Partagez|


Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 0:37

Billie Hope Sørensen
Puisque tout est aléatoire dans le chaos des univers
Nom Sørensen, Prénom Billie Hope, Date et lieu de naissance elle est née lors d'une soirée agitée entre la cohue désorganisée des fêtes de fin d'années, un 14 décembre à Chicago. Âge 24 printemps, 24 années de captivité derrière ces barreaux cloitrés Nationalité Américaine, Origines un peu étranger, un peu familier, elle est un fruit aux goûts variés. Un peu Anglaise, un peu Américaine...   Statut matrimonial Célibataire et promise à l'inconnu, Orientation sexuelle Hétérosexuelle, Job ou Activié Ballerine dans la galaxie, elle vit de la poésie de son corps, s'agrégeant sous la mélodie d'une douce folie. Elle danse et pense à la beauté de l'étranger, ses hanches tournoyant sous les contre sens. C'est une étoile dans l'obscurité, une petite paumée dans une grande société, une danseuse au coeur désabusé. Date d'arrivée au parking ? Un an à présent, un an à se cacher, à se terrer derrière cette prison dorée Groupe nous sommes de ceux qui vivent, Scenario ou inventé Scénario biatch de Teddy le seksy Crédits Wildworld.  En cas de suppression, autorisez-vous l'utilisation de votre personnage et/ou scénarios par d'autres joueurs concernés ? oui.

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Pourquoi maintenant? Pourquoi soudainement? La décision n'était pas tienne mais t'as suivie le mouvement bien gentiment. Pauvre petite qui ne connaissait rien de la vie, qui croyait en cet univers si joli. Ca fait un an à présent. Un an qu'elle erre dans son maigre appartement à regarder les passants, à songer à son passe temps. Le choix s'était fait sans grande difficulté, brebis galeuse avait accouru auprès des loups. Les bourreaux de sa liberté. Tes parents, ta captivité... Ils avaient des opportunités dans cette ville où chaque danger guettait. Alors ils s'y étaient installés sans se douter que ce quartier pourrait être la divine tentation pour leur poupée. Leur petit jouet.
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Tu n'en connais rien, tu n'en sais rien. Parfois tu les vois, d'autres fois non. Ce ne sont que des fantômes qui se baladent, des visages pâles qui s'effacent au fils du temps. Des errants, des inconscients qui croquent la pomme moisie d'Eve et Adam. Tu les envies inconsciemment au loin, derrière tes rideaux délavés. Tu as envie de prendre vie avec leur folies pourtant tu restes bien cachée loin des échos de cette société. Tu vis ou du moins tu survis dans ce bâtiment où les déments s'époumonent bien souvent. Mais t'aimes bien ton présent, t'aimes bien les murs qui ne sont que du papier de verre, t'aimes entendre les bruits incessants de ce monument incohérent. Il a le goût du danger, il a le goût de la curiosité.
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? L'étrangeté, la fille qui ne parle jamais, la sombre conne muette qui fuit à longueur de journée loin des atrocités que ses parents lui avaient contées... Le mystère, l'énigme, la jolie poupée éphémère. Une illusion ou bien une désillusion. La fascination, l'obsession. La belle ou la laide. Tu n'es rien, rien que le néant, qu'une étiquette de plus qui erre sans but fixe sauf celui de danser...


feat Crystal Reed
Futile ignorante, sombre innocente. Tes paupière sont closes à cette réalité où chaque jeu à un enjeu. Tu as cousu des oeillères à tes yeux par peur de découvrir le monde qui t'implore de sa douce rancoeur. Tu es de celle qui se cache derrière leur solitude de misère, celle qui fuit au lieu de vivre car tes pensées sont embrumées, car le mal est toujours prêt à dévorer ta pauvre pureté. Pourtant, tes vérités ne sont que des faussetés, des mensonges que les sages t'avaient récités pour ta sécurité, pour te préserver de la laideur de cette société. Mais le danger appelle la curiosité, le danger éveille les pêchés. C'est une source insatiable de questions sans conclusions, l'ancre à la tentation et à ton piètre obsession. Tu veux voguer, toi petite étoile au milieu de l'obscurité, tu veux découvrir cette galaxie aux couleurs d'un noir doré. Tu veux souffrir, tu veux chuter pour comprendre de quoi sont fait les banalités. Mais tu es éprise de ton anxiété, tes peurs ne sachant que trop bien d'aveugler dans ta naïveté. Pourtant les monstres ne sont pas à l'extérieur, mais bien à l'intérieur. Ils attendent sagement que leur jouet se laisse amadouer, que leur pantin suive les gestes qu'ils lui imposaient. Ils désirent ce contrôle surfait, celui des hautes lumières qui se permettent de manipuler selon leurs volontés. Cependant, la poupée commence déjà à s'échapper derrière les cassures de son visage enfantin... Elle courre et accoure. Elle danse et s'élance loin de cet engrenage amer. Loin de ces mirages précaires, la poupée elle cesse de jouer, elle apprend à persister. Dans ses courbes et ses déliés. Tu donnes ton corps au diable pour une échappée, pour planer sous la si jolie mélodie de ta vie. Et enfin tu touches le paradis du bout de tes phalanges. La liberté vient s'incruster dans tes veines creuses lorsque la musique te fait briller sous la galaxie édulcorée. Les lumières viennent parsemer ton visage de milliers d'étincelles et ton coeur ne devient que battement incessant sous la vague de regards permanents. Billie tu vis dans un monde de mensonges, tout ce qu'on t'a dit, tout ce qu'on a pu te raconter n'est rien en comparaison à cette acide vérité. Tu es dans le déni d'une vie à peine vécue. Parce que tu crois facilement, parce que tu n'es qu'une sombre conne qui fait confiance aux êtres qui t'ont éduqué. Tes parents, ils sont l'écrivain de ta propre histoire. Leurs mots glissent sur le papier de tes pensées. Triste réalité d'une pauvre fille à papa. L'espoir ils te le vantent à travers une utopie mensongère. Les choix ne sont plus les tiens, tu suis sagement le chemin de ton destin. Espérant, suppliant pour que le mal s'éviscère à travers ta misère.  T'es malade Billie, ouais tu souffres d'une maladie étrange et incohérente. Tu ne ressens rien, tu ne sens rien. Ils appellent ça une "analgésie congénitale", toi t'appelles ça une foutue putain de connerie.T'es insensible à la douleur, c'est comme ça, t'es née comme ça, tu vis comme ça. Ton coeur n'est qu'un désert solitaire, une plage où les grains de sable se désintègrent sous le vent frémissant. Et pour cause, tu ne crois pas en ce sentiment véhément, celui qui fait planer les gens. L'amour n'est qu'un mirage idolâtré où le dégueuli d'émotions n'est que le signe de la vulnérabilité. Un mensonge de plus pour faire rêver les incohérents. Pourtant contre ton grès, tu vas devoir t'attacher à un étranger pour un peu plus de sécurité. Tes parents t'ont crucifié à te coltiner un faux semblant pour se rassurer que la poupée ne vire jamais du mauvais côté. Et t'es prête à les écouter, puisque tu es la gentille fille qui dit amen à tout. Sombre conne. T'as jamais goûté au plaisir de la chair, tu es une fleur aux pétales renfermées, incapable de comprendre l'envie de la volupté. Tu es si pure, si frêle... Si innocente. T'es prostrée Billie, tu t'enfermes dans ton monde fermé, tu crois que c'est ça la banalité. Ce long chemin tranquille sans irrégularités. Tu vis sans vivre, tu restes coincée dans un ennui permanent, tu t'éteins à chaque nouvelle journée et tu t'en contentes. Puisque c'est plus facile de se teinter que d'avancer dans cet univers étranger. Puis il y a lui, lui qui n'était qu'un écho lointain de l'inconnu. Un visage de plus. Un esprit perdu et tordu. Il n'aurait jamais du se trouver là et pourtant... Il remettait tout en doute en toi, ta position bien confortable de poupée, ta rengaine lasse. Un danger, voilà ce qu'il est et tu ferais mieux de t'en éloigner...
Doux écho lointain, sombre souvenir incertain. La page se tourne, l’histoire s’ouvre sous un écho outrepassé d’une innocence enfantine. Une gamine futile, bien trop naïve pour comprendre que le monde, où elle venait d’échouer, n’était qu’un plateau d’échiquier où les pions s’éveillaient sous le hasard. Si jeune et déjà si jolie. Un petit ange aux cheveux corbeaux qui tournoyait à peine l’équilibre trouvait, si simple et si unique dans sa sincérité, elle semblait déjà si pure, elle était un met que le paradis avait forgé à travers son sourire. Un diamant qu’on se devait de préserver, de sécuriser loin des atrocités de cette cruelle réalité. Et c’est ce que parents ont fait, fiers du fruit de leurs entrailles, l’éduquant dans des mensonges grandiloquents, vendant leurs âmes en enfer pour sauver l’ange de leurs pensées. Ils la couvrirent de choses insensées, de cadeaux outranciers, achetant sa dépendance sous les frais. La conditionnant, la happant dans des banalités ; confortables et agréables. C’était si facile, même trop facile d’habituer une pauvre gosse à l’outrance, à la grandeur d’un luxe aisé. La marquant à tout jamais, comme un prix à payer pour ces années de facilité, sa confiance vendue auprès de ceux qu’ils l’avaient engendré. Elle était leur due, leur rançon et elle était prête à tout pour faire leurs fiertés.

Pauvre gamine, si frêle et si fragile. Elle venait de mettre les pieds dans un piège véhément sans se rendre compte des futurs tourments.



L’adolescence, l’âge le plus difficile mais surtout le plus futile. Ces années à se moquer, à se chercher une identité entre les étiquettes des autres. Reine du bahut, connard invertébré, l’intello qui se fait maltraiter, la fille timide… Un mélange incohérent de gosses paumés. Billie s’était retrouvée au milieu de ce cirque avec ses allures de poupée et son idéal foireux. Elle qui souriait si souvent, allait apprendre à ses dépends que la gentillesse était une denrée en voix d’extinction. En effet, à 16 ans, elle allait prendre une baffe qui allait bien la changer mais également la faire grandir. Billie était jolie, c’était un fait, cependant, elle qui manquait cruellement de confiance en elle, se cachait derrière les rires défaits. Se brûlant dans l’obscurité pour se défaire des préjugés. Mais en se renfermant, c’est ainsi qu’elle se retrouva la risée du lycée, en première ligne à un rituel macabre. Les insultes fusaient, on l’appelait « la freak » ou encore « la lesbienne », des mots sans importances en soit, que l’écho de la jalousie, mais qui marqua la belle d’un triste effroi. Et celle qui souriait au monde, attendant patiemment le bonheur se trouva enfermé dans sa rancoeur. Elle les détestait, chacun d’entre eux. Ces enfoirés qui répandaient sur son identité des rumeurs de faussetés, la faisant passer pour une atrocité. Taguant son casier, se moquant d’elle à longueur de journée. Ils la fuyaient tout en l’enfonçant, toute occasion étant une bonne opportunité pour la dénigrer. Jusqu’à ce jour… Ce jour où les rêves de la poupée devinrent cauchemars. C’était un jour comme un autre, les gens la faisaient chier et elle s’échappait jusqu’à ce qu’un de son voisin de palier l’aborda sans grande méchanceté. Une première en soit, et un putain de mensonge encore une fois… Il l’invita à sa fête, événement mondain dans cette petite ville de Chicago et Billie, bien trop naïve pour comprendre, accepta sans hésiter. Fallait dire que l’adolescente croyait en une nouvelle opportunité, une rédemption après la damnation. Mais cette soirée serait sa sentence et sa pauvre souffrance. Elle y était allée , le sourire aux lèvres, s’habillant en conséquence et à peine arrivée que les regards la jaugeant de bas en haut, un rictus mauvais sur les lèvres. Mais la belle était bien trop excitée pour en jauger, son hôte la guettant au coin de l’entrée. Puis tout s’enchaina bien trop vite, les verres, la musique, l’hystérie générale… Billie se retrouva sur le misérable canapé, un mal de crâne carabiné à cause des effluves d’alcool dans ses veines. Et lui qui revenait encore et encore, son fameux voisin, son regard malsain ne l’avait pas quitté depuis qu’elle était arrivée. Et il se joua d’elle, il s’asseyait à ses côtés puis il la charma doucement. Ce qui ne fut pas bien difficile vu le taux d’alcoolémie de cette dernière. Et avant qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit, il se jeta  sur elle, la bloquant du poids de son corps pour la toucher face aux yeux curieux des adolescents. Elle se débattait la poupée, elle tentait de le frapper mais elle était paralysée et les flashs venaient l’aveugler dans les rires mesquins des spectateurs. Certains filmaient, d’autres se moquaient juste. Et un seul mot résonnait en écho dans la bâtisse insalubre «  Salope ! » L’enfer venait enfin montrer le bout de son nez, le mal tournoyait tout autour d’elle. Elle se sentait si sale Billie, si affreuse. Si seulement elle avait écouté ses parents. Et les larmes étaient venues s’écouler en sillons sur ses joues de porcelaine. Elle l’avait mordu puis elle avait fuit en courant. Sous les sourires et sous les rires cruels. Les monstres s’abreuvant de son désespoir…

Billie, tu devais t’en douter, que cette occasion était empoisonnée. Maintenant tu vas payer ce que tu as fait. Et le prix n’est rien d’autre que ta liberté…



24 ans à présent. Les années l’ont changé la poupée. Sa méfiance s’est décuplée, elle ne parle plus, elle abaisse toujours son regard. On dirait une âme errante, une pauvre paumée dans cette société. Elle semble vide, inerte d’une certaine manière seul l’étincelle de la danse arrive encore à l’animer la belle édulcorée. Elle ne sort plus, elle ne dort plus. Elle vit mais elle est morte. Ses parents la dévorent et elle s’en contente. Elle reste là à les écouter, à s’agréger sous leurs ordres. Elle veut faire bien mais elle fait tout mal. Ils ont dit qu’elle devait se fiancer avec ce mec là Phill, ouais ce pauvre gars avec des dents moisis. Ca la dégoute pourtant elle dit oui. Elle s’en fout après tout l’amour n’existe pas alors à quoi perdre du temps à essayer de le trouver. Elle est crevée Billie, elle regarde le monde derrière sa fenêtre mais elle a peur de rechuter, de retomber sur les mauvaises personnes. Pourtant elle a envie de s’échapper de cette prison dorée, elle désire gouter à l’étranger. Après tout, elle a changé, elle n’est plus cette pauvre sotte ignorante, elle est différente. Plus méfiante, plus froide, plus réfléchie, plus calculatrice. L’ange est tombé bien bas… Alors pourquoi pas? Il suffirait d’un instant, d’un simple moment pour comprendre que ce monde n’est pas si laid. Arrête de les écouter Billie , prends ta putain de vie en main.  

black madness
passe ta souris !
Hey seksy lady i like your flow pire intro ever sisi c'est possible. Bref moi c'est Jean Yves, 90 ans à mon actif et toutes mes dents. Quoi c'est pas crédible? Bien sur que si il suffit de mater mon cul fripé pour comprendre /pan/ bon fini les conneries moi c'est Fanny j'ai 20 piges, je dois faire du rpg depuis quoi ? 6 à 7 ans. Je suis tombée sur cette perle grâce à un top site(et sans doute car je suis faible et que j'aime ma race Fauve aussi) je serais là 24h/24h bon j'exagère un peu surtout en ce moment vu que c'est Bagdad avec mes études mais en gros je suis là 5j/7  Smile. Sinon vous êtes bien hot les gens enfin surtout Ted et je vous aime à l'avance  FANGIRL
ps : je ne suis pas folle hein juste un peu schyzo  SADIQUE


Dernière édition par Billie Sørensen le Jeu 3 Déc - 2:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 1:33

Bienvenuuuuuue :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 2:39

Merci bien mr avec le pseudo qui claque les fesses de mémé en string SADIQUE

Au passage fiche terminée FAN
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 8:20

Bienvenue demoiselle, j'ai pleuré de bonheur en lisant ta fiche tellement ta plume est magique !
Une vierge comme mon DC T'ien :p et je suis fan de la maladie qui me rappelle un épisode d'une série médical (House je crois) d'une fille qui se jette d'un balcon parce qu'elle ne sens rien.

Bref ... Bienvenue :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 8:31

Alors alors...Je vais me répéter encore et encore mais merci milles fois d'avoir pris mon scénario ! Et je te remercie davantage en voyant ta présentation, elle est si magique, si sublime ! J'ai adoré du début à la fin ! J'ai vraiment été pris par tes paroles, tes mots. C'est juste divin !! CUTE JAIME

Du coup, je donne mon accord à la puissance infinie (vers l'infini et l'au-delà HIDE Suspect okay okay c'est 7h30 du matin ! Neutral )

J'ai tellement hâte de te retrouver en RP ! HAN
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 10:42

Bienvenue parmi nous jolie fille. :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt et un ans, toujours pas adulte.
› Appart : #1014, le F4 de papa. L'appart trop grand, trop vide.
› Occupation : Elle a trouvé ce petit job à la supérette du quartier, derrière le bip abrutissant de la caisse enregistreuse. Elle vole encore, de temps en temps, des relent d'argent facile.
› DC : Marshall le branleur, Carl le taulard
› Messages : 1791
› Nombre de RP : 8

Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 10:50

Je suis conquise, ton titre putain, et ce prénom OMG J'adore ce prénom pour une fille, j'comptais l'utiliser dans pas longtemps, bref, j'adore :hihi: :l:

Bienvenue et bon courage pour ta fiche :l:



Rien. Rien d'important. J'te disais juste que j'allais pas bien et que je partais en couille ces derniers temps, que j'avais un peu envie de crever et beaucoup envie de chialer mais tu sais c'est pas important tout ça, ça vas passer, ça finit toujours par passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5395-leo-ses-baisers-laissai


avatar

› Âge : vingt-sept ans
› Appart : #1401 - 14e étage
› Occupation : je me suicide à petit feu.
› Messages : 3626
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 12:06

Tu as une plume vraiment superbe OMG Bienvenue au Parking :l:



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t


avatar

› Âge : 24 ans
› Appart : #522 avec son homme, pas loin de la famille
› Occupation : Infirmière diplômée
› DC : Lizz & Drill
› Messages : 1345
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 13:24

Bienvenue BRILLE
Cette plume OMG C'est super beau POTTE


❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2061-aliah-vouloir-vivre-par


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 19:50

Dante < Cimer bien, oh ça fait grave plaisir :l: mais faut pas pleurer mdr. Oh entre pucelles je réclame un lien obligé HEHE et ouais pareil mais je l'avais pas vu dans House mais AHS
Et encore une fois merci pour le beau compliment DE CEUX

Ted < Mais encore une fois de rien Cool Mais arrête je vais finir tomate là sans dec j'ai tout fait pour que ça te plaise du coup je suis hyper heureuse et je te l'ai déjà dit mais voilà ça fait zizir coeur On t'en veux pas BLBLBLBL MERCIIIIIII BRILLE

Rose < t'as vu ta tête je suis obligée de te retourner le compliment AS merci WESH

Leo < Et Saez la base :hihi: et les prénoms mixtes c'est tellement la patate GNOE Leo ça claque tellement aussi pis ton vava je bave LECHE

Silver < My gosh Bill c'est la première fois que je le vois sur un fow, ça me ramène à mes années collèges :hihi: Et merci , sans dec vous allez tous me faire enfler mes chevilles HAPPY

Aliah < OMG Anna je t'aime déjà toi AS Et merci et encore merci vous me faites tous trop plaisir :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt-six années rongées par sa folie meurtrière
› Appart : #717 la frangine envolée, éclatée dans les rues du Bronx ou ailleurs et lui seul dans un trop grand appart
› Occupation : il a abandonné la drogue, les contrats sanglants, traqué par les gros poissons qui veulent écraser la vermine
› DC : Riley la camée aux dessins morbides
› Messages : 1530
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 20:58

Salut toi :PERV: :PERV:
Ta plume est magnifique, bienvenue dans l'aventure ma belle :l:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5441-ugo-de-ceux-qui-prennen


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 21:51

Hey u PERV
Merciiiiii DE CEUX

ps: cette signa magnifiquuuuuue OMG je suis in love JAIME
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Jeu 3 Déc - 22:31

Bienvenue parmi nous Smile
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : 45 ans
› Appart : 1210
› Occupation : Médecin légiste dans le commissariat du coin
› DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie
› Messages : 2299
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Ven 4 Déc - 1:15

Bienvenue parmi nous :l: !



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE Ven 4 Déc - 2:41

Merci tous les deux coeur
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE

Revenir en haut Aller en bas

Que je meure à l'instant si l'envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent. + BILLIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» puiser sa force dans l'instant présent
» Vous n'êtes vivant que dans l'instant présent! ...
» Le mystère de l'instant
» A l'instant: reportage sur tf1 à propos de "l'absentéisme des profs"...
» Une pour l'instant présent, l'autre pour la plainte et la dernière pour la vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)