Partagez|


Vivien - Le jeu du chat et de la souris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Vivien - Le jeu du chat et de la souris Ven 13 Fév - 20:47

Vivien Louisa Mitchell
let's die together, mi amor
Nom Mitchell, Prénom Vivien Louisa, Date et lieu de naissance 17 semptembre 1995 à New-York, Âge 20 ans, Nationalité Américaine, Origines Anglaise du côté de sa mère, Statut matrimonial célibataire et ce n'est pas près de changer maintenant, Orientation sexuelle hétérosexuelle, Job ou Activié étudiante en droit et serveuse, il faut bien payer son studio, Groupe De ceux qui survivent, Crédits Faust.  

   Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? J'ai déposé le peu de bagages que je pouvais bien avoir il y a environ un an. Le tout tenait dans deux sacs de sport. Toute ma petite et misérable vie, mes espoirs, mes bleus à l'âme et mon cœur brisé. J'ai fuit, fuit ce que j'avais cru être un conte de fée qui peu à peu avait viré au cauchemar. J'ai agit dans l'ombre, j'ai menti, et puis je suis partie comme une voleuse. Il m'a fallu du temps, et pourtant je le sais, j'ai fait le meilleur des choix possibles. J'aurais dû prendre cette décision il y a bien plus longtemps déjà.
   Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Lorsque mes yeux se sont déposés pour la première fois sur la façade de ce vieil immeuble, sur ce quartier et ses gosses paumés qui semblaient hanter chacun de ses recoins j'ai cru me retrouver à nouveau en enfer. Et pourtant, ici j'ai réussi à trouver un endroit où me cacher, où finir par petit à petit me reconstruire, ramasser les débris de mon âme et les recoller petit à petit. On n'oublie jamais les choses, mais on apprend à vivre avec. Le Parking est pour moi synonyme de renouveau. Malgré tout je ne peux m'empêcher de garder certaines mauvaises habitudes, fuir le regard des gens, ne pas leur adresser la parole, sortir et rentrer lorsque je serais certaine de ne croiser personne ou du moins le moins de monde possible. Je suis celle qu'ils ne voient pas et qui ne les voit pas non plus.
   Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Réputation ? Je n'en ai aucune, je suis un fantôme, rien de plus, je suis la voisine dont vous ne soupçonneriez même pas l'existence. Je rase les murs, je pars toujours très tôt pour ne revenir que très tard après mon service. L'ombre de ce que j'ai pu être auparavant, pas un mot, pas un regard. Je suis celle qui sursaute au moindre bruit, celle qui semble fuir tout le monde comme la peste, celle qui tremble lorsqu'une voix d'homme ressemble un peu trop à la sienne. Je suis cette nana qui a seulement l'air d'être habitée par la peur, constante, dévorante, éternellement sur le qui vive, une bombe à retardement prête à exploser à la moindre secousse.


   
feat Luanna Perez-Garraud
Vivien elle a toujours eu ce que l'on appelle un caractère assez explosif, depuis toute petite on arrêtait pas de répéter en riant, que ce petit bout on n'en ferait jamais ce que l'on en voudrait ça non ! Et pourtant ils se sont tous bien trompés ça oui ! La môme dont les nerfs étaient toujours à fleur de peau, prête à exploser, elle a fini par disparaître, par se faire peu à peu dévorer par une seule et unique personne, celle qui a fait battre son cœur. La gamine elle a été partagée, tiraillée entre deux pays, deux cultures qui pourtant ne sont pas si éloignées que ça. Baladée entre l'Amérique et l'Angleterre, entre un père et une mère toujours en conflit, à chercher une manière de la garder la gamine, tiraillée comme une poupée de chiffon que l'on tente de s'arracher, comme deux gamins qui se disputent. Vivien elle a toujours aimé la musique, ça a toujours été ce qui lui a permis de s'évader, armée de son archet, lorsqu'il glisse sur les cordes, lorsqu'elles se mettent à vibrer, elle a comme l'impression que ce sont ses nerfs sur lesquels elle joue, lorsque l'archet glisse, elle s'évade, elle perd pieds, elle n'est plus parmi le commun des mortels. C'est le seul moyen qu'elle a trouvé aujourd'hui comme par le passé pour pouvoir extérioriser. Le son de son violon semblant laisser échapper tous les soupirs de son âme. La jeune fille fume beaucoup trop, entre ses doigts une cigarette est toujours glissée. Une légère fumée s'échappe en permanence d'entre ses lèvres tremblantes, elle préfèrera se priver de nourriture pour pouvoir ne serait-ce qu'avoir ce goût amer et acre sur la langue. C'est comme un mantra, tout fini par se consumer à l'image des clopes qu'elle fume, les bonnes comme les mauvaises choses tout fini en cendres, toujours.   Vivien elle a aimé une seule et unique fois, elle avait toujours vu l'amour comme des mièvreries à n'en plus finir, des mots coulant, dégoulinant d'hypocrisie, enfin jusqu'à ce qu'elle le rencontre lui. Jusqu'à ce qu'elle se fasse elle aussi attraper et que les jours prennent des teintes plus douces à ses yeux. Mais tout le monde le sait, les histoires d'amour finissent mal en générale, et elle, elle n'a pas échapper à cette sordide règle. L'étudiante n'a pas énormément de temps pour elle, le nez toujours plongé dans ses livres de droit, elle rêve un jour de pouvoir travailler au sein d'une section anti-criminelle. Lorsqu'elle n'étudie pas elle passe son temps à servir des gens plus ou moins aimables qui pour la plupart n'ont pas même un sourire à lui offrir, mais tout ça Vivien n'en a pas grand chose à faire. Elle n'a plus vraiment foi en l'être humain, elle n'attend plus vraiment grand chose d'eux, elle se reconstruit pour elle-même, pour ses propres rêves seulement. Un tatouage orne son épaule gauche, cachant une cicatrice qu'elle souhaiterait oublier, "Nevermore" inscrit à jamais dans sa peau à l'encre noire, accompagné d'une plume qui a perdu de sa superbe tout comme elle, parce que jamais plus elle ne sera la chose de quelqu'un. Jamais plus. Vivien, elle ne vit pas, elle survit, elle doit réapprendre à vivre alors qu'elle a plus d'une fois pensé qu'il serait plus simple d'en finir, alors qu'elle a plus d'une fois tenté de mettre fin à tout ça... On la connait bien la gamine à l'hôpital, plus besoin de la présenter, on ne lui demande plus son nom. Elle y a fait tellement d'aller-retour, que ce soit par sa faute ou la sienne à lui. Pourtant un jour elle a bien failli y passer, cette fois-ci elle a bien cru que c'était terminé, mais le destin en a décidé autrement. Elle en gardera pourtant toujours une cicatrice à vie, juste au niveau de l'abdomen, de ce coup de couteau... Ne quitte jamais son taser, après tout la vie lui a appris à se méfier de tout, elle ne veut plus jamais connaître les coups, la peur et la colère qui hurle sans pouvoir arriver à sortir. Le moindre mot suspect, le moindre geste mal interpréter pourrait vous conduire à vous prendre une sacrée décharge, évitez donc de tourner un peu trop autour de la jeune fille... Elle veut revivre, être à nouveau quelqu'un, quelqu'un de bien qui n'aurait pas vécu tout ce qu'elle a pu vivre par le passé. Tout effacer, tout recommencer, alors lorsqu'elle se retrouve obligée de parler à quelqu'un ou d'échanger, lorsqu'elle se retrouve prise au piège sans pouvoir y échapper, alors elle devient Louisa, tout ce qu'elle a toujours voulu, elle peut s'inventer une nouvelle vie, haute en couleur....  
   
   
Tu y as cru, t'as cru à toutes ses belles paroles, pauvre conne, pauvre folle. Tu t'es laissée berner, pourtant tu l'as toujours su que l'amour c'était de la merde, des mensonges, de la douleur, des déchirures. Tu en avais eu l'expérience déjà par le passé, tu les avais vu s'entre déchirer, tu avais vécue ses innombrables disputes, tu avais été trimballée d'un pays à un autre, envoyé valser aux quatre vents... Pourtant t'y as nagé dans ce bonheur, tu as cru que tout le calvaire était fini, que cette stabilité dont tu avais toujours manqué tu l'avais trouvé. C'était magique, c'était tellement fort, c'était comme si tout d'un coup tu avais pu déplacer des montagnes, comme si tu avais pu abattre le moindre obstacle qui se serait dressé devant toi ! Et puis, au fil du temps, le château que tu t'étais érigée a fini par s'écraser au sol, par te faire tomber du haut du dernier étage. Le crash a été violent. Plus violent que tu n'aurais jamais pu l'imaginer. « Hurles pauvre conne personne ne t'entendra ! » cette foutue phrase, elle t'a accompagné pendant des mois et des mois, elle a été la source de tes plus grandes craintes, de toutes tes larmes alors qu'il s'énervait, alors que ses mots plus blessants les uns que les autres, finirent par être remplacés par des coups. L'alcool, non, il n'était pas l'auteur de tous tes maux, une jalousie maladive, oui. Une peur de tu n'aurais su dire quoi, ce besoin de se sentir supérieur, ce revirement total, ce changement radical que tu n'as toujours pas compris, ce sourire qui a fini par se tordre en ce rictus des plus effrayant... Ton corps s'est couvert de bleu, toi pourtant tu tentais de faire bonne figure, cachant ta peur derrière un immense sourire, derrière un maquillage qui une fois qu'il passait la porte ne tenait plus, teintant des joues rosées de longues traînées noires. Tu t'es tu, tu as tout gardé pour toi parce que toi, toi comme une idiote tu pensais que tout ce qui pouvait bien t'arriver tu le méritais parce que lui, il n'aurait jamais fait ça sans raison non. Jamais, et puis tu l'aimais, tu l'aimais à en crever, et si cette fois là il n'avait pas été aussi loin, si cette fois-ci tu n'avais pas failli y passer tu aurais bien fini par y passer.
Tout ton corps te fait un mal de chien, tu ouvres difficilement les yeux, la lumière blanche te les refait refermer prestement. Un gémissement s'échappe d'entre tes lèvres alors que les « bips » des machines branchées à ton corps entier agressent tes oreilles. Ton pouls s'accélère lorsque tu ré-ouvres les yeux et te rend compte d'où tu te trouves une fois de plus. Ta gorge est sèche et tu ne rêves que d'une seule et unique chose, un verre d'eau. Soulever les draps te prends une éternité et chaque minuscule effort te paraît être un calvaire, ton ventre te fait atrocement mal. Un cri te stoppe net dans ton geste « Mademoiselle Mitchell posez moi immédiatement ce drap ! Je vous interdis de bouger vous allez faire sauter tous vos points ! », la voix de l'infirmière visiblement en colère lacère ton crâne, tu lâches le drap et obtempère, tu n'as pas vraiment la force de te battre, tu te sens vidée et fatiguée. « Cette fois c'est la fois de trop, je suis désolée, nous avons été obligés de le signaler ! Vous ne pouvez pas continuer ainsi. Vous rendez-vous compte que cette fois-ci vous avez failli mourir ?! Sincèrement Vivien, je ne vous parle plus en tant qu'infirmière mais comme femme. Vous devez mettre un terme à tout cela. » Des mots, encore et toujours des mots, tu te contentes d'afficher un sourire qui se veut des plus rassurant, mais ici tu ne trompes plus personne. Et même lorsque tu sortiras, lorsqu'il viendra te chercher et semblera à nouveau l'homme le plus amoureux de la terre, il ne trompera plus personne, plus personne à part toi, petite idiote qui t'accroches encore et toujours à tes rêves déjà brisés... Et puis tout a recommencé, encore et toujours, inlassablement la même rengaine qui se répète jour après jour, nuit après nuit. Ta cicatrice n'a pas eu le temps de se refermer entièrement que la voilà de nouveau ouverte, tu as mal, tu n'en peux plus et ce même si ton cœur te hurle une fois de plus d'y croire. Tu es au bord du gouffre, tu n'as plus la force, mais tu continues, oui, tu encaisses encore. Encore et encore jusqu'à ce que tu finisses par craquer, par décider d'enfin agir et peut être même finir par mériter les coups qui pleuvent et que tu as de plus en plus de mal à cacher. Cette fois ce sera la dernière danse, le dernier acte avant que le rideau tombe oui. Il t'en a fallu encore des jours, des semaines de cette vie là, des coups, des cris, des disputes et des pleurs, pour que enfin tu te décides. Pour qu'enfin tu agisses dans son dos. Cette fois-ci tu as décidé de ne plus regarder en arrière, cette fois-ci tu as profité d'une de ses nombreuses nuits qu'il a passé dehors, tu ne sais où, dans les draps de tu ne sais qui pour remplir ces sacs. Pour boucler ton passé et tenter de te forger un avenir, un avenir flou et incertain auquel tu ne crois plus réellement. Tu es montée dans ce taxi, direction le Bronx, direction la résidence des Lilas. Le quinzième étage, au plus près des nuages... Lorsque tu descends du taxi il pleut à torrents, et tu te retrouves vites trempées jusqu'aux os. Un sac dans chaque main et les clefs de ton petit studio miteux coincées entre tes lèvres. Tu peux déjà sentir les regards posaient sur toi, un frisson parcourt ton échine alors que le taxi repart en trombe, semblant vouloir s'échapper de ce qui te semble n'être rien d'autre qu'un trou à rats. Le Bronx, tu connais la réputation du lieux et ne tiens pas à rester une seconde de plus dehors à une heure pareille. Rien ne pourra de toute façon être jamais pire que l'endroit que tu viens de quitter après tout non ? Prenant une grande inspiration, les cheveux collés sur ton front et ton visage, tu prends la direction du hall de l'immeuble de briques rouge. En marche vers ton avenir Vivien, il faut que tu arrives à y croire, à croire encore que la vie peut te réserver de « bonnes » choses... Tu verras, un jour tu recommenceras à rêver.

   
Asaëlle
passe ta souris !
Ahah que dire j'ai comme prénom ma fois peu original Camille, je navigue entre la Côte d'Or et la Dordogne, je vais fêter ma vingt troisième année (mais j'ai encore un peu de répit avant !). Je devrais pouvoir me connecter tous les jours normalement sauf imprévu ! Je fais du rp depuis bientôt dix ans même si j'ai eu une pause de quelques mois pour cause de petits soucis mais l'écriture m'a toujours rattrapé !!


Dernière édition par Vivien Mitchell le Sam 14 Fév - 0:41, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Connasse »
« Connasse »
› Âge : 34 ans
› Appart : Manhattan
› Occupation : Maquerelle
› DC : Al Kelley et Misha Azarov
› Messages : 2567
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: Vivien - Le jeu du chat et de la souris Ven 13 Fév - 20:52

Bienvenue officiellement ! FAN

Notre toute première membre ! OMG je suis trop émue quoi et en plus, tu prends un de mes PV préférés ! T'as tout bon toi en fait ! HOT J'ai super hate de lire ta fiche du coup ! RAH Quoiqu'il en soit tu connais la chason, s'il y a quoique ce soit, hésites pas, on est là pour toi ! JAIME
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10589-ekat-o-letal-blonde


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Vivien - Le jeu du chat et de la souris Ven 13 Fév - 21:00

Je ne dirais pas mieux que MVDD HEHE

Excellent choix, première membre c'est trop de feels 'un coup HAN HAN
Hésite pas si t'as besoin, et garde moi un lien, genre obligé MDR

Et bienvenue, évidemment OMG
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Vivien - Le jeu du chat et de la souris Ven 13 Fév - 21:37

haaaaaaan, ce choix de scéna (puis Luana quoi OMG ) et le début de ta fiche sont géniauuuuux ho bienvenue parmi nous première membre Gold et bon courage pour terminer ta fiche ! pour le reste mes VDD ont tout dit. peace & loveeeee DE CEUX
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Vivien - Le jeu du chat et de la souris Ven 13 Fév - 21:44

Merci pour l'accueil trop d'amour et de pression qui se rajoute SADIQUE !

Jeremiah - Avec plaisir pour le lien !
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Connasse »
« Connasse »
› Âge : 34 ans
› Appart : Manhattan
› Occupation : Maquerelle
› DC : Al Kelley et Misha Azarov
› Messages : 2567
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: Vivien - Le jeu du chat et de la souris Sam 14 Fév - 0:52

VALIDEE !


Ta plume est juste magnifique ma belle ! POTTE
Et pfuuaa pauvre Vivien, elle a subi tellement des conneries sans broncher depuis son enfance, je suis curieux de voir comment elle va faire pour panser ses plaies et sortir la tête hors de l'eau !


Félicitations ! JAIME Tu emménages officiellement au sein du Parking! Tout d’abord, laisse-nous te remercier de t’être inscrit et surtout, d’avoir mené ta fiche jusqu’au bout ! A présent, nous espérons de tout cœur que tu te sentes ici comme chez toi alors si quelque chose ne va pas, si quelque chose te passe par la tête, n’hésite pas à poster dans les Suggestions ou encore nous envoyer un petit MP (évite cependant d’écrire un MP à la concierge, elle n’est qu’un PNJ). Quoiqu’il en soit, tu connais la musique : pour bien démarrer ton jeu, poste ta fiche de liens ainsi que ton portable puis roule ma poule ! DANCE

PS: Pense à bien remplir tous les champs de ton profil, c'est mieux ! blasé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10589-ekat-o-letal-blonde


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Vivien - Le jeu du chat et de la souris

Revenir en haut Aller en bas

Vivien - Le jeu du chat et de la souris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» commentaire La Fontaine le vieux chat et la jeune souris
» Question bête (?) Le vieux chat et la jeune souris
» Mischief, le plus vieux chat du monde ?
» Vends chrysobéryl oeil de chat
» Coup de gueule contre mon chat!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)