Partagez|


Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 19:01

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) J'ai erré New York, endeuillé de Lui et de moi, ayant perdu l'envie de tout, l'envie d'être, d'exister, de rire, de pleurer, de jouir, de m'défoncer. Alors j'ai changé d'appart, d'air, de vie, j'ai changé mon monde et j'ai atterris ici aujourd'hui, quelques babioles au fond d'un carton, un matelas au coin du salon, ni plus ni moins et advienne que pourra.
(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Les autres c'est pas mon truc, je cherche pas a savoir plus. J'viens d'arriver tu sais, dans l'nid des morts vivants, surement. J'ai croisé deux trois visages blasés, tannés, engrangés dans la routine a égrener leur heures sans envie, sans passion. Sans bonheur. Mélancolique. Alors bon. J'sais pas grand choses de mes voisins.
(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Le regard des autres j'm'en suis toujours foutu, j'suis qu'un poème libre sur une page chiffonnée, un truc sans vers, sans rimes, sans rythme, le verbe libre. Ca effraie j'pense, cette liberté que je récupère, ce bonheur  a portée de main. Faut juste oublier les autres. On m'dira taciturne, mystérieux, mal polis, drogué. Je m'en fou. J'suis juste bien et sans soupirs, sans rage, juste un peu tristesse dans un bain d'espoir.

(NOM) Zephyr, entre les cieux et les terres. Entre l'essieu et l'éther(PRÉNOM) Annibal, ca parle d'Hannah, la grâce, et puis de baal, le seigneur. Tu verra qu'ca pue l'ironie, le seigneur ne m'a accordé de grâce que l'écume qui encre mes poèmes. (ÂGE)22 tour de terre, 22 hiver. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) Paris, 11 juin 1995(OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Errance imbibée(NATIONALITÉ) Française(ORIGINES) Franco-Danoise(STATUT CIVIL) Marié au spleen(ORIENTATION SEXUELLE) J'veux juste me perdre au fond des ventres, tant pis s'ils ont des seins, enfanter dans les soupirs qui s'éventent de nouveaux lendemains. Le désir n'a pas de valeurs s'il a des bornes, alors qu'importe que tu sois homme femme ou borgne.  (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Aujourd'hui(REPRISE DU PERSONNAGE) Non, si j'pars, tu pars avec moi.  (GROUPE) Ceux qui rêvent (TYPE DE PERSO) inventé  (CRÉDITS) AMIANTE  

PSEUDO : Abyss/EcumePRÉNOM : AlexÂGE : 21 balaisPAYS : France FRÉQUENCE DE CONNEXION : RégulierCOMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Merci ananasCOMMENTAIRE OU SUGGESTION : on bz? AVATAR : Dimitri Vankerkoven
ANNIBAL ZEPHYR
Je sais c'est triste Mélancolie, mais tu dois partir à la guerre, et si toi t'y vas sans fusil, toi t'auras des fleurs pour la terre - Saez


Requiem.
Mélancolie est tombée un soir
Dans les bras de l’Espoir.
Elle avait vendu ses larmes pour un sourire timide
Un sourire sous acide.
Et les poussières de LSD ont dansées entre ses lèvres languides
Et ses doigts si seuls s’y sont accrochés.
Il était beau Espoir, et puis, il y avait son pote Bonheur qui vendait des ecsta.
Alors Mélancolie elle y a cru tu vois. Elle y a vu une rédemption, quelque chose d’autre que le triste de ses regrets. Et puis, de toute façon, Mélancolie elle avait plus rien a perdre. Elle était vierge Mélancolie, Un peu comme Tristesse avant qu’elle connaisse Amour.
Mélancolie elle a toujours cherché Espoir, dans l’écume de ses pleurs, dans les fonds d’ses regrets, dans tout ce qui fait ce qu’elle est, et a tous sourires qu’elle croise elle s’y invente le beau rêvé.
Alors Espoir est n’importe qui pour elle, et surtout celui là,
menteur anonyme,
masque cacochyme.
Il la regarde comme un bout d’viande, elle y voit une étincelle, l’ancre d’un amour peut-être ?

Elle y voit, naïve, l’échos de ses prière perdues,
Celles-là qu’elle mime le soir, quand elle s’échappe avant minuit du bal des pendus.

Aux sangs du monde, aux cimetières sans jardins, Mélancolie c’est perdue, ce soir sans lendemain.
Il a posé ses lèvres quand elle a commencé a avoir chaud, toxique seront ses heures, gigotant, sur l’échafaud.
Ainsi tombent les masques, Espoir et Bonheur sont ombres, sévices des enfers.
Elle a rien vu v’nir encore, trop pressée d’être heureuse,
et dans la fumée acide, elle geint, la malheureuse.
Quand ils viennent et qu’ils repartent,
entre ses jambes qu’ils écartent.
Et voila que se déchire la dentelle.
Mélancolie pleure, et dieu qu’elle est belle
. Coule, beau rimmel,
sourire démaquillé, émaciée, le pale tranché,
quand les trait se plissent, quand la douleur se glisse,
et voilà que Malheur baise la pauvre mélancolie,
et voilà que le Faux  Bonheur, se branle pour rester polis,
sans toucher, juste pour voir,
la pauvre perdre pied et oublier Espoir.
Encore un rêve qui s’étiole,
encore un corps qui s’abandonne.
Et sur ses ailes le poids du monde brisera son dos.
Puisque que le Faux Espoir est au fond de son ventre
et qu’il infante en secret le Mal qui s’éventre.
Fleur noir sur le blanc de jais. Fleur blanche sur le noir de neige.

Mélancolie se perd et devient Désespoir. A plus jamais, un jour de gloire.


Une graine sous la terre,
quelque part, dans le cimetière
Dans les épaves de la pureté
De l’enfance désossée, déchiquetée.
Une graine sous la terre
Quelque part, dans ce désert
Aride sans avenir, émotion sans perception
Croit.

Chrysanthème au soir du monde, qui perce de ses pétales le ventre trop rond
Enfant de lune, enfant du soir.
Fils du malheur, mais c’est lui Espoir.
Enfant de larmes, de sangs et de cris
Enfant soupir, enfant maudit.
Un miasme, une mycose.
Le fruit d’un amour menti sur un amour forcé.
Enfant d’encre, dans la mer qui gronde.
Maman n’aimera pas ce déchet immonde
Et grandira dans la honte, caché, honteux.
L’enfant du malin, l’Espoir obséquieux.

Elle l’a appelé Annibal, puisqu’elle c’est faite bouffée.
Il l’appellera Salope, puisqu’elle ne l’a jamais aimé.
C’est moi ce gosse, cette flétrissure, cette fissure
L’enfant Espoir de Mélancolie.
L’enfant du noir et du blanc qui s’est noirci.

Ma vie a coulé, c’est passée, elle est tombée.

Ma mère Mélancolie dans ses alcools et ses dentelles,
Pute des soir sans anathèmes.
A offrir ce cœur vicié et suintant a tout les faux Espoirs qu’elle en tisse en amant.
Elle croit qu’elle aime, ils croient qu’elle veut, au fond elle épanche son malheur affreux.
Celui de n’être que le fruit de la déception absolue, ce genre de personne qui un jour a trop cru
Qu’on avait l’droit d’être heureux et que les gens était bons.

Maintenant il n’y a plus que le vin qui est bon.

Ce vin qu’elle laisse couler entre ses seins immenses, pour qu’on vienne y laper sa peine en semence
Et qu’on s’enfonce au fond d’elle sous les tanins bordeaux
Qu’on déchire encore la dentelle, qu’on la rende un peu plus marteau.
Ses jambes en l’air je les ai tant vu
Moi j’ai vu ma mère entre quatre hommes nus a geindre, a redemander, a supplier la bite sacrée de baptiser son visage lacérer des baisers acides des bouches avides. Moi j’ai vu une femme n’être qu’une ombre puis plus rien, l’ombre de son ombre, l’ombre du rien.
Moi j’ai grandit seul avec des rêves dans la tête
Espoir pendu a mes poèmes que je jette.
Moi j’suis parti un jour de pluie elle a pas vu elle s’en foutait. J’avais jamais eu d’amis, en vrais j’avais vraiment existé. J’n’étais que l’ectoplasme de la déception, mais j’avais des rêves.
Oui j’avais des rêves maman, juste, que tu vienne le soir,  que tu glisse tes doigts peints en noir sur ma joue, que tu m’dise que tu m’aime et que tu me fasse un p’tit bisou. Pour que je ferme mes yeux et m’endorme avant d’entendre ton corps plié sous les ordre. Mais pour bonne nuit je n’avais que des verres brisés sur le sol. Alors ma mère a été la mer, c’est elle qui me console.

Tu sais quand j’étais triste, j’allais voir l’océan, je m’enfonçais dedans, qu’il fasse chaud ou froid, et même quand la neige parait son écume d’un blanc mort, moi j’allais dedans. C’était la Seine, mais pour moi c’était l’Océan.

On m’a fait partir de la maison de maman, avec d’autres gosses d’autres mélancolies brisées par d’autre espoirs masqués.
Et là j’ai éclos, j’ai su qui j’étais, j’ai goutté le monde, la vie, j’ai appris qu’on pouvait m’aimer.
Y avait cet autre gosse qui changeait de lit pour dormir avec moi. On se serrait l’un contre l’autre, pour se sentir deux, pour pas être seul face au noir, on a été seul trop longtemps, nous, les p’tit Espoirs. Alors on dormait en se chuchotant nos rêves.
Pour la première fois j’étais heureux.
Les années ont passées, et puis le boom boom a commencé, la tekno folle sous les sols de Paris, hardcore, tribecore, et plus si t’as envie, la drogue, le sexe, le monde de l’artifice, et l’espoir d’une route, a tailler dans le vice. A tracer, a n’être plus que les citoyens du monde. Alors on est parti. Le gosse est moi qui avions grandit, dans l’même camion on c’est tiré. A travers l’Europe on a tracé.

Juste la route a manger,
Le bitume a laper
Citoyen du monde
Sans frontières ni barrières
De la neige jusqu’à la mer
L’horizon pour seule maison
Juste, tracer ma route, notre route, tirer des lignes sur la carte des hommes, chercher le bonheur, laper la liberté jusqu’à s’y noyer.
J’ai fumer le hash a dam
J’ai pris l’acide a Berlin
J’ai couru le speed de Varsovie
J’ai plané et voler
J’ai couru toujours plus loin.
J’ai manger les kilomètres quand vous autres mangiez vos heures de boulot
Au fond d’la mer, en haut d’la terre, j’ai bu la vie au goulot.
Mais espoir ne rimerait a rien si il pouvait être atteint.

Alors malheur s’abat.

La mort.  Le visage est blême, il ne rayonnera plus. Et on ira pas en Amérique, il verra pas les caraïbe. On baisera pas dans l’sable du Nevada, et pis, on s’embrassera pas en haut des Baobabs. Nous qui rêvions d’Afrique. On foulera pas cette terre rouge et on respirera pas l’odeur des peaux noires que le soleil tanne, on dansera pas autour du feu quand  les femmes maquillées de couleurs ocres feront onduler leur poitrine libre dans l’air du soir.
La mort. Juste un virage, au coin d’une route, juste un dérapage, puis le feu.  Le besoin d’oublier après. De pas chercher, d’avancer, d’oublier qu’j’ai aimé, d’oublier qu’j'ai eu des rêves a deux, recommencer seul, comme quand j’étais petit,
fuir l'Europe, le monde, les hommes, le camion mort au coin d’la route,
fuir sa tombe en Damoclès, fuir la douleur au fond du ventre, moi qui malgré les coups d’la vie avait toujours été heureux,
fuir ces cris au fond d’ma gorge,
fuir l’aboulie qui m’dévore,
fuir l’envie d’partir d’la vie,
fuir la terre et la mer, et le ciel, et tout,
fuir au plus loin des choses, au milieu de l’océan, sur ce pauvre voilier volé, structure désossée sous les vagues du pacifique,
fuir la réalité, boire, boire, boire, sans s’arrêter, lâcher le gouvernails, dériver.
Fuir le vent qui se lève, quand les vagues font des montagnes.
Fuir l’eau qui s’abat, le bateau qui chavire.
Fuir la chance et ce putain de navire qui me repêche.
S’endormir et le revoir à travers les néons du rêve.
Entendre les sirènes, entendre la ville gronder.
Sortir et ne pas savoir où aller.
Voler. A l’ancienne, voler et bouffer.
Chercher d’l’argent par tout les moyens.
Oublier qui je suis, oublier que j’ai toujours été heureux.
Oublier, lui, et puis la route, et puis nos rêve.
Se fuir soi même.
Arriver dans ce taudis, cet appart' gangrène, prison du blasphème, et tourner en ermite de solitude dans la plus grosses ville du monde.
Puis s’éveiller peu à peu.
Revenir.
Se remettre.
Trouver un autre appart puis vivre à nouveau. Recommencer a rêver.
Tu sais, « qu’importe les guerres en chemins, de tout cimetière nait un jardin »(saez)








 



Dernière édition par Annibal Zephyr le Mar 21 Juin - 17:18, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 20:03

Allez, allez. T'es beau, tout ça, tout ça. J'suis contente, parce que j'ai même pas essayé de te convaincre pour que tu débarques. (En plus, tu m'as même pas prévenue, ça se fait pas. Surprised ) Du coup, voilà. Surprised Surprised Surprised
Finis ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas


En ligne
avatar

« doudou-peluche »
› Âge : 22 ans
› Appart : #208
› Occupation : Plume d'Or.
› DC : La ptite biche (Bambi) et la pute déguisée en danseuse (Iris)
› Messages : 1144
› Nombre de RP : 10

Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 20:10

Eh bien, si je pensais te voir ici un jour. (En plus j'avais pas capté que t'étais bad.blood Stan MDR )

En tout cas t'es beau, tout l'reste, ta plume m'a manquée (un peu, je vois déjà tes chevilles gonfler), et on dirait pas comme ça mais je suis un mélange bordélique de fangirl / panique qui m'empêche de faire quoi que ce soit à part d'attendre ta réponse à mon mp. MDR

Hâte de voir ce que tu nous as concocté, Alex. :PERV:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t4006-kyllien-les-gens-sont-c


avatar

« la cicatrice. »
› Âge : à peine dix-neuf ans, déjà un pied dans la tombe.
› Appart : #1505, tout en haut près des étoiles et du vide. sûrement plus pour longtemps, l'appartement ne se paye pas tout seul, et coma l'est. seul.
› Occupation : lycéen en proie au redoublement. passeur de drogues en voie de reconversion sans parvenir à revenir dans le droit chemin. ancien petit protégé du clan. ninja pro qui boîte un peu. en formation dans le garage de tatie deirdre quand il n'est pas trop occupé à ne rien faire. songe à devenir pute, pour que le suçage de bites devienne rentable. sans avenir notoire, il va sûrement finir dans le caniveau.
› DC : /
› Messages : 1721
› Nombre de RP : 8

Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 20:12

moi j'te connais pas
mais ton perso a l'air chouette d'avance
réserve moi un lien posé dans ta p'tite tête NIARK

(STATUT CIVIL) Marié au spleen
trop d4rk


(personnage à l'hôpital #teamboulet)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5324-coma-les-soupirs-et-les


avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #522 avec son homme, pas loin de la famille
› Occupation : Infirmière diplômée
› DC : Lizz & Drill
› Messages : 1345
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 20:31

Bienvenue parmi nous CUTE
Ta plume est juste trop belle OMG BRILLE


❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2061-aliah-vouloir-vivre-par


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 20:51

Merci bien.
Attends, j'ai vien lu TETSU LA

TETSU GENRE TETSU LA VRAIE TETSU?

OMFG
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« la cicatrice. »
› Âge : à peine dix-neuf ans, déjà un pied dans la tombe.
› Appart : #1505, tout en haut près des étoiles et du vide. sûrement plus pour longtemps, l'appartement ne se paye pas tout seul, et coma l'est. seul.
› Occupation : lycéen en proie au redoublement. passeur de drogues en voie de reconversion sans parvenir à revenir dans le droit chemin. ancien petit protégé du clan. ninja pro qui boîte un peu. en formation dans le garage de tatie deirdre quand il n'est pas trop occupé à ne rien faire. songe à devenir pute, pour que le suçage de bites devienne rentable. sans avenir notoire, il va sûrement finir dans le caniveau.
› DC : /
› Messages : 1721
› Nombre de RP : 8

Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 20:54

(la seule l'unique, fais gaffe elle va plus se sentir après)


(personnage à l'hôpital #teamboulet)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5324-coma-les-soupirs-et-les


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 20:56

J'crois qu'elle est partie se changer là Smile
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« The Dog »
› Âge : 37 ans
› Appart : Appart #1202
› Occupation : Gérant de la maison close Le Moine, Parrain de la mafia Bartolotti
› DC : Jefferson
› Messages : 1265
› Nombre de RP : 11

Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 21:25

Bienvenue !! Superbe plume, c'est vraiment agréable à lire ! J'ai hâte de te voir en jeu toi et ce joli personnage rêveur ^^
Bon courage pour le reste de la fiche ! (et superbe avatar au passage ! I love you )


....
C'est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases.
Je suis un Super Héros:
 

Bartolotti For President !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t4871-nero-the-dog


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 21:29

Merci!!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 21:34

J'ai lu parce que quelqu'un m'a dit que t'écrivait chouette
Et c'est vrai que t'écris chouette BRILLE
Bienvenu! Et au plaisir d'écrire ensemble BRILLE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 21:43

Merci hadès. J'adule ton ava btw!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 21:46

Merci BRILLE
J'aime bcp le tien aussi :hihi:
On pourra causer liens si tu veux :hihi:
Revenir en haut Aller en bas


En ligne
avatar

« doudou-peluche »
› Âge : 22 ans
› Appart : #208
› Occupation : Plume d'Or.
› DC : La ptite biche (Bambi) et la pute déguisée en danseuse (Iris)
› Messages : 1144
› Nombre de RP : 10

Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 21:55

Annibal Zephyr a écrit:
Merci bien.
Attends, j'ai vien lu TETSU LA

TETSU GENRE TETSU LA VRAIE TETSU?

OMFG

Z'avez vu comment on m'adule ?
Jsuis contente de te retrouver grand fou AS
Coma tg, pour une fois qu'on m'aime CORRECTEMENT Surprised

PS: c'est moi qui t'ai fais de la pub auprès d'Hadès en plus, hein que tu m'aimes :hihi:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t4006-kyllien-les-gens-sont-c


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.) Lun 20 Juin - 21:55

Avec plaiiiiiiiiiiiiiiisir! <3
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.)

Revenir en haut Aller en bas

Annibal (Et si c'est l'univers qui pleurs, fais des déserts des champs de fleurs.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Voyage virtuel univers Celestia
» Vidéo "Aux confins de l'univers"
» Notre petite planète dans l'univers, on est si peu de chose ! ca fait presque peur !
» Vidéo montage photo "Hubble vue de l'univers"
» Les univers adjacents

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)