AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ugo — de ceux qui prennent plaisir à faire mal.



 

Répondre au sujet Partagez|


ugo — de ceux qui prennent plaisir à faire mal.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar

› Âge : vingt-six années rongées par sa folie meurtrière
› Appart : #717 la frangine envolée, éclatée dans les rues du Bronx ou ailleurs et lui seul dans un trop grand appart
› Occupation : il a abandonné la drogue, les contrats sanglants, traqué par les gros poissons qui veulent écraser la vermine
› DC : Riley la camée aux dessins morbides
› Messages : 1529
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: ugo — de ceux qui prennent plaisir à faire mal. Dim 17 Avr - 15:01

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) La taule ça t'a bien handicapé pour le reste de ta vie, pas de travail, pas de logement stable du coup. T'as trouvé ton pied au Bronx, la ville où t'as grandi mais pas exactement au même endroit. Le Parking, c'est là où tu crèches, là où tu laisses la vie s'écouler en t'enfonçant toujours en peu plus dans le noir de ton âme pervertie, dans le fléau qui habite en ton sein et dévore toujours un peu plus l'humanité dont tu manques déjà cruellement.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Tu te fais connaître comme le type violent qui s'retrouve toujours avec des coups et les phalanges esquintées, t'es le type qu'on voit se balader la nuit dans les couloirs parce que t'es encore resté trop longtemps chez ta proie. On te voit mais on s'approche pas, on t'voit mais on te parle pas. On te parle pas sauf pour les pochons de rêve que tu revends, on te parle pas sauf tes conquêtes qui te crachent des insultes à la gueule parce que t'as pas rappelé où parce qu'elles pensaient que c'était sérieux. Toi tu t'en balances, tu vis pas pour faire copain-copain. Tu détestes ça. Peut-être autant que cet immeuble. Mais c'est mieux que rien, non ?

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Ugo il est beau, Ugo il est fringuant. Ugo il a ce sourire qui fait froid de le dos, des lèvres qui mordent et des mains qui agrippent, qui déchirent et qui brisent. Ugo il est dangereux, bancal et nocif. Il a toujours le glock coincé dans le fût, il a toujours les mains occupées à passer les pochons de drogue, à prendre des vie ou défoncer des mâchoires, à se balader sur les corps frêles. Ugo il est mauvais, faut pas s'en approcher si on veut pas s'brûler.



(NOM) Garcià comme une trainé de poudre qui s'articule sur les bouches des catins du quartier, des queutards de l'immeuble. ça claque sous la langue, ça danse et ça s'élance (PRÉNOM) Ugo, la sale bête, l'ordure. celui qu'on veut pas connaître, celui qu'on évite pour pas se noyer dans ses yeux fous, pour pas finir avec des bleus partout. (ÂGE) vingt-cinq hiver, des années de délinquances derrière lui, il y'a bien eu une pause en taule mais il a rapidement repris les bonnes vieilles habitudes ce salaud (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) vingt-cinq janvier 1991 (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) il refile des petits pochons qui vendent du rêve, qui pourrissent la santé et aime se faire payer pour faire plus que défoncer des mâchoires. rien de bon quoi (il enchaîne aussi les boulots histoire de répondre quelque chose quand on lui demande ce qu'il fait dans la vie c't'ordure) (NATIONALITÉ) double nationalité, américaine et colombienne même si sa gueule n'a rien de ricain (ORIGINES) colombiennes de la madre, de l'une des seules femmes que qu'il a jamais aimé. américaines de son estupido de père, un homme riche il paraît. un homme qu'il traque pour savourer la douce fierté de voir une balle dans son foutu crâne (STATUT CIVIL) célibataire, queutard, salopard, infidèle. il est le type qui vient butiner les corps de ses victimes et qui s'envole rapidement pour retrouver son lit, vide (ORIENTATION SEXUELLE) la compagnie des femmes, leurs jolies courbes et leur cruauté quand elle exercent sur lui, leur charme redoutable (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) c'est vers 2013 qu'il a posé ses valises dans son appart vide et moche (REPRISE DU PERSONNAGE) oui si ça vous plaît CUTE (GROUPE) DE CEUX QUI VIVENT (TYPE DE PERSO) inventé (CRÉDITS) AMIANTE, CYCY-CYCY (image), DCENCY (gif), FAUVE (citation)

PSEUDO : hurricanee PRÉNOM : Nora, bitches ÂGE : bientôt dix-huit ans, l'âge con PAYS : la bière les frites et l'chocolat, Belgique FRÉQUENCE DE CONNEXION : tous les jours normalement (plus souvent présente le week-end) COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : en cherchant "DE CEUX" de Fauve COMMENTAIRE OU SUGGESTION : jvousbz AVATAR : Jon Kortajarena
Ugo Aiden Garcià
J'suis un voyou c'est comme ça qu'on dit

(UNO) le père. Le prince charmant, l'homme à marier, l'américain pur et dur avec l'argent plein les poches et les canines brillantes. Dangereuses. Elle te disait que tu lui ressemblais beaucoup. T'as les mêmes yeux, le même sourire et la même tendance à fuir les problèmes trop gros. Il était beau, ton père et elle l'aimait, ta mère. Elle en est tombée amoureuse trop vite, trop tôt et il s'est cassé trop vite, trop tôt. Ce n'était qu'une aventure de quelques petites années qui ont conduit à la naissance de deux enfants maudits. (DOS) la mère. Elle était si belle, la madre. Elle était ta vie, ton combat contre le mal qui voulait s'emparer de toi, de ton âme dépravée. Elle est partie, envolée, la madre. C'était bien trop difficile de vivre d'un chagrin d'amour, de se faire troncher par des hommes violents et complètement cons qui n'égalaient pas ton estupido de père. Elle était pas faite pour cette vie et elle a préféré abandonner tout de suite, la madre. (TRES) la sœur. Vous vous êtes très vite retrouvés livrés à vous mêmes dans un Bronx sale et dangereux. T'as rapidement pris les rênes de la famille, fallait se nourrir, fallait se loger. C'était dur. T'avais pas d'autre choix que de sombrer pour en revenir avec les billets plein les poches. Puis quand elle te demandait l'origine de tout cet argent, tu changeais de question, tu parlais d'un bon travail que t'avais déniché ou ce genre de conneries facile à avaler. Fallait survivre, t'aurais tout fait pour elle. T'en es devenu lourd, violent et possessif. (CUATRO) les amis. T'as dû grandir trop tôt, trop vite et t'as pas vraiment eu le temps de t'en faire si ce n'est les petites merdes avec qui tu traînais pour récupérer un peu de leur argent quand tu faisais leur boulot chien. T'as rapidement compris qu'on ne pouvait compter sur personne après avoir vu ce qu'ils ont fait à un de leur membre. C'est toujours mieux de rester seul, là on te fait pas de coups fourrés sauf si tu le décides. (CINCO) le deal. C'était ton gagne pain et ça l'est encore. C'est tellement facile de faire passer ces petits pochons dans les mains des pauvres victimes de cette substance. C'est tellement facile d'avoir les poches remplies d'argent sale mais que tu chéris comme personne. Même si ce trafic t'as emmené loin (trop loin), il t'a sauvé la vie alors que le destin tentait de t'écraser de ses sales pattes. (SEIS) la prison. Boum boum. La sentence, la privation de liberté pour un deal qui a mal tourné. Boum boum. C'est le bruit du marteau qui tape contre ta vie qui s'écroule. Au revoir sœurette, t'étais tout ce que j'avais. Boum boum. C'est l'instant ou t'as su que t'allais devoir te battre pour la retrouver, ou t'allais devoir te battre pour te faire respecter. Boum boum, c'est les années d'enfermement qui te sont venues en pleine face et t'ont giflé violemment. (SIETE) les filles. T'en es complètement fou mais t'es jamais parvenu à en garder une. T'as jamais eu de véritable relation saine. T'as jamais eu de relation digne d'en être une. Nan toi t'aimes pas les voir heureuses, tu veux pas qu'elles t'aiment. Tu veux qu'elles soient folles de toi à s'en arracher les tripes, de ta brutalité et ta folie meurtrière. Tu veux les voir pleurer sous ta dominance violente et rendre toujours un peu plus terne, l'espoir dans leurs yeux. (OCHO) les mensonges. T'as jamais su être honnête, toujours à préparer un coup fourré en faisant mine de dire la vérité. Un tissu de mensonge sur lequel tu t'es bâti. Tu t'es égaré dans le fil de tes mots faux et t'as paumé la vérité dans tout ça. Peut-être que tu veux juste pas la voir. Peut-être que c'est trop dur d'être honnête. (NUEVE) les meurtres. Tu t'es découvert une véritable passion pour le sang, pour les armes et ce qu'elles infligent à tous ces cadavres au sol dont tu es le bourreau. T'es un meurtrier sans limite, un meurtrier qui tue pour tuer. Ces vies n'ont pas d'utilité parce que désormais, c'est toi le plus important. (DIEZ) la folie. Folie qui dérange, folie qui blesse, folie qui tue. T'es un fou furieux, tu t'en rends compte quand tes mains n'épargnent pas la vie de tes proies, quand la douleur d'avoir ôté la vie ne te fais pas bruler les tripes. Quand tu ne ressens plus rien, plus rien d'humain ne serait-ce que la haine qui coule dans tes veines sans moyen de l'extérioriser. (ONCE) la cigarette & l'alcool. Ils sont tes meilleurs amis, tu ne passes pas une journée sans ton verre de Whisky et ta clope du matin. Elles t'ont toujours accompagné et ce, encore pour un moment. T'en as besoin, t'es accroc. (DOCE) les tocs. Tu refuses de voir du désordre, maniaque de la propreté. T'as horreur de voir de la vaisselle sur le plan de travail, ça te rend fou, vraiment. Et y'a ce petit truc incontrôlable que tu fais quand tu commences à voir rouge, quand ton ne sang fais qu'un tour et que ta mâchoire se contracte. Tu fais tapoter tes doigts contre ton jean pendant un moment avant de finir par exploser. C'est une manière à toi pour garder le contrôle, en vain. (TRECE) la domination. T'es un dominant de nature, tu laisses pas place à quelqu'un qui voudras te faire redescendre de ton piédestal. Tu te refuses à laisser l'autre prendre le contrôle parce que t'as besoin de te sentir puissant. T'as besoin de sentir que tu maîtrises le jeu et que rien ne te dépasse. Mais ça te dépasse toujours, tout ça parce que t'abuses chaque fois un peu plus qu'avant. (CATORCE) la guitare. Tin tin. Le bruit des cordes contre tes doigts habiles. Tin tin. Le son animal qui sort du bafle et ta tête qui bouge au rythme de tes doigts. T'en joues comme tu respires, qu'elle soit électrique ou acoustique. T'aimes le son que ça produit, ça t'apaise, ça te fait rêver. Puis c'est toujours cool de dire qu'on joue de la guitare. Nan ? (QUINCE) les livres. On a beau dire que t'es qu'une coquille vide qui se pense plus intelligente qu'elle ne l'est, t'aimes te cultiver. Et quoi de mieux pour se cultiver que les livres ? Ton appart en est rempli, de ces petits bouquins. Autant t'aimes passer tes soirées en boîte, autant tu préfères te caler dans le canap' à lire un bon vieux classique de King.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5441-ugo-de-ceux-qui-prennen

ugo — de ceux qui prennent plaisir à faire mal.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pour ceux qui prennent des versets hors contexte et sans explications
» Question sur La guerre dans le christianisme
» Millepertuis ou Herbe de la Saint Jean
» L'anti-coagulant PRADAXA sur la sellette en N.Zélande!
» Prière à réciter chaque jour pour se purifier

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: De ceux qui ont succombé :: Les Locataires du Parking :: Les Dossiers Approuvés-
Répondre au sujet
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)