AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: FOREST - le phare des miséreux.    Mer 13 Avr - 21:43
(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) la nouvelle résolution du dingue, changer d'appartement, de quartier, de ciel, d'histoire. S'éloigner de son ancienne vie pour éviter de ressasser et prendre un nouvel élan. Il est si proche de son lieu de travail qu'il pourrait y passer sa vie maintenant. Un petit appartement bidon, paumé au milieu de la populace crasseuse, personne n'y soupçonnerait l'horreur qui se trouve à l'intérieur.

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) il en enfermerait bien quelques uns dans son hôpital pour les remettre sur le droit chemin et les vider de leurs péchés. Il leur briserait bien la nuque pour les empêcher de voler les sacs à main des jolies filles sans défense. Mais, Forest s'en fiche, tous termineront dans un filet bien plus puissant que leur connerie monumentale. Si Lucifer semble l'ultime punition, Dieu lui est bien pire, plus vicieux.

CODE DE LA FICHE
(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) c'est le nouveau voisin, le grand gars qu'on regarde pas dans les yeux. Ce charisme qui vous étouffe et vous envoûte. On l'entend peu, on l'écoute simplement parler à Hoppy, lorsqu'ils descendent les escaliers, tous les deux, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. On sait pas s'ils sont père et fils, frères ou amants. Une aura sombre les entoure comme la lumière divine épouserait le Christ. Un jour ou l'autre, les flics quitteront l'appartement du Docteur, tenant au bout de leurs menottes les deux paires de poignets de Forest et Hoppy. Et alors, tout le monde soufflera 'je le savais', qu'il était dingue, que quelque chose foirait forcément.

(NOM) Docteur Bronson, ne tournez pas autour du pot. (PRÉNOM)Bronson. (ÂGE) la majorité. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) capricorne. Il aimait ça, les cornes, lorsqu'il était marié (elles allaient bien à sa femme). (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) docteur d'asile, dévore les petits dont on se débarrasse, poubelle des tristes gens. (NATIONALITÉ) américain à la bourgeoisie imaginaire.  (ORIGINES) british, gode fuck the queen. (STATUT CIVIL) fourrée par l'infidélité et l'absence, elle s'en est allée, chagrinée, haineuse.  (ORIENTATION SEXUELLE) les vertébrés. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Janvier 2016. (REPRISE DU PERSONNAGE) non, c'est mon précieux. (GROUPE) de ceux qui survivent (TYPE DE PERSO) inventé. (CRÉDITS) AMIANTE & tumblr

PSEUDO : FAKIR PRÉNOM : Gabriel ÂGE : trop vieux pour le rp. PAYS : belle france. FRÉQUENCE DE CONNEXION : toujours là. COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Bazzart. COMMENTAIRE OU SUGGESTION : // AVATAR : Joaquin Phoenix
FOREST RON BRONSON
Bénissez-moi, mon Père, parce que j'ai péché.
(vie de famille) il avait une femme, y a neuf ans de ça. Leur couple était beau, du moins, en apparence. On les voyait toujours aux repas les plus prestigieux et aux galas de charité des bourges à la conscience tranquille. Forest était pas un bon mari, à croire qu'il faisait exprès de faire capoter son mariage pour ne pas avoir à endosser la moindre responsabilité. Puis il a été père et vous savez, ça change un homme, devenir père. Il se souvient de Lise, sa gamine précieuse, née plus fragile que les autres mais aussi plus rare. (disparition) ils étaient à la plage, tous les trois, premières vacances en famille depuis des années. Le soleil tapait sur la gueule et l'eau était douce. Trop de monde, trop de rayons dans les yeux. Une seconde d'inattention et Lise n'était plus là. Ils l'ont cherché, des heures durant, entre les vagues et sur le sable brûlant. Elle n'était plus là. Disparue, envolée, non, kidnappée comme dirait les flics. L'absence lui est monté à la tête et Forest a cherché, nuit et jour, sans relâche, accusant à tord n'importe quel homme qui le regardait trop. Il en a oublié sa femme, son boulot, un peu taré, elle s'est barrée et il n'a pas su la retenir. Lise était l'unique pilier de sa vie. (docteur maboul) sa clinique avait bonne réputation, Docteur Bronson y faisait son boulot avec passion et patience mais les choses se sont confondues dans sa tête. Il a commencé en douceur, à détester la terre entière, à rendre le mal plus violent que jamais. Alors, Forest a commencé à les battre, tous ces suicidaires bidons, ces gamins pyromanes dont plus personne ne voulait. Forest est allergique à la racaille, à la folie, à toute forme de manque de respect. Depuis la perte de sa fille, son unique but est de rendre l'âme humaine plus douce et lumineuse que jamais, quitte à devenir lui-même les Ténèbres. (hoppy) il n'a jamais su dire si c'était son regard, sa façon de parler ou de se comporter mais ce gamin lui rappelait l'image de sa fille. Alors, lorsque ses parents l'ont abandonné à l'hôpital, le Docteur n'a pu s'empêcher d'aller le voir. 'Ils ne reviendront plus te voir. Ils t'ont laissé ici parce que tu étais un poids. Plus personne ne passera la porte de cet hôpital pour toi. Mais moi, je suis là.' Engrossé de mensonges, le gamin est devenu docile jusqu'à devenir son ombre. Déclaré mort, Forest lui paya une nouvelle identité sous le nom de Hoppy Bronson. Depuis, l'un ne demeure jamais sans l'autre. Ce sont deux moitiés d'une âme qui s'accrochent désespérément l'une à l'autre pour combattre le mal. (thanatose) il connaît le cocktail parfait pour faire passer un homme pour un tas de chair sans vie. Pourtant, quelques heures après, un souffle, un battement de cœur plus puissant et les revoilà à la vie. (le bien par le mal) Docteur Bronson et Hoppy ont pour projet commun d'attraper les pires bêtes de cette terre pour les rendre à l'état de regrets. Tous deux travaillent sur un traitement capable de transformer la violence en douceur et le sang en larmes. Forest est persuadé que dans quelques années, les prisons n'existeront plus. (expérience) il était souvent installé sur un banc à la plaine pour enfants, à les dévisager d'un regard qui ne lui revenait pas. Forest l'a attrapé pour cela, car il prenait l'air auprès des enfants. L'enfermant dans son appartement du Parking, le Docteur a commencé son premier traitement auprès d'un homme dont il ne connaît rien, attendant désespérément les effets secondaires. Deux repas par jour, quelques livres sur le pardon et un pot de chambre, c'est tout ce dont son cobaye dispose. (croyances) malgré les séquelles, le docteur Bronson passe à l'église le plus souvent possible. C'est là-bas qu'il y confesse ses péchés sur sa violence, sur ses doutes et sur son penchant flagrant à l'homosexualité. Sa chambre, témoin de sa foi, abrite sa collection de chapelets qu'il entrepose dans tous les coins. Une fois la nuit tombée, les phosphorescents lui rappellent ses erreurs. (monstre) il y a de ces types qui font des choses atroces mais dont on accepte la présence. On arrive même à les trouver sympathiques. C'est ce qu'est Forest, un monstre hypnotisant.(cigarettes) une clope pour le mauvais temps, une pour cette femme battue par son mari, une pour cet enfant qui ne connaîtra jamais sa mère, une pour ce chien qui pisse sur cette bagnole, une pour la pluie qui ne tombera pas demain, une pour la neige qui glace les doigts. Une clope pour respirer, une clope pour se faire du mal, une clope pour la vie, une clope pour la mort. Une clope pour exister, toujours calée entre ses lèvres. (bec de lièvre) il est né monstre, déformé alors on l'a opéré grossièrement pour arranger les choses. (yeux vairons) ses deux iris se confrontent l'un à l'autre. Vert et bleu, son corps n'a jamais su se décider alors, à défaut de la beauté, elle lui a donné ce mystère hypnotisant. (solitude) personne n'entre jamais dans leur appartement. Les fenêtres sont toujours fermées et les volets aussi, ça pue la clope et la transpiration, un peu comme en boîte de nuit. Il n'y a qu'une chambre, avec un grand lit pour deux, pas de déco, par d'artifice. Hoppy et Forest ne sont pas raffinés. (ayahuasca) peu après son divorce et la perte de sa fille, Forest se sentait si mal qu'il se serait tailladé les veines pour mettre fin à ce qui le tiraillait. Il s'en est allé, seul, en break, vers d'autres horizons. L'Inde, sans savoir réellement pourquoi, certainement guidé par son instinct. C'est là-bas qu'il a fait la rencontre de Carlos, un chaman. L'ayahuasca est l'une de ces drogues que l'on prend pour avoir des réponses. Elle reste gravée en lui au fer rouge. Elle est l'expérience la plus humaine, la plus puissante, la plus fascinante qu'il n'a jamais connu car Forest n'y a jamais survécu. Il se souvient de la sensation de son âme s'arrachant à son propre corps, la sensation du regard des arbres, de la lune, des pierres, du ciel sur lui. Tout prenait une dimension différente. C'est Carlos qui lui a ouvert les yeux sur le monde et lui-même. Sans lui, Forest en serait toujours à vouloir mettre fin à ses jours. Lorsque le Docteur en parle, on peut voir cette lueur touchante au fond de ses yeux, celle de la griffure qu'elle a laissé sur lui. (savoir) parce que malgré toutes ses psychoses, Bronson est un concentré de savoir et d'intelligence, lorsqu'il parle d'un sujet, on peut sentir la passion l'animer. Il connaît tout un tas de choses sur tout et n'importe quoi, du simple détail à la plus grande histoire de notre planète. Le plus difficile est de piquer son attention pour le laisser se délivrer de sa coquille calcinée. 

Sauter vers:  
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.