AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 15:53
(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Ca n’avait rien de permanent, au départ. Il y a deux ans, Caroline, la femme de sa vie, la mère de ses enfants, le jette dehors, dépassée par sa volonté d’exercer son métier en droit pénal et criminel, dépassée par ses horaires de boulot épuisants et son salaire misérable, quand elle, juriste, avocat elle aussi, empoche des milliers de dollars pour travailler dans un bureau confortable de 11h du matin à 20h le soir. Alors James cherche un endroit où se reconstruire. Il pense d’abord à acheter une maison, mais comprend rapidement qu’elle ne sera jamais remplie car il ne verra plus ses enfants. Alors il se résigne, emménage ici en se disant qu’au moins, il est entouré. Qu’il y a du monde et que s’il va mal, quelqu’un, peut être, le trouvera là. Et de fil en aiguille, il personnalise l’appartement, il y met un peu de lui même. Parfois, il déteste habiter là, mais il ne pourrait partir pour rien au monde, en fait.  

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Il ne connaît pas vraiment les gens, n’apprécie pas vraiment l’immeuble. Mais c’est aussi sa maison, son chez lui. La proximité lui donne l’impression d’une famille, et James aime les gens. Aimait les gens, en tout cas, avant que Caroline ne le poignarde, avant que tout cela ne cesse. Ici, il se sent aussi bien qu’il se sent mal. Comme dans une famille trop pressante, trop opressante, comme au milieu de gens qui lui ressemblent mais sont tellement différents. Il ne sait pas vraiment, au fond, ce qu’il en pense, se contente de vivre.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Jeune homme discret, sans doute réservé, un peu secret, de mauvais poil parfois. Inaccessible et peu loquace, capable de vous tenir la porte un matin et de vous ignorer royalement le soir, de vous aider à monter vos courses à l'étage puis de vous laisser en plan quelques heures plus tard. Capable de s'énerver violemment quand l'ascenseur ne marche pas. Qui rentre sombre, parfois, quand les journées sont difficiles, en hiver, pendant l'audience d'un criminel. Qui achète du bon vin et s'anime d'un sourire bienveillant après une journée un peu plus douce. Lunatique, bipolaire. Agaçant, plaisant. Charmant. Dangereux.

(NOM) Saltzman (PRÉNOM) James Mitchell (ÂGE) 32 ans (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 13 octobre 1983 à New York (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) avocat qui s'est ruiné à force de vouloir aider les autres (NATIONALITÉ) américain (ORIGINES) américaines (STATUT CIVIL) divorcé, père de deux enfants qu'il ne voit plus (ORIENTATION SEXUELLE) bisexuel(DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) le lendemain de son divorce, il y a un peu plus de deux ans maintenant (REPRISE DU PERSONNAGE) Nope (GROUPE)Nous sommes de ceux qui survivent (TYPE DE PERSO) inventé (CRÉDITS) Les gifs utilisés sont issus de tumblr et leurs créateurs ont signé.

PSEUDO : Ilu PRÉNOM : Charlotte ÂGE : 25 ans PAYS : France FRÉQUENCE DE CONNEXION : tous les jours COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : via Facebook COMMENTAIRE OU SUGGESTION : ahahah pourquoi je me suis pas inscrite avant, telle est la question  JEREM LE HERISSON AVATAR : Matt Bomer
JAMES MITCHELL SALTZMAN
vois comme je souffre, vois ce que je perds


• James est avocat en droit pénal (les crimes, les délits, tout ça), il gagne très mal sa vie et s'occupe surtout de petits délinquants type trafiquants de stupéfiants ou autre. Son cabinet est minuscule et un peu miteux, il travaille avec des copains à lui, mais s'installer comme ça, c'était son rêve de gosse alors il ne déchante pas. • L'âme soeur de James s'appelle Caroline, mais elle a l'a quitté et laissé seul à New York pendant qu'elle se sauvait en Floride avec leurs deux enfants. Depuis deux ans, il n'a revu personne. Il essaye de refaire sa vie, mais elle a broyé sa vision de l'amour, du couple, et des femmes en général. • James est bisexuel et le sait depuis qu'il est en âge de savoir ce que veut dire le mot sexe. • Il se tape indifféremment des hommes et des femmes, mais depuis que Caroline lui a brisé le coeur, il entretient des rapports un peu particulier avec ces dernières et éprouve l'irrépressible besoin de les dominer, d'avoir le dessus en tout cas, pour ne pas perdre pied comme ça a été le cas avec son ex. • James déteste les sucreries et apprécie beaucoup plus la nourriture salée que les desserts ou autres choses à base de sucre. • Il fume comme un pompier et boit énormément de café, ce qui a pour conséquence d'accentuer ses sautes d'humeur. • Ses sautes d'humeur, justement : il est particulièrement lunatique, presque bipolaire, en tout cas capable de passer du calme ou de la sérénité à l'agacement profond voire violent en quelques secondes, sans qu'aucune explication ne soit forcément donnée. • Il aime néanmoins le contact avec les gens, c'est ce qui l'a poussé à exercer ce métier d'ailleurs. • James est fils unique, ses parents habitent toujours à New York et s'aiment depuis près de 50 ans. • Il est très intelligent, très rapide quand il travaille sur quelque chose et qu'il se donne à fond. • James adore la littérature et notamment la littérature française et anglaise. Il passe le plus clair de son temps libre à lire. • Tous les matins, il se lève une heure plus tôt pour aller courir, disons que ça l'aide, ou en tout cas cela semble l'aider à contrôler son humeur et son agacement.  • C'est un type très méthodique, très organisé. Il aurait fait un tueur hors pair dans une autre (double) vie. • Il possède très peu de meubles, son appartement, toujours très bien rangé, est très rudimentaire. Il a des meubles sobres, et les murs sont régulièrement repeints en blanc pour conserver la propreté du tout - il est un peu manique, à ce propos. • Il ne voit plus ses fils et a fini, tristement et avec les années, par se faire une raison. Il n'a pas tellement l'impression d'avoir une famille aujourd'hui.



Dernière édition par James Saltzman le Dim 2 Oct 2016 - 21:18, édité 5 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 15:53
un être vous manque
et tout est dépeuplé
« Arrête un peu de baliser, Caroline, c’est la femme de ta vie. Tu vas entrer dans cette foutue chapelle et la seule chose que t’auras besoin de dire, c’est oui. C’est pas compliqué, si ? Moins compliqué qu’une plaidoirie. » Et pourtant, les juges sont là dans les rangs, installés les uns après les autres. James ne peut pas s’empêcher d’y songer. Bien sûr que Caroline est la femme de sa vie, elle est belle, intelligente, et il l’aime à n’en plus finir depuis des années qu’il ne peut plus compter. Et puis elle est enceinte. Mais elle attend trop de lui, elle espère trop. Il veut se battre pour les gens, alors qu’elle, elle veut se battre pour les comptes bancaires des grosses fortunes. Il a un peu peur de l’égo de Caroline, de leurs différences. Mais il est trop tard pour douter – il est habillé, et il n’a plus qu’à entrer. Il serait incapable de lui faire ça, il aurait trop mal pour elle. Alors il fait ce qu’on lui dit, et il entre. Il entre dans l’église et il dit oui.

**
*

« Je suis enceinte ». James lève les yeux de son journal pour rencontrer les siens, bleus et verts. Ca dépend de la lumière, en fait. « Encore ? » il demande alors qu’un sourire étire ses lèvres. Elle lui envoie un coussin dans la figure, heureusement qu’elle le connaît sinon elle serait sans doute partie depuis longtemps. « Encore, oui. » Il se lève pour rejoindre son morceau de canapé et glisse une main contre son cou, puis entre ses seins pour aller se nicher, finalement, sur son ventre. Pas encore arrondi. Elle prend sa main et la remonte sur sa poitrine en s’armant d’un sourire séducteur, puis le pousse pour escalader ses genoux. A califourchon sur lui, comme ça, elle le regarde de haut comme elle aime le faire. Il n’a jamais autant désiré personne. Et pourtant, il en a baisé, du monde, dans les appartements ou dans les arrières d’une cour, sur le siège arrière d’une voiture ou dans un escalier d’immeuble. Il en a vu des têtes, il en a senti des tremblements. Elle est différente. Captivante. Insupportable. Il ne pourra jamais s’en rassasier. Elle rompt la distance, embrasse ses lèvres. Le mord un peu, et glisse une main baladeuse sous sa chemise. Il glisse ses bras autour de sa taille et ses mains attrapent l’agrafe de son soutien-gorge, qu’il retire d’une main experte. « Je t’aime tellement », il marmonne, presque agacé, alors qu’il la saisit pour l’allonger sur le canapé, en dessous de lui. Sa main agrippe la sienne avec force et le temps de se débarrasser des vêtements qui leur font barrière, déjà, il comble la frustration d’un mouvement du bassin.


**
*


« J’vais te quitter, tu m’entends ? C’est tellement insupportable d’être avec toi que je vais faire mes valises, je vais foutre notre vie minable dans deux grosses valises, je vais attraper Ethan et Simon et m’enfuir le plus loin possible de ta misérable vie, tu comprends James ? » Il comprend. Il est stoïque, sans réaction, mais il comprend. Sa voix s’étrangle dans sa gorge serrée, sans qu’il puisse émettre le moindre son qui pourrait la retenir, la calmer. Il mérite tout ça, après tout non ? Il a décidé de faire l’idiot, de choisir toutes ces voies qui la dépassent. Elle a fait des erreurs, aussi, mais celles-ci semblent insignifiantes à côté de ce que lui a fait à leur famille. « James, bordel, tu réponds ? » Non, il ne répond pas. Il fixe la fenêtre crasseuse de son bureau et sursaute en entendant l’alerte de son agenda électronique. Un nouvel email vient d’arriver, la secrétaire mal payée fait du café dans la machine miteuse qu’il a apporté de chez eux. Si elle n’était pas là, il ne pourrait pas travailler ici – il le sait. Il est reconnaissant. Il a peur qu’elle parte. Elle va partir, en plus, c’est ce qu’elle crie au bout du téléphone, mais lui n’arrive pas vraiment à réaliser. Il n’arrive pas à écouter la détresse qui habille tous ces mots jetés au hasard, comme des flèches balancées dans l’espoir de heurter, de blesser leur cible. Est-ce que James est blessé ? Il est triste, c’est certain. Il aurait aimé qu’il en soit autrement, qu’elle soit heureuse et leurs enfants aussi. Les garçons sont-ils heureux ? « Si je pars, tu ne me reverras jamais. » Après la colère, les larmes. C’est toujours comme ça. Il est fatigué, fatigué d’essuyer les larmes, de se battre contre l’inéluctable. Il est fatigué de rentrer chez lui pour la trouver hurlante, les veines ressortant sur son front si lisse, en train d’hurler sa détresse jusqu’à réveiller les enfants et les voisins. « Ne dis pas ça, Line, c’est ridicule. » Il aurait dû employer un autre mot – elle va détester. Elle va recommencer à crier, à hurler, à pleurer aussi, puis elle finira par sangloter jusqu’à ce qu’il promette de rentrer. De quitter le bureau miteux. « J’arrive », il anticipe, pour éviter l’inévitable. Il raccroche le téléphone et se redresse, pour regrouper les documents sur lesquels il devra travailler le soir pour compenser son départ si tôt du cabinet.

**
*

Il n’y a rien de pire pour un avocat que de se retrouver à la barre des accusés – et même si dans cette ridicule salle sans intérêt et sans personnalité, il n’est pas accusé, c’est ainsi qu’il le ressent. Caroline vocifère, Simon et Ethan sont tristes. Elle hurle sa détresse, elle ment, son visage se déforme. Il n’a même pas la force de répliquer. « Pendant des années, j’ai vécu sa pression, son boulot de merde et ses horaires à la con. Ce ne sont pas des violences physiques qu’il m’a fait endurer, ça non. Mais des violences psychologiques ? A me dévaloriser, à considérer mon manque d’humanité du coin de l’œil, Monsieur juge mes moindres faits et gestes avec ses grands principes. Et tout ça pour quoi ? Pour renvoyer des violeurs chez eux, pour éviter la prison à des criminels ! Je me sens pas en sécurité. Je me sens pas épaulée. Il peut pas s’occuper des enfants tout seul, il travaille tout le temps, et tout ça pour gagner une misère. »

**
*

Il a tout perdu. Caroline est partie s’installer chez ses parents, en Floride, avec les deux garçons qui ne veulent pas le voir. Il ne l’a plus jamais revue. Il continue à travailler dans ses bureaux miteux et ne gagne pas grand chose, mais il n’a jamais pu remettre les yeux sur une femme comme il le faisait avant Caroline. Il aime les manipuler, les avoir. Les dominer, maintenant. Ne jamais plus en laisser une avoir l’ascendant. Les hommes sont différents, les hommes couchent sans réfléchir. Ne s’accrochent pas. Mais les femmes, elles… Elles sont fourbes.





Dernière édition par James Saltzman le Lun 25 Juil 2016 - 18:11, édité 3 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2900-al-o-la-bombe-a-retarde
En ligne
avatar
« révolé sa mère. »
« révolé sa mère. »

▹ MESSAGES : 4601
▹ NOMBRE DE RP : 12

▹ AGE : Tantôt gamin, tantôt blasé comme un homme âgé, il vient d'atteindre le 19 ans et on s'en fout.
▹ APPART : #1411 (F3) avec Badz le fagg, Lincoln le chouchou et Jacek la folle.
▹ TAF : Saboteur, Al passe sa vie à se griller lui-même. Devenir dealer n'était sans doute pas sa plus riche idée...quoique, ça lui a rapporté pas mal, t'as pas vu ses Nike neuves ? Bah voila. Puis sinon, on le trouve au garage de Deirdre aussi.
▹ DC : Ekaterina, Misha et Henry



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 15:55
Bienvenue parmi nous HAWW


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 15:57
Matt Bomer, je meurs OMG

Bienvenue parmi nous petit monsieur BRILLE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 15:59
Merci vous deux CANDICHOU JAIME I love you
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 17:27
Bienvenue ici coeur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 17:59
Merci beaucoup Shocked
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 19:06
Matt HAN HAN HAN

Bienvenue et c'est du rapide pour la fiche ahah :l:
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 19:14
C'est la motivation qui inspire ma rapidité ARROWluvCharlie ou inversement, je sais plus HEHE (je vais adopter ce smiley, je l'aime d'amour BANANE )
Merci en tout cas :l:
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11073-deirdre-priscillia-fol
avatar
« NITROMÉTHANE »
« NITROMÉTHANE »

▹ MESSAGES : 4800
▹ NOMBRE DE RP : 1

▹ AGE : 31 ans
▹ APPART : Au 903 avec Ulala, mais traîne surtout au 520.
▹ TAF : Transporteur / Garagiste / Combattante et pilote clandestine
▹ DC : Sly, Niilo, Neslihan, Sinaï.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 20:23
TU ES VALIDÉ ! BIENVENUE !


Mais nooon elles sont pas fourbes, les femmes Surprised (si). Choisis ton âge mon cher, ce n'est pas le même dans ton profil et dans ta fiche ;)

Félicitations ! Ton dossier a été approuvé par la Concierge ! Tu peux dès à présent prendre tes aises et faire la connaissance avec tes nouveaux voisins sur le flood, la Chat-Box ou directement via les RP Libres si tu es un thug.

Si tu es perdu, n'hésite pas à t'inscrire à la session de parrainage ! Quoiqu'il en soit, pense à remplir ton profil (sans oublier d'indiquer ta réputation) et te recenser sur nos divers listings:




La tristesse de mon humeur habituelle s'accrut jusqu'à la haine de toutes choses et de toute humanité ; cependant ma femme, qui ne se plaignait jamais, hélas ! était mon souffre-douleur ordinaire.
EA Poe - Le Chat Noir


Introuvable du 7 au 21/12.
#JE SUIS TETON !
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Lun 25 Juil 2016 - 20:26
Merci beaucoup pour la validation, je m'en vais rectifier cette erreur de ce pas CUTE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    Mer 27 Juil 2016 - 2:37
oups on a rien vu je suis mal réveillée AS MDR
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: JAMES ; dis moi à quoi tu t'raccroches quand moi je suis plus là    
Sauter vers:  
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.