Partagez|


Sloan ; tout n'est que rêverie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 14:56

Sloan  Maddon
let's die together, mi amor
Nom maddon, Prénom sloan, Date et lieu de naissance quatre mai mille neuf cent quatre-vingt seize à Florence, Âge dix-neuf ans, Nationalité américaine & italienne, Origines italiennes du côté de sa mère, américain du côté de son père, Statut matrimonial en couple depuis plus d'un an avec un homme qu'il ne peut plus respecter désormais, Orientation sexuelle malosexuel, Job ou Activié peintre à ses heures perdues pour financer ses études d'art, Groupe ceux qui rêvent, Crédits applestorm.  

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Ca fait un peu plus de deux mois que j'ai échoué ici. Quand j'ai emménagé, je savais pas trop à quoi m'attendre et j'ai pas tellement fait le difficile en fait. J'avais besoin d'un endroit, l'appartement se libérait rapidement, j'ai même pas pris la peine de visiter le quartier avant de prendre ma décision. Evidemment, le déménagement s'est déroulé à peu près comme je me l'imaginais : dans les cris et les larmes. Adriel refusait de me laisser partir, et il a tout essayé pour me retenir. Il m'a fallu un courage certain pour parvenir à l'affronter cette fois, mais j'ai tenu bon et c'est soulagé que je lui ai tourné le dos en posant les clés qu'il m'avait données sur le meuble de l'entrée. Du coup, j'ai dû me démerder tout seul à trimballer tous mes cartons jusqu'à l'autre bout de la ville, pour finalement réussir à rejoindre mon nouveau chez-moi. Je n'avais encore jamais vécu seul jusqu'à présent et j'dois admettre que la sensation de sérénité qui m'envahit quand je passe la porte de mon appartement est assez appréciable. Ma mère me reproche d'avoir choisi ce quartier, elle estime que j'aurai pu trouver mieux mais c'est sans doute parce qu'elle ne sait rien de la raison première qui m'a poussé à m'installer ici et nulle part ailleurs. Cette raison, elle vit à seulement quelques étages du mien et elle s'appelle Malo.
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Aussi étrange que ça puisse paraître, je n'ai pas encore eu l'occasion de rencontrer beaucoup de monde par ici. J'suis pas tellement du genre à aller frapper aux portes pour me présenter en disant "salut, j'suis votre nouveau voisin !" avec un panier de muffins à la main. J'ai croisé quelques personnes mais sans vraiment leur prêter d'attention, mais vous admettrez que sortir sa poubelle c'est certainement pas le meilleur moment pour apprendre à connaître une personne. Du coup je laisse couler, et peut-être que j'finirai par tomber sur des mecs cools mais c'est pas vraiment ce que je suis venu chercher ici. Cependant il va bien falloir que j'me mette à faire des efforts et pour cause ; le loyer reste élevé pour mes maigres économies et il est temps que je trouve des colocataires. Pour l'instant, je n'ai donc aucun avis très arrêté sur mes voisins. L'immeuble en lui-même est assez sympa, dans le sens où il ne tombe pas en ruine et puisque j'étais pas vraiment difficile au moment de la signature du bail...
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Je suis pas certain que les gens arrivent à mettre un prénom sur mon visage pour commencer, donc ma réputation doit être encore assez clean, à moins qu'Adriel soit venu cracher son venin à toutes les personnes que je pouvais potentiellement rencontrer pour détruire mes chances d'aspirer à une vie sociale normale. C'est aussi pour cette raison que j'ai choisi de prendre un nouveau départ, de quitter le quartier que j'habitais avec lui. J'avais besoin de me retrouver là où personne ne me connaissait et c'est désormais chose faite. J'espère donc pouvoir faire les choses différemment cette fois. Au fond, j'suis pas un mec méchant, encore moins le genre à briser des coeurs pour le plaisir. Alors peut-être que mes voisins se préoccuperont plus de mon côté artiste que de ma vie amoureuse.



feat vladimir averyanov
je dessine depuis que j'ai appris à tenir un crayon, c'est une vraie passion, c'est c'qui me permet de vivre. mes peintures me prennent une bonne partie de mon temps libre mais c'est comme ça que j'ai choisi de me défouler. j'ai rencontré Adriel à l'âge de seize ans, lors d'un voyage scolaire. le mec ténébreux, sombre, difficile à cerner. il était tout ce en quoi j'aspirais à l'époque. j'suis tombé amoureux sans même m'en apercevoir. et notre histoire aura duré trois ans, avant de mourir à petit feu pendant qu'on s'occupait à planifier un avenir qui n'avait aucun sens. officiellement, on est encore ensemble. mais j'ai décidé de prendre de la distance, parce que je supportais plus d'le voir. il est devenu guère plus qu'un étranger à mes yeux, et c'était le cas déjà bien avant que je ne rencontre Malo ma mère m'appelle presque tous les soirs, et quand elle ne le fait pas, c'est moi qui attrape mon téléphone. on est restés très proches tous les deux, et elle supporte assez mal la distance qui nous sépare. depuis qu'elle s'est séparée de mon père, elle est retournée vivre à Florence avec mes frères et soeurs. ma famille me manque souvent, et je culpabilise de les avoir ainsi laissés tomber mais au fond je suis presque sûr d'avoir fait le bon choix ma relation avec mon père a toujours été un peu plus chaotique, mais il reste mon père. il y a quelques mois, il a trompé ma mère et celle-ci a fini par le découvrir. mais je ne lui reproche rien. leurs histoires de couple ne me regardent en rien et je n'avais aucune envie de couper les ponts avec l'un ou l'autre c'est quand j'ai emménagé avec Adriel que j'ai commencé à vendre mes peintures. tout ça s'est fait très vite en fait. j'ai rencontré un homme qui se trouvait être propriétaire d'une galerie dans le centre ville, et au fil de la discussion il m'a proposé de lui montrer quelques unes de mes toiles. si sa critique a été un peu sèche au début, il m'a tout de même poussé à me lancer et depuis je parviens (avec peine parfois), à en vivre avant d'admettre définitivement mon orientation sexuelle, j'ai couché avec plusieurs filles. ce n'était pas des expériences désagréables, bien loin de là. j'ai beaucoup de respect pour les femmes et les admire. j'imagine que j'aurai pu en épouser une, et ma vie aurait été alors beaucoup plus simple. mais le piquant des hommes, leur force, la violence de leurs sentiments auraient fini par me manquer à la longue ma première petite-amie s'appelait Amelia et elle a mis beaucoup de temps à se remettre de notre rupture. malgré sa douleur, nous avons continué à nous voir et elle est devenue l'une de mes meilleures amies. elle sait absolument tout de moi et n'a pas été surprise lorsque je lui ai avoué mon penchant pour le sexe masculin je sais que Malo regrette d'avoir fait ma rencontre, parce que je n'étais pas "prévu" dans ses plans. et je sais qu'il en a parfois marre de moi, et qu'il aurait envie d'me cogner parce que je prends plaisir à traîner constamment dans ses pattes mais j'm'en fous, j'ai pas l'intention de le lâcher comme ça. j'ai toujours été fidèle à Adriel mais depuis que notre couple bat de l'aile, j'suis tiraillé entre l'envie de réparer ce qui s'est brisé entre nous et le besoin viscéral de succomber encore et encore au regard dur de Malo l'une de mes petits frères, Stivell, souffre d'autisme profond. il a été diagnostiqué à l'âge de sept ans et est depuis au centre de l'attention, ce qui en soit ne m'a jamais vraiment posé de problème. je l'ai toujours surprotégé et je m'inquiète beaucoup à son sujet, mais je sais que ma mère fait au mieux pour l'élever seule. pendant longtemps, il a été placé en institution mais nous avons pris la décision de l'en sortir, songeant qu'il s'épanouirait sans doute mieux aux côtés de sa famille.  
"Sloan, tu veux bien venir t'occuper de ton frère le temps qu'j'aille prendre un bain ?" Ca commençait toujours comme ça. En même temps, je n'avais jamais pu blâmer ma mère de vouloir prendre un peu de temps pour elle. Depuis la naissance de Stivell, elle était épuisée, méconnaissable. Toujours à cran, irritable et déprimée. A l'époque, j'comprenais pas vraiment pour quelle raison mais avec le recul, je me dis qu'elle avait -et qu'elle a toujours- un courage admirable. J'abandonnai donc ma console pour aller rejoindre mon petit frère qui mangeait tranquillement à la table de la cuisine. Il n'utilisait pas de couverts, ce qui rendait ce détail de la vie quotidienne assez désagréable à regarder mais j'avais fini par m'y habituer. Dès qu'on approchait la main de son assiette, il relevait brusquement la tête et se mettait à grogner ; autant dire que personne ne s'y risquait plus depuis longtemps. Lorsque le diagnostic était tombé, ma mère s'était effondrée. Mon père avait bien tenté de faire face, mais l'autisme était une maladie extrêmement complexe et mes parents ne comprenaient pas leur propre enfant, ce qui les poussait à culpabiliser au point de se demander s'ils étaient vraiment capables d'assumer de telles responsabilités. Quant à moi, la douleur de voir l'un de mes frères dans cet état me rendait dingue. Mais j'étais le seul qui acceptait de prendre soin de lui, les autres préférant vaquer à leurs occupations d'enfants insouciants. Bien sûr, moi aussi j'aurai aimé faire comme s'il n'existait pas, ça aurait sans doute été beaucoup plus facile. Mais j'l'aimais ce gamin, et je ne comprenais pas pourquoi tout le monde se moquait de lui constamment. D'accord, il était pas tout à fait comme tout le monde. Mais il avait dans les yeux une envie de vivre, une curiosité de tout ce qui l'entourait tout à fait fascinante. Et moi je ressentais le besoin de le protéger, mais pas comme le faisait ma mère. J'voulais lui montrer plein de choses, j'voulais qu'il vive comme moi, comme n'importe qui. J'étais un peu naïf à cet âge et j'étais persuadé que si on le traitait sans distinction aucune, il finirait par apprendre à parler, à compter et à lire, à s'amuser avec les autres gosses... Alors je le traînais un peu partout avec moi, et tant pis si mes copains d'école ne voulaient pas jouer avec nous parce qu'il était "bizarre", il me regardait construire des cabanes dans l'arbre du jardin de ses grands yeux rieurs et on passait comme ça des après-midis entières enfermés dans une bulle éclatante de bonheur avant de rentrer à la maison, où les tensions entre papa et maman se faisaient de plus en plus palpables.
Lorsqu'il eut enfin terminé de manger, je lui offris un sourire tendre et le pris doucement par la main. Il rejettait d'habitude tout contact humain et avait tendance à se raidir quand on essayait de le toucher mais il se sentait en confiance avec moi et avait fini par m'accepter. C'était une relation très particulière quand j'y repense, j'imagine d'ailleurs que ma mère se sentait parfois exclue mais je sais aussi qu'elle était soulagée de savoir que je pouvais prendre le relais quand elle n'y arrivait plus. Comme toujours, nous descendions les marches pour nous rendre dans le jardin que mon père se donnait un mal de chien à entretenir. Pendant une bonne heure, nous nous amusions dans la pelouse fraîchement tondue à nous rouler par terre et à courir l'un après l'autre, juste parce que c'était drôle. Et puis soudain, sans prévenir, il mit un terme à nos jeux puérils et se planta devant moi d'un air déterminé. Ses petites boucles brunes tombaient nonchalamment sur ses yeux bruns et il les remit en place d'un geste maladroit avant de s'avancer vers moi et de m'entourer de ses bras trop courts pour faire le tour de ma taille. "Bisou à toi !" murmura-t-il à mon oreille de sa voix incertaine.

J'avais fait la rencontre d'Adriel alors que je n'étais qu'un gamin. Il était plus vieux de trois ans, et je l'avais longtemps regardé de loin dans la cour du lycée que nous fréquentions tous deux. Il faisait partie de ces gars qui étaient capables d'obtenir tout ce qu'ils désiraient d'un simple sourire ravageur, et je n'étais pas une exception. Ce fut lors d'un voyage scolaire qu'il posa les yeux sur moi pour la première fois. Le bus était plein à craquer d'étudiants surexcités à l'idée de quitter leur pays pour quelques jours. Je m'étais retrouvé à l'arrière, à admirer les paysages défiler par la fenêtre sans prêter la moindre attention à l'agitation qui s'accentuait autour de moi. Cette sincère indifférence avait finalement attisé la curiosité de celui qui faisait battre mon coeur déjà à l'époque. Il s'était assis à côté de moi et avait passé un bras autour de mon épaule tandis que je tournais la tête vers lui, sursautant presque en découvrant notre proximité. "Salut..." avais-je alors murmuré. Et c'était de cette manière peu commune que notre histoire avait vu le jour. Nous n'avions jamais eu besoin de nous cacher, Adriel était suffisamment populaire et aimé de tous pour assumer sans honte ses penchants homosexuels et puisque j'étais à son bras, j'estimais devoir faire de même. Deux années durant, nous avons été heureux. Mes parents l'adoraient, il passait régulièrement du temps avec ma famille tout en dissimulant la haine viscérale qu'il éprouvait pour la sienne. J'ignorais tout de sa vie privée, il s'était toujours arrangé pour repousser le moment fatidique où il me présenterait finalement à ses parents et à son frère, mais j'avais perdu patience et exigé qu'il prenne ses responsabilités s'il ne voulait pas me perdre. Il n'avait eu d'autre choix que d'abdiquer et le week-end suivant, nous partions pour la Floride. Et à l'instant même où j'étais descendu de la voiture, j'avais compris pour quelle raison nous n'étions pas venus plus tôt. Il avait honte de sa propre mère, handicapée moteur sévèrement. Celle-ci nous attendait pourtant sur le pas de la porte avec un sourire radieux, elle semblait tellement heureuse de voir son fils que rien d'autre ne comptait à ses yeux. Si j'étais touché par l'amour qu'elle lui portait visiblement, j'étais toutefois véritablement dégoûté quant au comportement que mon petit-ami adoptait envers elle. A peine un regard, très peu de mots, ou alors il s'agissait de reproches d'une violence inouïe. Lui qui s'était montré si prévenant et attentionné envers mon petit frère s'avérait être un monstre quand il s'agissait de sa mère et je ne pouvais pas cautionner un tel manque de respect. Naturellement, le séjour fut de courte durée, et très vite les choses s'envenimèrent entre nous. Pour moi il n'était plus qu'un parfait hypocrite, froid et calculateur, qui s'était fait passer pour un prince avant de me montrer son vrai visage.

Je n'étais pas tellement habitué à ce genre d'endroits. L'idée même que des hommes et des femmes puissent se déshabiller pour quelques dollars me révulsait, même si j'étais conscient que certains n'avaient clairement pas le choix et peut-être des motivations suffisantes. Mais j'essayais de m'intégrer, et ces temps-ci, la grande mode au sein de ma promo' était de traîner dans les bars de strip-tease pour se bourrer la gueule en charmante compagnie. Amelia avait beaucoup insisté sur l'importance de cette soirée et j'avais fini par céder, songeant qu'elle avait toujours su ce qui était bon pour moi. Alors je m'étais laissé entraîné et j'me retrouvais là au milieu de tous ces mecs en chaleur en me demandant si je n'avais pas mieux à faire. Après nous être installés à une table, le serveur nous rejoignit afin de prendre nos commandes. Dans l'ensemble, le groupe était déjà bien éméché et moi également, nous nous contentions donc de quelques bières histoire de nous rafraîchir. Depuis quelques minutes, mon portable vibrait en continu au fond de ma poche et je m'efforçais de l'ignorer car je savais pertinemment que si je répondais à cet appel allait suivre une énième dispute avec Adriel et je n'avais ni le coeur ni l'esprit à ces futilités. De plus, je devais bien admettre que mon attention était portée sur une toute autre personne, et moi qui n'avais jamais envisagé la possibilité de l'infidélité avec sérieux, j'étais pourtant très tenté à l'idée d'aborder ce charmant barman.
Quelques verres de plus et nous voilà à passer la porte de son appartement. Je ne réfléchissais plus, pour la première fois depuis des années, j'me laissais aller à l'insouciance qui m'avait fait défaut durant l'enfance. Il était dur, rugueux, distant mais j'm'en foutais, moi j'étais bien. Une nuit, et puis deux, et puis trois. Et toujours aucun remord. Adriel ne supportait plus de me voir rentrer à des heures tardives, et il arrivait parfois même que je ne rentre pas du tout ce qui avait le don de le mettre dans une colère noire. Alors je faisais mine d'avoir travaillé tard à la bibliothèque et d'avoir dormi chez un ami pour ne pas le réveiller, mais il n'était pas dupe. Simplement, j'imagine qu'il m'aimait trop pour vouloir argumenter contre moi. Par peur d'être véritablement découvert, je décidai de déménager ; il valait mieux que je ne le vois plus si je voulais trouver la force de rompre une bonne fois pour toute. C'était en tout cas assez logique dans ma tête lorsque j'ai signé le bail, désormais je pense que j'étais juste trop lâche pour admettre que notre histoire était terminée depuis longtemps et je n'arrive toujours pas à me détacher de lui, mais Malo a pris une importance considérable pour moi et je refuse d'abandonner les privilèges qu'il a mis du temps à m'accorder. Parce que peut-être qu'il pense que je l'ignore, mais j'ai bien remarqué qu'il n'arrive jamais à me résister très longtemps et je suis sûr que j'suis pas qu'un mec de plus comme il essaie de me le faire croire.

mlle halloween
passe ta souris !
alooors moi c'est Melissa, j'ai vingt-deux ans (et toujours un p'tit pincement au coeur quand je l'admets). j'ai découvert le forum via facebook et j'ai juste totalement craqué sur le design, la simplicité du contexte et le scénario de Malo I love you j'avais arrêté le rp depuis plusieurs mois (années ?) donc je vous prie d'être indulgents envers moi, il faut que je me remette dans le bain ! à part ça je devrai être assez présente pour l'instant puisque je suis en arrêt de travail pendant quelques mois mais lorsque je reprendrai, je ne serai là que deux ou trois fois par semaine. voilà voilà MIAOU


Dernière édition par Sloan Maddon le Mer 25 Fév - 13:19, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 14:59

Tu as ordres de tout roxer pour ta fiche parce que je m'étais inscrit pour ce scéna MDR (mais j'aime pas la compétition alors vàla ARROWluvCharlie ) AS oui c'est tout ce que j'avais à dire ARROWluvCharlie
Bon courage pour ta fiche CUTE j'me réjouis de voir ce que tu vas faire de lui !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 15:00

Bienvenue officiellement sur au Parking et bonne chance pour la rédac de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 15:02

bienvenue au parking et bon courage pour ta fiche! I love you
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 15:04

Sloan, j'adore ce prénom coeur

Bienvenue, bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 15:05

Excellent choix de scenario POTTE Et d'avatar, parce que voila POTTE

Bienvenue HOT
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 15:05

oh je savais pas :O si tu veux que je laisse ma place il n'y a pas de problème hein, tu étais là avant après tout !

merci tout le monde I love you
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 15:42

ton avatar fait très mal à mes ovaires
bienvenue parmis nous !
super choix de scénario en passant, ça promet, je vais venir stalker vos rps HEH
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 15:44

Bienvenue officiellement au parking & bonne chance pour ta fichette HEHE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 15:48

Bienvenue DE CEUX
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 17:26

Sloan Maddon a écrit:
oh je savais pas :O si tu veux que je laisse ma place il n'y a pas de problème hein, tu étais là avant après tout !

merci tout le monde I love you

avant ? cinq minutes avant à tout casser ouais MDR non, hors de question que je te le pique. joue le juste à fond ok ? :'D sinon je vais regretter de te laisser un scéna aussi cool POTTE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 17:36

Excellent choix de scénario ho Bienvenue parmi nous coeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 18:14

Ton avatar est magnifique **
Je n'ai pas été lire le scénario mais bienvenue et bonne chance pour le personnage.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 18:31

Bienvenue, j'aime beaucoup le titre et puis en prime tu as fait un heureux Bonne chance pour ta fiche :owai:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie Lun 23 Fév - 19:33

Bienvenue =D
Super choix de scénario, il est a tomber I love you BRILLE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Sloan ; tout n'est que rêverie

Revenir en haut Aller en bas

Sloan ; tout n'est que rêverie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» La Bible reméde à tout nos tracas
» Tout sur les moralistes
» Saint Marcellin Joseph Benoît Champagnat et commentaire du jour "Elle a tout donné"
» il bouge tout le temps...
» Tout ce qu'il faut savoir sur le kilt.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)