Partagez|


twigs ☺ it continues to shine but its only old light

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 15:09

joakim "twigs" odell
i'm waiting for the call, the hand on the chest.
Nom Odell. Le nom de ma mère, typiquement anglais, mais il passe très bien pour américain. Ce que je crois être d'ailleurs. Prénom Joakim, mais personne ne l'utilise. Depuis toujours, on m'appelle « Twigs ». Sûrement à cause de ma silhouette de brindille qui m'a suivie jusqu'à maintenant. J'aime bien Twigs. C'est court, c'est mignon et ça se retient facilement. Date et lieu de naissance Le douze novembre 1996 à Sheffield, officiellement. Cependant, si vous posez la question à ma mère, elle vous dira que je suis né ici-même à New York. Âge Dix-huit ans, c'est pas trop difficile. Nationalité Américaine. Pour de vrai, cette fois. Ma mère s'est fait naturalisée cinq ans après notre arrivée et j'ai gagné la nationalité en même temps qu'elle. Origines Anglaises, même si je n'ai absolument aucun souvenir de mon enfance et aucune idée de ce à quoi ressemble ma famille. Selon ma mère, mes grands-parents sont morts et mon père et elle sont enfants uniques. Statut matrimonial Je n'ai que dix-huit ans, laissez moi un peu de temps. Orientation sexuelle Euh... C'est quoi la sexualité ? Job ou Activité Lycéen, j'en suis à ma dernière année. Les joies des cours entre quatre murs, des déjeuners à la cafétéria, des matchs de football et des bals de promo font partie de ma vie. Le weekend je travaille dans un refuge pour animaux. Groupe De ceux qui rêvent. Je rêve qu'un jour ma mère sourie à nouveau. Qu'un jour George devienne gentil avec elle. Qu'un jour elle se lève sans avoir la peau violette autour de l'oeil. Qu'un jour on vivra tous les quatre heureux, avec Noah (mon petit frère). Type de perso inventé. Crédits .Cranberry Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? oui.

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours vécu là. J'ai vécu mes premiers goûters d'anniversaire ici, mes premières boums et mes premières soirées cinéma. Si j'arrivais à creuser au plus profond de ma mémoire, je me souviendrais que j'avais un an quand je suis arrivé ici, seul avec ma mère. On fuyait, elle fuyait, mais je ne saurais dire quoi. Je n'avais pas conscience des enjeux à l'époque.
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Je l'aime, d'une certaine manière. J'y vis depuis mes premiers pas et j'y suis très attaché. Je sais qu'il y a des plus beaux endroits à travers le monde, et dans New York même, mais je m'y sens bien. Je m'y sens chez moi. Et ce ne serait pas chez moi sans le mélange éclectique de voisins qui y vivent et colorent mon quotidien. Il faut dire qu'en dix-sept ans, on s'accroche inévitablement.
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? L'insouciance incarnée. Je ne suis qu'amour et innocence. Quand on me voit, on s'étonne toujours de ne pas me voir à dos de licorne ou en train de chasser les elfes dans les trous de souris. J'ai beaucoup de succès auprès des vieilles dames qui adorent ma douceur, ma gentillesse et mon dévouement. Un peu moins auprès des plus jeunes qui jouent aux caïds, mais en général on me laisse tranquille. Certes ma réputation n'effraie pas, mais celle de George précède toujours. Et pas besoin de le connaître pour savoir que c'est lorsqu'on le voit qu'il faut s'inquiéter.



feat harry styles
Je n'ai jamais connu mon père. Né en Angleterre, ma mère a fui le pays un an après et elle m’a emmené avec elle. Des adolescents qui n’assument pas leurs nouvelles responsabilités. Mon père, surtout. Elle prit la décision qu'elle estimait la plus juste. Le compte en banque vidé, la maison aussi. Deux billets allers, pas de retour. Juste un vol et une nouvelle vie qui nous attendait. Un nouveau mensonge, aussi. Toute ma vie j’ai cru être né sur le sol américain, abandonné par mon père. Et c’est toujours le cas. J’aime le sucre. Dans toutes ces formes. Cristallisé, en poudre ou en morceau. En caramel, en barbe-à-papa ou en sirop. Sur les fraises ou autour d’une pomme d’amour. Dans le thé ou en miel sur un morceau de baguette. Un délice de couleurs qui explosent dans la bouche. C’est doux, comme un morceau de soie qui fond sur la langue. Comme les caresses d’une mère qui rassure son enfant quant au monstre sous le lit. Comme un rayon de soleil qui chatouille tes cheveux par une après-midi de printemps, quand le pollen tombe des arbres et que les oiseaux te saluent. Je souris beaucoup. Je souris tout le temps. Je souris en me levant et en me lavant. Je souris en mangeant et en me brossant les dents. Je souris dans la rue aux gens, même à ceux qui ont pas le temps. Je souris à mes amis et aux autres. Je souris parce que tout le monde mérite de recevoir un sourire et de sourire à son tour. Parce que la vie est pas la même quand on sourit et si on arrête, on recommence plus jamais. Parce que la vie n’est pas malléable et qu’elle se gêne pas pour te le rappeler. Alors je souris. Sauf la nuit, quand j’entends les pleurs de ma mère et que je serre Noah fort dans mes bras pour l’en protéger. J’ai peur de la mort. Très peur. Quand j’étais petit, ma mère me berçait jusqu’à ce que je ferme les yeux. Parfois je me réveillais plus tard dans la nuit, alors je pleurais et elle revenait. Puis George est arrivé et j’ai du prendre sur moi. J’ai commencé à serrer les dents, à inspirer profondément et à changer. Essayer, du moins. Alors les livres sont apparus dans ma chambre. D’abord un plutôt simple, « Alice aux pays des merveilles ». Puis un autre, une dizaine d’autres, une centaine d’autres. C’est là que je m’évade. Ca me permet de continuer à sourire. Parce que même si la mort me fait peur, si je la laisse faire, je suis perdant d’avance. Et j’ai déjà trop perdu. Mes vêtements sentent l’ancien et mes cheveux la vanille. Tout ce que je porte appartenait probablement aux grands-parents des locataires du Parking. Peut-être à ceux des voisins d’en face. Tous récupérés en friperies - caritatives, pour la plupart. On n’a pas beaucoup de moyens, mais on fait avec ce qu’on a et on s’en sort pas trop mal. Ca me crée un parfum particulier. Mon oreille droite n’entend plus. Un jour, George était très heureux de vivre. Trop heureux de vivre. Tellement heureux qu’il n’a pas fait attention et a fait tomber ma chaise haute, moi dedans. Depuis, plus rien que le vide qui retentit. Un samedi d’automne. Le soleil tente tant bien que mal de passer à travers les nuages. On est resté à l’intérieur toute la journée, aucune raison de sortir. J’ai sept ans et l’appartement me fascine toujours autant. Ces mystères et les secrets qu’il cache. Ils n’attendent qu’à être percés, je le sais et j’y arriverai. Mais peut-être pas aujourd’hui, parce que là je me retrouve avec la tête coincée dans la machine à laver, que maman et George sont trop occupés par Noah et que j’ai de plus en plus peur. Depuis, les machines à laver peuplent mes cauchemars. Mes weekends, je les passe pour la plupart au refuge pour animaux. Ca m’occupe, ça me fait de l’argent et ça me met en contact avec d’adorables boules de poils. Et puis, ça m’emmène loin de la maison. Un jour, j’ai envoyé un sms à un numéro d’arnaque avec le portable de ma mère. Elle a reçu sa chanson préférée en sonnerie - le générique de Ma sorcière bien aimée - mais elle a perdu une trentaine d’euros. Je me demande si elle m’en veut encore. Mon sang, c’est du thé vert. J’en bois matin, midi et soir. Et entre les trois. Qu’il soit pur, à la menthe, au citron, au ginseng, à la menthe, à l’orange, à la mandarine, au jasmin… Dans une tasse, un verre, un bol, une gourde, un thermos, une coupe, une bouteille... Mon éternel amour.

Citation :
À ma mère.

L’incertitude. Voilà ce qui m’effraie.
Il m’arrive parfois de me promener dans mes pensées comme on se promène dans un parc, allègrement, les mains au fond de mes poches, une fausse cigarette au coin de la bouche - tu sais que j’en détestais le goût et l’effet dans le fond - et les pieds qui trainent légèrement. Je n’ai pas peur, je ne crains rien. Je suis le maître de cet endroit.
Néanmoins je suis seul. Vraisemblablement, profondément et intrinsèquement seul. Comme chacun l’est dans sa tête, je présume. Mais cette solitude m’angoisse. J’aime me retrouver, j’aime pouvoir faire le point sur ce qui m’arrive, analyser, comprendre. Pourtant, à force, ça devient angoissant. C’est terrible, tu sais, de se retrouver seul avec soi-même, de découvrir tout au long de ta balade dans ton parc que l’herbe n’est peut-être pas aussi brillante que tu ne le croyais. Que les bancs ne sont pas aussi propres. Que les traces de ces graffitis au mur que tu croyais effacées ne disparaîtront probablement jamais. Petit à petit, tu vois ces putains de démons que tu pensais enfin renvoyés en Enfer, lentement resurgir de leurs tombes. Leurs griffes et dents acérées ne demandent qu’une chose: pouvoir se refermer sur ton pauvre corps fragile recroquevillé sur une des balançoires abandonnées dans le fond du parc.
Je voudrais juste que tu réalises, que tu comprennes que tu me manques. Que tu te rendes compte de ce que tu fais, du mal que ça fait. Je sais que les choses ne sont pas faciles pour toi non plus, elles ne le sont pour aucun de nous deux. Je ne veux pas que tu te méprennes: je comprends parfaitement ce que tu me dis. Mais ta façon d’agir trahit ta pensée. Et ta parole trahit mon propre coeur.

Je t’aime.

Les rayons du soleil se fraient un chemin à travers les rideaux et forment des flaques lumineuses au sol. Grandes, allongées et fines ; petites, tassées et difformes. Un rayon glisse le long de mon bras et vient me chatouiller les yeux. Mes paupières frémissent. Elles frémissent de la délicatesse que seul le battement d’ailes d’un papillon à l’autre bout du monde pourrait égaler.

Mes yeux ne sont pas encore ouverts que déjà je les entends.
Des cris.

Quelle heure est-il ?
Combien de temps ai-je dormi ?
Le rouge artificiel sur mon radio-réveil me donne la réponse.
12h48.

Voilà qui m’apprendra à passer la nuit à traverser les Mines de la Moria et autres destinations touristiques de premier choix de la Terre du Milieu. Pendant que George buvait. Encore. À minuit, à trois heures, à sept heures, à dix heures, à midi, maintenant. Sa voix heurte mon tympan encore valide. Lentement, je sors de mon lit et me glisse dans celui du dessus. Noah s’est enroulé dans sa couette, en position foetale. Je m’allonge à ses côtés et je le prends dans mes bras.

Je le prends dans mes bras et je le serre fort contre mon coeur.
Parce qu’il ne doit pas avoir peur, il ne mérite pas d’avoir peur.

niKLaS
passe ta souris !
salut salut moi c'est nicolas mais on m'appelle nico ou niklas (j'essaie de faire passer "nicolas roi de mon existence" mais étrangement ça ne passe pas). j'ai 18 ans, toutes mes dents et les cheveux blancs - littéralement. mes passions: lire jusqu'à cinq heures du matin, manger tout ce que je trouve dans ma cuisine et prendre en photo mon corps nu. j'aime: les paniers de yoplait, les jolis garçons, la musique alternative, les vêtements oversize et lola. je vous claque la bise.


Dernière édition par Twigs Odell le Mer 8 Avr - 16:20, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 15:10

Tiens Harry POTTE
Les One D débarque SADIQUE

Bienvenue en tout cas HAN
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 15:12

Bienvenue :l: :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 15:13

bienvenue par ici :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 15:14

bienvenue dans le coin BRILLE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 15:19

bienvenue LOVE j'aime bien 'twigs' POTTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 15:35

bienvenue à la casa ♥
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 18:10

j'aime bien le prénom, bienvenue LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 19:10

(t'es moche)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 19:17

bienvenue JAIME courage pou ta fiche JEREM LE HERISSON
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 19:25

enfin quelqu'un qui a (presque) l'âge d'Emy FAN
bienvenue ici ! :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 19:37

merci les gueux, vous êtes bien bons. CUTE
oui les 1d arrivent, on a envoyé un squad de reconnaissance on est en mission top secrète là, alors chut. SHH sinon après c'est sur bibi que ça retombe.

pour le prénom, il me tenait très à coeur, je suis content qu'il plaise!

(t'es le plus moche des deux)(lèche mon coude)(merci)(la bonne année)

hâte de victimiser emy au détour d'un couloir du lycée. Twisted Evil
(non en vrai je suis trop l'amour pour ça)

edit: j'ai oublié de préciser que je faisais l'amour à chacun d'entre vous avec tendresse (surtout les garçons). HEHE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 19:45

Bienvenue.... HAWW
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 20:44

Twigs Odell a écrit:


edit: j'ai oublié de préciser que je faisais l'amour à chacun d'entre vous avec tendresse (surtout les garçons). HEHE

Une si gentille proposition yaaa yaaa yaaa MOUSTACHE
BIENVENUE ICI MONSIEUR ROBERT ROBERT
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light Mar 7 Avr - 20:53

Je repasse dans le coin juste pour dire que j'aime beaucoup la quote que t'as mis en signature :l:
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: twigs ☺ it continues to shine but its only old light

Revenir en haut Aller en bas

twigs ☺ it continues to shine but its only old light

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Regrouper une variable continues en classes
» Calcul de probabilité (variables continues et loi uniforme)
» anova VS régression avec variables dichotomiques
» tracer régression logistique [RESOLU]
» Camps d'été

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)