Partagez|


siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Jeu 26 Mar - 21:18

Siobhan Beatriz Barajas
Elle a le visage violent d’une briseuse de corps et l’air fou d’une amoureuse des mots.
Nom barajas Prénom siobhan Date et lieu de naissance 13 avril Âge 24 ans Nationalité espagnole Origines espagnoles Statut matrimonial célibataire Orientation sexuelle hétérosexuelle Job ou Activité tatoueuse mais artiste avant tout Groupe nous sommes de ceux qui rêvent Crédits #beweird  

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? C’était il y a 3 ans, je venais d’atterrir aux US, sans vraiment savoir où j’allais. Mais j’avais des rêves pleins la tête, mes bagages en main mais rien dans les poches. D’abord hébergée par un ami, j’ai du trouver un boulot en tant que serveuse, et puis finalement, j’ai très vite trouvé ce que je voulais au Parking.
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Je ne dirais pas que c’est le luxe, cela n’a rien à voir avec l’appartement dans lequel je vivais à Barcelone, auprès de mes parents et petit frère… Mais ça me plait. J’ai décoré mon appartement à ma manière, et je m’y sens bien avec ces gens chelous, et ces visages déroutants. Ils sont tous une inspiration… C’est vivant, et ça fait du bien.
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Je n’écoute pratiquement jamais les on-dit, mais j’ai pu discerner un « she’s weird but nice ». Weird but nice ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Je suis de quel côté ? Des bizarres, des méchants, des trop gentils … ? Je sais qu’il y en a qui ont peur de moi, pensant que je fais partie d’un gang avec tous mes tatouages et mon accent. Ils doivent penser que je suis une colombienne, baronne de la drogue. Mais ça m’amuse!



feat alysha nett
quand elle s'énerve, elle parle en espagnol. quand elle s'énerve elle ne réfléchit plus et c'est en toute logique qu'elle insulte et s'indigne dans sa langue natale elle rêve d'ouvrir une galerie d'art, un rêve depuis son adolescence, depuis que sa vie, c'est l'art et la peinture elle fait beaucoup de tableaux, beaucoup trop même, elle arrive à en vendre mais généralement elle les garde dans les 4 coins de son appartement tous ses tatouages sont ses propres dessins, elle en a même fait un elle-même elle a un caractère agressif, et n'hésite pas à se battre mais elle s'est calmée depuis qu'elle peint et vit - presque - de son art elle ne peut pas être de bonne humeur sans sa clope du matin et son café, et sera plutôt désagréable à ronchonner tous le temps c'est rare de la voir habillée chaudement en hiver, elle déteste l'hiver et les gros manteaux, elle s'y sent oppressée elle s'est payée une moto dernièrement, elle rêve aussi de participer à ce grand rassemblement de bikers elle n'est pas trash comme on peut le croire, elle vit plutôt sainement, méfiez vous des apparences elle adore toutes les formes d'art : le dessin, la photographie, la sculpture... elle a un perroquet qu'elle a appelé Jackie fan de jeux videos, notamment de Call Of Duty et Assassin's Creed elle aime jouer de sa réputation au sein de l'immeuble, notamment pour voir les regards méfiants et/ou apeurés des personnes elle voudrait bien s'acheter un chien, un rottweiler, pourquoi pas ? elle est souvent en dèche de fric, à force d'acheter des conneries en nourriture ou de sortir elle aime bien trainer dans le bar d'à-côté n'a pas peur de la nuit, on dirait qu'elle est insouciante
T’es là, tu regardes encore une fois. Un petit coup par-ci, un petit coup par-là… Est-ce que cela te plait ? Ton petit sourire en coin affirme que tu es plutôt fière de ta petite personne. T’es munie de ton pinceau, de tes lunettes qui te donnent un air de « nerd » et d’un bonnet. Ta salopette est tachée de peinture rouge, bleu, jaune… Tes couleurs primaires. Ton pinceau se colle à ta joue, et tu t’en mets partout mais qu’importe, t’es dans ton élément. Ton appartement est ton repère, ta grotte artistique. C’est le bordel, mais c’est un bordel incompris et pourtant si significatif. Que c’est bon de se sentir pleinement chez soi, même le bruit des voisins qui s’engueulent ne te fait rien. Au contraire, tu te sens vivante. Les pleurs du bébé du dessus, les personnes qui rentrent de soirée, le couple qui fait l’amour… La vie plane autour de toi, et tu ne peux qu’être inspirée.

« - Ce n’est plus à la mode ce que vous me proposez là, mademoiselle.
- Vous êtes en train de vous foutre de ma gueule ? »

Abasourdie, mais avant tout en colère, Siobhan sent ses muscles se contracter et ses nerfs au bord de l’explosion. Elle travaille sur sa collection de tableaux depuis un an, tout au plus, au point d’en avoir bousillé sa vie sociale. Mais ce qui l’énerve, c’est surtout cette histoire de mode. Depuis l’art devait être à la mode ? N’était-ce pas une valeur de liberté ? Elle ne peut que serrer les poings, mais se fait violence pour ne pas sauter sur cet énergumène, elle avait déjà eu trop de problèmes.

« - Pas du tout, mademoiselle.
- Il y a deux mois, vous me disiez que je devais finir au plus vite ma collection car c’était ’exactement ce qu’il fallait’
- Oui mais, ça change en deux mois et … »

Elle n’arrive pas à se contenir, mais se contente seulement de lui faire peur en tapant violemment le bureau de l’homme. Elle le regarde, le méprise et l’analyse. Des pensées dignes des plus grands sociopathes traversent son esprit, mais elle ne fait rien.
Dans un silence de mort, elle attrape son portfolio, et part sans se retourner. Ce n’était pas aujourd’hui qu’elle présenterait ses oeuvres.

Rien n’allait au sein de la famille Barajas depuis les dix huit ans de Siobhan, peut-être parce qu’elle ne respectait pas les conventions qu’on lui imposait. D’abord ces tatouages absurdes, ces cheveux platines coupés courts, ce maquillage à outrance et ce caractère déluré qui faisait que nous étions obligés de la remarquer ne plaisaient nullement à sa famille. Seuls sa mère et son frère la soutenaient. Son père ne comprenait pas son « délire » à vouloir vivre comme une artiste.
Et la vérité était qu’il voulait qu’elle soit heureuse, en suivant les conventions de la société… C’était deux caractères et manières de vivre qui différaient.
Elle est partie un matin, après avoir prévu son voyage, et avoir réconforté sa mère. Elle s’en était voulue de les laisser ainsi, mais sa vie ne se ferait pas à Barcelone. Elle aussi faisait partie de ces jeunes gens naifs et crédules croyant à l’American Dream. Elle rêvait de tant de choses… Et particulièrement de pouvoir être une artiste à temps plein.

Elle est arrivée, sans un sou dans les poches, mais elle avait la chance de connaitre une personne qui pouvait l’héberger, le temps de se faire des repères. Les premiers temps, elle avait trouvé un petit boulot comme serveuse, assez pour pouvoir économiser et prendre un peu son indépendance, ou aider son ami.

« - Dis, tu n’as pas fait un stage chez un tatoueur avant de venir ici ? » demanda-t-il alors qu’il portait sa fourchette à sa bouche.
« - Oui, pourquoi ?
- Pourquoi tu tenterais pas de devenir tatoueuse? Tu pourras dessiner toute la journée et gagner du fric, en attendant de t’installer pour de bon et trouver quelqu’un qui veuille bien exposer tes tableaux. »

Sio restait perplexe. En soi, il est vrai qu’elle pourrait dessiner toute la journée, prouver qu’elle avait un véritable talent. Elle avait le style typique, des tatouages aussi magnifiques les uns que les autres, et tout de même de l’expérience qu’elle ne regrettait pas. Mais cela ne la branchait pas des masses.

« - ça t’éviterait de jouer la hipster pendant encore trois ans. Ou de laisser trainer tes tableaux dans mon appart’. Pis, c’est pas comme si le boulot que tu fais te rapporter des masses pour payer un loyer. »

En plus de cela, elle venait « tout juste » d’arriver aux Etats-Unis. Elle parlait très mal l’anglais, bien qu’elle réussisse à se faire comprendre, et il est vrai qu’hormis les pourboires, son job ne lui rapportait pas assez pour vivre seule, et elle comprenait son ami du fait qu’il veuille être dans son chez soi, et qu’il n’y ait plus une jeune femme qui squatte son canapé, ou un perroquet qui piaille sans arrêt.

« - Je suis pas une hipster. » avait-elle seulement répondu.

Elle était restée ainsi pendant trois mois, mais très vite, elle avait écouté les conseils de son ami qui l’avait dirigé vers un salon de tatouage. Connaissant le patron, ce dernier l’avait tout de suite prise sous son aile et elle s’était fait la main.

Deux ans plus tard, Siobhan s’était fait de nouveaux repères, quelques nouveaux amis et avait même officiellement emménagé dans son propre appartement, certes, dans un quartier assez mal fréquenté, mais dans son propre appartement quand même. Ce n’est pas comme si elle ne s’y sentait pas à l’aise, au contraire, elle adorait ce quartier en mouvement. C’était vivant, pas comme à Barcelone. Elle avait toujours été attiré par le danger ou le lugubre, d’une certaine manière. Elle ne pouvait qu’être heureuse et continuer à rêver d’une exposition.

« - Bon, c’est pas mal. » se réjouit-elle dans un murmure.

Fière d’elle, elle déposa le pinceau dans un verre d’eau, et enleva tout son attirail. Elle respira un grand coup après avoir regardé la pièce et s’être étirée. L’appartement était un bordel sans nom mais un bordel qui la rendait plus ou moins heureuse. Peut-être un bordel organisé ? Elle était chez elle, tout simplement.

Et quand tu t'éloignes de ton oeuvre, on pouvait percevoir un visage, et un style qui mélangeait les époques, un peu de Monnet, et de Van Gogh dans tes précieux coups de pinceau.

mélie
passe ta souris !
Je parle de moi ? J'adore parler de moi, c'est cool de parler de moi. Narcissique ? Ro, tout de suite ! Non en réalité j'aime pas parler de moi, j'aime plutôt parler de ce que j'aime... Donc est-ce parler de moi ?
Je suis Mélie. Non pas Mélina, Melissa, Amélie ou tout prénom du genre, seulement Mélie. Enfin, bien sur que j'ai un prénom, ça c'est qu'un surnom, mais on s'en fout, j'aime qu'on m'appelle Mélie. J'ai eu 19 ans hier  PERV  :hihi: C'est la loose de vieillir, mais ça va, j'ai encore presque le temps avant de passer le cap des 20 ans  Crying or Very sad Sinon j'suis active, j'aime rp, c'est kull de rp, surtout quand les gens sont fun et que j'ai des liens de fada. Sauf que j'ai pas l'temps, oui oui j'me suis inscrite mais j'ai pas le temps, du-moins, jusqu'au 20 avril, parce que m'voyez y'a les partiels  ho  MEHEU ... Mais j'serais là, héhéhé. Après... Peut-être pendant... Parce que je suis faible. Sinon j'suis une  BITCH ... neeeeein, pas une bitch, beurdel. J'suis une étudiante en Info-com, et j'aime bien faire de la PAO. Non j'déconne, j'aime pas, j'ai même pas les logiciels.  blasé mais j'suis une fana du dessin, j'dessine tout le temps, ou alors j'écris tout le temps ou alors je parle tout le temps...  UP Mais osef de ma vie. Moi j'vous aime déjà, héhé.  I love you


Dernière édition par Siobhan Barajas le Sam 28 Mar - 11:54, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Jeu 26 Mar - 21:27

Ooooh Alysha :l: je préfère son boyfriend mais elle est vraiment magnifique BRILLE super choix bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Jeu 26 Mar - 21:30

Je ne sais pas d'où vient la phrase de ta présentation, mais je la trouve sublime LOVE

Bienvenue ici en tout cas petit chaton !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Jeu 26 Mar - 21:35

siobhan, j'adore :l:
bienvenue et bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Jeu 26 Mar - 22:09

bienvenue BRILLE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Jeu 26 Mar - 22:41

merci tout le monde, vous êtes au top AS
aaron + héhé, nous sommes d'accord concernant son mec SIFFLE merciiiiii !
caïn + c'est une phrase d'Annie Ernaux que j'ai trouvé sur un tumblr LOVE
cat + oui ce prénom est juste sublime ho
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Jeu 26 Mar - 22:46

Alysha. ROBERT
Bienvenue sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Jeu 26 Mar - 23:07

Cool
merciiiiiiiii !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Jeu 26 Mar - 23:20

le pseudo, l'avatar, c'parfait tout ça JAIME
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Ven 27 Mar - 3:17

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Ven 27 Mar - 9:41

ALYSHAAAA HAN La bonasse. HAN
Bienvenue. DE CEUX
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Ven 27 Mar - 11:20

mowww merci tout le monde I love you
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Ven 27 Mar - 12:57

je connaissais pas ton avatar, mais elle est super belle cette fille BRILLE

bienvenue parmi nous LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Ven 27 Mar - 13:51

ET OH BLONDIE T'AS OUBLIE DE PRÉCISER A CAUSE DE QUI TU ES LAAAAA ! Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil bref, love. (et bienvenue ùmais bon ça osef hein :hihi: ) coeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain Ven 27 Mar - 14:11

tout comme la tienne natalia, elle est sublime BAVE2
as + c'est pas toi Rolling Eyes SADIQUE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain

Revenir en haut Aller en bas

siobhan ◊ je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Moïse a traversé la mer avec un coup de main de la nature
» Le devoir de mémoire ...
» Les plus beaux des Regrets
» Angoisses de mort, comment s'en écarter?
» Je suis en crise depuis 3 jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)