AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 16:45
(Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?) Le débarquement éclair, la paperasse expédiée à la va vite sans s’attarder sur les petites lignes, la location qu’il règle au mois en piochant dans le sac de supermarché empli des billets qui traîne sous son matelas. Le déballage des cartons à peine bouclé, l’odeur de tabac de l’ancien propriétaire qui émane encore du papier peint noirci. Il est arrivé au volant de sa voiture, bourrasque de colère, dégommant les récalcitrants, palpant ses liasses de monnaie pour les plus bavards, troquant les petites coupures contre des révélations. La traque du gamin fuyard qui démarre, sa tanière qu’il découvre accolant la sienne a proximité, les griffes qui se rétractent contre son butin aux mèches dorées, pénombre planante d’une emprise nuisible sur le retour.  

(Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?) C’est toujours mieux que rien quand on a été habitué au néant. La paille de la grange comme seul plumard, les trains couchettes qui circulent la nuit dans les coins reculés, la cambrure du dossier de son véhicule qui esquintent ses reins. Simulacre d’aise, d’une existence qui se pose enfin sur du concret, quatre murs qui renferment une piaule et un pieu. Renard il philosophe peu avec la peuplade mitoyenne, il ignore l’art et la manière de le faire alors le souvent il grogne derrière ses babines, causant uniquement quand c’est de substance, cruel avare de palabres. Le relationnel ne l'intéresse guère, les intérêts un peu plus, comme celui qui siège quelques étages plus haut.

(Quelle est votre réputation au sein du quartier ?) L'antithèse du riverain abordable qui échoue devant le pallier, le museau élégant, les canines de sortie à l'extrémité des joues, les petites minimes emplies d’une belle tarte faite maison. Renard n’a pas la bouille d’un type admirable, trop franc en leur accordant le droit d’aller se torcher avec leurs soucis, désintérêt flagrant pour leur existence minable ayant déjà fort à faire avec la sienne. Voisin plus niché dans sa voiture que dans son appartement, il est cette montagne qui fait couiner le plancher du couloir sous ses pieds, qui attire la curiosité des yeux derrière le judas. La populace de la tour ignore ce qu’il à fait, ce qu’il est venu faire et ce qu’il prévoit d’accomplir et déjà pourtant les indices qu’il bazarde aux vautours qui jasent, conspirateurs d’une réputation bien faite, les cloisons étrillées par l’ire qui remonte jusqu’aux oreilles du voisinage, faiseurs de bobards à répandre comme une plaie.  

(NOM) Bosko, siffle comme la dureté de l’aspiration du vent nordique qui glisse et se faufile à travers les Carpates, résonne alors derrière les syllabes annoncées la rudesse de la vie menée à tambours battants sous le joug bégueule du géniteur (PRÉNOM) Renard dilapide le plus clair de son temps à giboyer, les proies faciles, les proies fragiles qui tombent aisément sous ses ongles, il démoli tous ce qu’il apprivoise sous ses phalanges de géant. La planète qui lui échappe, le monde qui se hâte pour son cerveau qui n’a jamais réellement grandi. Alors, puisque ce siècle ne l’attends pas il trace dans son sillage, crachant ses poumons en espérant un jour le rattraper au tournant pour le domestiquer. Il galope sans fin après cet univers qui ne veux pas lui. (ÂGE) Quarante-six années de maturité insaisissables, la lucidité qui n’excède pas la moitié de ses quatre décennies. (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) ET LIEU DE NAISSANCE  Un vingt-cinq mai, la moiteur étouffante de l’air, au fond d’une ambulance n’ayant pas réussie à atteindre sa destination, arrêtée sur un sentier à des lieues de la civilisation, perdue dans les cantons à muguet, les champs de myrtilles et les recoins à girolles. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ)  Renard, il est un peu benêt alors il gesticule sous les ordres, rempli les contrats qu’on lui confie, allant ramasser des gamins abandonnés par la vie, précieuse cargaison qu’il fait grimper dans sa voiture qui finira dans les quatre coins du monde. Chargement au prix inestimable, les gosses qu’il conduit vers leur nouvelle vie, se gardant bien de dire qu’il se sert parfois dans les provisions pour une nuit.  (NATIONALITÉ) Le fin fond du continent européen, les terres frontalières avec lesquelles il flirte depuis sa jeunesse, la montagne qu’il connaît par cœur. (ORIGINES)  Latence de l’accent polonais derrière le pépin d’adaptation à une seconde langue, la maîtrise compliquée qu’il a depuis belle lurette délaissé. (STATUT CIVIL) Grand dadais forcé à l’abandon, les goûts qui ne correspondent pas à ceux de la majorité, l’intelligence qui lui fait défaut, les rouages de la séduction qu’il ignore, contraint aux esprits faiblards, la seule naïveté des plus jeunes à laquelle il peut se rattacher. (ORIENTATION SEXUELLE) La jouvence qu’il adule malgré lui, au désir du bel âge qui esbroufe ses sens, verdeur désirable du corps immaculé qu’il poursuit sans prendre conscience du défaut, appétence boiteuse répugnante rejetée par tous. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Sept mois. (REPRISE DU PERSONNAGE) Non. (GROUPE) Nous sommes de ceux qui survivent. (TYPE DE PERSO) Iventé. (CRÉDITS) AMIANTE, BABINE, GOOGLE.

PSEUDO : Denfert. PRÉNOM : Aurel. ÂGE : Vingt-trois ans. PAYS : La grève. FRÉQUENCE DE CONNEXION : Souvent. COMMENT AVEZ VOUS TROUVÉ LE FORUM ? : Charogne. COMMENTAIRE OU SUGGESTION : Non. AVATAR : Brad Pitt.
RENARD BOSKO
Le Roi des aulnes
Indésirable. Indésirable. Fâcheux événement apparue de manière inopportune, intrus à l’épiderme rosée déjà de trop, la pensée à la pensée gardienne, la mère patrie garante de chaque vie, revers cuisant de devoir offrir le sein à quelqu’un qu’on aspire à si promptement haïr. Patriarche acculé devant le fruit de sa déloyauté, parjure de sa foi conjugale morcelée, félonie impardonnable portée à l’attention de la concubine. La môme qui clame avec ardeur la nécessité d’un géniteur qui pour sa part récuse les accusateurs, balayant mollement le grief nouveau né qui braille sous le tumulte théâtrale qui résonne. Le scandale qui explose dans une bourgade si rétrécie, la caillasse qui fuse sur les carreaux rafistolés, le bambin qu’on dissimule dans la grange avec les bêtes pour sa propre sûreté. Le vacarme qui s’apaise avec le temps, les époux qui se cloîtrent dans un mutisme haineux, symbole ultime d’un binôme anéanti par la passion des amants d’antan. Le mioche contraint à l’ignorance des bancs de l’école, forcé au dur labeur des champs, le corps frêle meurtri par le travail harassant qui retombe lourdement dans la paille qui picote, unique moment de relâche pour l’enfant.  Le loupiot qui attrape quelques années, le minois angélique et la risette au creux des lèvres alors que subtilement le patriarche se rapproche, la gentillesse soudaine pour assouvir l’émotion balbutiante de ses reins, enfonçure infâme, abîme d’un amour chimérique d’un père pour son fils. Secret de polichinelle qu’ils protègent jalousement entre eux, les entrevues qui récidivent, retrouvailles dans la paille d’une joyeuseté abjecte, l’emprise d’un père négligeant qui se resserre, ascendant barbare sur le corps et l’esprit ignare, cervelle congelée au stade primaire. Mainmise ultime, domination totale qui échoue au zénith avec un nouveau scandale qui fuse, les lourds secrets qui jaillissent à la trogne du paternel accompagné de l’opprobre qui emporte tout sur son passage. Torrent de haine qui déferle, le porc qui lui sert de père trainé à l’abattoir, témoin mutique d’un procès fantoche qui l’amène à rejoindre l’enfer brûlant une corde entravant sa nuque brisée par la repentance tardive. Le moutard impubère qu’on éloigne de l’agitation des médias et sa mère qu’il plaque dès qu’elle en à l’occasion à la première famille de substitution qui éprouve de l’humanité pour le garçonnet. Le départ abrupt  vers la grande et belle vie, le plus puissant pays du monde qui l’enserre de sa culture dégoulinante sans parvenir à effacer les stigmates du passé.
La jeunesse qui fane et les printemps qui glissent, le môme qui évolue en gaillard, la trace des années sur son front, la maisonnée qu’il a depuis longtemps quitté, abandonnant les futilités pour s’adonner à des activités bien plus lucratives.  
Les gamins qu’il embarque au volant de sa grosse cylindré, les secrets qui renaissent, le spectre du paternel qui flâne au dessus de son crâne.
Le porc qui croit de nouveau.



Dernière édition par Renard Bosko le Mar 14 Juin - 22:07, édité 8 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 16:46
j'espère que t'as une bonne connexion internet, parce que c'est qu'avec ça que tu pourras me voir tout nu Smile
allez, éloignes tes sales pattes de ma belle personne Surprised
même si t'es toujours beau quand même Surprised
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 16:51
BRAAAAAD PIIIIITT FAN FAN FAN FAN FAN
J'te bisoute violemment. SLIP
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 16:55
Salut CANDICHOU Bon, désolée, mais Cesare veut vraiment pas que je t'écrive un poème Crying or Very sad Mais je veux bien un lien, par-contre OMG POTTE Et rebienvenue parmi nous héhé, même si j'ai pas connu ton premier toi coeur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 16:58
rho c'te classe !! welcome dude !!
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 16:59
Vas y, c'est quoi ce personnage de malade? Surprised
Tu me fais bander, je fais quoi maintenant, hein, qui va prendre soin de moi? HEIN
T'es beau, et j'aime ce que tu écris, déjà avec la fiche de Fausto, j'ai failli tomber dans les pommes. Bon courage pour la suite que j'ai hâte de lire. NIARK
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t12927-lizz-ailes-deployees
avatar


▹ MESSAGES : 1401
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 23 ans
▹ APPART : 1203, douzieme étage
▹ TAF : étudiante en sciences anthropologiques le jour, trafiquante la nuit et serveuse les weekends
▹ DC : Aliah & Drill



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 17:01
Re-bienvenue BRILLE


▬ “FILLE LIBRE COMME L'AIR, fille aux ailes d'argent, oiseau volant. Regarde le monde cruel avec ses yeux clairs, se créer des rêves pour tenter de toucher l'univers.”
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t
avatar


▹ MESSAGES : 3637
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : vingt-sept ans
▹ APPART : #1401 - 14e étage
▹ TAF : je me suicide à petit feu.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 17:41
ReBienvenue avec ce superbe choix d'avatar :l:
& ta plume OMG



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 19:42
T'as toujours autant la classe, t'es chiant FUCK
Rebienvenue à la maison :l:
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 20:13
Re bg :PERV:
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 20:25
Bienvenue dans le coin, t'es beau comme tout. LOVE
Bon courage pour la fiche, j'ai hâte d'en lire plus. HEHE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 20:33
askip t'es un bâtard Surprised Surprised Surprised Surprised
ça tombe bien, j'adore ça Rolling Eyes
faudra se mp tous les deux, qu'on s'amuse NIARK bienvenue ici coeur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 21:56
(MINI-POUCE) Tu crois que ça fonctionne correctement sur mon vieux minitel, genre 3615 blondinets en chaleur? NIARK *colle ses sales pattes partout*
(ELLIE) RAH Des bisous d'une si charmante demoiselle, j'en réclame encore.
(CANDIDE) Rolling Eyes Et d'où c'est ce minet qui décide si j'ai le droit à un poème ou pas? PERV Allez, allez, contre un lien, tout est pardonné.
(DANTE) FAN Merci à toi.
(ALISTAIR) :PERV: Je prend soin de toi quand tu veux, mister trique. HEHE Et tombe pas dans les pommes maintenant, je m'en voudrais de devoir recourir à ma bouche sur toi de-suite.
(LIZZ) CAÏN LE CAÏN Merci à toi.
(SILVER) MEHEU Merci en espérant que la suite te plaise tout autant.
(ZEKE) Surprised Tu peux parler hein, merci.
(ANASTASIA) GEU Merci encore.
(DASHA) :hihi: J'adore le prénom de ta demoiselle, merci.
(BÉBÉ) C'est encore le mini-pouce blond qui raconte des conneries, va falloir que je sévisse. blasé Je t'attends ma belle. NIARK
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Dim 17 Jan - 22:06
Tu peux toujours me donner des arguments... NIARK Ça se mérite, un poème. Cool HEHE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2900-al-o-la-bombe-a-retarde
En ligne
avatar
« révolé sa mère. »
« révolé sa mère. »

▹ MESSAGES : 4725
▹ NOMBRE DE RP : 14

▹ AGE : 19 ans, l'âge batard, trop vieux pour garder un pied dans l'enfance, trop jeune pour ta récente paternité.
▹ APPART : #1411 (F3) avec tes pioupious.
▹ TAF : Dealer local du Parking et environs proches, il est également l'associé de Deirdre Haynes au garage 8Ful.
▹ DC : Misha et Henry



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   Lun 18 Jan - 7:55
Brad. Pitt. BAVE

Bienvenue MIAOU


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: renard (l'âge de la déraison.)   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.