Partagez|


LUCREZIA + tigers and sharks.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 11:07

Lucrezia Juliette Abattucci
it's about betraying others and betraying yourself.
Nom abattucci, un nom de famille à la consonance italienne qui prend ses racines en corse. elle n'y va pas souvent pourtant, elle en est super fière.Prénom on l'a longtemps surnommée lulu (enfin, c'était surtout l'autre) parce que son prénom complet est trop long, trop compliqué. lulu, c'est mignon, c'est candide, c'est. ou plutôt, c'était. elle a grandi la gamine mignonne et candide. aujourd'hui, c'est lucrezia et basta.  Date et lieu de naissance lucrezia, elle ne fait jamais comme tout le monde. elle était censée arriver le 29 décembre 1991 mais elle a préféré profiter du cocon maternel encore un peu plus longtemps. ce n'est que le 17 janvier 1992 qu'elle a pointé le bout de son nez à paris. si elle avait su tout ce qu'elle endurerait, elle serait restée bien plus longtemps. Âge elle vient tout juste d'avoir vingt-trois ans. Nationalité 100% française, 100% parisienne, 50% râleuse, 50% désagréable. Origines corse du coté paternel et française de sa mère. avant les deux dernières années, lucrezia n'a quitté l'hexagone que pour se rendre en corse. depuis, elle a vu beaucoup plus. elle a vécu beaucoup plus. Statut matrimonial y avait l'autre, avant. celui pour qui elle aurait donné toute une vie, ou presque. puis il est parti, comme ça, pouf. abandonnée, saccagée, furieuse, libre, seule. tiens, voilà son statut matrimonial.Orientation sexuelle y a jamais eu aucun doute pour elle, y a que les hommes qui comptent. elle a déjà embrassé deux/trois filles, mais ça lui a jamais fait d'effet. Job ou Activité lulu, 18 ans, pleins d'espoir et de rêves dans la tête, elle s'est lancée vers l'ESRA après son bac. l'Ecole Supérieure de Réalisations Audiovisuelles, c'était l'école de ses rêves. elle le savait qu'elle était faite pour ça. puis le petit bout a débarqué et ce rêve-là s'est envolé pour laisser place à d'autres. après qu'il ait fêter ses deux ans, elle a tout de même décider de reprendre ses études à l'ESRA. Groupe lucrezia, elle est de ceux qui persistent ; de ceux qui pensent que si on essaye un peu, on y arrive ; de ceux qui idéalisent un monde trop beau ; de ceux qui rêvent Type de perso scéna d'eddie ♥ Crédits you me at six (titre), alex gaskarth (citation), wildworld (avatar) Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? non.

   Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? hmm, je dirai approximativement quarante-huit heures. j'ai acheté un billet aller simple de paris à new york et boom, me voilà.
   Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? sachant que je viens à peine d'arriver, je n'ai pas eu le temps de croiser grand monde, ni de parler à qui que ce soit, en fait. l'immeuble a l'air correct, tout comme ses habitants.
   Quelle est votre réputation au sein du quartier ? absolument aucune idée. je ne sais même pas si les autres locataires ont remarqué qu'une nouvelle avait débarqué. mais s'ils pensent quelque chose de moi, ça doit être un peu près de cet ordre-là : elle est mignonne ou elle a un accent bizarre, elle... rien de plus, rien de moins.



   
feat mathilda bernmark
avant, lulu, c'était la fille qui filmait ses voyages à travers la france, à travers la corse pour après en faire le montage, ajouter de la musique, ajuster la coloration de ses plans, faire des transitions de plans étranges, mais qui rendaient ses court-métrages deux fois plus cools. avant, lulu, c'était la fille qui se promenait pas sans sa caméra. elle ne prend plus la peine de faire ses petites vidéos, elle en a perdu le goût. elle a pas le temps pour ça, elle ne prend pas le temps pour ça. quand elle parle anglais, on entend son accent français à la con. elle le sait, elle aussi, elle l'entend et elle aussi, ça la fait chier. elle y peut rien, puis de toute façon, même si elle pouvait, elle est pas certaine qu'elle le changerait. elle n'oublie pas ses racines et elle se dit qu'un jour, elle pourra retourner au pays avec elie dans les bras. lucrezia, elle est de ceux qui rêvent. oui, mais pas tout le temps. elle rêve, puis elle se rend compte de la dure réalité et la fatalité la frappe en plein visage avec une violence à laquelle elle ne s'attendait pas. lucrezia, elle s'envole un instant en pensant aux retrouvailles avec son fils ou d'une futur carrière dans la réalisation, puis elle s'écrase sur terre en pensant qu'elle est encore loin du but, mais elle persiste, elle se bat quand même parce qu'elle a que ça à faire. lucrezia, c'est une rêveuse. lucrezia, c'est une réaliste. lucrezia, c'est une rêveuse réaliste. les six dernières années de sa vie, ça n'a pas été facile pour cette petite blonde. elle en a vu de toutes les couleurs. le rouge passion, de tendresse, de caresse d'un amour qu'elle a presque cru éternel. le glaçage rose bonbon couvert de paillettes et de confettis d'un gâteau fait maison qui n'avait pas vraiment fière allure. le jaune des pâquerettes qu'elie lui cueillait de temps en temps. le violet qui laissait des demi-cercles sous ses yeux. la transparence de ses larmes. et enfin, le noir et blanc de ses court-métrages qui devenaient fades et perdaient tout leur entrain. elle aime les balades nocturnes. seule ou accompagnée, avec ou sans musique, elle aime errer sans destination, sans minuteur. juste elle, le noir de la nuit et la lueur des étoiles. ça peut prendre dix minutes comme une heure. c'est comme ça qu'elle se vide l'esprit ou qu'elle trouve de l'inspiration. ces derniers temps, c'est plus pour se vider l'esprit. de l'inspiration, de toute façon, elle n'en a plus.   family first. même avec son accent pourri, lucrezia en comprend parfaitement la signification. la famille abattucci est une famille tellement nombreuse que lors des réunions, on peut facilement prendre trois-quart d'heure juste pour saluer tout le monde. lucrezia, c'est le genre de personne qui pourrait faire tout et n'importe quoi pour sa famille. enfin, presque tout. quand eddie est parti avec elie, lucrezia a été inconsolable. elle se réveillait, restait au lit, ne mangeait presque rien et ne quittait sa chambre que pour utiliser les toilettes. cette routine a duré plus de deux mois. après ça, elle s'est reprise en main, en quelque sorte. elle allait souvent se renseigner au près de la police pour savoir s'il y avait du nouveau sur l'affaire, mais la réponse était toujours négative. et elle rentrait, pleurait encore un peu avant d'aller se coucher. ça a duré cinq mois. elle a fini par se lasser de ses propres larmes. elle ne pleure plus, elle ne se fie plus à la police pour chercher. elle a fouillé toutes les pistes qui lui passaient par la tête : son ancien profil facebook, google, sa maison, les lieux où ils allaient ensemble, où il allait avec elie, tout. au fur et à mesure, la tristesse qui hantait son cœur a été remplacée par de la haine. comment avait-il osé lui faire ça, à elle ? pourquoi ? rien que d'y penser, elle serrait les dents. c'était la deuxième fois qu'elle se sentait trahie de la sorte. deux trahisons, par la même personne : celle que lucrezia aimait le plus. lucrezia est un poids-plume. elle ne tient pas du tout l'alcool. même pas un peu. elle a tendance à être un peu sur ces gardes en ce qui concerne sa vie personnelle, mais il lui suffit d'un verre dans le nez pour qu'elle commence à vous dévoiler les miracles de sa naissance, son apprentissage sur le petit pot, ses premières promenades à vélo ou encore tous les choix malheureux qu'elle a fait dans sa vie. dans la poche avant de son sac à main, lucrezia transporte un petit carnet en cuir noir. avant, il lui servait de pense-bête pour telle ou telle idée de court-métrage. maintenant, il sert en général à indiquer le nombre de jours où elle n'a pas vue elie. on peut voir 914 barres noires recouvrir une dizaine de pages et le compte ne fait qu'augmenter. elle adore les chapeaux, les bonnets, les casquettes. elle en possède toute une collection. elle est parée pour n'importe quelle occasion. une excursion à la mer, une journée venteuse, un jour enneigé, bref c'est sa marque de fabrique et c'est rare qu'elle n'en porte pas un.
   
   
you had me at hello.
Tu t'es arrêtée en pleine phrase quand il est rentré dans la pièce. Merde. La bouche ouverte, le regard rivé sur lui, t'as pas l'air fine. T'étais à deux doigts de te baver dessus, si tu te souviens bien. Et puis Lisa s'est levée super naturellement pour aller lui faire la bise et le beau mâle l'a carrément prise dans ses bras. Double-merde. Tu le sais, bordel. Dès que tu l'as vu, t'as su. T'as su que c'était lui que tu voulais et personne d'autre. T'as bien vu que lui, il n'avait d'yeux que pour Lisa, mais tu t'en fous de ça parce que toi, c'est lui que tu veux, rien que lui. Tu ne comptes pas lâcher l'affaire, c'est pas ton genre. Tu te lèves et t'agites tes fesses autant que tu peux. Vas-y, Lulu, you go girl ! Tu débarques au milieu de leur conversation pour te présenter. « Lucrezia, mais t'es mignon, t'as le droit de m'appeler Lulu. » et hop, tu lui sers un clin d’œil en prime. Légèrement fantaisiste et exagéré mais c'est comme ça que tu fonctionnes. Et t'es quasiment sûre qu'il ne résistera pas longtemps à la Lulu-Machine.
Et t'as fait ce que t'as pu pour qu'il craque ; t'as ri un peu trop fort à ses blagues (même si tu les connaissais déjà, quand elles sortaient de sa bouche à lui, elles étaient juste hilarantes), tu lui as touché l'avant-bras d'une manière que tu voulais subtile (mais qui, soyons honnêtes, ne l'était probablement pas), puis t'as bu. Et lui aussi, il a bu. Le reste de la soirée est un peu floue pour vous, il y a eu deux/trois bisous, quelques caresses de la joue, quelques sourires niais et un échange de numéros.
Lulu et Eddie, c'est comme ça que ça a commencé. Rien de vraiment romantique, rien qui s'approcherait de près ou de loin aux contes de fées. Juste deux adolescents sous l'influence de l'alcool qui cherche l'attention de l'autre sexe. Et puis vous êtes partis chacun de votre côté, le sourire aux lèvres, comme deux enfants naïfs.
C'est peut-être ce que vous étiez, au fond, deux enfants.


i'm latching onto you.
Qui l'aurait cru que ça durerait Eddie et toi ? Certainement pas toi. Certainement pas lui non plus. C'était pas tout rose, c'était pas tout doux et c'était pas ce que t'imaginais. Tu pensais pas que l'amour c'était comme ça. Tu ne sais pas exactement ce que t'imaginais, en fait. T'imaginais sûrement rien, en vérité. Maintenant, dans ton imagination, il n'y a qu'Eddie de toute façon.
Eddie dans ton lit, Eddie qui t'embrasse, Eddie qui te fait des cadeaux, Eddie qui sourit, Eddie qui te fait sauvagement l'amour.
Eddie,
Eddie,
Eddie.
Puis parfois, c'était vraiment pas beau dans ton imagination.
Eddie et des autres filles. Eddie qui répond jamais à tes messages. Eddie qui répond encore moins à tes appels. Eddie et des disputes. Eddie et tes cris. Eddie et tes pleurs. Eddie et des portes qui claquent.
Sauf que merde,
ça, c'est pas ton imagination.

Eddie qui revient en s'excusant. Toi qui acceptes parce que tu l'aimes de trop.
Toi qui reviens en t'excusant. Eddie qui accepte parce qu'il t'aime de trop.

Trop de bordel.
Trop de trop.


hold your breath and just dive right in.
T'as jamais compris pourquoi, ni comment. Mais il était motivé, le Eddie, il était motivé pour ce gosse. Toi, t'as pleuré (oui, encore). Vous étiez le couple d'aventuriers un peu près prêt à tout et n'importe quoi. Mais ce n'était clairement pas le genre d'aventure que tu voulais entamer. Pas à dix-neuf ans. Pas maintenant. T'as râlé et puis crié pour finir par soupirer. Tu voulais pas. Mais tu voulais pas tuer quelqu'un non plus. Parce que c'était ce que tu ressentais, t'avais l'impression de tuer quelqu'un en avortant. T'as hésité. Vous en avez parlé encore, des centaines de fois au moins et à chaque fois, vous haussiez le ton pour faire comprendre votre point de vue. C'était une conversation de sourds. Tu ne le comprenais pas. Il ne te comprenait pas.

Puis t'as craqué :
« OK. C'est bon, on le garde. »

T'as jamais compris pourquoi, ni comment. Mais Eddie et toi, ça n'a jamais été aussi calme que quand vous regardiez ton ventre prendre plus d'ampleur de semaines en semaines. Vous preniez des photos à la con avec ton ventre.
Vous étiez niais.
Vous étiez heureux.
Ou en tout cas, ça y ressemblait, au bonheur.


take off your colours.
Eddie, il n'était pas vraiment absent, mais pas vraiment là non plus. Au début, tu lui posais des questions et il te répondait toujours.
Par des réponses vagues.
Tu savais que tu n'avais plus son attention. Tu savais que ce n'était plus pareil et vos disputes avaient repris de plus belles.
C'est con à dire, mais tu t'attendais quand même à l'avoir, ce foutu conte de fée où « ils vécurent heureux ». Tu l'attends toujours cette fin heureuse. Tu l'attends toujours ce moment où t'arrêteras de crier sur Eddie parce qu'il rentre tard. Tu l'attends toujours ce temps où tu n'aurais plus besoin de casser trois assiettes et une tasse pour faire comprendre que tu es en colère. Tu l'attends toujours cet instant où tu arrêteras de pleurer parce que t'as dit des mots blessants à Eddie alors que tu ne les pensais pas.
Ou peut-être que si, tu les pensais. Sincèrement.
Tu ne sais pas.
Tu ne sais plus.

T'as fini par porter ton attention sur une des dernières choses qui te restait d'Eddie : Elie. Tu l'as chouchouté à en crever. La prunelle de tes yeux, ton petit bonheur quotidien, le petit bout qui te faisait sourire tous les matins et soupirer d'aise tous les soirs. Parfois, tu restais à côté de son lit et tu le regardais dormir. Tu le couvais des yeux pour être certaine qu'il ne lui arriverait rien.
Ce bébé, ton bébé, il était là quand Eddie ne l'était pas. Il t'a apporté de la joie quand Eddie ne le pouvait pas. Il t'a fait sentir importante quand Eddie te négligeait.

Puis t'as arrêté de lui poser des questions.


the truth is a terrible thing.
Ta main est partie toute seule, mais ça ne t'étonnait même pas. Tu ne savais même pas quoi penser. Tu ne savais même pas quoi dire. La gifle en disait forcément plus qu'assez. T'as rien fait de plus. Puis t'as tourné les talons et t'es partie. T'avais pas envie de pleurer devant lui alors tu t'es retenue. T'as fait de ton mieux pour pas craquer avant d'être loin, très loin de lui.
Un tsunami a ravagé ton visage.

C'était plus pareil, Eddie et toi. C'était pas tout beau, Eddie et toi. C'était pas que de l'amour, Eddie et toi. C'était des disputes aussi, Eddie et toi. L'amour, c'était pas suffisant de toute façon pour Eddie et toi. Mais putain, qu'est-ce que t'aimais ça, Eddie et toi.

T'as fait la seule chose qui semblait logique à ce moment-là. T'as frappé à sa porte et attendu patiemment qu'il t'ouvre la porte. Et puis, lui aussi, tu l'as giflé. Aussi fort que le premier. Et t'as fondu en larme. T'as essayé d'articuler quelques mots, mais Jo, il comprenait rien. T'as pleuré deux fois plus fort avant de t'écrouler par terre. Jo t'a pris dans ses bras avant de t'accueillir à l’intérieur. Tu lui en voulais tellement. Tu leur en voulais tellement. Tu ne savais même pas contre qui tu devais être le plus en colère. Ta propre famille ou l'homme que tu considérais comme « le bon » ?
Un tsunami a ravagé ton visage (bis).

Tu t'es endormie sur son canapé et t'es partie comme une voleuse le lendemain matin.


you'll be the end of me.
T'y as pas cru au début. Tu l'as harcelé de messages, de coups de téléphone. T'as même demandé à ton frère où se trouvait son mec. T'es passée mille et une fois chez lui. Tu t'attendais à ce qu'il arrive furtivement derrière toi et qu'il t'annonce de son stupide sourire que « ah, désolé pour le retard, y avait du trafic. »
Sauf qu'il n'est jamais arrivé.
Et qu'honnêtement, il n'arrivera probablement jamais.

Après t'avoir trompée avec ton frère, après t'avoir détruite, t'aurais jamais cru qu'il puisse s'enfoncer encore plus loin. T'as cru qu'après avoir eu la garde d'Elie, tout se passerait pour le meilleur, pour le bien d'Elie justement. Il fallait croire qu'Eddie Rolaan ne cesserait jamais de t'épater.
Et généralement pas de la bonne manière.

Il était parti.
Sans rien dire.
Comme ça.
Avec ton fils.
Ce trou du cul.


explain to me this conspiracy against me.
Une larme.
Plic.

Deux larmes.
Plic. Ploc.

Trois larmes.
Plic. Ploc. Plic.

Quatre larmes.
Plic. Ploc. Plic. Ploc.

Et ainsi de suite.
Pendant deux mois.


a love like war.
T'as été un fantôme pendant un moment. Tu faisais de la peine à tout le monde et tu te faisais pitié à toi-même. C'est pas ce à quoi tu voulais ressembler et pourtant, entre toi et une bout de chiffon, on ne voyait presque aucune différence. T'aurais pu te faire balayer par un coup de vent, servir de loque, être passée à la machine à laver que personne n'aurait remarqué.
On n'a pas arrêté de te dire que la vie continuait et toi, t'as pas eu d'autre choix que de les croire. Alors lentement, tu t'es relevée et t'as arrêté de pleurer toutes ces larmes. T'attendais patiemment qu'on t'appelle pour te dire qu'il y avait du nouveau, qu'ils avaient retrouvé Elie et que tu le retrouverais bientôt.

Tu l'attends toujours, cet appel.

A la place, on t'a appelé pour t'annoncer qu'ils avaient « peut-être une piste, c'est pas certain », mais c'était suffisant pour toi. Pas besoin de réfléchir plus longtemps. T'as réservé ton billet et t'as cherché un lieu où vivre. Puis t'as annoncé ça à un repas de famille :

« Je pars dans deux jours. Je vais retrouver Eddie pour ramener Elie ici. »

Tu t'attendais à des sursauts, des cris de désapprobation, des couverts lâchés sur le sol ou un silence gênant. En fait, tu t'attendais à tout, sauf à ce que ton frère, Jolène, ce trou du cul avec qui Eddie, cet autre trou du cul, t'avait lâchement trompée, se lève d'un bond et dise d'une voix intelligible :

« Je viens avec toi. »

Merde.


is this the end of us
or just the means to start again?


   
ana
passe ta souris !
bah moi, c'est ana, juste ça. j'ai 19 ans, je suis belge, j'aime les pandas, j'aime la mer, j'aime harry potter. j'aime pas le nutella, les chats, les gens qui répondent super lentement aux sms. je me connecte en général tous les jours, mais j'ai le temps de rp qu'une seule fois par semaine (voire deux ou trois quand j'ai de la chance). je crois que c'est tout ? bref, bisous sur vos fesses SLURP


Dernière édition par Lucrezia Abattucci le Sam 4 Avr - 5:04, édité 36 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 11:53

Bienvenue parmi nous :)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 12:24

Bienvenue :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 12:43

merci vous ♥
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 12:46

BATTE Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
la maman perdue, elle va le rester fort fort longtemps hein Surprised
(amoursurtoi :l:)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 12:47

cacasurtoi. Twisted Evil
(:l:)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 12:49

bienvenue LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 12:52

merci ♥
(gizaaaa ho)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 17:07

BIEVENUUUUUE :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 17:16

bienvenue HAN
bon courage pour la suite de ta fiche DE CEUX
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 17:21

merci ♥
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 18:35

bienvenue BRILLE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 22:00

Oh le profil est vraiment intéressant, j'ai hâte d'en savoir plus sur cette maman SNIF
Bienvenue ici en tout cas !!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mar 31 Mar - 22:53

merci les bisounours ♥
caïn, omg, les paroles de ta signa, cette chanson. ho
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks. Mer 1 Avr - 10:06

bienvenuuuue chez nous coeur
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: LUCREZIA + tigers and sharks.

Revenir en haut Aller en bas

LUCREZIA + tigers and sharks.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Passer du secondaire au primaire?
» Technicien des Flying Tigers :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)