Partagez|


L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar

« La Demoiselle Inconnue »
› Âge : 36 y.o
› Appart : #1208 (dixième)
› Occupation : Magnétiseuse et commissaire priseur
› DC : Rau / Franz / Popi / Nikita
› Messages : 1676
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ Dim 2 Oct - 22:00


L’intention des parfums

est de produire un effet enivrant et séduisant

Nez




28 Septembre - 8h48
C’est sans doute un peu fou, et sacrément con, mais c’est comme ça qu’on recommence à vivre il parraît, en arrêtant de trop réfléchir.
A la base tu as juste accompagné Reagan pour lui offrir une nouvelle perle pour son bracelet, pour la féliciter de ses progrés en danse, et puis tu as vu le petit serpent doré, et… T’as complètement pété les plombs mais tu l’as acheté. 1.450 dollars chez Tiffany&co. Tu as profité que ta fille ait le dos tourné pour claquer 1.450 dollars sur un caprice. Il va falloir que tu te calmes, mais l’ondulation de l’or t’a rappelé l’animal qui orne sa cuisse et … Tu as perdu les pédales. Un peu. Beaucoup. Mais tu étais certain qu’elle allait lui plaire, et quelque part, sans doute espérais tu aussi que… Tu ne sais pas exactement quoi, mais tu espérais qu’elle pose à nouveau les yeux sur toi. Tu n’attendais même plus qu’elle te touche, juste qu’elle te regarde, qu’elle dise encore ton prénom… Ouai.... Tu ne la prenais pas pour ce qu’elle n’était pas, tu voulais juste… Lui faire plaisir. Et ça fait longtemps que ça ne t’est pas arrivé.

Tu es arrivé sur les coups de 7h50 au cabinet, choix délibéré pour pouvoir arriver avant elle. Mais en lisant tes mails tu as vite déchanté. Tu n’as pas compris tout de suite, tu n’as pas compris ensuite. Elle t’avait évoqué quelque chose, vaguement, mais là c’était un peu trop… sérieux pour toi. Le collègue qui organisait la soirée où vous vous êtes rendus partageait avec toi la nouvelle des fiançailles de Neslihan Özel. La femme que tu as présenté comme étant la tienne. En partageant cette information avec l’incroyable liste de destinataires présents à cette soirée, il leur révèle que tu as mentis, et que la belle n’était guère qu’un ornement à ton bras. Elle t’a vaguement parlé de quelque chose alors tout ça n’est peut-être qu’un affreux malentendu.

Tu t’es retenu de lui sauter dessus en l’entendant arriver, préférant la discrétion et la retenue qui ont toujours fait partie de ton caractère. Finalement, en entendant les talons hauts claqués dans le hall, tu t’es décidée à aller la voir et tu l’as trouvé. Parfaite dans sa robe, elle est acoudée au bureau de Ludwine, tu n’es pas le genre de patron qui hurle à propos d’une pause alors qu’il n’y a pas de clients et que tu n’as rien à reprocher à ces deux jeune femmes, mais tu t’approches. Le petit écrin de velours est dans ta poche de veste, et ton coeur bat un peu trop fort quand tu arrives dans son périmètre,mais bien vite, ton coeur se serre. Tes yeux se posent sur sa main et vu la taille de la pierre qui orne sa main, tu n’aurais pas pu passer à côté un autre jour. C’est nouveau et c’est clairement une bague de valeur. Tu déglutis et tu ravales les mots que tu comptais lui adresser. Ils ne sont plus nécessaire. Tu n’as plus rien à lui offrir qu’un autre n’ait déjà fait. Tout se mélange dans ta tête. Ses airs d’ingénue, ses fausses maladresses, ce qu’elle t’a fait dans ton bureau avant de refuser que tu la touches, bien sûr que tu es naïf. Neslihan n’a rien à foutre avec un homme comme toi, elle ne te supporte pas, il faudrait avoir un grain pour sortir avec toi, elle n’aime pas les enfants… A quoi ça rime? Il y a ce foutu mail en train de ruiner ta réputation.
C’était peut-être ça le but dans le fond. T’anéantir. Montrer qui a le pouvoir.
Tu voulais lui offrir un bague. Bien sûr que c’était un peu fou et sacrément con.


+ BONNIE AND CLYDE +
Moi lorsque j'ai connu Clyde, autrefois, c'était un gars loyal, honnête et droit. Il faut croire que c'est la société qui m'a définitivement abîmé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11295-apolline-mille-bouches


avatar

« CRUELLA D'ENFER »
« CRUELLA D'ENFER »
› Âge : 34 ans
› Appart : #1403, avec princesse Shalimar.
› Occupation : Etudiante en droit le jour | Administratrice d'une boîte de nuit-maison close, Le Lumignon Blanc, la nuit. | Chimiste de drogues dures et faussaire à ses heures perdues.
› DC : Sly / Niilo / Nathan / Dei
› Messages : 1115
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ Lun 3 Oct - 15:36

J'aime pas ça, mentir à Ludwine, mais je ne peux pas faire autrement que de l'écarter du secret pour cette fois ; elle ne me ferait pas l'affront de répéter l'emmerde au patron par méchanceté, mais bien pour ne pas avoir de problèmes. Alors autant qu'elle ne sache rien, et qu'elle continue à effleurer ma bague de fiançailles du bout de ses doigts comme si elle signifiait réellement quelque chose et qu'elle n'était pas un caprice choisi à la va-vite dans une bijouterie située dans la même rue que le cabinet et derrière laquelle je me cache habilement. Alors Ludwine est heureuse pour moi, et je suis heureuse qu'elle soit heureuse. Je lui laisse toucher les pierres montées sur l'anneau, plaisantant en lui disant qu'on pourra continuer à se voir parce que Bob n'est pas un emmerdeur, et que dans le pire des cas, elle serait ma maîtresse. Parce que j'aime les femmes, en vrai – n'est-ce pas ?

J'ai joué la comédie avec Bob toute la soirée, et quand je suis repartie pour le quatorzième, je me suis foutue à poil en prière devant la cuvettes des chiottes pour y vomir le poison de toute cette mascarade. Ca ne m'était jamais arrivé. J'ai rarement été aussi mal en jouant avec Ambroise. Peut-être parce que quelque part, on y a cru un peu tous les deux. J'ai relativisé par la suite, parce que c'est ça ou nous mettre respectivement en danger aux yeux des illégaux plus que des légaux, parce que les photos foutues sur le net ne sont pas si ratées, parce que la bague que j'ai au doigt n'est après tout pas si laide. J'ai repensé à l'entrevue privée que j'ai eue avec Éléazar dans son bureau, lundi matin. J'ai repensé à ce qu'il s'y est dit, ce qu'il s'y est fait, ce que j'ai ressenti, éprouvé. J'ai pensé que ça aurait pu être bien pire, que j'aurais pu avoir des regrets.
Aujourd'hui encore, quand je regarde les lèvres de Ludwine bouger pendant qu'elle me parle, je ne regrette même pas d'y avoir posé les miennes. C'était un moment d'égarement, parmi tant d'autres. Ce qu'il s'est passé dans ce bureau doit y rester ; pour sa sécurité, celle de Bob, et la mienne.

C'est donc avec une froideur respectueuse et habituelle que je me redresse légèrement, coupant court à ma conversation avec la secrétaire de mon patron, patron qui a du recevoir comme beaucoup d'autres, une indication sur ce qu'il s'était passé lundi soir. On a fait en sorte que ; et de toute façon, au Parking comme à Manhattan, les nouvelles se répandent comme une traînée de poudre.

« Bonjour Maître. » salué-je. « Oui, je sais que j'ai rendez-vous dans une demie heure mais le dossier est prêt. »

Tout est sous contrôle.
Enfin, je crois.


Plus grande est la beauté
Plus profonde est la souillure. Essentiellement, le domaine de l'érotisme est le domaine de la violence et de la violation.
Georges Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6880-ness-ness-presso-what-e


avatar

« La Demoiselle Inconnue »
› Âge : 36 y.o
› Appart : #1208 (dixième)
› Occupation : Magnétiseuse et commissaire priseur
› DC : Rau / Franz / Popi / Nikita
› Messages : 1676
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ Lun 3 Oct - 15:57


L’intention des parfums

est de produire un effet enivrant et séduisant

Nez




L’attention de la personne qui t’a envoyé cet e-mail est claire.Il veut te ridiculiser, et le pire c’est qu’il y est parvenu. Chaque personne présente à la soirée de samedi sait désormais que celle qui s’est présentée comme ta compagne est celle d’un autre, que ce n’est ni dans ton lit qu’elle soupire, ni à ton bras qu’elle respire, tu n’es qu’une imposture qui a eu trop honte de se montrer seul et célibataire dans les affres de la vie mondaine. Tu pensais en être arrivé à un stade de ta vie où tu n’avais plus rien à perdre, il ne te restait plus que le fier édifice de ton cabinet, réussite sociale qui a été construit à la sueur de ton front, au fil des années, au fil des procès, tu n’as pas eu à te travestir pour réussir, mais aujourd’hui, la dernière chose qui te tenait vraiment debout venait d’être victime d’un véritable tsunami. Ton monde vient de s’écrouler, et tu ne sais pas combien de temps tu tiendras debout dans ces conditions.

Les mots écrits sur l’écran t’ont fait l’effet d’une mauvaise blague, une rumeur stupide, et les choses sont devenues concrètes lorsque les pierres outrancières se sont mis à briller sous l’éclat de la lumière du hall d’accueil. Ton coeur s’est soulevé en remarquant la bague imposante, elle est à mille lieu de celle qui repose dans la poche intèrieure de ta veste. Tu t’es rarement sentis aussi ridicule qu’à ce moment précis. Qui sont les gens qui prennent une pipe, à l’abris d’un bureau, pour une preuve d’amour? Les imbéciles heureux. Tu as été heureux en voyant sourire Neslihan, tu as été un imbécile en croyant qu’elle avait pu être véritablement vierge, tu as été heureux de capter la fascination dans ses yeux lorsque tu lui as montré comment user de la corde, tu as été un imbécile en songeant qu’elle pouvait t’aimer, même un petit peu.
Tu es arrivé devant le bureau de Ludwine avec le sang qui battait dans les tempes, et la volonté de lui balancer tout ce que tu pensais d’elle et de ses fiançailles, mais rien. Rien n’est finalement sorti de ta gorge bien trop sèche en ce moment précis. C’est sa voix qui rompt le silence: « Bonjour Maître. Oui, je sais que j'ai rendez-vous dans une demie heure mais le dossier est prêt. » C’est tout. Les mots se heurtent dans ta tête. Tu n’entends que le mot “maître” qui instaure à nouveau la distance entre vous, et tu sens ton coeur se tordre douloureusement.

Tu inspires profondément et tente vainement de dire avec détachement: « Quelle future mariée vient travailler le lendemain de ses fiançailles? Mes plus… sincères félicitations N..Mademoiselle Özel. » Quelle future mariée taille une pipe à son patron le jour de ses fiançailles Nessi? « Voulez vous bien me suivre dans mon bureau? J’ai reçu de nouvelles pièces pour votre dossier. » Ton souffle est trop rapide, tes poings bien trop serrés, le calme n’est qu’apparence, et le froid glacial de tes yeux et de ta voix te trahissent bien trop.


+ BONNIE AND CLYDE +
Moi lorsque j'ai connu Clyde, autrefois, c'était un gars loyal, honnête et droit. Il faut croire que c'est la société qui m'a définitivement abîmé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11295-apolline-mille-bouches


avatar

« CRUELLA D'ENFER »
« CRUELLA D'ENFER »
› Âge : 34 ans
› Appart : #1403, avec princesse Shalimar.
› Occupation : Etudiante en droit le jour | Administratrice d'une boîte de nuit-maison close, Le Lumignon Blanc, la nuit. | Chimiste de drogues dures et faussaire à ses heures perdues.
› DC : Sly / Niilo / Nathan / Dei
› Messages : 1115
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ Lun 3 Oct - 16:16

...quoi ?
Il a reçu le message, c'est le plus important, mais sa réaction est à des années lumières de ce que j'imaginais.

« Nous ne sommes plus dans les années cinquante, Maître ; le statut de femme en couple ne dispense pas à cette dernière d'aller travailler derrière un bureau plutôt que derrière sa cuisinière. »

Les doigts de Ludwine s'envolent, les miens se resserrent. Son ton se refroidit, et je vois clair dans son jeu, parce que je commence à le connaître et parce que je sais qu'il a cru a quelque chose dans ce qu'il s'est passé entre nous lundi matin. Je vois clair que je vais me prendre une belle raclée de l'iceberg anglais et que Lulu va encore devoir faire les frais de ses effusions de colère. Je pince les lèvres, prête à refuser, mais ce serait trop louche et je préfère obéir. Je recule alors du comptoir du secrétariat, avalant les dernières gouttes de mon café que je jette dans la poubelle, pour le suivre dans son bureau. Comme la dernière fois, je referme la porte derrière moi et je me colle contre le panneau, prêt à sortir quand il aura fini. Je ne vois plus ce bureau de la même manière, et je me doute bien qu'il ne me donnerait, sauf urgence, aucune pièce pour un dossier que je dois traiter conjointement avec le client dans la prochaine demie heure. Il y a bien urgence, mais elle n'a aucun rapport avec le travail et nous le savons tous les deux.

« Bon, arrête tes conneries maintenant. » dis-je, prenant les devants quand il se tourne enfin vers moi. « Je veux pas de tes sincères félicitations de mec jaloux. Tu t'attendais à quoi, sincèrement ? A des fiançailles avec une femme peut-être ? Tu sais bien que c'est pas possible. »

Je sais bien que tu t'attendais à des fiançailles avec quelqu'un d'autre.
Et tu sais bien que c'est impossible.


Plus grande est la beauté
Plus profonde est la souillure. Essentiellement, le domaine de l'érotisme est le domaine de la violence et de la violation.
Georges Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6880-ness-ness-presso-what-e


avatar

« La Demoiselle Inconnue »
› Âge : 36 y.o
› Appart : #1208 (dixième)
› Occupation : Magnétiseuse et commissaire priseur
› DC : Rau / Franz / Popi / Nikita
› Messages : 1676
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ Lun 3 Oct - 20:11


L’intention des parfums

est de produire un effet enivrant et séduisant

Nez




« Nous ne sommes plus dans les années cinquante, Maître ; le statut de femme en couple ne dispense pas à cette dernière d'aller travailler derrière un bureau plutôt que derrière sa cuisinière. »  Tu lèves les yeux au ciel. Est-elle à ce point égoïste pour rendre les choses aussi difficiles? Où a-t-elle définitivement le coeur de pierre que tu lui supposais au début? Ce coeur de pierre qui t’a manipulé de A à Z. « Ludwine? Vous ferez attendre Monsieur Kitter autant que nécessaire, je m’en voudrais qu’il vienne avant que Mademoiselle Özel soit complètement prête. Par ailleurs… Mademoiselle Özel, je parlais de célébration, pas d’esclavagisme. Dans mon bureau. » Tu répètes un peu plus sèchement parce que ta patience est clairement sur ses limites.

Elle s’éloigne du bureau de la jeune malvoyante. Tu es encore relativement mal à l’aise avec Ludwine, et si tu as effectué tous les aménagements nécessaires à son bien être, tu ignores encore comment tu peux agir naturellement avec elle, trouvant particulièrement approprié l’idée d’un contact physique. On voit où ça t’a mené avec Ness. Tu la laisses marcher à ta suite, ne prennant pas la peine de la laisser passer la première, l’heure n’est pas à la galanterie, son fiancé n’a qu’à venir te casser la gueule s’il juge que tu ne respectes pas la jeune femme, tu l’attends au tournant, et tu as de la rage à extèrioriser.
Elle entre finalement à ta suite et ferme la porte, en s’y adossant. Tu lui tournes le dos et ton coeur palpite un peu trop fort sous ta chemise blanche, et tes mains sont rendues moites par l’angoisse alors que tu fais les cent pas, sans jamais la regarder. « Bon, arrête tes conneries maintenant. » Tu fermes les yeux et ne les rouvre qu’une fois que tu lui fais face. Ton regard de glace s’est indéniablement assombri, l’animal n’est pas loin. « Je veux pas de tes sincères félicitations de mec jaloux. Tu t'attendais à quoi, sincèrement ? A des fiançailles avec une femme peut-être ? Tu sais bien que c'est pas possible. » Cette fois, c’est un rire nerveux qui t’échappe, et pendant quelques minutes, tu as des airs de déments, parce que tu es fou, fou d’une fille qui s’est foutu de toi, fou d’une illusion, d’un mensonge qu’elle a construit de toute pièce, et alors que tu avais imaginé mille scénario possible à cette scène pendant le laps de temps où tu lui as tourné le dos, tu lui balances l’écrin de velours aux pieds en plantant ton regard sombre: «  J’attendais ça. Et toi Ness? Tu as tout ce que tu attendais n’est-ce pas? » Ce n’est plus la bague qui tombe à ses pieds, c’est la salive que tu craches avant de lui tourner à nouveau les deux, tes yeux deviennent humides et tu ne lui feras pas cette joie.  « Vous aurez donc mon dévouement complet, c’est ce que tu as dis non? Le sourire mauvais revient, plein de ta désillusion alors que tu ne la regardes toujours pas: Bravo Neslihan Özel, à défaut de battre ton père, tu viens de faire s'effondrer les dernières pièces de ma vie. J’espère que ça en valait la peine. » Tu lui fais à nouveau face alors que tes yeux se troublent, et que ta gorge commence à trembloter: «  Tu t’attendais à quoi, sincèrement?  » Parce que toi, sincèrement, tu as cru que ce serait bien d’être heureux, d’être sincère.

Fonce, et sois prêt à en baver sévère, à foutre tes principes de côté et à t'humilier parfois.  Foncer, c’est fait, en baver aussi, foutre tes principes de côtés, ça a commencé le jour où elle a fini chez toi, t’humilier … c’est un faible mot. Tu viens juste de voir se profiler la fin de ton monde. Le pire c’est que ce n’est même pas la réputation du cabinet  qui t’emmerde le plus aujourd’hui, ça n’est même pas ça qui fait le plus mal, l’oeuvre d’une vie devient secondaire face à la vision du bonheur qu’elle t’a donné quelques jours auparavant.
Et ça fait mal.


+ BONNIE AND CLYDE +
Moi lorsque j'ai connu Clyde, autrefois, c'était un gars loyal, honnête et droit. Il faut croire que c'est la société qui m'a définitivement abîmé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11295-apolline-mille-bouches


avatar

« CRUELLA D'ENFER »
« CRUELLA D'ENFER »
› Âge : 34 ans
› Appart : #1403, avec princesse Shalimar.
› Occupation : Etudiante en droit le jour | Administratrice d'une boîte de nuit-maison close, Le Lumignon Blanc, la nuit. | Chimiste de drogues dures et faussaire à ses heures perdues.
› DC : Sly / Niilo / Nathan / Dei
› Messages : 1115
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ Lun 3 Oct - 20:36

« Pas d'esclavagisme ?! » j'éclate de rire. « Tu t'fous d'ma gueule ? C'est drôle quand même de la part de quelqu'un qui aime attacher les gens, non ? »

Ca sort brutalement, soudainement, genre même moi je pensais pas que ça sortirait si vite, que ça sortirait maintenant. C'est une pensée sincère, que je pèse profondément, sans aucun doute. C'est pas de la comédie ; c'est juste le reflet d'une peur irréfutable que j'ai de lui, formée de tous les petits moments d'angoisse qu'il peint sur la pierre de mon coeur au fur et à mesure que l'on se croise dans son bureau ou dans le mien, et qui me font douter de la confiance que je pourrais avoir en lui. Il est difficile à cerner, aussi difficile que moi, et c'est bien parce qu'on se ressemble que je peux prédire voire comprendre certaines de ses réactions.
Quelque chose se casse la gueule à mes pieds, et je me laisse glisser contre la paroi de la porte pour saisir la petite boîte de velours échouée au bout de mes escarpins. Dans un craquement significatif alors que la jointure se replie, j'ouvre l'écrin pour découvrir dans le satin l'entortillement doré d'un serpent. Ah, quand même. Elle est simple, mais jolie, elle me correspond sans vraiment me correspondre, à vue de nez elle doit valoir dans les mille dollars, et…
Putain mais il est sérieux ?!

« Si j'avais tout ce que j'attendais, je ne serais pas là. » réponds-je en me redressant, refermant l'écrin que je pose sur un meuble proche. Si j'avais tout ce que j'attendais, je serais aux côtés de mon père, comme la véritable petite princesse que j'ai toujours été et que j'aurais du continuer à être. « Je parlais de dévouement professionnel. » me défends-je, ce qui à l'époque n'était pas tout à fait faux mais qui a muté par la suite en quelque chose d'un peu plus...personnel.

La tension monte, tout se casse la gueule entre nous, et je vois d'ici, clairement, les fiers repères de sa stature froide s'ébranler. Il s'effrite sous mes yeux à une vitesse et avec une sincérité que je n'aurais pas cru possibles de sa part et je vois alors, au fond de moi, que je ne serai jamais capable d'une telle chose, et que je n'ai peut-être pas fait un si mauvais choix en acceptant que Bob officialise les fiançailles dans les réseaux.

« Je n'attends rien de personne d'autre que de moi-même, parce que je ne fais réellement confiance à personne d'autre qu'à moi-même. » Jusqu'ici, tout va bien, on est raccords. « Enfin, bon sang, tu es vivant, non ? J'ai sauvé mon cul comme j'ai pu. Le bonheur des uns fait le malheur des autres, c'est comme ça que ça fonctionne. On se marche dessus pour parvenir à rester debout, tu le sais, bordel, je vais pas t'apprendre ton métier, quand même ! » Je respire profondément avant de partir en couilles moi aussi.

Sa tension est contagieuse et je dois faire preuve d'une maîtrise habituelle mais difficile pour ne pas déconner. Mon cœur se serre et mon regard qui voudrait crier ma désolation se ferme, malgré le fait qu'il se plante dans le sien, parce que j'assume, j'assume d'être une connasse, une salope, une manipulatrice, une menteuse et un requin. J'assume, j'assume parce que c'est ma raison d'être et parce que j'ai vécu comme ça, et si j'ai mal, c'est pas parce que je l'ai vu jeter mille dollars à mes pieds, comme si j'étais la huitième merveille du monde.
Si j'ai mal, c'est parce que j'aurais fait la même chose à sa place.


Plus grande est la beauté
Plus profonde est la souillure. Essentiellement, le domaine de l'érotisme est le domaine de la violence et de la violation.
Georges Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6880-ness-ness-presso-what-e


avatar

« La Demoiselle Inconnue »
› Âge : 36 y.o
› Appart : #1208 (dixième)
› Occupation : Magnétiseuse et commissaire priseur
› DC : Rau / Franz / Popi / Nikita
› Messages : 1676
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ Lun 3 Oct - 21:11


L’intention des parfums

est de produire un effet enivrant et séduisant

Nez




La réplique fuse sans que tu ais le temps de réagir: « Pas d'esclavagisme ?!Tu t'fous d'ma gueule ? C'est drôle quand même de la part de quelqu'un qui aime attacher les gens, non ? » Tu hausses les épaules avec désinvolture sans prendre la peine de la regarder. « T’ais-je forcé à quoi que ce soit un jour Ness? » Bien sûr que non, tu t’es lancé avoir par le serpent charmant, parce que tu as été un idiot, mais elle, elle a maîtrisé la partie, de A à Z.

L’écrin a volé jusqu’à ses pieds comme s’il s’agissait d’un bijou en toc, un bijou que tu aurais eu dans l’une de ces petites boules qu’on achète avec une pièce d’un dollars, en faisant tourner une petite manivelle, sauf que ce n’est pas le cas, l’écrin est en velours finement ouvragé, le coussin de satin est parfaitement moulé, la boîte ne grince même pas quand elle l’ouvre entre ses doigts fins, et la bague n’est pas en plastique mais en or 18 karras, le serpent n’est pas l’oeuvre d’un moulage, mais d’une créatrice, et pourtant, tu n’as plus aucune envie de l’avoir sur toi, tu ne veux même plus le voir.
Tu veux qu’elle la prenne et qu’elle en fasse ce qu’elle voudra, elle n’a qu’à la revendre pour s’acheter une robe ou un nouveau sac à main, un tube de mascara neuf, le sien est toujours posé sur le rebord de ton lavabo, ta fille t’a demandé si elle pouvait s’en servir et tu as dis non… « Si j'avais tout ce que j'attendais, je ne serais pas là. » La gifle est brutale, douloureuse, et pourtant, sans doute pas désirée, mais tu es aveuglé par trop de chagrin et de rage pour t’en rendre compte: « Émouvant de voir à chaque fois combien je compte pour toi. Garde la.  » Tu désignes l’écrin des yeux lorsqu’elle le dépose sur le meuble, parce qu’il est hors de question qu’elle retrouve sa place dans ta poche, et il est ommis que tu ailles la rendre, les yeux troublés par le chagrin.

Le cynisme commence à monter au bord de tes lèvres et elle réplique avec une raisonnabilité qui ne fait que faire monter la colère dans l’ensemble de ton corps. « Je parlais de dévouement professionnel. » Ta langue passe avidement sur tes lèvres alors que tes yeux remontent dans les siens. Les larmes disparaissent peu à peu, parce que tu ne supportes pas cette distance qu’elle met entre vous, comme pour rester raisonnable, alors que tu sombres toi même dans la folie: « Moi aussi. Le dévouement professionnel n’implique pas de réduire le cabinet pour lequel on travaille en lambeaux tu vois? Je dois être… terriblement vieux jeu.» Mais le ton est acerbe et montre que tu ne supporteras pas longtemps encore qu’elle te prenne pour un idiot, tu juges lui avoir suffisamment donné en la matière et tu n’as aucune envie de perdre du temps avec ses excuses à la noix. Le constat est là, mondainement, tu n’es plus personne, rien d’autre qu’un menteur laissé seul par sa femme, car c’est ce qu’on retient, ce qui veut dire que professionnellement, ton empire va trembler.

« Je n'attends rien de personne d'autre que de moi-même, parce que je ne fais réellement confiance à personne d'autre qu'à moi-même.Enfin, bon sang, tu es vivant, non ? J'ai sauvé mon cul comme j'ai pu. Le bonheur des uns fait le malheur des autres, c'est comme ça que ça fonctionne. On se marche dessus pour parvenir à rester debout, tu le sais, bordel, je vais pas t'apprendre ton métier, quand même ! » Tes mains montent dans tes boucles qu’elles remuent activement avant de les cramponner fermement et cette fois, c’est avec fureur, rage, que tu lui jettes les mots au visage, tu te contrefous de hurler, rien ne va bien aujourd’hui, et chacun de ses mots t’agresse un peu plus que les précédents. « C’est trop te demander?! ARRÊTE DE MENTIR PUTAIN! Tout ça c’était prévu c’est ça? Me faire passer pour un con pour te venger de mes remarques?! Parce que la fille qui était avec moi lundi matin n’avait pas de bague au doigt, elle souriait, et elle était HEUREUSE. Alors si mon malheur fait ton bonheur, c’est que cette fille là n’existait pas. » Ce qui te rend le plus fou, c’est peut-être ça. Parce que toi tu as eu la naïveté de croire que son bonheur pourrait faire le tien, que ton plaisir pourrait faire le sien, que vous pourriez être ensemble contre le reste du monde, sans l’once d’un jugement.
Mais le bonheur n’est plus là,
Mais la confiance est envolée.
Et aux larmes succèdent la rage.


+ BONNIE AND CLYDE +
Moi lorsque j'ai connu Clyde, autrefois, c'était un gars loyal, honnête et droit. Il faut croire que c'est la société qui m'a définitivement abîmé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11295-apolline-mille-bouches


avatar

« CRUELLA D'ENFER »
« CRUELLA D'ENFER »
› Âge : 34 ans
› Appart : #1403, avec princesse Shalimar.
› Occupation : Etudiante en droit le jour | Administratrice d'une boîte de nuit-maison close, Le Lumignon Blanc, la nuit. | Chimiste de drogues dures et faussaire à ses heures perdues.
› DC : Sly / Niilo / Nathan / Dei
› Messages : 1115
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ Lun 3 Oct - 21:40

Tu m'as donné un ordre et j'ai accepté parce que ça me plaisait d'obéir. C'est ce que je devrais dire, mais que je ne dirais pas, parce que ce serait revenir à des temps plus légers, des temps où on ne se crachait pas à la gueule comme si on voulait s’entre-tuer, des temps tellement plus simples où j'étais sa simple stagiaire emmerdeuse qui faisait trop de bruit avec ses bijoux, pas une femme qu'il essayait de conquérir. Il a cru au jeu de l'autre soir, moi aussi, sans doute ; comme j'ai un peu trop cru à ce qu'il s'est passé avec Bob hier soir. Mais c'est une mauvaise idée, je me suis ressaisie, lui devrait faire de même. Il me demande de garder la bague dans un passif agressif qui signifie clairement qu'il aurait aimé compter davantage – ce n'est pas le premier, ce ne sera pas le dernier.

« Qu'est-ce que tu racontes ? Tu es mon patron, je bosse pour toi, tu me payes et c'est tout, ça s'arrête là. Ce n'est pas une histoire de compter, personne ne compte pour moi, tu n'es rien pour moi»

C'est faux. Ambroise compte pour moi tant et si bien que je serais prête à faire n'importe quel sacrifice pour lui, y compris donner ma vie pour son organisation si cela en valait la peine ; la simple petite secrétaire qui se trouve derrière cette porte et qui encaisse régulièrement mes caprices et les sautes d'humeur de mon supérieur mérite tout mon amour si tant est que je sois capable d'en éprouver. Peu de personnes comptent pour moi ; mais elles comptent vraiment, parce qu'elles ont su le mériter dans leur façon d'être et dans ce qu'elles m'apportent.
Dans une balance parfaite, je me cache dans un calme froid tandis qu'Éléazar perd complètement les pédales en face de moi. Dans une angoisse à peine feinte, je me colle contre le panneau de la porte, prête à prendre dans la gueule n'importe quelle chose qu'il voudra me lancer.

« Bien sûr que tu es vieux jeu. »

Y'a qu'à voir la gueule de son bureau. En d'autres circonstances, j'aurais dit ça avec le sourire, sur le ton de la plaisanterie, et j'aurais même pu ajouter quelques compliments qui auraient percé l'iceberg anglais, mais l'heure n'est plus aux familiarités. Ou plutôt, elle y est tant et si bien que toute forme de respect a disparu. En apparence : car le simple fait pour moi de rester dans cette pièce plutôt que de fuir tout en lui crachant ses quatre vérités à la gueule montre combien je l'estime.

« Mais évidemment que tout était prévu, qu'est-ce que tu crois ? Tu penses que j'ai postulé dans ce cabinet pour ta belle gueule ? Bien sûr que non ! J'ai postulé parce qu'il faisait partie des meilleurs et parce qu'il fallait que je me propulse, je te l'ai dit clairement lors de notre toute première entrevue, je ne t'ai rien caché. Je t'ai dit que je me servirais de toi et de ta notoriété pour faire la mienne, je n'avais juste pas prévu que tu me demanderais d'être ta compagne dans une soirée pleine de requins prêts à me bouffer... » Je secoue la tête en signe de négation. « Si je voulais me venger, je me serais débarrassée de toi et j'aurais repris ton affaire. Mieux, je me serais mariée avec toi, je t'aurais empoisonné dans ton sommeil, et je me serais démerdée pour que ton cabinet me revienne. »

Si je ne l'ai pas fait, c'est parce qu'il a des gosses, et que j'ai beau ne pas les aimer, ces viles créatures, je ne souhaiterai à aucun d'eux ce que mon propre père m'a fait subir. Aller, Éléazar : arrête de chialer, t'en trouveras une plus jolie qui sera magnifique à ton bras et qui trempera pas dans quinze emmerdes différentes qui vont te porter atteinte.

« Trouve une autre princesse pour parer ton bras, une avocate de préférence, et fiance toi avec elle. Ton empire va redécoller. Je serai contre lui plutôt qu'avec lui, tout simplement. »


Plus grande est la beauté
Plus profonde est la souillure. Essentiellement, le domaine de l'érotisme est le domaine de la violence et de la violation.
Georges Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6880-ness-ness-presso-what-e


avatar

« La Demoiselle Inconnue »
› Âge : 36 y.o
› Appart : #1208 (dixième)
› Occupation : Magnétiseuse et commissaire priseur
› DC : Rau / Franz / Popi / Nikita
› Messages : 1676
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ Lun 3 Oct - 22:31


L’intention des parfums

est de produire un effet enivrant et séduisant

Nez




Les mots franchissent la barrière de ses lèvres. Mais tu ne les entends plus. tu n'es rien pour moi.  Rien.
Ta tête te lance. Terriblement fort. C’est comme un bourdonnement douloureux. t'es un connard parmi tant d'autres ! Un connard.
Tu as voulu faire les choses bien, tu as simplement été attiré par la douceur du bonheur. Quelque soit le choix que tu vas faire, tu vas avoir mal de toute manière. Mais il vaut peut-être mieux avoir mal une bonne fois pour toutes et s'en remettre, plutôt que de souffrir toute sa vie à force de se déchirer en deux. Ca fait mal.
La sensation qui te prend à la gorge ancre dans ta tête un souvenir que tu croyais enterré: « Je sais. Je sais que c'est difficile. »  Tu ne laisseras pas la crise d’angoisse l’emporter cette fois. Pas devant elle.

Tu ne percutes plus à ce qu’elle dit, tout ton esprit se concentre sur ta respiration, sur les larmes que tu veux ravaler, sur ta fierté qui doit l’emporter, parce que tu ne peux tout simplement pas te rabaisser devant elle, pas comme ça, pas aujourd’hui. Elle n’a eu de cesse de te le dire, encore et encore, il y a des gens qui comptent pour elle, mais tu n’en fais pas partie, tu n’en feras jamais parti, et cette fois, c’est autour de ton cou qu’elle a passé la corde, sans se soucier de tes consignes, elle n’a pas glissé ses doigts entre le chanvre et ta peau, elle s’est contentée de serrer et attend que tu tombes, raide mort. Elle aurait tort de s’en priver, tu lui as fais tellement de remarque, tu as été tellement instable avec elle, qu’elle peut jouir de sa vengeance, mais ça n’en demeure pas moins douloureux que de voir venir voir la mort en face, pas celle de ton corps, ce serait trop simple, mais celle de ton coeur qui y a cru, une fois de plus, une fois de trop.

Tu n’as plus le coeur à rire. L’organe vital retrouve sa fonction première, tu le sens battre et envoyer le sang dans le reste de ton corps, et lentement, ton esprit redresse les barrières. Elles se sont écroulées depuis le 5 juin, et il est temps de les remmettre en place, sans aucune faille dans les remparts entre tes sentiments et les autres. Il y a près de vingt ans; une femme les a percé, et tu lui souhaites d’être heureuse, il y a quelques mois, un homme les a ravagé, et tu l’espères heureux, aujourd’hui, une enfant gâtée vient de les piétiner et tu voudrais croire qu’elle est malheureuse, mais le seul malheureux aujourd’hui, c’est toi. Chacun de ses mots t’informent quant au fait que pour elle, tout va bien, et même si ça sonne faux, tu as trop mal pour essayer de lui faire dire la vérité.

Un autre jour, sans doute aurais-tu remarqué qu’elle venait de dire que tu avais une belle gueule, mais pas aujourd’hui. Dans le fond, tu te fous que tout ça ait été une vengeance ou non, elle t’a vendu un tissus de mensonge, et ça particulièrement lundi, dans ces mêmes murs, alors que tu t’offrais dans la plus stricte sincérité, celle de la jouissance, celle où l’on décèle le mensonge sans mal, celle où tu as dis vrai sur toute la ligne, mais cette ligne n’était finalement pas plus pérène que celle qui s’est infiltré dans tes narines le soir où tout a basculé entre vous.  « Je suis en plein divorce. Je ne compte pas m’imposer le poids d’un mariage non désiré. Contre lui? Donc tu demandes ta démission? » Le masque est revenu. Le regard est froid, la voix souple et calme, et la seule trace de ta crise de nerf est le mouvement de ton coeur que l’on peut percevoir au travers de ta chemise, et le désordre de tes boucles.
Donc tu disparais aujourd’hui et à jamais?

Ca frappe dans ta tête, douloureusement, et tu allumes une cigarette.« Arrête de te faire du mal. C’est fini de survivre ; il faut vivre maintenant. » Et si c'est trop tard?


+ BONNIE AND CLYDE +
Moi lorsque j'ai connu Clyde, autrefois, c'était un gars loyal, honnête et droit. Il faut croire que c'est la société qui m'a définitivement abîmé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11295-apolline-mille-bouches


avatar

« CRUELLA D'ENFER »
« CRUELLA D'ENFER »
› Âge : 34 ans
› Appart : #1403, avec princesse Shalimar.
› Occupation : Etudiante en droit le jour | Administratrice d'une boîte de nuit-maison close, Le Lumignon Blanc, la nuit. | Chimiste de drogues dures et faussaire à ses heures perdues.
› DC : Sly / Niilo / Nathan / Dei
› Messages : 1115
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ Lun 3 Oct - 23:07

Un mariage non désiré. Je déglutis avec difficulté, mais discrètement ; c'est exactement ce que je suis en train de vivre, et c'est ce qui nous sépare. J'ai vécu des mariages non désirés toute ma vie, j'ai été fiancée un nombre incalculable de fois sans mon accord ou presque, et peut-être parce que mes fiançailles avec Ambroise sont les premières que j'initie, je comprends toute l'importance qu'elles pourraient avoir si elles avaient été réellement voulues. Je n'ai jamais connu l'amour, hormis celui, tout relatif, que pouvait me porter mon père, et dans ce cas, on parlerait plutôt d'attention. Pour moi, le mariage n'a jamais tant signifié la volonté et l'amour que le sens des affaires et des arrangements. C'est ce à quoi nous aurions ressemblé, Éléazar et moi, si cela avait abouti, ne l'a-t-il pas compris ?
Je secoue la tête aussitôt – un peu trop vite pour que ce soit naturel peut-être – lorsqu'il s'informe de ma démission.

« Je ne demande pas ma démission, je l'impose. Tant que tu ne me vires pas, tant que ma notoriété ne ressemble pas à quelque chose, je reste. »

Je me décolle lentement de la porte du bureau, comme si je n'avais réellement pas envie de partir. Mes yeux glissent sur l'impeccable plateau du meuble, sur lequel je m'asseyais encore comme une gamine lundi. Ce temps pourtant proche me semble soudain terriblement lointain, comme si le bonheur n'avait jamais réellement existé, ou qu'il était resté au temps de l'enfance, à l'époque où heureusement, on n'a pas encore conscience de tout.
Tourant la tête en direction du meuble, je saisis de nouveau l'écrin et je l'ouvre pour saisir dans le satin l'anneau forgé d'or que je glisse à mon majeur gauche, juste à côté de la bague de fiançailles. Je le contemple un instant, avant de lever les yeux vers lui.

« T'as dit que je pouvais la garder. Je te laisse, j'ai rendez-vous. »

Je saisis la poignée de la porte pour l'entrebâiller et tandis que je me glisse dehors, je lui offre la vue de la bague à ma main dans un doigt d'honneur.


Plus grande est la beauté
Plus profonde est la souillure. Essentiellement, le domaine de l'érotisme est le domaine de la violence et de la violation.
Georges Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6880-ness-ness-presso-what-e


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ

Revenir en haut Aller en bas

L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'INTENTION DES PARFUMS EST DE PRODUIRE UN EFFET ENIVRANT ET SÉDUISANT ♦ NEZ
» Nouvelle intention de Prieres,
» Avoir l'intention de
» PARFUMS NON-TESTÉS
» Intention de prière pour un ami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Events Terminés-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)