Partagez|


lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 15:15

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Non, tu n’es pas né ici. Mais tu t’en bats les reins. Le parking est ta maison, au même titre que celui de ta mère. En effet, celle-ci est née et a grandi dans le Bronx. Cependant, elle est l’une des rares qui a réussi à s’en détacher. Elle a pris son envol. Toutefois, à la mort du père de Lucky, elle a perdu son énergie et est revenue ici. Il avait alors quatre ans. Autant dire que son emménagement, il ne s’en rappelle plus, et que pour lui il a toujours connu les quatre murs de l’immeuble du parking, et que l’Écosse n’a jamais existé à ses yeux.

  (Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Le parking, c’est un monde un peu à part. Ni mauvais, ni bon, juste la face pourrie du monde. Pour le meilleur comme pour le pire, t’en fais partie. Tu fais partie des murs, de la décoration. Tu ne portes pas vraiment de jugement dessus, tu fais ta vie avec, parce que c’est un fait, tout rationnellement, tout simplement. Parfois c’est un peu dur, quand tu sais que t’aurais pu devenir un grand médecin, mais que t’es coincé ici. Ou quand tu vois ce que la pourriture a pu faire à ta mère, et ta sœur. Mais tu vis avec, parce que, ouais, tu n’as pas vraiment le choix. Mais t’es un mec rationnel, un peu positif quand même, et tu ne te morfonds pas sur ton propre sort.

  (Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Lucky, c'est le mec bien. Le british du quartier, à l'accent très prononcé, qui reste gentleman et respectueux en toute circonstance. Il plait, Lucky, avec sa tête atypique. On aimerait bien l'avoir dans son lit, ou être comme lui. Grande intelligence, que ce soit simplement au quotidien, ou dans des choses plus intellectuelles, il sait se démarquer. Caractérisé par son flegme britannique, il reste l'un des rares à encore faire la distinction entre le bien et le mal, tout en jouant avec cette limite.

(NOM) mobray. nom difforme que personne ne sait trop vraiment comment prononcer. tu ne l’aimes pas, ton nom. il est moche. il est contrefait. il ne veut rien dire. il n’a même pas un grain de poésie. même avec un accent américain, il sonne toujours horriblement britannique. cependant, tu essaies de la porter avec fierté, malgré les moqueries de tes camarades ou de certains crétins, parce que c’est un des rares héritages qui te reste de ton père. (PRÉNOM) lukael. c’est quoi encore ce truc ? dérivé excentrique de lucas et de luke. choix un peu barge de son père, qui, apparemment, n’aimait pas faire les choses comme les autres. merci papa. toutefois, c’est un peu trop dur à porter. alors de tous, tu es connu sous le nom de lucky. surnom ironique que tu t’es toi-même octroyé. ça te colle à la peau, tel un mauvais pet, mais t’apprécies le cynisme. (ÂGE) un peu trop mature pour ton âge, t’as tout juste vingt huit ans. comme tous les gamins du parking, t’as connu une vie trop dure pour un mec qui n'est même pas encore trentenaire. alors t’as été forcé de grandir un peu trop vite. tu buvais et fumais avant l’âge. mais ce n’est pas seulement cela. tu as aussi une famille à t’occuper. t’es peut-être pas crédible dans le rôle de chef de famille avec ta bouille de bébé, mais t’es un mec capable, solide, et on peut compter sur toi.  (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) toi t’as failli ne jamais voir le jour, comme si dieu t’envoyait un signal, même avant que tu sortes du ventre de ta mère, pour te prévenir que le monde était pourri. ouais, t’as montré pour la première fois ta petite bouille un vingt-neuf février. y a pas que ton nom que tu aimes faire dans l’excentricité. toi qui hais les anniversaires, les fêtes en tout genre, t’aurais pu au moins avoir le réconfort de n’avoir à le célébrer que tous les quatre ans. mais non, les gens s’entêtent à te le souhaiter tous les ans. en général ce n’est que paroles, même pas forcément de gâteau et encore moins de cadeau, mais t’y peux rien, tu n’aimes pas cela. t’as jamais connu, mais ta première maison était à skyfall en écosse, un bled paumé au moins d’une rivière insignifiante créant des marécages dégueulasses. non, ta mère a beau y être encore un peu attaché, t’y retourneras jamais. et pourquoi faire ? ‘façon t’en as aucun souvenir. ce lieu t’est totalement inconnu, à tes yeux. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) au qi hors pair, toi t’aurais aimé aller à l’université. mais quand tu es un habitant du parking, ce n’est pas trop possible. alors t’as fini le lycée, avec des notes excellentes, et tu t’es lancé dans plein de petits boulots. t’as dealé un certain temps, mais tu n’aimes pas trop vendre des saloperies à autrui. alors t’as mis ton corps sur le marché un certain temps aussi. mais c’était pareil, c’est dégradant et pas stimulant intellectuellement. passionné de photographie depuis des années, t’as décidé un jour de te lancer. alors t’es photographe de situations. tu écoutes sans cesse la radio pour savoir si un truc de ouf se passe, accourt sur les lieux, et essaie de vendre aux plus offrants tes clichés. ouais, tu fais un peu un remake de night call. mais tu ne peux pas faire que cela, t’aurais jamais assez d’argent. retombant dans l’illégalité, t’es chimiste, tu fabriques toi-même certains médicaments. tu n’aimes pas trop, mais putain tu dors sur un matelas de billets verts après. puis ça te donne de l'occasion de le revoir. lui. l'homme. encore et encore. (NATIONALITÉ) la vérité ? tu ne sais même pas, et tu t’en bats les reins. es-tu toujours britannique ? si oui, à savoir si tu es écossais ou anglais… ou alors ta mère a changé tous ces papiers administratifs à deux balles en arrivant ici ? quoique cela t’étonnerait, à l’ouest comme elle est… de toute manière, anglais ou américain, ça ne change rien. toi, t’es un gars du parking. point barre. (ORIGINES) avec ton accent à couper au couteau – d’ailleurs c’est quoi ce délire ? tu habites le bronx depuis presque toujours et t’as jamais réussi à parler comme les autres –, ton nom à trois francs six sous, même les gens qui ne te connaissent pas savent que tu es un british. tu ne t’en caches pas, c’est un peu ton étiquette, et tout le monde est connu pour quelque chose dans le parking, alors tu fermes ta gueule et tu portes tes origines. (STATUT CIVIL) ce n’est pas que tu sois un gros connard, au contraire t’es vraiment plutôt un mec respectueux, tu n’as jamais réussi à t’attacher. ouais, tu les fais tomber les gonzesses et les mecs, mais toi, un peu spectateur de ta propre vie, tu les voyais défiler dans ta vie sans jamais que tu es envie de t’accrocher à une de ces personnes. tu n’es pas un don juan des temps modernes, t’es juste ainsi, comme une méduse qui vogue au rythme du courant des vagues qui s’écrasent sur le plage. ainsi, profitant de ton pare-feu sentimental, tu t’es longtemps fait payer pour donner et recevoir du plaisir. aujourd’hui t’as complètement arrêté. sauf pour un. ouais, la fatalité arrivé. tu t’es attaché à un de tes anciens clients. si tu n’avais pas eu de nouvelles pendant des mois, tu l’as recroisé par hasard, et t’es complètement tombé sous son charme. alors tu fais semblant de continuer tes affaires pour pouvoir continuer à coucher avec lui. puis maintenant y a cesare aussi. qui te fait légèrement palpiter le cœur. drôle de sensation. (ORIENTATION SEXUELLE) gentleman à toute heure, tu t’en fous que la personne en face de toi soit une femme ou bien un homme. t’aimes les belles formes féminines comme masculines. ouais, toi t’es bisexuel, t’apprécies la beauté telle qu’elle est. pour dire vrai, tu ne t’es jamais trop posé la question. t’es au dessus des conventions et attitudes sociales. tu te contentes de mener ta vie, sans te mettre des bâtons dans les roues, et tu t’acceptes tel que tu es. c’est bien plus simple ainsi, n’est-ce pas ? (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) t’es pas né ici, mais c’est tout comme. tu ne te souviens même pas de ton emménagement au parking. d’après ta mère tu es arrivé dans le bronx lorsque t’avais quatre ans. mais pour toi ça ne compte pas. t’es d’ici, bordel, malgré ton accent à la con, et rien n’y changera. (REPRISE DU PERSONNAGE) vu que c'était déjà mon ancien personnage, et qu'il a été mis en scénario à ma suppression, ma réponse est toujours positive. (GROUPE) comment dire que t’es pas forcément le mec le plus optimiste du monde, mais t’es pas non plus celui qui a perdu espoir en toute chose. pour toi, même si tu connais pas forcément l’extérieur du parking, le monde est ce qu’il est, et faut faire avec. ouais, tu es de ceux qui vivent. t’as pas grand espoir de t’en sortir, parce que tu as un fardeau sur les épaules, malgré que tu les aimes, mais dès que tu pourras tu t’envoleras. (TYPE DE PERSO) compliqué MDR . inventé par ma petite tête. remis en scénario par lawrence. (CRÉDITS) AMIANTE & odistole.

PSEUDO : les enfants de la balle. ou djesus getnaked. PRÉNOM : swann. ÂGE : bientôt la majorité universelle. PAYS : france. FRÉQUENCE DE CONNEXION : tous les jours dès à présent. merci les vacances. COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : pffiou. je m'en souviens plus. COMMENTAIRE OU SUGGESTION : toujours aussi bandant. AVATAR : tim roth young.
Lukael « Lucky » Mobray
YOU WERE THE SHADOW OF MY LIGHT
all the voices in my mind. calling out across the line.
tell me when it kicks in. i saw scars upon her.
tell me when it kicks in. broken hearted.

(vie de famille) un mélange de mélodrame et d’humour noir de dieu, tu n’es pas né avec une petite cuillère en argent dans la bouche. des parents qui avaient tout fait pour s’en sortir, des efforts réduits à néant avec la mort du père à la guerre. de retour au parking. une mère à moitié toxicomane pour survivre à cette vie de chien, soumise à son salopard de copain violent. une petite sœur malade, affreusement asthmatique. des coups et des bleus pour ta mère. des insomnies et des cauchemars pour ta sœur. et toi au milieu, qui essaie de les aider, les porter, les supporter. (l’homme) un hasard, une rencontre, un destin. tu ne l’avais jamais vu auparavant. mais depuis quelques jours, il venait de plus en plus souvent. qu’est-ce qu’il s’est passé dans sa vie ? un accrochage, des conversation, la proposition. tu as couché une fois avec lui. puis, plus rien. tu l’as revu des mois après, pour un tout autre job. ses yeux, son aura… tu l’as reconnu de suite. lui aussi. tu n’échanges plus ton corps contre de l’argent, mais tu fais croire que si, pour continuer à mélanger ta sueur avec la sienne, dans des chambres d’hôtel en chaleur. (la différence) un qi à l’égal de celui d’einstein. des notes excellentes au lycée avec tant de facilité. la capacité à résoudre la moindre des équations, réparer n'importe quelle bécane, aider aisément intellectuellement autrui. cette non destinée à continuer tes études après le baccalauréat, pour devenir par la suite un grand scientifique, parce que tu es coincé au parking à t’occuper de ta famille dans le besoin. (la séduction) un britannique qui plait énormément. peut-être à cause ton atypisme, tes yeux verts profonds, ou ton accent anglais, d’un regard tu fais fondre et glousser toute une bande de gonzesses. ou peut-être à cause de ta réputation vraie de gentleman. oui, bien que tu sois un homme et que tu aimes les plaisirs de la chair, sans omettre le fait que tu ne t’attaches pas facilement, tu n’oublies jamais de traiter avec respect les gens avec lesquels tu couches. un verre de rouge, une rose, une robe de chambre, une douche, un bisou, un au revoir. oui, le fait que les femmes aiment les bad boys n’est qu’un mythe. (le vice) un paquet de cigarettes le matin, un autre le soir, et un dernier la nuit. une clope pour le mauvais temps, une clope parce qu'on t'emmerde profondément, une clope après l'amour, une clope à cause de ces connards accros aux médicaments. si sherlock holmes excite ses capacités intellectuelles avec de la cocaïne, toi tu atténues ton parfois trop grand q.i. avec le tabac. et du tabac uniquement. (l’essai) un départ. une fois. une fois seulement. à l’instar de ton père, t’as voulu faire la différence. petite envolée de rébellion adolescente, t’as voulu donner un sens à ta vie, lui trouver un but, plus seulement accepter le fait qu’elle ne se rythme qu’au parking. alors à la fin du lycée t’es parti. ouais. prédispositions intellectuelles, des mois d’efforts musculaires, tu t’es enrôlé chez les marines. mais tu n’y es resté que six mois. oui, tu as abandonné, contre ton gré. tu n’étais pas mauvais, au contraire, tu faisais partie des meilleurs de ta classe. mais ta mère a littéralement pété un câble. plus de fils. plus d’image forte pour soutenir la famille. plus de fils. il part mourir sur le champ de guerre comme son père. plus de fils. alors t’es revenu. t’es bloqué ici, pour de bon. (âme perdue) un passé un peu illégal. tu n’en es pas vraiment fier, mais parfois les possibilités sont vraiment réduites au parking. quand t’as commencé à grandir, à avoir conscience des réalités, tu t’es aperçu que tu devais aider ta mère financièrement. pas beaucoup de possibilités. alors, ouais, cliché, mais tu t’es mis à vendre de la drogue. au début tu faisais ça pour dépanner un copain, du shit et de la marijuana tout simplement. puis t’as vu que ça payait bien, alors tu t’es mis à ton compte. puis les gens te demandait si t’avais de la coke, puis de la mdma, puis de la lsd. alors ouais, tu restais un peu commerçant, mais t’as étendu ton champ de vente. tu n’as jamais touché à rien. un joint tous les trente-six du mois. aujourd’hui t’as tout arrêté, et c’est mieux comme ça. tu n’aimes pas dans quel état ça met les gens. (l’éternité) un peu poète, le temps qui passe trop vite, cette envie d’avoir des étoiles plein les yeux. très jeune tu t’es mis à la photographie. pas assez littéraire pour savoir écrire lyriquement correctement, pas assez artiste pour savoir dessiner comme il faut, t’as économisé pendant des mois durant pour acheter un appareil photo de merde. mais ça t’a plus. alors t’as renouvelé l’expérience, une fois, deux fois, trois fois. ouais, c’était cool. tu ne montrais pas encore tes photos, mais ça faisait des souvenirs, pas seulement de moments mais aussi d’émotions. alors t’as investi dans un meilleur appareil photo, un argentique même. et au lycée t’as commencé à développer ta passion. aujourd’hui c’est ton boulot. à l’instar du film night call, tu écoutes la radio, nuit et jour, à la recherche d’un moindre événement choc pour te précipiter sur les lieux, photographier la situation avec ton appareil photo numérique, et vendre les clichés aux chaînes tv les plus offrandes. (la noyade) un boulot qui ne paie pas assez, obligé de retomber dans, peut-être ce que tu fais de mieux, mais aussi dans l’illégalité. ouais, ton client pour qui tu as craqué, c’est un patron d’une grosse entreprise pharmaceutique. il connaît tes capacités en chimie. c’est un peu un escroc, et il veut rendre ses clients addicts. alors entre drogues et médicaments, quand il te fait commande, parfois t’essaies de fabriquer chimiquement tout cela pour lui convenir. c’est pire, mais ça marche encore mieux que dealer. (la rédemption) un tatouage, un autre par-là, et un dernier ici. tu possèdes en tout trois tatouages, un peu effacés parce que faits par un pote. t’allais quand même pas payer pour qu’on te scarifie. ce qu’ils signifient ? c’est abstrait, mais c’est fait exprès. tous en liens avec ton passé, un regret, un événement, un souhait. presqu’un mini journal intime sur le corps, c’est en tout cas une partie intégrante de ce que tu es. (la cicatrice) un accident, une fois, tout con, pas de ta faute. toi tu roules en voitures depuis que tu as seize ans. t’adores ta bagnole rétro, que tu as acheté à un prix exorbitant. t’es un conducteur hors pair, tu n’as jamais rien eu à te reprocher. mais une fois t’as eu un accident. ce n’était même pas ta faute. deux cons en scooter qui roulaient beurrer, à contre-sens. toi-même un peu fatigué, au sens littéral du terme, t’as pas eu le réflexe, à la vitesse de la lumière, de tourner subitement. tu l’as fait, mais légèrement trop tard. un est mort. l’autre est en fauteuil roulant. et toi t’as une cicatrice au niveau de l’arcade sourcilière. (la fratrie) un amour de petite sœur. elle est née ainsi, la pauvre. des poumons en mauvais état. elle a failli ne pas naître du tout. une césarienne, d’urgence, et quelques semaines avant sa date préjugée de naissance. finalement elle a vécu, ta mère aussi. tu l’adores ta petite sœur, même si c’est vrai qu’elle est fragile. mais tu t’en fous. tu feras tout pour elle. raison de plus pour la protéger. oui. tu l’aimes plus que tout. (le rêve) un hobby qu’est d’observer les étoiles. t’es insomniaque, alors autant faire quelque chose de constructif une fois que tu rentres tard chez toi. tu te poses sur le toit de ton immeuble, seul. tu t’allonges, et observes, quand elles ne sont pas cachées à cause de la pollution, ces innombrables étoiles qui peuplent le ciel. toi, t’y crois, à la vie alien. en même temps, pourquoi seriez-vous les seuls à vivre dans tout l’univers. non, ça ne tient pas. et tu t’imagines t’envolant là-bas, au loin, voyageant sur les nombreuses planètes. (la vie) un mec sociable, que tu es. que ce soit sexuellement, amoureusement, et même amicalement, t’es vraiment un mec plutôt apprécié. alors t’as pas mal de copains, de meilleurs amis aussi, des frères de cœur comme tu dis. tu traînes avec eux, un peu n’importe où dans le bronx. tu parles, tu ris, tu fais comme si tu n’étais pas piégé ici avec eux. ouais. qu’est-ce que tu seras sans eux ? un mec intelligent sans personne. super. (lucky) quatorze amis, c’est beaucoup sur les doigts d’une main. treize nuits par semaine à observer les étoiles. douze battements de ton cœur à aimer ta petite sœur à l’infini. onze mois à regretter l’accident qu’il s’est passé. dix pensées à peut-être te faire un nouveau tatouage. neuf regrets que tu mets sur ton boulot de fabrication de médicaments. huit passions que tu respires en faisant de la photographie. sept verres de whisky pour oublier ton passé de dealer. six petites croix que tu as fait sur ton destin de marine. cinq paquets de clopes tu dois encore acheter ce soir. quatre femmes viennent te faire les yeux doux, mais ce soir tu préfères repartir avec l’homme. trois personnes viennent de te complimenter sur la démonstration physique que tu viens de faire. deux soirs que tu passes, heureux, dans les bras de ton homme qui n’est pas proprement tien. un début de vie qui a su prédire le restant de la tienne. zéro autre personne comme lucky. 
 



Dernière édition par Lucky Mobray le Lun 18 Avr - 13:36, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 16:07

Bienvenue au Parking ! Hâte de découvrir ce personnage
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 16:15

Bienvenue toi HAN
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 16:45

BONJOUR T'ES BEAU JE TE KEN HOT HOT HOT FAN
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 45 ans
› Appart : 1210
› Occupation : Médecin légiste dans le commissariat du coin
› DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie
› Messages : 2313
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 17:28

Bienvenue parmi nous, super choix de scénar HAN



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 17:32

bienvenue parmi-nous CUTE CUTE
(lie to meeeee FAN I love you )
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 17:37

merci les coupains CUTE .
J'TE KEN ESMERALDA AUSSI ! SURTOUT BONNASSE COMME TU ES.
et oui. je saurai quand vous mentirez MIAOU .
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 17:57


ça y est je suis tout chose, tu m'as tué. UH
je ne pouvais rêver meilleur dimanche bordel à cul de pompe à chiottes (désolé, le bonheur me rend vulgaire) OMG
je suis affamé, j'ai hâte de lire tout ça :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 18:03

je suis moi-même tout émoustillé CUTE . ça fait trop du bien de revenir et en plus avec un tel rpgiste qui a pris mon scénario, je OMG .
(j'aime quand tu es vulgaire, ça me s'excite MIAOU ) (puis merci l'expression MDR )
pour l'instant j'ai repris mon ancienne fiche. pour l'histoire je vais réécrire CUTE .
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 18:26



au moins on est deux. yaaa gardons nous l'orgasme létal pour plus tard, quand les choses sérieuses auront commencé.
(je note PERV) (j'en ai encore des tonnes en stock MIAOU)
aucun problème, j'ai dévoré ta première fiche, tellement merveilleuse qu'elle était OMG
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 23 ans
› Appart : 1203, douzieme étage
› Occupation : étudiante en sciences anthropologiques, barmaid au lumignon blanc
› DC : Aliah & Drill
› Messages : 1310
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 18:33

Re-bienvenue parmi nous si j'ai bien compris alors MIAOU


Des fois, tu te sens sirène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5347-lizz-nager-dans-l-ombre


avatar

› Âge : vingt-sept ans
› Appart : #1401 - 14e étage
› Occupation : je me suicide à petit feu.
› Messages : 3631
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 18:34

Bienvenue au Parking :l: :l:



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 18:41

Rebienvenue !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 18:43

merci à vous tous CUTE .

owi. et je réclame un rp dès que je serai validé Twisted Evil . t'as vraiment pas le choix pour le coup MIAOU .
arrête. rien qu'avec tes compliments tu es capable de me faire grimper aux rideaux.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte. Dim 17 Avr - 19:02


cela va de soit bien entendu, je vais nous préparer tout ça. NIARK
stoppe donc, tu vas me tuer avant l'heure, on va pas aller très loin comme ça toi et moi. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte.

Revenir en haut Aller en bas

lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» lucky - ni salaud ni honnête, ni un héros ou un insecte.
» L'honnêteté est chose de plus en plus rare
» Newman, un homme qui cherchait la vérité avec honnêteté
» Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens
» Test d'honnêteté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Azur fête ses 30 balais pity party (groupe)