Partagez|


Yann Nielsen • Boulevard of Broken Dreams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Yann Nielsen • Boulevard of Broken Dreams Dim 15 Mai - 0:39

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?)Il est arrivé au parking il y a déjà sept ans, faute de mieux. Il avait refusé l’offre de son frère d’aller vivre chez lui et n’avait qu’une pension de guerre minime pour vivre. Depuis, c’est comme si le temps s’était arrêté. Rien n’a changé, si ce n’est la perte tragique et honteuse de son frère et sa femme. Les petites sont venues avec lui, même si c’était pas une bonne idée. Et la vie suit son cours, tandis qu’il reste là, à regarder les jours passer sans sembler y trouver de prise.

   (Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) L’immeuble est dégueulasse, c’est pas pour rien qu’il ne voulait pas prendre les petites avec lui (bon ok, c’était pas que à cause du Parking). Quand aux gens qui y vivent, il ne sait pas. Ca va, ça vient, certains sont là depuis longtemps comme lui mais est-ce que ça a vraiment de l’importance ?

   (Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Il n’en sait rien et préfère ne pas le savoir.
Yann est vu comme le bon voisin, plutôt discret, plutôt poli, qui fait pas d’histoires de manière générale et vous aidera à monter vos courses dans l’escalier si besoin. Certains le voient juste comme un paumé parmi tant d’autres, d’autres le plaignent, à cause de la cécité de Ludwine, d’autres encore le respectent d’élever ainsi les filles de son frère. Il y a aussi les idiots qui bavent sur le dos d’Isa et se disent que c’est un gros chanceux, de se taper des jumelles comme celles-là. Très rarement, des bruits courent sur des services rendus à l’étranger et une blessure de guerre. Et parfois, on se demande c’est quoi son problème quand il réagit bizarrement.


(NOM) Nielsen (PRÉNOM) Yann (AGE) 36 ans en 2015 (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) Né un trois mars à  Uppsala  en Suède (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) militaire de l’ONU, c’est ce qu’il est toujours dans sa tête, c’est ce qu’il est, c’est sa vie. Sauf que non, c’est plus sa vie et depuis, il n’arrive pas vraiment garder un emploi stable. (NATIONALITÉ) Suédoise ; il a obtenu une carte américaine grâce à son frère (ORIGINES) Suédoise (STATUT CIVIL) célibataire(ORIENTATION SEXUELLE) Il était hétérosexuel. Maintenant, il accepte quiconque veut bien de quelqu’un comme lui (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) 1998(REPRISE DU PERSONNAGE) Non (GROUPE) il survit, difficilement (TYPE DE PERSO) ancien scenar (isa nielsen) (CRÉDITS) AMIANTE

PSEUDO : Pink Unicorn GE : fin de vingtaine PAYS : Fr <
AVATAR : Jamie Dornan
YANN NIELSEN
I walk this empty street on the boulevard of Broken Dreams
Once upon a time
David et Yann, inséparables. Toujours à se couvrir l’un l’autre. Toujours à se chercher des poux. Toujours à faire des conneries. Le bon temps. Les fjord suédois, leurs racines, leurs premiers amours, qui à ce moment-là semblaient devoir être toute leur vie.


Dream big
Mais l’un comme l’autre avait des rêves bien plus grand, bien plus beaux. A dix sept ans à peine, malgré de bons résultats scolaires et des tonnes de possibilités, Yann s’engage dans l’armée suédoise. Il veut aider. Il veut servir à quelque chose. Il veut faire une différence dans ce monde. Non, l’armée n’est pas la guerre. L’armée est aussi la paix. L’armée est aussi la main tendue. Et son rêve, à lui, c’est de la tendre à l’infini.


Be proud
Une fillette sur chaque genou et le sourire au lèvre. Les petites ont sept ans et Yann a terminé son premier déploiement. Isa et Ludwine le regarde comme un héro. Il est fier. Il est heureux. Malgré les images sordides qui ne le lâchent pas. Il sait que ce qu’il fait est bien. Il sait qu’il s’agit là de son destin, de ce que Dieu a voulu pour lui. Il sait qu’il fait une différence en ce monde et les questions de ses nièces le confortent dans son choix, même s’il ne répond pas toujours franchement, choisissant avec soin ses anecdotes.


Don’t scream, don’t cry
Un nouveau déploiement de trois ans, c’est tout ce qu’il avait voulu. Mais aujourd’hui, il ne peut que se réveiller en criant, tentant d’alerter Nichols en hurlant pour se réveiller seul dans son lit miteux. Rapatrié, il avait quitté la Suède pour aller plutôt se réfugier à New York, le seul endroit qui ait une signification pour lui, simplement car son frère y vivait. Mais comment pouvait-il se présenter ainsi devant les petites ? Comment pouvait-il souiller cette belle famille pleine de bonheur avec ce qu’il était devenu ? Avec ses cris, ses larmes, avec cette angoisse et cette violence  qui lui collait à la peau et ressortait par tous ses pores ? Alors, il avait trouvé un immeuble au surnom stupide, le Parking, où il aurait de longues heures pour s’apitoyer sur son sort, pour cauchemarder, pour pleurer, pour gémir de douleur autant qu’il en avait besoin. Et David viendrait tenter de lui faire remonter la pente à chaque fois qu’il le pourrait...

   
Survival
David et Alisha, partis en fumée. Plus personne ne passait. Plus personne ne le houspillait et ne l‘encourageait à rejoindre un programme. Il n’avait pas été là quand tout s’était passé. Peut-être aurait-il dû. Peut-être que le but même de tout çaavait été d’être là, ce jour là, pour intervenir, pour…. A quoi cela servait-il de penser ainsi ? Il n’avait pas été là. Bien trop occupé à ronger sa peine en solitaire, dans son taudis. Aujourd’hui, il quittait son appartement pour trouver celui de l’étage du dessus. Un truc un peu plus grand. Une chambre de plus, c’était bien le minimum vu l’âge des gamines. Il venait de se rendre compte qu’elles avaient grandi. Qu’elles étaient des mini-femmes, déjà. Des mini femmes sans personne dans l’univers. Comme lui. Il n’avait pas eu le choix que de les prendre avec lui. Alors, ensemble, ils seraient de ceux qui survivent.






Anecdotes


(un) Yann est né en Suède où il a vécu jusqu’à la vingtaine. Il a été élevé dans la foi avec son frère aîné David, dont il était très proche et vers qui il avait l’habitude de se tourner au moindre problème.
(deux) C’était un ado puis un adulte très actif, très sportif. Ce qu’il préférait était les sports de plein air et les sensations extrêmes. Voile, escalade, course, canyoning, surf. Il a également pris goût plus tard aux trucs du type saut en parachute, grâce à l’armée.
(trois) Il a spécifiquement fait carrière dans l’armée pour aider son prochain et participer à des opérations de maintien de la paix et d’aide aux populations. Son rêve s’est réalisé très vite. Bien vu par ses supérieurs, il n’a pas manqué de recommandations pour entrer au service de l’organisation des nations unies et être déployé à l’étranger sur plusieurs missions de quelques années chacune.
(quatre) Son choix de carrière lui a valu d’énorme tension au sein de sa famille croyante et très pratiquante, qui ne comprenait pas ce qu’il essayait de faire. Pourtant, ce n’est pas ça qui l’a poussé à couper les ponts avec ses parents. La goutte d’eau de trop a été de les voir commencer à persécuter son frère car il avait mis sa petite amie enceinte hors mariage. Les deux frères ont vite fait leur choix, se soutenant l’un l’autre, choisissant de fonder leur propre famille, et ce, ensemble comme toujours.
(cinq) Yann est un grand romantique. Il a toujours rêvé de trouver l’amour, d’élever des enfants et de vivre un bonheur simple avec eux. Cependant, son choix de carrière lui a valu plusieurs déceptions amoureuse, des dératées qui lui ont fait comprendre qu’il ne pourrait jamais tout avoir. Il s’est persuadé que cela était mieux ainsi, qu’il ne voulait pas que ses enfants grandissent sans leur père à la maison. En vérité, cela aurait probablement été un des grands regrets de sa vie.
(six) Cependant, sa vie a pris un tour imprévu. Yann a été blessé lors d’une mission pour l’ONU au Soudan, lors de la guerre du Darfour : un de ses compères a sauté sur un engin explosif ; il y a alors perdu sa jambe droite (il porte une prothèse fémorale depuis). Cet évènement a marqué la fin de sa carrière militaire, pas tant à cause des séquelles physiques que celles laissées dans son esprit.
(sept) Son corps porte les marques des éclats de shrapnel qu’il a essuyé. Cependant, ceux qui ont eu l’occasion de voir ces séquelles sont très peu nombreux. Très conscient de ce qu’il est devenu, dégoûté par lui-même et par les images que lui renvoie son propre corps, Yann ne se dévoile jamais vraiment. L’ombre est devenue sa meilleure amie, tout comme ces jeans trop épais qui lui permettent de cacher sa prothèse.
(huit) Il est encore hanté par ce qu’il a pu voir lors de ses déploiements à l’étranger, ce sont des images qui vous poursuivent toute votre vie. Mais il est plus particulièrement traumatisé par ce qu’il s’est passé suite à cette fameuse explosion. Pourtant, sa carrière c’était son rêve, sa mission de vie, et il n’a plus rien à quoi se raccrocher depuis qu’il l’a perdu.
(neuf) C’est la faute d’un psy, s’il a été remercié et radié. Ce n’est pas du tout parce qu’il l’a envoyé chier, qu’il a injurié. Ce n’est pas du tout à cause de la violence qui brûlait en son sein. Ce n’est pas du tout à cause de son incapacité à parler de ce qu’il s’était réellement passé ce jour-là.
(dix) Il a sombré dans l’alcool pour oublier qu’il n’est maintenant plus rien, puis la drogue qu’il prenait légalement pour apaiser les douleurs dans sa jambe est devenue une nécessité. Il a commencé à en prendre pour tenter de dormir. Puis tenter d’oublier. Il n’en est jamais sorti depuis.
(onze) Il était très croyant avant qu’il ne perde tout : sa vie et celle de son frère. Suite à la mort de David et Alysha, il a dû prendre en charge ses nièces, à contre coeur. Pas parce qu’il ne les aimait pas mais parce qu’il savait qu’il n’était pas le gardien approprié, trop occupé à ramasser ses propres morceaux. Les filles ont insisté pour rester auprès de lui plutôt que d’aller vivre chez leurs grands-parents qu’elles ne connaissaient même pas. Il ne comprendra que bien des années plus tard qu’elles ne voulaient simplement pas le laisser seul avec ses démons.
(douze) Yann aime ses nièces de tout son coeur mais cela ne suffit effectivement pas à faire de lui un bon tuteur légal…  Il est brisé, c’est tout. Mais il essaie, à sa manière. Il ramène parfois des bricoles aux soeurs juste pour leur faire plaisir, quand c’est pas cher ou à donner. Il s’appuie beaucoup sur Isa pour gérer la maison. L’argent, les courses, la nourriture, le linge, tout ça.
(treize) Des sursauts de bonnes volonté le secouent parfois et le poussent à sortir, se trouver un énième job dont il se persuade qu’il fera tout pour ne pas se faire virer cette fois. Il aide alors les filles, diminue ses prises de drogue. Et puis un élément déclencheur ou simplement la lassitude arrive et balaie tout sur son passage.
(quatorze) Persuadé de ne plus rien valoir, de ne plus être possiblement désirable, Yann couche avec à peu près n’importe qui lui faisant du rentre dedans explicite, trop heureux qu’on puisse seulement vouloir de lui. Cependant, il ne drague jamais lui-même, et ses coucheries (peu fréquentes disons-le) prennent souvent un tour étrange quand il refuse de se déshabiller ou d’être touché au niveau des jambes. Le plus souvent il s’arrange pour ne plus revoir la personne qui lui a fait l’honneur de bien vouloir le toucher, de peur de s’entendre poser des questions auxquelles il n’est pas en capacité de répondre.
(quinze) En réalité Yann n’a que peu de désir sexuel, enterré dans les effets de la drogue qui anesthésie son esprit et son corps. Cette dernière a d’ailleurs d’autres effets indésirables sur son corps, allant de difficultés respiratoires qui se manifestent parfois à des troubles de l’éjaculation.
(seize)  Malgré ce manque de réel désir sexuel, il lui arrive parfois d’aller se perdre dans les bras d’un(e) prostitué(e). Il ne s’agit cependant pas que de répondre à un simple besoin sexuel dans ce cas, mais surtout de combler son manque viscéral de contact humain. Le besoin d’être touché, de toucher. De s’oublier dans d’autres bras, de rêver.
(dix-sept) Ses crises de panique, d’angoisse, de colère, de violence se sont extrêmement atténuées avec les années. Refusant de revoir un psy malgré qu’il en ait normalement l’obligation, il a appris à s’auto-gérer, la plupart du temps, à rester calme ou à s’appaiser tout seul. Mais il arrive encore parfois qu’un contact mal placé ou qu’un élément rappelant à sa mémoire ne le fasse partir au quart de tour et ce n’est pas toujours très joli à voir. Aussi, il a parfois encore des réactions imprévues, un sursaut, un recul qu'on ne comprend pas et qu’il s’efforce généralement de camoufler.
(dix-huit) Il en a honte mais il lui est arrivé de voler dans le porte feuille d’Isa pour acheter sa came quand la pension d’invalidité était déjà bouffée. Cela explique peut-être à quel point il a mal pris d’apprendre que cette dernière ne faisait pas que travailler dans la restauration pour payer ses études. Il s’en est voulu à mort d’apprendre que son inaptitude à prendre les choses en mains (à te prendre en mains) avait conduit Isa à se prostituer
(dix-neuf) Afin de protéger les filles, Yann prendra la douloureuse décision d'appeler ses parents, avec qui il avait coupé les ponts : ses nièces sont ce qui lui reste de plus précieux, alors il s'en sépare....

(vingt)  Et puis il y a eu le 31 décembre 2015. Il y a eu Lhaar.  ♦

Revenir en haut Aller en bas

Yann Nielsen • Boulevard of Broken Dreams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Yann ♦ Boulevard of Broken Dreams
» Boulevard des Pyrénées
» Vu du ciel - Emission de Yann Arthus-Bertrand
» Home, le film de Yann Arthus-Bertrand
» THE BROKEN CROSS (La croix cassée) par Piers Compton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)