AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Jeu 11 Fév - 23:59
Juliette Apolline Valmont
let's die together, mi amor
Nom c'est les valmont qui ont conçu la brune. pour autant, ce ne sont plus eux qui s'en occupent. elle dira qu'elle est trop vieille pour avoir besoin de tuteurs, évitera de calmer le sort de ses géniteurs, souvenir toujours douloureux. peut-être la seule chose qui puisse la toucher un tant soit peu... Prénom juliette apolline antigone... rien que ça. la sociopathe demeure une parfaite représentante de sa nation, avec ses trois prénoms. pour autant, elle n'use que du premier. elle garde les deux autres dans l'hypothèse où il faudrait disparaître. néanmoins, ne lui trouve pas surnom qui veut. on a maintes fois essayé de lui attacher le sobriquet de juju ou de jules, que la brune a balayé d'un revers de main dédaigneux. Date et lieu de naissance c'est un quinze septembre que deux billes émeraudes se sont ouvertes pour la première fois, des geignements retentissant dans la chambre d'une blancheur cadavérique. la mère avait le souffle court, les jambes écartées, des larmes perlant au coin de ses prunelles aux reflets mordorés. c'est la capitale française qui a vu naître juliette, parfait stéréotype de la française. Âge y'a vingt-six années qui ont fleuri sur sa peau, se sont gravées dans son âme, ont laissé leur trace dans son cœur. bientôt, elle rejoindra le club des vingt-sept... mais ne compte pas finir de la même manière. Nationalité au cas où ce ne serait déjà pas assez clair, la gamine à la chevelure de jais demeure française, peu importe la ville dans laquelle elle vit ou officie. pour autant, elle doit régulièrement remettre sa carte de séjour à jour. Origines là encore, c'est la france qui prédomine. cependant, en la regardant, l'on pourrait imaginer quelques origines exotiques et inconnues bien vite arrêtées par la blancheur de sa peau d'albâtre. française et simplement française... à moins qu'il n'y ait du germanique là dedans ? Statut matrimonial juliette, elle a connu quelques personnes. ça se passait bien (plus ou moins) et est arrivée la question des enfants. aïe, question qui fâche, réponse cinglante : non. jamais. procréation égoïste, anarchique, que de laisser un être pur vivre dans un monde infâme qu'il ne mérite pas. alors juliette préfère être désirée, être aimée, mais ne pas s'attacher. plus évident quant à son travail aussi, qu'il soit officiel ou officieux. Orientation sexuelle juliette, elle aime pas vraiment, elle aime pour la nuit. alors peu importe qui passe dans son lit, tant qu'il y a du plaisir. elle préfère pourtant les hommes, appréciant leur corps contre le sien aux seins rebondis et à la peau satinée. Job ou Activité quand les hommes en costume trois pièces viennent lui rendre visite, c'est en tant qu'aide-soignante qu'elle se présente, un sourire de circonstance sur les lippes. néanmoins, quand ils tournent le dos et que la nuit tombe, juliette préfère soustraire quelques organes aux patients qui n'en ont pas besoin ainsi qu'aux morts récents afin de les vendre sur le marché noir. elle se plaît également à s'enfoncer davantage dans les ruelles malfamées pour fournir des stupéfiants à qui saura la payer. juliette n'a pas froid aux yeux, adorant enlacer le danger. Date d'arrivée au Parking son arrivée ici remonte à une petite dizaine d'années. dès lors que les études ont été payées et terminées, la donzelle a préférer s'en aller ailleurs, tout en surveillant l'héritage familial. En cas de suppression, acceptez-vous que votre personnage soit scénarisé il l'est déjà. AS , Groupe nous sommes de ceux qui survivent, Crédits a space odyssey.  


feat clémentine lévy
Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? c'était il y a environ six ans, peut-être plus, peut-être moins. juliette ne s'en souvient plus vraiment. le parking, c'était comme ailleurs, mais en mieux. le parking, c'était la maison. alors juliette a déposé ses valises. parce que c'était le premier endroit où elle se sentait chez elle. c'était la crasse, la vermine, rassemblant tout ce qui vit et grouille, suintant le désespoir et le vice. plus besoin de se cacher, elle est parmi les siens... parmi eux. elle a trouvé le parking par hasard, en errant sans réel but. depuis, bouger est une idée qui ne l'a plus effleuré. elle aime l'ambiance sombre et glauque qui colle aux murs tenus par des adolescents ingénus qu'elle ira cueillir quand il le faudra pour récolter les organes qui auront été délaissés par leurs propriétaires morts d'overdose.
rester dans les ruelles dépourvues d'humanité ou de sentiments (quels qu'ils soient) de manhattan l'a lassé, la laissant totalement ennuyée. il a fallu trouver un remède à cet ennui grandissant, et c'est sans doute pour cette raison que jules a été voir ailleurs. si la première image du parking l'a laissée pantoise, la femme aux allures candides de gamine délestée s'y est pourtant sentie chez elle. fini la vie morne et dépourvue de vie. ici, juliette est bien déterminée à se terrer dans une existence d'immondices.

Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? juliette, elle ne se mêle pas vraiment aux gens. ce n'est pas qu'elle est taciturne ou qu'elle se fiche de leur devenir, simplement... elle ne s'en préoccupe pas véritablement. si elle sort, elle préfère autant éviter de mêler sa vie dans l'immeuble et sa vie privée. il n'y a qu'une chose qui la terrifie réellement : la possibilité de regroupements barbecue. il y avait beaucoup d'émissions du genre en france, que jules regarde encore parfois, qui parlent des relations de voisinages. et l'aide-soignante s'improvisant parfois bouchère a toujours eu une peur viscérale d'être trop proche des gens avec qui elle partage l'immeuble.
pour autant, elle aime y voir traîner des âmes en peine, elle aime la vie qui suinte des murs, les pêchés qui se déroulent derrière ceux-ci et l'atmosphère oppressante qu'elle sent toujours dans la cage d'escalier. néanmoins, elle ne veut pas demeurer seule toute sa vie, appréciant (un minimum) les interactions sociales ; il faudrait peut-être qu'elle se décide à aller faire connaissance. elle préfère néanmoins que les insectes s'agglomèrent autour de sa lumière (de plus en plus sombre) plutôt que de se déplacer pour être adulée. le résultat demeure le même.

Quelle est votre réputation au sein du quartier ? puisque juliette ne crie pas sur les toits son activité annexe, tous les habitants la pensent intègre et l'admirent pour les vies qu'elle essaie de sauver chaque jour. ils ignorent qu'elle n'a jamais entrepris de faire ce métier dans le but seul d'être affable et de gagner une place à un paradis auquel elle ne croit pas ; non, ses desseins ont toujours été plus sombres et elle a envisagé dès le départ à utiliser son emploi pour d'autres choses. elle pensait voler des poches de sang ou de plasma pour se faire de l'argent facile lorsqu'elle a eu la brillante idée de vendre des organes au marché noir. le plan parfait dans son secteur. après tout, les morts n'en ont plus besoin...
il ne fait aucun doute que si les habitants savaient les secrets enfouis d'une française expatriée, les bruits commenceraient à courir et sa réputation en viendrait à flancher. il est donc vital pour antigone de sauvegarder les apparences et de montrer une façade aimable, doucereuse, véritable monstre caché sous le sourire d'une enfant.

quand apolline était gamine, elle passait son temps à disséquer des insectes pour les analyser et comprendre le fonctionnement du corps humain. il n'est donc pas étonnant qu'une fois adulte, elle ait choisit de s'intéresser à ce genre de métiers. étrange pour autant qu'elle ne soit pas devenue chirurgienne.  • elle adorait les sciences de la vie et de la terre (SVT) au collège et au lycée. l'analyse des yeux et de la myopie l'a fasciné, tout comme le fait de devoir disséquer grenouilles et autres trucs gluants. elle a toujours eu les meilleures notes. • elle a commencé à s'intéresser aux mélanges de molécules à l'adolescence, quand l'envie de tester des stupéfiants s'est fait sentir. elle a synthétisé sa propre drogue, sans pour autant la commercialiser. elle n'était pas assez bien calibrée. • quand elle était adolescente, la française rêvait d'avoir des super pouvoirs pour écorcher ses victimes ou devenir une veuve noire, tueuse en série, sans jamais se faire attraper. ses rêves ne se sont jamais concrétisés mais elle a gardé ses délires sociopathes. • elle a été suivi par un psychiatre après la mort de ses parents. elle a été diagnostiqué comme étant totalement saine d'esprit. apparemment, il s'est trompé... il faut dire que juliette ne l'a jamais laissé penser une seule seconde à un malaise mental. la gamine a toujours été très douée pour jouer des rôles et se servir des apparences pour mieux manipuler. il n'y a vu que du feu. • elle est saine d'esprit, oui, mais éprouve un besoin constant d'être au centre de l'attention. certains diront que la perte de ses parents l'a chamboulé et façonné mais la vérité c'est que ses parents étaient toujours trop occupés par leur métier. ne sortez pas les mouchoirs, juliette n'a jamais eu véritablement de peine à ce sujet. les gens aiment parler, et ils chuchotent sans doute qu'elle a un cœur de pierre et qu'elle est incapable d'aimer. peut-être qu'ils ont raison.


les fées mer.
passe ta souris !
ouesh bande d'endives, j'm'appelle a space odyssey mais on me connaît aussi sous le pseudo de les fées mer. et j'vais avoir 22 ans dans moins d'un mois, ça craint. ARROWluvCharlie j'me connecte tous les jours parce que j'suis une grosse geek mais je réponds pas toujours autant, j'suis occupey tavu. AS sinon j'sais jamais quoi dire quand c'est libre donc j'vais jouer le scénario de lhaartiste et je vous fais des enfants. BANANE
si vous voulez donner des organes, promis, c'est pour la science. SIFFLE


Dernière édition par Juliette Valmont le Mar 16 Fév - 17:51, édité 6 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 0:00
fascination.
les ailes du papillon se décollent lentement du reste de son corps. il geint (dans la tête de jules, au moins), se tortille... puis plus rien.
munie d'une pince à épiler, la gamine d'une dizaine d'années vient malmener le corps de l'insecte du bout de son outil de torture.
- trop petit...
elle murmure, concentrée, frustrée.
elle retourne à la chasse dans la forêt (qui n'est en réalité qu'un jardin trop petit) pour dénicher un autre animal.
et là, c'est le haut-le-cœur. un chat mort, éventré, sur le bord de la route. juliette se précipite vers lui, l'attrape par la fourrure là où il a été épargné et le ramène dans son monde laborantin, cabane au fond du jardin.
elle n'aurait, semble-t-il, pas pu espérer mieux.
la pince à épiler semble trop petite. la gamine court dans la maison ; papa et maman sont absents, en train de sauver des gens. elle va fouiller dans les outils et trouve une pince dont elle s'empare.
le carnage peut commencer.
elle coupe avec un couteau tranchant la cage thoracique. c'est compliqué ; elle manque de se perforer la main. puis elle analyse les organes.
à la maison, elle a trouvé un torchon qu'elle fait tenir, comme elle le peut, sur son nez. ça sent mauvais, mais apolline s'en fiche ; tout ce qui compte, c'est la science. tout ce qui compte, c'est les tripes défoncées de l'animal amorphe.
et pourtant, juliette sent qu'il manque quelque chose. juliette ignore simplement que ce qu'elle recherche, c'est un corps humain sur lequel s'exercer. mais elle ressent une admiration sans failles pour le corps, pour les organes mutilés et pour le sang qui s'en échappe.
le sang.
qui coagule.
qui s'écoule.
qui vient donner une teinte morbide à ses mains encore enfantines.

elle passe l'après-midi à découper le pauvre animal pour comprendre comment il fonctionne. quand ses parents rentrent, juliette est en train de jouer avec des poupées décapitées, la blancheur de sa peau d'albâtre retrouvée.
ils ne sauront jamais ce que fait leur fille quand ils sont absents. non, jamais.
puisque bientôt, ils vont décéder.

[...]

- papa et maman s'en sont allés.
le coeur qui se referme. le cœur myriade d'étoiles qui est recousu. le visage de juliette, adolescente, qui reste de marbre.
elle comprend la signification des mots, sa tête pleure intérieurement, son palpitant se serre, mais ses prunelles océanes demeurent sèches.
il va falloir qu'elle aille vivre ailleurs. alors c'est à la famille maternelle que la responsabilité incombe. les vieux, qu'elle les appelle. papi et mamie.
et y'a tous les adultes du lycée qui la prennent en pitié. et y'a tous les adultes du lycée qui lui proposent de l'aide, pour "s'en remettre" qu'ils disent. mais juliette, elle veut pas. juliette, elle a pas besoin.
ils sont plus là, et... ?
ce n'est pas un monstre. elle souffre mais elle refuse de le montrer. elle refuse de voir ces regards penauds qui lui sont jetés. elle refuse cette gentillesse dégoulinante et écœurante qui lui était refusée il y a quelques semaines.
pourquoi les gens changent, comme ça ? pourquoi se cachent-ils derrière ce masque d'hypocrisie ?
juliette, elle refuse.
elle va voir un psy, demande formulée comme un ordre de la part des vieux ; ça donne rien. juliette cache tout, juliette parle mais évite les sujets sensibles ou les détourne. juliette est intelligente, juliette ne veut pas qu'on la plaigne, juliette ne compte que sur elle.
juliette, elle aime la médecine. alors juliette, elle demande aux vieux de tout payer. ils ont les moyens, qu'elle se dit. puis, elle n'hésite pas à jouer de leurs points faibles : elle n'a plus de parents, ils peuvent faire un geste... ils lui manquent, qu'elle chuchote. et c'est peut-être la seule chose qu'elle dise qui reflète réellement ce qu'elle pense.
alors elle devient sangsue, la française, à faire dépenser aux vieux tout leur fric pour qu'elle puisse être aide-soignante.

[...]

et puis y'a lhaar. y'a ses grands yeux couleur émeraude et surtout, y'a son corps dysfonctionnel. c'est à la fac que juliette le rencontre, et que ses pensées ne sont plus tournées que vers lui.
y'a pas d'amour, y'a pas d'avenir sexuel. y'a qu'une fascination (encore) morbide. y'a que des questions sur son corps hémophile.
mais y'a pas que ça. juliette, elle veut le connaître. juliette, elle le veut lui. mais lui, c'est pas elle qu'il veut. et ça, juliette, elle a du mal à l'accepter... surtout quand l'intérêt du germanique se tourne vers sa collègue, blue.
blue... sérieusement ? quel prénom ridicule.
juliette grince des dents mais juliette n'abandonne pas. lhaar la fascine. lhaar est sien. elle l'a décidé et elle l'aura. parce qu'il y a quelque chose d'indéniable entre eux... à moins que ce ne soit simplement parce que la française souhaite le disséquer pour comprendre l'incompréhensible.
est-ce que son palpitant ne s'affole que pour lui ou ne s'affole-t-il pas que par une curiosité malsaine ?
enfin, peu importe. blue et lhaar n'ont aucun avenir ensemble, se persuade-t-elle.
et puis la bombe.
et puis l'attentat.
blue. enceinte. lhaar est le père. et juliette à qui l'on assigne le suivi de la grossesse. et juliette qui ne digère toujours pas cette relation, cette abomination. l'amour.
et juliette qui examine une blue qu'elle aimerait être supprimée. juliette qui sait que la grossesse sera difficile mais qui, par jalousie, par envie, mue par une impulsion soudaine et incontrôlable (qu'elle n'aurait, pour autant, pas cherché à stopper), décide de fausser les résultats pour les rendre catastrophiques.
et juliette qui n'a aucun amour pour les patients ou les relations avec les autres mais simplement pour la science et les corps décharnés, les organes défaillants.
antigone qui arrive, un sourire doucereux sur les lèvres, toujours engluée dans sa réputation de femme avenante et affable, pour leur annoncer les problèmes. elle se montre compréhensive, tente de devenir un soutien pour le couple qu'elle tente de briser.
- si vous menez la grossesse à terme, vous perdrez la vie madame.
elle pince les lèvres, la comédienne. et sa tête qui lui hurle : mais qu'elle crève ! alors que sa bouche est déjà repartie.
- je me doute que vous aimeriez garder cet enfant... mais il vaudrait mieux pour vous que vous envisagiez l'avortement.
elle baisse la tête, soupire ; ses prunelles s'embuent pour le pauvre couple lorsqu'elle relève la tête.
- je vais vous laisser quelques instants pour réfléchir. je suis vraiment désolée... si vous avez besoin de quoi que ce soit, sachez que je serai toujours disponible. vous avez mon numéro.
elle quitte le chambre alors que le couple a l'air dévasté. elle essuie la larme qui perlait au coin de son œil, un sourire satisfait sur les lippes. les analyses sont unanimes : blue décèdera si elle décide de garder le bébé. juliette n'a fait qu'aggraver un destin déjà funeste ; elle n'a rien à se reprocher.
ils ont décidé d'arrêter la grossesse, et juliette n'a pu que se féliciter de cet évènement. elle avait réussi. et le meilleur restait à venir : le couple n'arrive pas à faire face à cet avortement.
et le couple qui explose, envoyant valser ses comètes et ses planètes.
et juliette qui demeure présente pour lhaar, qui s'en rapproche, toujours plus...
et juliette qui atteint presque son but (dans sa tête, au moins).
et juliette qui déchante quand lhaar épouse une nouvelle venue.
et juliette qui désespère un peu. parce que lhaar ne vient plus en cours. parce qu'elle ne le voit plus. parce qu'elle ne comprend pas pourquoi elle a besoin, comme ça, de le voir.
et juliette qui respire à nouveau quand il réapparaît.
et juliette qui est un peu perdue vis-à-vis de l'allemand.

sauf qu'il n'y a pas que lhaar. il y a le clan. il y a les corps qui s'entassent et que juliette regarde comme un terrain de jeu. il y a la réseau de drogues dans lequel elle trempe, auquel elle participe en y mettant sa contribution, en faisant des ré-assemblages moléculaires.

et il y a surtout juliette qui se perd elle-même dans sa caboche cosmique et dans son myocarde astéroïde.


Dernière édition par Juliette Valmont le Mar 16 Fév - 17:46, édité 7 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 0:04
Tu es machiavélique, tu parles bien et tu es belle. Que demande le peuple ?
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 0:05
BIENVENUE LOVE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 0:06
JAIME JAIME JAIME
Bienvenue parmi nooous. CANDICHOU :l:
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5324-coma-les-soupirs-et-les
avatar
« la cicatrice. »

▹ MESSAGES : 1765
▹ NOMBRE DE RP : 1

▹ AGE : la vingtaine qui pointe le bout de son nez, et coma est étonné d'être parvenu jusque là sans crever.
▹ APPART : du quinzième il s'est jeté, l'appartement vide du père effacé. drogué voleur orphelin on a essayé de le placer en foyer ou de le faire retourner chez une mère qu'il n'a jamais connu. alors il a fui, il s'est caché, et il se terre maintenant dans un studio qu'ils doivent partager à deux. le #106 qu'il vit comme la salvation et parfois comme une malédiction.
▹ TAF : coma il revient de loin, essaye tant bien que mal de finir le lycée depuis des années, réussit à se passer de son boulot de passeur de drogues en esquivant son devoir. il met de temps à autres les mains dans le cambouis au 8full mais, s'il est acharné, il n'est pas vraiment doué. plutôt paumé.
▹ DC : /



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 0:11
juju. BAVE2





avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 0:26
le peuple demande un plan cul entre coma et bob. ARROWluvCharlie merci mon bichon. MDR

wyatt : t'es belle, j'tebèze. HOT

candide : t'es trop mignonne, viens dans mes bras. VIENS

comacoma : LABIIITE

vous êtes top. UNICORN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5324-coma-les-soupirs-et-les
avatar
« la cicatrice. »

▹ MESSAGES : 1765
▹ NOMBRE DE RP : 1

▹ AGE : la vingtaine qui pointe le bout de son nez, et coma est étonné d'être parvenu jusque là sans crever.
▹ APPART : du quinzième il s'est jeté, l'appartement vide du père effacé. drogué voleur orphelin on a essayé de le placer en foyer ou de le faire retourner chez une mère qu'il n'a jamais connu. alors il a fui, il s'est caché, et il se terre maintenant dans un studio qu'ils doivent partager à deux. le #106 qu'il vit comme la salvation et parfois comme une malédiction.
▹ TAF : coma il revient de loin, essaye tant bien que mal de finir le lycée depuis des années, réussit à se passer de son boulot de passeur de drogues en esquivant son devoir. il met de temps à autres les mains dans le cambouis au 8full mais, s'il est acharné, il n'est pas vraiment doué. plutôt paumé.
▹ DC : /



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 0:30
Juliette Valmont a écrit:
le peuple demande un plan cul entre coma et bob. ARROWluvCharlie

je m'appelle coma keating, et j'APPROUVE ce message.





avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 0:34
Il t'a donné quoi, Juju, pour que tu dises ça ? Son coeur ? MDR
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5324-coma-les-soupirs-et-les
avatar
« la cicatrice. »

▹ MESSAGES : 1765
▹ NOMBRE DE RP : 1

▹ AGE : la vingtaine qui pointe le bout de son nez, et coma est étonné d'être parvenu jusque là sans crever.
▹ APPART : du quinzième il s'est jeté, l'appartement vide du père effacé. drogué voleur orphelin on a essayé de le placer en foyer ou de le faire retourner chez une mère qu'il n'a jamais connu. alors il a fui, il s'est caché, et il se terre maintenant dans un studio qu'ils doivent partager à deux. le #106 qu'il vit comme la salvation et parfois comme une malédiction.
▹ TAF : coma il revient de loin, essaye tant bien que mal de finir le lycée depuis des années, réussit à se passer de son boulot de passeur de drogues en esquivant son devoir. il met de temps à autres les mains dans le cambouis au 8full mais, s'il est acharné, il n'est pas vraiment doué. plutôt paumé.
▹ DC : /



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 0:34
juste un rein ou deux





Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t1711-avery-un-coeur-c-est-lo
avatar
« Le Loup »
« Le Loup »

▹ MESSAGES : 3078
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 26 ans (12 novembre)
▹ APPART : #520 (F4) avec les orphelins Williamson et l'orpheline de la vie
▹ TAF : ex-taulard, se retrouve infantiliser par une inspectrice sociale qui ne le lâche pas d'une semelle et souhaite continuer à emprunter le mauvais chemin. il se retrouve à la tête de l'armurerie de Deirdre auprès de Niilo, tout en continuant son trafic d'armes mais abandonnant le métier de tueur à gages.
▹ DC : la tatouée espagnole, le cuistot italien et l'hystérique enceinte



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 0:45
bienvenue toi BRILLE
t'es bonne, et on attend qu'ça une jolie jeune femme parmi les mâles du Clan NIARK



monsters are in your head
williamson ⊹ mais j’passerais pas ma vie à m’demander quand elle commence. (by anaëlle)

PERSONNAGE EN PRISON. ho
(mais possibilité de rp)
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 1:15
ugo il a un penchant pour les pourritures BLBLBLBL bienvenue bella :l:
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 1:20
coma : j'sais pas pourquoi, j'm'en doutais. ARROWluvCharlie

bob : pas besoin, c'est par plaisir de t'faire chier. DE CEUX bisous sur tes fesses gros gay. MDR

avery : oh beh si j'avais vu directement qu'il y avait des membres aussi sexys, j'serais arrivée aussi vite que bip bip. BAVE2 LECHE BAVE
merci. HOT

ugo j'te déteste. TABLE j'ai eu ça dans la tête à cause de toi. Twisted Evil
merci quand même. Surprised
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 1:29
le scéna du lhaardon trop bien NIARK bienvenue au Parking CAÏN LE CAÏN
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5324-coma-les-soupirs-et-les
avatar
« la cicatrice. »

▹ MESSAGES : 1765
▹ NOMBRE DE RP : 1

▹ AGE : la vingtaine qui pointe le bout de son nez, et coma est étonné d'être parvenu jusque là sans crever.
▹ APPART : du quinzième il s'est jeté, l'appartement vide du père effacé. drogué voleur orphelin on a essayé de le placer en foyer ou de le faire retourner chez une mère qu'il n'a jamais connu. alors il a fui, il s'est caché, et il se terre maintenant dans un studio qu'ils doivent partager à deux. le #106 qu'il vit comme la salvation et parfois comme une malédiction.
▹ TAF : coma il revient de loin, essaye tant bien que mal de finir le lycée depuis des années, réussit à se passer de son boulot de passeur de drogues en esquivant son devoir. il met de temps à autres les mains dans le cambouis au 8full mais, s'il est acharné, il n'est pas vraiment doué. plutôt paumé.
▹ DC : /



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   Ven 12 Fév - 1:38
ELLE REPONDAIT AU NOM DE BELLA





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: juliette - elle a le cœur astéroïde et les prunelles comètes qui t'écrasent.   
Sauter vers:  
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.