Partagez|


Joyce Jones - there's so much history in these streets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Joyce Jones - there's so much history in these streets Mar 8 Mar - 22:51

Joyce Jane Jones
what if we close our eyes ?
Nom Jones, un nom banal, un nom si utilisé, si connu, un nom qui se fond dans masse ; un nom qui ne te va pas du tout, toi qui a généralement l'habitude de te faire remarquer. mais Jones, c'est surtout le nom de ta mère, cette femme qui t'a élevée seule. Prénom Joyce, mais t'aimes pas quand les gens t'appelles comme ça, parce que t'aimes pas ce prénom. alors tu préfères qu'on te surnommes joy. joy, la joie. tu trouves ça marrant parce que t'as jamais été joyeuse toi.Date et lieu de naissance un 29 septembre, presque neuf mois après le nouvel an. coïncidence ? tu t'es jamais posée la question parce qu'en vérité la réponse tu t'en fous. et aux Etats-Unis, dans le Bronx plus précisément, dans l'hôpital le plus proche du Parking. t'es née dans le parking et t'y crèveras, c'est comme ça que tu vois ta vie. Âge 21 ans, mais tu fais plus. t'es marquée par la misère, marquée par la tristesse, marquée par la vie. Nationalité américaine, t'as jamais connu un ailleurs et tu t'en fiches bien, le monde extérieur il te tente plus vraiment. Origines t'aurais des origines britanniques, d'autres russes, tu sais pas vraiment ta mère aborde jamais le sujet avec toi elle dit que c'est pas important. alors quand on te pose la question tu réponds généralement que tu viens du parking et c'est tout. Statut matrimonial célibataire tu vis avec toi-même au quotidien et c'est déjà suffisamment dur à supporter. Orientation sexuelle rien, tout, n'importe qui, n'importe quoi. on pourrait croire que t'es pansexuelle mais la vérité est beaucoup moins glorieuse: en vérité tu prends juste ce qui te passe sous la main. tout c'que tu veux c'est un contact, un peu de chaleur, tu t'en fous de qui te la donne. Job ou Activité t'as volé, t'as menti, tu t'es vendue aussi un peu. pour le moment t'es rien. tu verras bien ce qui t'arriveras, mais t'attends pas grand chose, t'as jamais fait d'études, t'es une ratée t'imagines bien que personne voudra jamais de toi. Date d'arrivée au Parking née et élevée au parking, t'es partie avec ta mère à 14 ans mais t'es finalement revenue, y a quelques jours, le 6 mars 2016. En cas de suppression, acceptez-vous que votre personnage soit scénarisé why not. Groupe t'es de ceux qui survivent - tant bien que mal, envers et contre tout.Crédits mischievous wink.  


feat ira chernova
Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? y a quelques années t'habitaient ici, et t'es revenue y a quelques jours - six jours - sans trop savoir comment, sans trop savoir pourquoi. t'avais rien, pas de logement, pas d'argent, tu t'apprêtais à vivre sous l'abri-bus parce que t'avais nul part où aller. mais t'as rencontré siobhan et elle a changé ton destin. vous avez emménagé ensemble sans vraiment savoir si ça allait coller. mais au moins maintenant vous avez toutes les deux un toit au-dessus de la tête.

Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? rien. t'en penses rien. juste que c'est chez toi, c'est ton univers, ta maison. une maison un peu miteuse. une maison un peu comme toi. c'est pareil pour tes voisins, tu les vois pas la plupart du temps, tu t'intéresses pas vraiment à eux, mais tu te sens bien avec eux. t'as pas à faire semblant avec eux. parce qu'il sont comme toi eux aussi, ils sont tous un peu miteux.

Quelle est votre réputation au sein du quartier ? t'es pas grand chose, t'es presque personne. personne te connaît, personne te reconnaît. pour certains t'es la fille de la mère jones, t'es la fille de la folle qu'a foutu le camp pour offrir une vie meilleure à son enfant. pour eux, t'es le rappel vivant qu'on peut pas fuir le parking. pour d'autres t'es la fille à moitié morte de faim, aux membres faméliques, qui a échoué sur le pas de l'immeuble et qui a souri - même si personne savait pourquoi. et pour les derniers t'es juste une fille. la fille aux tatouages, qu'a toujours une clope à proposer aux autres comme si tu prenais plaisir à les voir crever à petit feu.


La flamme qui s'élève, dansant dans l'air, dansant dans les ombres, devant tes yeux noirs comme un puis sans fond et ce sourire qui ne quitte pas tes lèvres. Un sourire sans joie, un sourire malsain, un sourire rendu encore plus inquiétant par la faible luminosité de la pièce. Tu tends la main, t'avances le doigt, tu frôles cette chaleur un instant - un trop court instant. Tu frissonnes. D'excitation ? De douleur ? Toi-même tu sais pas trop. Mais il t'en faut. Plus. Ton pied s'abat sur ta commode, plusieurs fois, jusqu'à parvenir à arracher un bout de bois que t'approches de la flamme, d'abord doucement, puis avec plus de bestialité, jusqu'à ce que le feu prenne. Tu lâches le briquet avec un petit sursaut. Ton regard se perd dans les longues langues rougeoyante. Et pendant un moment t'oublies - tout.

What if...
What if we run away?

T'oublies le Parking dans lequel t'as grandi, partageant avec ta mère un studio si petit. Ton père avait payé l'hôpital et puis avait disparu. C'était le deal. T'étais une tâche dans sa vie, une tâche qu'il essayait d'effacer à coup de pension alimentaire. Il a jamais voulu te voir, même pas quand t'es née. T'étais l'erreur de sa vie. Mais pas celle de ta mère. Ta mère t'es sûre qu'elle t'a aimé quand elle t'a serrée contre elle pour la première fois. Quand elle t'a bordée dans ton lit d'enfant. Quand t'as dit ton premier mot. Mais ta mère elle a jamais su exprimer son amour alors elle t'a souvent criée dessus. Au moins quand elle s'énervait, elle était là. Le reste du temps tu le passais entre des mains étrangères, des amis parfois, des voisins la plupart du temps, des inconnus en général. T'as grandi dans ton enfer en béton, avec l'ombre de ta mère. Mais tu la chérissais cette ombre.

What if...
What if we left today?

T'oublies ce jour où ta mère est rentrée, radieuse, après avoir fait la rencontre de sa vie. La manière dont son visage s'est transformé quand elle a vu que t'avais cassé la petite télé dans laquelle elle avait versé des mois d'économies. T'as cru qu'elle allait te tuer ce jour-là alors t'as fui. Tu voulais fuir le plus loin possible mais tu savais pas où aller. Tu connaissais que le parking toi. Et l'école. Quand t'y allais. Alors tu t'es juste planquée dans un coin, t'as attendu que l'orage passe. T'es restée là toute la soirée, une bonne partie de la nuit, caressant du bout des doigts la pâquerette qu'un gamin de l'immeuble t'avais offert pour ton anniversaire. Ton anniversaire. T'y croyais pas à ces conneries. Les anniversaires c'est fait pour les riches qui peuvent s'le permettre.

What if we said goodbye to safe and sound?
T'oublies cette annonce qui a totalement changé ta vie. Quand ta mère t'a bouclée dans une voiture et t'a dit après une demi-heure que vous partiez pour l'ohio. Au début t'y as pas cru. Mais t'as été obligée quand t'as vu le charmant appartement dans lequel t'allais vivre, avec ta mère et son nouveau fiancé. Il avait une fille lui aussi. De huit ans ta cadette, elle atteignait tout juste les six ans. Tu l'as tout de suite détestée. Parce qu'elle était pas comme toi. Parce qu'elle était saine d'esprit elle, qu'elle avait toujours été choyée, qu'elle avait toujours bien vécu. Tu la détestais tellement qu'un soir t'es restée deux minutes à côté de son lit dans la chambre que vous partagiez, serrant dans ton poing l'oreiller avec lequel t'aurais aimé la faire disparaître. Faire disparaître son visage innocent, son expression heureuse, sa respiration apaisée. C'était ça qui t'avait rendue folle. Qu'elle soit si calme, alors que toi tu dormais si mal.

What if...
What if we're hard to find?

T'oublies le second déménagement, beaucoup plus long cette fois. Quand vous êtes partis à Seattle pour le travail de ton beau-père. Ce jour-là t'as pas décroché un mot, les lèvres serrés, la musique dans les oreilles. Le soir-même alors que tu t'étais isolée dans ta chambre pour chantonner les paroles de ta chanson préférée, ton beau-père était venu s’extasier sur ta voix. Il t'a sourie. Et t'as entrevu un avenir heureux, de joie et de rires. Alors tu lui as hurlé de dégager. T'en voulais pas de cet avenir. Le bonheur, tu savais pas quoi en faire. A partir de ce jour-là ta position de vilain petit canard s'est renforcé, tout le monde t'évitait dans la maison et t'évitais tout le monde aussi. Même ta mère. Ta mère qui avait cessé de l'être le jour où elle s'était mariée. Tu passais de moins en moins de temps chez toi, de plus en plus chez une de tes voisines, qui te donnait des cours de chant.

What if...
What if we lost our minds?

T'oublies cette dispute qui a résonné dans tout l'appartement. Ces voix qui s'entremêlaient, se rejoignaient, s'éloignaient. Et cette silhouette qui est entrée dans ta chambre, s'est blottie contre toi dans ton lit. Ces grands yeux qui t'ont fixée. Et cette voix fluette qui t'a demandée une chanson. Elle avait dix ans ta petite soeur à cette époque. Et tu la détestais toujours autant. Mais toi aussi t'avais besoin de t'évader. Toi non plus tu supportais plus les cris. Alors t'as chanté toute la soirée, une bonne partie de la nuit. T'as continué à chanter même quand la dispute s'est calmée, même quand ta soeur s'est endormie, même quand ta voix fatiguée s'est réduite à un murmure. Et puis tu t'es levée. Tu t'es postée dans la cuisine, face à ta mère. Dis maman pourquoi tu restes avec ce type ? Tes yeux parlaient, ta bouche refusait de s'ouvrir. T'as croisé le regard, fatigué et las, de ta génitrice. Parce que j'ai rien d'autre. Une réponse muette aussi. Mais t'as interprété la lueur désespérée dans ses prunelles. Et t'as pris peur. Ce soir-là t'as préparé ton sac, t'as pris autant d'argent que tu pouvais. Ta mère était toujours dans la cuisine. Vous vous êtes regardées une dernière fois, toi bagages sur l'épaule, chaussures aux pieds, elle cernes sous les yeux, traits vieillis. T'es con, disaient tes yeux. Je t'aime, disaient les siens. Et puis elle t'a laissée filer. Et vous ne vous êtes plus jamais revues.

What if we left them fall behind
And they're never found?

T'oublies les longs jours de famine, de galère. Cet argent trop vite dépensé dans des choses futiles, dans des bouteilles, dans des tatouages, dans des clopes. Des clopes que tu fumais pas d'ailleurs parce que t'as jamais aimé le goût. Mais que t'offrais, comme des offrandes, que t'offrais pour un peu de chaleur, un peu de compagnie. Pendant trois ans t'as sillonné les Etats-Unis. Tu t'es cherchée, mais tu t'es jamais trouvée. T'es qui au juste? Juste cette fille qui survit, cette fille sans le sous, qui mendie, rend quelques services, vole, soudoie, se vend, tout ça pour quelques pièces qu'elle va s'empresser de dépenser en tatouages et en pâtisseries. Et quand t'as déboursé le moindre centime, la galère recommence. A chaque fois. Comme un cercle sans fin.

Oui, t'oublies tout ça, le regard fixé sur cette flamme. Jusqu'à ce qu'un cri te fasse lever la tête, que tu sentes quelqu'un venir attraper rageusement le - ton - bout de bois pour l'éteindre. Tu te prends une claque. Une deuxième. Tu ressens rien. Tes yeux noirs, inexpressifs, restent fixés dans les siens. Il a peur, te traite de monstre, te chasse de chez lui. Et la fuite reprend. Encore. Toujours. Mais plus pour longtemps cette fois. Deux jours plus tard t'échoues au parking, comme une baleine rejetée par la mer. Comme un oisillon qui retrouve seul le chemin de son nid. Bienvenue, t'es de retour dans ton univers, dans ton enfer en béton. Tu fermes les yeux. Et tu souris. Bienvenue, t'es rentrée chez toi.

alice
passe ta souris !
alice, 20 ans, étudiante en lettres modernes, présente à chaque fois que j'pourrai. de ceux c'est un petit bijoux que j'ai côtoyé il y a très longtemps et sur lequel j'ai gardé un oeil depuis, parce que j'ai rarement été aussi attirée par un forum.


Dernière édition par Joyce Jones le Sam 12 Mar - 23:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Mer 9 Mar - 0:27

Bienvenue sur le forum !

Étant un squatteur, on sera pas coloc mais j'espère que tu trouveras !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Mer 9 Mar - 18:27

bienvenue demoiselle =) sublime demoiselle :l: je veux bien te faire une place dans mon lit HEHE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Le Loup »
« Le Loup »
› Âge : 26 ans (12 novembre)
› Appart : #520 (F4) avec les orphelins Williamson et l'orpheline de la vie
› Occupation : en taule
› DC : la tatouée espagnole, le cuistot italien et l'hystérique enceinte
› Messages : 3040
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Mer 9 Mar - 18:29

j'te mp de ce pas beauté HEHE !
bienvenue (enfin re-bienvenue BRILLE ) sur ces mots !



monsters are in your head
williamson ⊹ mais j’passerais pas ma vie à m’demander quand elle commence. (by anaëlle)

PERSONNAGE EN PRISON. ho
(mais possibilité de rp)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t1711-avery-un-coeur-c-est-lo


avatar

› Âge : vingt-sept ans
› Appart : #1401 - 14e étage
› Occupation : je me suicide à petit feu.
› Messages : 3626
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Mer 9 Mar - 18:36

Bienvenue au Parking :l: Bon courage pour ta fiche BRILLE



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t


avatar

› Âge : vingt six années qu'elle ne compte plus, qu'elle ne célèbre jamais. (seize avril)
› Appart : cinq cent vingt avec ce qu'il reste des williamson, aidan et arès (la belle et le cabot)
› Occupation : junkie insomniaque, amoureuse de la bouteille. (femme de ménage à l'étoile et au chat noir)
› DC : chuck malverti
› Messages : 1154
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Mer 9 Mar - 18:41

ira c'est la plus belle :l:

Bienvenue ici, tu vas voir, c'est beau ANGE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6310-sway-to-the-sound-of-a-


En ligne
avatar

› Âge : 45 ans
› Appart : 1210
› Occupation : Médecin légiste dans le commissariat du coin
› DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie
› Messages : 2299
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Jeu 10 Mar - 1:25

Bienvenue parmi nous jolie demoiselle CAÏN LE CAÏN



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa


avatar

› Âge : vingt-six années rongées par sa folie meurtrière
› Appart : #717 la frangine envolée, éclatée dans les rues du Bronx ou ailleurs et lui seul dans un trop grand appart
› Occupation : il a abandonné la drogue, les contrats sanglants, traqué par les gros poissons qui veulent écraser la vermine
› DC : Riley la camée aux dessins morbides
› Messages : 1530
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Jeu 10 Mar - 1:27

han qu'elle est belle BAVE bienvenue ! NIARK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5441-ugo-de-ceux-qui-prennen


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Ven 11 Mar - 13:26

Bienvenue !
Pour la colocation, n'hésite pas à laisser ta griffe dans les mots doux, ça sera peut-être plus visible ;)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Ven 11 Mar - 22:18

IRA.
Bienvenue chez toi. CULOTTE A DASHATTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Sam 12 Mar - 4:43

BAVE

Tant bien que mal, envers et contre tous, bienvenue sur De ceux. Survivre, c'est un peu comme patauger dans le néant comme on bat de la crème pour en faire du beurre pour espérer s'en sortir. Sauf que hein, si le beurre sauvait des vies, on en lancerait à la gueule des cancéreux. ARROWluvCharlie
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« révolé sa mère. »
« révolé sa mère. »
› Âge : Tantôt gamin, tantôt blasé comme un homme âgé, il vient d'atteindre le 19 ans et on s'en fout.
› Appart : #1411 (F2) avec le fantôme de sa mère la junkie, Badz Hijodealgo le fagg et Lincoln le renardeau perdu.
› Occupation : Saboteur, Al passe sa vie à se griller lui-même. Devenir dealer n'était sans doute pas sa plus riche idée...quoique, ça lui a rapporté pas mal, t'as pas vu ses Nike neuves ? Bah voila. Puis sinon, on le trouve au garage de Deirdre aussi.
› DC : Ekaterina et Misha
› Messages : 4015
› Nombre de RP : 22

Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Sam 12 Mar - 11:12

Bienvenue parmi nous HAWW
Tu fais pas semblant d'être belle toi ROBERT


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2900-al-o-la-bombe-a-retarde


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Sam 12 Mar - 11:15

Bon retour parmi nous du coup CUTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Sam 12 Mar - 19:52

Désolée pour le retard, j'ai eu une semaine assez chargée mais j'attaque ma fiche pour de bon CANDICHOU
Merci à tous pour l'accueil, j'réponds pas à tout le monde personnellement mais sachez que vous êtes adorables, et ça fait super plaisir de voir qu'ira autant appréciée.  :l:

dante, proposition alléchante, y a pas de loyer à payer hein? HEHE
sway, ta miss est plutôt pas mal non plus ho (même si j'la connaissais pas) (honte à moi)
tiens le fameux ugo, j'ai pas mal entendu parlé de toi  HEHE merci !
yann, j'avais hésité à le faire oui (et finalement j'ai pas osé, ok ça craint), merci !
andrew, quelle poésie. mais je crois que personne n'a jamais essayé de lancer du beurre aux gens pour les guérir, faudrait peut-être essayer? tu tiens un concept.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt et un ans, toujours pas adulte.
› Appart : #1014, le F4 de papa. L'appart trop grand, trop vide.
› Occupation : Elle a trouvé ce petit job à la supérette du quartier, derrière le bip abrutissant de la caisse enregistreuse. Elle vole encore, de temps en temps, des relent d'argent facile.
› DC : Marshall le branleur, Carl le taulard
› Messages : 1787
› Nombre de RP : 5

Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets Sam 12 Mar - 20:01

Oh mais qu'elle est belle OMG

J'viendrais te harceler pour un lien :l:
Bienvenue et bon courage pour ta fiche :l: :l:



Rien. Rien d'important. J'te disais juste que j'allais pas bien et que je partais en couille ces derniers temps, que j'avais un peu envie de crever et beaucoup envie de chialer mais tu sais c'est pas important tout ça, ça vas passer, ça finit toujours par passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5395-leo-ses-baisers-laissai


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Joyce Jones - there's so much history in these streets

Revenir en haut Aller en bas

Joyce Jones - there's so much history in these streets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» (2008) Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal
» Inscriptions du médaillon d'Indiana Jones
» Catherine Zeta Jones bipolaire
» Un nouveau documentaire de History Channel sur les ovnis
» Présentation - Carter Jones au rapport

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)