AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 1:18
(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) t'as débarqué il y a quelques jours. Parce que t'as longtemps menacé ton prorio et qu'il a finalement trouvé un moyen de te foutre dehors, après des mois. Parce qu'ensuite t'as squatté chez des copines, mais les femmes étant par nature ce qu'elles sont -étouffantes, faibles, chiantes, connes-, tu t'es vite barré. T'as finalement attiré chez Garcià, une fois de plus.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) l'immeuble ne t'est pas si inconnu que ça pour avoir souvent créché chez Ugo. Il ne te change pas tellement de ce que tu as toujours connu. C'est pas le grand luxe, mais as-tu seulement une fois dans ta vie connu le luxe? Les voisins sont à l'image même du quartier. Étranges, différents les uns des autres, bruyants pour certains, chiants pour d'autres. Tu te fonds facilement dans la masse.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) t'es le pote de Garcià, celui qui squatte le canapé. T'es le mec quelque peu intrigant qui passe dans le hall sans lever les yeux. Un homme quelque peu difficile à cerner. Un calme apparent. Un visage impassible. Parfois un regard tantôt clairement froid, tantôt indéchiffrable. Parfois un sourire trompeur, qui ne présage jamais rien de bon. C'est celui que l'on croise dans le couloir le matin et dont on devine, à la mine exténuée et au regard encore vitreux que quelque part, dans New York, est endormie une jeune femme qu'il a fait sienne le temps d'une nuit. Pour certains, t'es le dealer. Pour d'autres, t'es le mec qui travaille au bar du coin. T'es simplement de la mauvaise graine du Bronx dont il vaudrait mieux rester éloigné.



(NOM) Alcántara. Ça n'est pas d'ici, c'est certain. Ça vient d'ailleurs, c'est espagnol. Tu t'es parfois demandé si cela avait une signification. Peut-être. Mais au fond tu t'en fous un peu. Ça n'est qu'un nom. (PRÉNOM) Pablo parce que tes parents n'ont pas su faire dans l'originalité. Mais il est dit que les Pablo sont tenaces, forts, voire invincibles. Ce prénom te ressemble et tu le portes avec une virilité sans complexe. (ÂGE) vingt-cinq ans à errer dans les rues du Bronx et à souiller tes mains de tes sempiternelles conneries (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) une soirée de mars 1991 dans ton Bronx (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) officiellement, tu traines dans le bar du coin. Tu concoctes des cocktails, tu remplis les verres vide, parce que tu ne sais rien faire de mieux. Officieusement, tu fais surtout dans l'illicite. T'offres un peu de plaisir aux junkies du coin pour qu'ils se tuent un peu plus chaque jour. Cette saloperie de poudre blanche. Tu la refiles aussi aux gosses de riches qui viennent parfois trainer dans le coin. (NATIONALITÉ) américain de naissance bien que cela ne signifie pas grand chose pour toi. T'es juste de la mauvaise graine du Bronx (ORIGINES) colombiennes par tes deux parents. T'y as jamais mis les pieds en Colombie bien que tu revendiques fièrement tes origines. (STATUT CIVIL) célibataire. Non pas par choix mais par nature. Les relations amoureuses, une niaiserie que tu ne connais pas. Les seules relations que tu connais sont celles d'une nuit, de quelques heures. Le temps d'un corps à corps enflammé. Les femmes, tu les enlaces aussi vite que tu t'en lasses. T'es pas gentil. T'es pas doux. Tu n'aimes pas. T'es un vrai connard comme ton père et tu l'assumes. (ORIENTATION SEXUELLE) honteusement hétérosexuel. T'as toujours un oeil qui traine sur le décolleté de la cliente. Toujours un regard de côté pour la jolie serveuse. Les femmes. Tu aimes leurs courbes, le contact de leur peau contre la tienne. Avec elles, tu prends ton dû et passes ton chemin. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) t'as débarqué il y a quelques jours parce que t'avais besoin d'un endroit où crécher. Mais tu connais déjà bien le Parking ; t'as tes repères. (GROUPE) de ceux qui vivent

PSEUDO/PRENOM : j'avais dit que c'était secret la première fois Surprised ÂGE : 21 yo PAYS : Hauts-de-France siisi FRÉQUENCE DE CONNEXION : 5j/7 (plus en général) COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : j'ai suivi les araignées NIARK  (REPRISE DU PERSONNAGE) En cas de suppression, acceptez-vous que votre personnage soit scénarisé ? (TYPE DE PERSO) scénario d'Ugo. (CRÉDITS) AMIANTE pour le codage de la fiche COMMENTAIRE OU SUGGESTION : naan naan AVATAR : Julian Schratter
PABLO LUIS ALCÁNTARA
COMMENT NE PAS ÊTRE UN PITBULL QUAND LA VIE EST UNE CHIENNE

•  « Enfant seul sans problèmes sauf à la maison »
La famille, ça n’est certainement pas ton point fort. Cadet d’une fratrie de deux enfants, t’as  grandi dans un appartement miteux du Bronx. Il y avait d’abord papa, le loup. Les mains sales, toujours dans la merde, dans le sang probablement. Car papa « n’est pas quelqu’un de bien » que maman disait toujours. Car il avait toujours son 9mm sur lui. Il partait tard la nuit et ne revenait qu’au matin. Rien ne l’arrêtait. Et toi tu le regardais avec admiration. Parce qu’au final, il était vraiment quelqu’un dans le coin. Parce qu’on le respectait. Et sa victime favorite, c’était elle. Maman. Maman, la fleur. C’était vraiment une jolie fleur au début. Elle était belle avec ses longs cheveux de jais et ses yeux clairs. Avec son fort accent espagnol. Mais maman était toujours pleine de colère, pleine d’amertume. La fleur du début s’est fanée petit à petit. Elle n’a jamais fleuri à nouveau. Tu ne l’as plus jamais revu son sourire. Elle gueulait lorsqu’il rentrait trop tard. Elle gueulait lorsqu’elle comprenait qu’il avait passé la nuit dans d’autres bras. Et ta sœur et toi assistaient à ce manège incessant entre injures, bagarres, et menaces de morts.

• « J’ai souvent cherché la merde et je l’ai toujours trouvé »
La rue fait grandir, peut-être plus vite qu’il ne le faut. Mais t’y as vite trouvé tes marques. Peut-être parce que tu t’y es toujours senti le mieux ou peut-être même parce que c’est dans tes gênes. T’étais ce gamin qui trainait un peu trop en bas de son immeuble, celui qui se faisait prendre chez l’épicier lorsqu’il glissait un paquet de dragibus dans son sac, celui qui changeait de direction lorsqu’il arrivait devant l’école. T’as jamais vraiment fait comme tout le monde. T’es pas comme tout le monde. Une vie rangée, des études, de la stabilité,… ça n’est pas une vie faite pour toi. Tu ne t’attires rien de bon que des problèmes.

• « Féminine passionnée, horloge biologique. Masculin dépassé, problème psychologique. »
14 ans. Papa a finalement trop joué. 4h du mat. Les flics frappent à votre porte. 7 coups de feu à bout portant. T’es longtemps resté silencieux. Tu partais le matin, tu rentrais le soir comme si rien n’avait changé. Mais au fond, ça te tuait. T’avais envie de retrouver le meurtrier de ton père et de le venger. Mais peut-être qu’au final, c’était une belle manière pour lui de tirer sa révérence. T’aimerais partir comme ça toi, d’une balle dans le dos, comme un homme. Un vrai. Pourtant l’homme fort que tu pensais déjà être n’a rien pu pour maman. La fleur a perdu un peu plu de ses couleurs. Dépression. Crises de nerfs. Peut-être qu’au final elle l’aimait trop et que ça l’avait étouffé. Puis les bouteilles se sont substituées aux larmes. Elle s’est laissée porter au gré du vent. Et toi, tu l’observais de loin, avec dégoût. Quelle conne cette maman !

• « On a le même sang mais c’est pas pour autant qu’on se ressemble »
Avec ta sœur, ça a toujours été compliqué. Parce qu’elle n’a rien de simple. Parce qu’elle est un paquet de contradiction. Parce qu’elle est fausse. Et ça n’est pas allé en s’arrangeant au fil du temps. Elle s’est pourtant occupée de maman et toi. Mais au fond, elle a toujours voulu se barrer. Et elle n’a pas hésité à la première occasion. Cette opportuniste. Cette manipulatrice qui ne voit rien d’autre que la couleur verte de l’argent. Car oui, elle a toujours rêvé de la dolce vita newyorkaise qu’elle voyait à la télé et qu’elle n’a jamais pu avoir. Une vraie michtonneuse qui s’est fait la belle et qui ne te manque pas tant que ça. Il ne restait plus que maman et toi. Quelques mois plus tard, il y avait ce bambin qui vous avait rejoint. Père inconnu. Parce que lorsqu’elle ne noyait pas son chagrin dans la bouteille, maman faisait défiler les hommes. Des tas de visages que tu ne connaissais pas, franchissaient le pas de la porte et s’en allaient après avoir fait leur affaire.

• « C'est nous qui la vendons, c'est toi qui la sniffes »
T’as commencé jeune et aujourd’hui encore, t’as les mains dans cette merde. Tu ne dois certainement pas être si mauvais que ça. Tu ne l’as pas vraiment cherché. C’est venu à toi et au fil du temps t’y as pris goût. Parce que ça rapporte plus que les verres que tu remplis au bar. Parce que t’aimes la sensation d’illicéité que te procure ton activité. Et parce qu’au final t’aimes bien le milieu, t’aimes être sur ton trône à distribuer à qui veut bien te filer ses tunes, le doux élixir.

• « Il ne respecte pas la loi. La loi ne le respecte pas »
Lorsqu’on fait dans l’illicite, on est à l’abri de rien. Tu les avais pourtant toujours évité les flics, mais cette fois là, ta chance n’avait pas tourné. 4h du mat. Les flics frappent à votre porte. Personne n’est mort cette fois-ci, c’est juste la sentence qui tombe. Quatre années derrière les barreaux. T’es pas tombé seul, il y avait Ugo aussi. Tu ne t’imaginais pas la sortie. Ça te paraissait loin. « Peut-être que je vais mourir en taule » que tu t’es dit. Car tu n’as jamais su faire profil bas. Dix-huit ans, c’était jeune putain ! Mais t’es resté enfermé entre quatre murs, mauvaise graine du Bronx qui pourrissait un peu plus dans l’univers tordu de la prison.

• « Des fois j’me dope comme un coureur cycliste, quand ça réveille mes cicatrices, j’me sens si seul et si triste. »
Ta poudre blanche, t’aimes la vendre mais cela ne t’empêche pas d’en profiter quelques fois. De prendre un peu de plaisir à ton tour. Tu tires vite fait ton rail entre deux transactions. Parfois c’est entre une paire de seins. La vie, tu la connais moche, difficile, capricieuse. Tu t’y fais. Tu aimes ses petits plaisirs, ceux qui sont loin d’être nobles.  C’est cette poudre blanche qui te remplit les poches, ce sont les bouteilles qui finissent dans un coin de ta chambre.

• « Faut pas s'prendre pour c'qu'on n'est pas, nous-même, on s'connaît pas »
Toujours étonnant de voir que le jeune latino s’intéresse à autre chose qu’à ses magouilles. Pourtant, t’as toujours eu une âme d’artiste. T’as grandi dans le Bronx. Gamin, t’as vu les « grands » remplir les murs de graffitis. T’as toujours aimé ça, le  visuel. T’as pas étudié l’art et pourtant, t’aimes te retrouver derrière ton appareil photo. T’aimes te poser tranquillement, seul, le crayon à la main devant ta feuille blanche. Parce que c’est la seule chose qui t’apaise. Parce que c’est un des souvenirs que tu gardes de ton enfance.

• « Des filles en manque de rêve couchent pour qu’on les aime »
Les femmes tu les aimes pour beaucoup de choses, comme tu les détestes également pour beaucoup d’autres. Tu ne t’encombres donc pas de futilité avec elles. C’est le temps de quelques heures, quelques minutes, pas plus. Tu n’as jamais su être l’homme d’une seule femme. Volage de nature, tu te lasses très vite. Avec les femmes, tu ne t’attardes jamais bien longtemps. Tu ne flattes pas. Tu ne fais pas dans les fleurs et le chocolat. Elles te donnent. Elles s’offrent à toi. Tu prends et t’en vas. Souvent elles ne disent rien. Parfois elles te font des reproches puis te menacent. Tu ne dis rien Puis elles s’en vont. Ce sont tous ces visages de femme qui défilent dans ta tête sans que tu puisses mettre un nom dessus.

• « On aime sans coeur, On aime ça quand ça sent le calibre. »
Elle, c’est un peu ton jouet. Elle fait aussi partie de ta large palette d’outils pour mener à bien tes activités. Tu l’as un peu entrainé avec toi dans le business ; tu l’utilises parfois pour tes deals et elle ne rechigne pas. Elle te regarde toujours avec ses yeux innocents bien que tu saches qu’elle n’a rien d’une sainte cette fille. Tu la connais bien. Cette fille elle est mignonne. Mignonne et conne. Mais bon sang qu’est-ce qu’elle est bonne aussi. T’aimes bien passer du temps avec elle, te prendre des cuites avec elle. T’aimes ses formes. T’aimes être en elle. T’aimes tout ça et en même temps tu la détestes. Tu la détestes parce qu’ elle est conne. C’est la fille naïve qui aime les mauvais garçons. Celle qui se fait souiller par le premier venu. Celle qui sniffe son rail dans le coin sombre de ton appart’. Celle qui descend tous ces litres d’alcool « parce que Pablo le fait. » Celle qui pense te connaître mais qui ne sait rien de toi. Celle qui a toujours envie de te laisser dans ton insanité mais qui n’en a pas la conviction. Pour tout cela tu la détestes. Tu la possèdes de toutes les façons qu’un homme puisse posséder une femme. C’est ton jouet. Elle est ta chose, pour le moment. Il faudra éventuellement t’en débarrasser à un moment.

• « Un flingue dans la cervelle j’me nourris avec »
Parce que t’as jamais su t’exprimer autrement qu’à travers les poings. D’apparence calme et tranquille, l’on ne doit pas te chercher. Il en faut peu pour que tu t’emportes et le résultat n’est souvent pas très beau. T’es peut-être finalement pas si différent que ça de papa. Parce que parfois tu rêves de sang, parce que parfois tu penses à faire plus mal que nécessaire.

• « Ceux qui te font rigoler quand tout va bien mais qui ne seront jamais là quand le malheur te noie »
Rare sont ceux qui trouvent grâce à tes yeux. Tu as toujours préféré être peu accompagné que beaucoup trop. Tu te sens vite étouffé. T’as gardé quelques amis d’enfance proches. Mais depuis ta sortie de taule, t’as un peu fait le ménage autour de toi. Et puis il y a ceux qui sont partis avant même que la sentence ne soit tombée. De manière générale, tu t’intéresses peu aux autres sauf si tu y trouves ton intérêt. T’observes. T’as l’esprit vif. Autant il est difficile de déchiffrer tes pensées, mais tu arrives vite à te faire une opinion des gens.

• « Ferme un peu ta gueule, va me faire un steak frites »
L’on te traite parfois de macho voire de misogyne. Ce que tu nies pourtant. Ta vision des choses est simplement différente de celle des autres. Tu ne croies pas au féminisme. Tu es convaincu que par nature, les hommes sont supérieurs aux femmes. T’es un peu plus conforté dans tes positions quand tu penses aux femmes de ta vie. Maman, la sœur, … Toutes faibles.  

« Pour me refaire, j'ai fait ce qu'il fallait. Du bien, du mal. »
« El fin justifica los medios » qu’il répétait souvent papa alors qu'il rangeait son 9mm. Il n'y connaissait rien à la philosophie mais il avait raison. T’essayes toujours de tirer ton épingle du jeu. T’es borné. T’abandonnes jamais sans avoir envisagé toutes les options possibles. Tu ne supportes pas l'échec et encore moins la faiblesse. Tu n’hésites pas à user de méthodes perfides pour arriver à tes fins. Tous les moyens sont bons s’il s’agit de mettre toutes les chances de ton côté.

• « Yellow cab, gypsy cab, dollar cab, holla back »
Car malgré les quatre ans passés en taule. Malgré tes ennemis dans le coin. Malgré toute la merde que t’aurais pu laisser derrière toi, le Bronx, c’est chez toi. Tu ne te vois pas vivre ailleurs. Parfois t’en as un peu marre c’est vrai. Tout le monde finit par connaître tout le monde. On ne peut plus passer inaperçu. Toujours les mêmes histoires, avec les mêmes personnes. Mais le Bronx c’est le point de départ. C’est ton point de départ.
 



Dernière édition par Pablo Alcántara le Ven 9 Déc - 5:41, édité 6 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2119-siobhan-je-suis-travers
avatar
« Artiste des âmes »
« Artiste des âmes »

▹ MESSAGES : 1719
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 25 ans (13 avril)
▹ APPART : #703 avec mini sam et son perroquet
▹ TAF : le soir, elle sert des verres aux âmes esseulées, la journée, la plupart du temps, elle s'retrouve à piquer des peaux de son imaginaire
▹ DC : avery le truand torturé qui torture, bonnie la mère aux deux amants et tony le cuistot au doux soleil d'Italie



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 1:23
OWI TU ES LA HOT I love you
j'te réserverais bien un accueil digne de ce nom mais j'ai pas envie que tu t'disputes avec l'autre rabat-joie de ugo Surprised (je suis gentille moi) donc je te fais juste des bisous partout NIARK MOUSTACHE


whore machine
Et j’fume l’amour, j’fume la haine, j’fume le temps même, juste pour pouvoir vous tousser mon bonheur en fumée, celui qui s’est fait carboniser par le mégot de mon coeur brisé.
Viens on se fait la guerre pour mieux se faire l’amour.
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 1:29
déjà que c'est pas la joie entre vous NIARK mais tu pourras toujours me faire cet accueil là en mp :YEAH: :PERV: (azy, j'essaye de titiller ugo déjà SADIQUE ) Coeur sur toi I love you
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12927-lizz-ailes-deployees
avatar


▹ MESSAGES : 1372
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 23 ans
▹ APPART : 1203, douzieme étage
▹ TAF : étudiante en sciences anthropologiques le jour, trafiquante la nuit et serveuse les weekends
▹ DC : Aliah & Drill



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 1:37
:PERV: BAVE AARONLESEXADDICT
T'es grave beau, peut-être même plus qu'Ugo SIFFLE


▬ “FILLE LIBRE COMME L'AIR, fille aux ailes d'argent, oiseau volant. Regarde le monde cruel avec ses yeux clairs, se créer des rêves pour tenter de toucher l'univers.”
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 3:50
Bienvenue avec cette merveille !!! BAVE HOT SADIQUE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 5:21
bienvenue par ici toi. MIAOU OMG
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 8:11
Déjà j'veux un lien bonsoir Surprised (faut que je vienne pour Julia aussi FAN)
re chez toi ho t'es belle comme ça aussi ROBERT
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 17:38
Ola =)

Re-bienvenue ici et bon courage pour ta fiche ^^
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 17:40
rebienvenue I love you
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 18:56
OK JE VOIS QUE PABLO FAIT DEJA TOMBER TOUTES LES MEUFS Surprised
ils vont se battre un petit peu, ça promet des rp mémorables NIARK

@Siobhan Barajas ntm tu m'aimes c'est tout Surprised
@Lizz Moen presque t'as dit FUCK

Sinon MERCI MERCI MERCI JE SUIS HEUREUSE RHOLALALALA JAIME :l: HOT
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2119-siobhan-je-suis-travers
avatar
« Artiste des âmes »
« Artiste des âmes »

▹ MESSAGES : 1719
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 25 ans (13 avril)
▹ APPART : #703 avec mini sam et son perroquet
▹ TAF : le soir, elle sert des verres aux âmes esseulées, la journée, la plupart du temps, elle s'retrouve à piquer des peaux de son imaginaire
▹ DC : avery le truand torturé qui torture, bonnie la mère aux deux amants et tony le cuistot au doux soleil d'Italie



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 19:07
@Ugo Garcià oui y a que toi mon amour (et quelques autres aussi)


whore machine
Et j’fume l’amour, j’fume la haine, j’fume le temps même, juste pour pouvoir vous tousser mon bonheur en fumée, celui qui s’est fait carboniser par le mégot de mon coeur brisé.
Viens on se fait la guerre pour mieux se faire l’amour.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa
avatar


▹ MESSAGES : 2331
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 45 ans
▹ APPART : 1210
▹ TAF : Médecin légiste dans le commissariat du coin
▹ DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 19:12
Bah moi tu me laisses de pierre, voila Surprised
Rebienvenue parmi nous HEHE



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5395-leo-ses-baisers-laissai
avatar


▹ MESSAGES : 1844
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : vingt et un ans, toujours pas adulte.
▹ APPART : #1014, le F4 de papa. L'appart trop grand, trop vide.
▹ TAF : Elle a trouvé ce petit job à la supérette du quartier, derrière le bip abrutissant de la caisse enregistreuse. Elle vole encore, de temps en temps, des relent d'argent facile.
▹ DC : Marshall le branleur, Carl le taulard & Kosta l'enfoiré



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 19:20
Nan t'es pas plus beau qu'Ugo, mais tu as ton charme ROBERT ROBERT

Bienvenue, rebienvenue ? En tout cas très bon choix de personnage, et on se mp très vite pour notre lien :l: :l: HOT



Rien. Rien d'important. J'te disais juste que j'allais pas bien et que je partais en couille ces derniers temps, que j'avais un peu envie de crever et beaucoup envie de chialer mais tu sais c'est pas important tout ça, ça vas passer, ça finit toujours par passer.
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 19:50
CIMEEEER tout le monde  JAIME J'vous kiffe tous Cool  I love you
Genre Lizz qui me fait un compliment. Dieu existe CRY ME A RIVER Makayla 'faut arrêter la bouteille. Ça doit sûrement être à cause de ça Surprised
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   Lun 5 Déc - 20:30


rrr t'es beau toi GNOE rebienvenue MOUSTACHE
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: pablo + la luxure m'aura à l'usure peut-être   
Sauter vers:  
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.