AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Geert ϟ juste un doigt



 

Répondre au sujet Partagez|


Geert ϟ juste un doigt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar

« requin d'eau douce »
« requin d'eau douce »
› Âge : 56 ans.
› Appart : 142.
› Occupation : Pornographe.
› DC : Makayla la sauvage, Odalie la sirène
› Messages : 838
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Geert ϟ juste un doigt Mer 13 Avr - 23:47

(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Le déménagement a été discret. De toute façon, Geert n'avait plus grand chose à ramener de chez lui, quelques cartons, beaucoup de paperasses et les trois costumes que sa femme n'avait pas brûlé avant de lui balancer les papiers du divorce au visage. Geert y a amené ses affaires une par une, dans l'espoir que la porte de sa maison se rouvrirait pour l’accueillir. Ca n'a pas été le cas.

   (Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) Pour un lieu de tournage, les murs écaillés et la moquette tachée du parking étaient parfaits. Pour y vivre, c'est une autre histoire. Geert doit s'habituer à la petitesse de l'endroit, sa saleté, le bruit des voisins. Les habitants du parking contrastent avec ceux de l'Upper West Side, ils ont l'air fatigué, puent l'alcool ou la drogue, mais surtout les emmerdes.

   (Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) Pour ceux qui sont familiers avec le porno des années 80 et 90, Geert est une légende, son surnom, « Geert Grote Lul » en dit long sur ses attributs. Pour les autres, ceux qui se contentent de regarder une levrette en trois minutes sur les sites de fesses grand public, c'est juste un nouveau voisin, qui évite de trop s'attarder dans les couloirs crasseux de l'immeuble, un mec sans heures fixes qui doit sans doute faire des trucs louches dans la vie. Un vieux un peu pervers, qui, aux sons qui s'échappent de son appartement, mate du porno toute la nuit.

(NOM) van Aanhout. C'est beau. C'est belge. (PRÉNOM) Geert. Prénom flammand, aux origines guerrières, qui signifie « lance dure ». Sa mère ne pouvait pas mieux choisir pour un mec qui a passé un bon tiers de sa vie avec une érection. Hendrick. Deuxième prénom qui ne sert à rien, le choix du père, mais tout le monde s'en fout.  (ÂGE) 56 ans. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) 29 mai 1960, à Bruxelles. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Pornographe. Il réalise des films x, arrive maintenant à les produire lui-même grâce à sa boite de production. Pour survivre sur le marché, il s'est spécialisé dans le porno plus underground,  bizarre. Il est toujours à la recherche d'une nouvelle tendance, et n'est pas peu fière des films qu'il écoule à prix d'or en petit stock.  (NATIONALITÉ) Américaine. Geert a changé de nationalité après quelques années de mariage, le régime fiscale américain étant plus avantageux que le belge. (ORIGINES)  Belges. Geert y a vécu jusqu'à ses 19 ans, à Bruxelles, avant de devenir acteur porno, écumer les pays d'Europe de l'Est et de se poser aux États-Unis. (STATUT CIVIL) Divorcé. Madame a tout supporté : le travestissement, l'enfant malade, les films, les partouzes du samedi, mais pas la fausse couche. Le divorce est en cours.  (ORIENTATION SEXUELLE) A la ville, comme la campagne, Geert est hétérosexuel. Mais, pour les besoins d'un film, il enfile tout ce qu'on lui demande, les femmes, les hommes, les murs, les trucs en plastiques. Il n'a su dire non qu'aux animaux et aux enfants, fermant la porte du porno trop sale pour lui, et tout l'argent qui allait avec. Ce genre de merdier, on n'en sort jamais vivant, de toute façon. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Cela fait quelques années que Geert a un appartement dans l'immeuble qu'il utilise comme lieu de tournage. Sans qu'il n'ai jamais adressé la parole à quiconque, son visage n'est donc pas étranger aux habitants. Il y réside de façon permanente depuis mi-octobre. (REPRISE DU PERSONNAGE) Oui. (GROUPE) Nous sommes de ceux qui survivent. (TYPE DE PERSO) Inventé. (CRÉDITS) AMIANTE & found on Tumblr.

PSEUDO : vntmlsc PRÉNOM : Hubert. ÂGE : 20 ans PAYS : Hauts de France maggle. FRÉQUENCE DE CONNEXION : Beaucoup. COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : J'ai lâché ma bite sur le clavier. COMMENTAIRE OU SUGGESTION : Je propose de faire une boîte à partouze dans le Bronx. AVATAR : Kevin Spacey.
Geert Hendrik van Aanhout
La pornographie est comme un miroir dans lequel nous pouvons nous regarder. Quelquefois, ce que nous y trouvons n'est pas très joli à voir.
Il est issu des quartiers difficiles de Bruxelles, d'un père flamand ouvrier et une mère francophone femme de ménage. Il avait des bonnes notes à la petite école mais à très tôt préféré trainer sur les bancs de la cité plutôt que sur ceux de l'école. • Il a toujours été attiré par les femmes, leurs vêtements et leurs parfums, si bien qu'à 16 ans, il a commencé à se travestir dans les boîtes miteuses de Bruxelles. C'est dans les vestiaires, deux ans plus tard, qu'un mec avec une grosse montre le voit se changer et lui propose de faire un film. La carrière dans le x de Geert est lancée avec le film Le travelo démonte la voisine. • Il s'est marié à un âge raisonnable, avec une américaine qu'il a connu au supermarché, en train d'acheter des tomates. Le coup de foudre a été immédiat, mais la relation un peu plus dure : c'est toujours difficile d'accepter que sa moité se tape d'autres filles, alors quand il se tape toute l'Europe de l'Est, ça se complique. Pourtant, l'amour vaincra. Mais à peine plus de vingt ans. • Il a déjà une fille, de 15 ans, atteinte du syndrome de down. Cela ne l'a jamais empêché de l'aimer comme un père se doit d'aimer ses enfants : sans limites. Il lui a tout donné, tout offert, des plus belles robes aux meilleures écoles. Il n'ose pas l'amener au parking, un endroit bien trop sale pour une enfant aussi pure. • Il y a peu, sa femme a fait une fausse couche. La grossesse a été une surprise. Quand on est vieux, on ne prends plus la peine de se protéger, on se dit que la nature a fait son travail et que maman n'est plus en âge. Ça fait toujours du bien, de la prendre par surprise, sur la table de la cuisine, après une longue journée de travail. Les nausées du matin l'on surpris, et le verdict du médecin a été comme une balle dans la tête pour lui. Il faut toujours du temps pour se remettre de l'annonce d'une grossesse, toutes sortes de pensées futiles vous traversent l'esprit : quelle pièce vais-je transformer en chambre ? Où est-ce que j'ai rangé le landau de la petite ? Est-ce j'achète une tétine ? Et puis à peine les travaux commencent dans la maison que la fausse couche arrive. Ça les a brisé, tout les deux. Sa femme a préféré demander le divorce et lui se contente de pleurer sous la douche.  • Il a commencé sa carrière d'acteur à 20 ans et l'a fini a 40. Avec plus de 500 films tournés, où il avait déjà pris la caméra, se lancer comme producteur et réalisateur n'a pas été une tâche difficile. Tout le monde aime Geert, professionnel et toujours aimable. La fin de sa carrière coïncide à peu de choses près avec la naissance de sa fille : il ne pensait pas qu'acteur et père étaient des occupations incompatibles, sa femme si. • Il a arrêté de se travestir régulièrement après s'être lancé dans le cul. Plus le temps, plus forcément l'envie. C'était un jeu pour lui, amusant, mais cela ne reste maintenant qu'un souvenir de jeunesse qu'il regarde avec tendresse. Ça ne lui irait plus maintenant, de toute façon, il trouve que ses épaules sont trop larges pour faire une Cher convaincante. • Il a préféré vider ses comptes en banque personnels et tout donné à des associations et fonds de recherche pour le syndrome de Down. Si sa femme ne voulait plus le voir, il ne voit pas pourquoi il devrait continuer à l'entretenir. • La carrière de Geert n'a rien d'ordinaire : d'abord dans les films hétéro, il finit, face à la demande du public, par tourner dans les films gay, puis devient la star montante des films à partouze. Il se spécialise assez vite, au bout de quelques années de carrière, dans le sexe moins conventionnel (pour l'époque en tout cas) : la violence, le fétichisme... Il devient un pionner dans les genres, et est toujours partant pour découvrir de nouvelles tendances. • Paradoxalement, Geert n'est pas tellement porté sur le sexe. C'est, pour lui, un métier comme un autre. Même s'il a quitté l'école a seize ans, il aime se cultiver, aller au musée les dimanches et au cinéma les mercredi. Il a, à la base, une formation de boucher. •  Il a investi ses derniers fonds dans une branche particulière des fétichistes du plastiques : les maskers. Si les films ne s'écoulent pas, Geert risque de rester plus longtemps que prévu au parking.
   



I wonder why I don’t go to bed and go to sleep. But then it would be tomorrow, so I decide that no matter how tired, no matter how incoherent I am, I can skip on hour more of sleep and live.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5328-geert-juste-un-doigt#10


avatar

« requin d'eau douce »
« requin d'eau douce »
› Âge : 56 ans.
› Appart : 142.
› Occupation : Pornographe.
› DC : Makayla la sauvage, Odalie la sirène
› Messages : 838
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: Geert ϟ juste un doigt Mer 13 Avr - 23:58

Je veux seulement ton cul  
À la limite ta chatte
Mais toujours à quatre pattes
« Je veux que tu partes. » Geert avait scotché le post-it sur le vieux frigo tapageur qui se trouvait en plein milieu de la cuisine de son nouveau F2. Il côtoyait les dessins timides faits par sa fille, tous plus discrets les uns que les autres, mais ô combien apaisants aux yeux de Geert.  Dans un coin du séjour grisâtre trônait encore quelques caméras et projecteurs, vestiges du dernier tournage dans l’appartement crasseux. Le vieil appartement du parking lui rappelait celui dans lequel il avait grandi à Bruxelles, la même saleté incrustée dans les murs, la même odeur de renfermé impossible à faire partir, le plafond tâché d’on ne sait quoi. Mais il n’était plus à Bruxelles, il n’avait plus seize ans, il n’était plus en colère contre tout. Le temps avait guéri toutes ses blessures, toutes les droites prisent dans la gueule, reçues directement du patriarche, toutes les remarques blessantes des professeurs qui l’avaient incité si souvent à faire l’école buissonnière, tous les os cassés à la suite de bagarres entre bandes des quartiers. Le temps comblera sûrement le vide qui venait de se créer à l’intérieur de Geert, la perte d’un enfant. Plus de colère. Un vide. Il n’avait plus la force d’être en colère. Contre qui ? Avec l’âge, on finit par comprendre que les choses arrivent sans que personne ne les forcent. Des gens meurent. D’autres vivent. Son bébé était mort avant d’avoir commencé à vivre. Il allume un cigare, affalé sur le canapé. Un de ses derniers, il faudra attendre un peu avant de pouvoir s’en racheter de cette qualité. Sa chemise était trouée par endroit, il avait réussi à la sauver du brassier que sa femme avait allumé dans leur petite cour. Elle, elle était en colère. Elle avait besoin d’extérioriser. Cette fausse couche, c’était la faute de Geert, sûrement parce qu’elle avait supporté trop pendant trop longtemps. Il pouvait comprendre la colère, mais il n’acceptait pas le divorce. Il n’était pas le genre d’homme qu’on divorce. Il lui avait tout pris, vidé les comptes communs, changé le statut de leur appartement luxueux en bien de sa boite de production, lui en rendant l’accès impossible. Il n’avait pas honte de reprendre ce qui lui appartenait. Pendant vingt-cinq ans, il s’était occupé d’elle, et l’idée de savoir qu’elle pouvait se débrouiller sans lui l’irritait au plus haut point. On ne se débarrassait pas de lui comme ça, encore moins pour ça.

La poignée de la porte est remuée quelques instants alors qu’on trifouille la clé dans la serrure. La porte s’ouvre, laissant rentrer dans l’appartement une petite équipe d’hommes et de femmes, tout portant leurs petits matériels : caméra, trousse de maquillage, cordes en cuir. « On finit le tournage des scènes 3 et 4 ce matin patron, va falloir libérer ce canap’, sauf si vous voulez faire une apparition surprise. » Geert lâche un petit rire tout en se levant, installant les différents pieds de caméra alors que deux jeunes filles commencent à se déshabiller. La vie continue.



I wonder why I don’t go to bed and go to sleep. But then it would be tomorrow, so I decide that no matter how tired, no matter how incoherent I am, I can skip on hour more of sleep and live.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5328-geert-juste-un-doigt#10

Geert ϟ juste un doigt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Geert ϟ juste un doigt
» Le plus haut degré...les vrais moujahidin
» Dieu est infiniment juste
» Boire de l'eau glacée juste après le lever...
» L'Octuple Sentier: L'effort Juste

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: De ceux qui ont succombé :: Les Locataires du Parking :: Les Dossiers Approuvés-
Répondre au sujet
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Killian est perdu Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe)