AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Ven 13 Jan - 22:11

Malissa Braxas
blood on my hand scares me to death.



(NOM) Braxas, nom de papa, papa qui est là,  papa qui la supporte depuis qu'elle est toute petite. Papa qui s'est fait plaqué par maman qui est parti avec Brandon fucking face comme elle aime si bien l'appeler. (PRÉNOM) Malissa, elle sait pas d'où ça vient, elle sait pas pourquoi, mais ils ne lui ont jamais expliqué l'origine de son prénom. Mais elle l'aime bien, mais elle préfère quand même qu'on l'appelle Lissa. (ÂGE) vingt-deux ans, même si parfois on pourrait croire qu'elle a une mentalité de gamine de quinze ans, elle a la majorité dans tout les pays du monde et peut se bourrer la gueule légalement sans avoir peur de se retrouver au poste. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) Tout a commencé dans le bronx, un jour d'hiver, il neigeait sa mère se souvient. Il neigeait et son père a tout fait pour qu'elles arrivent à l'hôpital sans un accident.(OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Elle chante dans un bar, elle envoûte et quand elle ne chante pas, elle sert des cocktails, des bières aux poivrots qui squattent le comptoir matin et soir. (NATIONALITÉ) Américaine pure et dure. Même si elle appartient au monde. (ORIGINES) Américaines. Pas de sang d'ailleurs, pas de grand-mère russe, pas de papi ukrainien ou français, juste américaine (STATUT CIVIL) en concubinage, même si elle ne se gêne pas pour retrouver les draps des filles pulpeuses et des garçons aux muscles bien dessinés. (ORIENTATION SEXUELLE) Elle vogue là où le plaisir la mène. Là ou elle trouve du plaisir, elle pose ses mains sur des corps féminins, embrasse des bouches masculines, elle est bisexuelle. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) elle y a toujours vécu, mais elle s'est tirée pour suivre son mec, pour fuir le Bronx, mais on y revient toujours. Elle y est restée des années pour finir par partir et revenir il y a une semaine tout au plus. Elle revient   la maison là où elle se sent bien. (GROUPE) de ceux qui rêvent.

« Abandonner tous vos sens, au plaisir.  »

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Elle y a toujours vécu au parking, les couloirs ont vu ses premiers pas, ses premières ruptures, la laverie a supporté ses ébats. Mais elle s'est barrée pour suivre son mec loin du Bronx parce qu'il avait envie d'ailleurs et elle, elle l'a suivi comme une bonne petite amie qu'elle n'est pas. Mais elle est revenue il y a une semaine. Une petite semaine et c'est comme si elle n'avait jamais quitté le parking.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) C'est l'immeuble du bonheur pour Malissa. Elle aime le parking et elle s'en veut de l'avoir quitté. Le retrouver est la meilleure chose qu'elle ait fait. Les voisins, ils lui ont manqués certaines tête plus que d'autres, Noé. Surtout. Mais d'autres, elle aurait bien aimé qu'ils déménagent eux aussi. Qu'ils se tirent.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Malissa c'est la fille qui trompe son mec sans ménagement, la fille aux shorts bien trop court qui a toujours le sourire dressé sur ses lèvres maquillées. C'est la fille qui couchent avec tout le monde, qui s'en fout de ce qu'on peut penser d'elle, qu'on peut penser que c'est la salope du quartier. Elle s'en tape royalement. Elle se fout de ce que les gens peuvent penser, de la réputation qu'ils lui donnent.

PSEUDO/PRENOM : HARLEEN. / MARIONÂGE :vingt-trois ans. PAYS : FR. FRÉQUENCE DE CONNEXION : 5/7 rp aussi souvent que possible (sauf en période de partiels) COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : je sais plus REMISE EN JEU Ouaip vu que c'est déjà un scénario (TYPE DE PERSO)scénario de @Noé Malverti (CRÉDITS) tumblr COMMENTAIRE OU SUGGESTION : // AVATAR : Barbara Palvin

© Nous sommes de ceux



Dernière édition par Malissa Braxas le Sam 14 Jan - 16:54, édité 9 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Ven 13 Jan - 22:11

Raconte moi une histoire...
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

(NOÉ)un jour de pluie, elle la voit, Noé presque recroquevillée sur elle-même. Malissa a une idée, elle sort son parapluie à l'effigie de la petite sirène et abrite Noé. Pour pas que t'attrapes une pneumonie. qu'elle lui murmure d'une voix tendre, un sourire feint sur les lèvres de la fille aux yeux tristes, Malissa sourit à son tour, petite victoire qui s'impose dans sa tête. Je m'appelle Malissa. La brunette en face d'elle ne dit rien, puis après quelques temps de silence Noé trois lettres, un souffle. Malissa sort son paquet de cigarettes et en tend une à Noé qui la prend entre ses doigts fins. Tu sais, je ne sais pas pourquoi tu parles pas, mais si t'as besoin d'une oreille attentive, j'suis là. Un jour si t'as besoin de parler, tu sais où me trouver, je suis souvent au fond de la classe, et je te vois tu sais. Puis même si t'as juste besoin de compagnie je suis là. Elle lui allume sa cigarette, attendant impatiemment que le bus arrive. Quand il arrive, elle se rend compte que ce n'est pas le sien, qu'il ne va pas au parking, et elle voit Noé qui s'enfonce dedans, elle n'a pas le temps d'aouter quelque chose d'autre que la fille au sourire  brisé a disparu. Mais Malissa sait qu'elle l'a touché en plein coeur avec ses mots. (LEWIS) Qu'est-ce que tu veux Braxas ? qu'il feule jeune homme mal léché alors qu'elle lui fait un doigt d'honneur parce qu'il a eu le malheur de la regarder. Quoi ? J't'emmerde Dawkins. La professeur se retourne et les fixe tout les deux. On voit dans son regard qu'elle a envie de les frapper mais que vu que c'est nterdit, elle n'en fait rien. Vous deux chez le proviseur ! qu'elle râle la professeur. Malissa se lève et envoie balader sa chaise dans les jambes de Lewis qui rit comme un con. Lorsqu'ils sortent tout les deux, il lui attrape la main. Tu veux quoi ? Et il l'attire dans un couloir à l'opposé du bureau du proviseur, couloir désert et il l'embrasse. Elle se perd contre ses lèvres, elle entoure la nuque du brun de ses bras et l'attire dans un salle de classe. Les vêtements volent, les souffles se font court. Elle a seize ans, elle se fou déjà de tout. La porte claque et les corps se mêlent. Puis ça parlera dans les couloirs. Bonnie and Clyde en version jeune, le couple phare du lycée. Le couple que toutes les filles jalouseront, et Malissa elle leur fera des doigts d'honneur à tout ses putains qui ont la langue trop pendue. Et elle se rendra compte au fur et à mesure des mois qui défilent que c'était celui qu'elle attendait depuis longtemps.  (LE DIVORCE)il n'y a plus d'amour Malissa Elle est là, stoïque, son regard ne cille pas. Elle ne pleure même pas. Elle n'a pas envie de pleurer, elle a juste la rage. Elle les a entendu, cette nuit. Les soupirs de plaisirs de sa mère à travers les murs trop fins. Mais il n'y a plus d'amour. Sa mère la regarde comme si elle cherchait une réponse dans son regard perdu. Lissa ne parle pas, elle n'en a pas envie, son père, le regard compatissant ne cille pas non plus. Elle a l'impression que le ciel lui tombe sur la tête. Alors ça va être comment ? Je vais devoir faire mon putain de sac de sport toutes les semaines pour venir te voir ? qu'elle prononce, enfin. Elle lève les yeux au ciel, les poings serrés sur ses genoux. Ne me parle pas comme ça. Elle a envie de lui cracher au visage, mais elle se retient. Un divorce, des avocats et bientôt ils lui demanderont ce qu'elle veut faire. Elle ne veut rien faire. Elle veut juste fuir , retrouver Lewis au troisième étage, loin de cette ambiance morose qui règne sur l'appartement. Mais elle reste là, petite fille presque trop docile. Il n'y a plus d'amour. Ca hurle dans sa tête, les insultes fusent dans son esprit, mais elle ne dit rien, il n'y a  plus rien à dire. Malissa, ma chérie, tu pourras voir ta mère autant que tu le veux. Même son père ne comprend pas. Son père ne veut pas comprendre. Mais elle lui sourit, ses yeux se posent sur lui, sur ses yeux cernés par des nuits à dormir sur le canapé, à ne pas dormir. Tu ne comprendras jamais qu'elle n'est plus rien à mes yeux que celle qui a trahi notre famille. Parce qu'elle sait qu'elle a quelqu'un d'autre, qu'elle joue habilement sur deux tableaux. Elle a sûrement hérité de son gêne de putain, parce qu'elle non plus, elle n'est pas très fidèle. Mais elle, elle n'est pas enchaînée à Lewis. Lewis, il sait . Pas son père. Tu diras à ton mec, que j'espère qu'il baise bien, parce qu'il vient de bousiller une famille. Elle ne dit rien de plus, se lève et elle s'enfuit, elle court, loin de cet appartement pour ne pas avoir à supporter le regard de son père qui ne semblait pas comprendre. Pauvre naïf qu'il est.(BRANDON FUCKING FACE) salut poupée elle est là installée dans le canapé tellement trop cher pour elle avec son cuir dégueulasse. Elle regarde son beau-père, le juge d'un regard dégoûté. Qu'est ce que tu veux fucking face ? Elle se lève, se sert un verre de ce vin bien trop cher et s'appuie contre la table du salon, il se rapproche trop dangereusement, sourire lubrique dressé en coin. que tu me respectes Malissa. Sa main s'attarde sur la peau dénudée de la jeune fille, ses épaules, son cou. Elle reste stoïque, ne bouge pas la brune. Après quelques secondes, quand sa main se fait trop pressante, trop hâtive, elle la vire d'un simple geste sec. Mais il revient à la charge, ses lèvres s'attardant sur le cou laiteux de la brune. Elle se recule, son verre de vin toujours à la main Elle ne sait pas quoi faire ne me touche pas. c'est sec, aiguisé comme un couteau. Mais il insiste le pervers avec son costume italien à mille dollars. Elle vide alors son verre sur la chemise trop blanche de son beau-père. va te faire foutre fucking face. Elle se recule, son genou atterri dans ses bijoux de famille. Et elle s'enfuit, elle l'entend qui hurle de rage, de douleur. ESPECE DE SALE PUTAIN. Mais elle n'en entend pas plus, elle claque la porte de sa chambre, récupère ses affaires et elle retourne au parking. Elle ne peut plus venir ici, elle étouffe. Elle ne veut plus revenir, fucking face aura sa peau. Alors elle dégage, elle ne veut plus rien avoir à faire avec sa mère et son beau-père. Ils viennent tout les deux de signer leur pacte pour l'enfer. Et elle ne remettra plus un pied ici.(WASHINGTON) j'ai besoin d'ailleurs bébé, viens on s'en va, on s'casse d'ici. Washington ? Mon père m'a trouvé du taf. Son corps recouvert d'un simple drap se redresse dans le lit et elle fronce les sourcils. Washington ? Pourquoi pas. Pourquoi pas. qu'elle dit simplement. Puis elle pense à tout ce qu'elle pourrait vivre quand les lèvres du brun s'attarde sur les siennes. Elle pense au fait qu'elle ne devra plus confronté sa mère, son beau-père. Elle lui sourit et l'attire contre lui. Mordille sa lèvre et elle se donne à lui une fois de plus, la dernière dans ce lit. Le lendemain, elle mettra ses affaires dans un sac et elle dira à son père qu'elle ira à l'université à Washington pour étudier le théâtre. Il sera heureux. Quand elle se retrouve à Washington, elle sourit, et elle vit au jour le jour, ne réfléchit pas. Elle va à l'université, flirte allègrement avec des hommes et des femmes. Mais sans ne jamais rien faire. Washington, ville de la liberté. Soirée de débauchés, soirée où elle ne se souvient plus de ce qu'elle a fait, les photos dans son téléphone lui prouve que c'était une bonne soirée. Elle parcourt les rues de Washington comme si c'était chez elle, comme si elle avait vécu ici toute sa vie, dans cet appartement payé par le père de Lewis, elle vit simplement. (INFIDÉLITÉ) tu viens chez moi ce soir poupée ? un homme de sa promo. Au cheveux blond comme les blés, elle lui dessine sur le bras, des dessins invisibles. Oui, faut que je prévienne Lewis. Le blond hausse un sourcil, signe qu'elle ne comprend pas. C'est mon mec, mais t'auras pas de soucis Parce qu'elle sait qu'il s'en tape d'autre, et parce qu'il sait qu'elle n'est pas des plus fidèles, qu'elle flirte allègrement avec d'autres corps. Mais il s'en fout, il lui a dit. Ils s'aiment, mais ils s'en foutent, c'est libre, c'est inédit. Elle l'embrasse, les mains de l'homme trouve le chemin de sa poitrine, et elle l'embrasse un peu plus profondèment, l'attire en dehors du bar où ils sont censés étudier, et il l'emmène dans son deux pièces, ils s'envoient en l'air dans des draps crasses, leurs souffles se mêlent et elle ne pense pas à Lewis, Lewis ne compte pas. Lewis ne compte plus ce soir, il n'y a que le plaisir qui compte, le plaisir charnel, plaisir interdit. L'interdit est excitant, elle le dit et le répète et ce soir, les mots prennent une tournure réelle ce soir. Tournure qu'elle dira à Lewis et il dira qu'il sen fout, parce que maintenant, Lewis se fout de tout, seul la drogue et le sexe compte. Rien d'autres, de l'amour, du plaisir. Et voilà. Rien de plus, rien de moins.(BISEXUALITÉ)Puis il y a cette fille qui l'électrise, qui lui fait des avances, mais Lissa ne veut pas pas, Lissa ne sait pas. Elle ne sait pas si elle veut finir dans ses draps, elle ne sait pas. Elle n'assume pas, ça reste bloqué la dedans. Elle se retient mais il y a l'alcool qui désinhibe les sens, il y a les gens qui les poussent l'une vers l'autre, la fille au cheveux colorés. Fille au regad qui électrise. Embrasse moi qu'elle lui murmure au creux de l'oreille. Et elle s'exécute Malissa, mains avides de contact, contact brûlants. La fille au cheveux violet l'attire dans les toilettes. Et elle se rend compte, quand les gestes deviennent interdits, qu'elle aime les filles. Quand leurs soupirs se mêlent quand leurs corps se cherchent, elle se rend comte qu'elle aime autant la douceur des filles que la brutalité de certains hommes. Quand elles sortent de la cabine étroit, elle l'embrasse, baiser qui veut tout dire, baiser qui donne des papillons dans le ventre. Puis elle s'enfuit, elle s'enfonce dans le nuit noire. Elle se tire comme une voleuse, comme Cendrillon quand elle se tire du bal, et elle la reverra cette fille  la fac, chez Lewis et elle. Elle la reverra et Lewis ne dira rien, une fois de plus (UNIVERSITY DROPOUT) ça m'intéresse plus Lewis cigarette qui se consume entre ses lèvres, elle attrape la bière de son petit-ami et en boit une gorgée. de quoi ? Washington ? Lewis laisse balader ses doigts sur les cuisses de sa petite amie et elle soupire, passe ses mains derrière sa nuque après avoir écrasé son mégot. Elle en a marre de la fac, marre de se lever pour un diplôme qui ne l'emmènera même pas à Broadway. Elle n'en dort plus la nuit, elle a peur d'arrêter, de décevoir, Malissa ne déçoit jamais. Elle s'humidifie les lèvres et se dit qu'elle a plus à perdre qu'à gagner. Non, la fac. Il la rassure ses mains se faisant rassurantes, elle sourit et se niche contre son cou. Tu sais bébé, tu as ton taf au pire, tu es douée, tu supportes les alcoolos mieux que personne. Elle rit un instant avant de se reculer et de l'embrasser Ouais, t'as raison, j'suis pas faites pour le système scolaire, j'sais même pas comment ils ont fait pour m'accepter, j'suis pas l'élève la plus brillante qui soit.Mais c'est bon, j'arrête. Arrêt sur un coup de tête elle ne regrette même pas. Elle n'a pas envie, elle préfère le contact avec les gens. Elle préfère s'occuper des alcoolos comme Lewis le dit si bien. Et elle ne regrettera jamais.(DÉBAUCHE)Malissa c'est la débauche, c'est des corps en perdition, des soirées défonces avec Lewis, où elle finit autant défoncée que lui même si elle ne fume pas, c'est l'alcool qui coule à flot. Des hommes qu'elle ne connaît pas, des filles avec qui elle flirte allègrement. Puis Malissa, elle se réveille, colle une main sur son front avant de tourner son regard vers Lewis encore endormi. Elle a fait un cauchemar cette nuit. Enfin pour le peu qu'elle a dormi Elle a la tête qui cogne mais ses idées sont claires. Lewis, réveille toi ! il se tourne, enfonce sa tête dans l'oreiller LEWIS REVEILLE TOI BORDEL. qu'elle crie, prise de panique. Faut qu'on rentre au parking. Il ne comprend pas. Faut que je retrouve Noé, j'ai fais un cauchemar. Mais non rendors toi.  qu'il murmure. Mais non, elle se lève précipitamment, attrape l'ordinateur trop long, réserve deux billets de trains sous les complaintes de Lewis et elle pacte ses affaires. Elle doit rentrer, elle en est persuadée. (LE RETOUR) Une semaine qu'elle est rentrée et elle a l'impression que tout est comme avant, elle arrive à faire croire à son père que tout va bien Mêmes'il remarque sa tête de fatiguée. Elle a son sac de sport sur l'épaule et elle regarde le parking de l'extérieur. Le parking qui l'a vu grandir, qui l'a vu vivre. La seule chose qu'elle a remarqué qui a changé c'est qu'il n'y a plus le squatteur du perron, il n'est plus là. Et là, 'elle s'est rendue compte qu'elle n'était pas revenue depuis longtemps. Trop longtemps. Mais elle ne repartira plus. Plus jamais.


© Nous sommes de ceux


Dernière édition par Malissa Braxas le Sam 14 Jan - 3:06, édité 11 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Ven 13 Jan - 22:21
fù!ezlfùekfùezkùfkez JE RESERVE J'EDITE APRES

OUAIS DONC : trop heureuse que tu prennes ma Malissa POTTE c'est un peu un pré lien que je traînasse depuis 2014 qua MDR donc j'suis encore plus touchée que tu la prennes et j'sais que tu vas la jouer trop bien, genre vraiment HAN c'un perso trop parfait pour toi HAN tu m'vends déjà du rêve babe NIARK en plus en Palvin j'te ken 300 fois SIFFLE bref, jtm bye :l:


Dernière édition par Noé Malverti le Sam 14 Jan - 3:14, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2061-aliah-vouloir-vivre-par
avatar


▹ MESSAGES : 1403
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 24 ans
▹ APPART : #522 seule à broyer du noir, pas loin de la famille
▹ TAF : Infirmière diplômée
▹ DC : Lizz & Drill



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Ven 13 Jan - 23:46
Re-bienvenue parmi nous BRILLE


« Just smile »
Je vais bien. Ne t'en fais pas...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11347-suileabhan-maybe-i-ve-
avatar


▹ MESSAGES : 1909
▹ NOMBRE DE RP : 18

▹ AGE : 28 ans (17/05).
▹ APPART : #207 / 2ème étage. Avec ses mioches et Opale la gamine capricieuse.
▹ TAF : Tireur d'élite et tueur à gage pour le gouvernement américain. Garde du corps d'Opale.
▹ DC : Vice le rockeur.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Sam 14 Jan - 0:49
Re bienvenue :)




avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Sam 14 Jan - 3:13
MAIS C'EST TROP PARFAIT KBYE GNOE vous pouvez la ken la valider HAWW on va être belles toutes les deux, c'promis POTTE par contre on touche qu'avec les mains et les yeux, pas avec le cœur ROBERT
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Sam 14 Jan - 8:54
Bienvenue Malissa :)
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Sam 14 Jan - 11:52
j'adore le prénom, puis l'avatar, puis ta fiche entière même. JAIME
rebienvenue à la maison. chou
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Sam 14 Jan - 12:30
Re-Bienvenue chou
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Sam 14 Jan - 13:00
    Merci tous :l:
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa
avatar


▹ MESSAGES : 2331
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 45 ans
▹ APPART : 1210
▹ TAF : Médecin légiste dans le commissariat du coin
▹ DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   Sam 14 Jan - 19:19

Validée !
Félicitations, tu rejoins le Parking !

Félicitations ! La Concierge a bien étudié ton dossier et a décidé de t'attribuer un appartement au sein de son précieux immeuble ! Il a beau commencer à décrépir, elle l'aime son Parking alors si tu veux un conseil: ne tue jamais personne sur la moquette des couloirs parce que sinon, c'est toi qui va y passer ! En attendant de t'installer, pense à bien remplir ton profil et t'inscrire sur les listings:

Listing des Appartements Obtenir un rang
Listing des Métiers Créer sa fiche de perso
Listing des Casiers (Judiciaires) Communiquer avec les autres
Listing des Multi-ComptesGérer son compte



© Nous sommes de ceux



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: MALISSA - eyeliners and cigarettes   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.