Partagez|


Dolorès - une gaieté triste comme la nuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar

« La tête ailleurs »
« La tête ailleurs »
› Âge : Vingt piges mais ça fait déjà quelques temps que ça a arrêté de tourner là-dedans.
› Appart : 203, avec maman et le poisson rouge
› Occupation : Lycéenne redoublante ad vitam aeternam, à l'acceuil de la Lanterne Rouge le soir, elle s'occupe des vestiaires.
› DC : Makayla la sauvage et Geert le belge
› Messages : 427
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 3:00

Dolorès Soledad Méliès
Un enfant, ce monstre que les adultes fabriquent avec leurs regrets.
Nom Ça lui coule dans les veines, les voyages dans la lune et les royaumes des fées, les pellicules tachées et trouées, les magouilles de prestidigitateur qui coupe et colle le papier film. C'est le sang dilué des Méliès qui lui courent dans les veines et les vieux films en noir et blanc qui lui défoncent la pupille, c'est un nom qu'il porte avec arrogance sans savoir lui faire honneur. Prénom Il hait ses prénoms autant qu'il les aime, il les cache autant qu'il les expose, ils le définissent autant qu'ils l'écorchent. Dolorès après avoir déchiré la chatte de sa mère avec sa tête immonde de bambin dégueulasse, Soledad parce que le gynéco avait pas vu son pénis à l’échographie et que de toute façon il n'y en avait déjà que pour Hélias, pas le temps de lui trouver un nouveau blase au deuxième fils qu'on attendait pas.Date et lieu de naissance Il est née dans la baignoire, juste après son frère, comme s'il en pouvait plus d'être à l'intérieur de la madré, nourri aux herbes et aux biscuits biologiques par un cordon ombilical trop sain. Il sait pas pourquoi la baignoire, il a jamais demandé, peut-être qu'il a jamais voulu savoir, mais c'était un 25 décembre, peut-être entre la dinde et la bûche. Âge Rien de glorieux, le temps qui passe et puis c'est tout. 25 ans à rien foutre, à se branler dans sa chambre, à maltraiter les planches de skateboard contre les trottoirs de la ville, à veiller sur le limité qui lui sert de frère. 25 ans à être en colère, sans vraiment savoir pourquoi. Nationalité Y'a jamais eu que les sacro-saintes États Unies qu'ont été foulé par ses pieds, il est jamais sorti de l'Etat de New-York, Dolorès, il a jamais quitté les frontières de la ville que pour aller voir papi Méliès en banlieue, il sait même pas conduire une voiture, Dolorès. Pour aller où ? C'est ici, chez lui, c'est la péninsule à la merci des tempêtes de neige, c'est la presqu'île surpeuplé qui sert de phare à l'Amérique. Origines Y'a de la poussière et puis de la chaleur venue d'Espagne du côté de la madre, il en reste la paella du dimanche quand il pense encore à aller là voir, et puis des fois quand le vioc voulait bien passer à la maison on pouvait bien sentir la France dans sa façon d'aimer les choses passionnément, plus passionnément que ses enfants. Statut matrimonial Y'a personne, niet, que pouic, vide intersidérale. Il aurait bien voulu en avoir une, une minette, mais elles restent jamais au petit matin, ces grognasses. Orientation sexuelle Les filles les filles les filles. Y'a que ça dans sa tête, des filles de toutes les couleurs, des énormes, des trop maigres, des grosses paires de miches pour y noyer ses pensées et puis des cheveux à tirer, du rouge à lèvres à enlever avec fureur, des chemisiers à déchirer. Des filles à en perdre raison, à en perdre tout son argent. Job ou Activité Des étoiles pleins les yeux et des pellicules pleins les mains, cinéaste raté parce qu'il a jamais foutu les pieds deux jours d'affilés à l'école que ses parents lui ont payé, prestidigitateur amateur dans les escaliers du parking pour toucher les seins des gonzesses, Dolorès il ramasse les déchets que les autres lui jettent au visage, il prends l'air à l'arrière du camion poubelle quand il oublie pas de se lever avant le soleil, il est éboueur mais il se complait dans la crasse de la ville, le roi des déchets.   Date d'arrivée au Parking Y'avait des feuilles qui commençaient à tomber, ça devait être en automne 2013.  En cas de suppression, acceptez-vous que votre personnage soit scénarisé Oui. Groupe ceux qui vivent, Crédits Angel Dust.  


   
feat Kurt Cobain
Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? C'était y'a deux ans, il se souvient pas trop quand ni comment, à part que la madre se dérangeait les chakras à se faire du mauvais sang pour l'autre attardé, se rongeait les ongles à cause de ce débile d'Hélias qu'est pas capable de rester seul mais qu'est parti de l'autre côté de la ville. Bien sûr, c'est Dolorès qu'a dû s'y coller, suivre l'autre, comme s'il n'avait que ça à faire, de quitter sa chambre d'enfants dont il avait noirci les murs de ses écritures.

   Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Y'a rien de bien dans cet immeuble, y'a Hélias qui lui hérisse le poil avec sa barbe parfaitement taillée et les jeunes à la tête rasée de l'entrée qui lui donne envie de casser leurs mâchoires parfaites de petits branleurs, y'a la peinture qui s'écaille sur sa belle gueule sans sourire et le parquet abimé qui se décolle à cause de l'humidité de la ville ensoleillée, y'a le béton froid contre son sang chaud et les seins brulants des filles qui font vibrer son cœur glacé. Il voulait pas entendre parler de l'endroit jusqu'à ce que la mama l'y pousse à coup de pieds dans le derche et pourtant maintenant c'est chez lui, maintenant c'est lui.

   Quelle est votre réputation au sein du quartier ? L'adulte qui n'a pas réussi à grandir, l'enfant aux cheveux sales qui pue les poubelles, la haine au fond de ses yeux trop bleus et la rage au fond de son ventre qui viennent tordre son ventre. C'est le silence qui te tue et la colère qui t'apaise, Dolorès, c'est la fureur de vivre qui n'arrive pas à sortir du fond des âmes.

   
   


(01) Ça coule dans ses veines ça se mélange aux cigarettes et aux bouteilles, ça lui bouffe les organes ça lui crame ses méninges déjà pas très claires, la jalousie elle se cache en lui comme un monstre sous un lit trop petit. Ça l'étouffe, ça lui craque les jointures et ça lui fait fondre les neurones, ça le fait crever et pourtant il a l'impression que c'est une des seules choses qui le maintienne en vie.
(02) Il a jamais été à l'aise avec les autres, le petit Méliès, avant, il restait avec son frère, parce qu'il parlait pas. C'était une relation solidement bâtie sur le silence, inébranlable, fusionnelle, et puis Hélias s'est mit à parler. A sortir de la bulle qu'ils s'étaient construire à deux, il l'a détruite pour mieux éclore, étendre ses ailes, toutes ces conneries là, et il est devenu quelqu'un d'autre, quelqu'un qui a pas plus à Dolorès. Il lui en veut toujours, à Hélias, le grand Hélias, le beau Hélias avec ses cheveux propres et sa barbe qui pousse bien comme il faut, Hélias que tout le monde trouve adorable, Hélias à qui on pardonne tout parce qu'il est malade dans sa tête. Tout va pas très bien à l'intérieur de Dolorès non plus, mais ça tout le monde s'en fout, parce qu'il a toujours fait du bruit, parce qu'aucun médecin s'est penché pour lui pour lui diagnostiquer une maladie à la con.
(03) Ses cheveux ça a toujours été une grande histoire, un truc qui a fait brailler dans les chaumières et pleurer sa mère. Quand il était petit il voulait pas des mêmes cheveux longs qu'Hélias alors il se les coupait au rasoir dans la salle de bain, puis quand les filles ont commencé à s'intéresser à lui il a bien fallu qu'il se cache derrière une masse de cheveux maltraités à coup de décoloration. La madre elle aimait pas ça toutes les couleurs qui passaient sur la tête de son fils, encore moins que les coups de ciseaux qui niquaient ses énergies, parait que ça lui chamboulait les chakras, que c'était pour ça qu'il arrivait pas à être en forme, que sa mauvaise humeur c'était à cause de ses cheveux sales. Sa mère le trainait sous la douche pour le frotter mais jamais dans ses bras pour le rassurer, le caliméro.
(04) Trainer dans la rue, il a commencé tôt, en raclant des pieds depuis l'école, puis en domptant les planches à roulettes jusqu'au bout de la nuit, il sautait par dessus les voitures, il faisait des doigts aux petites vieilles qui rentraient trop tard du magasin, des fois-même il balançait des briques dans les vitrines sales et trop brillantes à la fois des magasins, parce que c'était le truc à la mode à l'époque, c'était le truc à faire pour se faire remarquer. Mais même quand les keufs le ramenait à la maison en le tenant par l'épaule il y en avait que pour Hélias, et qu'Hélias était trop fragile pour faire ça, et qu'Hélias c'était un gentil garçon qui ferait jamais de mal à sa maman. Au final, c'est Hélias qu'a finit par se casser dans le Bronx, mais là aussi, la madre a pas été capable de voir Dolorès comme un fils, juste comme un garde fou pour l'autre débile.
(05) L'air qui manque entre les côtes qui se tordent sous son corps maigre, la bouche qui supplie, qui supplique sans raison et sans son, sans espoir, les yeux des filles qui papillonnent parce qu'elles s'envolent quelque part, un endroit sans rien, un trou noir meurtri d'étoiles blanches, un espace vide qui les fait jouir et qui le font venir, ses mains écorchées sur les gorges des filles nues à serrer toujours plus fort, toujours plus longtemps. Il aime ça, Dolorès, étrangler les filles, mais juste un peu, juste le temps qu'elle remue assez au bout de sa queue, même si pour lui c'est jamais assez.
(06) La haine d'adolescent elle est jamais passée pour Dolorès, il a toujours gardé ce sentiment d'injustice, l'impression qu'on le considérait jamais à sa juste valeur, qu'on bafoue son nome et son honneur à chaque remarque qu'on lui fait, qu'on crache sur sa perfection illusoire dès qu'on le regarde. Il déteste tout, il use des gros mots se défendre des trucs qu'il arrive pas à comprendre, il fait pas l'effort de sortir de sa représentation de petit gamin gamin qui jure en espagnol mais qu'a rien de latin que les habitudes de bad-boy qu'il se donne. Il aime pas ce qui lui ressemble pas, il aime pas ce qui lui ressemble trop, il s'aime pas lui même alors comment est-ce qu'il pourrait aimer les autres, il se déteste mais il donne aucune estime à ceux qui l'entoure.
(07) La madre elle les a biberonné à l'espagnol même si elle même y a jamais foutu les pieds, si bien qu'il a encore parfois du mal avec les structures anglaises, il a l'impression que l'Espagne coule au plus profond de ses veines alors qu'il pourrait jamais placer le pays des taureaux ensanglantés sur un planisphère. Le vioc a jamais été là pour leur parler de la sainte patrie de la République ou du grand papi réalisateur de films, mais comme Hélias s'y est mis vers leur quinzaines, il a essayé, mais pour s'endormir au milieu des livres, s'ennuyer devant les films qui parlaient d'amour mais pas comme dans les pornos. Il peut le baragouiner après un effort intensif, mais il a jamais réussi à maîtriser la langue des rouleurs de pelles aussi bien qu'Hélias.
(08) Les filles, y'a eu que ça pour lui faire tourner la tête depuis que les poins lui ont poussés dans le calebard, mais y'en a eu une en particulier, il l'a voit encore dans les filles qu'il ramène dans son pieu à pas d'heures, et il l'a voit encore quand il passe devant son garage tous les jours avant son air de touriste perdue dans la ville. Deirdre. C'est pas la seule à lui faire courir le palpitant mais c'est la seule à le faire courir depuis aussi longtemps. Avec Deirdre, ils s'entendant pas, ils se crient dessus, peut-être même qu'un jour elle lui cassera la mâchoire, mais c'est pas grave, c'est pas une fille comme Deirdre à qui il veut passer la bague, c'est Deirdre, et tant pis si ça fout Hélias en rogne. Après tout, c'est Dolorès qui l'a vu en premier.
(09) Il a jamais été doué à l'école, sans doute parce qu'il y allait pour faire la sieste ou faire passer des mots obscènes à propos de la maîtresse, ou peut-être parce qu'il a jamais réussi à vraiment se concentrer ni se passionner par ce qui pouvait être écrit sur le grand tableau noir des salles de cours. Peut-être qu'il avait pas envie, peut-être que c'était la flemme ou ce poids qu'il sent parfois sur ses épaules et qui l'empêche d'avancer, peut-être que c'était la peur d'échouer qui l'a bouffé jusqu'à ne laisser de lui qu'une carcasse vide, ou alors il savait que malgré tout ses efforts il arriverait jamais à dépasser Hélias et ses jolies bourses scolaires.
(10) Il est pas doué de ses mains non plus, Dolorès, il sait rien bricoler, il est pas manuel et maladroit, il s'est déjà cloué une main pendant une classe de travaux manuels et il s'est juré de plus jamais toucher un seul putain de marteau de sa chienne de vie. Par contre, il aime gribouiller Dolorès, il a noircit tout ses cahiers d'écoliers avec des monstres, des héros de ses jeux vidéos, avec les mots qui lui trottaient dans la tête, qui y galopaient jusqu'à l'empêcher de penser, et puis quand y'a plus eu de place sur les feuilles il a commencé à décorer les murs jaunâtres de sa chambre, chaque recoin, inlassablement, des nuits entières à la lumière de sa lampe de chevets. C'est pas tout le temps figuratif, ça lui fait pas forcément du bien, mais depuis qu'il a commencé, il peut plus s'arrêter.
(11) La fatigue elle a toujours été là, quelque part, à attaquer son corps et son esprit, à venir lui fermer les yeux en cours et vibrer les nasales à la messe du dimanche matin. D'abord c'était une fatigue d'enfant turbulent qui passait son temps à faire des crises de jalousie, puis c'est devenue une fatigue d'adolescent qui met du temps à pousser, maintenant c'est juste un refuge quand il trouve la vie trop dure et qu'il n'a plus la force de se plaindre. 
(12) Y a de l'amour qui sort du coeur flétri de Dolorès, mais pas sous la bonne forme. C'est des trucs qu'il arrive pas à dire, qu'il ressent sans réussir à mettre un nom dessus, alors il casse tout, il frappe, il fout le feu, aux affaires et aux cigarettes, il s'autodétruit aussi violemment qu'il n'arrive pas à s'aimer, il voudrait frapper Hélias avant autant de force qu'il n'arrive pas à l'admirer, et puis baisser Deirdre avec tous les jolis mots qu'il ne sait pas lui dire. C'est pas de sa faute, c'est sa timidité, c'est son malaise, c'est tout les cachets qu'il a jamais pris pour aller mieux et toute l'aide qu'on lui a jamais refourgué. Il sait pas comment faire, c'est tout, comment on serre une main sans la briser, comment on aime une fille sans la peloter, comment on arrive à tolérer les homos sans leur casser la gueule. Pourtant il a les mains abimés et les bras frêles, mais c'est pas grave, c'est le seul moyen qu'il a de s'exprimer.
(13) C'est pas forcément qu'il est triste, Dolorès, ou qu'il déteste la vie, sinon il s'habillerait tout en noir et se cacherait du soleil, sinon il aurait sans doute déjà essayé de s'ouvrir les veines. C'est autre chose. C'est un truc trop lourd pour son petit corps de lâche qui l'oblige à courber les épaules, c'est la poussière dans l'atmosphère qui pique ses yeux trop bleus et qui l'empêche de voir, c'est comme une masse noir derrière son cortex qui le paralyse parfois pendant des jours entiers, des jours sombres où le sommeil devient un refuge plus qu'une nécessité, des jours où il n'a pas la force de se lever alors qu'hier il arpentait la ville comme une pile électrique. Dolorès c'est la nuit mais des fois y'a des pleines lunes et des fois y'a pas une étoile qui brille, c'est une triste mélancolie combiné à une fureur de vivre, c'est une combinaison imparfaite qui sait pas foutre un pied devant l'autre.
(14) Le bruit, il est insupportable sans l'être à ses oreilles, il est là, parasitaire et salutaire, il y porte attention sans jamais réussir à l'entendre, il est tout et rien à la fois mais Dolorès rêve de silence, du silence béni qui berçait son enfance, des regards et des gestes simples qui suffisait a faire de grandes discussions avec Hélias. Au lieu de ça il y a tous ces mots et toute ces voix qui bourdonnent dans son esprit, qui le fatigue, alors qu'il ne voudrait que du silence, du silence, taisez-vous.
(15) Se plaindre, il ne fait que ça, y'a que ça qui sort de sa bouche, à l'enfant blessé qui pleure au fond de lui. Se plaindre, pour qu'on le remarque, pour qu'on lui dise ce qu'il a envie d'entendre, pour qu'on court dans sa direction sans jamais se poser de question. Les politesses lui écorchent la bouche et il ne connait pas les je t'aime, il ne connait que les plaintes, l'enfant insupportable qui prends jamais sa douche.

   

   
VNTMLSC
passe ta souris !
Oui c'est encore moi Emo




Dernière édition par Dolorès Méliès le Ven 4 Mar - 5:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6089-odalie-le-coeur-rempli-


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 3:18

allez première place, pour ta future première fois NIARK
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 4:03

T'es moche :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« NITROMÉTHANE »
« NITROMÉTHANE »
› Âge : 31 ans
› Appart : Loue le 106 pour son fils et Art mais dort dans son garage.
› Occupation : Transporteur / Garagiste / Combattante et pilote clandestine
› DC : Sly, Nathan, Niilo, Neslihan
› Messages : 4064
› Nombre de RP : 13

Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 8:43

On avait dit pas les poneys Surprised


La femme est vouée à l'immortalité
parce que la morale consiste pour elle à incarner une inhumaine entité: la femme forte, la mère admirable, l'honnête femme.
Simone de Beauvoir



#JE SUIS TETON !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t11073-deirdre-priscillia-fol


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 11:16

Moi je te trouve beau et fort et beau et encore beau et voilà. CUTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 11:31

Juste pour toi je sors Jules  ROBERT

c'est cadeau:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 19
› Appart : #1410
› Occupation : Etudiant en ingénieur de gestion
› DC : Cam Prescott
› Messages : 3191
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 11:40

Rebienvenue ! HAN Kurt Cobain wesh Cool :l:


Sous vide, t'as du mal à respirer
Donne moi le courage d'aller bouffer tous les nuages. Écoute mon cœur, écoute la rage, écoute ce texte anthropophage. Je me calmerai jamais, j'en ai trop gros sur la patate. Et c'est l'hypocrisie totale, peu d'espoir que ça dérange. Et c'est l'apathie générale, peu d'espoir que les gens changent mais...
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7448-nathaniel-si-la-vie-est


avatar

« Le Loup »
« Le Loup »
› Âge : 26 ans (12 novembre)
› Appart : #520 (F4) avec les orphelins Williamson et l'orpheline de la vie
› Occupation : en taule
› DC : la tatouée espagnole, le cuistot italien et l'hystérique enceinte
› Messages : 3040
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 11:44

c'est juste parce que t'as Kurt en tronche qu'je viens te saluer Surprised lovelovelove :l:



monsters are in your head
williamson ⊹ mais j’passerais pas ma vie à m’demander quand elle commence. (by anaëlle)

PERSONNAGE EN PRISON. ho
(mais possibilité de rp)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t1711-avery-un-coeur-c-est-lo


avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #522 avec son homme, pas loin de la famille
› Occupation : Infirmière diplômée
› DC : Lizz & Drill
› Messages : 1345
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 14:36

Re-bienvenue parmi nous CUTE


❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2061-aliah-vouloir-vivre-par


avatar

« Chaton sauvage »
› Âge : 24 années à survivre.
› Appart : #1202, le squat du Parking.
› Occupation : Fonctionnaire. Agent d'accueil au service des impôts.
› DC : Narcisse le snob, Eros le rustre
› Messages : 1235
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 17:42

Re-bienvenue par ici ! Super choix ! HEHE


Drama never ends

by Wiise


Parce qu'on le vaut bien:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6268-angelo-you-re-gonna-hea


avatar

› Âge : vingt-six années rongées par sa folie meurtrière
› Appart : #717 la frangine envolée, éclatée dans les rues du Bronx ou ailleurs et lui seul dans un trop grand appart
› Occupation : il a abandonné la drogue, les contrats sanglants, traqué par les gros poissons qui veulent écraser la vermine
› DC : Riley la camée aux dessins morbides
› Messages : 1530
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 21:15

kurt il est juste ljgldfjglkdjqspto^pdl BAVE
re-bienvenue :l:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5441-ugo-de-ceux-qui-prennen


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Mer 2 Mar - 21:16

KUUUUURT LA SSEUH-CLA ! *v*
Re-re-bienvenue donc !
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« La tête ailleurs »
« La tête ailleurs »
› Âge : Vingt piges mais ça fait déjà quelques temps que ça a arrêté de tourner là-dedans.
› Appart : 203, avec maman et le poisson rouge
› Occupation : Lycéenne redoublante ad vitam aeternam, à l'acceuil de la Lanterne Rouge le soir, elle s'occupe des vestiaires.
› DC : Makayla la sauvage et Geert le belge
› Messages : 427
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Jeu 3 Mar - 0:56

Merci tout le monde vous êtes choupis :hihi: Sauf Hélias t'es moche toi Emo


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6089-odalie-le-coeur-rempli-


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Jeu 3 Mar - 8:48

Wesh t'as pas passé l'âge d'avoir les cheveux sales toi Surprised

(Rebienvenue à la maison ROBERT )
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit. Jeu 3 Mar - 12:17

Re-bienvenue à toi, bon courage pour ta fiche BRILLE I love you
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Dolorès - une gaieté triste comme la nuit.

Revenir en haut Aller en bas

Dolorès - une gaieté triste comme la nuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit (commentaire d'un extrait)
» Petit message à Jésus "Toute à Toi "
» Pape François : "Les mains de Dieu nous accompagnent "
» 77 Citations sur le pardon/Méditation pour les 365 jours par année/le jour comme la nuit/
» Comme un phare dans la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)