avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Jeu 3 Nov - 20:58
(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Déchéance du Parrain, rire ironique qui fleurit sur tes babines retroussées et besoin viscéral de te réjouir de sa situation. Tu le suis, de loin, comme les hyènes qui se gaussent d'un repas quand l'éléphant tombe dans la poussière : tu sais qu'il ne se laissera pas abattre et tu l'admires pour ça, à mots couverts. Et tu n'es peut-être là que pour lui donner la motivation nécessaire pour repartir, pour savoir qu'il n'aura pas le temps de se reposer et qu'à jamais les vautours accompagneront ses pas. Tes plumes noires sont de mauvais présage et il le sait : tu t'en réjouis, tu aimes le voir trembler, c'est dans ta nature. Alors trois petites semaines, c'est court pour profiter entièrement du spectacle. C'est également court pour mettre en place un autre plan, une autre envie de femme alors que ton coeur s'est fait fort de devenir masculin.

   (Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Ici tu es proche des bas-fond, plus proche du fumier où les fleurs fleurissent plus ardemment : ils sentent aussi bon que cette métaphore et tu en humes le parfum comme on se délecte des malheurs des autres. Tu ne les hais pas, tu n'as qu'indifférence et mépris pour eux : les haïr serait sûrement leur donner trop d'importance alors qu'ils ne font de toute façon que partie du décor. L'immeuble en soit ne vaut rien, se vendrait pour une bouchée de pain et fait tâche à côté de ce que tu as pu connaître, mais étrangement il te rappelle des débuts, des instants nostalgiques qui parfument encore tes draps du goût des larmes : cela te plaît, ce petit retour aux origines.  

   (Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Il est vrai que les langues aiment parler ici : elles n'ont que cela à faire. Tu imagines que tu es l'illusion, la chimère d'un autre monde venue s'échouer entre les entrailles de la baleine... Ou bien n'es-tu qu'une de ces pétasses des beaux quartiers venu s'encanailler. Tu t'en moques. Qu'elles te salissent à volonté, voilà longtemps que tu es imperméable à tout.  

(NOM) Cox. Big bang, la balle ricoche, il meurt, tu hérites. Folie du hasard, jeu de cartes truqué. Cox c'est adorable, c'est surfait, cela brille comme un diamant serti. Tu l'as gardé pour le chic qu'il renvoie. (PRÉNOM) Keira. Etrangement, tu n'as jamais su totalement te défaire de ce prénom-là : c'est bien ta seule faiblesse romantique. (ÂGE) 51 ans, tu entames la deuxième moitié de ta vie. Il paraît que c'est toujours la plus intéressante. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 25 Décembre. Cela comporte un avantage indéniable : tu n'as à sourire sincèrement qu'une fois par an, et cela réunit à peu près toutes les raisons valables. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Création d'illusions, détentrice d'une vérité truquée et faiseuse de miracles pour la mafia italienne. Tu as un certain talent, des relations, du tact et une élégance séductrice qui t'ouvrent toutes les portes, alors on compte sur toi, on te laisse les rênes libres parce qu'on sait que s'il faut pondre une arnaque de haut vol ou détrousser un homme jusqu'à l'os, toi seule saura le faire. Accessoirement, tu t'es trouvé une certaine passion pour les cartes dernièrement, et tu joues comme tu vis, avec cette froideur insensible qui rend le jeu si palpitant. (NATIONALITÉ) Américaine. (ORIGINES) Inconnues et tu te gardes bien de les révéler (STATUT CIVIL) Veuve (noire ?) (ORIENTATION SEXUELLE) Narcissique, tous les corps ne te renvoient que ta propre image (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Il y a trois semaines, tu as suivi Furio Bartolotti. Besoin de rire à ses dépens, de se moquer, et surtout, besoin de retrouver ton fils et pour cela, de te perdre dans ces eaux troubles. (GROUPE) De ceux qui vivent

PSEUDO : Voodoo ÂGE : Vieille - trop PAYS : France FRÉQUENCE DE CONNEXION : 7/7j COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : J'y étais déjà (REPRISE DU PERSONNAGE) Non (TYPE DE PERSO) inventé  (CRÉDITS) AMIANTE pour le codage de la fiche COMMENTAIRE OU SUGGESTION :  Comme je vous aime, divins coquins....AVATAR : Robin Wright
KEIRA COX
Truth is a lie

   • Tu as été une petite fille il fut un temps très court. Trop court. Et depuis, tu es une femme : dans ce monde de requins qui ne pensent qu'à la chair fraîche, cela a été un véritable challenge que de survivre, de redresser le menton et de s'imaginer pouvoir s'en sortir. Le parcours d'une vie au crépuscule d'une jeunesse qui s'enfuit que tu estimes n'avoir été ni bonne ni mauvaise, tout juste passable, et largement suffisante pour te maintenir en vie. Aussi déplaisantes furent-elles, ces épreuves t'ont forgé le caractère, l'âme et le besoin viscéral de défendre ta liberté coûte que coûte, quitte à devoir payer le prix du sang.
• Tu as 18 ans, il est plus âgé, trop beau et sûrement bien trop charlatan pour que tu ne cèdes pas à l'appel de ses mensonges. Tu y goûtes avec la curiosité maladive des jeunes filles qui se croient déjà femme, il succombe à ta fraîcheur comme on croque dans une pomme. Ton chemin de vie t'a emmené jusqu'en Turquie pour l'y rencontrer. Tu tombes enceinte. 18 ans c'est trop jeune mais il t'oblige à garder l'enfant : l'amour s'effrite, les illusions s'effacent et tu restes avec l'amère réalité de la petite fille qui a joué avec le feu. Sitôt le bâtard né, tu pars, abandonnant l'enfant dont tu ne voulais pas et cet homme qui déjà ne te regardait plus. Il s'en fiche du moment qu'il garde la gamine : tu l'imagines petite princesse gâtée aux bras d'un père adorateur de sa progéniture, tu t'en contentes, tu la jalouses un peu et méprises également cette vie inutile et superficielle. Elle n'est rien pour toi, ne sera jamais rien sinon l'image d'une erreur monumentale : tu n'as jamais cherché à la revoir, elle ne te connaît pas, vous vivez heureuses loin l'une de l'autre et le monde s'en porte mieux.
• Il y a les hommes, évidemment, point d'ancrage d'une illusion que tu tisses avec ta propre toile et tes mensonges acérés. Ils y tombent avec maladresse, presque heureux de savoir qu'une fois dans leur vie, tu leur as appartenu. Toi, tu te contentes de leur argent, de leur corps et parfois de leur esprit quand ils daignent en avoir un et l'utiliser à la place de leur pénis. Dans le fond, tu les apprécies plus que tu ne voudras bien l'admettre : ils ont quelque chose de surannée et délicieusement vieux jeu, quelque chose qui te rappelle de temps en temps à lâcher prise et te laisser aller, même si ce ne doit être que le temps de crier ta jouissance. Chacun d'eux est différent, chacun d'eux te plaît et dans ce fratras de bonnes âmes se cachent quelques diables qui ont su te séduire plus que d'autres.
• Il y a les femmes, dont ton regard caresse la courbe des reins et devine la douceur de leur peau. Plus dangereuses que les hommes, plus faibles également, elles sont tes proies favorites, celles avec qui tu ne baisses jamais ta garde car tu connais la douleur de leur morsure. Le Parking en regorge de ces beautés uniques, déballage de chair et pudeur des sourires : elles déambulent devant tes fenêtres, affichent une jeunesse affolante et te narguent avec leurs yeux de biches et ces cigarettes collées au coin des lèvres. Elles sont parfaites, jolis petits jouets que tu meurs d'envie parfois de briser ou de cajoler. Jamais la Reine Mère n'a apprécié vieillir : sans doute en ira-t-il de même pour toi...
• Fint, Maddow, Smith, Gaunall, Franck.... Autant de noms de famille perdus, oubliés. Des noms que tu as porté durant un temps, quand l'argent venait à manquer et qu'un jouet arrivait à te distraire davantage que les autres. Tu t'es arrêté à Cox, parce qu'il te plaisait plus que les autres. Et peut-être parce que tu étais lasse de ce petit jeu.
• Il y a eu quelques journées déplaisantes, des larmes volées et un besoin urgent de fuir : le Bronx, tu l'as connu, il y a très longtemps. Une vie entière t'en sépare et son lot de mensonges, mais toi et lui, c'est comme un vieux couple reparti pour une valse. Tu t'y sens à l'abri, sereine peut-être parce que ses dangers te sont désormais habituels et parce que ton expérience t'as permis de te sortir autrefois de la merde dans laquelle ses habitants baignent actuellement.
• Tu ne sais pas conduire. C'est assez atypique mais tu es incapable de poser tes mains sur le volants et d'appuyer sur les pédales : ton cerveau déconnecte, contrôler la voiture n'est pas naturel. Tu détestes tout ce qui est mécanique mais tu as les voitures en horreur. Les taxis sont devenus ton lot quotidien, quand tu ne t'offres pas le luxe d'un chauffeur. Évidemment cela te sera interdit au Parking : il faut savoir oublier ses bonnes manières parfois.
• Combien de gifles avant d'être capable de redresser sa tête ? Combien de moqueries et d'humiliations avant de prouver que tu avais quelques neurones entre les deux oreilles ? Ton ascension a été lente et difficile : personne ne naît Dieu avant les autres. La tienne fut encore plus dure parce que tu étais une femme, même si ton sourire t'ouvrait plus de portes parfois. On t'a longtemps résumé à un physique : ceux-là ont vite compris leur erreur, mais souvent trop tard.
• Tu aimes le bon vin. Les grands crus ont peu de secret pour toi, tu te complais à en admirer la robe parfaite et à les goûter en silence, dans un calme religieux. Le vin est un péché mignon que tu dégustes à petites gorgées : point trop n'en faut, hors de question de gâter ton palais ou ta vivacité d'esprit. Et c'est sûrement parce que tu sais en parler que tu séduis autant : il semblerait que les hommes trouvent dans tes discours quelques sous-entendus qui les charment...
• Tu as enfanté deux fois : la première était une erreur que tu t'es empressée d'effacer. La deuxième ne fut que le résultat pitoyable d'une arnaque que tu avais cru réussie. Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué : tu étais loin d'être aussi perfectionniste qu'aujourd'hui et la leçon fut mémorable. Un viol et un passage à tabac d'une rare violence... Tu aurais dû y rester, tu as presque miraculeusement survécu, mais tu n'as plus jamais été la même après cela. Et tu as su te venger à ta manière.
• Si tu as haï ta première enfant parce qu'elle était née d'un amour fugace et trop vite parti, tu n'as pas été capable de te séparer de ce deuxième bébé non désiré lui aussi. Tu pensais réussir à accoucher sous X et t'en débarrasser, mais tu as été plus faible que prévue. Contrairement à la première, il s'agissait d'un garçon. Adorable. Innocent. La première créature innocente que tu touchais dans cette vie, alors tu as décidé de le garder et il est devenu le centre d'un univers de plus en plus restreint.
• Tu n'as jamais su aimer comme il fallait et ce fils, tu l'as tellement étouffé que tu as cassé ce beau jouet que la vie t'avait donné. On le racontait instable, on le disait dangereux... Des rumeurs folles d'inceste couraient sur vous deux, totalement infondées mais nées après d'étranges gestes, des regards qui n'auraient jamais dû avoir lieu entre une mère et son fils. Tu en riais, il ricanait. Et vous continuiez. Dans le fond, la vérité, personne ne l'a jamais su, pas même vous deux.
• Tu aimes tellement mal que ton beau jouet a déchu. La violence d'abord. Puis la drogue. L'alcool. Le sexe. Et ses gestes de plus en plus déplacés, dont tu étais de plus en plus accroc. La rencontre brutale entre deux êtres mal fabriqués et déjà trop écorchés par la vie. Il y a eu cette dispute, immonde et tellement violente qu'il doit encore garder la marque de tes ongles sur la peau fragile de ses joues. Il s'est enfui cette nuit-là, tu ne l'as plus jamais revu et tu le recherches comme une âme damnée en quête de sa raison de vivre. Il est ton fils, il est ton monstre et à jamais il te reviendra.
• Il y a eu les italiens, très rapidement. Les approcher fut aisé, gagner leur confiance fut un calvaire interminable mais tu y es arrivée, tu as su le faire. Et quand enfin ils t'ont intégré dans leur cercle fermé, tu as touché l'or du bout des doigts, quelques paillettes venant se loger au creux de ton sourire de plus en plus prédateur. Tu as connu le molosse Attila Bartolotti, son étrange fille un peu trop fouineuse qu'on repoussait dès que tu arrivais, et le fameux Furio Bartolotti, le requin aux dents longues et au sourire bien trop doux pour être sincère. Il t'a impressionné, t'a plu, t'a charmé. Il était parfait, un miroir masculin de tes propres ambitions dévastatrices alors tu l'as suivi avec un enthousiasme froid mais sans précédent de ta part. Tu le suis encore. Tu risques de le suivre à jamais parce que malgré tous tes grands airs, tu ne seras jamais la leadeuse que tu espérais devenir.
• Le Parking, c'est une solution que tu espères courte. Le besoin d'abord de te moquer du grand homme, par taquinerie, affection et cruauté typiquement féminine. Cela te plaît de le voir diminué. Mais il y a ce fils à rechercher, cette partie de toi-même que tu devras finir d'aimer totalement, ou alors tuer une bonne fois pour toutes. Tu n'en sais rien. Tout ce que tu sais, c'est que le Parking est peut-être une chance dans cet univers que tu as pris soin depuis longtemps de colorer de noir et de blanc.

   



Dernière édition par Keira Cox le Dim 6 Nov - 1:26, édité 5 fois
avatar
« Pinkie Pie »« Pinkie Pie »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6880-ness-ness-presso-what-e
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 1656
▹ INVESTISSEMENT : 2

▹ AGE : 35 ans
▹ APPART : Navigue entre le #902 et Greenwich.
▹ TAF : L3 de Droit / Propriétaire d'une entreprise pharmaceutique / Chimiste de pacotille
▹ AVATAR : Merve Bolugur
▹ DC : Mimi / Niilo / Dei

MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Jeu 3 Nov - 21:04
FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK


Donnez-moi la force
Et moi qui suis là qui regarde et qui voit
Je donnerai tout de même ma vie
Pour cette enfant qui grandit
R&J
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Jeu 3 Nov - 21:08
Oh ma chérie, voyons, pourquoi tant de haine ? NIARK
avatar
« Marquis de Sade »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12979-eleazar-tout-est-bon-q
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 1930
▹ INVESTISSEMENT : 11

▹ AGE : 43 y.o
▹ APPART : #1501
▹ TAF : avocat en droit des affaires
▹ AVATAR : Benedict Cumberbatch
▹ DC : Rau / Franz / Popi / Nikita



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Jeu 3 Nov - 21:12
Madame Cox Suspect
( GENTILLE BELLE MAMAN ON A DIT Emo)


+ N'OUBLIE JAMAIS +
Aux yeux les mirages du possible, quand doucement battent tes cils, quand d'un regard, tu m'en dis mille, je suis maladroit sur la cible.

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Jeu 3 Nov - 21:43
Je ne sais pas si je dois te dire bienvenue ou vivement que tu sois partie. RESTONS ZEN
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Jeu 3 Nov - 21:44
Tellement classe ! JAIME :l: :l:

Robin coeur coeur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Jeu 3 Nov - 21:49
Furio, très cher, de grâce : pas de miévrerie entre nous, faites-moi donc le plaisir de me haïr autant que je me ris de vous.

*passe affectueusement sa main dans les cheveux d'Eléazar et d'Angelo*
Tout doux mes agneaux, tout doux.


Dernière édition par Keira Cox le Jeu 3 Nov - 21:52, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Jeu 3 Nov - 21:50
Salut toi NIARK NIARK NIARK :l:
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Jeu 3 Nov - 22:31
Je l'attendais avec impatience ce personnage - je bave triple litres dessus CANDICHOU
ta belle gueule & sacré tempérament, j'exige un lien NIARK
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Jeu 3 Nov - 23:40
*dépose un baiser aérien sur les lèvres du bel italien* Demande, tu obtiendras... peut-être !

Romy chérie, tu es délicieuse :l:
avatar
« requin d'eau douce »« requin d'eau douce »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5328-geert-juste-un-doigt#10
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1178
▹ INVESTISSEMENT : 4

▹ AGE : 56 ans.
▹ APPART : 142.
▹ TAF : Pornographe.
▹ AVATAR : Chris Noth
▹ DC : Makayla la sauvage, Odalie la sirène



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Ven 4 Nov - 0:33
Salut ma jolie damn


avatar
« Srpska_tigar »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7739-slavenko-kovacs-en-cons
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 9769
▹ INVESTISSEMENT : 111

▹ AGE : 40 (12 Avril 1978)
▹ APPART : #202
▹ TAF : Co-Propriétaire du Pussybox video club porno (et bordel), gérant de la salle de Boxe le Bronx Boxing. Proxénète, trafiquant d'armes et mercenaire.
▹ AVATAR : Josh Hartnett
▹ DC : Attila Veccini



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Ven 4 Nov - 1:03
Robin ! Quelle classe !
re(bienvenue) !



Running from Babylon

I liked the way we slept
On rooftops in the summertime
.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Ven 4 Nov - 8:26
Merci les garçons ;)
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Ven 4 Nov - 10:17
Super! Encore un personnage sous ta plume ... BRILLE
Rebienvenue :l:
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
▹ MESSAGES : 381
▹ INVESTISSEMENT : 0

▹ AGE : Inconnu
▹ APPART : New York
▹ TAF : Colporter les ragots
▹ AVATAR : Un voisin ?
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   Ven 4 Nov - 12:02
Deuxième moitié de ta vie, on aurait plutôt dit sur la fin nous, voire ridée et bonne à remiser si on était mauvaise langue....
Bienvenue NIARK


Des ragots croustillants ?
Envie d'embêter quelqu'un par sms ?
Envoie nous un message, on ne mord pas. Pas trop...
CLIQUE CLIQUE CLIQUE !
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Keira Cox - Truth's a drug : be curious, not stupid.   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.