Partagez|


Almareda — Never trust a woman.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 15:12

Almareda Laguerta
let's die together, mi amor
Nom Laguerta. Nul doute que ton nom aux intonations chantantes en dit long sur tes origines latines. Prénom Almareda, tu ne sais pas bien pourquoi ils ont décidé de te prénommer de la sorte mais au fil des années, tu as appris à aimer ce prénom sorti de nul part, un peu comme toi. Date et lieu de naissance Ta date de naissance reste assez floue, raison pour laquelle on t’a attribué le premier février quatrevingt-treize, mois durant lequel on t’a déposé à l’église catholique de Bogota, en Colombie.  Âge Tu es âgée de vingt-deux ans, bientôt vingt-trois du coup ! Nationalité Tu te prétends Américaine même si tu n’as pas vraiment de papiers pour l’attester et tu as juste pris le pli de disparaître dès qu’un policier pointe le bout de son nez. Origines Née à Bogota, tu es Colombienne même si tu n’as plus mis les pieds au pays depuis un bon moment et tu ne comptes pas y retourner de sitôt.  Statut matrimonial Tu n’es pas le genre de femme à te réserver pour un seul homme, toi t’es mariée à la liberté. Célibataire donc. Orientation sexuelle Tu ne t’es jamais vraiment posé la question, pour toi ce sont les hommes qui te font vibrer même si tu ne peux t’empêcher de les mépriser pour leurs faiblesses mais si l’on te paye, tu veux bien te donner à une femme. Ça t’es égal, le sexe c’est le sexe.  Job ou Activié Sans papiers, il n’y a guère eu d’occasions de travailler honnêtement pour toi alors après avoir brièvement été mule, c’est vers la prostitution que tu t’es tournée. Il y a mieux mais ça paye bien.  Groupe Toi, tu ne lâches rien, tu es une survivante ! Crédits opale essence.  


feat Giza Lagarce
Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Le Parking, ça fait tout juste trois semaines que tu y as mis les pieds, faut dire qu’avant tu n’étais pas tellement sur le secteur et puis, t’avais pris l’habitude de dormir dans ta voiture. Elle ne payait pas de mine ta Ford mais elle t’avait bien servi…jusqu’à ce qu’elle rende définitivement l’âme à deux pas d’ici. Le hasard faisait parfois bien les choses quand même parce que presque au moment, t’avais vu l’annonce. Puis ici, la Concierge n’a pas l’air très regardante sur le profil des locataires, entre les repentis et les apprentis caïds, toi t’avais l’air d’une Sainte. T’as même une croix autour du cou alors tu ne peux qu’être une fille bien, hein ? Puis t’as avancé trois mois de loyers cash, de quoi amadouer les plus méfiants.

Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Tu n’as jamais connu la richesse et le luxe alors finalement, le Bronx ne te paraît pas si mal que ça ! Les loyers ne sont pas excessifs et puis, à force de se méfier de tout le monde, les gens s’occupent de leurs oignons. C’est très bien comme ça. Puis tu l’aimes bien cet immeuble un peu crado, tu t’y sens chez toi même si tu n’as pas grand chose en ta possession si ce n'est ton colocataire qui ne t'appartient certes pas mais qui fait désormais parti de tes meubles. Les voisins sinon ? Ce sont les mêmes que partout au final, y’a les chiants, les gentils, les bruyants, les puants, les serviables, les détestables. Toi tu te situes sans doute au beau milieu d’entre eux et bientôt, tu seras l’une des leurs.

Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Ça ne fait pas longtemps que tu es là mais certains ont déjà eu le temps de se faire une opinion sur toi : t’es la nouvelle qui ne dit bonjour que quand ça lui chante et qui porte tantôt des robes trop courtes, tantôt des vêtements d’une autre époque, t’es celle qui se contrefous de marcher en talons sur le plancher et qui jure en espagnol quand on essaie de lui apprendre la vie. T’es pas forcément très sympa en fait mais t’es comme ça, une dure à cuire, une survivor…mais en même temps, t’es pas mauvaise au fond, t’es juste sur tes gardes, t’es juste très très seule dans ta vie. Peut-être qu’un jour t’apprendras à sourire à la vie ?
Tes talons claquent dans l’allée comme le battement d’un cœur, régulier et sec, un rythme continu et résonnant dans l’église comme une nouvelle provocation. Toi et Dieu, vous n’avez jamais été de grands amis mais tu savais qu’il t’observait de là haut et qu’un jour où l’autre viendrait le moment de rendre des comptes. Tu lui demanderas alors pourquoi il avait fait en sorte que tu finisses abandonnée alors que tu venais tout juste d’ouvrir les yeux, tu lui demanderas aussi pourquoi il t’avait laissé entre les mains de ce monstre et alors vous pourrez parler de toi et tes erreurs. Pas avant. De temps en temps, tu allais pourtant décharger ta conscience, tu allais confesser tes péchés afin de repartir comme une nouvelle femme, la tête haute et le cœur sombre. C’était devenu comme un rituel pour toi, une manière de t’affranchir de tes propres responsabilités et les remettre entre les mains du Seigneur, attrape le bébé et prends en soin, je reviendrais plus tard.
T’installant dans la petite cabine de bois d’ébène, tu tirais légèrement sur ta jupe rouge pour tenter de cacher tes cuisses nues, en vain. Qu’importe finalement, le Seigneur aimait tous ses enfants, non ? Même ceux qui se montraient un peu plus turbulents que les autres. Même ceux qui ne rangeaient pas leur chambre et ne mangeaient pas leurs légumes. Même ceux qui écartaient les cuisses pour quelques dollars. La lucarne s’ouvrit d’un bruit sec et d’un regard, tu aperçus le visage du Père. A toi de faire le show.
« Que puis-je pour toi mon enfant ? » entends-tu souffler d’une voix douce à quelques centimètres de toi.
« J’ai pêché mi padre » annonces-tu d’une voix égale. Tu ne sais jamais comment commencer tes confessions mais tu savais qu’il te faudrait y passer, surtout pour commencer une nouvelle vie, surtout pour enfin te tourner vers l’avenir. Peut-être que tu pourrais trouver ton salut dans le Bronx ? Tu avais vu cette annonce, c’était peut-être un signe ? Tu aimais à le penser en tout cas.
« Dis-moi tout » t’annonças le père, s’attendant sans doute à une petite confession de pauvre fille. De toute manière, il n’y avait que des misérables dans le coin, n’est-ce pas ? Des pauvres gens et des vieux. Tu n’étais ni l’un ni l’autre, t’étais une tigresse, t’étais une bombe à retardement, prête à éclater à la tête de ceux qui le méritaient. Ils étaient nombreux et toi, tu n’avais pas assez de pitié pour pardonner à ceux qui t’avaient fait du mal.
« C’est une longue histoire…J’ai tué un homme et condamné un autre. » finis-tu par prononcer en regardant droit devant toi, n’osant croiser son regard. Tu ne voulais pas qu’il y voit le reflet de la victoire, tu ne voulais pas qu’il y sonde ton immense satisfaction de savoir ces salauds envoyés tout droit en enfer.
« C’est…une bien triste histoire. Sois plus précise… » son trouble était palpable, comme si l’oxygène du confessionnal s’était évaporée pour vous laisser suffoquer dans le pêché. Etait-ce les flammes de l’enfer qui vous avaient asséché la gorge ? C’était les risques, les sœurs t’en avaient bien suffisamment avertie. Almareda, un jour où l’autre c’est en Enfer que tu seras jetée ! Tu ne l’avais jamais pris au sérieux. Aujourd’hui encore, tu te riais d’elle mais si elles avaient eu raison ? Eh bien dans ce cas là, qu’elles brûlent car elles étaient loin d’être des saintes ces sorcières.
« Je ne sais pas vraiment où commencer mi padre, ma vie n’a pas été un long fleuve tranquille…je n’ai jamais eu de parents, on m’a déposé aux portes d’une église peu après ma naissance, sans mot, sans adresse. Ils m’ont trouvé quand j’étais à moitié morte gelée et ils m’ont mis dans cet affreux endroit. Ils ont dit que j’avais le diable au corps mi padre mais je vous promets que je n’ai jamais voulu être une mauvaise fille. Je ne les aimais pas ces vielles dames odieuses qui nous claquaient les doigts quand on se montrait indisciplinées ou pire encore. Elles disaient que j’étais de la mauvaise graine mais je vous jure, je n’étais rien par rapport à elles ! »
« Vous êtes dans la maison du Seigneur, ne jurez pas ! Poursuivez… »
« Je les trouvais affreuses mais elles passaient pour des anges en comparaison du Père, lui se montrait doucereux…mais ce n’était que pour mieux gagner notre confiance. Vous savez je suis bien contente qu’il y ait cette cloison entre nous, je ne fais plus vraiment confiance aux hommes de Dieu…Quoiqu’il en soit, j’ai grandi dans cet orphelinat sans jamais être adoptée et quand j’ai été assez grande, ils m’ont trouvé. Ça aurait pu être une belle idylle…j’avais rencontré Luis et il m’avait promis de grandes choses, il m’avait promis de me faire rencontrer des grands créateurs de mode, il disait que j’avais un visage atypique, que j’étais une beauté sauvage, que je deviendrais un grand top-model…mais pour ça je devais lui rendre un service. » Tu marquais une pause en te pressant l’arrête du nez entre deux doigts, ricanant à ta propre bêtises. « Il suffisait que je passe un peu de drogue aux Etats-Unis. Je vous épargne comment mon père mais je l’ai fait. J’étais jeune et naïve, je crois que ça a été le pire moment de ma vie…Je l’ai fait une première fois en pensant qu’à partir de là, je commencerais ma carrière de mannequin. Sauf que non, Luis en voulait beaucoup plus, au moins dix autres passages…J’ai eu beau refuser, ils m’ont vite fait comprendre que si je refusais, ils me tueraient, ma famille avec. C’est là qu’intervient le condamné mon père, je leur avais dit que le Père Castillo était comme un père pour moi. » Tu t’arrêtes un instant pour cacher un petit rire avec ta main. Tu savais qu’ils iraient le trouver pour te punir, sans le savoir ils te rendraient un grand service et t’espérais qu’ils lui briseraient chaque os. « J’ai fait le premier voyage donc et ils m’ont renvoyé au pays…j’ai du reprendre la drogue et la repasser. Tout s’est bien passé pour eux. J’ai passé l’aéroport sans embûches, ne manquait plus que deux étapes : me faire conduire au motel et récupérer la marchandise. Nous ne sommes jamais arrivés. J’ai usé de la meilleure des armes avec le chauffeur et avant même qu’il ne s’aperçoive de quoi que ce soit, je lui ai pris son revolver et je lui ai tiré dans la tête. Juste comme ça » tu dis en posant tes doigts sur ta tempe. Ça avait été une vraie boucherie dans la voiture, tu avais été chaque de voir qu’un crétin pareil ait autant de cervelle. Tu ne t’étais pourtant pas laissé impressionner, tu avais arrêté la voiture sur un chemin de terre, jeté le corps dehors et t’avais filé avec sa Ford et la marchandise. Jamais tu n’aurais pensé avoir autant de sang-froid mais à ce moment, tu ne voyais qu’une chose devant toi : les panneaux américains qui te menaient tout droit vers une vie meilleure. C’était du moins ce que tu pensais, jamais alors tu n’aurais imaginé devenir prostituée à New-York. Tu avais raté ton coup de poker.
« … En avez-vous parlé à quelqu’un ? Il faut que vous alliez à la Police ! »
« Jamais…je me remet à vous me padre, à vous et au Seigneur là haut… »



imnohuman
passe ta souris !
Parkinienne convaincue, je suis de retour, again, again, again et again ! NIARK


Dernière édition par Almareda Laguerta le Dim 10 Jan - 18:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 15:14

Bienvenuuue HELLO
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Oulala la didou ! »
« Oulala la didou ! »
› Âge : 23 tours du monde.
› Appart : #007 avec James Bond en fond sonore.
› Occupation : un peu tagueuse, un peu voleuse, un peu hackeuse (surtout poète).
› DC : la belle Électre.
› Messages : 752
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 15:16

OK C'EST TOI.
HOT HOT HOT


(Personnage en Italie)

Spoiler:
 


Dernière édition par Candide Debussy le Dim 10 Jan - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6379-gala-cigarettes-after-s


avatar

› Âge : vingt-sept ans
› Appart : #1401 - 14e étage
› Occupation : je me suicide à petit feu.
› Messages : 3626
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 15:35

Bienvenue au Parking :l:
J'aime beaucoup ton choix d'avatar & ton pseudo OMG
Bon courage pour la suite de ta fiche :l:



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 16:06

Bienvenue parmi nous la miss !
Je viendrai sans doute te réclamer un lien avec mon DC :PERV:
Fight pour ta fiche DE CEUX
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 17:23

oh wow, j'adore l'avatar BAVE2
bienvenue par ici MIAOU et bon courage pour ta fiche :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt et un ans, toujours pas adulte.
› Appart : #1014, le F4 de papa. L'appart trop grand, trop vide.
› Occupation : Elle a trouvé ce petit job à la supérette du quartier, derrière le bip abrutissant de la caisse enregistreuse. Elle vole encore, de temps en temps, des relent d'argent facile.
› DC : Marshall le branleur, Carl le taulard
› Messages : 1791
› Nombre de RP : 8

Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 17:29

ENCORE TOI :bouh:
Re-bienvenue avec ta petite bombe :l:



Rien. Rien d'important. J'te disais juste que j'allais pas bien et que je partais en couille ces derniers temps, que j'avais un peu envie de crever et beaucoup envie de chialer mais tu sais c'est pas important tout ça, ça vas passer, ça finit toujours par passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5395-leo-ses-baisers-laissai


avatar

« Le Loup »
« Le Loup »
› Âge : 26 ans (12 novembre)
› Appart : #520 (F4) avec les orphelins Williamson et l'orpheline de la vie
› Occupation : en taule
› DC : la tatouée espagnole, le cuistot italien et l'hystérique enceinte
› Messages : 3040
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 17:31

Giza Giza Giza SIFFLE :l:
re-bienvenue bôtéééé



monsters are in your head
williamson ⊹ mais j’passerais pas ma vie à m’demander quand elle commence. (by anaëlle)

PERSONNAGE EN PRISON. ho
(mais possibilité de rp)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t1711-avery-un-coeur-c-est-lo


avatar

› Âge : vingt-six années rongées par sa folie meurtrière
› Appart : #717 la frangine envolée, éclatée dans les rues du Bronx ou ailleurs et lui seul dans un trop grand appart
› Occupation : il a abandonné la drogue, les contrats sanglants, traqué par les gros poissons qui veulent écraser la vermine
› DC : Riley la camée aux dessins morbides
› Messages : 1530
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 18:09

Qu'elle est belle CUTE Bienvenue :l:
(entre Colombiens, ils nous faudra un lien SADIQUE)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5441-ugo-de-ceux-qui-prennen


avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #522 avec son homme, pas loin de la famille
› Occupation : Infirmière diplômée
› DC : Lizz & Drill
› Messages : 1345
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 18:11

Re-bienvenue coeur
T'es belle NIARK


❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2061-aliah-vouloir-vivre-par


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman. Dim 10 Jan - 18:26

ELLIE - Merci ma belle ! LOVE
CANDY - C'est TOUJOURS moi ! NIARK
SILVER - Ravie que ça te plait ! Merci ! MIAOU
LILY - J'espère bien ma belle, merci ! HAN
EMRYS - T'es pas mal non plus tu sais HEH Merci !
LEO - Eh oui, de retour pour te jouer un mauvais tour Twisted Evil
AVERY - toi toi toi HEHE
UGO - Ah mais c'est obligé chéri ! PERV
ALIAH - Comme toi SIFFLE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Almareda — Never trust a woman.

Revenir en haut Aller en bas

Almareda — Never trust a woman.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Trust
» Indiana woman reveals family secret: UFO landed with creatures
» "Lucis Trust" : une secte luciférienne qui a un rôle de conseil à l'ONU !
» La "Lucis Trust" et le Gouvernement Mondial !
» Les Témoins de Jehovah et l'argent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)