Partagez|


ronan, we were like gods at the dawning of the world.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Sam 21 Mar - 21:49

Ronan Leith King
I feel like I could eat the world raw.
Nom King, Prénom Ronan, Leith. Date et lieu de naissance À Brooklyn. Sur ses papiers, ça dit qu'il est né le trente et un octobre '84, en vrai, sa droguée de génitrice ne savait plus très bien, plus exactement, alors halloween, c'était une date plutôt cool, a-t-elle pensé.  Âge 31 ans, Nationalité Yankee, Origines Irlandaises, Statut matrimonial Ça va et ça vient, Orientation sexuelle Des hommes, des femmes, au fond qu'importe, Job ou Activité Escort, un peu escroc, il satisfait les plaisirs de ces messieurs à la nuit tombée. Quand il a besoin d'un peu plus d'argent, il trouve du boulot dans un garage, enseigne la boxe pendant quelques temps ou bosse dans le bâtiment, ce qui lui tombe sous la main. Groupe nous sommes de ceux qui vivent, Crédits @visenya.  

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Quand t'y penses, putain, ça fait déjà cinq ans que tu hantes les couloirs du Parking. Cinq ans déjà que t'as débarqué avec ton sac et les fringues que t'avais sur le dos pour seules possessions. Tout ce qu'on t'avait rendu à ta sortie de prison. Tu venais de refourguer les réserves de meth que ta mère planquait, dans l'troisième livre en partant de la gauche, aux premiers couillons que t'avais croisés dans la rue, histoire d'avoir le fric pour la caution, et tu t'es posé au septième, et t'y es encore. T'y es chez toi. 
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? C'est chez toi. Les autres, à vrai dire, tu t'en branles. Tu te fous de leurs histoires et de ces voix qui résonnent à travers les murs trop fins. Ce n'est pas pire que bruits qui se glissaient dans ta cellule. T'as enfin quelque chose qui t'appartient, un refuge pour t'abriter d'la vie, pour te protéger de ce monde là dehors qui n'a eu de cesse de te jeter à terre depuis l'enfance. T'aimes cet endroit, même si ça pue la jeunesse ratée et les échecs en pagaille, t'es peut-être même pas totalement indifférent à tous ces gens, finalement, même si tu n'les vois pas vraiment, à ta manière, un peu vache, et avec ton dédain exacerbé. Cet endroit, c'est quelque chose, et c'est déjà plus que ce que tu as eu avant.
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Tu trimballes ta gueule d'ancien taulard avec ce sourire au coin des lèvres. À la fois séducteur et carnassier. T'as ce truc qui fait qu'on ne te fait pas confiance, mais qu'on est étrangement attiré par toi. On sait qu'il ne faut pas trop s'approcher de toi, tu portes le danger comme une seconde peau, et si tu ne cherches pas les ennuis, ce sont eux qui te trouvent. On n'sait pas grand chose de toi et, à la vérité, on n'a pas envie d'en savoir plus, personne ne connait la raison de ton séjour à l'ombre, puis t'es pas le genre de mec auquel on vient taper la causette dans la cage d'escalier, plutôt celui qui donne envie de grimper cinq étages à pieds plutôt que de monter dans l'ascenseur avec toi. T'es pas un si mauvais gars, dans le fond, mais ça te fait bien marrer que les autres te voient comme ça.


feat luke evans
il connait les rues de Brooklyn comme le fond de sa poche, mais il les évite soigneusement depuis quelques années, comme un moyen un peu archaïque d'éviter ses vieux démons. sa mère était (est) alcoolique et droguée, elle l'était avant même qu'il ne vienne au monde, il a souvent eu tendance à mettre là-dessus ses mauvaises manières et son manque de civilité. il a passé six ans en prison pour trafic de drogues (de ses 20 à ses 26 ans). il a cet indéfinissable accent de Brooklyn qui trahit toujours son quartier d'origine.  king, c'est le nom de sa génitrice, il n'a pas la moindre idée de qui est son paternel et, à vrai dire, sa mère non plus. il a un carnet de clients, d'habitués, dont quelques politiques et hommes d'affaires qui paient aussi bien ses services que son silence.   le Flatbush Gardens est un club de boxe de Brooklyn qui s'occupe des jeunes sans repère, sans figure paternelle, où il a passé une grande partie de son adolescence. il envoie régulièrement de l'argent à son mentor de l'époque, qu'il a longtemps considéré comme le père qu'il n'a jamais eu, ainsi qu'à sa voisine, Viola, qui l'accueillait les soirs où sa mère était violente ou qu'il n'avait simplement pas l'envie ni le courage de rentrer chez lui. il va à l'église tous les dimanches, pas qu'il soit vraiment croyant mais c'est un rituel auquel il tient, une rupture avec le monde, quelques instants de calme, coupé du monde, au cours desquels il se laisse hanter par son passé et se voue à cette étrange et profonde haine qu'il a pour lui-même.  il a une vieille camaro noire qui a la fâcheuse tendance de tomber très régulièrement en panne, ce n'est pas pour autant qu'il compte s'en séparer.

I feel the crimson on my lips
Now my stomachs lined with gold
I'm broken hearted but my beats in time.

your body is a machine, the good natured

Tu cognes. Le sac vibre sous tes coups, répétitifs, encore et encore, la nuit est bien avancée mais tu continues de frapper. T'as besoin d'évacuer cette rage, ce feu, qui brûle sans cesse en dedans et dont tu n'as jamais su, jamais voulu, te défaire. Tu l'entretiens, ce bouillonnement, c'est ce qui te rend vivant, cette haine à fleur de peau. Tes poings s'abattent sur le cuir avec régularité, entrainés dans un rythme que tu connais depuis ton adolescence, du temps où tu t'entrainais dans une autre salle de sport, de l'autre côté du fleuve, de l'autre côté du Queens, presque un autre monde.
just a kid from brooklyn.
T'es au bout du couloir. T'as neuf ans à peine, et tu rentres de l'école. Tu tiens fermement ton poing serré sur la bretelle de ton sac à dos. T'as neuf ans, à peine, et la trouille de rentrer chez toi. Chez toi. T'es même pas sûr que ce soit un chez toi. T'y dors, t'y pleures, et parfois, seulement parfois, quand ta génitrice est plus consciente qu'égarée dans ses délires et qu'elle essaie d'être une mère, tu parviens à imaginer à quoi ça pourrait ressembler, un chez toi. Mais tu entends son rire hystérique. Il résonne de derrière la porte et envahit l'espace autour de toi. T'as mal au coeur, t'as mal au bide, et t'as envie de te barrer en courant. Une porte s'ouvre, Viola écoute un instant les échos de la folie qui lui parviennent de l'autre côté du palier, puis se tourne vers toi et t'invite d'un sourire. Elle te sauve un peu, la voisine d'en face, elle te donne le goût d'une véritable enfance avec ses gateaux faits maison et cette drôle d'odeur d'éternité qui flotte dans la pièce, comme si elle avait toujours été là, Viola, immortelle figure ce que ç'aurait pu être d'avoir une vraie mère, éternelle dans sa vieille robe à fleurs.
Un autre coup sur le punching-ball, le souvenir s'éteint. Un autre prend sa place.
i'm being perfectly fucking civil.
La lourde porte claque derrière toi. Six ans d'cabane. Six ans de ta foutue jeunesse passés entre les murs d'une cellule maculée des souvenirs amers des mecs qui t'ont précédé. Six ans, t'en avais presque oublié le goût de la liberté. Personne pour t'accueillir, t'as prévenu personne : ni Viola, ni l'entraineur qui t'avait si volontairement pris sous son aile et que t'as déçu en cédant aux vices de l'illégalité. Six ans, ç'aurait pu être moins si tu savais te tenir à l'écart des ennuis. Tu prends une grande bouffée d'air alors que Rikers Island est enfin derrière toi. Quand t'y penses, la prison, c'est foutrement plus simple que ce qui t'attend là dehors.
Tu sens tes phalanges craquer sous la force du dernier coup. Tu fais deux pas en arrière, retires le gant en grimaçant avant de le jeter vers ton sac quelques mètres plus loin. Tu regardes ta main abîmée par les bagarres, par ses os que tu as brisé. Tu plies et déplies tes doigts, t'assurant de leur bon fonctionnement. Black 47 te tire de la contemplation morbide de tes contusions et tu récupères ton téléphone dans ta poche arrière. Un client. Un de tes premiers réguliers, habitué depuis presque quatre ans. Tu confirmes l'heure, 23h35, ce qui te laisse tout juste le temps de te laver et de rejoindre l'hôtel témoin coutumier de vos ébats, d'où tu t'éclipses toujours bien avant l'aube, tu ne dors pas avec tes clients, tu ne les embrasses pas non plus, ce sont tes seules règles, les seules inébranlables, tu as bien d'autres manières de les satisfaire. Tu éteins la lumière en sortant, te plongeant dans ces ténèbres qui n'existent jamais vraiment dans l'infatigable New-York.



morning star
passe ta souris !
j'm'appelle Laura, j'ai bientôt 22 ans, je tombe amoureuse de personnages qui n'existent que sur papier (c'est con  BOUDE ), et la nuit je lis au lieu de dormir.  FAIL  


Dernière édition par Ronan King le Jeu 2 Avr - 23:50, édité 39 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Sam 21 Mar - 22:05

Il a une bonne gueule pour être vendeur à la criée ce monsieur dis donc MIAOU MIAOU
Bienvenue sur le forum ! JAIME
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Sam 21 Mar - 22:07

Ah le beau Dylan JAIME Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Sam 21 Mar - 22:11

oh j'étais tellement amoureuse de ce mec dans misfits FAN BAVE2
ronan te file tous les journaux que tu veux, et pas que PERV

merci pour l'accueil m'ssieurs LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Sam 21 Mar - 22:15

oh mon dieu. JAIME
dylan rieder. je l'aime. je l'aime. je l'aime. coeur coeur
bienvenue BRILLE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Sam 21 Mar - 22:22

BIENVENUE!!! il est superbe ce mec Smile
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Sam 21 Mar - 22:24

elles sont belles OMG OMG
merci Cool
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Sam 21 Mar - 22:28

j'adore le pseudo ! BRILLE
bon courage pour la fichette et bienvenue chez nous. LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Sam 21 Mar - 22:29

merci LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Sam 21 Mar - 22:57

OMG épouse moi BAVE

Bienvenue parmi nous HEH
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Dim 22 Mar - 1:53

oh, rieder. Second fois que je vois ce petit sur un forum. FAN en tout cas, il a une bonne tête. BAVE2 bienvenue et bon courage pour la suite de ta fiche JEREM LE HERISSON
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Dim 22 Mar - 4:34

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Dim 22 Mar - 7:00

Bienvenue et bon courage pour ta fiche ;)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Dim 22 Mar - 12:19

haaaa, mec canon en vue OMG bienvenuuuuue HAN coeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world. Dim 22 Mar - 13:45

Faudra que Norma et Ronan aillent vendre du plaisir ensemble HEHE
Bienvenue JEREM LE HERISSON
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: ronan, we were like gods at the dawning of the world.

Revenir en haut Aller en bas

ronan, we were like gods at the dawning of the world.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Bring Back the Greek Gods ! by Mary Lefkowitz
» Livre Chariots Of The Gods Erich Von Daniken
» GLENMOR, 15 ans déjà.
» La Sainteté chrétienne, selon Nicolas Buttet, Marie Noël et d'autres...
» Présentation de ronan35

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)