Partagez|


Nana (j'porte les ecchymoses façon cosmos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Nana (j'porte les ecchymoses façon cosmos) Mer 13 Avr - 23:59

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Nana elle est arrivée comme on entre chez soi. Pourtant elle habite pas au parking, elle habite nul part. Elle planque son accordéon dans la laverie le plus souvent. Elle laisse ses affaires sous l'escalier. Elle squatte dans l'immeuble. Tout le temps. Du premier au dixième elle fait le tour des portes. Et elle recommence.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Elle est (pas) du genre attachante, plutôt du genre attachée. Nana elle peut être collée, collante des fois. Quand elle tombe amoureuse d'un voisin pour la troisième fois (de la journée). Elle les aime bien les voisins Nana. Les vieux sans âge avec leurs veines palpitantes qui secouent l'immobilité, les grands yeux rouges flippants des camés, le cliquetis rassurant des talons aiguilles, les peintures de guerres rouges et violettes qui circulent dans le parking. Et parfois, parfois le cosmos bleui qui s'étale sur les pommettes d'un voisin, ou au bout des phalanges d'un gamin de seize ans. Et Nana elle contemple avec fascination ce déambule de gens.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Nana c'est le pluriel que les enfants oublient. C'est les grands ratés que font son cœur atomique quand ses grands yeux noirs croisent un regard dans le couloir. Elle est de ceux qui n'existent pas vraiment Nana. Elle a l'âme vrillée, le cœur liquide. A force de regarder les gens lui éclabousser de l'amour sur les pieds comme s'ils ne l'avaient pas vue. A force d'effacer les gens de sa tête comme si elle ne les avait jamais connus.  

(NOM) Salmon, c'est le nom de la gamin-béton, celui de la fille-accordéon, ça résonne sur le trottoir. Ça résonne contre le béton acéré, larmoyant, maladif. Poussiéreux, tout plein de rêves chutés, tout plein de gens qui n'existent plus. (est-ce qu'ils ont existé ?) (PRÉNOM) Nana. C'est quoi d'abord, c'nom à la con? Ce crétin a raison, Nana c'est pas un nom. Pendant un temps elle trouvait qu'il y avait quelque chose de plus a s'appeler pas comme tout le monde. Quelqu'chose en plus mon cul ouais, y a qu'deux pauvres lettres. (ÂGE) dix-neuf ans. Nana c'est une gamine, et parfois on dirait une grand-mère. Nana elle fait pas vraiment la différence. Et a dire vrai, elle ne compte plus les bougies depuis un moment. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 31 décembre, à New-York (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Travailler c'est emmerdant, ce qu'elle aime Nana c'est voler au secours des grand-mères sur les passages piétons, regarder les gens éclabousser de l'amour sur ses pieds, s'accroupir le long des trottoirs pour jouer de l'accordéon en regardant les centimes s'accumuler dans son gobelet McDo en carton. (NATIONALITÉ) américaine (ORIGINES) origine béton, ils disent que son cercueil sera en carton (STATUT CIVIL) écrire ici (ORIENTATION SEXUELLE) Ben y'a Al et ses yeux, et puis Menma, Oscar, Marshall parfois, Bébé, Sway de la lune et y'a grand-mère aussi. Et puis le chien. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) un an (REPRISE DU PERSONNAGE) non. (GROUPE) De ceux qui rêvent (la vie en couleur parce que c'est le secret du bonheur) (TYPE DE PERSO) inventé ou scénario. précisez le créateur pour le deuxième (CRÉDITS) AMIANTE Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis.

PSEUDO : brisehash PRÉNOM :  Cool  ÂGE : dix-huit ans PAYS : Bretagne  héhé  FRÉQUENCE DE CONNEXION : 8/7 COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : heu je sais plus je suis là de puis perpette moi les gars COMMENTAIRE OU SUGGESTION : vous êtes beaux   AVATAR : Ksenia Vasylchenko
NANA SALMON
tu as fini d'être une gamine. Tu n'as plus d'âge ; tu pourrais avoir quinze ou cinquante ans, c'est pareil. Tu es une femelle et tout le monde s'en fout. - Bernard-Marie Koltès

BONJOUR J'M'APPELLE NANA
Nana elle comprend pas toujours très bien les histoires de politesses, les codes sociaux tout ça, elle pige pas trop. Elle passe son temps a toquer au portes pour demander un asile pour la nuit, y a ses portes régulières, et les grandes inconnues, celles où elle frappe bonjour, j'm'appelle Nana j'peux dormir chez toi?. Ya le grand clac habituel de la porte qui fait trembler les murs. Elle comprends toujours pas pourquoi les gens font ça. C'est vrai quoi elle a dit bonjour, elle a donné son nom. Y'a un autre truc à dire? Nana elle dit merci quand il faut dire pardon, elle s'offusque pas qu'on la siffle ou qu'on lui lance le spirituel hé mademoiselle. Nana elle voit pas la différence. Après tout qu'est-ce qu'on s'en fout.  

HYPERVENTILATION
Nana elle joue de l'accordéon dans la rue. N'importe où. En plein milieu des passages piéton si ça lui chante, parce qu'elle fait ce qu'elle veut et qu'elle se rends pas toujours bien compte que c'est pas très malin. Et puis ça mets l'accordéon en hyperventilation, ça fait tourner son palpitant dix fois plus vite quand ils braquent leurs yeux dans les siens, ça fait comme si on lui branchait un ampli. Son cœur métronome, et elle remue les doigts, ouvre les bras grand, inspire en même temps que l'instrument et expire en refermant. A en asphyxier la terre.    

J'TAGUE LES SERVIETTES EN PAPIER
Elle écrit un peu, rien de transcendant, rien de beau, juste des mots de traviole sur un ticket resto.
Elle dessine un peu, rien de fascinant, pas de talent, juste une orgie de ratures au dos des factures.

-PHILE
Nana elle aime beaucoup de choses. Beaucoup de gens la captivent. Beaucoup de trucs la fascinent. Les bruits, les sons autour ça l'obsède. Ceux dont on ne fait rien.
Sur ses genoux le claquement de ses mains,
le bruit du voisin qui baise encore de l'autre côté de la salle de bain.
Et puis les gens aussi, les paumés, les gens défaits, les fatigués, éclopés, les tordus, elle adore les regarder, creuser les cratères, retrouver des étoiles sous la poussière. Au fond elle est seule nana, c'est p'têtre pour ça qu'elle s'obstine a s'intéresser aux gens, pour s'donner l'impression qu'il n'y a pas que des ombres autour d'elle. Nana elle aime. Je t'aime. Je t'aime. Je t'aime? Avec un point d'interrogation grand comme l'univers à la fin. Qui demande et toi?

-PHOBE  
Nana elle déteste le superficiel, la couche de vernis, la couche de crasse,
qui recouvre les gens comme si c'était une carapace.
Elle déteste les enfants, elle préfère les vieux avec des rides taillées au cutter, et les grands violents violentés, les douces silhouettes des femmes qu'elle ne sera jamais.
Elle aime les bleus, les grands scarifiés, elle trouve ça joli. Mais le sang, le sang ça lui donne des hauts le cœur, des envie de gerber.
Et puis l'café aussi. Elle déteste. ça sent trop l'insomnie, ça a ce goût trop amer que les petites filles détestent.  

NOIRE NUIT
Nana elle a peur du noir. Elle est de ces petites filles qui n'ont jamais réussi à échapper à l'angoisse de la nuit. Qui ont peur que ça ne se rallume jamais, ou de se perdre.

FUGUE EN NA MAJEUR
C'est la reine de la fuite Nana. Courir entre les voitures, courir entre les patés de maisons, courir entre les gens, entre ceux qui comptent et ceux qui ressemblent juste à des ombres sans visages dans sa vie. Mais ce qu'elle préfère c'est courir dans les escaliers du Parking, à toute allure, dégringoler les étages vitesse-lumière. 

ENTRE DEUX GALAXIES
Nana elle traîne entre la gamine qui veut vieillir et celle qui ne veut pas grandir. Nana elle reste coincée entre l'ado et la femme. Coincée entre les baskets et les talons. Coincée entre les gens qu'elle connaît et ceux qu'elle a choisi de ne plus connaître. Entre le trottoirs et les portes d'entrées. Entre regarder les garçons et les laisser la tringler. Coincée entre deux galaxies comme si elle ne savait pas choisir. 

AMNESIQUE-MECANIQUE  
Nana elle se fabrique un genre d'amnésie, une mémoire sélective. Elle sélectionne les souvenirs, elle trie les gens. Elle jette au tapis ceux qui sont trop laids ou bien trop beaux pour exister. Parfois elle prends son regard vide de gamine détraquée demande "qui es-tu toi?" devant quelqu'un qu'elle veut juste effacer. C'est pourtant simple. A force de faire ça y a souvenirs qui s'effilochent, qui se détricotent, qui se démembrent avec le temps. A force de faire ça, y a plus beaucoup de monde dans les souvenirs de Nana. Et ça fait déjà un moment que sa mémoire ressemble plus à un trou béant, terrifiant, ou a une crevasse vertigineuse qu'à du papier blanc.
Mais c'est pas si grave. Et puis elle préfère les souvenirs des autres. Les souvenirs des autres c'est fascinant.

JE SAIS PAS JE REVE
Nana elle sait pas nager mais elle rêve d'avoir un vélo. Nana elle sait pas cuisiner (elle squatte chez McDo ou chez ta mère la plupart du temps), mais elle rêve de voir un orchestre, un vrai de vrai. Nana y'a plein de trucs qu'elle sait pas, et plein de trucs dont elle rêve. Et ça fait un gros bordel de rêves et de je-sais-pas.

LES ZANI-MAUX
Elle aime bien les Poilus Nana, ils ont des planètes recyclées pour leur servir d'yeux, ils sont doux sous les phalanges, et sales souvent par ici. Nana elle aime bien les petits Poilus. Surtout les chiens.
 
COLLECTIONNEUSE DE REVES
Elle sait faire de jolies collections Nana, des collections d'emballages McDo et de gobelets starbucks, de lacets de chaussures (elle porte jamais les mêmes des deux côtés), il y'a sa collection de vêtements du Parking (Nana-voleuse, elle a des vêtements qui viennent de tous les étages), et puis sa collection de bouts de papiers (les tickets de caisse, les enveloppes, morceaux de magasines, de journaux, papier de verre, papier alu, tous. Et après elle fait des cocottes en papier).
 
RAYURE DE PLATINE
Nana, on la voit déambuler dans l'univers comme une gamine qui cherche sa mère. Elle s'arrête, squatte, repart, s'incruste, se délave. Ça l'occupe. En tailleur sur le mur, l'étui de l'accordéon coincé sous les pieds elle regarde les gens, aide les p'tits vieux à rentrer leurs courses et les bourrés à trouver la porte, siffle les garçons parfois, mais le plus souvent, elle fait l'amour a son accordéon la gamine. Et il y en a plus d'un qui aimerait bien être l'instrument entre ses doigts. Et ça recommence comme une mauvais CD, bonjour, j'm'appelle Nana, j'peux dormir chez toi?  

Revenir en haut Aller en bas

Nana (j'porte les ecchymoses façon cosmos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La dignité de l’homme exige qu’il porte la burqa.
» Vous avez les clefs qui ouvre la porte
» Porte bébé Prémaxx
» 1er partie Baudrier porte briquet.
» Strasbourg : la porte d’une église taguée ET reactions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)