Partagez|


M – L’ÉQUILIBRE FRAGILE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: M – L’ÉQUILIBRE FRAGILE Lun 14 Mar - 0:42

Aodhan Magnus Jarvinen
let's die together, mi amor
Nom Jarvinen, la contrée d’origine déployant son drapeau à travers ce doux patronyme qu’il partage avec sa sœur. Vestiges d’une appartenance révolue, dernier lien les rattachant à la famille qui leur a tourné le dos, Prénom Aodhan, beauté dans ces syllabes. Incontestable et redoutable. Il l’aime malgré la personne qui le lui a donné. Et il n’aime pas qu’on joue avec, qu’on en fasse des surnoms abracadabrants et éreintants. Magnus, caché, dissimulé. Jamais utilisé, Date et lieu de naissance Il n’a pas attendu le retour à la maison. La génitrice ne s’attendait pas à ce qu’il sorte aussi tôt. Détendue dans les vieilles rues de Copenhague, elle a été prise de court deux mois avant l’heure. Paniquée, dirigée vers l’hôpital le plus proche en ce 18 avril de l’année 1988. Césarienne d’urgence, la procédure qui s’avère plus délicate que prévu et qui dure des heures. Du matin au soir, le petit Jarvinen ne se défait du cordon ombilical qu’à 23h57. Deux minutes et quelques secondes de plus, et il aurait fêté son anniversaire le 19 avril. Deux mois et quelques jours de plus, et il n’aurait pas été aussi chétif, ses parents n’auraient pas été aussi craintifs, Âge Il se rapproche de la trentaine mais il ne fait pas son âge. De ces hommes qui vous subjuguent. Intrigants et fascinants. Du signe astrologique du bélier, il a 28 ans pour le moment, Nationalité Là où ils ont vécu pendant trop longtemps à leur goût. Aodhan et sa sœur Louisa. L’Islande, le beau pays souillé par la présence des géniteurs, Origines Bouillon d’ascendances multiples et variées, qu’il arbore avec fierté. Du côté paternel, la finlandaise et l’islandaise et du côté maternel l’irlandaise et l’australienne. Comme si ses grands-parents s’étaient mis d’accord pour ne pas prendre pour conjoint une personne aux mêmes origines. Et que ses parents ont décidé de perpétuer la tradition en se mariant, Statut matrimonial Célibataire, époux de son plaisir. Frivole aux conquêtes innombrables qui se perdent dans ses draps pour s’en évaporer quand il le décide. Refusant de s’attacher à quelqu’un qui oserait perturber l’équilibre qu’il a créé avec sa sœur, et qui menacerait l’harmonie qu’ils ont enfin retrouvée, Orientation sexuelle Chocolat et vanille. Blanc et noir. Thé et café. Il ne se prive jamais des bonnes choses. Il n’a jamais de préférence. Bisexuel, il se laisse entraîner par les désirs du corps qu’il assouvit aussitôt qu’ils viennent réchauffer ses membres. Et il déteste qu’on lui dise non, faisant tout ce qu’il faut pour obtenir une réponse affirmative, Job ou Activité Honnête homme qui ne ferait jamais de l’abject son gagne-pain. Droit et franc, il ne travaille pas au noir. Il est déjà en lui-même une ombre, alors il ne se joint pas à elles. Il travaille en plein jour, infirmier qui ne touche pas grand-chose mais qui aime ce qu’il fait. Aidant les gens dans le besoin avec toujours un sourire accroché aux lèvres, Groupe Tout dépend de ce que vous décidez d’en faire, Crédits Shiya.

Quelque chose en plus à savoir ? Il souffre d’un trouble de déficit de l’attention, et c’est loin d’être une lumière. Il n’a pas cette intelligence exquise, il n’est pas doué pour la conversation. On le trouve souvent stupide, insipide. On ne l’approche que parce qu’il est beau. Et il s’en doute, ça le consume de l’intérieur. Il ne demande qu’à être aimé, qu’à être chéri. Sa sœur est la personne la plus importante, la seule pour qui il déplacerait des montagnes. Alors quand le fil de l’équilibre est rompu, tout change. Aodhan devient violent. Aodhan devient sombre. Aodhan devient vibrant de vengeance, vibrant d’intelligence. Contrairement à l’objectif fixé par les parents, celui-ci dérive d’un amour inconditionnel pour sa petite poupée aux cheveux d’or. Il obtiendra vengeance. Il leur fera payer d’avoir osé blesser son petit ange.

 
feat CHRIS EVANS
Né dans des circonstances spéciales. Beaucoup trop tôt selon les médecins, et la mère convaincue qu’elle a perdu son bébé. Mais pourtant, le bébé chétif braille une fois qu’il a quitté la chaleur de sa génitrice. Comme s’il savait déjà que c’était la dernière fois où elle serait encore en mesure de le protéger. Les soupirs de soulagement ont fusé, malgré la perspective peu réjouissante de passer quelques semaines à l’hôpital pour être sûrs que tout va bien.
L’enfance ordinaire, ni trop heureuse, ni malheureuse. Choyé par les parents qui voyaient en lui beaucoup de choses. Convaincus qu’il deviendrait un médecin, un avocat ou une autre foutaise de ce genre. Comme si le succès était défini par ce métier d’avenir. Leur déception fût grande lorsqu’il s’avéra que leur fils n’allait peut-être pas atteindre cet objectif. Trop dissipé, trop peu attentionné, son hyperactivité lui valut toutes les engueulades du monde. Et les essaies pour le brider et le dompter étaient une pure torture pour le gamin.
La petite sœur s’en vient, quelques années plus tard. Eux qui ne voulaient qu’un seul enfant avaient soudainement décidé d’en avoir un autre. Sûrement pour rectifier le tir. Parents indignes, privant Aodhan de l’amour qu’il ne croit plus mériter. Trop bête, trop stupide à leurs yeux. Ils ne voient que le mal lorsqu’ils le regardent, et ignorent tout le bien qui l’entoure. Cette gentillesse dans un monde trop cruel. Ces continuelles pirouettes, juste pour obtenir un minimum d’attention. Les bêtises qui se multiplient, et le même résultat final : la punition au lieu de l’affection.
Il déteste ce petit être qui a sept ans de moins que lui. Poupée de cire qu’il voudrait jeter par terre. Qu’ils s’en lassent et qu’ils la cassent. Cette intruse qui le plonge encore plus profondément dans le puits d’obscurité. Il aimerait voir son visage se fissurer sous le choc. Il aimerait la détruire puis encore tenter de reconquérir les géniteurs. Au final, elle sera la personne qu’il aimera plus que tout au monde.
Il peut le voir. Avec clarté. L’impact qu’ils ont sur elle. Cette âme innocente qui devient machiavélique. Contrairement à lui, elle a le potentiel. Contrairement à lui, ils lui demandent et elle exauce leurs vœux. Pour les mêmes raisons qui l’ont poussé à vouloir se faire remarquer, elle obéit sans broncher. Et elle devient ce monstre qu’ils font d’elle de jour en jour. Il n’y tient plus. Ils doivent partir.
C’est comme une sorte de kidnapping. La petite sœur qu’il supplie, le souffle coupé, les syllabes étranglées dans sa gorge. À dix-huit ans, elle le regarde avec des yeux pleins de consternation. Ils peuvent partir. Juste tous les deux. Loin de tout, loin d’eux. Elle le voit dépérir de jour en jour. Et elle ne supporte pas ça non plus. Elle ne souhaite pas qu’ils deviennent tous deux cadavres à cause des deux monstres qui leur ont donné la vie. Alors, elle accepte. Ils partent tous les deux, ils quittent le domicile familial en prétextant une excursion qui provoque la réticence de la mère aux lèvres pincées. Pour ne jamais revenir.
Le Parking. Mieux que cette maison froide. Du moins aux yeux du frère. Louisa ne le voit pas du même œil. Elle déteste cet endroit. Le luxe lui manque. Mais elle tient bon. Juste pour ne pas décevoir Aodhan le débile, l’imbécile qu’elle aime plus que tout. Il lui dit de suivre son rêve, à Louisa. Elle peut devenir photographe ici. Il lui paie ses caméras avec un grand sourire niais sur le visage. Et elle le rassure, elle lui dit qu’elle se plait ici, elle lui dit qu’elle ne le quittera jamais.
Mais Louisa, quand Aodhan ne la regarde pas, elle se comporte mal. Elle fréquente les mauvais. Elle s’adonne à la poudre blanche, aux seringues emplies du poison, aux fumées voluptueuses qui affectent son jugement. Louisa, elle veut l’argent. Louisa, elle veut qu’ils soient heureux dans la richesse. Alors de son côté, elle se fait des relations. Intelligence incisive et agressive. Pourtant, elle s’est plantée. Elle a trop fourré son nez dans les affaires des autres. Elle a creusé dans le mauvais trou, et les conséquences ont été terribles.
Aodhan remarque qu’elle ne va pas très bien. Il lui demande, il insiste, il la conjure de lui révéler ce qui la ronge de cette façon. Elle ne peut pas lui cacher comme elle le voudrait. Elle se rend compte de ses erreurs. Elle n’aurait pas dû faire ce qu’elle a fait. Elle a trop joué avec le feu, et ce sont des brûlures irréparables qui parsèment sa peau douce. Il ne peut pas le comprendre, Aodhan. Il ne sait pas dans quel pétrin elle s’est fourrée. Il ne comprendrait pas, il serait trop malheureux. Alors, elle ne lui dit rien, elle s’en sortira toute seule et elle essaie de le réconforter du mieux qu’elle peut.
C’était une nuit normale à l’hôpital. Il travaille plus d’heures que d’habitude en ce moment. Il se tue à la tâche, au point où il dort deux heures par nuit. Il n’aime pas ça, que Louisa soit toute seule dans l’appartement. Mais c’est pour elle qu’il enchaîne les gardes. C’est pour lui offrir quelque chose qui lui ferait plaisir. Elle a besoin de joie en ce moment. Il le sait. Peut-être regrette-t-elle les jolies choses que les deux monstres lui offraient pour la soudoyer. Il doit lui montrer que lui aussi lui donnerait tout s’il le pouvait. Il est juste en retard, il a un peu besoin de temps. Mais elle, elle n’a pas le temps. Elle avait besoin de la carrure rassurante de son fraternel. Elle avait besoin de ses poings durs pour la protéger de ceux qui s’abattent sur son corps fragile. Elle finit à l’hôpital. Il la voit, Aodhan. Là, devant ses yeux ouverts d’horreur. Comme dans un cauchemar dont il ne peut pas se réveiller. Les bleus qui parsèment son épiderme tendre, les yeux gonflés et fermés, le sang séché. Partout, partout. Elle ne se réveillera pas. Ni ce soir-là, ni le lendemain. Coma. Elle tombe dans le coma. Et le cœur d’Aodhan aussi.
   
   
Que la sensation est douce Petite putain qui se croit tout permis. Salope indigne de son intérêt, mais qui excite pourtant ses désirs de violence. Elle envoie ses mots empoisonnés, ensemencés de son parfum qui attise le désir. Elle demande de l’argent, elle réclame de la reconnaissance pour son silence. Elle a vu. Quelle imprudence ont-ils bien pu commettre pour qu’elle ait tout aperçu ? C’est une fuite qu’il faut à tout prix colmater. Mais ce n’est pas là la priorité. D’abord se débarrasser de ce microbe qui s’est cru inatteignable. Chantage naïf qui le sort de ses gonds. Il n’en parle pas à Francesco. Il sait qu’il prendrait les choses en main, qu’il le priverait de cette occasion inouïe d’en venir aux poings. Se croit-elle donc si invincible, si invisible ? Comme s’il ne pouvait pas la retrouver. Comme s’il n’avait pas aperçu les regards en biais. Comme s’il n’avait pas reconnu les effluves qu’elle dégage avec une assurance qui frôle l’indécence. Elle a des photos des jumeaux en action. Comment ? Il se tourne et se retourne la question dans la tête. Il imagine sans mal la colère de Franco s’il venait à l’apprendre. Il étudie le terrain. Rapidement, prestement. Il a le temps, elle lui a donné un délai pour rassembler l’argent. Et quand il finit d’analyser, il passe à l’action. Les os craquent et se difforment. Le regard s’assombrit, et le sourire devient rictus cruel et sensuel. Transformation en prédateur au pelage tissé à l'encre de la nuit, mille corbeaux semblent avoir fusionné avec la silhouette hostile. Pas lents et pesés, elle se déplace, la panthère meurtrière aux crocs d'ivoire. Elle toque à la porte, s’éloigne du judas et se saisit de la gorge frêle. Les canines se montrent, et la danse macabre commence. Il la souille, il la brise, il lui fait payer sa traîtrise. Il fouille l’appartement, muni de ses gants. Il lance un appel anonyme, prend une douche et attend que l’affaire lui soit affectée.

Ce serrement de la bouche qu’il scrute avec attention. Ces billes qui vrillent le vide, qui accompagnent le visage livide. La réputation du garçon qui n’a jamais vraiment grandi. Maintenant, il l’a fait. Après avoir presque perdu sa sœur, qui ne tient à la vie que par un maigre fil. Elle ne se réveillera pas. Fausto compte bien là-dessus. Il n’a pas peur de son erreur. Il assume tout ce qu’il a accompli. Il avance sans aucune crainte. Le plus important est que Francesco ne soit pas mêlé à ça. Détective chargé du crime, c’est ironique et drôle. Se munissant de ce ton compatissant qu’il emploie avec le crétin qui lui fait face. Il doit creuser, il doit savoir tout ce qu’elle lui a dit. S’il est complice, s’il est en possession d’informations compromettantes. Mais aussi, il se repaît des ravages qu’il a lui-même causés. Il se nourrit de la peine qu’il a engendrée.  La détresse et la tristesse sont une ode aussi funeste que glorieuse. Là, entre cette carcasse fracassée sur l'autel du défi et ce gamin dont le myocarde a été réduit en bouillie, il déambule cruellement. L'esquisse d'un fin sourire étirant ses babines moqueuses. Masque de la commisération dressé en barrière pour arriver à ses fins. Il lui offre ses vœux de bon rétablissement, ses promesses de faire tout ce qu’il peut pour attraper le criminel responsable. Ceux qui s'opposent à l’enthousiasme inhumain devant ces individus anéantis. À cet amour démesuré qu'il a déchiré comme des feuilles de papier. Leurs vies n'ont pas de sens, leurs morts sont sa vengeance. Pris de court lorsque le grand gaillard a les larmes qui coulent sur les joues. Faiblesse qui l’exaspère. Et mû par une inspiration sans pareille, il le prend dans ses bras. Brûlant d’extase devant l’ignorance du fou qui se jette la tête la première dans l’océan de son étreinte. Ignorant qu’il est tout simplement en train de câliner l’assassin de la beauté de sa petite sœur chérie. Se laissant aller à la vulnérabilité devant celui à qui il montrerait un nouveau côté de son être s’il savait qui il était.


Dernière édition par Fausto Scorza le Dim 3 Avr - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: M – L’ÉQUILIBRE FRAGILE Lun 14 Mar - 0:42

Vas-y, je dois écrire ça aussi
Je vous bz

Ouais, bon, t’as intérêt à venir si t’en es arrivé là

Franchement, si tu as lu tout ça, c’est pas pour rien quand même, hein. ROBERT Alors, viens donc là que je te fasse l’amour un peu. Ou beaucoup. Tout dépend de ton enthousiasme. NIARK Oui, bon, on va laisser le bavardage pour plus tard, d’abord, on va parler des trucs négociables, ceux qui ne le sont pas, etc, etc. Surprised

AVATAR : Ouais, ouais. J’ai choisi Evans parce que franchement, il me parle. Je le vois beaucoup dans le rôle, c’est avec lui que j’ai imaginé tout ça. Mais franchement, je ne suis pas du genre à écrire avec une personne pour son avatar. What a Face C’est vraiment un truc hyper secondaire à mes yeux, alors il est carrément négociable même si ça me rendrait super heureux si tu pouvais opter pour lui quand même. AS Mais du coup, on pourra en parler, la seule condition pour l’avatar, c’est franchement qu’il soit crédible. Parce que bon, Robbie Wadge par exemple, il ne fait carrément pas le physique de l’emploi. GNOE Juste au cas où, je mets une liste vite fait des premières célébrités qui me passent par l’esprit et qui conviendraient. Sans ordre de préférence, il n’y a qu’Evans qui me tient spécialement à cœur : Lee Pace, Matt Bomer, Ryan Reynolds, Sam Claflin, Luke Grimes, Iwan Rheon, Sean Faris, Chris Zylka, Jack O’Connell. Je garde bien entendu mon droit de véto au cas où. ROBERT

HISTOIRE, DÉTAILS PERSONNELS, ETC : Tout est absolument négociable. Vraiment. Tout ceci n’est qu’une ébauche créée en ce matin de dimanche. Moi je n’avais que le lien en tête, et puis le reste est venu en écrivant. Vous pouvez aisément faire mieux, me surprendre et tout. La seule condition, c’est les trucs qui vous paraissent vraiment essentiels pour le lien quoi. Le fait qu’il soit un peu niais, une sorte de Peter Pan qui est incapable d’enlacer la vie adulte. Responsable, mais qui reste un gamin dans sa tête. Le fait qu’il ait une sœur aussi, qu’il aime plus que tout. Je crois que les détails qui restent quand même nécessaires à conserver sont clairs. Mais sinon pour le pseudo, l’âge, les origines, tout ça, c’est amplement remplaçable. MR GREEN

LIEN : Si on fait un scénario, ce n’est pas pour faire joli. Surprised Alors oui, le lien est ce qu’il est. Fausto a tabassé la sœur du coco, il n’est pas content, il va devenir plus sombre. Et Fausto va l’accompagner dans cette obscurité dans laquelle il va se complaire. Fasciné par ce qu’il a créé. Comme un papa fier de son enfant. Il a ce genre de complexes, Fausto, oui. Après, comment ça va évoluer ? C’est vraiment selon toi, selon moi, selon ce qu’on écrit ensemble. Rien n’est fixé à l’avance. Rien n’est déterminé. Je fais ce scénario parce que ça m’inspire, qu’il m’est venu en tête et que j’en avais envie. Pas parce que je recherche quelque chose en particulier. Les développements possibles sont multiples et variés, et ce sera selon notre convenance. On fait péter les idées, on choisit celle qui nous plaît, on se lance et on voit ce que ça donne. Alors si vous cherchez une histoire d’amour digne des contes de fées, ce n’est pas ici que vous la trouverez, navré. MDR Ce sera extrêmement compliqué entre eux, et bon, pour pimenter les choses, il faudra bien qu’un jour Aodhan découvre l’implication de Fausto. Ou qu’il la soupçonne du moins. J’ai beaucoup de suppositions sur la suite que prendront les événements, mais absolument rien n’est fixé. J’insiste beaucoup sur ce point, parce que je veux être étonné, surpris, séduit. Tout ce que vous voulez. Je ne cherche pas à mettre la pression, je veux juste être clair pour qu’il n’y ait pas de déceptions ou de malentendus. HEHE

RP ET PRÉSENCE : Tant qu’il y a de la matière à exploiter, tant qu’il y a du contenu qui m’inspire, tant que c’est plutôt bien écrit et qu’il n’y a pas dix fautes en quatre mots, vous pouvez même faire 500 mots, je m’en fous. Pour la présence, je suis un procrastinateur avéré qui laisse toujours les révisions pour les examens jusqu’au dernier moment. MDR Donc généralement, je suis là tous les jours, sauf si ma vie sociable se fait plus insistante que d’habitude. Mais je passerais quand même, ne serait-ce que pour répondre aux MPs. Car je suis un adepte des MPs oui, je trouve que c’est très important de connaître la personne avec qui on écrit dans certains cas. Une sorte de complicité qui permet d’avoir mieux d’idées. Bon, parfois ça ne passe pas et on n’y peut rien, l’alchimie tout ça, mais ça m’est arrivé très rarement même si c’était plutôt décevant comme expérience. HUM

AUTRES : Je veux quelqu’un qui s’investit. Qui ne RP pas qu’avec moi, qui cherche à faire évoluer son personnage, qui veut s’intégrer à tout prix pour avoir le maximum de liens. Franchement, pour le flood et la chatbox, moi-même j’y suis rarement pour le premier et selon l’envie pour la deuxième. Mais je pense que c’est important que vous aimiez votre personnage, et pas seulement le lien avec Fausto. C’est ce qui me permettra de vous garder le plus longtemps possible, parce que je ne veux pas 60 000 Aodhan. Un seul serait suffisant à mes yeux, si j’en ai trop qui se succèdent, je risque de me désintéresser et de le faire supprimer.

Voilà. J’en ai terminé avec mes exigences de tyran. C’est pour garder les meilleurs à la fin, et faire détaler les plus faibles. Surprised Comme je l’ai précisé dans la partie «AUTRES», je veux vraiment que ce scénario soit pris une seule fois et qu’il ne soit pas lâché jusqu’au bout. Alors si après tout ça, vous êtes toujours tenté de vous inscrire, je vous attends et j’ai hâte de vous piétiner sur le cœur. SIFFLE Et que vous piétiniez sur le mien. What a Face
Revenir en haut Aller en bas

M – L’ÉQUILIBRE FRAGILE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» M – L’ÉQUILIBRE FRAGILE
» déséquilibre du visage
» trouble de l'équilibre
» Du bonheur d'être fragile
» N'aie pas peur, même si tu es fragile comme le papillon, tu as du prix à mes yeux, et je veille sur toi », dit Dieu.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)