Partagez|


Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Dim 4 Sep - 20:18

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) J'y ai emménagé le 12 août 2012. Pour mon vingtième anniversaire. En colocation avec mon frère, en vérité. J'm'en souviens très bien, c'était le jour de notre anniversaire. Ce con a failli tomber dans les pommes quand il m'a vu. Bah ouais, il s'y attendait pas, à m'voir à sa porte avec mes valises. « Salut, j'viens t'emmerder parce que par skype c'pas suffisant ! » Quelle tronche il a tiré. C'était comique, il a limite hurlé comme une fillette de cinq ans.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Qu'est-ce que vous voulez que j'vous dise ? En France, j'vivais dans une banlieue Parisienne. C'était une maison, pas forcément très charmante, mais une maison quand même. Après, j'm'en fiche un peu, de l'endroit où j'vis. Tant qu'je vis. Tant qu'j'ai de quoi m'bouffer un putain d'gros burger frites bien gras. Le reste.. Je m'en cale un peu. Mais dans l'ensemble, j'aime bien. Ambiance. Et tout. Lol.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) J'ai la réputation d'un petit con manipulateur fouteur de merde. Eh ouais, même si j'ai arrêté ces trucs-là, faut bien avouer que la réputation reste malgré tout. Pas que ça m'plaît pas, d'ailleurs. On m'voit souvent comme un gamin un peu trop rêveur, aussi. Qui s'assied par terre et qui dessine les gens qu'il voit. Fin bon, voilà quoi.  

(NOM) Fox. (PRÉNOM) Nevada Yolan. (ÂGE) 24. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 12/08/1992 à Paris. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Peintre à ses heures perdues, vend ses peintures pour joindre les deux bouts, barista au Starbucks du coin. Oh, et il fume aussi. Beaucoup. Comme un pompier, en fait. (NATIONALITÉ) Franco-américaine. (ORIGINES) Françaises. (STATUT CIVIL) Fiancé. (ORIENTATION SEXUELLE) Gay. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) 12/08/2012. (GROUPE) Nous sommes de ceux qui survivent.

PSEUDO/PRENOM : Zelda. ÂGE : 24 ans. (Forum à partir de 16 ans pour rappel) PAYS : France. FRÉQUENCE DE CONNEXION : 5/7 COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Grâce à James. (REPRISE DU PERSONNAGE) Non. (TYPE DE PERSO) Inventé. (CRÉDITS) AMIANTE pour le codage de la fiche COMMENTAIRE OU SUGGESTION : Hyah! AVATAR : Lucky Blue Smith.
NEVADA FOX
La vie n'est qu'un foutu bordel.
Le merdeux.
Un nom d'fille, une gueule d'ange, et pourtant, Nevada est bien loin d'être un garçon sage. Trop perturbant, c'gamin-là. Ce p'tit merdeux qui n'fait rien d'autre que d'embêter ses camarades. Ah ça oui, il les emmerde, et bien correctement, j'ai envie d'dire. Toujours l'premier à tout savoir sur tout l'monde, ses oreilles traînent partout où il passe, d'abord silencieux, puis il vient frapper au moment où vous vous y attendez le moins. Comme par exemple, quand vous l'engueulez. « Sale petit voyou ! Tu n'as pas le droit de venir dans mon jardin ! Et certainement pas pour arracher mes fleurs ! » « Mais pourquoi ? » « Parce que ce n'est pas chez toi. » « Oui, mais vous, vous allez bien chez Monsieur Martin et vous lui arrachez des trucs aussi, vu comment il crie ! » Silence. Gêne. Excuses bredouillées. Honte ultime. Un rire enfantin perturbe le silence pesant, celui du petit blond, qui n'est pas mécontent de la voir dans cet état. Une maman inquiète qui a tout vu, tout entendu, et qui ira tout raconter au papa, qui lui se donnera une joie de lui asséner une fessée cul nu devant toute la famille avant le repas. Et l'soir, dans la chambre des jumeaux, Hazel accueille son frère à bras ouverts pour cesser ses sanglots qui peinaient à devenir silencieux. « T'as encore fait le con chez Madame Cloé, pas vrai ? Tu lui as dit quoi, c'te fois ? » « Qu'elle baisait avec le voisin. » Un doux sourire fier, une accolade, et l'pays des rêves qui arrive vite.


Maturité précoce.

L'école, c'est l'seul endroit où Nevada est un minimum obéissant, assidu. C't'un endroit où il peut s'permettre de rêver à devenir quelqu'un. Seul'ment, c'pas aussi simple. Des amis, il arrive pas trop à s'en faire. C'était l'gars qui restait sur le bord quand les autres jouaient à l'épervier. C'était c'lui qu'on choisissait en dernier quand il fallait composer les équipes en sport. C'lui qui mangeait tout seul à la cantine, en bout d'table. « T'es trop mature pour les autres. » que la psy lui disait. Trop mature ? Ah ouais ? Qu'le jeu commence. C'est là qu'Nevada a commencé à déconner. A prendre les gens pour des cons. A les manipuler. Parce qu'il avait compris, c'gamin. Il avait d'jà compris comment la vie fonctionnait. Loin d'être con, ses parents refusaient d'admettre qu'il était bon. Alors, au fil du temps, il s'démerdait pour être un connard. Pour emmerder les autres, autant qu'eux pouvaient l'emmerder à s'foutre d'sa gueule parce qu'il était tout seul. Ah, il s'en prenait, des tannées. Des mandales dans la gueule. Aussi bien des p'tits branleurs de l'école que d'son père alcoolique. Au moins, il avait sa mère et son frère pour le réconforter.


Les devoirs.

C't'au collège qu'il découvre sa passion pour l'art. Le dessin, la peinture. En Arts plastiques, toujours premier. Les autres matières, un peu moins. Français au top, mais les maths et l'reste l'intéressaient pas, sauf l'anglais. C't'un littéraire en fait. Non. C't'un artiste. L'dessin, la peinture, c'est son échappatoire à sa vie d'merde. Préfère largement dessiner des faces qu'il a vu dans la rue, plutôt qu'd'assister à une dispute violente où sa mère s'prendrait des coups, des crachats dans la gueule, et des insultes à tout va. Mais t'façon, c'son quotidien, ça. Tous les soirs, des scènes violentes, abusives, d'vant ses yeux de gamin qui n'devrait pas voir ça, vivre ça. « T'as fait tes d'voirs ? » « Oui papa. » « Montre. » Zéro confiance. Pourtant ses notes étaient bonnes. Et gare à lui s'il ne connaissait pas par coeur sa leçon du jour. « Pluton, bordel, c'pas compliqué ça ! » « Mais c'est juste une planète.. » « Arrête de chialer ! » Bam, une trempe, manger, au lit. C'comme ça, chez lui. Ca l'a toujours été. On finit par s'habituer. Mais on l'cache, parce qu'on a honte.


Silence.

Quand t'es rejeté, t'as pas trop intérêt à t'faire remarquer. Mais quand t'es gay, en quatrième, et qu't'as limite les hormones qui déraillent, t'balader main dans la main avec un mec dans la cour, c'pas conseillé. C'est là où on vous évite davantage. Quelle merde, le pire, c'est p't'être la situation familiale. C'te tension palpable à des kilomètres qui t'donne envie de te j'ter d'un pont. Pourtant, c'pas c'qu'il a fait, Nevada. Non, il a été courageux, Nevada. Il s'est taillé la peau, pour s'libérer d'tout c'mal, sans rien dire à personne, sans un mot, Nevada. Au lieu d'exploser, de leur j'ter à la gueule leur sale vérité, il s'tait. C'mieux pour tout l'monde, non ? Va pas gâcher la vie des autres. T'aimerais pas qu'on gâche la tienne. Même si y'a plus rien à gâcher, dans ta vie. Pis merde, arrête d'te lamenter, y'a toujours pire que toi. Pense à ces gamins violés, à ces gosses affamées. A ta mère, battue par ton père à peu près tout les soirs, et qui dit jamais rien. A ton frère qu'est beaucoup plus puni qu'toi. Alors souffre en silence, c'mieux.


Liberté factice.

Le lycée, c'te liberté qu'on t'donne. Il peut pas s'en empêcher. Au début, il fait comme avant. Assiduité, bonnes notes. Sauf en maths, et tout c'qui est scientifique. Ca l'intéresse pas d'savoir comment on est né. Comment on vit. On vit, c'est tout. Non, lui préfère s'réfugier dans les choses plus intéressantes. L'esprit des gens, des écrivains, des artistes. Il préfère rêver, plutôt qu'de s'enfermer dans une réalité sordide. Mais c't'en milieu d'année qu'il déconne. Bordel, pourquoi s'enfermer dans des cours qu'on déteste alors qu'il fait beau, qu'on pourrait rire avec nos camarades ? Bah ouais, il s'est fait quelques amis. C'pas les plus populaires, mais il en a. Il s'plaint pas. Il a jamais connu ça. Ca lui fait du bien, d'être libre. Un peu. Il partage sa passion avec eux. C'est plaisant. C'qui l'est moins, c'est c'qui l'attend à la maison, c'est à dire son père en rogne parce qu'il a sécher ses cours, encore. Ah il prend, plus que jamais. Mais il s'en cale. Il s'sent mieux. C'pas l'genre à aller aux soirées d'anniversaire, ni à sortir en ville le week end avec ses potes, parce que son père l'enferme dans ses études, voulant l'façonner à son image, mais l'peu qu'il avait, ça lui conv'nait.


L'erreur.

Au final, c'est Hazel qui craque. Ils rentrent du lycée, font leur devoirs, et s'mettent à table. Comme d'hab, la dispute entre le père et la mère, qui s'fait insulter. Mais Haz, il supporte plus. Alors il prend son assiette, se lève, et l'explose par terre. « J'en ai marre ! On peut pas manger dans l'calme un peu là ? » Quelle erreur. D'un coup, le père l'attrape par la gorge. Le colle contre le mur. Le soulève par la gorge d'au moins une dizaine de centimètres. Haz peut plus respirer, et Nevada panique. Il hurle, il pleure, et leur mère essaie tant bien que mal d'les séparer. Elle s'prend un coup, mais ça occupe son mari juste assez pour que Hazel ait le temps d'fuir. Il prend ses jambes à son cou. Et fugue. Il laisse son frère et sa mère seuls. Mais sa mère le soutient, alors Nevada l'soutient aussi. « Tu vas revenir, un jour ? » « J'sais pas, Nev. J'suis bien là où j'suis. Mais t'inquiète, j'serai là pour toi. » Quelle merde. Nevada n'aime pas ça. Il s'bat quand même un peu pour ses études, mais redouble, comme une merde. S'fait engueuler comme une merde. Puni comme une merde. La trempe de sa vie.


Confrontation.

Il est en première quand son frère est en terminale. Mais après Noël, une dispute plus violente éclate. Et là, c'Nevada qui en a marre. Il descend les escaliers, s'installe sur ceux-ci, les écoute. Son père qui l'regarde, qui vient vers lui d'un air ahuri, hors de lui. « Et toi, là, t'en penses quoi ? » Il veut son avis ? Vraiment ? Nevada prend son courage. Il inspire, et l'regarde droit dans les yeux. « Moi j'pense que tu devrais arrêter d'gueuler. » Merde. Voilà l'autre qui s'emballe, sous les effets d'l'alcool. « Fais gaffe à c'que tu dis, Nevada ! » « J'ai plus peur de toi, papa. » L'mot d'trop. Le père grimpe les escaliers, Nevada, tétanisé, n'bouge pas. Il le r'garde toujours dans les yeux. « Tu la veux celle-là ?! » « Vas-y, frappe, t'sais faire que ça t'façon. » Bam. Trop tard. Un coup dans la gueule, Nevada tourne la tête sous l'choc. Il est sonné, mais il pleure. Il hurle. Sa mère hurle. C'était trop. Alors pour la nuit, il les enferme, pour pas qu'ils partent en scred. Mais l'lendemain, pendant sa journée d'lycée, Nevada reçoit un appel. Sa mère, qui lui dit qu'elle a fait les cartons, de pas rentrer chez eux, qu'elle a trouvé autre chose. Et voilà, le divorce approche.


Abandon, retrouvailles.

Sa première, il l'a pas fini. Trop malheureux, il vit dans ses dessins, dans sa passion, entouré comme il peut. Il enchaîne les conquêtes, les conneries, sa mère le laisse faire, jugeant qu'il n'a eut que trop peu d'liberté, qu'il le mérite. Son frère quitte le pays pour partir à New York, laissant derrière lui un Nevada terrassé. Mais ils se parlent. Souvent. Ils s'écrivent, font des skype, n'font qu'ça. Mais Nev en a marre, deux ans après. Alors il travaille dur, fait des économies, et le jour de ses vingt ans, il va frapper à la porte d'chez son frère. « Salut, j'viens t'emmerder parce que par skype c'pas suffisant ! » Haz tourne presque de l'oeil, tant la surprise est énorme. Il le fait entrer, n'y croyant pas. Pourtant, ils habitent ensemble, au parking. Pendant neuf mois, avant que Nev s'trouve un appart, dans l'même immeuble. Il s'tape un job bien pourri, mais au moins, il a son chez lui. Rangé comme il le veut, parce qu'il est maniaque, et qu'c'est pas facile d'vivre avec un maniaque.


Le doigt sur quelque chose.

Des relations, il en a eu. Plus ou moins sérieuses. Quand ça l'était, il s'y donnait à fond. Mais finit toujours trompé, battu, ou c'genre de trucs. A croire qu'il est né pour ça. Comme sa mère. Alors il laisse tomber l'amour. Il s'en branle. Il préfère foutre la merde, et baiser à tout va, comme il l'entend. Jusqu'au jour où. Ah oui, c'fameux jour que tout l'monde attend. Ce jour où tout bascule. Une rencontre en soirée, en août 2015, et il s'acharne sur c'mec à qui il fait de l'oeil. Ca finit par payer, il l'a dans son lit. Mais ça lui suffisait pas, il voulait jouer avec lui. Le chantage, c'est tout c'qu'il sait faire d'mieux. Alors il l'fait chanter. Baise moi, ou j'dis à tout l'monde que t'es gay. Et c'gars-là aussi s'amuse avec lui. Il le fait rager, à fond, parce que Nev est jaloux. James est à lui, à personne d'autre. C'est pareil dans l'autre sens, remarque.


La lumière.

Mais c'est ce fameux jour, le 28 novembre 2015 que tout bascule. Après quelques mois à s'connaître, à jouer ensemble, voilà qu'ils s'avouent leurs sentiments. Après une semaine à ne pas s'parler après une foutue dispute, Nevada déambule dans les rues à la recherche d'son James. Il cherche aux fenêtres des bars, et après quelques uns passés, son joint à la bouche, il finit par le trouver en train d'se bagarrer avec le gars d'une meuf qu'il vient d'draguer. Nev le sauve, en s'prenant une quiche au passage, et l'ramène chez lui. Il le soigne, il lui gueule dessus. James découvre sa maladie, Mais aussi ses sentiments. « Mais regarde moi putain ! » « Nevi, je ne vois que toi. » S'en suit des je t'aime, des baisers, une partie de jambes en l'air bien plus tendre et amoureuse que les autres. Un mois, deux mois et ils habitent ensemble.


Trop bon, trop con.

Le bonheur a des ombres, parfois. Et c't'un jour, alors que Nevada défendait l'une de ses amis contre un bouffon plein d'alcool que ce dernier lui colle une de ces raclées. Inconscient sur le sol, baignant dans son sang, son amie a eu la bonne idée d'appeler James à la rescousse. Et il est pas content, James, d'le trouver comme ça. Il pète un câble, alors que son mec se fait transporter à l'hôpital. C'est aussi là qu'son frère apprend pour sa maladie. Il lui en veut, mais il finit par le pardonner. James le pardonne aussi, et en rentrant d'son séjour à l'hosto, Nevada a la surprise de James : un petit chiot labrador blanc, qu'il nomme Lucky. Et ils continuent de filer le parfait amour dans cette baraque luxueuse que Nevada appelle « la Bulle ».
 



Dernière édition par Nevada Fox le Lun 5 Sep - 0:04, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Dim 4 Sep - 20:18

NOT OVER.
the shade always comes at the worst time.


Carte fidélité.

Avant d'continuer sur la lancée, faut savoir que Nevada est malade. D'puis tout p'tit. Quelques mois à peine après sa naissance, on lui a découvert une maladie orpheline rare. La bêta thalassémie. C'te merde, qui lui bouffe les globules rouges. Au début, ça allait. Il n'avait qu'à manger sainement. Mais plus l'temps passait, plus ça s'dégradait. Des transfusions nécessaires une, deux fois par an. Et un p'tit traitement avec. Et puis, voilà qu'il s'est retrouvé avec le stade majeur d'la maladie. Un traitement d'cheval pour réguler son taux de fer, qui s'accroît considérablement à cause de ces transfusions. Transfusions, une par semaine. Au moins. Il l'a jamais dit, à la base, il n'y avait que ses parents pour être au courant. Bah ouais, faut bien payer les soins. Mais Haz, il savait rien. Enfin, jusqu'à la bagarre. James savait rien non plus, jusqu'à leur nuit d'amour.Parce que Nevada, il veut pas qu'on s'apitoie sur son sort. Non, Nevada, il veut paraître fort. Il veut qu'on voit de lui quelqu'un qui peut tout surmonter. Même s'il fait l'con, même s'il se prend des mandales parfois. Il veut pas paraître faible, même s'il l'est au plus haut point.


Descente aux enfers.

Comme on dit, toute bonne chose a une fin. Mais Nevada pensait pas qu'ça arriverait aussi tôt. C'est au mois d'février 2016 qu'il vit la pire période de sa vie. Après une dispute violente, pleine d'incompréhension, voilà qu'il fait ses valise et qu'il retourne chez lui, au parking. Il s'laisse mourir, il prend plus ses cachets, va plus à ses transfusions. Il mange plus comme une grosse bouffe, comme il le faisait avant. Il mange plus du tout d'ailleurs. Il fait plus rien. Enfermé dans son appartement, il s'laisse crever, parce qu'il a perdu sa bouée de sauvetage. Le gars dont il était follement amoureux. Celui qui l'avait sauvé par miracle d'une période suicidaire. Mais au bout d'deux semaines, il est admis aux urgences. Son frère l'a trouvé, inconscient dans son appart. Eh ouais, avec cette foutue maladie, il risque pas d'aller bien loin s'il se fait pas soigner. Alors, Haz décide de prendre les rennes. Il le force à se soigner, à manger. A aller au boulot, parce que c't'important pour payer les factures. Mais c'tout c'qu'il fait, Nevada. Metro boulot dodo.. Ou presque. Il préfère peindre dans d'grands gestes sa douleur immense plutôt qu'de dormir.


Rêve brûlé.

Au bout de deux mois, il recommence à sortir, sous les ordres de Hazel. Mais il ne souriait plus. En revanche, quelque chose d'autre l'intéresse. La fac. Un d'ses plus grands rêves, même s'il a stoppé ses études. Il a toujours rêvé d'y aller. Alors, le gamin fabrique une carte d'étudiant. Une fausse, mais au moins, il peut assister à quelques cours, dans les amphis, c'est d'jà bien. C'comme ça qu'il passe le temps, au lieu d'sortir le soir avec des potes pour s'remonter l'moral, lui, il va clandestinement à la fac pour voir comment c'est foutu, et vivre un peu son rêve.


La lumière au bout du tunnel.

Pendant le troisième mois, il entend dire qu'un avocat va donner un cours à la fac. Alors il s'y précipite, comme un enfoiré. En espérant r'trouver un peu de James là-d'dans. Pour combler le manque, et ce foutu trou dans la poitrine qu'il a d'puis trois putains de mois. Mais il s'attendait pas à c'que ce soit James qui l'donne, ce cours. Alors quand il le voit, il peut pas rester assis sans rien dire. Non, il lui jette des questions pas trop en rapport avec le cours, mais qu'lui seul peut comprendre. Et James lui balance des réponses que seul son amoureux peut comprendre. Et c't'à la fin du cours qu'ils se retrouvent. Qu'ils partent manger un bout, qu'ils se racontent leur calvaire respectif. James n'est pas content d'voir que son mec s'est laissé crever. Et qu'il n'a même pas été au courant d'son séjour à l'hosto. Mais il parle de leur bulle. Cette chose si précieuse aux yeux de Nevada qui s'imaginait vieillir dedans. Il lui dit qu'il veut plus vivre là-dedans. Qu'il veut la vendre, et leur trouver autre chose, sans mauvais souvenirs. Un nouveau départ. Et Nevada, amoureux, il f'rait n'importe quoi pour lui. Alors il accepte, sans conditions.


Un voyage sans fin.

Ca y est, c'est décidé, Nevada veut présenter James à ses parents. Ce qui est normal, en soi. Il l'aime, c'l'homme de sa vie. Alors il veut présenter son bonheur à sa mère. Pis à son père, accessoirement. Mais l'voyage s'passe pas comme prévu. Il passe une soirée en boîte avec ses amis, James l'rejoint. Mais l'un des amis de Nev ne l'aime pas. Enfin, c'est Nev qu'il aime pas. Et pour le lui faire comprendre, il l'invite dehors. Nev est con, Nev y va sans prévenir James, qui le découvre en train d'se faire casser la gueule par son "ami". Alors James réfléchit pas, il agit. Il tabasse c'gars-là. Jusqu'au coma. Nevada sait pas quoi faire, il est tétanisé par la peur. Il s'réveille quand même, et essaie d'l'arrêter. Il y arrive, quand même. Mais ils se disputent. C'normal, James a failli gâcher sa vie pour lui. Alors Nevada s'confond en excuses. Il peut faire que ça. Il l'aime, il veut pas l'voir partir. Il veut r'trouver sa vie avec lui. Tranquille. Et c'est c'qu'ils font. James lui pardonne, et Nevada lui en est reconnaissant. Il lui en sera toujours reconnaissant.


Choc.

Mais y'a un jour où tout est foutu en l'air. Le peintre avait assisté à un cours à la fac, et c'est en rentrant qu'il retrouve James sur son canapé, entouré d'ses cartons. Il lui annonce d'but en blanc, sans un bonjour, qu'il a vendu la maison. « Tu as quoi ?! » Ben ouais, c'est pas n'importe quelle baraque. C'était leur bulle, bordel. S'en suit une dispute plus ou moins violente dans les paroles. James comprend son erreur, et Nevada le pardonne, parce qu'il veut pas le voir partir. Il veut pas l'perdre à nouveau. Non, jamais. Alors il le pardonne. Et là, James le demande en mariage. Et Nevada tombe dans les pommes, trop surpris par la nouvelle. Fatigué, sur les nerfs, il n'a rien mangé d'la journée. Juste un p'tit truc en partant. Alors ça fait un choc, James qui fuyait l'mariage, de l'entendre prononcer ces mots. A son réveil, James est en colère. Furieux. Mais c'normal, Nevada n'avait pas bien mangé. Alors il mange c'qu'il lui rapporte. Et tout va mieux.


Une fin, un nouveau début.

Alors, James habite avec Nevada, l'temps d'trouver une nouvelle bulle. Mais quand ils la trouvent, elle nécessite des travaux. Alors James habite encore avec Nevada. Mais l'appartement est grand, ils vivent assez bien, ensemble. En harmonie. Ils aiment cette vie, Nevada l'aime, cette vie, ce p'tit rêve qu'il attendait d'puis longtemps. Même s'il ne croit plus en rien, même s'il sait qu'la vie c'est d'la merde, il a quand même son paradis. C'est tout c'qu'il lui faut pour vivre.



Dernière édition par Nevada Fox le Dim 4 Sep - 23:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas


En ligne
avatar

« révolé sa mère. »
« révolé sa mère. »
› Âge : Tantôt gamin, tantôt blasé comme un homme âgé, il vient d'atteindre le 19 ans et on s'en fout.
› Appart : #1411 (F2) avec le fantôme de sa mère la junkie, Badz Hijodealgo le fagg et Lincoln le renardeau perdu.
› Occupation : Saboteur, Al passe sa vie à se griller lui-même. Devenir dealer n'était sans doute pas sa plus riche idée...quoique, ça lui a rapporté pas mal, t'as pas vu ses Nike neuves ? Bah voila. Puis sinon, on le trouve au garage de Deirdre aussi.
› DC : Ekaterina et Misha
› Messages : 4030
› Nombre de RP : 29

Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Dim 4 Sep - 20:40

Bienvenue parmi nous HAWW
Par contre niveau pseudo, si le nom est composé, il faut mettre un trait d'union stp (nous favorisons les pseudos simples) :)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2900-al-o-la-bombe-a-retarde


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Dim 4 Sep - 20:45

Merci !

Bah, j'ai enlevé le Yolan. C'mieux comme ça ! MDR
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 24 ans (22 novembre).
› Appart : #1410 seule depuis le départ de Vivi et le déménagement de Nate, mais elle a deux anges gardiens pour la protéger.
› Occupation : Elle devait être une sportive internationale, une nageuse réputée par cette passion qu’on lui a inculqué, elle n’a pas vraiment eu le choix. Alcoolique car sa vie n’a pas été ce rêve de princesse, la réalité est trop dure à supporter. Elle préfère plonger son chagrin dans les boissons qui font tourner la tête et qui font parfois voir les étoiles quand elle cherche bien.
› Messages : 337
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Dim 4 Sep - 21:03

Lucky...................................................Tu veux pas faire mon frère ? Crying or Very sad ho

Bon tant pis, bienvenue quand même ! :l:



☆☆☆ The worst thing I can be is the same as everybody else.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6965-romy-where-is-my-mind#1


avatar

« Babydoll »
› Âge : 23 ans
› Appart : #104 avec Yulian
› Occupation : Danseuse de rue / Bosse à mi-temps dans une pizzeria parce qu'il faut bien payer le loyer
› DC : Nina & Lieven
› Messages : 1781
› Nombre de RP : 6

Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Dim 4 Sep - 21:10

Oh un étudiant en art, il nous faudra un lien :l:
Bienvenue à toi :)




I couldn't sleep last night, how you look like my daughter it's burnt in my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7400-eden-c-est-dans-ses-rev


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Dim 4 Sep - 21:23

Bienvenue a toi !
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« The Dog »
› Âge : 37 ans
› Appart : Appart #1202
› Occupation : Gérant de la maison close Le Moine, Parrain de la mafia Bartolotti
› DC : Jefferson
› Messages : 1261
› Nombre de RP : 8

Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Dim 4 Sep - 22:51

Bienvenu petit blond hyper sexy !!!
J'avoue que j'ai un faible pour Lucky, tu as vraiment bien choisi. Au plaisir de te kidnapper un de ces jours :l:


....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Je suis un Super Héros:
 

Bartolotti For President !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t4871-nero-the-dog


avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #522 avec son homme, pas loin de la famille
› Occupation : Infirmière diplômée
› DC : Lizz & Drill
› Messages : 1345
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Dim 4 Sep - 23:14

Bienvenue parmi nous HAWW


❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2061-aliah-vouloir-vivre-par


avatar

› Âge : 45 ans
› Appart : 1210
› Occupation : Médecin légiste dans le commissariat du coin
› DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie
› Messages : 2299
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Lun 5 Sep - 0:19

Bienvenue parmi nous HELLO !



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Lun 5 Sep - 0:21

Merci beaucoup vous tous. coeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Lun 5 Sep - 10:46

Je me demandais si t'allais être un scenar en lisant la fiche de James :hihi:
Bienvenue ! ^^
Revenir en haut Aller en bas


En ligne
avatar

« révolé sa mère. »
« révolé sa mère. »
› Âge : Tantôt gamin, tantôt blasé comme un homme âgé, il vient d'atteindre le 19 ans et on s'en fout.
› Appart : #1411 (F2) avec le fantôme de sa mère la junkie, Badz Hijodealgo le fagg et Lincoln le renardeau perdu.
› Occupation : Saboteur, Al passe sa vie à se griller lui-même. Devenir dealer n'était sans doute pas sa plus riche idée...quoique, ça lui a rapporté pas mal, t'as pas vu ses Nike neuves ? Bah voila. Puis sinon, on le trouve au garage de Deirdre aussi.
› DC : Ekaterina et Misha
› Messages : 4030
› Nombre de RP : 29

Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada Lun 5 Sep - 11:30

TU ES VALIDÉ ! BIENVENUE !


Voilà un personnage bien intéressant à l'histoire bien ficelée ! Attention cependant à ne pas t'enclaver dans votre scénario à tous les deux, vous risqueriez d'avoir du mal à vous intégrer si vous restez concentrés l'un sur l'autre ;) !

Félicitations ! Ton dossier a été approuvé par la Concierge ! Tu peux dès à présent prendre tes aises et faire la connaissance avec tes nouveaux voisins sur le flood, la Chat-Box ou directement via les RP Libres si tu es un thug.

Si tu es perdu, n'hésite pas à t'inscrire à la session de parrainage ! Quoiqu'il en soit, pense à remplir ton profil (sans oublier d'indiquer ta réputation) et te recenser sur nos divers listings:




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2900-al-o-la-bombe-a-retarde


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada

Revenir en haut Aller en bas

Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Darling your looks can kill, so now, you're dead. ○ Nevada
» 'Kill the catholics'... tuez les catholiques !!
» Kill Bill
» Réseaux occultes sataniques aux USA - le Franklin case au Nébraska
» A hunter shoot a bear!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)