Partagez|


Recherches Autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar

› Âge : On ne demande pas son âge à une dame !
› Appart : Local de la Concierge, rez-de-chaussée.
› Occupation : Concierge au Parking.
› Messages : 1921
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Recherches Autres Dim 12 Fév - 22:13


Recherches Autres
Les liens recherchés par nos membres

A la suite de ce topic, postez vos recherches d'ordre diverses. Pour rappel:

▸ Postez à la suite de ce topic le code des pré-liens
▸ Pensez à éditer vos recherches pour les actualiser
▸ Les questions se font par MP
▸ Vous pouvez poster plusieurs recherches mais regroupez au mieux !
▸ Signalez-nous les recherches terminées pour qu'on les supprime !


© Nous sommes de ceux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com


avatar

› Âge : Trente-quatre années au compteur, bien trop passées à être une autre, pour finalement n'être plus personne.
› Appart : #1105/11ème étage - seule entre des murs froids qu'elle tente vainement de colorer d'une personnalité qui ne cesse de lui échapper.
› Occupation : Palefrenière la journée, les bottes dans la paille et le crottin, à en avoir des cloques aux mains de manier le balai et la fourche, mais le bonheur indiscutable d'oeuvrer au bien-être des chevaux pour quelques heures de monte comme rémunération qui persiste dans son coeur. Fille de joie, catin des beaux quartiers New-Yorkais une fois que la nuit a enveloppé la ville -et son âme.
› DC : L'agent du FBI sous couverture (Lyam O'Neill), le guitariste Islandais au coeur arraché (Àsgeir Aylen) & l'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain).
› Messages : 91
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Recherches Autres Mar 14 Fév - 14:44


F/M – Les clients un peu particuliers (2)
When the sun goes down…



Mon personnage


Aaliya, c’est l’exotisme d’un pays où elle n’a jamais posé les pieds, c’est une promesse de volupté et d’abnégation monnayée. Une parure de mensonges pour se protéger de ceux qui l’ont autrefois utilisée, exploitée, pour le bien du pays, qu’ils disaient, pour sauver des vies humaines, qu’ils lui murmuraient en faisant miroiter l’insigne des services du renseignement. Plusieurs identités au sein desquelles elle a fini par se perdre, par s’oublier. Aaliya, ce n’est pas même son vrai prénom –il n’y a pas grand-chose de vrai sur ses faux papiers de toute façon. Aaliya, c’est un fuyarde. Elle fuit ceux pour lesquels elle a travaillé en tant qu’atout infiltré, elle fuit ceux qu’elle a trahi en abandonnant l’identité qu’elle a revêtu pendant de trop longues années. Elle se fuit –celle qu’elle a un jour été, avant que sa mère ne tombe malade, avant qu’elle ne commence à se prostituer, avant qu’elle ne soit repérée par un agent de la CIA, celle qu’elle finira par devenir, celle que ces dernières années écoulées ont fait d’elle. Aaliya, elle se réfugie dans cette vie bâtie sur des mensonges qui la protègent et la meurtrissent, en essayant vainement de se retrouver, d’essayer de se reconstruire. Aaliya, elle s’efface derrière Lola quand vient la nuit –Lola qui se vend pour quelques malheureux billets qui lui permettent de subsister, d’envisager petit à petit un avenir bancal et trop flou, Lola qui s’offre sur les trottoirs des plus jolis quartiers, Lola qui dans un sourire, une étreinte, se donne et s’abandonne à ceux qui veulent d’elle pour quelques heures, peut-être une nuit, pour peu que la verdure froissée caresse ses paumes souillées.


Azazel - You really think you’re in control


•  Celui qui la rappelle à ses vieux démons –le tentateur, doucereux ou menaçant. •  Azazel, c’est un criminel. L’âme nécrosée par le sang qu’il a fait couler, qu’il aime voir éclater contre ses phalanges usées. Azazel, c’est un puits de noirceur qui semble sans fond, abysses interminables d’obscurité. Mais surtout, Azazel est un manipulateur. Il joue des vies comme un chef d’orchestre dirigeant d’une main de fer les virtuoses qui lui appartiennent. Peut-être appartient-il à une organisation du crime organisé. Peut-être est-il un loup solitaire qui agit pour son propre bien –ou pour celui de sa meute. Peut-être qu’il tue des gens pour vivre, peut-être qu’il vend de la drogue ou des armes pour frôler la verdure adorée. Peut-être est-il plutôt friand de cette denrée rare et si précieuse lorsque l’on évolue dans les tréfonds sales où la déchéance humaine fait loi –l’information qu’il cherche et vend. Il respire le danger qui attire et répugne tout à la fois. Il respire la mort qu’il orchestre ou assène. Il respire cette fausse impression de sécurité qui fait chavirer ou trembler d’horreur.
Et il y a la catin au teint hâlé qui bat le trottoir, qui écarte les cuisses et écoute les âmes esseulées ou faibles qui se répandent en gémissements contre sa peau –celles qui oublient parfois qu’elle gît à côté de leurs corps à moitié vêtus alors qu’ils parlent business au téléphone, celles qui occultent sa présence à leur bras en s’entretenant avec des associés, des criminels, des corrompus. La fille de joie qu’il est allé trouver pour le plaisir de la perdition au creux de ses reins, celle qui a si bien su répondre à ses désirs, embraser ses envies latentes, l’amener avec une subtilité exquise jusqu’au bord du précipice. Un peu trop maligne derrière le voile sombre de son regard, un peu trop douée quand il s’agissait de jouer comme un virtuose sur les cordes de son plaisir. Comme si elle l’avait saisi d’un regard, comme si elle l’avait compris après des premières paroles échangées, l’esquisse des premiers gestes et rapprochements esquissés. Ses courbes embrumaient les esprits, aucune doute là-dessus. Mais le jeu était bien plus vicieux, bien plus complexe aussi -parce qu’elle savait plaire. Et elle savait écouter.
Alors il la veut –il la veut pour les talents qu’elle déploie avec ce naturel effrayant, il la veut pour qu’elle travaille pour lui, en quelques sortes, pour qu’il puisse user d’elle afin de parvenir à ses fins. Il la veut au creux des bras de ses ennemis, à genoux devant ceux qu’il aime faire chanter, se donnant aux inconnus qu’il veut connaître pour pouvoir s’en protéger ou s’en faire des alliés. Et il le sait –elle finira par céder à ses demandes. Peut-être que les billets verts finiront par achever sa détermination vacillante à ne pas souiller un peu plus son âme pour lui. Peut-être que ses mots doucereux, ceux qu’il caresse à l’orée de sa peau alors qu’il la fait sienne, finiront par la convaincre qu’il s’agit là de la meilleure solution pour elle –elle n’aurait qu’à écarter les cuisses, tendre l’oreille, user de ses charmes pour motiver les confidences sur l’oreiller, rien de plus que ce qu’elle ne faisait pas déjà au fond (s’il savait seulement qu’elle y avait consacré des années entières de sa vie), contre sa protection, contre un peu plus de verdure froissée entre ses doigts désespérés. Peut-être que ses menaces finiront par la décider à rendre les armes.
Mais il finira par avoir le dernier mot.


Belial – Light up the stars in your eyes .


Celui qui s’attache –le cœur trop fragile face aux mensonges dont le nourrissent les iris chocolat noir. •  Belial, il se demande parfois pourquoi il vient s’enivrer du parfum des êtres qu’il paie pour un peu de chaleur, un peu de douceur, pour des étreintes langoureuses et passionnées. Peut-être parce qu’il se sent un peu seul, peut-être parce qu’il aime préfère cette manière de s’aimer sans contraintes, sans conséquences, sans lendemain autre que le soir où il s’aventurera à rejoindre encore une fois cette même silhouette sur les trottoirs usés. Peut-être parce qu’il ne sait pas faire autrement, peut-être parce qu’il s’en satisfait à sa manière. Peut-être parce qu’il pense qu’il n’aura jamais droit à mieux. Peut-être parce que c’est sa façon à lui de se perdre, comme d’autres se réfugient dans l’alcool ou la drogue, lui s’égare dans les gémissements qu’il monnaie.
Aaliya, c’était peut-être la première. C’est peut-être celle à laquelle il revient, alors qu’il n’a goûté les autres qu’une seule fois, c’est peut-être la seule aussi, la seule qu’il voit. C’est celle qui captive son regard et altère son souffle de la plus efficace des manières. Celle qui embrase les envies au creux de ses reins, comme aucune autre. L’amante insatiable et délicieusement passionnée, tantôt douce et exquise, tantôt fougueuse et imprévisible. Celle qui l’accepte et ne le refuse jamais, celle qui rend les nuits à partager ses draps interminables –des nuits torrides qu’il regrette toujours quand il la quitte. Aaliya, c’est un peu comme cette drogue qui s’insinue à son insu dans ses veines –il n’est pas véritablement conscient d’être accroc, mais il ne peut pas s’en passer, d’ailleurs, il ne cherche même pas à le faire. Mais peu à peu, les étreintes prennent une autre saveur entre les draps trempés de sueurs, éclaboussés de leurs plaintes. Elles évoluent tout doucement vers un autre chose qui lui agrippe le cœur, qui le fait dangereusement chavirer dans sa poitrine, alors qu’il se surprend à s’attarder de plus en plus, à la contempler en espérant deviner quelle triste histoire se cache derrière ces prunelles si sombres dans l’obscurité de la nuit, à préférer ces moments de flottements qui s’immiscent parfois dans leurs étreintes –ceux où elle semble réellement se laisser aller, ceux où il peut l’enlacer avec un peu plus de tendresse que d’ardeur, ceux pendant lesquels il s’aventure à s’intéresser presque timidement à elle.
Il s’attache. Il s’attache peu à peu, et il ne parvient pas à s’en empêcher.
Il lui ouvre lentement son cœur, aveuglé par l’étreinte incandescente de ses lèvres, et pourtant conscient que la chute risque d’être fracassante lorsqu’il se heurtera finalement au sol de la réalité. Mais il se noie dans les rêves et les illusions qu’elle dessine à l’encre de feu sur sa peau, pour oublier pour quelques heures que c’est impossible, qu’elle ne sera jamais sienne.


Les petites indications en plus ♥️


Tout d’abord, merci d’être parvenu jusqu’ici. :l: J’espère que l’un de ces liens aura su te charmer. CANDICHOU
Maintenant, parlons business. NIARK

Tout d’abord, ces liens peuvent convenir à des inscrits comme à des nouveaux membres.

En dépit du fait que j’aie considéré ici que ces liens impliquaient des hommes, ils peuvent tout à fait convenir à des femmes (sachant que même si sa profession l’oblige à côtoyer des hommes et des femmes, Aaliya préfère des dernières, d’une certaine manière). Les noms sont là à titre indicatif, parce que je les aime bien et que c’était bien plus joli que de mettre X, mais ils sont complètement au choix.

Concernant les avatars, là encore, ils sont totalement libres.

Pour les histoires des personnages, elles sont également libres. J’ai juste planté quelques traits de caractère pour donner une vague idée, vous permettre de cerner un peu le type de personnage et donner une petite base sur laquelle les liens sont construits -ils constituent l'essence des personnages, que je souhaiterais conserver.Les peut-être sont là pour vous donner des pistes, éventuellement vous guider, libre à vous de choisir de les emprunter ou non.
Je précise qu'Azazel n'est pas seulement un criminel prisonnier d'un masque qui peut paraître monstrueux -il est également humain. CUTE Libre à vous de voir comment vous voulez faire ressortir cela (ou pas d'ailleurs), que ce soit dans sa manière d'être, ou même ce qu'il ressent envers Aaliya, ça peut être (ou devenir) très ambigu.

Maintenant, parlons liens. MIAOU
Ils ne sont pas négociables mais peuvent être sujets à discussion
si certaines choses vous gênent quant à l’idée que vous vous faites de votre personnage, sa manière d’être, son histoire –ils sont donc d’une certaine manière modulables, même si j’aimerais en garder l’essence, le noyau.
Par ailleurs, ce ne sont pas des liens dits « love » . Ils peuvent devenir ambigus, encore plus complexes, tendre vers une certaine forme d’attachement réciproque plus ou moins saine. Mais je ne préfère pas prévoir du tout, et découvrir en RP ce que l’alchimie entre les personnages peut donner –laissons-les nous surprendre. Ce sont des bases qu’il faut approfondir, creuser ensemble.

Les liens sont écrits du point de vue des personnages, et non d’Aaliya. Parlons-en un peu plus précisément.

Pour Azazel: Ce qu’Azazel et Aaliya partagent, c’est sale. C’est malsain. Au début, elle l’a rangé dans cette catégorie de clients très communs, qui viennent finalement la voir pour une étreinte rapide, pour prendre leur pied -ceux qui la considèrent parfois plus comme un objet qu’un être humain, ceux dont elle a le plus l’habitude finalement, et qu’elle connaît sur le bout des doigts. Il y avait les quelques cicatrices qui tailladaient l’épiderme, cette façon qu’il avait de faire corps avec l’ombre, cette sauvagerie latente qui paressait dans ses muscles -il respirait le danger qui nécrosait les rues sales, mais il n’était pas le premier. Le satisfaire, apprivoiser ses envies, embraser ses désirs latents, c’était ce qu’elle faisait -et elle le faisait bien, elle n’aurait jamais survécu jusqu’à ce jour sinon. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est qu’il s’intéresse un peu trop à ses talents, qu’il voie en elle ce que la CIA avait vu avant lui -une potentielle mine d’informations, un instrument habile à la manipulation.  Ce qu’elle n’avait pas pressenti, c’est qu’il mette son jeu à nu, qu’il la voie bien au delà des apparences, qu’il la cerne , comme elle l’avait fait avec lui, à sa manière. Depuis, il tente de la faire céder à ses demandes, ses offres de travail comme il les appelle, celles qu’il lui murmure vicieusement en prenant possession de son corps, en lui rappelant subtilement  par les gestes, les mots, qu’elle n’est que ça -un corps désirable, un corps dont il pourrait user bien plus intelligemment. Il la tente avec les billets sales qui s’accumulent quand il vient s’abreuver de son souffle pour quelques heures. Il lui offre sa protection, ou il la menace -ce sera à voir-, peut-être qu’il fait les deux à la fois, le chaud et le froid, tantôt hymne de tendresse contre sa peau, tantôt ivre d’une fièvre exigeante au creux de ses cuisses. Peut-être même qu’il sait des choses sur la vie qu’elle a enterré en changeant de nom. Il la veut, il sait qu’elle a besoin de lui, qu’au fond, ce n’est qu’une question de temps, même si le jeu a ses attraits -et ses dangers. Et elle voit la sentence venir -ça la terrifie au moins autant qu’elle est tentée de lui céder, parce qu’elle sait qu’il protégera son investissement, parce que c’est peut-être son seul moyen de survivre à ceux qui la traquent.

Pour Belial: Il est aveuglé par le jeu d’Aaliya, à voir une réciprocité là où elle n’est que feinte, à ressentir son plaisir à elle, simulé, comme s’il était sien. Ce n’est même pas de sa faute au fond -il se laisse prendre par le chant de la sirène, au risque de finir blessé, au risque de s’intéresser un peu trop à elle et de s’attacher alors qu’il ne le devrait pas, parce qu’elle ne lui offre que des mensonges et des illusions pour qu’il reparte satisfait, pour qu’il revienne, parce que c’est ce qu’elle fait. Aaliya, de son côté, ne perçoit pas cet attachement qu’il se construit peu à peu à sens unique -elle n’est pas indifférente, mais Belial est un client, et elle ne s’attache pas, jamais, à ces derniers. Elle ne le ressent tout simplement pas -et pourtant, elle ne souhaite pas blesser Belial, mais c’est finalement là que se trouve toute l’ambiguïté de ce qu’ils partagent. Mais peut-être qu’il est différent finalement -elle le découvrait certainement si elle le laissait approcher.

J’espère que ces quelques mots auront su te convaincre de craquer pour l’un de ces liens. CANDICHOU N’hésite pas à faire un tour dans la partie invité si tu as la moindre question, ou à me MPotter.  ho CANDICHOU L’un de ces liens peut peut-être intéresser un joueur déjà présent sur le forum, on pourra en parler avec plaisir. :l:

Laisse-toi donc tenter. MIAOU

©️ Nous sommes de ceux



WHO AM I ?
Do you mean where I’m from ? What I one day might become ? What I do ? What I’ve done ? What I dream ? Do you mean… What you see or what I’ve seen ? What I fear or what I dream ? Do you mean who I love ? Do you mean what I’ve lost ? Who am I ?


Dernière édition par Aaliya Abelson le Jeu 11 Mai - 21:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7519-aaliya-abelson-and-for-


avatar

› Âge : 25 ans
› Appart : #002 (rdc) avec Slavenko
› Occupation : Officiellement informaticienne, spécialisée dans la sécurité informatique. Officieusement cambrioleuse et hackeuse.
› DC : Eden & Lieven
› Messages : 4758
› Nombre de RP : 134

Message(#) Sujet: Re: Recherches Autres Mer 22 Mar - 17:16


   
SAVIOR (1/1)
   You should be safe with someone else
   

   

   
Mon personnage


Nina Kovacs. Nina est née à la Nouvelle-Orléans, abandonnée à la naissance par une mère trop jeune pour l'élever, elle se retrouve baladée indéfiniment de foyers en foyers dès l'âge où tout espoir d'adoption est perdu. Elle ne possède rien, elle vit plus souvent dans la rue que dans ces foyers où elle ne se sent pas chez elle. Son seul ami, sa seule famille, c'est Thomas, un autre gosse des rues. Alors elle fréquente les mauvaises personnes, et on lui apprend très tôt à s'en tirer autrement. Souple, agile, rapide et discrète, elle devient une parfaite petite voleuse à la tire avant que sa bande ne décide de s'attaquer à de plus gros poissons. Ils se font tous pincer lors d'un cambriolage, sauf Nina, ramassée par le chef d'une mafia, Tobias. Il la prend sous son aile et lui offre les moyens de cambrioler pour lui, des plus  gros coups que ce qu'elle faisait jusque là. Petit à petit, pourtant, le deal change. Tobias possède assez d'infos pour la faire plonger et il force Nina à se prostituer, la tenant par la violence et la peur. Elle s'enfuit en décembre 2015 et débarque au Parking. Maintenant, elle cambriole toujours et bosse comme barmaid pour couvrir ses arrières.

   
Personnage et contexte

En bref : Nina joue les strip-teaseuse et se prostitue, contre son gré, pour le compte de Tobias. X est un client régulier du club et il finit par payer pour les services de Nina. Il se prend d'affection pour elle mais ne couche jamais avec elle. Durant les quelques heures qu'ils passent dans la chambre, elle danse pour lui, ils parlent beaucoup, se touchent un peu parfois mais sans que ça aille jamais au bout. Suite aux menaces qui pèsent sur elle, il finit par l'aider à s'enfuir -elle doit au passage tuer le frère de Tobias, de garde ce soir-là- et lui paye un appartement au Parking pour qu'elle refasse sa vie, disparaisse de la circulation. Il paye son loyer pendant un an avant de s'arrêter sans explications, du jour au lendemain.

POV X : Nina, il a connu sa déchéance. Elle est arrivée, fière et provocatrice, décidée à défier le monde entier, décidée à s'enfuir. Tobias la battait pour ses rébellions, mais elle gardait la tête haute malgré les bleus. Du moins au départ. Les marques laissées par tous ces autres qui s'appropriaient sa peau ont fini par la briser, lentement. La lueur dans ses yeux s'est éteinte, diluée dans l'héroïne qu'elle s'injectait dans les veines. Il y avait toujours ces bleus sur sa peau, mais causés par les clients cette fois. Et ça le tue de le voir dépérir comme ça, sans qu'il sache pourquoi. Alors il paye, demande des heures, des nuits avec elle, sans jamais rien lui faire parce qu'il ne veut pas la briser, la salir comme tous les autres. Il lui parle, la tient dans ses bras, lui fournit sa came quand elle lui jure qu'elle va crever si elle ne la prend pas, lui demande de danser pour lui, de se déshabiller, mais ça s'arrête là. Jusqu'au jour où elle manque de faire une overdose, parce que Tobias a tué Thomas. Alors X lui promet de la tirer de là, et c'est ce qu'il fait. Il l'aide à s'échapper, lui paye le billet d'avion et l'appartement dans le Bronx. Il se dit qu'elle sera en sécurité ailleurs que dans ses bras, lui offre une nouvelle vie.

POV Nina Au départ, pour elle, c'est un client comme les autres. Elle le prend pour un fou, parce qu'il paye mais ne la baise pas, parce qu'il semble fasciné sans raison. Mais il ne la frappe pas, à l'inverse des autres, ne la blesse pas non plus. Il lui parle, lui pose des questions sur elle, et la carapace se fissure peu à peu, à mesure qu'elle se confie à lui. Il est son refuge, cette lueur dans l'obscurité. Ce n'est pas de l'amour qu'elle ressent pour lui, juste cette reconnaissance infinie parce qu'elle est persuadée qu'il l'empêche de crever. Et surtout c'est celui qui la sauve, lui permet de quitter cet enfer dans lequel elle a passé plus d'un an et demi.

Lien et précisions

Avant toute chose je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas d'un lien love. Il peut avoir été très ambigu par le passé et peut l'être encore pour X, il peut même avoir été ou être encore amoureux d'elle mais ça n'a pas été réciproque et Nina est mariée aujourd'hui. Aussi je suis fan de dramas, si vous voulez des histoires toutes roses, passez votre chemin. CUTE

Son nom, son avatar et son histoire sont libres. La seule contrainte, c'est qu'il ait vécu à la Nouvelle-Orléans au moins de 2014 à Décembre 2015, quand Nina en est partie. Pour l'âge, j'aimerais qu'il ait entre 25 et 45 ans, pas plus jeune. Je l'imaginais assez traîner dans l'illégalité mais c'est tout à fait négociable. Il faut seulement qu'il ait eu les moyens de payer le loyer de Nina pendant un an. J'ai tout un tas d'idées pour justifier son arrivée dans le Bronx mais j'aimerais mieux qu'on en parle ensemble, pour que ça colle avec ce que vous voulez faire de ce personnage. Pour s'enfuir, Nina a tué le frère de Tobias, depuis il cherche à la retrouver à tout prix. Il peut avoir fait chanter X, avoir tenté de le menacer, etc. Libre à vous de voir s'il s'est fait prendre ou non après le départ de Nina, ce qu'est devenue sa vie.
Beaucoup de choses sont négociables et ma boîte à MP est grande ouverte pour discuter de tout ça ! :l:


   

   
©️ Nous sommes de ceux

   




You hit me like a bolt from the blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7945-nina-don-t-tell-me-this


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Recherches Autres Mer 29 Mar - 17:30


the wave'motion (libre)
I was lost in the night, been moving slowish motion
I felt my blood come rising from the endless ocean
I felt a blue wave coming on



THE WAVE'MOTION RECRUTE

Si quand tu chantes une chanson, tu ne te contentes pas de dire les paroles mais de faire aussi les choeurs, les solos de guitare et la batterie.. que tu ais dix ans, vingt, trente ans ou que tu résides en gériatrie. que ta maîtrise de la musique se limite aux tapes dans les mains dans un rythme approximatif ou que tu sois un virtuose du grand-orgue. que tes goûts musicaux varient de pocketful of sunshine à slipknot en passant par du slam et la mélodie d'attente de ta banquière. si t'es du genre à rire aux blagues carambar et que ton sens de la ponctualité n'est pas trop amoché..
THE WAVE'MOTION CHERCHE SES MEMBRES
attention, une présence régulière aux répétitions du samedi (14h-17h30)
est obligatoire sous peine d'apparaître sur le tableau de la honte
à côté de la photo de felix déjà jonchée de fléchettes.


THE WAVE'MOTION KESAKO

à ses débuts, the wave'moition était un groupe de pote formé depuis les années lycées. aujourd'hui, ils se produisent principalement dans des scènes ouvertes, quelques boîtes ou dans les métros. le point commun de tous ces membres : la musique. ils ne sont pas forcément très bons, la plus part ne font partie du groupe que pour passer le temps et se détendre. d'autres au contraire prennent ça plus au sérieux.
c'est pour ça que les membres du groupe bougent beaucoup, ça vient, ça va, ça part.. la bande de lycéens a fait place à de jeunes adultes et à des nouvelles recrues, des plus jeunes comme des plus vieux. ils ont un peu de mal à se coordonner, le timing et la ponctualité c'est pas trop ça. entre le boulot, la famille, l'école, les dimanche midi chez mémé.. certains ne font qu'uniquement les répéts, d'autres écrivent les textes/mélodies, certains sont là qu'une fois sur trente... bref. aucun membre n'est indispensable, et ils sont tous plus ou moins polyvalent. le but c'est de faire de la musique, se divertire. et s'ils aimeraient pouvoir jouer plus souvent et devant un public plus large, la célébrité ce n'est pas leur but.  

FELIX MURPHY
membre originel.
felix fait parti des rares membres d'origine. il a un réel manque de ponctualité, mais son sens du contact permet au groupe d'avoir leur salle de répét et souvent des endroits où se produire, alors on lui pardonne. la musique a été une réelle thérapie pour lui au moment de son adoption. il est passé par la case solfège et maîtrise aussi bien le piano/clavier que la guitare, il fait quelques compositions et des textes également. quand on lui demande poliment, il peut se sacrifier pour pousser la chansonnette.

© Nous sommes de ceux

Revenir en haut Aller en bas


avatar

« arc-en-ciel de douleur »
› Âge : twenty-six yo – june, 21st.
› Appart : #1312 / 13th floor – une petite bulle de paradis qui abrite tous ses amours : candy cane son chat roux, freyja la louve des neiges, àsgeir son musicien au grand cœur et hope son petit ange, sa petite merveille.
› Occupation : tenante d’une confiserie artisanale dans le quartier.
› DC : les prunelles céruléennes (oreste) la chair mutilée (celso) la seal noyée (elinor) & l’étoile morte (solal).
› Messages : 307
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Recherches Autres Lun 14 Aoû - 11:16




jane austen book club (10/10)


FLORA COLERIDGE, JANE BENNETT (PRIDE AND PREJUDICE, JANE AUSTEN) • Flora, elle est comme une de ces princesses de conte de fées. Blonde (ou brune), les joues roses et les lèvres rouges, le cœur sur la main, elle est aussi douce que la caresse d’un rayon de soleil de printemps. Flora, elle a grandi dans une grande famille, petite dernière d’une fratrie entièrement féminine. Souvent délaissée, souvent oubliée dans l’ombre, elle a grandi seule la plupart du temps. Et elle a espéré qu’on la remarque, qu’on lui laisse une petite place sous les projecteurs. Mais elle n’était que la gamine. L’innocente. Jusqu’à sa rencontre avec Iron. Iron et son regard de méchant garçon. Iron et son visage de prince charmant rebelle. Elle est tombée amoureuse comme on s’endort : d’abord tout doucement, puis tout d’un coup. Et ça a fait mal. Parce que le conte de fées qu’il lui avait promis s’est transformé en cauchemar, parce que l’amour a fait place à l’angoisse. Et ses journées se sont assombries. Et ses sourires se sont fanés. Parce que Iron la maltraitait. Femme battue, Flora est longtemps restée auprès de celui qu’elle aimait si fort. Elle a espéré pendant longtemps que tout s’arrangerait. Puis il y a eu une fois de plus, la fois de trop. Et Flora est partie. Flora a fui. Elle s’est réfugiée au Parking où elle a recommencé sa vie. Sans Iron. Avec ce vide à l’intérieur de sa poitrine. Petit à petit, elle a fait face à la réalité : elle devrait continuer sans lui. Elle devrait trouver son bonheur ailleurs.
Flora a envie de vivre. Elle a envie d’aimer. Elle a envie de s’épanouir. Mais Flora a peur, Flora hésite. Flora se retient. Il faudrait pourtant qu’elle prenne son courage à deux mains et qu’elle saute dans le vide. Qu’elle s’élance dans le vide pour enfin retrouver le goût de respirer à plein poumon. Le goût d’être heureuse pour de bon.




♀ EMMA BOVARY, PRÉNOM AU CHOIXMADAME BOVARY, GUSTAVE FLAUBERT • Jeune femme mariée très jeune, peut-être un mariage de convenance pour plaire à un père en recherche de fortune ou de célébrité, elle n’a jamais aimé son époux, rêvant plutôt d’aventures et de nouveaux paysages. Elle s’est ennuyée dans sa vie de château auprès d’un mari (plus vieux ?) qui ne la satisfaisait pas. Et puis elle l’a rencontré – celui qu’elle voyait dans ses rêves. Celui qui était là pour l’emmener loin de sa monotonie et de sa mélancolie. À cheval sur sa moto, elle a voulu partir. Elle a voulu aimer. Et elle a tout perdu. Aujourd’hui, elle vit recluse au Parking et s’est renfermée dans une sombre dépression qui n’en finit pas.

♀ ALICE, PRÉNOM AU CHOIXALICE’S ADVENTURES IN WONDERLAND, LEWIS CAROLL • Elle est jeune, elle est innocente. Elle n’aime pas trop l’école mais elle rêve d’apprendre. Elle a une imagination débordante qu’elle nourrit de ses livres, de ses rêves. De ses espoirs. On la croit un peu folle, on la croit un peu fantasque mais jamais enfant n’a eu plus la tête sur les épaules qu’elle. Souvent, elle se raconte des histoires pour échapper à la monotonie de sa vie. Souvent, elle se bouche les oreilles parce qu’elle refuse d’écouter ses parents qui crient. Elle rêvait d’une autre existence, elle rêvait d’un autre monde. Elle demande à la Lune de retrouver le Soleil mais ne restent que les nuages bas sur sa tête blonde.

♀ LOLITA, PRÉNOM AU CHOIXLOLITA, VLADIMIR NABOKOV • Elle est jeune, elle est belle. Et elle le sait. Elle en profite parfois, peut-être un peu trop. Mais ce n’est pas de sa faute, elle aime qu’on lui porte une certaine attention. Elle aime que les regards soient rivés sur elle. Elle aime les messieurs plus vieux, peut-être même beaucoup plus vieux. Les jeunes de son âge ne l’intéressent pas, ils sont trop bêtes qu’elle vous dira. Et puis, ils ne pensent qu’au sexe mais ils ne savent pas y faire – pas comme les hommes, les vrais. Ceux qui ont la maturité et l’expérience de la vie. Ceux qui déclenchent en elles un véritable incendie. Alors elle charme mais ne se donne jamais ou peut-être se donnera-t-elle à un homme marié qui lui promettra monts et merveilles.

♀ CLARISSA DALLOWAY, PRÉNOM AU CHOIXMRS. DALLOWAY, VIRGINIA WOOLF • Elle a bientôt cinquante ans. Elle repense souvent à son passé, aux choix qu’elle a faits. Elle repense à ce soupirant qu’elle a éconduit, trop pauvre, pour en épouser un autre, plus riche. Mais elle n’est pas plus heureuse, elle n’a plus le sourire. Parce qu’elle a tout perdu ou parce qu’elle n’est plus personne. Parce qu’elle est seule avec sa vie – et ses chats, peut-être aussi. Elle se demande si son existence aurait été différente si elle l’avait choisi lui, plutôt que l’autre. Elle se demande s’il est encore trop tard pour vivre à nouveau. Elle est bouffée par les regrets, les remords. Son passé la hante comme un fantôme qui s’immiscent dans les cauchemars la nuit. Elle voudrait tant – mais peut-elle encore ?

♀ COSETTE, PRÉNOM AU CHOIXLES MISÉRABLES, VICTOR HUGO • Elle est sans âge, elle st sans histoire. Elle a l’air de porter le monde sur ses épaules. Elle sourit peu. Elle est plutôt silencieuse. Mais il y a cette flamme vivace dans son regard qui rappelle qu’elle sait se battre. Qu’elle osera se battre s’il le faut. Elle ne parle pas beaucoup de son histoire, de sa vie à la rue ou dans les foyers ; non, elle préfère écouter. Et puis elle a toujours cette façon de regarder la nourriture, les tasses de café chaud comme si elle n’en avait jamais vu. Comme si elle en rêvait depuis longtemps. Peut-être qu’on lui a tout pris, tout volé. Peut-être qu’elle a dû tout recommencer. Mais elle ne manque pas de courage et de volonté. Elle a la hargne d’une lionne enragée. Elle a la fureur d’une tempête avant la marée.

♀ ESMÉRALDA, PRÉNOM AU CHOIXNOTRE DAME DE PARIS, VICTOR HUGO • Sa peau de pain d’épices et ses cheveux d’ébène ensorcellent. Elle danse, elle danse. Elle danse, la gitane sans se soucier des regards qui coulent sur elle. Elle a le feu des âmes indomptables, elle a le sourire d’une enfant instable. Personne ne sait d’où elle vient ni qui elle est. Elle est comme un mirage qui, aussitôt apparu, disparaît. On la croit sorcière, on la pense angélique. Mais elle est juste elle, dans toute la splendeur de ses robes venues d’ailleurs. L’accent sur sa langue a quelque chose d’exotique, d’inconnu. Elle a de l’or dans ses yeux couleur chocolat fondu et des perles dans ses cheveux. Elle apporte toujours des pâtisseries orientales avec elle, comme en souvenir de son pays natal.

♀ MÉDÉE, PRÉNOM AU CHOIXMÉDÉE, CORNEILLE • Veuve, mariée à plusieurs reprises, elle est sans âge et pourtant le temps marque son visage. Elle a la prestance des grandes dames de ce monde, elle fait même un peu peur. Elle est intelligente, elle a vu beaucoup de choses – peut-être parce qu’elle a voyagé ou parce que ses maris venaient des quatre coins du monde. Quand elle parle, sa voix résonne d’une sagesse infinie et les plus jeunes l’écoutent sans rien dire. Les hommes se retournent encore sur son passage et elle apprécie d’être remarquée. D’être regardée. Dans les couloirs, on dit que c’est une croqueuse d’hommes, qu’elle est comme les mantes religieuses. Mais aucun de ses maris ne peut aujourd’hui en témoigner.

♀ LADY MACBETH, PRÉNOM AU CHOIXMACBETH, SHAKESPEARE • Épouse dévouée, elle est aussi celle qui manipule son mari dans l’ombre comme une marionnettiste. Elle rêve de gloire et de grandeur, elle a rêvé d’un château et d’un prince charmant. Elle est insatisfaite de sa vie ici, insatisfaite de ce que son tendre aimé lui a offert. Les promesses ont été bafouées, les vœux de mariage oubliés. Parce que son mari est trop lâche pour faire ce qu’il faut pour les sortir de là. Son mari est faible. Il n’est rien sans elle. Et elle veut tout pour eux. Pour elle-même. Un jour, elle sera sous les feux des projecteurs ; un jour, elle sera célèbre. En attendant, elle règne sur leur mariage et sur leur famille comme s’ils étaient de sang royal. Elle règne sur leur petit appartement comme si c’était Buckingham Palace.

♂ HEATHCLIFF, PRÉNOM AU CHOIXWUTHERING HEIGHTS, EMILY BRONTË • Il est beau mais il a cette beauté dangereuse et sauvage. Ses yeux sont sombres et pourtant envoûtants. Il semble toujours en colère mais sa voix est douce. Sa vision du monde est noire, pessimiste, comme s’il avait trop vécu malgré son jeune âge. Comme s’il avait trop vu. Il s’exprime souvent par monosyllabes, comme si les gens l’ennuyaient. La plupart du temps, on se détourne de lui et ça n’est pas pour lui déplaire. Mais il est intriguant. Il est attirant. Parce qu’il y a ce petit quelque chose dans son âme qui brûle jusque dans ses sourires à peine esquissés.

♂ VALMONT, PRÉNOM AU CHOIXLES LIAISONS DANGEREUSES, CHODERLOS DE LACLOS • Il a le sourire coquin et plein d’envie. Il aime les femmes et il aime la vie. Épicurien dans l’âme, il fait de chaque jour sa dernière heure sur Terre comme s’il redoutait la fin. Insouciant, libéré, libertin, il ne s’impose aucune limite. Il brûle son existence par les eux bouts, quitte à aller trop vite. Quitte à vouloir trop. Désirer trop, tout de suite. Mais il s’en fiche, il ne réfléchit pas. Il ressent, tout simplement. Un jour, sa façon de vivre le rattrapera peut-être. Un jour, il paiera ses excès. Plus tard, dans quelques années. Quand il sera fatigué de courir les rues et les jupons. Quand il comprendra que les femmes ne sont pas des jouets.





PETIT PLUS • Comme vous pouvez le constater, ce ne sont pas des liens à proprement parler mais plutôt des idées de personnages. Il s’agit ici de former un club de lecture (de façon informelle) et donc de réunir différents personnages qui pourraient n’avoir absolument rien en commun les uns avec les autres autour d’un même plaisir et passe-temps : la littérature. Je n’ai pas non plus vocation à écrire des critiques de livres dans mes RPs même si une ou deux fois, ça peut être intéressant. Cependant, ce qui m’intéresse c’est plutôt de pouvoir interagir avec ces personnages, construire des liens (en duo ou à plusieurs) avec eux et les exploiter en RPs plus tard.
Ce ne sont là que des idées proposées, et vous pouvez tout à fait venir avec votre propre personnage. Car, cela va sans dire, ces pré-liens sont ouverts à de nouveaux membres comme à des anciens. Tout est acceptable. Ils sont ouverts également aux femmes comme aux hommes sans distinction de nombre.
De plus, je précise également que chaque lien peut être interchangeable au niveau du sexe indiqué. Un lien ici marqué comme féminin peut totalement être joué par un personnage masculin et inversement. (Ou un personnage non-binaire, peu m'importe l'identification.) Les sexes ne sont là qu’en rapport avec les personnages de littérature dont ils sont inspirés mais c’est tout. UP
J’aime l’idée que l’on associe le personnage à un personnage de la littérature comme j’ai fait en écrivant le pré-lien alors ce serait sympa d’arriver avec une idée de quel personnage de littérature le vôtre pourrait être.
Pour ce qui est de : ‘comment le club s’est-il formé ?’ j’imagine Flora avoir placardé une annonce (écrite à la main, s’il vous plaît) dans le hall et à chaque étage de l’immeuble (+ à sa boutique de confiseries) en laissant une adresse mail : jane.austen.bookclub@gmail.com. Elle y aura indiqué que c’est ouvert à tout le monde, que les détails des réunions (dates, lieux, heures) seront à débattre ensemble et qu’il ne faut pas hésiter à l’appeler ou lui envoyer un message si intéressé(e). Elle n’a cependant pas laissé son numéro d’appartement mais un pseudo (Jane Bennett) qu’elle utilisera au départ si des intéressé(e)s lui envoient des mails.

Pour les détails pratiques des choses, je suis une tortue du RP donc je ne réponds pas toujours vite. Je fais du mille mots en gros mais je m’adapte – je répète je m’ADAPTE – à mes partenaires donc il ne faut pas être effrayé par le monstre que je suis. Je suis une Grammar&Spelling Nazi alors je demande un niveau correct en Français mais ça me semble couler de source. Et en gros, c’est tout.

AVATARS&CO • Les avatars, les backgrounds de vos personnages (qu’ils soient ou non inspirés de ceux présentés ici) sont absolument libres. Rien n’est imposé, à part le nombre de personnes adhérentes au club.





CONCLUSION • Pour toute question ou interrogation ou que sais-je, ma boîte à MPs est ouverte 24/7 et je serai ravie de vous répondre sous peu. Privilégiez la messagerie de @Oreste Eliot, mon compte principal que vous trouverez ici : clique, clique.
Voilà, je ne sais pas exactement ce que ça vaut ou on peut aller mais j’espère que l’on pourra faire de jolies choses ensemble.


©️ nous sommes de ceux







envolées, les miettes de nous.


si tu crois encore qu’on peut sauver cette étoile :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/z2s3727


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Recherches Autres

Revenir en haut Aller en bas

Recherches Autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Contrairement à ce que tu crois, ton bonheur ne dépend pas de l'attitude des autres.
» Se libérer du regard des autres
» Fatima un ovni pas comme les autres
» Un autre test: Evaluez votre peur des autres
» LE VATICAN ET LES AUTRES VIES DANS LE COSMOS...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: De ceux qui ont succombé :: Les Petites Annonces :: L'Entourage-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Azur fête ses 30 balais pity party (groupe)