AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: basile giverny ; my art could mean anything   Mar 13 Sep - 19:47
(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Dix ans déjà. L'envie de liberté, de quelque chose de nouveau, de plus vrai, de plus viscéral. Il a toujours eu cette chose en lui, cette bête noire qu'il voulait, qu'il devait exploiter. Le Parking, c'était l'endroit idéal, un camouflage parfait, mais Basile n'a jamais vraiment réussi à passer inaperçu. Ses parents n'auraient jamais compris sa décision : troquer la vie chaude et paisible de Floride contre le gris des immeubles et du ciel du Bronx. Mais Basile sait mettre des couleurs ; c'est son métier, c'est sa passion.

   (Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) L'immeuble est idéal : un monde obscur brisé par les cris, les rires, les multiples personnalités. Les voisins, Basile les divise en trois catégories : les autres, ceux qui l'indiffèrent, qu'il croise tous les jours sans leur jeter un regard, des vieux, des plus jeunes, des personnages en noir et blanc dans l'histoire en couleur qu'il essaie de créer depuis des années. Les hommes, ces grands types musclés, malsains, malhonnêtes, qu'il évite comme il peut car il n'arrive jamais à calmer les battements de son coeur qui prouvent qu'il a toujours un peu peur, malgré les années. Les femmes, ces courbes désirables, colorées, provocatrices ; celles qu'il observe de loin, le besoin de peindre, de toucher, permanent, celles qu'il a peintes, ces muses brisées, désabusées, désormais des formes sur un tableau alors qu'elles étaient, pendant un instant, des reines dans son monde.

   (Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Si Basile partage le Parking en trois catégories de voisins, ceux-là ont trois manières de le percevoir : ils ne le connaissent pas, ils le regardent peut-être, à cause de sa manière de s'habiller, toujours branchée, toujours à la mode, mais Basile ne les intéresse pas. Mais quand il commence à provoquer l'intérêt, on l'apprécie ou on le déteste ; on voit en lui un ange déchu, un peintre brisé mais rêveur, un solitaire qui travaille pour rester en vie ; ou alors on aperçoit le démon d'égoïsme et d'égocentrisme qui sommeille en lui, le mec perdu qui cherche encore à peindre la femme, le tableau, peu importe les larmes qu'il fera couler sur ses toiles.  

(NOM) giverny, comme si toute sa vie avait été tracée depuis des générations, giverny, la ville de Monet, des paysages pittoresques, de la peinture. (PRÉNOM) basile, un prénom français qui lui vient de sa mère, qu'il chérit et qu'il déteste, il lui rappelle la france mais également le fait qu'il jure avec l'image du parking, du bronx, qu'il s'écorche contre les murs comme on écorche son prénom. (ÂGE) trente ans, c'est fini maintenant, trop d'années ont passé, la gloire tant rêvée est loin déjà, pourtant, oui pourtant il y croit. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) le 19 août 1986, une chaude journée d'été dans le sud de la floride. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) peintre en bâtiment le jour, peintre de ses muses la nuit, il ne vit que pour ça. (NATIONALITÉ) américaine. (ORIGINES) père américain, mère française, seul son prénom et le souvenir d'une nuit à paris lui rappellent une origine superficielle. (STATUT CIVIL) célibataire, épris d'un tout, d'un monde dans un cadre dans lequel il a arrangé les couleurs. (ORIENTATION SEXUELLE) hétérosexuel (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) une froide journée, un mois de novembre peut-être, en 2006.  (GROUPE) malgré les débordements, il reste de ceux qui rêvent.

PSEUDO/PRENOM : deadpoule ÂGE : 23 ans PAYS : France FRÉQUENCE DE CONNEXION : 3 à 4 jours sur 7, autant que possible COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : je l'ai connu il y a un an déjà, j'étais la jeune emy powell, je suis heureuse de voir à quel point le forum perdure (REPRISE DU PERSONNAGE) En cas de suppression, acceptez-vous que votre personnage soit scénarisé ? non  (TYPE DE PERSO) inventé (CRÉDITS) AMIANTE pour le codage de la fiche COMMENTAIRE OU SUGGESTION : contente de revenir par ici retenter l'aventure AVATAR : dane dehaan
BASILE GIVERNY
La condition humaine est désastreuse, mais la beauté de la femme est un remède à tous les maux.
.(AUTOPORTRAIT) Né pour briller. L'entourage, l'argent ; la pression, les exigences. Basile satisfaisait toutes les volontés de ses parents ; l'école, la musique, l'art, la lecture, il devait être le petit garçon parfait. Il n'en disait rien : parmi toutes ces choses qui l'étouffaient, il avait trouvé le moyen de fuir ailleurs, de mettre d'autres couleurs. Les cours de peinture le jeudi soir, et tous ces instants où il s'enfermait dans son monde coloré. D'abord attendris par cette passion découverte à un jeune âge, ses parents commencèrent à s'inquiéter lorsqu'on essaya de mettre une étiquette sur l'enfant calme et renfermé qu'il était. Basile comprit rapidement qu'il devait faire attention, qu'il ne devait pas en faire trop. Il apprit, trop vite, à refléter l'image de ce qu'on voulait voir de lui. Enfant prodigue, famille parfaite, vie au soleil dans une belle maison en Floride, près de voisins qui leur ressemblaient trop pour que tout cela ne soit vrai. Terne, terne, bien trop terne. (MAISON JAUNE) La maison de Basile était moderne, typique d'un quartier résidentiel américain. Mais sur le chemin de l'école, Basile passait tous les jours près de cette maison jaune qui faisait l'angle d'une rue. Colorée, atypique, elle l'intriguait. Il se demandait qui vivait à l'intérieur ; et si quelque chose surpassait la curiosité de Basile, c'était son culot. Il y fit la rencontre d'un homme extraordinaire, compréhensif mais violent dans sa manière de présenter la vie à Basile. Ca lui plaisait. Confronter sa vie à la maison à celle que lui présentait l'homme de la maison jaune. Il apprit à affiner son esprit, à aiguiser ses sens ; et à peindre, vraiment, pour lui et non plus pour ses cours du jeudi soir. (AMANDIER EN FLEURS) L'été, la chaleur cuisante de Floride, la plage, et l'adolescence. Suivant à la lettre les leçons de l'épicuriste de la maison jaune, Basile prenait pleinement conscience de ses sens. Cette période de sa vie est floue ; il se souvient de la lumière brûlante du soleil qui se reflète sur l'eau et sur les bâtiments, de la sueur qui perle sur son corps et sur celui des filles qu'il séduisait, de la peinture sur ses doigts tandis qu'il peignait avec ferveur et chaleur, la musique dans les oreilles, des mains contre son corps fiévreux. (LA SIESTE) Ses parents le laissaient être. Il n'était plus l'idéal petit garçon aux cheveux blonds et aux yeux bleus, mais une tornade, une tempête de rires, de pleurs, d'idéaux et de déceptions. Les études n'étaient plus du tout au centre de sa vie ; et le père parti, lassé d'un parcours trop tranquille et monotone, sa mère avait abandonné l'idée de le façonner. Ils étaient bien tous les deux dans ce cadre doré. Un monde parfait, seulement brisé, parfois, par les pulsations violentes du cœur de Basile, par ses mains tremblantes, et par son regard fixe, rivé sur les passantes, sur les jeunes femmes qui discutaient devant un café, par ce besoin insolent de les immortaliser dans cette perfection que Basile percevait en elles. La sieste du monstre était interrompue ; l'enfant tait les pulsions, l'adolescent les transforme, l'adulte naissant les accepte. (LA VEILLÉE) Basile a beaucoup réfléchi. Sa mère, le soleil, cette maison banale, ce monde trop lisse pour l'image qu'il donnait aux autres qui craquèle plus vite qu'il ne peut le contrôler. Il doit partir. Il veut vivre de sa passion, il veut atteindre l'idéal, celui qu'il cherche à définir depuis des années maintenant. C'est un peu par hasard qu'il découvre le Bronx et le Parking ; les tags colorent les murs, mais c'est la seule chose qui donne de la couleur à ce tableau froid et noir. Basile s'y sent mieux ; plus besoin de refléter quoique ce soit, son visage passe inaperçu dans cette mer de personnages atypiques, défaits, brisés. C'est parfait. Les hommes sont pires que lui, les femmes sont toujours aussi belles. Son travail peut commencer. (TERRASSE DU CAFÉ LE SOIR) Basile se sent parfois comme un criminel, un voyeur. Il regarde, il suit, souvent des jours avant de se lancer et d'aborder sa muse. Il séduit, il joue, il cherche, et il trouve. Il aime cette parade amoureuse ; elle le fait vibrer, à chaque fois, tout le temps, il pense avoir trouvé celle qui l'élèvera. Elles se laissent toutes piéger quand il évoque la peinture, lorsqu'il murmure au creux de leur oreille le rêve qui lui étreint le cœur. Comme lui qui le pense sincèrement, elles imaginent être à la hauteur de ce qu'il cherche à éterniser. Après des soirées à la terrasse d'un café ou sur le toit du Parking à contempler la nuit étoilée, il les entraîne doucement chez lui pour, toujours, vivre quelque chose de puissant. (NUIT ÉTOILEÉ) Ils ne voient plus les étoiles, seule la lumière tamisée éclaire la pièce dans laquelle il vit. Un grand matelas posé sur le sol, des toiles, des toiles, de la peinture, des draps, un frigo. Un monde à part, un peu effrayant, tellement différent. D'abord on boit, on fume ; on rit, on s'aime. Basile touche enfin ces courbes qui l'appellent, respire enfin celle qu'il croit aimer. Dénudée, elle pose, elle joue avec les draps, avec la peinture qui traine, avec le regard de Basile qui jamais ne la quitte. Devant sa toile, inspiré par la beauté d'une muse qui s'est imposée à lui, par la drogue qui envahit son organisme et qui le laisse pantois, il peint la nuit, le jour, il fait l'amour. Parfois il s'énerve, le démon s'éveille ; et il finit par exploser, plus tard, quand l'effervescence du moment est passé, quand il réalise qu'il n'a pas réussi, qu'il a échoué, encore une fois. Tu n'as pas été à la hauteur. Tu ne vaux plus rien ! Jamais il n'a su s'il se disait cela à lui-même ou aux filles qu'il finissait par ignorer, son regard vite attiré par une autre muse, par une autre chance. (A LA PORTE DE L’ÉTERNITÉ) Basile garde tout. Les toiles sont posées dans son appartement et il lui arrive de les contempler, de chercher ce qui lui déplaît tant. Elles se ressemblent toutes : les modèles sont souvent différents, les couleurs ne sont jamais les mêmes car elles dépendent de l'état dans lequel il se trouvait au moment où il a peint ; elles sont différentes, oui, mais elles se ressemblent pourtant, elles présentent toutes, dans leur essence même, la souffrance de Basile. Au lieu d'immortaliser l'être parfait qu'il avait sous les yeux, elles contiennent, pour l'éternité, sa déchéance, ses rêves égoïstes, malades. Alors il les garde, car il les chérit autant qu'elles le font souffrir. Si elles lui rappellent en permanence ses échecs, elles prouvent qu'il est encore vivant, qu'il n'est toujours pas las, mais bien prêt à essayer, encore et encore, à atteindre l'idéal.

   



Dernière édition par Basile Giverny le Dim 18 Sep - 21:35, édité 7 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5974-tony-le-principe-c-est-
avatar


▹ MESSAGES : 675
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 28 ans (28 aout)
▹ APPART : #1406 (F3)
▹ TAF : t'es cuistot dans un petit restaurant posé, t'es gouteur de nouvelles recettes potentiellement mais t'as perdu le goût à la vie et aux délices des voyages
▹ DC : williamson



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mar 13 Sep - 20:01
alors je ne peux que te souhaiter une re-bienvenue BRILLE !




Je voulais pas vraiment grandir moi, je voulais juste atteindre le placard où était planqué les bonbons.
Courir le monde de toutes les façons possibles, ce n'est pas seulement la découverte des autres, mais c'est d'abord l'exploration de soi-même, l'excitation de se voir agir et réagir. C'est le signe que l'homme moderne a pris conscience du gâchis qu'il y aurait à rendre passive une vie déjà bien courte. (Xavier Maniguet) ©️endlesslove.


Tony quand il voit Romy débarquer au mariage de Marsh et Vivi:
 


Dernière édition par Tony Malverti le Mar 13 Sep - 20:25, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mar 13 Sep - 20:24
Re bienvenue avec Dane HAN :l:
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mar 13 Sep - 20:34
héhé, merci à vous deux :hihi: CUTE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7400-eden-c-est-dans-ses-rev
avatar
« Babydoll »

▹ MESSAGES : 1925
▹ NOMBRE DE RP : 1

▹ AGE : 23 ans
▹ APPART : #104 avec Yulian
▹ TAF : Danseuse de rue / Serveuse chez Pépé (pizzeria) / Serveuse au Rabbit Hole (salon de thé)
▹ DC : Nina



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mar 13 Sep - 20:46
Ohhh un autre artiste, on va bien s'amuser :l:




Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5324-coma-les-soupirs-et-les
avatar
« la cicatrice. »

▹ MESSAGES : 1767
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : la vingtaine qui pointe le bout de son nez, et coma est étonné d'être parvenu jusque là sans crever.
▹ APPART : du quinzième il s'est jeté, l'appartement vide du père effacé. drogué voleur orphelin on a essayé de le placer en foyer ou de le faire retourner chez une mère qu'il n'a jamais connu. alors il a fui, il s'est caché, et il se terre maintenant dans un studio qu'ils doivent partager à deux. le #106 qu'il vit comme la salvation et parfois comme une malédiction.
▹ TAF : coma il revient de loin, essaye tant bien que mal de finir le lycée depuis des années, réussit à se passer de son boulot de passeur de drogues en esquivant son devoir. il met de temps à autres les mains dans le cambouis au 8full mais, s'il est acharné, il n'est pas vraiment doué. plutôt paumé.
▹ DC : /



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mar 13 Sep - 20:53
DANEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE
et ce perso de MALADE
bienvenue bienvenue !!!!! CUTE





avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mar 13 Sep - 21:26
DANEEEEEEEEEE Crying or Very sad
Ais-je le droit de t'aimer ? De te faire des bébés ? CANDICHOU

BIENVENUE :l:
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mar 13 Sep - 23:01
Bienvenue LOVE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mer 14 Sep - 2:50
Un Copain qui fait des croutes ! o/
Bienvenue a toi bon courage pour ta fiche !
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa
avatar


▹ MESSAGES : 2335
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 45 ans
▹ APPART : 1210
▹ TAF : Médecin légiste dans le commissariat du coin
▹ DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mer 14 Sep - 17:00
Dane JAIME !
Rebienvenue parmi nous HELLO !



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mer 14 Sep - 17:24
merci vous tous, vous êtes adorables MIAOU coeur
noé : oui, bien sûr, à tes risques et périls HEHE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2900-al-o-la-bombe-a-retarde
avatar
« révolé sa mère. »
« révolé sa mère. »

▹ MESSAGES : 4720
▹ NOMBRE DE RP : 12

▹ AGE : 19 ans, l'âge batard, trop vieux pour garder un pied dans l'enfance, trop jeune pour ta récente paternité.
▹ APPART : #1411 (F3) avec tes pioupious.
▹ TAF : Dealer local du Parking et environs proches, il est également l'associé de Deirdre Haynes au garage 8Ful.
▹ DC : Misha et Henry



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mer 14 Sep - 17:51
Han Emy POTTE j'étais trop triste de ne plus te voir parmi nous !
Mais rebienvenue à la maison ! HAN On t'a gardé une place bien au chaud :hihi:


Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12927-lizz-ailes-deployees
avatar


▹ MESSAGES : 1401
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 23 ans
▹ APPART : 1203, douzieme étage
▹ TAF : étudiante en sciences anthropologiques le jour, trafiquante la nuit et serveuse les weekends
▹ DC : Aliah & Drill



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Mer 14 Sep - 19:58
Bienvenue CUTE


▬ “FILLE LIBRE COMME L'AIR, fille aux ailes d'argent, oiseau volant. Regarde le monde cruel avec ses yeux clairs, se créer des rêves pour tenter de toucher l'univers.”
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Jeu 15 Sep - 8:56
prénom + avatar, le tout concocté pour un peintre languissant, je trouve le combo tout simplement parfait HEHE
Bienvenue parmi nous petit artiste :YEAH:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


▹ MESSAGES : 368
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : Inconnu
▹ APPART : New York
▹ TAF : Colporter les ragots
MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   Ven 16 Sep - 18:09
Ah, enfin quelqu'un pour donner un coup de frais à cet immeuble pourrave. On compte sur toi !

Bienvenue.


Des ragots croustillants ?
Envie d'embêter quelqu'un par sms ?
Envoie nous un message, on ne mord pas. Pas trop...

Et y'a le TUMBLR là ! CLIQUE CLIQUE CLIQUE !
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: basile giverny ; my art could mean anything   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.