Partagez|


elias ≠ no hope, no despair.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: elias ≠ no hope, no despair. Sam 7 Fév - 21:25

Elias Niklaus Lindqvist
don't look back
Nom Lindqvist, suédois, compliqué, dur à prononcé, le bonheur. Prénom Elias, pas très suédois, pas très original, pas très génial aussi. puis Niklaus, un peu plus suédois, un peu plus chiant aussi. Date et lieu de naissance Malmö, en Suède, un premier mai 1990. Âge bientôt 25 ans, une vie qui commence et dont il ne veut déjà plus. Nationalité américaine depuis l'âge de six ans, mais aussi suédoise depuis toujours. Origines suédoises par son père, britanniques par sa mère. Statut matrimonial célibatlespattes. Orientation sexuelle hétéro. Job ou Activité informaticien dans une boîte de télécom le jour, barman/stripteaser la nuit. mais ça, bien entendu, il le cache à tout le monde. ouais, super. Groupe de ceux qui vivent. Crédits sweet disaster.

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? en août 2010, après l'émancipation de ma sœur. nous cherchions un logement abordable aux alentours de New York et nous avons trouvé le Parking. enfin, la résidence des Lilas comme on l'appelait à l'époque où on a emménagé. mais maintenant, ouais, c'est juste... le Parking. chez nous quoi.
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? faut l'avouer, on vit bien ici. c'est pas super tranquille, un peu bruyant, mais on y est bien. les gens sont différents, plus ou moins abordables, mais on s'y fait. nous sommes une petite communauté, finalement, et c'est plutôt sympa ouais.
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Dans le coin, j'suis le mec sympa mais un peu chelou, le mec au regard de fou qui les fait toutes (tous ?) tomber. J'suis le mec abordable, marrant, mais un peu bizarre. Beaucoup m'ont déjà vu m'énerver comme un dingue sur ma serrure ou la porte d'entrée puis me calmer dix secondes plus tard et redevenir le gars le plus serein de la terre. Alors ouais, j'suis le mec qui a sans doute une case en moins, pour eux. Le mec dont il faut se méfier un peu quand même, le mec qui cache des trucs, qui ne parle jamais de lui, qui sourit et te demande comment ça va sans répondre à ta question. J'suis le bon voisin quoi, le bon copain mais pas trop.



feat will higginson
J'ai débarqué à NYC à l'âge de six ans, et faut avouer que j'ai grandi dans un milieu plutôt doré, à Manhattan. Mais tout ça, toute cette vie de rêve, elle a prit fin du jour au lendemain. World Trade Center, attentats de 2001, mes parents. J'ai besoin d'en rajouter ? Les orphelins, ça finit dans des familles d'accueil. Et leur supposé héritage ? Dans les poches des plus malins. Alors ouais, ouais Elvi et moi avons eu un peu d'argent, mais ce n'était rien comparé à notre fortune familiale. Je fume énormément, et même si j'aimerais arrêter, j'peux pas. J'y arrive pas. Alors j'ai arrêté d'essayer. D'ailleurs, je suis aussi addict au café. Eternel insomniaque, j'ai fini par combler mes nuits en jouant aux jeux vidéos. C'est devenu l'une de mes plus grandes passions. Mes années en familles d'accueil se sont très mal passées, j'ai eu beaucoup plus de difficultés que ma soeur à accepter que la vie continue sans nos parents. Je souffre de bipolarité, j'en suis conscient et je me soigne. Mais mon penchant pour l'alcool ne m'aide pas, je l'avoue. J'ai arrêté de rêver. Je vis au jour le jour, je me contente de sourire, de faire des rencontres, de faire comme si tout allait bien. Mais même si en apparence je suis en un seul morceau, à l'intérieur tout mon être est brisé en mille morceaux. J'ai une fâcheuse tendance à m'énerver pour un rien, troubles nerveux disent-ils, probablement en rapport avec ma bipolarité. Cependant, l'instant d'après je redeviens doux comme un agneau, allez comprendre. Mon boulot d'informaticien ne suffisant pas à payer les études de ma petite soeur, je travaille aussi comme barman dans un club la nuit et parfois, pour arrondir les fins de mois, je remplace un stripteaser. Croyez moi, je n'en suis pas fier et très peu de gens - voir personne - sont au courant. J'ai beau être violent un instant, calme deux minutes plus tard, je n'en reste pas moins sociable, abordable, drôle, et surtout humain.
J'suis pas de ceux qui espèrent, mais j'suis pas non plus de ceux qui désespèrent. J'crois en tout, et en rien à la fois. Je crois en la vie, en la mort, au destin. J'pense que souvent, on mérite ce qu'il nous arrive, alors je vis avec. Ou j'ai apprit à le faire, tout du moins. Avant, j'étais comme ma sœur. J'avais des rêves plein la tête, l'envie d'y croire, l'envie de réussir, d'avancer, de bouger. Mais j'me suis rapidement rendu compte que dans la vie, la persévérance n'est pas la seule chose nécessaire pour avancer. Dans la vie, si tu veux percer, t'as besoin d'argent. Ah, l'argent... Denrée rare et recherchée, de nos jours. Alors quand j'ai enfin pigé que sans argent, tu ne vas nul part, j'ai arrêté de rêver. J'ai arrêté, ouais, parce que j'ai compris que jamais je n'y arriverais, que jamais j'pourrais rivaliser. Sans parents, sans histoire, avec une petite soeur plus ou moins à ma charge et un héritage qui couvre à peine un futur convenable ? Non. Non, jamais j'pourrais. Alors j'ai arrêté d'rêver, j'ai arrêté d'y croire, car à quoi bon regarder les étoiles scintiller alors qu'on sait que l'on ne pourra jamais les attraper ?

Eli, ils sont où papa et maman ? Le petit garçon a les larmes aux yeux mais il sert les dents alors que sa sœur de quatre ans sa cadette a la tête posée sur ses genoux, son corps frêle recroquevillé sur les sièges de la salle d'attente de l'assistante sociale. Partis... susurre-t-il entre ses dents pour la millième fois. Il souhaiterait tant que ce soit un mensonge, mais non. La réalité le frappe de plein fouet à chaque fois que ce mot sort de sa bouche, à chaque coin de rue, sur chaque écran de télévision ou station de radio. Partis. Sa gorge se serre de nouveau, il cligne des yeux plusieurs fois sans quitter du regard la fumée qui s'élève dans le ciel, au loin, comme s'il était à mille lieues d'ici. Partis où ? La jeune Elvira a du mal à comprendre, elle aussi, et elle répète sans cesse ces questions à son frère depuis des heures, espérant à chaque fois recevoir une autre réponse que la triste réalité. Elias soupire une nouvelle fois et sa main vient naturellement trouver celle de sa sœur. Loin d'ici. Mais ils y sont mieux, promis. Mais toi tu restes, hein ? S'empresse d'ajoute la petite, sans pour autant bouger la tête pour regarder son frère. Toujours. Le mot résonne dans la pièce vide. Le silence qui s'ensuit est lourd, chargé en émotion, et les deux jeunes enfants partagent leur peine sans un mot, par ce simple contact qui les rassure. A présent, c'est eux deux contre le reste du monde, ils se le sont promis.

aswenn
passe ta souris !
Salut les chats! Alors moi c'est Jules (enfin, Juliette), 18 ans et demi, passionnée de séries, de rp et d'équitation. J'suis plutôt sympa, un peu trop perfectionniste et...voilà quoi. Je passe tous les jours sur le forum, je rp selon ma motivation et j'ai découvert le projet sur bazzart.  SLURP et puis j'vous love.  SADIQUE
Revenir en haut Aller en bas

elias ≠ no hope, no despair.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un mystère du diamant Hope résolu
» La citation de la semaine : Steve Jobs, Bob Hope et Johnny Cash
» Le bijou maudit : le DIAMANT HOPE
» Forgotten Hope ( pour les courageux )
» Norbert Elias (1897-1990)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)