Partagez|


C A M - C U N T

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 21:38


Ca(llu)m Kane
cunt cunt cunt cunt cunt cunt. fuck it.



(NOM) kane (PRÉNOM) callum. rien quelque chose de bien redneck pour un petit américain pur jus. callum qui devient cam. cam kane. ça sonne comme cocaïne. les filles trouvent ça cool. (ÂGE) trente ans. quand il était plus jeune, cam clamait qu'il clamserait avant le cap des vingt-sept. c'est râté. le jour où il est entré dans sa troisième décennise, il sortait d'une énième cure de désintoxication. il a couru chez le premier dealeur du coin pour s'envoyer un gramme de meth dans la gueule. ça n'a pas surpris grand monde. ce qui surpends; c'est que malgré tout cam tienne toujours debout, ce qui surprend c'est de le voir traverser les années avec autant d'assurance qu'un rolling stone. peut-être qu'au fond il est fichu pareil, pétri de cette même furieuse envie de vivre à en crever, au point d'en oublier de mourir. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 14 juin 1986, NY, USA. pure produit de la mauvaise société américaine. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) visage de Fakir a plein temps, lead singer et disc jokey du même groupe. (NATIONALITÉ) américaine (ORIGINES) redneck. vraiment redneck, avec un père inconnu surement ivre mort dans un caniveau, une mère obèse et vulgaire dans un mobil-home crasseux. Le genre de choses dont on évite de se rappeler. Cam sait d'où il vient, et il sait aussi que jamais il n'y retournera. pas dans cette merde-là, plutôt crever comme un chien. (STATUT CIVIL) célibaitaire, les femmes ne vont pas bien avec les rêves de grandeur. encore moins quand ils s'appellent sex, drugs & rock'n'roll. (ORIENTATION SEXUELLE) bisexuel affirmé et passioné, il aime les femme, mais baise les hommes également, parce que le cul c'est le cul et que c'est oujours bon à expérimenter. si possible bien défoncé. et ce avec le plus de provocation possible. mais il les aimes surtout au pluriel, ou en levrette. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) prochaine. (GROUPE) de ceux qui rêvent.

« le rock, on ne l’apprend pas ; on le vie. »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) je ne vis pas encore au parking. disons que je l'envisage, enfin c'est un projet possible. probable. parce qu'au parking ils ont tous cet air hallucinés, parce que les jupes des filles sont courtes. parce qu'il ne faut jamais marcher bien loin pour s'en foutre plein le nez. parce que personne ne gueule quand la musique est trop forte, et si la vielle du pallier vient râler, personne ne sera surpris de te voir l'envoyer chier. parce que cet immeuble est un peu à mon image : ivre, défoncé, sale et foutrement excitant.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) C'est bordélique, bruyant, ça sent le mafé, la pisse et le shit de mauvaise qualité. on y trouve de la blanche ou de la brune sur tous les palliers. il vaut mieux sortir armé. cet immeuble c'est comme un putain de grand terrain de jeu, un lieu sacré où laisser la folie s'exprimer. cet immeuble c'est aussi un peu comme à la maison, on s'y sent à l'aise sans vraiment pouvoir l'expliquer.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) il y a ce type toujours bourré, parfois fou à lier, parfois titubant, toujours prêt à baiser, mais surtout à se défoncer. blanche, brune ou blonde, à sniffer, à fumer ou a shooter, il ne dit jamais non. il n'a pas de limites comme s'il voulait côtoyer les étoiles. il danse comme un alien en sautant partout sur une musique de sauvage. il sourit comme on dévore une âme, il bouffe la chatte de ta soeur et celle de ta mère en même temps. il partouze sur le toit, il cri sans raisons. il est étrange, comme un monstre ou un enfant. il vit comme on meure : sans se poser de question. il n'a peur de rien sauf peut-être de lui-même. il devrait être mort à l'heure qu'il est. il a juré de tout expérimenter. ce type, il a une voix à faire tomber les anges du paradis, et quand il te regarde dans les yeux avec ce regard dont il a le secret, tu ne peux plus rien lui refuser. pourtant il est fou, tout le monde le sait. libre, ambitieux et fou à lier. mais on ne peut pas s'empêcher de l'aimer. cet homme c'est callum. cam. le camé.

PSEUDO/PRENOM : BOOTLEG RASCAL ÂGE : 23 ans PAYS : la france FRÉQUENCE DE CONNEXION : le plus souvent possible COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : via bazzart REMISE EN JEU oui (TYPE DE PERSO) pré-lien de @Erin Donnelly (CRÉDITS) unknown@tumblr COMMENTAIRE OU SUGGESTION : suce ma ... AVATAR : stephen james

© Nous sommes de ceux

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 21:38


Raconte moi une histoire...
we could be heroes, forever and ever

Je hurle frénétiquement ma rage en pianotant sur les boutons de la machine usée par le temps, usée par les nuits d'insomnie lorsque la musique me prend à la gorge pour poser ses notes sur mon esprit malade.
Mon pieds qui tape le rythme à contretemps sous la chaleur blafarde des projecteurs alors que l'ampli crache un son saturé derrière mes oreilles qui bourdonnent.
Korg, batterie et pédale distorsion
Cocaïne dans la narine.
La sueur coule sur mon front frissonnant, j'ai l'air de chier la plus grosse merde du monde. Au fond j'en suis pas si loin.
Le rif résonne dans ma moelle épinière en faisant dresser tous les poils de mon corps sur un frisson rock'n'roll.
Je bande. Ça se voit sous la coupe serrée de mon pantalon élimé et les filles hurlent mon nom.
Je baise la musique comme je baise la vie, je secoue mon bassin dans leur direction, j'offusque les mamans. Je fais mouiller leurs enfants.
Je vois les visages apparaître ici et là comme des fantômes, la salle sent la sueur, la marijuana et la cigarette. Le sexe aussi, et puis le sang.
J'aime cette tension qui fait vibrer jusqu'aux piliers de la petite salle de concert suintante.
Le cul d'une fille vient se frotter contre ma hanche et je ne peux pas m’empêcher de sourire en pensant à toutes les gonzesses en bas qui rêveraient d'être à sa place. Ou à la mienne.
Ma voix éraillée qui sonne comme une insulte vient leur lécher les oreilles avec luxure, sur les notes coups de rein de la guitare de Vice qui promène sa face de pute comme on promène un chien malade.
C'est une tension sexuelle, violente et malsaine qui s’accroche sur les peaux moites dans cette pièce où tout le monde étouffe.
Un type m'a un jour dit que nos morceaux donnaient envie de baiser, baiser comme on prend un rail, frénétiquement.
Je fais de la musique pornographique et je prends mon pieds sous la caresse des projecteurs.
J'imagine toutes ces petites putes sucer ma bite juste-là, devant le regard froid des caméras. Je chante. Je prostitue ma musique et ma voix pour leur sourires. Pour la gloire et la postérité. Je vends mon corps comme une vielle pute défoncée. Je n'ai pas de cœur, il s'est noyé sous les litres de rhum et de came qui ont remplacé le sang dans mes veines. Mon âme je l'ai vendu il y a bien longtemps pour le cul de la musique et ses ambitions.
Enfin je sens le moment venir, ma voix s’éteint pour les dernières minutes avant la tombée du rideau. La guitare de Vice miaule quand il monte dans les arpèges, son pied sur la pédale. Le son qui s'étire comme les hurlement d'une fille. Mon sexe qui se redresse un peu plus contre la braguette de mon jeans. Mes cordes vocales qui brûlent. La montée qui se déclanche enfin avec les dernières nottes.
Puis enfin le cris.
J'éjacule dans mon froc, les yeux fermés dans l'extase, puis la lumière s’éteint et les cris des fille augmentent.
Je tourne le dos sans les regarder, je serre toujours mon micro dans ma main, je tremble et mes jambes flagellent un instant avant de se dérober sous mon corps.
Un type arrive juste à temps pour me rattraper avant je je ne heurte le sol. On ne laisse pas une rock star -en devenir- se casser la gueule, même s'il fait tout pour clamser.
Le nez plein de coke et le caleçon plein de foutre, on me porte jusqu'à ma loge, le monde tourne tout autour de moi et les couleurs ne ressemblent plus à rien.
J'ai envie d'une autre ligne mais le docteur ne me laissera pas faire; Pas tant que je n'aura pas repris le contrôle de mes muscles qui tremblent comme des pattes de moineaux.
Je pense à la vie. A la mort. Aux grosses lèvres de cette fille que je voudrait sentir sur ma queue.
Je suis défoncé, épuisé, et j'ai encore une putain d'envie de baiser. Merci l'héroïne.
Cette merde transformerait un glaçon en chaudière.
Je lâche mon micro et je dis au type de tout à l'heure de faire venir une gonzesse ou deux.
Ces filles sont prêtes à tout pour passer un peu de temps dans la loge d'un musiscien.
Vice me rejoint avec un petit sachet rempli de poudre blanche et je sourit à mon amie cocaïne comme un gamin le soir d'halloween.
On se fait quelques lignes en laissant les filles nous sucer la queue.
Drill nous rejoint en riant, et son sourire ravive le mien.
Mes deux compères, les meilleurs amis que j'ai jamais connu.
Peut-être les seuls. Parce que ces deux-là me connaissent surement mieux que je ne me connais moi même. Parce que tous les trois on arrive à créer cette chose sublime et terrible qu'est la musique, parce qu'elle nous donne la vie presque autant qu'elle ne nous la bouffe. Parce qu'ils sont ma vie.
Je m’appelle Callum Kane et je suis le chanteur/dj de Fakir.
Avant j'étais musicien, aujourd'hui je ne suis en passe de devenir une bête de foire, un monstre de sex-appeal que les gens viennent voir quand ils se font chier devant leurs télévision.
Un jour je serais la plus grande rock star de ce monde. sauf si je crève avant.
Je vous le promet.

***

Une odeur de café. du mauvais café. sucré.
mal au crâne, envie de vomir tripes et boyaux.
mal au ventre, mal aux os. manque.
tremblements. froid. chaud. sueur.
respiration difficile. visions absurdes.
l'impression de passer sous les roues d'un rouleau compresseur.
besoin d'une piqure, juste une, avant que ça ne soit trop dure.
chercher la cuillière, la poudre brune et la ceinture.
diluer puis chauffer avec un briquet crasseux.
serrer le garrot, chercher la veine, la trouver
appuyer sur le piston de le seringue puis enfin le bonheur
le bonheur cotoneux qui se déverse dans la veine avec un soupir de soulagement.
la trique.
envie de vivre.
envie de baiser.
envie de jouer.
composer.

Tous les matins c'est pareil, les mêmes foutues habitudes.
Le même schéma.
Tout les matins comme un vieux qui regarde sa vie s'écouler lentement hors de son corps rabougris. Le mien n'est pas rabougri.
Je l'entraine suffisament.
Parce qu'un junkie n'est pas forcément chétif et dégoutant.
Je sors ma pipe et met le crack dedans, le faire chauffer dans l'amoniac, doucement, sûrement.
Le garot toujours sur le bras, je tire une grande bouffé. la brune pour la douceur, la blanche pour l'énergie. bien meilleure que la café.
Je lève enfin la tête, j'observe le silence qui m'entoure. L'appartement ravagé.
Personne. Comment est-ce que je suis arrivé ici ?
Je me lève difficilement comme si mes muscles étaient fait de barbelés rouillés, la douleur tambourine contre mon crâne malgrès la forte dose de narcotiques que j'ai déjà ingéré. Ou peut-être à cause de cette même défonce.
Je déambule dans ce grand appartement vide, en calçon. Il y a une tache dessus, je n'arrive pas à savoir ce que c'est. Je marche sur le verre éparpillé d'un carreau explosé, mais la douleur me fait du bien, elle ravavie les sensations dans ce corps qui ne m'appartient plus vraiment. Le sang ecarlate coule doucement sur les lattes du plancher, laissant une trace régulière sous chacuns de mes pas.
Qu'est ce que je fous là ?
La salle de bain m'ouvre ses bras, je plonge ma tête sous l'eau glacée, l'héroïne contunie de monter et le crack ne va par tarder à faire son effet. Je vais décoler.
Je suis obligé d'appuyaer mes mains sur le lavabo pour ne pas tomber, alors je relève difficilement mon visage dégoulinant vers le miroir.
Je vois cet homme qui me jauge. couvert de tatouages, le regard vide, cerné, les mlèvres gercées et pâle, la peaux moite et jaunatre.
Parfois je peux être beau, vraiment beau. Avant j'étais beau. Toute les filles rêvaient de m'embrasser. Aujourd'huis ma beauté s'éfface tout doucement, je suis obligé de courir pour entretenir les muscles de mes jambes, je porte des altère sous coke pour garder le corps de mes vingt ans. Combattre le temps.
J'ai peur. De vivre. De mourir. De disparaitre. Du silence.
Mais aujourd'huis il n'y a personne dans ce grand appartement trop vide.
Ils m'ont peut-être déjà oublié, moi et ma vie malmennée.
putain de junkie. accro à tout mais surtout à ce regard.
à ces sourires. à ce sentiment de puissance qund tous les autres me regardent pendues à mes lèvres, prêt à suivre le moindre de mes mouvements.
Je suis seul. Si seul.
Personne ne comprends ça. Personne ne peut imaginer.
Je suis enfermé dans ce monde trop coloré qui m'étouffe et me tue ^plus certainement que le temps lui-même.
J'appelle, mais le silence me répond, alors je sors en boitant.
Je pousse la porte du salon, la rouge avec des impacte de balle. c'est Drill qui a fait ça, il devait m'apprendre à tirer. J'ai bien faillis le buter. Sans faire exprès.
La pièce est immense et vide, les rideaux de velour rouge sont tirés et un minuscule filet de lumière blanche filtre par l'interstice. Il vient se déposer en douceur sur l'unque meuble de la pièce : un grand sofa de cuir noir qui me tourne le dos. Je m'approche et sursaute, je pensais être seule.
Mais elle est là. La fille du silence.
La musiscienne sans voix.
Erin.
Douce, innocente, elle dors comme dorment les enfants, avec cette profondeur paisible qui donne envie de les embrasser sur le front, tout doucement pour ne pas les surprendres.
Cette fille étrange qui me ressemble tout en étant mon opposé.
Parfois je voudrais la salir, la punir, faire d'elle mon double, ma seconde moitié, mon ombre, une soeur, celle que je n'ai jamais eu.
Elle veut connaitre le rock, elle veut comprendre mon monde, et moi je veux l'y emmener. Je veux la voir s'enflamer, brûler brûler, souffrir et hurler, pleurer et rire, danser et mourir. Je veux la voir sur mes traces comme un disciple bien dressé.
Mais je veux aussi la protéger. Cette innocence aggacente. c'est devenu tellement rare. Je ne sait plus quand est ce que j'ai vu ce genre de sommeil pour le dernière fois.
Je souris et ramasse l'un des morceaux de miroir brisé qui jonchent le sol.
Je sors un petit sachet de poudre blanche de sous les coussins et commence à trvailler une trace, longue, épaisse. Une trace qui va lui donner envie de suivre ma folie encore un peu plus, pour que personne ne puisse m'oublier.
Je ne devrais pas, je le sais, je salis cette colombe blanche mais c'est elle qui s'est posé dans mon antre. C'est elle a a voulu me comprendre.
Et c'est à travers elle que je survivrais. Parce que je le sais bien qu'un jour je vais finir pas clamser. J'aurai peut-être l'âge du christ. Ce serait beau et dramatique, innoubliable.
Je tire une mèche rousse un peu méchament pour la réveiller, parce que son sommeil paisible m'aggace, moi qui suis incapable de fermer les yeux plus d'une heure ou deux.
Je vais brûler ses plumes dans la neige de mes caprices.
Les mots se perdent alors je lui tends le miroir sans ouvrir la bouche. il m'a entaillé les mains et j'observe le sang qui tache ma peau couverte de dessins.
aujourd'hui j'ai trente ans.
j'ai trente ans et je suis vivant.




© Nous sommes de ceux


Dernière édition par Cam Kane le Mar 17 Jan - 14:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 31 ans
› Appart : elle squatte chez Ario, et elle veut lui foutre la misère
› Occupation : une bouteille
› DC : williamson, barajas et malverti
› Messages : 105
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 21:42

miam Stephen James BRILLE HAN
bienvenue et super choix de pré-lien BRILLE


Moi j'admire les gens qui savent parler, ceux qui savent comment dire les choses, qui ne se trompent pas de mots, qui savent comment dire adieu sans tuer. Moi j'admire les gens qui savent regarder et se laisser regarder, ceux qui savent soutenir les regards, qui ne se détournent pas, ceux qui voient les choses, ceux qui n'ont pas d'yeux défectueux. Moi j'admire les gens qui ne sont pas moi. —
et t'as merdé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 21:44

stephen JAIME bienvenuuuue DE CEUX
Revenir en haut Aller en bas


En ligne
avatar

« The Dog »
› Âge : 37 ans
› Appart : Appart #1202
› Occupation : Gérant de la maison close Le Moine, Parrain de la mafia Bartolotti
› DC : Jefferson
› Messages : 1269
› Nombre de RP : 12

Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 21:44

Excellent choix de pré-lien et d'avatar !!
Bienvenue l'ami, hâte d'en lire plus mais ce début est vraiment prometteur ^^


....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Je suis un Super Héros:
 

Bartolotti For President !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t4871-nero-the-dog


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 21:44

je fangirl j'adore ce groupe et tout particulièrement le scéna de cam. trop hâte d'en lire plus ANGE

bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 28 ans (05/12).
› Appart : Hors du Parking.
› Occupation : Guitariste et parolier principal du groupe Fakir.
› DC : Suileabhan le papa ours & Hermes le dépressif amoureux & Camille le gentleman français.
› Messages : 1174
› Nombre de RP : 15

Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 21:45

COMMENT ON VA S'AMUSER à torturer la petite Erin

bienvenue sinon chou chou chou




You let me violate you, you let me desecrate you. You let me penetrate you, you let me complicate you. Help me I broke apart my insides, help me I've got no soul to sell. Help me the only thing that works for me, help me get away from myself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9399-vice-tonight-we-raise-t


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 21:49

PERSONNE NE ME TORTURE JE SUIS UNE FEMME FORTE ET INDÉPENDANTE.

:l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 21:50

ooh mais on se connait nous..
excellent choix de scénario d'ailleurs HEHE
bienvenue LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 21:52

T'annonces la couleur direct toi hein ? SIFFLE
Bienvenue parmi nous HEH
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 22:02

stephen james, ce choix parfait..
bienvenue coeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : Vingt-neuf ans
› Appart : #910, neuvième étage
› Occupation : Batteur au sein du groupe Fakir
› DC : Aliah & Lizz
› Messages : 546
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 22:02

Bienvenue HEHE
Je viendrais surement quémander un petit lien :hihi:


Where there's tears, there's hope. Left you my tears, remember ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12018-drill-o-la-cadence-du-


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 22:14

presque au complet la fine équipe ^^
Salut Cam, bienvenue !
on aura sans doute un lien aussi :)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 23:38

wow autant de monde et aussi vite !
vous êtes des amours OMG
alors pour ceux qui veulent voir un lien, ma boite mp vous est ouverte bien entendu :l:
je suis trop heureuse de voir que ce que j'ai fait pour le moment vous plaise, je fait la suite d'ici demain :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : Trente-et-une notes égarées dans le silence meurtrier.
› Appart : #1312/13ème étage - avec une princesse égarée et son félin, Candy Cane, une louve aux yeux vairons déstabilisants -Freyja- et un petit coeur adorable -Hope.
› Occupation : Serveur/guitariste dans un restaurant/bar du Bronx, professeur de musique à temps partiel dans les quartiers plus chics de Manhattan. Bénévole jouant quelques notes pour raviver les sourires des enfants malades.
› DC : L'agent du FBI sous couverture (Lyam O'Neill), l'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain) et la catin aux couleurs mensongères (Aaliya Abelson).
› Messages : 215
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T Lun 16 Jan - 23:44

Bienvenuuue CANDICHOU
Superbe choix de scénario. OMG FAN Ce début de fichette envoie déjà du lourd, ça promet pour la suite. BRILLE (si j'trouve une p'tite idée de lien, entre musiciens, j'viendrai t'embêter par MP COOKIE ) J'aime beaucoup le prénom. ho Hâte de voir ton Cam évoluer sur le forum CANDICHOU
Bon courage pour la suite de ta fichette and have fuuuuun ! :l:



WAS IT A DREAM ?

Death doesn’t let you say goodbye. It just carves holes in your life... and your future... and your heart.
© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5475-asgeir-aylen-no-warning


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: C A M - C U N T

Revenir en haut Aller en bas

C A M - C U N T

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)