Partagez|


JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Lun 19 Sep - 18:07

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) La première fois que Julia a emménagé, c'était avec son petit-ami puis mari de l'époque, quand elle avait un peu plus de 20 ans. Oscar. Ils ont vécu leurs seules années ensemble ici, protégés par l'ambiance environnante. Quand il est mort, Julia a conservé l'appartement un peu plus d'un an, pour y faire son deuil, pour s'y réfugier dans le souvenir, en faisant une espèce de musée à son effigie. Et puis, un jour, c'est devenu trop difficile de vivre entre les murs qui avaient abrité leur amour. Mais nostalgique, attachée aux lieux bien que peu intégrée, Julia a décidé de rendre l'appartement pour en louer un autre, exactement dans le même immeuble, gardant ses marques. Elle vit seule, depuis.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Peu sociable, en tout cas timide - et parfois maladivement - Julia ne connait pas vraiment les gens qui habitent autour de son appartement. Elle dit bonjour quand elle croise quelqu'un, offre un sourire imprégné de timidité - mais en dehors de ces politesses de base et à quelques rares exceptions près, elle ne connait pas vraiment les gens. Ce qu'elle regrette, parfois.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?)Sans doute la réputation d'une voisine discrète, qui soule peut être parfois ses voisins avec un brin de musique classique un peu trop fort, ou ceux du dessous par quelques pas de danse quand elle se défoule. Une fois, elle a apporté un tableau peint par ses soins à son voisin d'en face - mais il l'a dévisagée près d'une minute avant de lui fermer la porte au nez comme si elle était folle. Alors elle doit sans doute avoir l'air un peu folle, de temps en temps...

(NOM) Gardner (PRÉNOM) Julia (ÂGE) 28 ans (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) un 15 mai, à New York (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Mauvaise journaliste pas très passionnée (NATIONALITÉ) Américaine (ORIGINES) Américaines, même si il semblerait que sa mère ait de la famille en Grande Bretagne. (STATUT CIVIL) veuve, et célibataire (ORIENTATION SEXUELLE) hétérosexuelle (mais ces choses changent, qui sait? HEHE) (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) le 5 décembre 2008 (GROUPE) ceux qui rêvent

PSEUDO/PRENOM : B. :l: / Cha ÂGE : 25 ans (certaines diront que je suis un bébé et d'autres me prendront pour une vieille peau  HEHE  PAYS : FRANCE FRÉQUENCE DE CONNEXION : tous les jours, j'suis accro. COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : en suivant les morceaux de chocolat sur le sentier (REPRISE DU PERSONNAGE) Nope (TYPE DE PERSO) inventé (CRÉDITS) SHIYA, tumblr & AMIANTE pour le codage de la fiche COMMENTAIRE OU SUGGESTION : J'vous love  JAIME  AVATAR : Florrie Arnold
JULIA ERIN GARDNER
He was my North, my South, my East and West, My working week and my Sunday rest, My noon, my midnight, my talk, my song; I thought that love would last for ever: I was wrong.
L'histoire de votre personnage, à écrire ici, au moins 400 mots. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus.

Tu n'as pas envie d'écrire l'histoire de ton personnage ? Tu préfère résumer tout ça dans des anecdotes ? Pas de problèmes, il te suffit de remplir les quinze points importants si dessous comme tu le souhaites.

01. Née dans une famille attachée aux traditions voire puriste, Julia est élevée dans le respect de la religion catholique – la messe tous les dimanches – et des principes qu’une jeune fille de bonne famille doit observer. Elle est la fille unique de ses parents, qui ont eu du mal à l’avoir. Née de manière prématurée, elle est surprotégée comme si elle risquait à chaque instant de mourir ou de se briser. Elevée dans la culture de l’excellence, on lui apprend qu’elle ne doit pas faillir et qu’elle doit être la meilleure à l’école. Ses parents font d’elle leur enfant modèle – et puisqu’ils ne peuvent en avoir qu’un, ils misent sur elle toutes leurs chances, oubliant à l’occasion de la laisser vivre sa vie. Elle, elle comprend ses parents – en tout cas en partie – ils n’ont qu’elle, ils l’aiment, ils sont d’une autre époque, d’une autre génération. De la génération de ceux qui s’aiment pour toujours – ou qui le prétendent. Julia le sait, ses parents ne sont pas heureux. Mais ça ne l’empêche pas de faire de son mieux pour les satisfaire, même si son mieux n’est souvent pas suffisant. Ils la promettent à une grande carrière ; c’est certain, elle sera médecin.


02. Mais Julia chavire au lycée. Elle rencontre Oscar, ce grand brun frêle un peu mystérieux toujours à l’écart. Pour une raison qu’elle ignore, il jette sur elle son dévolu. Il lui parle, il la suit le soir quand elle rentre chez elle, la provoque. La surnomme – affectueusement – miss parfaite. Il se moque d’elle puis lui explique à quel point il apprécie de l’avoir dans sa classe. Peu à peu, en laissant le temps au temps, Julia tombe amoureuse et réalise que son cœur chavire pour ce garçon qu’elle connaît à peine et qui la pousse en dehors de ses limites. Des limites si bien dressées autour d’elle qu’elle ose à peine franchir d’habitude. Un soir, dans sa voiture à lui, alors qu’elle s’est absenté deux jours durant sans lui donner de nouvelle, Julia s’offre à lui en escaladant ses genoux, scellant leurs destins sans même savoir dans quoi elle s’embarque.


03. Le pire n’est pas la crise de ses parents quand ils apprennent – ou comprennent – qu’elle a un petit ami. Ses notes ont légèrement chuté, elle sort souvent, rentre tard – parfois après le couvre feu. Rien de bien méchant, mais elle se laisse embarquer dans une vie plus rebelle dans un rôle que ses parents ne lui connaissent pas. Les relations s’effritent et deviennent plus tendues, plus douloureuses. Les parents plus sévères, leur fille plus rebelle. Pas de ces enfants qui sombrent dans le n’importe quoi – plutôt de ceux qui refusent de souffrir sous la coupe de parents trop exigeants. Elle s’évanouie dans l’amour adolescent qu’elle porte à son grand brun – et puis un jour, alors qu’il est de mauvais poil, qu’il la rejette pour une raison qu’elle ignore, il finit par se confier. Il est malade, très malade. Du genre incurable. Il mourra jeune, bientôt. Elle devrait retourner à sa vie d’avant, rencontrer d’autres gens.


04. Evidemment, elle n’en fait rien. Elle le colle encore plus. Elle s’inscrit avec lui dans une école de journalisme – un métier pour lequel elle n’a strictement aucune vocation – juste pour partager ses heures – toutes ses heures. Elle le suit partout. Sa relation avec ses parents est tellement insoutenable qu’elle finit par déménager. Elle prend un boulot de serveuse pour pouvoir payer le loyer dans un immeuble New Yorkais, le Parking. Ils habitent un appartement minuscule mais peu importe. Ils sont heureux. Ensemble. Ils finissent même par se marier, sans famille ni alliés, dans une petite église du coin. Ils font l’amour, souvent. C’est peut être ça, qui, tristement, met Julia sur la voie. Quand il fatigue plus rapidement, quand il s’endort sur son épaule. Quand il garde le silence et que ses mains ne caressent pas sa peau nue. Elle sent, elle sait. Et en l’espace d’un clin d’œil, d’un aller simple pour l’hôpital, d’une angoisse étouffante qui lui serre la poitrine, elle est veuve.


05. Veuve et seule. Elle abandonne le journalisme – sa vocation à lui – et se consacre à 100 % à son boulot de serveuse. Des heures et des heures par jour, jusqu’à être tellement épuisée qu’elle n’a plus qu’à rentrer chez elle, chez eux. Elle s’écroule alors sur le canapé ; seule et fatiguée, habillée, pour dormir quelques heures. Le seul répit qu’elle offre à son cerveau, c’est la douche qu’elle prend seule le matin. La douleur ne la quitte pas, elle ne sait même pas comment adresser la parole aux gens. Elle se trouve en bas d’une pente insupportablement aigüe qu’elle doit remonter toute seule et elle ne sait pas comment s’y prendre.


06. C’est le temps qui finalement fera son œuvre. Un an plus tard, quand elle se lève un matin et qu’elle a envie de trainer un peu au lit pour profiter de la chaleur de son appartement. Quand elle réalise que la douleur qui l’oppresse, toujours présente, s’est un peu adoucie. Elle a 23 ans quand elle décide de retourner à ses études de journalisme. Toujours pas par vocation, mais pour lui. Parce que c’est ce qu’il voulait faire de sa vie – ce qu’il aurait fait sans la moindre difficulté si la vie n’avait pas été si injuste et ne l’avait pas privé de vivre ce qu’il devait vivre. Elle fait la fin des études normales et sort diplômée, tant bien que mal, à 26 ans. Elle trouve un poste dans un petit magazine local pour lequel elle écrit quelques colonnes de temps à autre – elle s’en fiche un peu. Elle écrit sur l’actualité, sur des stars, sur des choses à acheter ou à vendre. Peu importe.


07. Julia habite toujours au Parking mais elle a changé d’appartement – trop difficile de rester dans ces murs qui abritent tant de souvenirs de la vie qu’elle aurait pu avoir. Elle est toujours célibataire, éprouve de grandes difficultés à tenter de séduire ou même à être séduite – on peut raisonnablement dire d’elle qu’elle est coincée, et les gens qui ne la connaissent pas la qualifieraient de petite fille modèle obéissante.


08. Elle est très secrète, se confie difficilement sauf à ses amis proches qu’elle ne possède par ailleurs par en nombre – la faute à cette grise mine affichée pendant tant d’années. Elle n’a pas souvent adressé la parole à ses voisins d’ailleurs, à une époque trop dépressive pour trouver quoi que ce soit à dire. Elle ne voit plus ses parents non plus, est donc finalement assez solitaire.


09. La période de sa vie la plus compliquée est cependant derrière elle, et si elle continue à fréquenter le cimetière et à trouver certaines journées éprouvantes de manque et de solitude, il n’empêche qu’elle a repris petit à petit sa vie en main. Elle manie l’humour avec finesse en face des gens qui se laissent l’occasion de découvrir sa répartie. Elle est d’humeur joviale et se passionne pour beaucoup de choses. Curieuse, elle aime aller au fond des choses. Elle aime voir des films, écouter des concerts de toutes les musiques, découvrir de nouvelles cultures. Elle raffole de bouffe chinoise et japonaise.


10. Julia aime peindre. Elle peint diverses choses, mais surtout des paysages et dans des tons pastels. Ses tableaux habillent son appartement un peu partout, dans chaque pièce. Elle n’a pas la prétention de se dire artiste ou quoi que ce soit – mais c’est une activité qu’elle apprécie.


11. Julia mange beaucoup. Et elle ne grossit pas. C’est injuste et tout ce que vous voulez, surtout qu’elle, elle n’a rien demandé. Mais elle adore manger. Si parfois elle prend garde à manger un minimum sainement, ce n’est pas toujours le cas – et pour autant elle a toujours l’air d’une petite fille qui ne mange rien. Mais détrompez-vous. Elle adore la bouffe.


12. Elle aime la musique classique – ce sont là les concerts qu’elle va le plus souvent voir. Cette musique la transporte, sans qu’elle ne sache vraiment expliquer pourquoi ni comment. Elle se met souvent un disque quand elle rentre chez elle le soir, avec un verre de vin.


13. Finalement assez solitaire, Julia n’a jamais réellement pardonné à ses parents leur conduite lors de sa jeunesse et évite de les voir au possible. Elle n’a quasiment pas de famille en dehors d’eux – hormis un ou deux cousins éloignés qu’elle ne voit pas franchement non plus.


14. Vous vous direz sans doute que depuis le temps, elle a retrouvé sa virginité – mais Julia n’a connu aucun amant depuis la mort d’Oscar. Pas forcément par manque d’envie – plus par deuil au départ, et par peur aujourd’hui. Elle ne sait pas faire face aux dragueries que celles-ci viennent d’un homme ou d’une femme et se décompose facilement quand elle se sent sollicitée. Pourtant aujourd’hui, ses envies de solitude sont derrière elle et elle a accepté le fait qu’il faudrait bien qu’elle finisse par refaire sa vie.


15. C’est une excellente cuisinière. Elle s’approprie les recettes, les arrange, les modifie à sa guise et ne reçoit en général sur sa cuisine que des compliments. Ce qu’elle aime encore plus faire que tout le reste, ce sont les patisseries et les desserts.




Dernière édition par Julia Gardner le Mer 21 Sep - 0:35, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : Vingt-neuf ans
› Appart : #910, neuvième étage
› Occupation : Batteur au sein du groupe Fakir
› DC : Aliah & Lizz
› Messages : 535
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Lun 19 Sep - 20:42

Re-bienvenue parmi nous jolie demoiselle HAWW


Where there's tears, there's hope. Left you my tears, remember ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12018-drill-o-la-cadence-du-


avatar

« Babydoll »
› Âge : 23 ans
› Appart : #104 avec Yulian
› Occupation : Danseuse de rue / Bosse à mi-temps dans une pizzeria parce qu'il faut bien payer le loyer
› DC : Nina & Lieven
› Messages : 1781
› Nombre de RP : 6

Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Lun 19 Sep - 20:44

Que de jolies images tu nous montres là !
Rebienvenue par ici I love you




I couldn't sleep last night, how you look like my daughter it's burnt in my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7400-eden-c-est-dans-ses-rev


avatar

› Âge : 45 ans
› Appart : 1210
› Occupation : Médecin légiste dans le commissariat du coin
› DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie
› Messages : 2299
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Mar 20 Sep - 0:14

Dis donc t'es pas mal comme ça BAVE !
Rebienvenue chou !



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa


En ligne
avatar

› Âge : 27
› Appart : #104 avec Eden
› Occupation : Pion d'Ekat la maquerelle
› Messages : 381
› Nombre de RP : 11

Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Mar 20 Sep - 0:37

Rebienvenue ! Dis voir, t'es vraiment mignonne :l:



I'm a goner

Somebody catch my breath. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7649-no-pain-no-gain-yulian


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Mar 20 Sep - 0:53

Merciiiii tout le moooonde JAIME :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Mar 20 Sep - 12:00

Bienvenue à toi petite madame ! ^^
Par contre si tu regardes le bottin des prénoms, tu verras qu'on a déjà une Julie qui se fait appeler Jules, sorry CUTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Mar 20 Sep - 13:43

qu'elle est jolie BAVE
bienvenue LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Mar 20 Sep - 16:02

Juste Julia alors CANDICHOU

Merciiii tout le monde :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 45 ans
› Appart : 1210
› Occupation : Médecin légiste dans le commissariat du coin
› DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie
› Messages : 2299
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Mer 21 Sep - 22:17

TU ES VALIDÉE ! BIENVENUE !


T'inquiète pas, y'a pleins de maris potentiels ici pour le remplacer ton macchabée Surprised !

Félicitations ! Ton dossier a été approuvé par la Concierge ! Tu peux dès à présent prendre tes aises et faire la connaissance avec tes nouveaux voisins sur le flood, la Chat-Box ou directement via les RP Libres si tu es un thug.

Si tu es perdu, n'hésite pas à t'inscrire à la session de parrainage ! Quoiqu'il en soit, pense à remplir ton profil (sans oublier d'indiquer ta réputation) et te recenser sur nos divers listings:





It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come Mer 21 Sep - 22:47

Bienvenuuuuuueee. JAIME JAIME JAIME

cache son alliance. AS
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come

Revenir en haut Aller en bas

JULIA ▲ silence the pianos, let the mourners come

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» GROTRIAN Pianos
» canelloni de mamma julia
» joyeux anniversaire julia
» {j'espère bientôt M2 clinique, STRASBOURG} julia
» Voyez Julia Kim recevoir les stigmates et vivre la Passion du Christ !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)