif aux coups rapides, vifs, imposants. L’enfant au regard rebelle et protecteur. L’enfant qui a tout simplement évolué.

Sorrow ever awaits on joy
Harlem, NY 2004 - 2012

Walk my dismal path, pursue my much walked ways. Two hells i've found, two deaths I'll die. Mere fools choose to stay

L’histoire l’a gâté, l’homme l’a annihilé. Harlem ou la ville du jazz, des différentes cultures, des multiples races, aux maisons en briques rouges, aux clubs émanant une fièvre ensorceleuse, d’où s’échappe l’odeur particulière de l’alcool, de la débauche. C’est ce qu’elle était, une ville aux facettes culturelles diversifiées avant d’être envahie par la drogue, la prostitution, la Géhenne tout simplement. L’artiste en toi avait adoré dessiné sur ses murs, s’était acharné dans ses clubs, s’était donné à la trance que le simple touché d’un piano procure en lui. Mais l’adolescent en quête d’une meilleure vie avait rapidement désenchanté. Cette ville est aussi synonyme d’une existence délicate, d’un appartement miteux hébergeant quatre personnes déphasées et pauvres. Déjà que vous n’étiez pas riches à Sumter mais le travail de ton père arrivait à couvrir toutes vos dépenses. Maintenant, ces années de tranquillité s’étaient évaporées. Vous vous retrouvez dans un endroit où les manifestations s’amplifient où les coups de feu ne sont pas une extravagance, où ton père avait du mal à trouver un petit poste pour nourrir vos ventre affamés. T’étais concerné oui. Toi, tu voyais la peine se dessiner sur le visage dépaysé de ta mère, la honte sur les traits épuisés par Chronos de ton père, l'espérance d’une meilleure vie dans les prunelles de ta soeur. Tu t’es senti dans l’obligation d’assumer des responsabilités, de chercher un moyen pour revoir au moins une seule fois le sourire éblouir leurs lèvres. Tu n’étais encore qu’un gamin d’une quinzaines d’années et pourtant tu voulais déjà aider. Par n’importe quel moyen n’importe quelle façon. Tu devais le faire. Habile de tes mains, la solution s’était imposée dans ton esprit en ébullition. Il suffit de te trimbaler dans la ville, de te fondre dans la masse, de bousculer un homme à cravate ou une femme tenant un téléphone avant de t’excuser caché derrière ta casquette. Éloigné de la foule, tu peux compter ce que tes doigts avaient dérobé dans la discrétion la  plus totale. C’est devenu ta nouvelle vie rythmée de vol incessants, d’une successions de coups de poings imposants le respect, d’une solitude qu’elle seule est arrivée à écraser. Elle c’est Aimee, la petite fille aux yeux perçants, celle qui t’avait vu voler mais ne t’a pas dénoncé. Elle que ton regard avait percuté, avait observé, avait cherché les jours suivants dans chaque coin de rue et lorsque sa silhouette s’était dessinée une nouvelle fois dans ton champ de vision, ton corps s’était lancé vers elle. Ton poing s’était alors tendue vers elle, l’ouvrant petit à petit jusqu’à ce qu’elle arrive à voir un petit morceau de chocolat enveloppé dans une serviette usée. Aimee l’avait pris, Aimee t’avait souri, Aimee n’avait plus quitté ta vie depuis ce jour-là. Elle était là quand t’avait arrêté tes études. Elle t’avait serré la main quand ton père avait été assassiné par des cambrioleurs dans son lieu de travail. Son regard t’avait donné la force nécessaire pour affronter le départ de ta mère à son pays natal alors que ta soeur l’avait suivi. Oui, à chaque étape de ta nouvelle vie Aimee était là, comme un putain de pilier, un allié de force et de fragilité, de sourire et d’apaisement. Ton baume, cette fille elle est ta caverne tranquillisante, ton havre de paix, ton tout.

the glare of a sinking flame binds me to ...
Bronx, NY 2012 - 2017

You knew shame like no other
You tasted death like no other.
You shed tears like no other man.

“Tu sais ? L’appartement du dessus vient de se libérer et ... vu que tu cherches un loyer moins cher …voilà ”
Elle ne finit pas sa phrase que tu te mets directement à sourire. Ton poing se glisse sur tes lèvres rosées et ton regard amusé aux éclats rieurs se posent sur ta meilleure amie, non … plus. Ce qui te lie à Aimee est bien plus qu’une vulgaire appellation déconsidérant l’essence de votre lien. Vous êtes comme les doigts de la main, inséparables, soudés, complémentaires. Ses douces charnues n’ont pas le temps de murmurer ce que son esprit crie, ton regard parle pour vous deux. Le plus naturellement possible vos chairs s’étaient liées à plusieurs reprises comme marquant définitivement votre connexion impérissable. Tu n’es pas amoureux d’elle, c’est une notion qui n’a jamais eu sa place dans ta vie. Mais tu connais déjà ton incapacité à vivre sans elle dans ton petit train-train quotidien. Elle est ta dose de courage et tu es le sourire réparateur. Deux âmes écorchées s’étant retrouvées après une longue séparation. C’est de cette façon que tu considères votre union spéciale et c’est pour toutes ces raisons que ta réponse était rapide, naturelle, positive. Tu iras vivre dans le Parking au Bronx. Tu seras à proximité de ta Aimee, ta muse, la seule qui a entendu les sonorités de ton piano et elle sera probablement la dernière.

04 février 2017.
Épuisé et épuisable. Irritant et irritable. Oui, t’étais un réel calvaire aujourd’hui. Une cause à effet qui a eu comme résultat une explosion de tempérament sur le lieu de ton travail. Habituellement tu acceptes les ordres indélicates de ton “patron” sans broncher parce que tu sais pouvoir décompresser ailleurs. Sur un ring. Tu as pris cette sale habitude de t’adonner à des combats illégaux principalement pour arrondir les fins de tes mois mais cette fois, t’en avais besoin pour d’autres raisons moins matériels et plus spirituelles. Les cris tambourinant ton conduit auditif, la foule acharnée, la sueur mêlée au sang. Un tableau que tu côtoies depuis bientôt deux ans et duquel tu ne veux pas t’en séparer. C’est ta ration de défoulement, le seul endroit capable à accepter l’hystérie de tes muscles et la férocité de ta rage. Tu sais aussi qu’aussi délibératif soit-il, le ring n’arrivera pas à apaiser convenablement ta colère. Tu arrives à trouver une once de détachement dans ce verre que tu bois cul sec et que tu déposes sur le comptoir. Tes yeux d’impertinence se lèvent sur lui, un pion déposé sur ton chemin seulement pour te servir et ton geste de la main le montre si bien. Tu l’entends, elle. La femme avec qui tu couches, celle qui t’avait invité ce soir prétextant vouloir aller s’amuser en ta compagnie. Tu n’avais pas besoin de dire que cette sortie n’avait aucun lien avec une quelconque romance. Si tu as accepté, si tu es là accroché au bar c’est seulement pour satisfaire ton besoin d’amusement. Voilà ce qui explique le peu d’attention que tu lui accordes, tes yeux tantôt plongés dans ton nouveau verre aux couleurs étranges tantôt circulant dans la salle sans réel conviction. “ Ca te va bien le blanc tu sais ? Tu devrais teinter tous tes jeans en blanc” Une nouvelle approche d’Emily à laquelle tu n’en donnes pas suite. Tu ne fais rien même pas ton légendaire haussement d’épaules désintéressé. Rien, le néant engloutit tes gestes comme maîtrisant difficilement ta violence indomptable. Elle ne te décroche un brin de réaction que lorsqu’elle allume sa cigarette. Tu tiques de la langue alors que ta main gracile passe lentement dans tes cheveux, dans cette mèche te barrant la moitié du visage et te rendant à la fois provocateur et diabolique. “Eteins ça. J’aime pas son odeur.” Tu l’entends soupirer et tu devines qu’elle exécute ton ordre au moment où tu bois une gorgée de ton verre avant de grimacer essuyant rageusement tes lèvres salivées. “Putain c’est quoi ce truc ” Un regard transperçant s’abat sur le coupable. Tu le lacères, ta mâchoire lui promet une multitude de souffrance mais le son violant tes oreilles t’infecte bien plus qu’un gout profondément amer. “Et la musique est à chier, je m’en vais” Un pas en avant, une main engouffrée dans ta veste en cuir l'autre touchant imperceptiblement ta chaine autour du coup avant de retomber sur le tissu noir de ton haut. Tu marches. Un pas, deux et tu t’arrêtes. Tu attends d’apercevoir la silhouette élancée d’Emily à tes côtés mais … rien. Indolemment presque en slow motion, tu te retournes vers elle. Ses yeux. Ses prunelles si éprises de ton être sont focalisés ailleurs que sur toi. “Emily ?” Ton murmure ne l’atteint même pas. Son mouvement de lèvres, sa façon de jouer impudiquement de sa paille, de sourire. Tu tiques, tu claques une nouvelle fois ta langue dans son palais alors que tes propres iris se tournent sur le côté pour voir la personne ayant captivée tout son intérêt. Un homme. Un chef d’oeuvre dessiné sur une peau que tu pressentis sa douceur, sa rudesse aussi. Ton aine se creuse, le vide s’installe dans ta boîte crânienne où un seul mot circule inlassablement ; irrespect. Emily n’est rien pour toi, vous êtes libres de coucher avec la personne de votre choix. Mais là, ce soir, là, tout de suite vous êtes ensemble. Aucun de vous ne doit faire preuve d’impolitesse et si elle a failli à votre ultime promesse c’est à cause de lui. Cet homme que tu ne connais ni d’Eve ni d’Adam et qui pourtant tu as l’impression de l’avoir déjà vu, déjà contemplé, déjà embrasé. Ces sentiments de contradictions font que ta rage minutieusement contrôlée éclate au moment même où ton pied s’avance suivi de l’autre et que tes yeux assassins et profondément translucides se posent sur lui. Les siens. Les siens se plantent dans ton âme, endommagent ta rationalité restante. Ce regard de viol, de fauve, d’impureté qui n’arrête même pas ton objectif premier ; lui faire regretter le jour où il est venu au monde.


© Nous sommes de ceux


So fuck you anyway
→ you are scum and I hope that you know that the cracks in your smile are beginning to show. All I want is to see you in terrible pain though we won't ever meet I remember your name.


Dernière édition par Eliel Wade le Dim 19 Fév - 0:23, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9992-eliel-o-with-you-i-star


avatar

› Âge : 23 ans
› Appart : 1203, douzieme étage
› Occupation : étudiante en sciences anthropologiques, barmaid au lumignon blanc
› DC : Aliah & Drill
› Messages : 1285
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Mer 15 Fév - 1:14

T'es aussi beau que ton pote (et plus si affinité ? SIFFLE ) Samael, dis donc :hihi: (Ouais, j'ai capté qu'il se passait quelque chose entre vous MIAOU)
Bref, bienvenue parmi nous :l:
Et bon courage pour ta fiche CUTE


Des fois, tu te sens sirène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5347-lizz-nager-dans-l-ombre


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Mer 15 Fév - 12:39

Bienvenue :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 28 ans (28 aout)
› Appart : #1406 (F3)
› Occupation : t'es cuistot dans un petit restaurant posé, t'es gouteur de nouvelles recettes potentiellement et tu fais des vidéos sur youtube en tenant un blog de voyages et lifestyle, t'es un globe-trotter dans l'âme
› DC : williamson, barajas et villemont
› Messages : 673
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Mer 15 Fév - 13:10

aaaaaah le beau Mahfud HOT
bienvenue parmi nous, cette fiche est trop vide pour ne pas assouvir ma curiosité ho




Je voulais pas vraiment grandir moi, je voulais juste atteindre le placard où était planqué les bonbons.
Courir le monde de toutes les façons possibles, ce n'est pas seulement la découverte des autres, mais c'est d'abord l'exploration de soi-même, l'excitation de se voir agir et réagir. C'est le signe que l'homme moderne a pris conscience du gâchis qu'il y aurait à rendre passive une vie déjà bien courte. (Xavier Maniguet) ©endlesslove.


Tony quand il voit Romy débarquer au mariage de Marsh et Vivi:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5974-tony-le-principe-c-est-


avatar

› Âge : 24 ans (23 avril).
› Appart : #1307 / 13ème étage.
› Occupation : Etudiante en littérature et tapin la nuit.
› Messages : 255
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Mer 15 Fév - 13:18

Toi HOT HOT HOT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9848-aimee-au-diable-toi-et-


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Mer 15 Fév - 16:53

Bienvenuuuue :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Mer 15 Fév - 17:04

le pseudo + l'avatar
combo parfait :l:
bienvenue sur le forum HAN
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt-quatre ans.
› Appart : au #900 avec Zoila, seule depuis que son coloc s'en est allé.
› Occupation : sans emploi fixe. Actuellement serveuse dans un diner miteux du Bronx.
› Messages : 392
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Jeu 16 Fév - 1:35

y'a mon nom dans ton pseudo. je t'aime bien toi. t'as du goût ME GUSTA
bienvenue chez nous coeur



I CAN LIVE UNDERWATER

And I should have warned you what was in store. But I was so so sure I wasn't haunted anymore. Not forevermore. Stuck somewhere between a friend and foe, round and round we go.© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7801-julia-the-past-and-the-


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Sam 18 Fév - 1:54

Bienvenue ici CANDICHOU
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 45 ans
› Appart : 1210
› Occupation : Médecin légiste dans le commissariat du coin
› DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie
› Messages : 2309
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Sam 18 Fév - 21:47

J'aime ce que je lis ME GUSTA !
Bienvenue parmi nous :l:



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Dim 19 Fév - 0:15

Ce choix de bouille BAVE

Bienvenue parmi nous !
Je suis amoureuse de ton codage de l'histoire LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 23 ans
› Appart : Tu habites au #1514 (F3) avec ton isolement.
› Occupation : Vulgaire assistant d'une gueule criante qu'on appelle photographe. Quelle joie. Tu fais aussi des combats illégaux pour maintenir ta violente hystérie. Ouais, chacun son truc.
› Messages : 73
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Dim 19 Fév - 0:39

@Lizz Moen a écrit:
T'es aussi beau que ton pote (et plus si affinité ? SIFFLE ) Samael, dis donc :hihi: (Ouais, j'ai capté qu'il se passait quelque chose entre vous MIAOU)
Bref, bienvenue parmi nous :l:
Et bon courage pour ta fiche CUTE

Observatrice dis donc  chou t'es chou merci beaucoup ♥

Vito Bartolotti a écrit:
Bienvenue :l:

@Tony Malverti a écrit:
aaaaaah le beau Mahfud HOT
bienvenue parmi nous, cette fiche est trop vide pour ne pas assouvir ma curiosité ho

Oui le parfait petit Mahfud  BAVE2 Et la fiche n'est plus vide justement pour assouvir ta curiosité  :YEAH:

@Aimee Cobb-Stokes a écrit:
Toi HOT HOT HOT

Toi MA beauté  HOT  HOT  HOT

Curtis Byers a écrit:
Bienvenuuuue :l:

Aswell Lawford a écrit:
le pseudo + l'avatar
combo parfait :l:
bienvenue sur le forum HAN

Aww merci merci  AS

@Júlia Asensio a écrit:
y'a mon nom dans ton pseudo. je t'aime bien toi. t'as du goût ME GUSTA
bienvenue chez nous coeur

Je lis dans ta tête dis donc  :YEAH: Merci ♥

Elyabelle Bokaniov a écrit:
Bienvenue ici CANDICHOU

Merci  AS

@Makayla Jefferson a écrit:
J'aime ce que je lis ME GUSTA !
Bienvenue parmi nous :l:

Contente  :YEAH: merci ♥

@Pippa Lowe a écrit:
Ce choix de bouille BAVE

Bienvenue parmi nous !
Je suis amoureuse de ton codage de l'histoire LOVE

Mahfud, cette putain de perfection RIP Merci pour le compliment sur mon codage et mon histoire ♥


So fuck you anyway
→ you are scum and I hope that you know that the cracks in your smile are beginning to show. All I want is to see you in terrible pain though we won't ever meet I remember your name.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9992-eliel-o-with-you-i-star


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace Dim 19 Fév - 0:52


Validé !
Félicitations, tu rejoins le Parking !

Félicitations ! La Concierge a bien étudié ton dossier et a décidé de t'attribuer un appartement au sein de son précieux immeuble ! Il a beau commencer à décrépir, elle l'aime son Parking alors si tu veux un conseil: ne tue jamais personne sur la moquette des couloirs parce que sinon, c'est toi qui va y passer ! En attendant de t'installer, pense à bien remplir ton profil et t'inscrire sur les listings:

Listing des Appartements Obtenir un rang
Listing des Métiers Créer sa fiche de perso
Listing des Casiers (Judiciaires) Communiquer avec les autres
Listing des Multi-ComptesGérer son compte



© Nous sommes de ceux
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace

Revenir en haut Aller en bas

Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Eliel • With you I start to feel a sort of temporary peace
» what about today and how do you feel now???
» Linecoaching, Zermati & la start-up
» quel "feel good" livre à me conseiller
» [Divertissement] Lyrics de vos chansons coup de <3.

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: De ceux qui ont succombé :: Les Locataires du Parking :: Les Dossiers Approuvés-
Répondre au sujet
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)