AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Owney + burn in fire    Ven 19 Fév 2016 - 17:55
Owney Barry Clark
let's die together, mi amor
Nom Clark. T'en es fier juste parce que ton père le portait et que ton père était un battant, un homme bien, respectable. Tu l'as eu comme modèle et porter ce nom te rend fier à tes yeux. t'es un homme fier. Prénom Owney. Les gens peuvent se dire que c'est cute, t'es aussi angélique que ton petit nom de gosse de cinq ans, mais non. T'es pas un ange, t'es plutôt du côté diabolique de la force. Il te va plus ce prénom. Barry. Tu ne feras aucun commentaire sur celui-ci, tu préfères ce diminutif que celui entier. Tes parents ils ont dû fumés de la bonne came pour te le donner, c'prénom. Date et lieu de naissance Irlande, premier mai. L'Irlande, ton pays natal, là où t'as laissé l'gentil Owney. Depuis vingt-cinq ans maintenant, le premier mai, on vient te faire chier en te rappelant que tu vieillis de jour en jour. Tu les emmerdes.  Âge vingt-cinq ans. T'es pas vieux. T'es pas aussi jeune qu'il y a un an ou deux, mais tu t'en casses. Ton âge ne fait rien à ce que tu es, le gamin, l'enfant con, le débile. Nationalité Irlandais. T'as vécu à Dublin pendant vingt-deux ans. T'es ici d'puis quoi ? Trois ans. Et putain, tu t'rends compte que le temps il passe aussi vite que les images de ta vie quand t'es sur le point de te rétamer. Origines Irlandais. T'en es assez fier, faut le dire. T'as aussi du sang américain et anglais, ton sang est le leur à vingt-cinq pour cent, c'est peu. Tu te dis Irlandais, c'est plus facile, plus court. Puis , ce n'est pas comme si c'était si intéressant. Statut matrimonial Célibataire. Tu ne crois pas en l'amour, par contre, tu crois au plaisir que ces nuits en compagnie de demoiselles. Vrai, puisque tu y goûtes. Tu te passes de l'amour comme tu te passais des brocolis quand t'étais gosse. Dégueulasse, pas bon, moche. Tu vois pas l'amour comme un brocoli, t'es pas aussi désespéré. Après, t'es aussi futur père d'un gosse, mais tu l'sais pas encore. Actuellement, tu te la joues tranquille alors que la fille, elle doit être dans sa merde. Tu penses qu') toi, là. On t'a appris à l'être, égoïste.Orientation sexuelle Hétérosexuel. Les courbes féminines, les brunes, blondes, rousses, tu t'en casses, tu aimes les avoir pour toi. Les hommes ne t'ont jamais attirés, jamais. T'as p't'être une gueule de gay, de bi ou je-ne-sais quoi, tu aimes les filles et uniquement les filles.Job ou Activité Serveur et barman. T'es pas con, tu fais les deux, tu gagnes plus. T'as pas continué tes études, débile que tu es. Tu pouvais plus, t'en avais marre. Alors, tu t'es cassé en limite en brûlant tes livres.Date d'arrivée au Parking Y'a trois ans, début d'année.  T'es arrivé comme le petit Irlandais tout gentil ou presque et maintenant, t'es loin d'être le même. On va dire que tu t'y es fait, au Parking. En cas de suppression, acceptez-vous que votre personnage soit scénarisé Oui, si vous en avez besoin dans la vie d'vos perso's, j'accepte.  Groupe Nous sommes de ceux qui vivent.  Crédits jukebox joints.  


feat dylan o'brien
Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?  t'étais fauché. t'avais pas énormément d'argent quand t'es arrivé sur le continent américain. t'avais tout perdu. tu t'étais perdu. c'est totalement con, ouais. alors, on t'a dit "le Parking" et toi, tu as écouté parce que autrement, tu aurais fini par gueuler haut et fort que tu n'en pouvais plus. c'était le cas. venir ici, sans presque rien et en plus devoir chercher un lieu où vivre n'était pas la meilleure chose que tu aies faite. aujourd'hui, t'es bien content dans ton petit appartement, au moins, tu ne vis pas dans un vulgaire carton, t'as pas la gueule pour.

Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? t'es bien content où  tu es, en fait, tu t'en casses. t'as un lit et un toit, tu vis pas dehors, c'est déjà bien, tu trouves. ce n'est pas ce luxe que tu avais en Irlande dans ta famille mais tu n'y prêtes pas attention. pour ce qu'il en est des voisins, eh bien, si ces voisins sont des voisines bien fraiches, bien belles et charmantes, elles t'intéressent, si pas, ils ne changent pas de la population. tu leurs fait un fuck de prêt.

Quelle est votre réputation au sein du quartier ? aux yeux des autres, tu es sûrement le gros gamin, le con, le débile, celui a qui on ne fait pas confiance, celui qui couche avec n'importe qui. Ils ne voient pas le gars qui a souffert, par contre. Le gars qui a tout perdu. Ils voient la personne que tu es devenu, la personne changée, le salaud, le faux. Ta réputation, elle doit sûrement ressembler à celle d'un autre gars, parce que ce n'est pas le meilleur des coins là, t'es un salaud meurtri mais tu t'en casses, en fin de compte.
« connard. » ton poing se lève en l'air encore une fois, atterrir sur la tête de cet homme. tu le frappes de toutes tes forces, t'es en colère, toute cette rage, tu l'évacues sur cet homme parce que c'est de sa faute, en fin de compte. c'est à cause de lui. c'est à cause de lui que ton père est mal, c'est à cause de lui que tu ne vois plus ta mère et que celle-ci te ment pour aller le voir en douce. sauf que toi, t'es loin d'être con comme gars, tu vois ce que c'est de mentir, on te la fait pas à toi. tu as suivi ta mère qui a fini par entrer dans cette maison et puis, t'as compris. t'as compris quand tu as vu ta mère embrassée un homme qui n'est pas ton père. t'as foncé, t'as sonné et quand tu l'as vu, tu lui as sauté à la gorge, directement. ta mère, elle a été surprise et choquée de te voir là. le gars, il a pas compris et c'est à peine s'il a compris là. t'entends ta mère crier mais tu ne comptes pas l'écouter, tu t'en casses de ce qu'elle te dit, de ce qu'elle t'ordonne. tu ne vas pas l'écouté. tu n'es pas un adolescent rebelle, loin de là. tu as toujours écouté tes parents, fais tout pour qu'ils soient contents, tu as toujours fermé ta bouche quand quelque chose ne te plaisait pas, mais, avec toi, il ne faut pas abuser. ce gars n'avait pas à faire partie de votre vie, la malhonnêteté de ta mère non plus. tu avais remarqué qu'entre ta mère et ton père ce n'était pas la joie, mais tu savais pas qu'elle voyait quelqu'un d'autre, c'est son choix, ouais. mais elle brise ta famille, la confiance que tu lui portais, l'amour que tu lui donnais. elle t'a trahi, elle vous a trahi et maintenant, tu te venges enfin. ces coups, ils signifient tout. ta colère, la trahison, la tristesse, la peine et fois deux, en plus. tu frappes pour ton père, pour toi et pour l'honneur de ta famille. là, tu te dis que t'as tout perdu parce que tout ce que tu avais, c'était ta famille. t'es le gars qui n'avaient pas énormément d'amis, qui n'avait pas de copines. des bras plus musclés que ceux de ta mère viennent t'attraper, tu voles en arrière, laissant l'homme tranquille. tes mains saignent tellement tu as tapé partout et n'importe où, sûrement au sol, sur les murs, t'as du choper des trucs au vol car avant de le mettre k.o, t'as du faire le parcours du combattant dans cette foutue maison. tu es épuisé et tu peux le dire, tu as mal. lui aussi, il a riposté en te foutant quelques coups, histoire de sortir de cette merde sauf que finalement, cet incapable n'a pas réussi à faire quoi que ce soit avec toi et il a fini au sol, récupérant des dizaines et des dizaines de coups sans arrêt. tu remarques ta mère en pleurs avec un portable dans ses mains, tu entends des sirènes de police et tu te rends compte qu'elle a appelé la police pour t'arrêter. tu te rends compte qu'encore une fois, elle n'a rien fait de bien. la police, cette foutue police, elle va faire quoi ? te foutre en prison parce que tu as eu raison de péter les plombs en voyant ta mère infidèle à ton père ? c'est pour te faire peur qu'ils t'emmènent en essayant de te calmer, en te disant qu'ils soigneront tes mains et tes quelques blessures sur ton visages et ton corps entier ? tu ne veux pas de leur aide. tu te demandes pourquoi ils n'ont pas pris l'autre con avec toi, il t'a aussi frappé, ces blessures ne sont pas arrivées seules sur ton corps, ces bleus, etc. ces bouts de verres qui ont atterris au sol et sur ton visage parce que tu as loupé ses côtés, ce coin de bar que tu t'es pris quelques fois en le poussant, ces chaises qui sont tombées. tu ne l'as pas fait seul et pourtant, tu te retrouves sur cette banquette sans lui. tu as fait cela tout seul, t'as ruiné sa maison, à ce gars. il ne boira pas dans son verre de vin qu'il avait servi juste avant que ta mère n'arrive, il n'aura plus l'occasion de goûter à ce fameux vin acheter pour faire classe devant ta chère mère, il ne pourra plus regarder ses photos avant d'acheter de nouveau cadre, il perdra son temps à se soigner en se rendant compte de son erreur, de ta colère. il se rappellera de ce qu'il a fait, de la honte qu'il a au fond de sa gorge en voyant ta mère. et quand il lui dira de partir, tu rigoleras. on récolte ce que l'on sème et tu as hâte d'être libéré pour cracher ça au visage de ta mère. tu veux voir la honte, la peur et la gêne dans ses yeux. tu veux voir ce que tu as fait au visage de cet homme avec fierté. t'es fier d'avoir battu l'homme pour l'honneur qu'avait ta famille, que tu avais et que ton père avait. tu t'es battu contre la malhonnêteté, tu t'es battu pour la bonne cause. t'es pas le fautif, tu ne l'as jamais été.

« allez, sors de là gamin. » tes yeux se lèvent sur l'agent qui ne porte aucune attention sur toi, blasé qu'il est de te voir ne pas réagir. tu restes assis au sol, adossé sur ce mur aussi froid que cet agent. tes bras sont croisés, tu le regardes en haussant un sourcil. en réalité, tu n'as pas envie de t'en aller. pourquoi? ici, t'es bien. tu ne vis pas les engueulades, tu ne vois pas la tête de ta mère, ni le malheur de ton père. alors, tu restes. tu ne sautes pas de joie. tu t'es habitué à ces quatre murs, certes, tu n'es ici que depuis quelques heures, mais tu connais la pièce et tu t'y es faite. t'es resté plus de deux heures dans une même pièce sans gueuler, ni péter un plomb silencieusement, ooh oui, c'est un miracle. tu tiens jamais en place, t'es tout le temps en action, tu ne restes jamais plus d'une heure sans bouger. seulement là, c'est différent. t'étais dans tes pensées, coincé dans ce monde pourri alors que tu pourrais être partout et nulle part en même temps. c'est la clé, les pensées. t'es coincé dedans, t'es coincé dans ce que tu veux, dans ce que tu rêves, dans tes envies. dans ton monde et non dans celui que tu partages avec ces individus aussi étranges les un que les autres. tu es libre dans tes pensées, tu fais ce que tu veux et tu ne te retrouves pas dans une cellule parce que tu as battu le mal. t'es puni pour quoi ? t'es puni parce que tu as fait le bien pour plusieurs personnes. l'homme, il ne pensait pas à sa fille qui l'attendait chez sa mère, à son ex-femme qui en bavait toujours pour lui, ces amis qui lui disaient d'arrêter. ta mère ne pensait pas à toi, ni à ton père, ni à ce qu'elle avait vécu petite. le divorce, la malchance de voir son père battre sa mère. cette fois-ci, elle a vu autre chose. son fils battant son amant. le spectacle. comme quoi, on ne chasse pas le passé. il revient à un moment donné au présent et on en souffre certainement encore. elle en a pleuré et rien que d'y penser, ça te fait sourire. elle n'a pas réfléchi et voilà le résultat. elle le trouve toujours attirant comme ça ? pleins de bleus, de sang et de blessures causé par son fils ? tu te le demandes. quand tu entends la voix de ton père, tu lèves les yeux et soupires dans un même temps. t'espères ne pas avoir fait à la morale du jour. tu finis par sortir, ne faisant pas attention à ton père, t'as peur de ce qu'il pourrait te dire. forcément, il doit savoir ce que tu as fait. il t'a regardé, de haut en bois en voyant l'état dans lequel tu étais. sa seule réaction a été de grimacé et tu as remarqué qu'il n'était pas bien. il n'est jamais bien lui, sauf qu'il ne le montre pas. tu le vois, toi. tu vois tout, on ne te cache rien. il a remarqué les bleus, les traces rouges vives sur ton visage et il ne te dit rien. c'est limite un miracle. normalement, les parents ils crient sur leur gosse, d'habitude. sauf que là, tu sens son bras sur tes épaules et te la tapoter. tu fronces les sourcils avant d'avancer, ton père il est compréhensif. ton père, tu l'aimes. c'est le seul bien dans cette famille, pas violent, ni dingue, ni malhonnête. t'aimerais être comme lui, sauf que tu peux plus. t'es trop violent et mal pour ça. t'es pas un gars gentil, mine de rien. t'as aimé te battre et faire du mal. c'est mieux que de se plier à tout. tu t'es rendu compte que suivre les règles, c'était pour les bons à rien, suivre son propre chemin, c'est mieux, non ? faire ce que l'on veut, quand on le veut, où on le veut. être libre, tout simplement.

« putain.. » tu gémis en grimaçant, tu essayes de te relever mais en vain. tu soupires et regardes le plafond, c'est tout blanc. tu te rends vite compte du lieu où tu te trouves. saloperie. tu entends la voix de ta mère au loin, comme un écho. tu ne comprends pas. tu fronces les sourcils, t'as mal partout et t'en as marre. tu hausses ta tête et tu vois ta mère juste à côté. « pourquoi t'es là ?  » tu n'as plus vu ta mère depuis un bon moment et tout ce  que tu trouves à dire c'est pourquoi t'es là. sympa. tu ne le dis pas gentiment, en plus de ça. t'es froid comme de la glace, tu l'es devenu. tu entends juste le mot accident avant que quelqu'un n'entre dans la chambre pour appeler ta mère. elle s'en va en te regardant les larmes aux yeux. tu ne comprends rien. tu sais juste que tu es à l'hôpital pour une raison encore inconnue et que tu crèves de mal. peu après, une autre infirmière vient te voir, te demandant pleins de trucs auxquelles tu n'as aucune réponse. « m'man ?  » elle répond aux questions de l'infirmière sans te regarder, en pleurant. elle est rapidement revenue, elle. elle ne t'adresse pas un regard, ce qui est totalement compréhensible. tu lui parles mal. tu ne l'aimes pas et elle a toujours la vision du garçon dangereux que tu es. « m'man ?! » finalement, elle te regarde. tu soupires. « il est où papa ? » deuxième questions et toujours aucunes excuses de ta part. tu ne comptes pas le faire car tu la hais pour ce qu'elle vous a fait. souffrir. comme des moins que rien. tu l'as sur la conscience, c'est un fait. quand tu finis ta phrase, elle pleure. encore et encore. tu comprends rapidement. trop rapidement. tu comprends que ton père, il est fini. t'es pas con. tu comprends que tu as perdu la seule personne a qui tu tenais dans ce foutu monde à la con.

« et donc, voilà pourquoi j'suis là. » tu rigoles comme un con. t'as beaucoup trop abusé des bonnes choses et de l'alcool surtout. c'est tout ce que tu peux prendre, de l'alcool. fumer, tu ne peux plus vraiment. peur d'avoir des crises, encore une fois. c'est totalement con, mais ce n'est pas ta faute, pour une fois. tu regardes la fille en face de toi, souriant comme un débile alors que tout ce que tu viens de lui raconter n'est pas drôle du tout. effrayant même. t'es pas un bon gars et tu le sais. tu te retrouves même bourré pour oublier, bourré pour passer du bon temps alors que ce n'est pas ce qu'il faut faire. tu hausses les épaules, blasé. « on dit qu'on apprend de ses erreurs mais crois-moi, c'pas vrai. » tu rigoles une nouvelle fois, trop d'alcool dans ton sens, c'est mauvais. elle vient se coller à toi, mais rapidement, tu la repousses comme n'importe quoi. « dégage. j'pas b'soin de toi. pas ce soir, on s'voit p't'être demain, chérie. » t'es con. repousser une belle blonde comme ça, c'est du gâchi. tu te lèves, direction le Parking. ta maison. ton toit. le seul truc qui t'appartient en dehors de ta vie. parce que oui, désormais, ta vie, elle t'appartient.

» il souffre de problèmes respiratoires, à cause de l'accident. personne ne le sait. personne ne sait ce qu'il a vécu, en fait. il le cache. la seule personne qui le sait, c'est sa mère qui est en Irlande et la fille avec qui il a parlé quand il était bourré. bref, personne ne le connaît vraiment. il ne fume pas. jamais.

» il n'a pas encore aimé quelqu'un. il hait tout ce qui touche à l'amour. le mot amour n'a aucun sens pour lui. ni le mot famille. les gens lui ont montrés ce que c'était et il ne veut pas le vivre par peur de se montrer faible.

» il n'a jamais pleuré devant les autres. jamais de tristesse non plus. il n'a pas pleuré à la mort de son père et n'a pas été à son enterrement. il regrette parfois. c'est le seul regret qu'il a eu.

» il souffre de problèmes respiratoires, à cause de l'accident. personne ne le sait. personne ne sait ce qu'il a vécu, en fait. il le cache. la seule personne qui le sait, c'est sa mère qui est en Irlande et la fille avec qui il a parlé quand il était bourré. bref, personne ne le connaît vraiment.

» c'est un gars très violent, froid, etc, aux premiers abords. il l'est.

titi.
passe ta souris !
hiii.  HEHE pour faire court, irl, j'm'appelle pauline, j'viens de Belgique et j'ai quatorze ans. (les admins sont au courant pour mon âge. pis, j'suis déjà une petite folle qui a tout vu donc bon savez. bref.  OMG ) j'aime parler pour rien dire, aussi. sinon, j'ai fais le tour des trucs importants, j'crois. j'essayerais de passer chaque jours, donc 7/7 quoi. voilà, love.  coeur  coeur


Dernière édition par Owney Clark le Dim 21 Fév 2016 - 15:18, édité 12 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Ven 19 Fév 2016 - 18:43
Que de mystère. HEHE Bienvenue. LOVE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Ven 19 Fév 2016 - 19:52
merci. coeur
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t
avatar


▹ MESSAGES : 3635
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : vingt-sept ans
▹ APPART : #1401 - 14e étage
▹ TAF : je me suicide à petit feu.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Ven 19 Fév 2016 - 20:11
Bienvenue au Parking :l:
Bon courage pour ta fiche BRILLE



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2119-siobhan-je-suis-travers
avatar
« Artiste des âmes »
« Artiste des âmes »

▹ MESSAGES : 1719
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 25 ans (13 avril)
▹ APPART : #703 avec mini sam et son perroquet
▹ TAF : le soir, elle sert des verres aux âmes esseulées, la journée, la plupart du temps, elle s'retrouve à piquer des peaux de son imaginaire
▹ DC : avery le truand torturé qui torture, bonnie la mère aux deux amants et tony le cuistot au doux soleil d'Italie



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Ven 19 Fév 2016 - 20:27
bienvenue parmi nous :l:


whore machine
Et j’fume l’amour, j’fume la haine, j’fume le temps même, juste pour pouvoir vous tousser mon bonheur en fumée, celui qui s’est fait carboniser par le mégot de mon coeur brisé.
Viens on se fait la guerre pour mieux se faire l’amour.
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Ven 19 Fév 2016 - 20:37
merci à vous coeur JAIME
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Sam 20 Fév 2016 - 3:04
UN AUTRE IRLANDAIS HAN
Bienvenue mon chaton CUTE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Sam 20 Fév 2016 - 11:16
Vive l'Irlande libre !
Bienvenu, mon poussin, si tu as besoin de protection tu sais où est ma boite à MP MIAOU
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2900-al-o-la-bombe-a-retarde
En ligne
avatar
« révolé sa mère. »
« révolé sa mère. »

▹ MESSAGES : 4605
▹ NOMBRE DE RP : 14

▹ AGE : Tantôt gamin, tantôt blasé comme un homme âgé, il vient d'atteindre le 19 ans et on s'en fout.
▹ APPART : #1411 (F3) avec Badz le fagg, Lincoln le chouchou et Jacek la folle.
▹ TAF : Saboteur, Al passe sa vie à se griller lui-même. Devenir dealer n'était sans doute pas sa plus riche idée...quoique, ça lui a rapporté pas mal, t'as pas vu ses Nike neuves ? Bah voila. Puis sinon, on le trouve au garage de Deirdre aussi.
▹ DC : Ekaterina, Misha et Henry



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Sam 20 Fév 2016 - 15:00
Bienvenue parmi nous HEH
Dylan ne sera pas resté libre longtemps !


Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12927-lizz-ailes-deployees
avatar


▹ MESSAGES : 1372
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 23 ans
▹ APPART : 1203, douzieme étage
▹ TAF : étudiante en sciences anthropologiques le jour, trafiquante la nuit et serveuse les weekends
▹ DC : Aliah & Drill



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Sam 20 Fév 2016 - 15:21
Bienvenue parmi nous BRILLE


▬ “FILLE LIBRE COMME L'AIR, fille aux ailes d'argent, oiseau volant. Regarde le monde cruel avec ses yeux clairs, se créer des rêves pour tenter de toucher l'univers.”
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa
avatar


▹ MESSAGES : 2331
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 45 ans
▹ APPART : 1210
▹ TAF : Médecin légiste dans le commissariat du coin
▹ DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Sam 20 Fév 2016 - 16:30
Bienvenue parmi nous FAN !



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5324-coma-les-soupirs-et-les
avatar
« la cicatrice. »

▹ MESSAGES : 1765
▹ NOMBRE DE RP : 1

▹ AGE : la vingtaine qui pointe le bout de son nez, et coma est étonné d'être parvenu jusque là sans crever.
▹ APPART : du quinzième il s'est jeté, l'appartement vide du père effacé. drogué voleur orphelin on a essayé de le placer en foyer ou de le faire retourner chez une mère qu'il n'a jamais connu. alors il a fui, il s'est caché, et il se terre maintenant dans un studio qu'ils doivent partager à deux. le #106 qu'il vit comme la salvation et parfois comme une malédiction.
▹ TAF : coma il revient de loin, essaye tant bien que mal de finir le lycée depuis des années, réussit à se passer de son boulot de passeur de drogues en esquivant son devoir. il met de temps à autres les mains dans le cambouis au 8full mais, s'il est acharné, il n'est pas vraiment doué. plutôt paumé.
▹ DC : /



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Sam 20 Fév 2016 - 20:44
POURQUOI T'ES HETERO ???????





avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Sam 20 Fév 2016 - 22:14
Bienvenue avec Dylan JAIME BAVE2
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Dim 21 Fév 2016 - 13:30
Bienvenue bg BLBLBLBL
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    Dim 21 Fév 2016 - 15:14
merciii à tous JAIME BAVE2

coma:: sincèrement, quand j'vois de beaux spécimens comme toi, j'me demande pourquoi. SADIQUE
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Owney + burn in fire    
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.