Partagez|


Azarielle Dormer + make me proud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 1:09

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Le parking, c’est l’endroit qui m’a vu naître, qui m’a vu grandir. C’est ma maison, mon refuge, ma safe zone. Ça peut être drôle à dire, vu tout ce qu’on y entend, tout ce qu’on y voit. Mais c’est l’endroit où je me suis sentie à ma place, dès les premières minutes de ma vie. Ma mère ayant été prise de cours à l’accouchement, elle a dû faire tout le travail directement de son appartement. Et c’est ce même parking qui m’a vu faire mes premiers pas dans le monde, dire mes premiers mots, laisser couler mes premiers éclats de rire. Verser mes premières larmes aussi. Et les autres, plus rares, qui ont suivi.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) L’immeuble est bien modeste, on en convient, mais il me plait. Il me plait dans ses détails, ses défauts, ses cassures. Il me plait dans son histoire, ses souvenirs, ses secrets. Et les voisins? Ils sont tous plus colorés les uns que les autres, tous différents, tous uniques. Ils me font rire, ils me font peur, ils m’intriguent, ils me complètent. Je ne les connais pas tous, mais je m’attarde à chacun d’entre eux, je les détaille, je leur sourie. Ils me le rendent bien aussi, la plupart du temps.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) À ce qu’on dit, à ce que j’entends, on m’aime bien. Je veux dire, je crois, je fais de mon mieux quoi. J’ai appris, de maman, à être serviable. À être utile. J’aime aider mes voisins, j’aime leur prêter main forte lorsque nécessaire. Je ne suis pas bien riche, je ne suis pas bien éduquée, mais j’ai du temps et une débrouillardise à toute épreuve. Si je peux faire quoi que ce soit pour dépanner, ce sera déjà bien assez. J’aime écouter aussi, comprendre, être présente. Un petit baume, un peu de soleil, un support, surtout.  

(NOM) Dormer, le maternel, le rassurant, le sécuritaire. Il résonne dans ma tête parce qu’il sonnait faux, avant. Mais qu’aujourd’hui il a fini par prendre son sens. Je n’ai jamais connu mon père, alors c’est maman qui a fait tout le boulot. (PRÉNOM) Azarielle, j’en conviens, c’est pas le prénom le plus américain ever. Mais il me plaît bien, mon Aza. Il chante, il est drôle, il amène des questions, il fronce des sourcils. Il paraît que ça signifie Ange, à quelque part dans la Bible. Et au passage, c’est la seule chose qui me reste de papa, si on oublie la moitié de mes gènes. (ÂGE) 35 belles années à manger des cupcakes et à faire de jolis sourires. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 3 avril 1981, dans le loft maternel à même le Bronx. Je l’ai fait totalement ghetto, l’arrivée. Un appartement, des torrents de pluie par la fenêtre, une maman pas dans ses meilleurs états et  hop, j’étais là. À savoir si j’étais au bon moment, au bon endroit, on pourrait facilement en douter. Mais pas moi. À croire que j’étais naïve même bébé. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Employée du mois et experte en légumes verts douteux d'Asie / photographe de ruelle et aussi, parfois, d'humains. (NATIONALITÉ) Américaine, pure et dure. C’est beau, l’Amérique. Je la connais par cœur, je l’aime, j’aimerais bien la visiter au complet un jour. (ORIGINES) Il paraît que j’ai des origines anglaises, du côté paternel. À savoir si c’est vrai, ou si ça a seulement été dit pour ajouter du mystère… en attendant, je perfectionne l’art des fish & chips, et je peux facilement nommer le thé favori de la Reine. (STATUT CIVIL) Célibataire. Sans attaches, sans problèmes, sans blessures. Et ça me convient parfaitement. (ORIENTATION SEXUELLE) Bisexuelle, parce que j'ai toujours été complètement nulle pour choisir. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) C’est ici que je suis née, je l’ai à cœur faut croire. Quand on ne connaît que cela, quand on s’y crée une famille, des bases, solides, on ne cherche pas ailleurs. On n’en pas envie. (GROUPE) de ceux qui rêvent

PSEUDO/PRENOM : drizzy ÂGE : 27 ans PAYS : Canada FRÉQUENCE DE CONNEXION : au moins 4 fois par semaine COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : INTERNET (REPRISE DU PERSONNAGE) En cas de suppression, acceptez-vous que votre personnage soit scénarisé ? OUI. (TYPE DE PERSO) Scénario d'Ézéchiel Jacobson. (CRÉDITS) AMIANTE pour le codage de la fiche COMMENTAIRE OU SUGGESTION :  paix & amour AVATAR : Zooey Deschanel, qui d'autre.
Azarielle Isla Dormer
So sweet, so surprised. You look so young like a daisy in my lazy eyes.

• J’ai toujours trouvé que l’histoire entre mon père et ma mère était aussi tragique que poétique. Je sais, je sais. Au final, il l’a abandonnée. Au final, elle a dû tout faire toute seule, elle a tout quitté, elle a tout sacrifié. J’ai la tendance à me fasciner des histoires d’amour, peu importe leurs formes, et celle-là, dramatique, mais belle, en est une. Gamine, je me demandais ce qui serait arrivé si leur histoire s’était inspirée des films qu’on passait à la télé. L’avion qui décolle, la pluie qui bariole les visages, le baiser qui réconcilie. L’amoureux transis, la belle étudiante effrayée, l’enfant qu’ils allaient bercer avec toute l’adoration dont ils étaient capables. Puis, je pensais à autre chose. Ça me rendait trop triste, à force.

• Je n’ai jamais vraiment connu mon père. Je veux dire, j’en ai entendu parler, je l’ai vu aussi. Je me souviens de sa voix aussi, son accent, froid, direct, anglais. Mais je ne l’ai pas connu. Je n’ai pas appris à le connaître non plus, pas eu le temps, pas pris le temps. Ça peut vous paraître traumatisant, difficile, impensable. « Regardez-la, avec ses daddy issues. » que vous vous dites, sûrement. Étrangement, j’ai toujours cru qu’on ne pouvait pas être triste d’avoir perdu quelque chose qu’on n’a jamais eu. Que ce qu’on ignore ne peut pas nous manquer. C’est ma mère, jeune, paumée, qui s’est occupée de moi sans rien demander à personne. C’est elle, mes parents. Pas le vide laissé par un père que j’imagine encore parfois, rien que pour passer le temps entre deux clients.

• La vie, je l’aime profondément. Je suis consciente qu’elle n’a pas fait grand chose pour moi. Je suis consciente qu’elle ne m’a pas aidé, que ça n’a pas été facile, que ça ne le sera probablement jamais. Mais je l’aime, je l’espère, je lui fais confiance. J’ai juste appris à ne pas trop lui en mettre sur les épaules. À ne pas trop lui en demander. À prendre ce qu’elle veut bien me donner, même si c’est peu, si peu, et d'en faire tout ce que j’en suis capable. De petits, tous petits pas.  De petits, tous petits rêves.

• Mon frère, mon grand frère. C’est idiot, de le souhaiter à ce point. De vouloir lui parler, le rencontrer, l’ajouter à ma vie comme s’il avait toujours été là. Comme si ensemble, on formerait un tout. Une équipe, une force, vraie, pure, logique. C’est idiot, et pourtant, j’y tiens comme la fillette que j’étais, que je serai toujours. Un lien tangible, la preuve qu’il existe, que ce n’était pas seulement le père, qu’il y avait un vestige. Du sang, de la chair. Je jouais à un jeu, avant. Déceler les visages, les sourires, les yeux, les expressions. Voir où il y avait ressemblance. C’est arrivé une fois ou deux, qu’un iris, qu’une main, qu’une chevelure attire mon attention. Mais ce n’était pas lui. Ce n’est jamais lui.

• Et ma mère, oh, ma mère. C’était ma meilleure amie, ma confidente, la totale Gilmore Girls. Elle était forte, elle était belle, elle était brillante. Elle s’occupait de moi comme si j’étais la seule, comme s’il n’y avait personne d’autre. Elle me donnait tout l’amour dont elle était capable, à grands coups de plats de pâtes simplistes, de robes de princesses colorées, de beaux livres, de belles histoires. Elle était une rêveuse, elle était mon héroïne, une vraie, une solide. Elle est décédée l’an dernier, au printemps. Doucement, d’un cancer qui avait pris la peine de lui laisser plusieurs mois avant de l’assaillir trop fort. Un cancer qui avait compris, qui avait compris comment on fonctionnait dans cette famille, comment on prenait chaque seconde avec gratitude, comment les petites choses, les petites victoires faisaient le poids sur tout. Alors il nous a laissé le temps de vivre les derniers instants de façon magique. Jusqu’à la fin.  

• J’aurais rêvé d’aller à l’université. J’aurais rêvé de préparer mes cahiers, de sortir mes plus beaux crayons. Je savais déjà que j’aurais étudié en histoire de l’art, que j’aurais maitrisé tout ce qui s’est fait sur canevas depuis des décennies. J’aurais peint, j’aurais photographié, j’aurais dessiné. Mais la vie en avait décidé autrement, et je ne lui en voulais pas particulièrement. Je le faisais déjà, par moi-même, apprendre. Et de la façon dont je le voulais. Je passais mes propres heures à étudier des toiles qui me parlaient, à rechercher d’autres photographes, d’autres artistes, à les comparer, à les comprendre, à m’en inspirer. J’ignore où cela me mènera, mais ça m’amuse, et c’est ça l’important.

• Vous vous en douterez assez vite, j’aime plaire. J’aime être bien entourée, j’aime être aimée, j’aime le contact avec les gens. Je les écoute, je leur parle, je m’y intéresse. J’ai la curiosité qui trépigne, les prunelles qui brillent, les envies qui papillonnent. Mais je ne m’attache pas. Ou du moins, peu, très peu. J’ai tendance à aimer tout le monde, de base. À trouver le petit détail, la touche, qui le rendra, qui la rendra irrésistible à mes yeux. Puis, sans méchanceté aucune, je laisse aller, je laisse voler, ailleurs, loin. Mon attention doit simplement être divisée également entre tous les habitants de la planète.  

• Je suis végétalienne depuis mes 15 ans. J’ai pris la décision de suite après avoir vu un documentaire à l’école, présentant les animaux et les traitements qu’on leur faisait subir en élevage. Pendant des jours, j’ai été incapable de regarder un morceau de viande, un œuf ou même un bout de fromage de la même façon, avec appétit. Simplement incapable. La suite a suivi sa logique, et j’ai doucement pris la décision de ne plus jamais me nourrir d’un animal ayant été maltraité.

• Je ne le dis pas trop fort, je l’assume à peine, mais je m’applique comme personne à apprendre la photographie de la meilleure des façons. Parce que j’aimerais, un jour juste un jour, me voir publiée dans l’un des magazines que je dévore des yeux, au supermarché. C’est un rêve idiot, stupide, irréaliste, mais il me fait sourire, alors que je développe mes clichés, alors que je m’invente des pseudonymes impossibles, alors que j’envoie doucement différentes enveloppes aux maisons d’édition. J’y crois peu, mais j’essaie. Qui sait.

• Enfant unique, j’ai toujours eu de la facilité à aller vers les autres, à m’adapter à la situation, à savoir comment me faire des amis, m’entourer. J’aime croire que chaque personne a une part de bon en elle, peu importe à quel point elle a pu faire des erreurs dans sa vie. C’est probablement trop naïf, mais je crois au pouvoir du timing, celui où l’endroit où je me trouve est le bon, et les gens qui sont présents doivent vraiment être là, avec moi.

• Je ne suis pas très catholique – l’église à laquelle j’allais jadis étant devenue un squat à junkies, anyways. Mais la religion m’a toujours particulièrement intéressée. J’aime lire sur le sujet, sur les prophètes, sur leurs enseignements. Ils me fascinent, tout simplement. Récemment, je suis en pleine découverte du bouddhisme. Tout ce qui touche de près ou de loin au karma et à la réincarnation me parle beaucoup, parce que chacune des actions qu’on pose a vraiment un impact sur la suite.

• Je n’ai pas de permis de conduire – et aucun plan d’en obtenir un, un jour. Le métro, le bus, les trottoirs me conviennent amplement. J’ai la tête trop en l’air pour pouvoir conduire, et le budget beaucoup trop serré pour m’offrir une bagnole, de toute façon.

• Je n’ai jamais vraiment voyagé, jamais visité le pays, ni le monde. J’aurais beaucoup aimé, pourtant. L’argent, le temps, les responsabilités, rien ne s’alignaient pour moi, mais ça n’était pas plus mal. Parce que j’ai pensé à un plan, tout doux, tout simple. Chaque mois, je mets un simple dollar de côté. Je pratique cette petite routine depuis plusieurs années. Et un jour, ces fonds serviront à me payer le plus beau des voyages. En Italie? En Grèce? Au Japon? En Australie? En Angleterre, peut-être? Je laisse le temps décider, il a toujours le dernier mot de toute façon.

• Je sais profiter des bonnes choses, aussi. L’alcool, les drogues douces, les soirées de fête… j’habite un quartier où il y a toujours une occasion de flirter avec ses limites, de voir jusqu’où on peut aller. Je n’en abuse pas non plus, j’ai vu beaucoup trop de vies autour de moi être détruites pas des substances illicites, corps amorphes dans les ruelles qui sillonnent le trajet vers le boulot. Alors je tente, je teste, je m’amuse. Et je trouve l’équilibre à travers.

• Même si j’ai toujours eu à me contenter de peu, je profite de tout ce qui ponctue ma vie. La vérité, c’est que j’ai besoin du strict minimum pour être heureuse, ça a toujours été ainsi. J’ai appris à me suffire de l’essentiel, à aimer ma situation, à mettre l’effort quotidien nécessaire pour remercier tout ce que la vie m’a donné. Le positif, c’est toujours ce qui m’a sauvé.  



Dernière édition par Azarielle Dormer le Sam 13 Aoû - 19:28, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 1:09

IN THE COLD LIGHT OF MORNING
There is thunder in our hearts, baby.
J’hausse la tête, les bouclettes brunes caressant mes épaules. Mes iris sont scotchés à la personne devant moi, bourrue, trop bourrue. Il en rajoute, et une couche de plus, la voix hautaine, rauque, impatiente. Tout autour, le quotidien n’en fini plus de finir. On entend les clients qui papillonnent dans tous les sens, les caisses qui retentissent, le biiip agressant, de 2 secondes et ½. Je vous jure, il dure vraiment 2 secondes, et la demie suivante, long, suppliant, chantant. Les portes automatiques qui s’ouvrent, qui glissent. Les conversations qui se mélangent, les questions qui en ressortent. Le bruissement du plastique, du papier. Les odeurs aussi, entre le poulet rôti, les fruits sucrés, le parfum des clientes. Et mon Némésis du jour, le mec à l’arôme de tabac bien vieux, bien brûlé. Le visage dur, les sourcils froncés. Il ne lâche pas sa prise, il ne lâche pas mon regard, il insiste, il grogne, il beuglera bientôt, j’en suis sûre. « Monsieur, je crois vraiment que le prix est exact. Je suis désolée de l’inconvénient, mais je… » Il pince les lèvres, excédé, alors que les clients qui le succèdent tanguent entre l’énervement, la curiosité, l’ennui même. « Dans la brochure, on disait 3,15$. » Je ravale, doucement. Des comme lui, c’est fréquent. C’est habituel, c’est la routine. Je ne juge pas hen, je constate. Il n’a rien de malicieux, si ce n’est son taux vil, supérieur. Il me semble être un bonhomme bien normal, un type bien, au fond. Il croit en ses convictions, il tient ses opinions, il est fort et fier. Et il croit en la justice aussi, probablement. Sa propre justice, celle qui l’arrange, celle qui lui permettra de mettre un peu plus de nourriture sur sa table, pour nourrir sa famille. Ses enfants, peut-être. Je joue nerveusement avec le stylo qui traine près de la caisse, laissant échapper un doux, un compréhensif « Je sais. Mais la promotion se terminait hier. Je suis… ». « Est-ce que je peux parler à votre patron? » qu’il me coupe, sans grande surprise. Peu importe ce que j’aurais pu dire, la situation se terminait presque toujours de la même façon. J’essayais, pourtant, vraiment. Je ne voulais que simplifier leur vie, même si cela voulait dire ajouter un citron, ou soustraire un coca de la liste de leurs emplettes. « Il risque de vous répondre la même chose que moi, monsieur. Mais je peux le demander avec plaisir. » Il soulève le sourcil, pédant, comme si c’était une évidence, comme si je n’avais pas pu faire autrement que lui obéir. J’inspire, respectueuse, calme, l’intercom en main. Un appel, une demande, et tout serait réglé. Il répond, deux sonneries passées. Je raconte. Il se tait. J’insiste, un brin, confiante. Il confirme qu’il arrive. Il soupire aussi, comme tout le monde. Sous mes yeux, 5 personnes sont complètement blasées, impatientes, sur les nerfs. Et il n’est que 10 heures. Hum. La suite risque de ne pas passer aussi vite qu’habituellement.

Puis tout se règle. Évidemment. Je reste bien discrète, dans mon coin, souriant avec compassion, attendant tout et n'importe quoi sans grand pouvoir. Le patron qui se présente, qui traîne des pieds, qui écoute d’une oreille. Le client qui s’emporte contre lui-même, qui agite la pomme de laitue qui, la pauvre, en perd plusieurs feuilles. Le patron qui daigne lui offrir un brin d’attention, ridicule. Le client qui demande réparation, qui hurle à la fraude. Le patron qui lui offre une laitue supplémentaire, plus grosse, plus verte, en dédommagement. Le client qui repart, ventre plein, fierté assumée. Le patron qui rentre sa chemise bien usée dans son pantalon, elle qui s’en était échappée à travers tant d’excitation. Il hoche de la tête, contemplatif, salue son public, se retire. Non sans agripper le bas de mes hanches, et la fesse, au passage. « Bonne journée ma jolie. » La claque qui suit se perd à travers les bruits ambiants, le regard salace s’évade au fil des clients qui reprennent leur place dans la file. Sio m’attrape au passage, roule des yeux, l’envoie paître du bout des lèvres. Et la journée continue, suit son cours. Comme à l’habitude.



Dernière édition par Azarielle Dormer le Sam 13 Aoû - 20:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Infected Mushroom »
« Infected Mushroom »
› Âge : 46 ans
› Appart : #1309, avec Samuel et leurs animaux, Cash et Manoel.
› Occupation : Architecte Urbaniste| Photographe Spiderman | Danseur à La Folle du Désert | Le nez dans des petits, tout petits, tout gentils trafics d'oeuvres d'art.
› DC : Niilo, Ness, Nathan, Dei.
› Messages : 2094
› Nombre de RP : 15

Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 1:16

Bienvenue !

Pas de doute, vu le gif, t'es bien sa sœur XD


L'intensité de l'instant
est le seul remède. Il faut travailler la terreur de la mort par la fureur de vivre, imperturbable.
Pascal Quignard

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9352-sly-c-est-l-histoire-d-


avatar

« La Demoiselle Inconnue »
› Âge : 36 y.o
› Appart : #1208 (dixième)
› Occupation : Magnétiseuse et commissaire priseur
› DC : Rau / Franz / Popi / Nikita
› Messages : 1676
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 1:17

WELCOME BABY :l:
Sois mon chaton je te ferais des gratouilles sur le ventre :hihi:
Je t'aime :l: ( mais pas trop ) MIAOU
Fais moi rêver et remplis ça vite!


+ BONNIE AND CLYDE +
Moi lorsque j'ai connu Clyde, autrefois, c'était un gars loyal, honnête et droit. Il faut croire que c'est la société qui m'a définitivement abîmé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11295-apolline-mille-bouches


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 1:20

Cornélia Jacobson a écrit:
Bienvenue !

Pas de doute, vu le gif, t'es bien sa sœur XD

J'y suis allée au feeling HEHE

Ézéchiel Jacobson a écrit:
WELCOME BABY :l:
Sois mon chaton je te ferais des gratouilles sur le ventre :hihi:
Je t'aime :l: ( mais pas trop ) MIAOU
Fais moi rêver et remplis ça vite!

TOI.
HAN HAN JEREM LE HERISSON SUPER coeur I love you CUTE MR GREEN ho YOUPI :hihi: BRILLE

Je vais essayer de te rendre fier, tu vas voir. HAPPY LUNETTE FESSE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« La Demoiselle Inconnue »
› Âge : 36 y.o
› Appart : #1208 (dixième)
› Occupation : Magnétiseuse et commissaire priseur
› DC : Rau / Franz / Popi / Nikita
› Messages : 1676
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 1:24

J'en suis sûre :l:

Du coup j'en profite pour te présenter ci dessus, ta presque ex belle soeur qui ignore aussi ton existence :hihi:
Mais je pense qu'un lien sera envisageable, elle sait pas me dire non, pas vrai? @Cornélia Jacobson HEHE


+ BONNIE AND CLYDE +
Moi lorsque j'ai connu Clyde, autrefois, c'était un gars loyal, honnête et droit. Il faut croire que c'est la société qui m'a définitivement abîmé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11295-apolline-mille-bouches


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 1:42

Mahahahaha, dans le genre présentation :hihi:
Je vais me faire un plaisir de spammer la demoiselle HEH :YEAH:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 2:42

Hey la Isla bonita ! :hihi:

T'es tellement belle et en plus t'es bi comme bibi ! C'est mimi tout ça ! Hihi !

Trop de I... c'est presque une allitération en I qui annonce l'arrivée de la mort. Comment ça j'ai fais trop d'études de doc ? Sad

Non je te promets je suis pas folle, je suis juste in Love de Zooey et donc de toi I love you
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt trois ans, l'heure de devenir un homme
› Appart : Au #1101, avec Mily, quand elle est la
› Occupation : C'est celui qui vous fait chier le soir avec sa mob', celui qui crache dans vos calzones, et secoue vos canettes de soda... Ouais, et des fois, il est aussi celui qui livre vos pizzas, un sourire enjôleur aux lèvres
› DC : Leo l'italienne & Carl le taulard
› Messages : 1158
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 9:52

Zooey OMG
J'aime tellement Zooey, elle est belle, et pi elle est rigolote JAIME

Bref bienvenue, bon courage pour ta fiche ! SUPER




Chère Vivi, je t'écris cette lettre plein de solitude, l'âme en peine comme d'habitude. Depuis que t'es partie depuis que t'es plus là c'est plus la même j'ai perdu ma Reine et d'un coup mon royaume tout entier s'est vidé mon visage aussi s'est ridé, mon coeur lui s'est bridé un truc en moi ce matin-là s'est brisé et même si je réponds ça va merci j'ai dans la bouche comme un mauvais goût d'inertie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5399-marshall-vous-n-pouvez-


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 12:49

Bienvenue & très bon choix de scénario coeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 19:29

Merci les amours I love you I love you I love you CUTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« La Demoiselle Inconnue »
› Âge : 36 y.o
› Appart : #1208 (dixième)
› Occupation : Magnétiseuse et commissaire priseur
› DC : Rau / Franz / Popi / Nikita
› Messages : 1676
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 20:13

C'est tout bon pour moi :l:
Viens vite :hihi:


+ BONNIE AND CLYDE +
Moi lorsque j'ai connu Clyde, autrefois, c'était un gars loyal, honnête et droit. Il faut croire que c'est la société qui m'a définitivement abîmé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11295-apolline-mille-bouches


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 20:17

BANANE BANANE BANANE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« révolé sa mère. »
« révolé sa mère. »
› Âge : Tantôt gamin, tantôt blasé comme un homme âgé, il vient d'atteindre le 19 ans et on s'en fout.
› Appart : #1411 (F2) avec le fantôme de sa mère la junkie, Badz Hijodealgo le fagg et Lincoln le renardeau perdu.
› Occupation : Saboteur, Al passe sa vie à se griller lui-même. Devenir dealer n'était sans doute pas sa plus riche idée...quoique, ça lui a rapporté pas mal, t'as pas vu ses Nike neuves ? Bah voila. Puis sinon, on le trouve au garage de Deirdre aussi.
› DC : Ekaterina et Misha
› Messages : 4042
› Nombre de RP : 36

Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Sam 13 Aoû - 20:17

Bienvenue parmi nous HAWW
Heureusement que tu précises que tu nous as trouvé sur le net, j'ai eu peur que le minitel nous liste GNOE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2900-al-o-la-bombe-a-retarde


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud Dim 14 Aoû - 16:00

bienvenue sur DC coeur
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Azarielle Dormer + make me proud

Revenir en haut Aller en bas

Azarielle Dormer + make me proud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» (F/ LIBRE) NATALIE DORMER - Mère d'une fille qu'elle ne connait pas.
» "Mets-toi ça dans la tête!" ou "Make it stick!", traduit en français
» Collecte des sites et forums pour le bac et études.
» Le Dormeur du Val et MC Solaar
» Create your South Park avatar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)