Partagez|


TC 3 - Patinons, patapon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar

› Âge : On ne demande pas son âge à une dame !
› Appart : Local de la Concierge, rez-de-chaussée.
› Occupation : Concierge au Parking.
› Messages : 1836
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: TC 3 - Patinons, patapon. Mer 14 Déc 2016 - 1:00


Une écharpe, des patins
Manque plus qu'un palet pour se battre


Explication
Avec les premières fraicheurs et températures négatives se sont installées au centre ville, en plus des lumières criardes, les quelques activités hivernales. La plus prisée de toutes reste sans doute l'immense patinoire installée au milieu de Central Park, les patins y sont un peu chers, mais nul doute que les parkés trouveront comment glisser sur la glace sans sortir le portefeuille.

Déroulement de l'intrigue
N'hésitez pas à poster à la suite pour faire vivre l'event ! Comme expliqué ci-dessus, il prend place à Central Park, donc en dehors du Bronx (mais toujours à New-York, rassurez-vous), mais sortir un peu ne vous fera pas de mal. Venez tracer des cœurs glacés du bout de vos patins ou improviser un match de hockey, qu'importe, l'endroit est à vous (en plus des touristes, mais eux, on s'en fout).


© Nous sommes de ceux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon. Mer 14 Déc 2016 - 13:00


Noël arrive. Noël approche. Enfant, tu adorais cette période. Faire le sapin avec tes parents et ta soeur. Faire ta liste au Père Noël. Tu adorais cette période. En grandissant, la période des fêtes de fin d'années a toujours été quelque chose de magique pour toi. Mais ta soeur n'était plus avec toi. Et puis tes parents qui te jettent à la rue.. Pourquoi ? Parce que tu es différente. Différente selon eux. Tu leur en veux beaucoup. Tu as énormément de mal à te remettre de leur décision. Encore aujourd'hui tu as du mal. Mais ce sont tes parents. Tu ne peux pas les haïr indéfiniment. C'est impossible. Ces deux dernières années ont été très difficile pour toi. Loin de tes parents. Loin de ta soeur. Aujourd'hui, tu as retrouvé ta grande soeur. Ton modèle. Ton tout. Tu l'as retrouvé et vous êtes encore plus proches qu'autrefois.

Grand jour aujourd'hui. Après une matinée passée à faire le ménage, les courses... Passer les appels téléphoniques nécessaire. Tu peux enfin te poser. Tu te laisses tomber dans le canapé de ton salon. Ton appartement n'est certes pas très grand mais il te ressemble complètement. Petit, mignon, cosy. Chaleureux, tout comme toi. En rentrant des achats de Noël ce matin, tu es passé devant Central Park. Tu as remarqué une immense patinoire. Le patin à glace, tu adores ça. C'est un peu de la danse sur glace en fait. Tu as très envie d'y aller. Ça tombe bien. Tu n'as rien de prévue cet après-midi et puis, de plus, tu ne travailles pas ce soir. Tu pourras donc profiter de ta soirée pour toi. Après avoir déjeuner une rapide tartine d'avocat et saumon, tu files t'habiller chaudement. Un gros pull remplace ton chemisier. Tu enfiles ta paire de bottes fourrée à l'intérieur. Écharpe, bonnet.. Tu attrapes ton sac à main et files à la patinoire. Une fois sur la glace, tu chausses les patins. Tu t'élances sur la glace. Tu te sens libre. Tu te sens bien.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 27 ans (9 avril)
› Appart : #1515, l'étage qui est bien trop près du toit, bien trop proche du vide.
› Occupation : Fantôme qui dessine, silhouette qui avant marchait dans les couloirs de la fac, mais maintenant elle se cache sous les draps la silhouette, bien trop brisée pour pointer le nez dehors, bien trop vidée pour reprendre le dessin.
› DC : Aurore, le feu follet, Matty, le Malverti et Addison, l'épouse solitaire
› Messages : 484
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon. Sam 17 Déc 2016 - 6:00

Il fait beau aujourd'hui dans la ville des buildings. Le soleil est là, réchauffant les visages des  et faisant sourire les mines des passants. C'est bientôt la saison des fêtes et le mois de Décembre continue son cours, arrivant dans la période où les vitrines se remplissent de lumières et de papier scintillant. Même l'hôpital se décore, même dans l'endroit où la mort règne, on voit des guirlandes multicolores apparaître ici et là. Moi, à l'appartement, j'ai pas eu le courage de décorer quoique ce soit, sachant très bien que si Keelan avait été là, elle m'aurait réprimandé, sautillant à droite à gauche, des boules de Noël plein les bras afin de rendre notre chez-nous, festif.

Et aujourd'hui, le soleil m'accompagne alors que les mains fourrées dans les poches de ma veste, je marche à vive allure à travers Central Park. J'essaie de ne pas penser à la fée, cloîtrée dans ce lit blanc, la fée qui semble ne pas vouloir se réveiller, qui semble ne pas vouloir avancer. Non, je n'y pense pas. Parce qu'aujourd'hui est un jour pour moi, un jour où je me tiens loin des couloirs immaculés, préférant sentir l'air frais me piquer l'épiderme alors que mes joues rougissent légèrement, attaquées par le froid. Rapidement, j'arrive à la patinoire qui se tient au centre du parc. Pas mal de personnes glissent déjà sur la glace et rien que l'idée d'y passer l'après-midi me tire un léger sourire. Sortant mon téléphone alors que je fais la queue, je vérifie que la demoiselle censée m'y retrouver ne m'a pas fait faux bond. A priori, Azur est bien en chemin. Je paie alors la location de nos patins et me décale, m'asseyant sur un banc afin de chausser mes propre patins à glace. Une dizaine de personne se tient déjà sur la glace, et je les observe glisser encore et encore. Certains se tiennent par le bras, d'autre encore font la course, slalomant entre les passants, essayant de s'attraper comme s'ils jouaient à un jeu.

La jeune blonde finit par arriver, les joues rougies par le froid et je lui sourit, lui tendant ses patins alors que je me relève d'un bond, la pressant pour qu'elle les enfile. La patinoire et moi, véritable histoire d'amour depuis que j'étais gamine, mais ça j'ai préféré ne pas lui mentionner, de peur qu'elle refuse de m'accompagner. Et puis, nos soirées sur le toit me manquait, d'où mon invitation. Ces petites discussion près des étoiles étaient rapidement devenues la partie préférée de mes journées sans queue ni tête, parce qu'elles au moins, elles avaient du sens. Mais la vie avait fini par nous rattraper. Azur avait ses propres soucis, moi j'avais eu Keelan. Je l'observe, et jugeant qu'elle est fin prête, j'attrape sa main en lâchant un « Allez Az', c'est parti, on y va ! » enjoué alors que je l’entraîne sur la patinoire, nous faisant glisser lentement pendant que mon cœur s'accélère et que je retrouve déjà, les sensations tant chéries d'une enfance oubliée.


@Azur Efstathios


(Personnage en Irlande)


   
“Grief is like the ocean; it comes in waves ebbing and flowing. Sometimes the water is calm, and sometimes it is overwhelming. All we can do is learn to swim.”— Vicki Harrison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5450-sloane-o-connell#111025


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon. Dim 18 Déc 2016 - 1:34

C'était bientôt Noël, il faisait froid et sec, et une patinoire a été installée à Central Park. Tu n'avais bien évidemment pas fait d'économies pour les fêtes pour rien ; et ta fille n'en n'avait jamais fais, trop petite, alors c'était l'occasion. Tu lui enfiles un gros manteau, des bottes, des gants, écharpe et cache-oreilles, et vous voilà partis pour le parc, ta fille sautillant de joie devant toi alors que tu gardais un œil très très très attentif sur elle depuis le jour où tu l'as perdue de vue. Une fois arrivés, tu lui demandes d'attendre sagement près de toi le temps que tu demandes des patins – et on en parle, du prix, bordel ?! Tu ne peux retenir une petite grimace en tendant ta carte bleue, avant d'attraper l'attirail pour aller les enfiler à ta fille, lui recommandant mille fois de ne pas toucher les lames au risque de se couper. Tu attrapes alors l'un des sièges enfants mis à disposition et vous vous dirigez vers la glace, et vous voilà bientôt glissant sur celle-ci sous les grands éclats de rire de ta fille.

Mais c'était sans compter sur le taux de concentration des enfants ; elle s'amuse trente secondes du truc avant de voir les autres patineurs, adultes, qui eux étaient sur leurs deux jambes. « Papa, je veux faire comme les dames là ! » Qu'elle s'exclame en montrant deux jeunes femmes qui passaient devant vous. (@Sloane O'Connell et @Azur Efstathios) Et la voilà, toute vaillante, pour se redresser de son siège, vaciller sur ses petites jambes, partir en avant et... S'accrocher à la première jambe qui lui vient, c'est-à-dire pas la tienne vu que t'as à peine eu le temps de lâcher le siège pour venir près d'elle. Tu remontes tes pupilles vers le nouveau soutien de ta fille, une jeune femme encore – à croire que t'étais le seul mec ici, c'était génial -, blonde et grande (@Becka Donovan tu es l'heureuse élue). La jambe parfaite pour ta fille-koala, qui ose plus la lâcher de peur de tomber. « Euh... Pardon. »
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« La tête ailleurs »
« La tête ailleurs »
› Âge : Vingt piges mais ça fait déjà quelques temps que ça a arrêté de tourner là-dedans.
› Appart : 203, avec maman et le poisson rouge
› Occupation : Lycéenne redoublante ad vitam aeternam, à l'acceuil de la Lanterne Rouge le soir, elle s'occupe des vestiaires.
› DC : Makayla la sauvage et Geert le belge
› Messages : 427
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon. Mer 21 Déc 2016 - 3:02

Elle grelottait sous le pull de laine trop grand qu’elle avait volé à maman, les mailles baillantes laissant apercevoir, là où le simple débardeur qu’elle avait revêtu en dessous ne la cachait pas, sa peau laiteuse que le soleil d’hiver avait rendu plus claire qu’à son habitude. Pas vaillante sur ses deux jambes tremblantes, elle essayait, tant bien que mal, de se détacher de la barrière qui marquait les limites de la patinoire de fortune, elle avait l’air, à demie-penchée et les jambes écartées, d’un girafon maladroit qui essayait de boire pour la première fois. Amir avait été introuvable de toute la matinée, et Fedele puni par sa mère si impressionnante qu’Odalie n’oserait jamais remettre le moindre de ses actes en question, elle aurait pu pendre son fils sur le perron de la résidence qu’elle y aurait trouvé une cause plausible. Ce fut donc seule, plus couverte que d’habitude, mais toujours à demie-nue, qu’elle avait réussi à se rendre jusqu’à Central Park sans se perdre ni oublier qu’elle voulait essayer de patiner. Prendre une paire de patins à un touriste égaré n’avait pas été chose difficile, en trouver une à sa taille était une autre, si bien qu’elle avait dû chaparder à plusieurs reprises, sans jamais se faire prendre, elle avait cette tête de gamine qui ne la quittait pas avec les années et lui permettait souvent de s’échapper sans aucune remontrance des différents larcins qu’elle pouvait effectuer. Et, maintenant, elle se retrouvait, elle et ses patins qu’elle n’avait pas payé, perdue sur la glace, réussissant enfin à se détacher de la barrière pour venir bégayer vers le milieu de la piste, se contentant d’alerter du danger qu’elle était d’un « attention, je sais pas faire ! » à ceux qui s’approchaient trop près d’elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6089-odalie-le-coeur-rempli-


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon. Ven 23 Déc 2016 - 14:26


Patiner. Danser. Tu adores ça. Tu prends un malin plaisir à patiner sur la glace. Il n'y a pas encore beaucoup de monde. Quelques enfants accompagnés de leurs parents. C'est tellement mignon. Ça te rappelle ton enfance. Quand ton père t'emmenait à la patinoire les derniers jours avant que le père Noël ne passe. Encore aujourd'hui, tu continues cette tradition. Ton ère n'est pas avec toi pour t'accompagner. Tant pis. C'est la vie. Il n'accepte pas la personne que tu es, tant pis pour lui. Tu es tranquillement en train de patiner. Tu fais des ronds sur la place. Des accélérations aussi. Tu évites de justesse un petit garçon qui ne semble pas à l'aise sur ses patins. Tu l'aides à se relever. Une jeune fille s'accroche à toi. Elle ne semble plus vouloir te lâcher. Tu te mets à rire. Ça te rappelle toi à son âge. La toute première fois que tu es venu patiner. Tu es resté plus de temps les fesses au sol que debout sur tes patins. "Eh ben mademoiselle !" Tu la détaches un peu de toi et lui tiens la main. Tu l'aides à patiner. Ce n'est pas si difficile. C'est juste un coup à prendre. Comme faire du vélo. "Nan c'est pas grave. Il n'y a pas mort d'hommes !" Lances-tu l'homme en face de toi. C'est sa fille ? Sa soeur ? Il parait bien jeune pour être papa. Enfin, tu n'es pas là pour juger qui que ce soit. Tu ne l'as jamais fait. Ce n'est sûrement pas maintenant que tu vas le faire. "C'est votre fille ?" Demandes-tu afin de nourrir ta curiosité.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon. Lun 26 Déc 2016 - 7:57

Éclats de joie éparses. Elle est prête à danser Az quand elle bascule de son lit pour retomber sur le sol. Téléphone en main, qui vibre de la réponse de Sloane, presque en panique de pas savoir quoi se mettre, de ce qu'elle pourra lui dire maintenant qu'elle a brisé son mutisme. Plus envie de faire chier, pas pour l'instant. Ca vient par épisodes, par envie, par pulsions mesquines. Jay n'est pas là. Tant mieux, elle se débarrasse de tout, du pull trop grand qui la fait ressembler à rien, de ses chaussettes en laine, l'une des seules paires de marques qui lui reste alors qu'elle se plonge bien vite sous l'eau qui brûle, fait rougir sa peau à lui en tendre les muscles. Ressort bien vite, prête à s'observer dans le miroir qu'elle essuie, buée disparue, elle se regarde. Ignore les cernes qui ne veulent plus s'en aller et sa bouche qui ne sait presque plus sourire. Il faut qu'elle réapprenne, pour Sloane, pour ceux qui semblent plus malheureux qu'elle. Mais une fois devant eux, elle sait plus vraiment, elle préfère sa douleur, ça la rassure presque. Elle est pas prête à sauver les gens, elle est sûrement pas faite pour ça. Az qui délaisse finalement son reflet pour aller s'habiller, oublier qu'elle avance mais à reculons.

La pâtinoire est remplie de monde. Elle essaie d'en faire abstraction, triture les bords de son bonnet qu'elle a bien enfoncé sur sa tête, ses cheveux blonds qui entourent son visage de poupée aux joues rougies par le froid, les lèvres entrouvertes laissant échappées leur nuage. Lèvres qui esquissent un léger sourire en voyant Slo au loin. Elle arrive face à elle, l'air émerveillé qu'elle dissimule pas vraiment et alors qu'elle lui tend ses patins, Az qui lui tend quelque chose qu'elle sort de la poche de son manteau « Tiens ... » une pierre, couleur jade, qui pend à une chaîne, elle laisse bien vite le présent tomber dans le creux de la main de la brune avant de détourner les yeux « J'ai pensé que … ça te ferait plaisir. Le jade est symbole de pureté, de sérénité. » son regard qu'elle laisse revenir sur son visage, sait pas vraiment ce qu'elle ressent Sloane en voyant ça « C'est rien du tout, j'ai juste pensé à toi en la voyant. » elle est prête à rougir Az alors elle se pose près d'elle pour enfiler ses patins, la remercie de lui avoir payées alors que Sloane se relève rapidement, toute enchantée « Allez Az', c'est parti, on y va ! » elle a pas le temps de refuser, de se préparer mentalement qu'elle l’entraîne déjà sur la glace. Ses sourcils se haussent en remarquant l'aisance de sa compagne nocturne sur la glace. La blonde qui lui lance un regard soupçonneux, sans animosité « Tu ne m'avais pas dit que tu savais patiner, moi j'suis juste un ... » pas le temps de finir sa phrase qu'elle manque de glisser, s'étaler sur la glace aussi peu gracieusement qu'un phoque. Elle se raccroche fortement à la main de Sloane, l'air un peu perdue, les joues qui rougissent toujours plus « ... moi j'suis juste un boulet sur la glace ! » qu'elle achève enfin avant de lâcher un rire, un peu nerveux et de se laisser guider, ses patins qu'elle laisse glisser en esquissant que quelques pas, timides. « Merci de m'avoir proposé de venir, je pensais pas que ... » une pause, le temps de se stabiliser et de revenir à son visage qu'elle admire sans se l'avouer « que tu pensais à moi. Enfin pour ça, pour la patinoire ! » qu'elle se rattrape vivement alors qu'elle serre les dents, se disant qu'elle fait mieux de la fermer, se concentrant sur ses pas hésitants.

@Sloane O'Connell
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 27 ans (9 avril)
› Appart : #1515, l'étage qui est bien trop près du toit, bien trop proche du vide.
› Occupation : Fantôme qui dessine, silhouette qui avant marchait dans les couloirs de la fac, mais maintenant elle se cache sous les draps la silhouette, bien trop brisée pour pointer le nez dehors, bien trop vidée pour reprendre le dessin.
› DC : Aurore, le feu follet, Matty, le Malverti et Addison, l'épouse solitaire
› Messages : 484
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon. Mar 27 Déc 2016 - 22:36

Azur et ses présents, Azur et ses sourires énigmatiques, sans jamais vraiment savoir le pourquoi du comment alors que ses mains glissent une pierre au creux des miennes. Pierre que je porte à mes yeux, entre mes doigts, la regardant de plus près comme pourrait le faire un joaillier avant de tailler son diamant. Immédiatement, je me promets de la garder sur la commode de ma chambre, avec ses autres dessins, avec les autres souvenirs de nos échappées nocturnes. Et Azur rougit, la voix désormais découverte, percée à jour, le regard qui tombe m'expliquant la signification du jade et j'hoche la tête. La pureté qu'elle me dit, la sérénité qu'elle me sort. J'ai le cœur qui s'allège un peu, s'envolant un peu plus loin de la cage d'acier. Peut-être qu'après tout la journée allait bien se dérouler. Et en même temps, parce qu'il ne faut pas qu'il s'envole trop loin, parce que l'espoir ne doit jamais trop durer, non, jamais, j'ai un lien de métal qui attache le cœur aux barreaux de la cage. Comme une laisse me retenant les pieds sur terre, la tête incapable de se débarrasser de la réalité. Sentiments conflictuels alors que je ne sais pas si la blonde me donne la pierre parce qu'elle a entendu les témoignages sans gêne de ceux qui pensent tout savoir, de ceux qui pensent avoir tout vu. Ou si le cadeau vient simplement d'un bon sentiment, d'une innocence que les yeux bleus d'Azur portent encore parfois, du simple fait que c'est ce que la blondinette ressent en ma compagnie. Regarde toi, comment pourrait-elle ressentir ça à côté de toi ? T'es plus qu'un tas de gravas qu'essaie de continuer à avancer. Dis moi Slo, elle sait la p'tite que tu perds pied ? J'ai le regard qui se perd un peu sur la glace, avant de retrouver les traits de ma compagne. « Merci beaucoup Az', t'étais pas obligée..merci vraiment. » et je lui souris, chassant la voix mesquine de ma tête.

Et je nous lance sur la glace prenant soin de ne pas heurter les personnes, faisant gaffe à ne pas perdre la blonde derrière moi. Je la sens peu assurée la demoiselle alors qu'elle fait quelques glissades le long de la glace. « Maaais si je te l'avais dit tu n'aurais pas voulu venir avec moi! Et puis la patin ça...» et mes mains accrochent les poignets d'Azur d'un réflexe vif alors qu'aucunes de nos phrases n'ont pu se terminer, les mots coupés dans leur élan par la presque chute de la jeune femme. Je la remonte à ma hauteur « Ça va? Je voulais pas te pousser non plus on peut aller autre part si tu veux ». Inquiétude dans la voix, doutes de dernière minute dans la tête, dents qui s'accrochent à ma lèvre déjà abîmée et mes yeux tombent sur nos mains liées, peut être qu'après tout la patinoire n'était pas une très bonne idée. Pourtant Azur n'a pas l'air de vouloir se laisser faire par la glace et sa remarque me tire un rire léger.« Un boulet ? Mais non, ne t'en fais pas. Et puis comme je disais, le patin ça s'apprend ! » Et je fixe son visage de gamine un instant, comme pour y voir un quelconque signe de malaise, de résistance, et après un léger hochement de tête de ma part je nous fais glisser lentement parmi les personnes qui patinent. « J'ai appris quand j'étais petite moi, ça m'a toujours plu..je ne sais pas vraiment pourquoi. » Peut être que c'était la sensation de liberté, celle du froid te bouffant le visage, peut être que c'est juste les souvenirs que j'y attache, des souvenirs de mèches dorées et de rires qui s'envolent. Et au loin j'aperçois des visages familiers, sûrement des habitants du parking, sûrement des personnes que j'ai déjà croisées, à travers les couloirs ou au détour des paliers. Y'a une gamine qu'à l'air paniquée là-bas, au milieu et je me dis que je vais garder un œil sur elle, au-cas où, juste pour pas qu'elle se fracasse la mâchoire contre la glace. Ça serait moche.

La main de la blonde se fait moins pressante contre la mienne, comme si elle prenait un peu plus de confiance, comme si peu à peu ses patins commençaient à enfin la porter. « Oh tu sais, c'est pas grand chose, me remercie pas, vraiment. » Demi-sourire alors que j'observe son visage se fermer, comme si elle avait soudainement décidée de se focaliser sur ses pieds, à les regarder. « Tu sais Azur, le meilleur moyen de patiner c'est de ne pas regarder ses patins ! Quand tu cours, tu cours la tête vers le bitume ou vers l'horizon ? »Et je lâche sa main l'espace d'un instant, histoire d'éviter un couple enlacé, puis mes doigts retrouvent rapidement les siens. « Admire donc la vue ! » Je fais un signe de mon bras libre, englobant l'ensemble de la patinoire bondée, Central Park enneigé, un fond de building derrière les arbres nus. Le New York pour lequel j'avais choisi de poursuivre mes études, celui des films et des affiches. Ma voix se baisse, murmure malin alors que je colle nos épaule l'une à l'autre. « Ou alors admire moi. » Clin d’œil taquin alors qu'un sourire me bouffe le visage, alors que le vent froid fait rougir mes joues, me donnant l'impression de décrasser mes poumons trop embourbés de nicotine. Moi à Azur, je ne lui dis pas que je pense à elle, parfois, je ne lui dis pas que  mes nuits étaient plus sombres les fois où elle ne se montrait pas sur le toit, je ne lui dis pas que les nuits sous les étoiles s'étaient celles où je dormais le mieux après, comme apaisée par nos discussions interminable. Je ne lui dis pas tout ça, non, à la place je garde les lèvres closes, me promettant mentalement de trouver un moyen de la remercier de ramener un coin de ciel bleu dans ma vie orageuse.


@Azur Efstathios & @Odalie Burgess Slo garde un oeil sur toi Emo


(Personnage en Irlande)


   
“Grief is like the ocean; it comes in waves ebbing and flowing. Sometimes the water is calm, and sometimes it is overwhelming. All we can do is learn to swim.”— Vicki Harrison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5450-sloane-o-connell#111025


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon. Mar 27 Déc 2016 - 22:39

Tu venais de rentrer de Bolivie il y a de cela quelques jours. Avant Noël, tu voulais essayer d’aller voir les Fééries de New York. C’était le premier Noël que tu passais dans cette grande ville et le deuxième sans ta mère. Le temps avançait sans que tu ne puisses rien y faire, mais tu commençais enfin à faire ton deuil. Tu étais grande maintenant, tu n’allais pas tarder à avoir vingt ans en avril et tu n’y croyais pas. Tu te rappelais encore des soirs d’hiver à San Francisco où tu allais patiner avec ta voisine et vos mères dans la grande place animée pour les festivités. C’était il y a des années. Tu aimerais remonter le temps et t’y replonger, pour voir ce sourire sur le visage de ta maman. Et qu’elle voit le tien.

Tu étais habillée chaudement, il faisait un froid horrible, tu en avais rapidement oublié la chaleur de La Paz. Ton gros pull, tes bottines et ton bonnet ne suffisait pas à arrêter le vent frais. Central Park était grand, tu étais là depuis un moment à faire le tour du parc, avant de trouver l’endroit parfait : la patinoire. Certes, tu as toujours été une fille maladroite, mais le patinage était une des seules choses où tu ne te débrouillais pas trop mal. Ta meilleure amie d’adolescence t’avait toujours rabâché de prendre des cours, de te lancer dans la compétition. Mais tu n’en avais fait qu’à ta tête et ce que tu voulais toi c’était : aider les animaux. Alors ton talent ne s’était pas amélioré et tu patinais comme n’importe qui. Enfin, tu n’étais pas débutante, ni confirmée pour autant.

Après avoir observé pendant un long moment, tu te décidas enfin à aller dans la patinoire improvisée, enfilant des patins à ta taille à l’entrée. Puis tu pris tes marques au début, redécouvrant le sentiment que te procurais la glace sous tes pieds. Tes souvenirs ressurgissaient, mais tu n’étais pas triste. Tu fis un tour, avant de reconnaître quelqu’un, au loin (il y avait pas mal de monde, il fallait l’avouer, à la limite de se marcher dessus, tu détestais ça).

« Odalie ! » Tu n’avais pas vu la jeune fille depuis la dernière soirée du Parking ou tu avais fait une apparition avec… Marshall. Tu ne l’avais pas revu depuis le mois d’octobre et ton départ en voyage. Tu avais changé, depuis.

« Tu veux que je t’aide ? » Proposas-tu gentiment, souriante, heureuse de la voir. Tu l’avais toujours bien appréciée, même si vous ne traîniez pas ensemble.

@Odalie Burgess
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon. Jeu 29 Déc 2016 - 16:25

Tu observes la jeune dame à laquelle ta fille s'est accrochée l'aider un peu. Tu ne te méfiais pas vraiment ; de toute façon il te suffirait d'un simple coup de patin pour l'arrêter si elle cherchait à faire quoi que ce soit. Cela dit, même si elle ne semble pas méchante, tu étais un peu gêné que ta fille s'accroche autant à elle comme un koala à son arbre ; parce que cela signifiait parler à une inconnue et toi, les inconnus, ça te mettait mal à l'aise. Tu n'étais pas vraiment du genre ouvert à la conversation, pas vraiment du genre à vouloir taper la discut' ; si bien que la sociabilité de ta fille était parfois dure à supporter pour le solitaire que tu étais. Tu glisses doucement vers elles, attrapant de nouveau la main de Lily pour la maintenir contre toi. « Oui. Elle s'appelle Lily. » Encore une fois, le mal être d'être si jeune. Encore une fois, l'appréhension d'être jugé – tu te braques trop vite, lui jettes un regard en coin, prêt à en découdre si elle te disait quoi que ce soit. Ta fille se détourne alors et te tires par le bras pour te demander de reprendre le patin... Sauf que t'es toi-même pas très à l'aise sur tes jambes, en réalité ; ça fait super longtemps que tu n'en n'avais pas fais et il te faut un petit temps d'adaptation.
Alors tu vacilles, et tu te casses lamentablement la gueule.
Oh, génial.


@Becka Donovan
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« La tête ailleurs »
« La tête ailleurs »
› Âge : Vingt piges mais ça fait déjà quelques temps que ça a arrêté de tourner là-dedans.
› Appart : 203, avec maman et le poisson rouge
› Occupation : Lycéenne redoublante ad vitam aeternam, à l'acceuil de la Lanterne Rouge le soir, elle s'occupe des vestiaires.
› DC : Makayla la sauvage et Geert le belge
› Messages : 427
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon. Mer 4 Jan 2017 - 3:26

Elle n’arrivait pas à filer sur la glace comme la plupart des adultes qui l’entouraient, pouvait sentir chaque striure qu’elle faisait dans le glaçon d'eau alors qu’elle semblait avancer par saccade, ses genoux tremblant à la recherche constant d’un équilibre l’empêchant de tomber sans qu’elle n’arrive à savoir pourquoi. Mais, dans la foule, on criait son prénom, une voix fluette qu’elle ne reconnut pas, deux longues jambes fines qu’elle eut du mal à associer à la mélodie qui l’avait interpellé. « Oh, » laissa-t-elle échapper en s’accrochant à l’aide qu’on venait lui offrir sans réfléchir, elle était comme une moule perdue dans une tempête qui avait réussi à se raccrocher par miracle à un bateau qui passait par là « oui, merci, je sais pas pourquoi je suis venue, je ne sais même pas patiner. » Ou alors le savait-elle mais elle ne s’en souvenait pas. Il devait neiger tous les ans, à New-York, pour qu'on installe une patinoire dans le parc, et peut-être l’année dernière virevoltait-elle avec insouciance, mais, aujourd’hui, elle était comme un faon maladroit qui n’arrivait plus à s’en sortir, perdu au milieu d’un lac gelé. « Comment tu vas… » Elle hésita quelques instants, accrochant ses prunelles au visage de la jeune fille pour essayer de la restituer dans un de ses souvenirs. « … Sam. Ça fait longtemps que ne s’est pas vu, maintenant que tu n’es plus au lycée. » Odalie, elle, y était toujours, rêvassait dans les même classes que celle de l’an dernier, exaspérait les même professeurs, se doutait qu’elle avait sans doute les même notes catastrophiques. Sam habitait aussi au Parking, puisqu’elle l’y avait croisé pour la fête d’Halloween, avant que le punch ne lui fasse tourner la tête, mais elles ne s’y croisaient jamais, sans doute parce qu’Odalie passait son temps à s’en échapper. « Tu fais quoi, maintenant, à part du patin ? » Elle semblait tellement plus à l’aise qu’Odalie sur la glace, comme une vraie patineuse, ralentie par une enfant apeurée de la chute.

@Sam Ray-Williamson


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6089-odalie-le-coeur-rempli-


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: TC 3 - Patinons, patapon.

Revenir en haut Aller en bas

TC 3 - Patinons, patapon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» heron heron petit patapon !
» Patati des Hauts-Plateaux, Patata des Plaines & Patapon des Vallons
» [3e] Constituer une anthologie des poèmes à connaître en fin de collège.
» Non, Voltaire n'a jamais dit "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire".
» Droit de retrait individuel et plainte individuelle pour situation "sous contrôle"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Events Terminés-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)