Partagez|


Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mar 5 Avr - 23:38

Betool Betty Mapisa-Shabangu
«Ta mère, elle mériterait une tape. Deux, je dirais, même!»
Nom Mapisa-Shabangu. Avec les années, j'ai allégé mon nom de famille auprès d'Immigration et citoyenneté US. D'une part, parce que Shabangu représente pour moi l'abandon de ma famille, me laissant aux griffes de l'Église, et parce que, on va se le dire, les jeunes d'aujourd'hui, ils savent massacrer des noms! Shaubongou? Shabalalabanga? Prénom Betool, mais lorsque je suis arrivée en Amérique, dans le Bronx, les habitants du Parking m'ont rapidement surnommée Betty. Dieu du ciel que je détestais ce surnom, mais on fini par s'y habituer. On m'appelle Mamie Betty depuis déjà plusieurs années. Ça, c'est bien. Oh, et bien sûr, avec mon prénom, j'ai été l'objet de bien de jeux de mots. «Sois l'outil»? Va te faire foutre, petit connard, avant que je t'explose la gueule! Date et lieu de naissance Je suis née le 13 mai 1927. C'était un vendredi, et parait-il que mon exorcisme (une sorte d'incantation, un mélange entre de la folie voodoo et de l'alcoolisme prononcé) a été pénible pour ma petite personne. Ah! s'ils savaient que le diable n'est jamais parti de moi! Oh, et bien sûr, je suis née au Nigeria, dans un petit village pauvre, mais ne me demandez pas son nom, je ne m'en souviens plus depuis bien longtemps. Âge J'aurai quatre-vingt-neuf ans cette année, mais ça ne m'empêche pas de faire des gâteaux, hein! D'ailleurs, vous venez toujours prendre un thé à quinze heures? Nationalité Nigérienne, mais ça ne veut pas dire que je n'aime pas l'Amérique, hein! Parce que ce n'est pas le cas et je suis naturalisée américaine. Hé, toi! Ferme ta gueule d'eskimo sauvage avec tes pantalons aux genoux : dans mon temps, les vrais hommes, ils transportaient notre eau potable sur une distance de quarante-et-un kilomètres! C'est ça, retourne voir ta mère, petit rebelle de merde! Origines Vous allez me convaincre que je suis sénile, mes petits chenapans! Je suis Nigérienne, je ne l'ai pas dit? Je suis convaincue que oui... Non? Je ne sais plus... Statut matrimonial J'ai été mariée, à mon arrivée ici. Il s'appelait Jackson je-ne-sais-plus-quoi. Il est mort en 1987, en tombant des escaliers de service. Les plus fous vous diront que je l'ai poussé, mais les plus intelligents n'en glisseront mot. C'était un bel homme, mais il n'aimait pas mes tricots... Orientation sexuelle Oh! mon enfant! À l'âge que j'ai, on n'a même plus la force d'y penser. Job ou Activité J'ai été soeur dans mon couvent, au Nigéria, mais après la visite du pape, j'ai été excommuniée, puis je me suis enfuie après avoir été victime de torture inimaginable. Du coup, je me suis retrouvée ici, dans ce paradis sur quinze étages. J'ai longtemps été bénévole pour des oeuvres de charité, et j'ai même été secrétaire pour un dentiste. Depuis la mort tragique (oui, oui, tragique) de mon époux, je vis avec ma pension de veuve, l'héritage de mon Jackson et de l'argent que Charlie, un petit caïd du quartier, m'apporte en échange de petits gâteaux. Date d'arrivée au Parking Je suis arrivée dans la résidence des Lilas à l'époque où les briques étaient encore bien rouges, en juin 1958. J'étais alors dans le 407, mais depuis la mort de mon Jackson, je suis descendue au 002 dans un F2 bien convenable. Eh bien, si convenable, pour vous, c'est de vivre dans un trou à rats délabré. En cas de suppression, acceptez-vous que votre personnage soit scénarisé Pauvre vous, je suis à la veille de ma mort, mais si ça peut vous faire plaisir! Groupe De ceux qui vivent, parce que ce n'est plus le temps de rêver. Et que je vous vois me dire qu'à mon âge, je devrais plutôt essayer de survivre... Petits impolis! Crédits Moé-même


   
Maya Angelou
Quand et comment avez-vous emménagé au Parking ? Assis toi, mon garçon, Mamie Betty va te raconter un peu son histoire. Tiens, prends un beigne... J'ai dit : prends un beigne. C'était en 1956, je m'en rappelle comme si c'était hier. J'étais à peine âgée de vingt-neuf ans, et je servais le Seigneur dans un couvent de ma région natale, au Nigéria. Dans un pays où le christianisme livrait un grand combat idéologique avec l'islam, et il le livre encore d'ailleurs, il n'était pas rare de voir des affrontements religieux. Bien sûr, ça ne servait ni Dieu ni les hommes qui se prêtaient à ces violences barbares, mais le Nigéria a toujours été un pays fier de ses racines et de son identité religieuse. Je disais donc, en 1956, je suis transférée au couvent principal d'Abuja : ils ont besoin de soeurs de confiance, parce que Sa Sainteté viendra y faire une visite non officielle. Ils disaient, les Pères, que personne ne devait savoir que le pape viendrait y foutre son nez. L'Afrique a toujours été la bête noire de l'Église. Ce n'est pas de notre faute : nous sommes des femmes fortes, nous. Oui, oui, si tu crois qu'on s'en laissait imposer! Alors ma mère supérieure m'indique que je pourrai rentrer après avoir servi Abuja pour la visite de Sa Sainteté. Je suis excitée, tu comprendras, parce que le pape qui visite la terre maudite, jamais ce n'était arrivé auparavant. Je fais mes valises comme une jeune folle, je n'ai pas changé sur ce point, et je prends la direction d'Abuja. Ah! seigneur, je m'en rappelle encore. Aussitôt arrivée, aussitôt utilisée comme une vulgaire esclave. Comme une sauvage soeur de région. J'étais insultée, bien sûr, tu n'as pas idée, mon garçon. Tiens, prends un verre de jus d'orange. Il est bon? Je le presse moi-même, oui jeune homme! J'étais insultée, mais en même temps, que pouvais-je attendre réellement? Que je servirais moi-même le café au pape? Eh bien, tu n'y croiras pas tes yeux, mais oui, on m'a bien attribué le service du café. Je sais, mes propos sont décousus, mais laisse-moi terminer, je suis vieille après tout. Où en étais-je? Ah, oui, le café, merci. Donc j'étais très contente, tu me comprendras : après avoir été affectée aux planchers puis au ménage de la chambre d'un second du pape, un vieux cardinal très laid soit dit en passant, on m'a attribué le service du café. J'étais très contente, c'est bien certain : servir le pape, c'était un rêve qu'aucune de nous ne croyait en avoir le privilège dans sa vie. J'étais très croyante, j'aimais Dieu comme j'ai aimé mon époux et j'ai dévoué ma jeunesse à Sa Sainteté comme une jeune vierge dévoue son absence de plaisir jusqu'au mariage. Lorsque le pape est arrivé, c'était tout simplement extraordinaire. Un homme grand, aux qualités extraordinaires. C'est lui qui a financé nos églises locales, les aidant à bien s'implanter. Le jour de sa venue, je devais lui servir le café, mais attention hein! Je n'avais pas le droit de lui adresser la parole. Jamais, au grand jamais! Toujours en vient-il que je lui sers sa première tasse de café. Puis une autre. Puis une autre. Un vrai aspirateur à caféine. Au bout de sa cinquième ou sixième tasse, ce vieil écoeurant-là, il me regarde droit dans les yeux et il me dit : «Une noire comme ça, il en faudrait davantage au Saint Ciel». Hey, n'était-ce pas un maudit écoeurant? J'ai lâché la carafe, qui s'est éclatée sur le sol, et je l'ai giflé. OUI MON GARÇON! J'ai giflé cet écoeurant, ce malpoli, ce vieux connard de raciste! Venir croire en nos églises locales et me manquer de respect? À moi? Non, jeune homme, jamais personne ne m'a manqué de respect et ce vieux con n'allait sûrement pas s'en tirer ainsi. Alors je l'ai giflé. Je ne me rappelle plus ce que je lui ai dit, mais je ne lui ai sûrement pas souhaité que le Bon Dieu le bénisse, tu comprendras. Oh! J'ai été battue. J'ai été torturée. Le Mal était revenu dans mon corps. Je suis née un vendredi treize, n'oublie pas. Les deux années qui ont suivi, j'étais quotidiennement battue. Un enfant du démon dont l'Église avait autorisé toutes les formules me permettant d'exclure le démon de mon âme. Je me suis enfuie en juin 1958. J'avais peur. Dieu m'avait abandonnée, tu comprends? Je suis arrivée ici, en Amérique, et la vie semblait si belle, si heureuse. Et elle l'est, ne va jamais croire le contraire. Je suis arrivée dans un organisme qui venait en aide aux réfugiées noires. Ils ont été gentils avec moi. Ils m'ont offert un petit appartement, ici, dans la résidence de Lilas. Quoi? Le Parking? Ah, oui, mais ça, ce sont les jeunes qui utilisent cette appellation, car dans mon temps, c'était la résidence des Lilas. Puis j'ai rencontré Jackson, mon époux. Je n'ai jamais quitté cet immeuble depuis 1958. De toute manière, j'irais où, hein? À Miami? C'est plein de petites filles dévergondées. Non, moi, je reste ici. Puis après tout, un jour, le Bon Dieu va sans doute venir me chercher! Quoi? Si je suis encore croyante? Mon garçon, je crois en Dieu, mais pas en ceux qui appliquent ses messages. Ce n'est pas ça, l'amour véritable de Dieu.

   Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Tu en as, des questions! Prends un autre beigne, veux-tu. Ils sont bons, n'est-ce pas? Ah! non, ce ne sont pas les miens : ils viennent du marché du coin. Quand je suis arrivée en 1958, cet immeuble était beau, grandiose. Les briques rouges fraîches donnaient une véritable vision d'avenir pour le Bronx. Mon amie, Mary, vivait au deuxième étage. La pauvre, elle est morte il y a plus de trente-cinq ans. Je crois qu'en partant au ciel, la vieille chipie, elle est partie avec les valeurs du quartier. Parce que depuis qu'elle est partie, il n'y a que des gamins ici. Oh, il y a bien deux ou trois bels hommes, mais rien pour me faire oublier mon Jackson. Certains gamins sont très gentils. Ils viennent me rendre visite pour manger des petits gâteaux. Ils prennent une tasse de café -que je ne sers pas, OH QUE NON- puis ils discutent avec moi de leurs petits problèmes. Ils le savent bien que je m'en fiche, mais comme disait ma mère : «donne une oreille et ils ne verront pas que tu te grattes le cul». Je sais, c'est vulgaire, mais à mon âge, les formalités, on n'en a plus rien à foutre! Alors ces gamins, ils sont gentils, mais il y en a... Oh, tu n'as pas idée à quel point ils ont l'air de tueurs et de kidnappeurs de vieilles dames comme moi. Certains sont impolis, et je leur rends bien la pareille, mais jamais ça ne dépasse les bornes. Car, mon garçon, sous mon oreiller, j'ai un vieux pistolet qui appartenait à Jackson et il est chargé! Qu'ils viennent, qu'ils viennent : je vais leur trouer la gueule!

   Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Et tu vas me faire croire, toi, que tu n'en as jamais entendu parler? Mamie Betty, elle est partout, mais elle ne voit jamais rien. Elle n'entend jamais rien. Et elle est muette depuis bien longtemps. Et pourtant, je continue à être un sujet de controverse quand on parle de moi. Est-ce que je suis une vieille sénile tueuse en série? Est-ce que je suis une vieille femme en manque de compagnie qui fait des gâteaux pour avoir de la visite? Je suis peut-être tout cela, mon garçon, mais je suis avant tout une vieille dame qui a encore cent ans devant elle pour croquer dans la vie. J'aime bien saluer mes voisins, sauf ceux que je n'aime pas, et j'aime bien discuter auprès de la boîte aux lettres. Les gens, aujourd'hui, ils sont pressés et ils ne prennent plus le temps de rire un peu. C'est bien triste, tout va si vite. Je profite, cependant, mon garçon, de ces petites discussions. Parce qu'elles sont rares! Pour certains, je suis une vieille malcommode beaucoup trop vulgaire et pour d'autres, je suis Mamie Betty la cool grand'ma. Va savoir ce que je suis, de toute manière, moi je n'en ai rien à foutre!

   
   


   [ONE] Je n'ai jamais eu d'enfant. J'ai toujours eu peur que Jackson s'en aille, si jamais on en avait et que ça ne lui plaisait plus. Ce n'est pas ma faute, j'ose bien souvent le répéter, et c'est bien certain que j'ai beaucoup de regrets. C'est pour cette raison que j'aime la compagnie des jeunes. Quand ils viennent me voir, et qu'ils m'appellent Mamie Betty, je me sens vivante. Je me sens heureuse. J'ai l'impression que tous ses enfants sont les miens. D'ailleurs, je les aime comme s'ils étaient les miens. [TWO] Je ne raconte pas souvent les sévices que j'ai vécu après avoir giflé Pie XII, parce que chaque fois que j'en parle, je deviens très émotive. Je pleure et je ne comprends pas comment j'ai pu être aussi faible dans un moment de ma vie où je croyais que Dieu m'aidait à être plus forte que celles qui ne croyaient pas. Parfois, lorsque j'y repense, je me couche en petite boule dans le milieu de mon lit et je pleure. Je pleure jusqu'à ne plus avoir de larmes. Car, oui, à cette époque, ils m'ont brisée. J'en suis plus forte, aujourd'hui, mais ce n'était pas le cas à l'époque. [THREE] À l'époque, j'adorais tricoter. Jackson, mon époux, n'était pas très convaincu de mon talent en la matière. D'accord, c'est vrai que mes tricots n'étaient pas très esthétiques et qu'on ne savait jamais vraiment ce que j'avais tricoté, mais j'aimais ça! Ça me détendait, tu comprends, mon enfant. Je n'ai plus tricoté depuis la mort de Jackson. [FOUR] Parlant de Jackson, il était très beau. Un grand homme, afro-américain. Lui, il descendait de familles d'esclaves. Il n'a jamais su ses origines, mais il disait toujours que ses origines, c'était moi. Il était romantique, tu ne trouves pas? Il a perdu la vie dans un bête accident en 1987. Nous vivions au quatrième étage, puis en voulant descendre les escaliers de service, il a perdu pied puis il est tombé. Il est mort sur le coup, pauvre homme. Certains disent que je l'ai tué, mais n'en croit rien, ce sont des sottises. Comment pourrais-je tuer l'homme de ma vie? Et surtout, pourquoi? Parce qu'il avait une très riche assurance-vie? Ridicule... [FIVE] Ma dernière relation sexuelle remonte à la veille de la mort de Jackson. Depuis, je n'ai jamais été en mesure de faire l'amour à un autre homme. Oh, j'en ai bien masturbé deux ou trois, bien entendu, comme toute vieille dame qui se respecte, mais jamais nous ne sommes allés plus loin. Aujourd'hui, juste à y penser, j'ai la crise cardiaque qui s'affole et qui souhaite se pointer avec la faucheuse. [SIX] Je suis une consommatrice quotidienne de cannabis. C'est le petit Charlie qui m'en vend. Oh!, ce n'est pas pour être cool, hein! Fumer, ça me détend depuis que je ne tricote plus, et en plus, je suis convaincue que c'est grâce à ces fines herbes que je survis à toutes mes vieilles amies. Elles n'avaient qu'à fumer, elles aussi! [SEVEN] Je vais dormir tous les soirs à vingt heures trente, sauf le jeudi, où je ne vais dormir qu'à vingt-deux heures parce que mon feuilleton préféré passe sur la chaîne gratuite. Oui, parce que moi, les chaînes payantes, je n'en ai jamais été admiratrice. En même temps, ça doit expliquer pourquoi je suis réveillée à cinq heures le matin. J'aime faire mon lavage à cinq heures trente du matin, que ça plaise ou non. Jackson, lui, il ne voulait pas que je le fasse avant neuf heures. Vieux fou! Le mercredi et le vendredi, par exemple, je vais au bingo et je ne rentre jamais avant vingt-deux heures trente, mais Charlie est là pour m'accompagner jusqu'à la maison. [EIGHT] Il y a deux ans, j'ai rencontré le gouverneur Cuomo en personne! J'étais en train de faire mon épicerie au marché, et voilà qu'il se pointe avec ses appareils photo pour faire la promotion de son ouverture aux quartiers défavorisés. Je me suis approchée de lui, et il a tenu à me serrer la main : ce que j'ai fait. Je lui ai fait un câlin et pendant que son oreille était proche de ma bouche, je lui ai dit que si je le revoyais, je lui ferais éclater sa cervelle de menteur et de manipulateur. C'est bien triste, je ne l'ai jamais revu. Pourtant, le lendemain, j'étais là, avec mon pistolet dans mon sac à main... [NINE] Au début des années 2000, je vendais un peu de haschich pour un ancien voisin. Ça payait bien, mais un jour, des policiers sont venus cogner à ma porte. Ils se sont imaginé qu'il pourrait rentrer chez moi, sans autorisation d'un juge. Je leur ai dit qu'ils n'avaient pas suffisamment de balles dans leurs cartouches pour réussir à rentrer. Ils ne sont jamais revenus, mais le lendemain, j'avais tout arrêté. Ces petits cons, ils ne viendront pas chez moi tous les mois, hein! D'ailleurs, ce voisin a été arrêté peu de temps après. [TEN] Je me radote, bien sûr, mais ce n'est pas une raison pour rire de moi dans mon dos. Tu sais, à mon âge, quand tu as l'énergie pour aller au bingo tous les mercredis et les vendredis, il est fort possible que les autres jours de la semaine, tu sois une militante de la faiblesse d'esprit. [ELEVEN] Il y a jadis très longtemps, je m'occupais d'un petit jardin dans la cour arrière de la résidence des Lilas, mais lorsque les jeunes ont envahi les lieux, ils l'ont saccagé. Oh, ils ne sont plus là, hein! Je m'en suis chargée personnellement. D'ailleurs, dans le fond de la cour à gauche, jamais plus l'herbe ne poussera. Il s'appelait Jason. Il était très impoli. Oh!, mais ne va pas t'imaginer quoi que ce soit, hein! [TWELVE] Je ne suis pas violente, je ne crois pas en la violence, mais je crois fermement au principe du Maître chez soi. Je déteste qu'on m'en impose dans mon appartement et le dernier qui a voulu jouer aux bras avec moi, il s'est retrouvé dans la cour arrière. Quoi? Oui, oui, c'était Jason. Bravo, tu m'écoutes, mon garçon, c'est bien. Très bien, même. [THIRTEEN] Tu l'auras deviné, j'adore cuisiner de petits gâteaux pour mes visiteurs. On vient souvent me rendre visite, et j'aime beaucoup votre présence. J'ai une excellente mémoire, alors quand je sais qu'un tel viendra me rendre visite le lendemain, je lui prépare ses petits gâteaux préférés. On ne m'appelle pas Mamie Betty pour rien, mon garçon! [FOURTEEN] Quoi? Si je suis retournée à l'Église après mon excommuniation? Quand j'ai fui le Nigéria, quand j'ai fui la... la torture, je me suis jurée de ne jamais remettre les pieds dans une église de toute ma sainte vie. Alors, non, jamais je n'ai remis les pieds dans une église. Quand mes amies meurent, ça me fait terriblement de peine de ne pas y aller, mais je me rattrape au service dans le cimetière... [FIFTEEN] Tu dois partir? Oh, je comprends, je comprends. Tiens, prends un autre petit gâteau pour la route. Et avant de partir, laisse-moi te dire une dernière chose, mon garçon. Le Bronx, ici, c'est désormais toute ma vie. C'est le paradis, contrairement à mon village natal, et j'ai bien de la difficulté à accepter que certains petits cons viennent y foutre la pagaille... Alors si tu entends parler d'un petit con qui aurait besoin de la visite de Mamie Betty, ne te gênes pas et viens me voir. D'accord? Allez, fais-moi un câlin, prends ce gâteau et dégage! Pardon? Oui, à demain!

   

   
Drew
passe ta souris !
HELLOOO... IT'S ME... IM THE ONLY ANDREW BARNES, DREAMING ABOUT WHO WE USE TO BE... J'ai peur de mourir dans un accident de la route, alors quand je conduis, je ferme les yeux.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 23 ans
› Appart : 1203, douzieme étage
› Occupation : étudiante en sciences anthropologiques, barmaid au lumignon blanc
› DC : Aliah & Drill
› Messages : 1283
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mar 5 Avr - 23:39

BLBLBLBL

Edit : le blbl c'était pour être preum's ARROWluvCharlie
Maintenant message d'amour : je t'aime. coeur
Sois ma mamie JAIME


Des fois, tu te sens sirène


Dernière édition par Lizz Moen le Mar 5 Avr - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5347-lizz-nager-dans-l-ombre


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mar 5 Avr - 23:39

OUAIS MAMIE EST LA VIVE LES COOKIES
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Artiste des âmes »
« Artiste des âmes »
› Âge : 25 ans (13 avril)
› Appart : #703 avec mini sam et son perroquet
› Occupation : le soir, elle sert des verres aux âmes esseulées, la journée, la plupart du temps, elle s'retrouve à piquer des peaux de son imaginaire
› DC : avery le truand torturé qui torture, bonnie la mère aux deux amants et tony le cuistot au doux soleil d'Italie
› Messages : 1718
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mar 5 Avr - 23:40

OWIII T'ES LA JAIME
Je t'aime déjà, offre moi des gâteaux I love you


whore machine
Et j’fume l’amour, j’fume la haine, j’fume le temps même, juste pour pouvoir vous tousser mon bonheur en fumée, celui qui s’est fait carboniser par le mégot de mon coeur brisé.
Viens on se fait la guerre pour mieux se faire l’amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2119-siobhan-je-suis-travers


avatar

› Âge : vingt six années qu'elle ne compte plus, qu'elle ne célèbre jamais. (seize avril)
› Appart : cinq cent vingt avec ce qu'il reste des williamson, aidan et arès (la belle et le cabot)
› Occupation : junkie insomniaque, amoureuse de la bouteille. (femme de ménage à l'étoile et au chat noir)
› DC : chuck malverti
› Messages : 1155
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mar 5 Avr - 23:40

MAMIE BETTY FOR PRESIDENT :l: OMG ANGE RIP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6310-sway-to-the-sound-of-a-


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mar 5 Avr - 23:43

La mamie du parking est là. POTTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mar 5 Avr - 23:46

L'incroyable mamie!!! :hihi:
Tu sais dejà ce que je pense de ce personnage! :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mar 5 Avr - 23:57

@Lizz : BLBLBLBL Eh merde, pardon *remet son dentier en place*

@Kee : Comme si j'allais te donner des cookies, comme ça, sans visite. FUCK Assoies-toi dessus et tourne!

@Sio : À quelle saveur tu les veux, poulette? CUTE

@Sway : T'ES FOLLE. Moi, présidente? Ces petits cons du Congrès, ils craindraient trop pour leur peau!

@Pablo : Viens, mon beau, Mamie Betty va te raconter des histoires cochonnes... BAVE

@Evie : Un personnage..? MOI, UN PERSONNAGE? Pff.


Vous aime, nom d'un Jésus en bobette!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mer 6 Avr - 0:26

Rebienvenue coeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mer 6 Avr - 0:30

Parlant de Jésus en bobette BAVE BAVE BAVE BAVE BAVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« requin d'eau douce »
« requin d'eau douce »
› Âge : 56 ans.
› Appart : 142.
› Occupation : Pornographe.
› DC : Makayla la sauvage, Odalie la sirène
› Messages : 869
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mer 6 Avr - 0:34

Ma maîtresse :PERV:


I wonder why I don’t go to bed and go to sleep. But then it would be tomorrow, so I decide that no matter how tired, no matter how incoherent I am, I can skip on hour more of sleep and live.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5328-geert-juste-un-doigt#10


avatar

› Âge : trente et un tourments.
› Appart : #714/ septième ciel, avec le compagnon de cellule et la revenante.
› Occupation : tortionnaire et trafiquant d'armes pour la mafia arabe.
› DC : Badz, Joe & Jay
› Messages : 599
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mer 6 Avr - 0:36

C'est bon les gars, tassez-vous, j'ai trouvé la femme de ma vie :l:
Reeeee dear love JAIME


Bitches they come, they go.
Ne t’en fais pas pour moi. Je suis une ogive nucléaire de destruction massive. J’aurais fait fondre tes petites cuillères et peut-être qu’un jour, une amoureuse radioactive me demandera de la suivre, pour tourner dans la grande roue de Tchernobyl. (violett pi - marie curie)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5326-meredith-not-your-fucki


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mer 6 Avr - 0:38

*ouvre un club de tricot avec sa mamie* :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mer 6 Avr - 0:48

Personne s'approche de ma femme. Surprised
J'ai enfin trouver une digne remplaçante à Verona. NIARK
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3 Mer 6 Avr - 0:56

MDR
(oui j'ai pas mieux ARROWluvCharlie )
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3

Revenir en haut Aller en bas

Mamie Betty - Va te faire foutre, connard. Et prend un petit gâteau! Je t'aime <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Petit déjeuner : que faire quand on n’a vraiment pas faim ?
» TARTE CHOCO-POIRE (à faire avec les enfants)
» Manèges
» petites bouchées au nutella
» Gâteau de bonbons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)