En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5366-lyam-o-neill-it-s-too-c
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 825
▹ INVESTISSEMENT : 12

▹ AGE : Trente-cinq années au compteur, bien trop passées à être une autre, pour finalement n'être plus personne.
▹ APPART : #1105/11ème étage - seule entre des murs froids qu'elle tente vainement de colorer d'une personnalité qui ne cesse de lui échapper.
▹ TAF : Palefrenière la journée, les bottes dans la paille et le crottin, à en avoir des cloques aux mains de manier le balai et la fourche, mais le bonheur indiscutable d'oeuvrer au bien-être des chevaux pour quelques heures de monte comme rémunération qui persiste dans son coeur. Fille de joie, catin des beaux quartiers New-Yorkais une fois que la nuit a enveloppé la ville -et son âme. En recherche d'autres horizons, pour se défaire de la prostitution.
▹ AVATAR : Priyanka Chopra.
▹ DC : L'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain). (yet to come)



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: LYAM » The only easy day was yesterday.   Dim 13 Déc - 13:04

LYAM YMIR O'NEILL
This ain't no place for no hero, this ain't no place for no better men...



(NOM) O'Neill, dont l'orthographe exacte en Gaélique est Ó Néill. Définitivement Irlandais. Il entendra toujours son arrière grand-mère se plaindre de la manière dont son nom avait été écorché quand elle était arrivée sur le territoire Américain... Mais ici, il porte le nom de Lynch, pour servir sa couverture. Et c'est celui qui est inscrit sur tous ses papiers, de ses factures d'électricité au passeport en passant par le permis de conduire. Welcome to the land of non-existence. (PRÉNOM) Lyam. C'est doux, ça glisse entre les lèvres et sur la langue. Et ça contraste fortement avec son caractère. Il a également un deuxième prénom, purement Suédois (et il remerciera sa mère pour le mélange des origines...) : Ymir. Peu le connaisse, mais ça fait généralement un peu sourire.  (ÂGE) Trente-Six années passées sur cette Terre, même s'il n'y prête finalement que très peu d'attention (DATE ET LIEU DE NAISSANCE) Né un 22 Novembre, pur produit New-Yorkais. Bronx born and raised. (OCCUPATION OU ACTIVITÉ) Officiellement, il est professeur particulier de langues. Suédois, Gaélique et Russe. Activité qui ne soulève pas trop de questions et le laisse très libre de ses mouvements, comme cela n'est qu'une façade, un écran de fumée, ça l’arrange bien. Officieusement, il travaille au sein d'une organisation très développée qui verse dans le proxénétisme, en tant qu’informateur Ah, la vérité ? Agent du FBI sous couverture, mais ça, vous ne risquez pas de le savoir. (NATIONALITÉ) Américaine seulement. (ORIGINES) Irlandaises par le père, Suédoises par la mère. Mais il n'a pas encore eu l'occasion d'y poser un pied... (STATUT CIVIL) Certains au Bureau pourraient le dire marié à son Glock 23 mais il les laisse rire. Célibataire au coeur suicidaire, ça lui conviendrait certainement mieux, et pas pour son plus grand bonheur. Comme s'il avait le temps pour ça… Et pourtant. Les prunelles céruléennes gravées dans le cœur. Comme une cicatrice à la fois douloureuse et délicieuse.  (ORIENTATION SEXUELLE) Pansexuel, pour peu qu'il parvienne à poser un mot dessus. Pas du genre à le crier sur tous les toits, ni à en être particulièrement fier. Il l'accepte tout simplement. À quoi bon lutter contre ses attirances ? Ce qui reste assez ironique, c'est qu'il a vraiment "l'air d'un hétéro", d'après d'anciennes conquêtes masculines. Mais bon, ça sert au job alors c'est pas plus mal comme ça. Et non, il n’est pas frigide. N’en déplaise à certains. (DATE D'ARRIVÉE AU PARKING) Janvier 2015. (REPRISE DU PERSONNAGE) Nope, sir. Je compte pas partir anyway. Vous allez en avoir marre de voir mes miches. (GROUPE) De ceux qui survivent. (CRÉDITS) Devise non-officielle des Navy-SEALs (titre), Person of Interest & The Heavy & Lenny Kravitz (sous-titres).


L'histoire de Lyam en bref


+ Il est né dans le Bronx et y a vécu jusqu'à ses vingt-cinq ans environ.
+ Il est le seul fils biologique de ses parents. Son frère Alekseï est avocat, sa soeur Sinah est assitante sociale. Ils travaillent tous deux à New-York. Un autre homme -Solal- fait partie de la famille mais il n'y a pas une place vraiment définie. Il est danseur de classique.
+ Lyam s'est engagé dans l'Armée de Terre à ses dix-huit ans. Il y a servi pendant sept ans, au cours desquels il est devenu sniper. Il a fait l'Irak pendant deux ans avant de retourner au pays et de quitter l'armée pour "raisons médicales".
+ Ses parents ont déménagé à Los Angeles et il les a suivi. Il a ensuite poursuivi une carrière dans la police, est devenu détective dans la Criminelle avant de perdre son partenaire. Il avait alors trente-et-un ans. Il a rendu son badge pour par la suite intégrer le FBI.
+ Il est actuellement sous couverture et a infiltré une organisation qui verse dans le proxénétisme grâce à l'aide d'un informateur (Oreste).

Lyam parle réellement les langues qu'il est censé enseigner, notamment grâce à ses parents et son frère. Néanmoins, il trouve discutable le choix que ses supérieurs aient fait quant à son activité officielle... Peut-être parce qu'il ne se trouve pas particulièrement crédible en tant que professeur. Il a la patience pour, mais pas franchement un don pour mettre les autres à l'aise au premier abord… Professeur de boxe, ça aurait certainement mieux collé. Mais il n’a pas eu son mot à dire. Néanmoins, sa passion pour les langues n’est pas feinte. Il a quelques notions de Français, héritées du lycée, d'Espagnol également. Il s’intéresse de près au Lituanien, c’est une langue et une culture qui l’intriguent beaucoup. Il considère l’Irlandais comme sa langue maternelle au même titre que l'Anglais. Il la parle avec le même naturel, elle lui vient même spontanément aux lèvres dans certaines situations. Il a l'air particulièrement fermé au premier abord et il n'est pas franchement du genre à faire le premier pas vers les autres. Néanmoins, il faut juste savoir un peu gratter la surface, éventuellement légèrement insister, et une fois le premier sourire arraché, vous pouvez être sûr que vous avez déjà franchi une grande étape. Généralement, il fait le reste du chemin et se révèle plutôt sympathique, même si au fond il est plus du genre à poser des questions et s'intéresser à ceux qui l'entourent plutôt que s'étendre sur sa vie ou ses sentiments. Mais étrangement, il a le contact extrêmement facile avec les enfants de moins de 15 ans. Leur innocence et leur joie de vivre lui arrachent toujours des sourires sincères. C'est un menteur de profession. Particulièrement pratique quand il est sous couverture -il pourrait faire avaler à peu près n'importe quoi sur son compte à à peu près n'importe qui- mais c'est également un énorme défaut, tant il en a l'habitude. Ça n'aide pas franchement à construire des relations durables et basées sur la confiance mutuelle. Le contrôle,  le calme à toute épreuve. La neutralité incarnée, impossible à foutre en rogne. Il encaisse bien, se sert de sa tête avant des poings -enfin, disons plutôt l’attaque verbale. Ça le fait passer pour un insensible, une machine. Soit, vous dira-t-il. Il a un chien qui appartenait à un ancien compagnon d'arme récemment décédé. Étant un chien militaire ne répondant qu'aux commandes en Néerlandais, il ne pouvait être adopté par n'importe qui et l'ancienne compagne de son ami a préféré lui demander de le prendre avec lui car elle en avait toujours eu un peu peur. L'animal est un peu devenu le gardien de son appartement quand ses obligations l'appellent ailleurs et ils s'entendent étonnamment bien alors que Lyam a toujours préféré les chats. C’est un Malinois nommé Silver Star. Mettez lui une arme à feu dans les mains et il saura la faire chanter de la plus belle et meurtrière des façons. Ce n'est pas un grand sportif, il n'aime pas particulièrement cela. Néanmoins, il prend plaisir à faire son jogging matinal, c'est sa petite routine. C'est toujours pratique d'être endurant quand on donne la chasse aux criminels. Et il ne prend jamais l'ascenseur. Son père étant professeur de boxe, il l’a pratiquée étant plus jeune, en plus du rugby, sports pour lesquels il a toujours un petit faible. Et il a fait du cross, à moto. Ça lui manque parfois. Il a déjà eu un petit problème avec l’alcool, raison pour laquelle il est toujours prudent lorsqu’il en consomme. Mais il n’a pas touché une bouteille depuis qu’il est sous couverture. Les bouteilles de vin attendent sagement d’être dégustées dans son frigo, mais il n’y touche pas. Son arme de poing ne le quitte presque jamais. Du coup, ça peut paraitre étrange parce qu'une fois chez lui, il est du genre à ne pas s'embarrasser de beaucoup de vêtements (l'habitude de vivre seul...) et il fait donc la cuisine en sous-vêtements, l'arme à feu bien calée contre son mollet... Il porte quelques cicatrices. Impacts de balle notamment, brûlures. Pas visibles quand il est habillé. Il se trimballe aussi toujours avec une photo de sa famille, il la coince dans son casque de moto la plupart du temps, ou dans la poche intérieure de sa veste de motard. Et il a également des tatouages plutôt discrets. Un tribal à la cheville, des dates inscrites en chiffres romains sur l’intérieur de son bras gauche, un prénom calligraphié délicatement sur sa hanche droite (celle qui porte son arme), et quelques mots en gaélique à l’intérieur de la cuisse dont personne sauf lui ne connait la signification. Lyam et les relations amoureuses c'est... Compliqué. Déjà parce que son boulot, c'est en grande partie sa vie et qu'il n'a ni le temps, ni vraiment l'envie de se trouver quelqu'un. Enfin ça, ce sont les excuses derrière lesquelles il se cache plus ou moins bien. La vérité, c'est qu'il a tout simplement peur de souffrir une nouvelle fois, de se dévoiler également. De s’ouvrir. Alors il laisse les choses venir. Les rencontres et les étreintes éphémères, ça vient, ça part, il s'en contente plus ou moins. Il essaye de panser une blessure trop récente et une solitude devenue trop pesante dans les bras d'inconnus. Personne ne le retient, il ne retient jamais personne. Lyam est du genre à se contenter de très peu pour se faire plaisir, terminer sa journée sur une note positive. Un bon bain chaud armé d'un bouquin, le verre de rouge pas loin... Ou bien un petit tour en moto ou avec son chien à Central Park, juste pour se vider un peu la tête. Mais au fond, le boulot ne le quitte jamais vraiment, toujours tapi dans un coin de son esprit...


Chronologie

JANVIER 2014 Lors de l’arrestation d’un trafiquant d’êtres humains officiant à NYC après plusieurs mois d’enquêtes, Lyam et sa partenaire embarquent Oreste Eliot, présent sur les lieux en compagnie du criminel. Après un interrogatoire poussé, il apparaît que l’homme est en réalité un prostitué dans une grande organisation proxénète de l’État New-Yorkais sur laquelle le Bureau avait déjà constitué un dossier, jusque là trop maigre. Le Bureau saisit l’opportunité qui s’offre à eux : en échange de la protection des témoins et d’une nouvelle vie, Oreste devra les aider à infiltrer un agent et devenir son informateur. Lyam accepte la proposition de ses supérieurs de s’engager dans cette opération de grande envergure et ainsi de travailler avec Oreste malgré leurs débuts très difficiles.
JANVIER 2015 Lyam s’installe au Parking, alors que la mission passe au stade supérieur.
MARS 2015 Lyam fait la connaissance d’Aaron. Même s’il ne se laisse que difficilement tenter, l’agent cède à l’appel de la chair mais surtout à celui du désir. Ils partagent les mêmes draps pour une nuit d’oubli avant de se retrouver quelques semaines plus tard pour une escapade imprévue en moto alors que le pompier revient d’une intervention particulièrement éprouvante et que le blond lui propose un échappatoire temporaire, une manière de mettre sa nuit de cauchemar derrière lui.
DEBUT AVRIL 2015 Une nouvelle nuit d’oubli dans les bras d’Aaron, alors qu’ils commencent un peu à se connaître au fil d’une discussion esquissée sur l’oreiller.
FIN AVRIL 2015 En coopération avec la police locale d’Atlanta, le Bureau fait tomber une branche du réseau qui s’étendait même au delà de l’État de New-York, en grande partie grâce aux avancées de la mission dans laquelle Oreste et Lyam se sont engagés. Malheureusement, l’information ne parvient pas à temps à Lyam et les chiens de l’organisation lui tombent dessus le lendemain de l’opération. L’attention de l’organisation s’est naturellement dirigée vers les plus récentes recrues, alors que les rumeurs d’une taupe courent entre ses rangs. L’agent est interrogé durant de très longues heures, passé à tabac, mais il ne se trahit pas. Conscient que sa couverture est en danger mais surtout que son informateur risque sa vie plus que jamais, il rejoint le Parking dès qu’il est relâché, après une briefing avec ses supérieurs qui refusent d’exfiltrer les jumeaux, avec l’idée de mettre en place une rencontre avec Oreste afin de le prevenir du danger encore plus accru qu’ils courent à présent. Le hasard place le prostitué sur sa route, alors qu’ils se retrouvent tous deux dans l’ascenseur de manière inattendue. Il apprend alors que ce dernier vit au sixième et malgré la méfiance manifeste mais surtout la peur qu’Oreste ressent à son égard, il accepte de le suivre. Les explications sur leur situation actuelle mue vers tout autre chose alors que le prostitué prend le temps de prendre soin de ses blessures. Le geste et l’inquiétude qui l’anime initient un rapprochement qu’ils n’avaient guère calculé. Troublant. Dangereux. Mais définitivement agréable, alors que leur relation jusqu’alors strictement professionnelle s’aventure sur un autre terrain, bien plus privé et intime.
MAI 2015 La situation de l’agent et son informateur ne s’améliore guère. L’organisation cherche une taupe, un responsable pour la perte subie à Atlanta et le danger en devient encore plus oppressant. Quelques semaines après leur entrevue dans l’appartement de Lyam, ce dernier retrouve Oreste sur le pas de sa porte après une rendez-vous particulièrement éprouvant avec un client. Leur relation éprouvée par leur rapprochement ces dernières semaines évolue à nouveau alors que l’agent s’attache à soigner l’autre homme, tenter d’apaiser sa douleur, sa détresse. Même s’il en était conscient, la réalité est écrasante : son métier détruit Oreste petit à petit. Le prostitué lui fait promettre de l’aider à lui apprendre à se défendre, et les confidences timides se glissent dans la conversation alors qu’ils s’ouvrent un peu l’un à l’autre, fissurant les carapaces qui sont les leur dans une quête encore maladroite de découvrir l’autre. Alors qu’ils semblent glisser dans une atmosphère particulièrement intime et rassurante, Oreste embrasse Lyam qui le repousse instinctivement, déchiré entre son devoir, la conscience du danger qu’ils courent à se compromettre ainsi, et les sentiments qui font rage en lui. Son rejet blesse profondément Oreste, il le voit dans son regard et ne peut que regretter de le faire souffrir ainsi, mais ils ne peuvent s’engager sur ce terrain-là.
À peine une semaine plus tard, la police organise une perquisition générale au Parking dans le but de retrouver un enfant disparu. Lyam rejoint Oreste, concerné par la façon dont ce dernier appréhende cette intrusion soudaine, inquiet. Il le retrouve complètement paniqué et s’emploie à le rassurer comme il le peut, car la police flairerait tout de suite que le prostitué cache quelque chose s’il répond à leurs questions dans un tel état. La conversation dérive vers leur dernière rencontre en face à face, le baiser échangé et ils s’entre-déchirent à nouveau. Les envies restent sous-jacentes, mais le poids de la mission est écrasant.
FIN JUILLET 2015 Lyam a passé ces derniers mois à élaborer un plan avec l’équipe qui travaille avec eux en amont et une aide inattendue -un policier originaire d’Atlanta et corrompu qui agissait en réalité sous couverture dans une croisade personnelle pour venger la mort de sa soeur, qui s’était retrouvée esclave de l’organisation avant d’être agressée et tuée par l’un de ses clients alors qu’elle faisait le trottoir. L’opération met des semaines à être montre, ils travaillent sur chaque détails, tentent de parer à toutes éventualités et finalement une date est donnée. Cette plongée dans le travail permet à Lyam de mettre un temps sa vie plus personnelle de côté -penser à autre chose que les prunelles ceruléennes de son informateur braquées sur lui et ravagée par la douleur qu’avait causé son nouveau rejet.
La veille de l’opération, Lyam propose à Oreste de le rejoindre pour un premier cours d’auto-défense. Ils se blessent à nouveau quand Solal et la relation bien trop ambiguë que l’agent partage avec ce dernier (et dont le prostitué a été témoin un soir sur le toit de l’immeuble) s’invite dans la conversation. Ils prennent malgré tout la route après quelques explications qui ne font qu’apaiser un peu les tensions, pour se retrouver sur le parking d’un stand de tirs auquel Lyam est fidèle depuis son retour d’Irak. Alors qu’ils se rapprochent un peu trop, Oreste empêche Lyam de fuir et submergé par les sentiments qui déchirent sa poitrine, l’agent cède enfin à ces prunelles céruléennes qui semblent déjà connaître le droit chemin jusqu’à son coeur. Il embrasse Oreste, avant qu’ils ne se dirigent finalement vers le stand de tirs. Les confidences se glissent dans les mailles de la confiance qu’ils ont si  durement établie durant tous ces mois à travailler ensemble. Cela les rapproche un peu plus. Ils finissent la journée de manière inattendue à la plage avant que la réalité ne les rattrape et qu’ils ne doivent se séparer.
MI-AOÛT 2015L’opération mène à l’arrestation d’une dizaine de policiers de la NYPD corrompus, la taupe est identifiée comme étant l’homme des forces de l’ordre qui leur a tendu un piège -celui qui a aidé activement le Bureau à mettre ce plan sur pied et qui suite à l’intervention s’est retrouvé blessé et dans le coma, placé sous protection des témoins. L’organisation s’en trouve ébranlée et durant les deux semaines et demi suivante, Lyam disparait, passe sous le radar et se consacre à réparer les dégâts que l’opération dont il a été l’un des acteurs a engendré. Il coupe tout contact avec sa famille, ses proches. Oreste. Les laissant dans le noir total, ne donnant aucun signe de vie. Et il ressurgit soudainement une journée en plein mois d’août -date d’anniversaire de la mort de son ancien partenaire de la LAPD- et retablit le contact. Il finit par rentrer au Parking, retrouver Silver Star que Solal avait gracieusement gardé, avant de se décider à retrouver Oreste en face-à-face -c’est le moins qu’il puisse faire après l’avoir abandonné de cette manière. Ils se rencontrent en fin de journée, retrouvailles hasardeuses qui une fois l’inquiétude et la colère apaisées les voient se rapprocher un peu plus, se retrouver -comme s’ils reprenaient là où ils s’étaient arrêtés après cette journée marquante qui s’est finie avec un goût de sel et de sable sur leurs lèvres. Incapables de se séparer après ces deux longues semaines d’angoisse, ils partagent le même lit pour la première fois.
Quelques jours plus tard, c’est avec Aaron que Lyam renoue après le retour de ce dernier du Canada. Ils se reverront plus tard sur le toit -un lieu qui semble être celui de leurs retrouvailles successives- alors que Lyam vient juste d’apprendre pour le passé lourd du pompier qui revient le hanter avec la sortie imminente de prison de son agresseur. Puis ils se perdront de vue -définitivement.
FIN SEPTEMBRE 2015 Après un nouvel échange de messages mouvementé, Oreste et Lyam se retrouvent sur le toit pour assister à l’éclipse lunaire et partager un moment qui n’aurait pas trait au travail. Ils se retrouvent, s’apprivoisent un peu plus, esquissent de timides pas vers l’autre. Le prostitué finit par s’endormir sans avoir pu assister à l’éclipse et ils finissent à nouveau dans les mêmes draps. À peine vingt-quatre heures plus tard, la jumelle d’Oreste frappe à la porte de Lyam, dévastée. Elle lui demande de l’aider, lui confie qu’elle vient d’avorter de l’enfant qu’elle portait de leur proxénète. Lyam lui propose de disparaître soucieux de la préserver, lui offrir un moment de calme pour se retrouver, se reconstruire un peu, inquiet à l’idée de voir Oreste s’effondrer car il sait bien qu’elle est le pilier de son existence -et que fragile comme elle l’est à présent, il est indispensable de les protéger tous les deux. Il prend contact avec un réseau clandestin protégeant les femmes battues, obtient une adresse et il file avec elle sur les route pour la mettre en sûreté -loin du Parking, loin de son proxénète, loin d’Oreste. Il trahit son informateur et ne peut se résoudre à lui cacher son rôle primordial dans la disparition de Sin. La rupture du lien qui les unissait est violente, déchirante. La confiance brisée, le lien rompu. La douleur de l’absence, la détresse dans les prunelles ceruléennes qui vont finir par engloutir toute colère à son égard alors qu’il va assister impuissant, durant quatre mois, à la longue agonie d’Oreste loin de celle qui compte le plus pour lui.
DEBUT OCTOBRE 2015 Celso sait.
MI-OCTOBRE 2015 Un tueur de prostitués se balade dans les rues, son mode opératoire ressemblant énormément à celui du tueur que Lyam a pourchassé pendant ses derniers mois au sein de la LAPD. Le jour même où la première victime est découverte, Lyam invite Oreste, sous l’excuse du travail (la seule valable aux yeux d’Oreste dorénavant, le prostitué a été très clair lorsque Lyam a voulu le raccompagner depuis l’hôpital où le châtain avait accompagné Frédéric.). Solal se montre à la porte de façon inattendue, Oreste ne tarde pas à faire de même et les tensions explosent. Ils s’entre-déchirent.
Moins d’une semaine plus tard, il convoque Oreste pour une réunion de travail, mais ce dernier lui apparaît en encore plus mauvais état qu’il ne l’était quelques jours plus tôt. Amaigri, consumé par la fièvre. Mettant la prudence et la distance que sa trahison a engendré de côté, il passe outre les (faibles) protestations d’Oreste et s’occupe de prendre soin de lui, le temps de quelques heures, et s’attarde jusqu’à veiller sur son sommeil et tenter de l’apaiser au mieux.
MI-NOVEMBRE 2015 Oreste disparaît soudainement, mais Lyam est très vite prévenu par sa partenaire qu’il passe un week-end chez elle. Il se rassure donc. Jusqu’à ce qu’il retrouve le prostitué sur le pas de sa porte le soir de son anniversaire, une tarte au citron dans les bras. Jusqu’à ce que la distance entre devienne insupportable, jusqu’à ce que son coeur charive trop brusquement face à ce geste qui le touche bien trop, qui lui donne la folie d’espérer que tout ne soit pas brisé entre eux. Jusqu’à ce qu’il s’approche trop, tutoie franchement les limites érigées et qu’après tout ce temps leurs lèvres se retrouvent pour une étreinte aussi passionnée qu’éphémère, aussi poignante que furtive.
DECEMBRE 2015 Lyam apprend par Oreste que ce dernier a révélé à une personne à laquelle il tient ce qu’il faisait pour le FBI. Inquiet, à cran, Lyam exige de connaître son nom et finit par le trouver devant le manque total de coopération d’Oreste qui semble persuadé que l’agent va s’en prendre à cet inconnu qui n’en est finalement pas un puisqu’il s’agit de Frédéric. Lyam ne tarde pas à confronter ce dernier.
Le même mois, après une nuit reposante passée entre les bras de William, il trouve Celso blessé dans une ruelle et l’accompagne à l’hôpital -le prostitué brun a été victime d’un viol. Dans le même temps, conscient du trop peu de temps qu’il passe à l’appartement et de l’état déclinant d’Oreste sur lequel il garde un oeil à l’insu de ce dernier, il lui confie Silver Star, avec l’espoir que le chien soit beaucoup plus heureux avec une présence quotidienne et qu’il apporte à Oreste un peu de réconfort, qu’il le pousse à s’occuper de lui et le protège dans les rues trop peu sûres.
S’il passe Noël seul et offre un cadeau à Oreste (recevant le présent de ce dernier qui le touche énormément), il se laisse finalement entraîner par William et quelques compagnons d’armes pour passer le Nouvel An avec eux, dans la banlieue New-Yorkaise.
Une nouvelle prostituée morte est découverte. Même mode opératoire. Lyam se penche sur l’enquête, s’y attelle avec encore plus de rigueur qu’auparavant en y consacrant chaque instant qu’il ne passe pas à travailler pour l’organisation, la mission.
MI-FEVRIER 2016 Explosion au Parking, quelques jours après retour de Sin. Lyam s’occupe des jumeaux, les amène en sécurité chez sa partenaire avant de revenir au Parking pour aider les secours. Il finit par proposer aux jumeaux de rester chez lui le temps des travaux, soulagé que malgré la distance qui persiste entre eux, Oreste accepte.
FIN FEVRIER 2016 Troisième victime découverte. Lyam n'a plus aucun doute; il s'agit d'un copycat à ses yeux. Il parvient à convaincre Lucy de mener l'affaire à leurs supérieurs directs, afin de confirmer ou infirmer sa théorie, espérant que le Bureau reprenne l'enquête malgré tout. Et il sait qu'il est à présent plus que temps pour lui d'en parler à Oreste, qu'il retrouve assoupi sur le canapé du salon qu'ils partagent à présent, témoin une nouvelle fois de cette troublante mais touchante habitude qu'a pris l'autre homme de l'attendre. S'en suit une discussion marquée par l'empreinte d'un passé que l'agent aurait voulu garder loin de lui. Il tente au mieux de rassurer Oreste vis-à-vis du tueur qui court dans les rues, organise la sécurité des jumeaux, et il finit par lui parler de l'affaire originelle, avant que leur échange ne prenne une tournure bien plus intime lorsqu'ils abordent finalement tout ce qu'ils ont laissé latent après l'explosion et qui pourtant les empêche d'avancer à nouveau ensemble.
FIN MARS 2016 Après une enquête sur les habitudes du riche avocat, Lyam met enfin la main sur Ezechiel en rentrant au Parking, très tôt dans la matinée, alors que ce dernier s'échappe sûrement de ce qu'il devine être l'étreinte de Celso. Il le contraint à faire face à ses actions et cesser de  se mentir, pour finalement l'enjoindre à assumer la gravité de son crime. Mais il le garde à l'œil, soucieux du sort du prostitué du brun si son bourreau venait à se réveiller à nouveau dans les gestes de l'avocat.
Lyam rencontre Nero sur le perron, après l'avoir quelques fois croisés en compagnie de Scorza. L'ancien taulard l'interpelle, une clope échangée et la discussion s'entame. Ils finissent par se retrouver de temps en temps dans un salle de boxe, pour partager un peu de sueur et de sang, ce qui permet à Nero de canaliser la puissance dévastatrice qui sommeille dans ses veines après des années en taule à ne plus prendre le temps de la taire -et à Lyam d'initier le début d'une relation de confiance avec cet homme qui a si bien connu le proxénète d'Oreste dans sa jeunesse.
AVRIL 2016 Tentative de suicide d'Elinor. Après avoir passé une partie de la nuit à l'hôpital -et seulement quelques minutes à peine en compagnie de la blonde endormie dans cette chambre blafarde et angoissante-, Lyam trouve finalement refuge en la présence d'Oreste en rentrant.
30 MAI 2016 Memorial Day. Un sms touchant d'attention d'Oreste ponctue cette journée bien spéciale que Lyam a en partie passée avec William. L'agent récupère Oreste après son dernier client, ils partagent un repas à l'appartement, et ils concluent cette soirée par un long tour à moto.
DEBUT JUIN 2016 Les jumeaux retrouvent leur appartement au sixième en compagnie de Silver Star. Lyam enterre par pudeur et prudence le sentiment de solitude soudain qui l'agrippe dans cet appartement bien vide à présent, qui semble si mort sans leurs présences conjuguées, veillant ainsi à ne pas alourdir la peine qu'il lit si bien sur les traits bien trop expressifs d'Oreste. Mais avant que ce dernier ne rejoigne définitivement l'étage de son proxénète, ils partagent dans l'intimité du #1513 un baiser brûlant qui sonne comme une promesse, alors que Lyam glisse à son informateur un double des clés pour qu'il puisse venir quand il le désire, parce qu'il sera toujours chez lui entre ces murs. Il découvre au fil des semaines qu'Oreste a pris l'habitude de passer en soirée, lorsqu'il se trouve dehors parmi les criminels et les gens du réseau, et de lui laisser un plat préparé (veillant ainsi à ce qu'il mange) et parfois divers biens pour égayer les murs -un dessin, des fleurs, toutes ces petites choses qui rendent l'appartement plus vivant.
21 JUIN 2016 Pour l'anniversaire de Solal, Lyam parvient exceptionnellement à se libérer quelques heures. Il contacte son frère et sa sœur et ils organisent à trois un dîner chez l'avocat de la famille. Puis il emmène Solal voir Le Lac des Cygnes et ils finissent la soirée dans l'appartement du danseur avant que Lyam ne retrouve les rues sales et décadentes pour conclure la nuit.
4 JUILLET 2016 Oreste et Lyam se retrouvent pour les feux d'artifice dans un endroit discret qui offre une jolie vue pour admirer les prouesses pyrotechbiques de la fête nationale.
FIN JUILLET 2016 Lyam invite Oreste à passer une soirée à la plage, marquant l'anniversaire de leur rapprochement significatif.
26 AOÛT 2016 Dogs' Day.
11 SEPTEMBRE 2016 09/11
12 SEPTEMBRE 2016
FIN SEPTEMBRE 2016
22 NOVEMBRE 2016


I'VE BEEN LOOKING FOR YOU...

(M/F) CONTACTS AU SEIN DU CRIME ORGANISÉ▲ En tant qu'informateur pour le réseau qu'il a infiltré, Lyam s'est petit à petit construit un réseau de contacts qui recouvre de nombreuses organisations criminelles, dont les mafias les plus présentes à NYC. Il a une certaine affinité avec les mafias Russe et Irlandaise (il parle la langue, ça plait) et s'il prend particulièrement soin de ne jamais s'impliquer dans leurs diverses affaires (que ce soit pour les gêner ou au contraire les aider) et encore plus de ne pas prendre part aux conflits  -ce qu'il recherche, c'est l'information, ça s'arrête là-, ça n'empêche pas de nouer des liens en tous genre -de ceux qui restent strictement professionnels à ceux qui vont un peu plus loin.
(M/F) SONS OF ANARCHY ▲ Un motard, homme ou femme, un véritable passionné qui chérit son petit bijou, et que Lyam aurait rencontré sur les routes, à NYC ou aux environs. Une histoire qui n'aurait pu durer que le temps d'une petite virée, ou bien au détour d'un problème mécanique.
(M/F) TITRE ▲ idée de lien ou recherche à développer ici.

(Ces liens sont à développer et enrichir avec les personnes intéressées. :l: Venez avec vos embryons d'idées, ou même sans rien, et on construira quelque chose d'intéressant ensemble. :l: Promis, je ne mange personne.)



©️ Nous sommes de ceux



WHO AM I ?
Do you mean where I’m from ? What I one day might become ? What I do ? What I’ve done ? What I dream ? Do you mean… What you see or what I’ve seen ? What I fear or what I dream ? Do you mean who I love ? Do you mean what I’ve lost ? Who am I ?


Dernière édition par Lyam O'Neill le Lun 20 Mar - 20:31, édité 26 fois
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5366-lyam-o-neill-it-s-too-c
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 825
▹ INVESTISSEMENT : 12

▹ AGE : Trente-cinq années au compteur, bien trop passées à être une autre, pour finalement n'être plus personne.
▹ APPART : #1105/11ème étage - seule entre des murs froids qu'elle tente vainement de colorer d'une personnalité qui ne cesse de lui échapper.
▹ TAF : Palefrenière la journée, les bottes dans la paille et le crottin, à en avoir des cloques aux mains de manier le balai et la fourche, mais le bonheur indiscutable d'oeuvrer au bien-être des chevaux pour quelques heures de monte comme rémunération qui persiste dans son coeur. Fille de joie, catin des beaux quartiers New-Yorkais une fois que la nuit a enveloppé la ville -et son âme. En recherche d'autres horizons, pour se défaire de la prostitution.
▹ AVATAR : Priyanka Chopra.
▹ DC : L'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain). (yet to come)



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: LYAM » The only easy day was yesterday.   Dim 13 Déc - 13:06

Les RPs
The ultimate defense is to pretend.


RPs en cours


En espérant la vie. - ft. Elinor Browning.
Forgive what I give you. - ft. Oreste Eliot.
When I look at you, that's what I see. I see my way home. - ft. Solal Andreïev.
There's too much noise. - ft. Caem O'Reilly.
Drawing lines in the sand. - ft. Oreste Eliot.
But maybe they'd forgotten when they failed to see the cracks that a star's light shines the brightest when it's starting to collapse. - ft. Odalie Burgess.
Tous les cimetières, un jour, font des jardins. - ft. Sin Eliot & Oreste Eliot.
Land of the free, home of the brave. - ft. Elinor Browning, Oreste Eliot, Solal Andreïev & Aaliya Abelson.
No man's land. - ft. Celso Maestriani.
Et les gens croient à mes histoires parce qu'ils aiment rêver. - ft. Silver Cameron.
Look at the sky, see a dying star. - ft. Malony Sinclair.


RPs Flashback/Flashforward en cours


Flashback (Décembre 2015) | Contre un peu d'éphémère. - ft. Celso Maestriani.
Flashback (Mi-Février 2016) | Sometimes, home has a heartbeat. - ft. Oreste Eliot.
Flashback (21 Mars 2017) | Paint me a heart, let me be your art. - ft. Oreste Eliot.
Flashforward (Cinq ans après la fin de la mission) | Il y a toujours un amour perdu gravé au couteau dans la sève. - ft. Oreste Eliot.


RPs Alternatifs en cours


Series One | Juste une silhouette qui ressemble à toi. - ft. Oreste Eliot.
Series Five | A dream you once were. - ft. Oreste Eliot.


RPs terminés


Flashback (Septembre 2010) | The quiet scares me 'cause it screams the truth. - ft. Silver Cameron.
Just like animals. - ft. Aaron Dickens.
All the voices in my mind, calling out across the line. - ft. Aaron Dickens.
If it makes you happy, do it. - ft. Aaron Dickens.
Moi qui rêve juste de rêver. - ft. Oreste Eliot.
I can't drown my demons. - ft. Oreste Eliot.
Ashtray Hearts. - ft. Oreste Eliot.
Yes I speak my mind. - ft. Aaron Dickens.
A smile would blow a summer breeze through my heart. - ft. Oreste Eliot.
Des âmes sans nom me fredonnent le tien. - ft. Oreste Eliot.
Ass back home. - ft. Aaron Dickens.
The only easy day was yesterday... - ft. Aaron Dickens.
Flashback (27-28/09/2015) | God knows what is hiding in those weak and drunken hearts... - ft. Oreste Eliot.
Wake me up when September ends. - ft. Oreste Eliot.
Flashback (Octobre 2015) | J'attendais d'être heureux. - ft. Oreste Eliot.
Avant de voir l'autre s'enfuir dans les bras d'un autre navire. - ft. Oreste Eliot & Solal Poliakov.
Assis sur une bombe. - ft.  Frédéric Honegger.
Je lui dirai les mots bleus. - ft. Oreste Eliot.
Hospital for souls. - ft. Ézéchiel Jacobson.
We only said goodbye with words... - ft. Solal Netchaïev.


RPs abandonnés


Flashback (Juin 2002) | Taste of our memories. - ft. Solal Netchaïev.
Flashback | Une heure incolore. - ft. Lawrence Sterne.
Dying young and I'm playing hard. - ft. Caïn Ackerman.
It's too cold outside for angels to fly.
- ft. Cosme Medeiros.
Une main tendue. - ft. Sin Eliot.
Le futur lui tombe des lèvres au présent - ft. Ange Wilson.
When the sun goes down. - ft. Nienor Ysley.
Purple Rain. - ft. Caïn Ackerman.
Tink ? Moi c'est Nero ! - ft. Nero Bartolotti.
Flashforward (Fin Avril 2016) | Myoclonie. - ft. Lhaar Baush.
We're falling apart to half time. - ft. Lhaar Baush & Solal Netchaïev.
You can run but you can't hide because no one here gets out alive. - ft. Narcyz Staniak.
These are the days after. Everything now is measured by after. - ft. Lawrence Sterne.
Time is running out. - ft. Ysten Vinckers.
The ultimate defense is to pretend. - ft. Andreï.
These are the days after. Everything now is measured by after. - ft. Lawrence Sterne.
TITRE DU RP - ft. Pseudo


Coming soon...



RP with Sin Eliot. ( CANDICHOU )
FB Lyareste. (One left ho ... or not. :hihi: )



Tous les RPs sont classés par ordre chronologique.


©️ Nous sommes de ceux



WHO AM I ?
Do you mean where I’m from ? What I one day might become ? What I do ? What I’ve done ? What I dream ? Do you mean… What you see or what I’ve seen ? What I fear or what I dream ? Do you mean who I love ? Do you mean what I’ve lost ? Who am I ?


Dernière édition par Lyam O'Neill le Dim 29 Avr - 11:28, édité 58 fois
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5366-lyam-o-neill-it-s-too-c
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 825
▹ INVESTISSEMENT : 12

▹ AGE : Trente-cinq années au compteur, bien trop passées à être une autre, pour finalement n'être plus personne.
▹ APPART : #1105/11ème étage - seule entre des murs froids qu'elle tente vainement de colorer d'une personnalité qui ne cesse de lui échapper.
▹ TAF : Palefrenière la journée, les bottes dans la paille et le crottin, à en avoir des cloques aux mains de manier le balai et la fourche, mais le bonheur indiscutable d'oeuvrer au bien-être des chevaux pour quelques heures de monte comme rémunération qui persiste dans son coeur. Fille de joie, catin des beaux quartiers New-Yorkais une fois que la nuit a enveloppé la ville -et son âme. En recherche d'autres horizons, pour se défaire de la prostitution.
▹ AVATAR : Priyanka Chopra.
▹ DC : L'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain). (yet to come)



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: LYAM » The only easy day was yesterday.   Dim 13 Déc - 13:06

TASTE IN MEN...
In the end, we're all alone, and no one is coming to save you.

ORESTE ELIOT » A CHUISLE
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci.

SOLAL ANDREÏEV » LE CYGNE HABITANT SON COEUR
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci.

CELSO MAESTRIANI » LE SACRIFICE
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci.

SILVER CAMERON » LES MENSONGES MORDORÉS
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci.

LAWRENCE STERNE » NINE ELEVEN
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci.

ROMEO VISCONTI » LES ILLUSIONS DU PASSÉ
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci.


© Nous sommes de ceux



WHO AM I ?
Do you mean where I’m from ? What I one day might become ? What I do ? What I’ve done ? What I dream ? Do you mean… What you see or what I’ve seen ? What I fear or what I dream ? Do you mean who I love ? Do you mean what I’ve lost ? Who am I ?


Dernière édition par Lyam O'Neill le Lun 20 Mar - 20:28, édité 29 fois
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5366-lyam-o-neill-it-s-too-c
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 825
▹ INVESTISSEMENT : 12

▹ AGE : Trente-cinq années au compteur, bien trop passées à être une autre, pour finalement n'être plus personne.
▹ APPART : #1105/11ème étage - seule entre des murs froids qu'elle tente vainement de colorer d'une personnalité qui ne cesse de lui échapper.
▹ TAF : Palefrenière la journée, les bottes dans la paille et le crottin, à en avoir des cloques aux mains de manier le balai et la fourche, mais le bonheur indiscutable d'oeuvrer au bien-être des chevaux pour quelques heures de monte comme rémunération qui persiste dans son coeur. Fille de joie, catin des beaux quartiers New-Yorkais une fois que la nuit a enveloppé la ville -et son âme. En recherche d'autres horizons, pour se défaire de la prostitution.
▹ AVATAR : Priyanka Chopra.
▹ DC : L'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain). (yet to come)



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: LYAM » The only easy day was yesterday.   Dim 13 Déc - 13:09

Lovely flowers...
Once you go down that road, there is no looking back.

ELINOR BROWNING » THE STAR-SPANGLED BANNER LIVING THROUGH OUR VEINS.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci.

ELECTRE 'SIN' ELIOT » LA JUMELLE PILIER
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Phasellus quis lectus metus, at posuere neque. Sed pharetra nibh eget orci convallis at posuere leo convallis. Sed blandit augue vitae augue scelerisque bibendum. Vivamus sit amet libero turpis, non venenatis urna. In blandit, odio convallis suscipit venenatis, ante ipsum cursus augue. Et mollis nunc diam eget sapien. Nulla facilisi. Etiam feugiat imperdiet rhoncus. Sed suscipit bibendum enim, sed volutpat tortor malesuada non. Morbi fringilla dui non purus porttitor mattis. Suspendisse quis vulputate risus. Phasellus erat velit, sagittis sed varius volutpat, placerat nec urna. Nam eu metus vitae dolor fringilla feugiat. Nulla. Facilisi. Etiam enim metus, luctus in adipiscing at, consectetur quis sapien. Duis imperdiet egestas ligula, quis hendrerit ipsum ullamcorper et. Phasellus id tristique orci.



© Nous sommes de ceux



WHO AM I ?
Do you mean where I’m from ? What I one day might become ? What I do ? What I’ve done ? What I dream ? Do you mean… What you see or what I’ve seen ? What I fear or what I dream ? Do you mean who I love ? Do you mean what I’ve lost ? Who am I ?


Dernière édition par Lyam O'Neill le Lun 20 Mar - 20:26, édité 7 fois
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5366-lyam-o-neill-it-s-too-c
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 825
▹ INVESTISSEMENT : 12

▹ AGE : Trente-cinq années au compteur, bien trop passées à être une autre, pour finalement n'être plus personne.
▹ APPART : #1105/11ème étage - seule entre des murs froids qu'elle tente vainement de colorer d'une personnalité qui ne cesse de lui échapper.
▹ TAF : Palefrenière la journée, les bottes dans la paille et le crottin, à en avoir des cloques aux mains de manier le balai et la fourche, mais le bonheur indiscutable d'oeuvrer au bien-être des chevaux pour quelques heures de monte comme rémunération qui persiste dans son coeur. Fille de joie, catin des beaux quartiers New-Yorkais une fois que la nuit a enveloppé la ville -et son âme. En recherche d'autres horizons, pour se défaire de la prostitution.
▹ AVATAR : Priyanka Chopra.
▹ DC : L'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain). (yet to come)



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: LYAM » The only easy day was yesterday.   Dim 13 Déc - 13:52

Les liens en bref
Born at sea, baptized in Blood, crowned in glory.


Tous les liens et les PNJ importants qui pop-up dans les RPs très brièvement résumés. :l:


Oreste Le toucher de tes prunelles comme une cicatrice sur mon coeur. Son informateur.
Solal Gienah. Son âme-sœur perdue.
Elinor Altaïr. Get knocked down, get back up again.
Mila Etoile scarifiée sur le bitume. Sa vie pour la tienne.
Sin Al-Fakhitah. La main tendue.
Celso Thusia. L'âme égarée, écorchée vive par la vie, qui en sait définitivement trop.
Silver Les iris mensongers. You'll never fool me again.
Lawrence Falling Man. La nuit d'après.
Romeo Reflection of the past. Ses yeux dans les tiens.
Caem U.C.
Odalie U.C.
Misha U.C.
Liv U.C.
Malony U.C.
Leonard U.C.


They'll remain strangers...


Ellinor & Sloan O'Neill Sirius. Ses parents, résidant toujours dans la Cité des Anges, dont il reste proche malgré la distance et l'absence. Cela fait plus d'un an qu'il ne les a pas vus.
Sinah 'Sin' O'Neill Al Na'ir. Sa soeur, son petit rayon de Soleil. Le sourire dont il ne peut -et ne pourra- jamais se passer. Ils sont particulièrement complices et il est de notoriété publique dans la famille que Lyam est presque incapable de lui dire non, tout comme le fait qu'elle est certainement la personne la plus douée pour le faire sourire. Elle a suivi les traces de leur mère en devenant assistante sociale et réside à Brooklyn.
Alekseï O'Neill Libra. Son frère, son complice. Lyam l'a toujours beaucoup admiré. Il est avocat ; la soif de justice et l'envie de rendre le monde un peu plus juste, d'aider, ont toujours trouvé en l'autre un fort écho. Malgré les secrets auxquels leurs professions les obligent, ils trouvent en l'autre un soutien qu'ils n'ont  que rarement expérimenté ailleurs. Tout comme sa sœur, lui aussi réside à Brooklyn.
Saül U.C.
Ash Polaris. Son partenaire à la LAPD. Un sourire, une présence rassurante à un moment de sa vie où Lyam n'avait plus beaucoup de repères (après l'armée) et où il se cherchait encore. Ils ont travaillé ensemble pendant presque 6 ans, d'abord dans la brigade des moeurs puis dans la criminelle, construisant une relation forte imprégnée d'une confiance inébranlable. Une alchimie professionnelle puis dans la vie que le blond n'aurait jamais pensé retrouver quand il serait redevenu un civil. Il s'est attaché à cette âme écorchée et passionnée par le métier, à ces grands yeux sombres qui visitent encore bien trop souvent ses cauchemars aujourd'hui. Jusqu'à ce que son coeur flanche, tombe. Sentiments qu'il a toujours tus, par crainte de tout briser. Puis lors de leur dernière affaire, Ash est mort dans ses bras, tué par le criminel qu'ils poursuivaient depuis des mois, lui avouant dans un dernier souffle la force de son attachement -ces mots qui trouvèrent un écho terrible en l'ancien militaire. Sa mort a été particulièrement difficile à surmonter pour Lyam. C'était comme perdre un frère -c'était perdre un frère. Il n'est même pas certain d'avoir bien fait son deuil aujourd'hui. Cette nuit-là continue de le hanter -et reste le sentiment de culpabilité et d'impuissance, insupportable, même s'il parvient à un peu mieux le gérer avec le temps. Cette date est gravée à l'encre noire sur l'intérieur de son bras, avec ces quelques autres qui ont marqué sa vie d'une cicatrice encore douloureuse et sanglante. Ce prénom sur sa hanche droite -celle qui porte son arme.
William Pegasus. Le SEAL, un de ses compagnons d'armes même s'ils n'appartenaient pas au même corps d'armée. Ils se sont rencontrés en Irak. Ce qui les a d'abord rapproché était leur rôle respectif dans le conflit -tous deux snipers. Ils ont très vite développé une certaine complicité, se tournant un peu autour de manière discrète -car l'hypocrisie de la loi Dont ask, don't tell prévalait toujours à cette époque. Puis Lyam a quitté l'armée et environ six mois plus tard, William a repris contact lors d'une permission et depuis, ils ne se sont plus perdus de vue. Au fil des déploiements et des permissions du Navy, ils se sont énormément attachés. Will a toujours été d'un soutien inestimable pour le blond, une présence sécurisante et terriblement apaisante -il se sent protégé avec lui. Le confiance inscrite au fer rouge sur leurs peaux, dans leurs gestes, cette compréhension mutuelle vis-à-vis de ce qu'ils vivaient -l'armée, l'horreur, le poids des tourments et des responsabilités, la difficulté du retour à la vie civile. Il n'y a pas ce besoin de se cacher parfois, juste la possibilité de tenter de mettre des mots sur l'inexplicable, de s'exposer, de se montrer vulnérable, sans peur aucune. Juste être soi, sans barrière, sans protection. William est sûrement le seul avec lequel Lyam ait vraiment parlé de l'Irak -il y avait bien les membres de son unité, mais c'était encore different. Parce que lorsque ces grands yeux le regardent, il y voit juste de la compréhension -ni jugement, ni dégoût, ni peur. Il ne craint pas de changer dans le regard de l'autre homme, tout comme ce dernier ne deviendra jamais différent à ses yeux quoiqu'il ait pu faire lors d'une mission. Leur relation a petit à petit évolué, doucement, naturellement. Ils sont devenus amants et se sont séparés trois ans plus tard, leur vie à deux et leur histoire entrecoupées par les déploiements du SEAL. Même si les sentiments étaient toujours là, ce n'était pas cette vie qu'ils désiraient avec l'autre, l'absence trop douloureuse, trop éprouvante. Mais ils sont restes très proches, complices -ils étaient frères. Et maintenant que le Navy a raccroché et qu'il vit dans la banlieue New-Yorkaise, ils se voient plus souvent.
Lucy Nunquam Aerumna Nec Proeilo Fractum. Sa partenaire au FBI. Malgré des débuts un peu hésitants, leurs différences, ils ont peu à peu appris à se faire confiance et à se connaître. Il l'admire beaucoup. L'alchimie professionnelle est indéniable -ils se complètent et partagent ce même désir d'aider autrui-, le soutien, indéfectible -un pilier l'un pour l'autre quand tout semble perdre sens, quand le monde paraît bien trop noir, trop fou. Même si elle est tenue à l'écart de la mission actuelle du blond, il sait qu'il pourra toujours compter sur elle et elle sur lui. Partners above everything. Elle vit dans la banlieue New-Yorkaise et ils se voient de temps en temps. Elle est une grande passionnée d'automobile. Elle a également de très bonnes connaissances en psychologie -elle devait être profiler à la base. Et elle a cette capacité à lire en lui, assez déstabilisante parfois...
'Elias' And Hell followed with him... Le sourire dans l'ombre, le criminel, son informateur le plus précieux en dehors d'Oreste, celui qui sait. Le pacte qu'il a passé avec le Diable, au risque de se retrouver à son service, pour renforcer sa couverture, pour continuer d'avancer dans la mission. Lyam ne lui fait pas confiance et l'autre semble l'avoir bien compris -il s'en amuse, il en joue. A vrai, celui qui se fait appeler Elias apprécie certainement un peu trop l'agent -l'atout inattendu dans sa manche, celui que personne ne lui ravira jamais. Il se sait devenu nécessaire, indispensable. Et c'est définitivement un fait que Lyam a beaucoup de mal à accepter.
( Aaron Le tentateur. )
( Ange Le sourire du passé. )
( Arellys )
( Nienor Don't sell your body to the night. )
( Caïn La complicité aux saveurs de souvenirs. )
( Frédéric Ducti amore Patriae. L'armée dans les veines, les prunelles ceruléennes dans le coeur. )
( Everett Les arrières à surveiller. )
( Ézéchiel It takes a monster to destroy a monster. )
( Nero Elnath. )
( Francesco Le loup dans les prunelles céruléennes. )
( Narcyz Once you go down that road, there is no looking back. )
( Cornélia Les mots contre la guerre. )
( Ario )
( Wayland )
( Ysten )
( Lhaar Lyrae. Le partenaire du cygne. )
( Andreï Betrayal has a bitter taste, dear friend. )


©️ Nous sommes de ceux



WHO AM I ?
Do you mean where I’m from ? What I one day might become ? What I do ? What I’ve done ? What I dream ? Do you mean… What you see or what I’ve seen ? What I fear or what I dream ? Do you mean who I love ? Do you mean what I’ve lost ? Who am I ?


Dernière édition par Lyam O'Neill le Lun 16 Oct - 5:52, édité 27 fois
En ligne
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5366-lyam-o-neill-it-s-too-c
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 825
▹ INVESTISSEMENT : 12

▹ AGE : Trente-cinq années au compteur, bien trop passées à être une autre, pour finalement n'être plus personne.
▹ APPART : #1105/11ème étage - seule entre des murs froids qu'elle tente vainement de colorer d'une personnalité qui ne cesse de lui échapper.
▹ TAF : Palefrenière la journée, les bottes dans la paille et le crottin, à en avoir des cloques aux mains de manier le balai et la fourche, mais le bonheur indiscutable d'oeuvrer au bien-être des chevaux pour quelques heures de monte comme rémunération qui persiste dans son coeur. Fille de joie, catin des beaux quartiers New-Yorkais une fois que la nuit a enveloppé la ville -et son âme. En recherche d'autres horizons, pour se défaire de la prostitution.
▹ AVATAR : Priyanka Chopra.
▹ DC : L'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain). (yet to come)



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: LYAM » The only easy day was yesterday.   Jeu 14 Avr - 15:59

Alternative Universe
As long as I'm breathing, I'll be there.



Les contextes dans lesquels s'inscrivent les univers alternatifs. :l:


SERIES ONE

Aka l'univers dans lequel Oreste est un SDF ayant perdu sa soeur depuis deux ans et Lyam agent du FBI officiant sur une affaire de meurtres de prostituées sans savoir que le tueur est intimement lié à la disparition de la jumelle d'Oreste. CANDICHOU
(RP : Juste une silhouette qui ressemble à toi. (Tout commence par une rencontre...))


SERIES TWO


Aka l'univers où  Oreste est un prostitué sous l'égide d'un petit proxénète New-Yorkais et Lyam l'un de ses clients -militaire de la Delta Force.
(RP : Coming soon babe.)


SERIES THREE


Aka l'univers où Oreste est un petit génie (ayant fait de la prison) qui s'amuse à hacker les sites gouvernementaux dans l'espoir de trouver des informations sur sa soeur enlevée par la mafia (à cause de ses agissements) jusqu'à ce que le FBI lui tombe dessus et décide de l'intégrer à une équipe (dans laquelle travaille Lyam) afin d'exploiter ses talents.
(RP : Coming soon babe.)


SERIES FOUR


Aka l'univers où Oreste est devenu un informateur pour Lyam policier mais les affaires de son proxénète tournent mal et sa soeur y trouve la mort. Une histoire de vengeance.
(RP : Coming soon babe.)


SERIES FIVE


Aka l'univers où la mission se solde par une trahison.
(RP : A dream you once were.)


©️ Nous sommes de ceux



WHO AM I ?
Do you mean where I’m from ? What I one day might become ? What I do ? What I’ve done ? What I dream ? Do you mean… What you see or what I’ve seen ? What I fear or what I dream ? Do you mean who I love ? Do you mean what I’ve lost ? Who am I ?
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: LYAM » The only easy day was yesterday.   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.