Partagez|


heart break / mike

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: heart break / mike Dim 15 Nov - 20:02

MICHAEL ADAM GREENE
j'ai toujours pensé que ça serait moi qui te briserais.
Nom Greene Prénom Michael, mais depuis toujours tout le monde l'a toujours appelé Mike. Son second prénom est Adam, ses parents étaient très croyants, comme vous l'aurez compris. Date et lieu de naissance 12 septembre, NY, Queens Âge 40 ans Nationalité américain pur et dur Origines américaines  Statut matrimonial Séparé de la mère de sa fille, père célibataire à la dérive. Orientation sexuelle hétérosexuel Job ou Activité Bricoleur, homme à tout faire, Mike répare des trucs. Date d'arrivée au Parking il y a quelques semaines à peine Groupe de ceux qui survivent Type de perso inventé Crédits odistole  Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? oui.

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Il y a quelques semaines, peut-être un mois je ne sais plus bien. Je vivais chez ma soeur dans le Queens mais je devais trouver autre chose. On commençait à être à l'étroit, elle, son mari, ses gosses, ma fille et moi. Bref, c'est ma fille Lana qui a insisté pour vivre ici, prétextant que les loyers étaient vraiment pas cher, qu'il y avait un appartement parfait pour nous et que je trouverais facilement de quoi travailler juste en restant dans l'immeuble. Je n'avais pas la tête à la contredire, je n'ai pas fais attention à la population locale, à cette ambiance de débauche et de dépravation. J'ai pas réfléchis, comme d'habitude.
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ?  une bande de gosses égarés, des espèces de racailles. Je n'ai pas peur, je ne suis pas mieux, enfin ... je ne sais pas si je dénote ou bien si je suis enfin à ma place, parmi ceux qui sont perdus. Parce que je le suis, au fond. Au final, le bar du coin est terriblement accueillant, terriblement attirant aussi. C'est pour Lana que je m'en fais plus. Vu le regard de certains types qui habitent ici, vu la drogue qui circule et qu'on peut acheter comme un paquet de pâtes au supermarché... bref c'est la première fois que je me sens comme un père avec elle. Et dire que lorsqu'elle était gamine je l'emmenais faire de la moto sans casque et sans siège adapté sans m'en faire...
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Le mec paumé, le mec bizarre. On ne sait pas trop ce qu'il fou là, on se demande ce qui l'a amené ici. On se dit qu'il a du vivre des trucs pas cool pas cool mais impossible de savoir quoi, il ne parle pas beaucoup, il a l'air complètement dans le gaz tout le temps. Ca vient sans doute du fait qu'il pu la bière les trois quarts du temps. C'est aussi le père de la petite bonnasse qu'on se taperait bien. Et enfin, c'est le type qu'on appelle quand on a besoin de déboucher les chiottes ou de réparer un truc, il a mit une petite annonce dans le cage d'escalier pour dire qu'il savait bricoler. Pratique.



feat andrew lincoln
Mike a vécu dans le Queens, il n'est pas issue d'une famille très aisée mais il n'en a jamais souffert. Il vivait dans une famille très croyante avec sa petite soeur Mary. il a vécu une enfance et une adolescence parfaitement banale, il est du genre à avoir eut plein d'amis et de copines, il n'était pas une flèche à l'école mais plutôt débrouillard. Il est du genre sur de lui, blagueur, enjoué, plein de charme... Les yeux bleus et  la belle gueule, il savait que ça fonctionne, il savait tout ça... Enfin avant. Et pourtant, tout ceci a changé quand il a rencontré Elena, l'amour de sa vie, à seulement 18 ans. Il deviendra même père à 22 ans bien qu'il soit tout sauf prêt à cela.   Mike était un type vraiment optimiste, qui ne se prenait pas la tête. Il était même joyeux, blagueur, à faire des conneries en permanence. Devenir père ne l'a pas vraiment changé, il n'a jamais pris ses responsabilités.   C'est un peu malgré lui qu'il continuait à plaire. Il est pourtant très droit dans ses baskets et n'a jamais envisagé ne serait-ce qu'une  fois de tromper Elena, mais pourtant il continuait à être un fantasme pour certaine avec sa ceinture d'outils autour de la taille et tout et tout. Un truc qui rendait folle Elena bien sûr. Mike est également bagarreur, sanguin, impulsif. Il réagit au quart de tour ce qui l'a toujours attiré dans des emmerdes, pendant toute sa vie. Il est du genre à taper avant de parler. Ca vaut également pour sa relation amoureuse qui était plus que conflictuelle. Non, Mike n'était pas un type violent à proprement parler, mais disons que ses disputes -constantes- avec Elena étaient plutôt limites et musclées. Il n'a jamais trop su comment parler avec Lana, sa fille. Il était du genre à... pas savoir quoi lui dire. Quand elle était petite, encore, ça allait, il se contentait de la faire rire en faisant des bêtises. Mais depuis qu'elle a grandit et qu'elle met des soutien-gorge il est.. distant. Toutes ces emmerdes familiales n'ont pas aider évidemment. Depuis quelques années Mike a la sale habitude de chercher des réponses dans le fond des canettes de bière. Si ce n'est pas encore un vrai problème, ça n'en est pas loin. Et quand il boit il devient particulièrement con. Ca fait maintenant plus de deux ans qu'il est séparé d'Elena, il ne s'en ai jamais vraiment remis même si c'est lui qui l'a quitté. Il pense constamment à elle et n'a jamais pu s'approcher d'une autre femme depuis.
Elle se racla la gorge, ça lui aurait sans doute brulé la langue de s'adresser directement à moi, je veux dire par là, de manière polie et normale. J'ai levé les yeux doucement vers elle, je l'ai détaillée de haut en bas. C'était quoi ce mini short en jean ? Et ce décolleté ? Il fait pas un peu froid, pour ce genre de tenue ? j'ai ponctué ma phrase en buvant une grande gorgé de la bière que j'avais entre les mains. Elle a soupiré, comme elle le fait super souvent ces derniers temps. Le genre de soupir insolent qui témoigne d'une lassitude extrême mêlée à une envie de faire ressentir à quel point tout ce qui sortait de ma bouche était débile. Je serais en intérieur. précisa-t-elle tout de même. J'ai opiné de la tête pas tellement convaincu par son argument. Et puisque c'était plus fort que moi, j'ai enchaîné. Ne rentres pas trop tard. elle avait une main sur la poignée de la porte. Elle a serré les dents. Enfin je ne l'ai pas vu mais je le devinais que trop bien. Et là, assassine, elle sortit ça comme ça : Alors quoi ? C'est le moment où t'essaies de faire comme si t'étais un père ? Allez, lâches-moi, j'ai 18 ans ! parce que je suis bien au-dessus de tout ça, ou peut être par peur du conflit, j'ai rien répondu. J'ai émis une sorte de petit rire sarcastique et puis j'ai repris une gorgée de bière. La porte a claqué derrière Lana. Fais attention. que j'ai lâché dans un souffle, trop tard.

18 ans, c'est à cet âge un peu étrange où l'on désire être adulte sans l'être vraiment que la vie de Mike a pris un tournant. Le genre de tournant à 180 où il n'existe aucun retour en arrière possible. Avant ça il n'y avait pas grand chose à dire sur lui. Michael Greene, premier enfant de Thomas et Dana Greene, américain pur souche. Il avait une petite sœur, Mary. Une famille bien chrétienne qui vivait dans le Queens. Ils étaient heureux. Mike l'était vraiment. Bon, il n'était pas une lumière, mais il était doué de ses mains. Il a tout de même eu son diplôme et puis voilà, il a lancé son petit commerce au black où il rendait quelques services contre un peu de blé. Il n'avait pas besoin de plus. Il était simple, vous savez. Des amis, quelques filles qui craquaient pour son petit côté beau gosse et ses yeux bleus. C'était bien, cette époque. Il ne s'en souvient plus bien. De la vie avant Elena.

C'est donc à 18 ans qu'il l'a rencontrée, cette fille qui allait lui aspirer tout son être. Celle qui allait le rendre complètement fou. Fou d'amour, de bonheur, puis fou de rage et de douleur. Il l'a rencontrée dans un bar et ça a été ce genre de moment suspendu où plus rien d'autre sur Terre n'existe. D'un coup, tout a cessé d'être sauf elle et lui. Elle l'a transpercé, flingué, harponné. Il était foutu d'avance, qu'on se le dise. Elena, y avait un truc chez elle dont Mike était incapable de résister. C'était peut être ses yeux d'enfant, son sourire un peu dingue ou encore la robe à paillettes qu'elle portait ce jour-là. En tout cas il a été hypnotisé. Le soir même ils couchaient ensemble derrière ce bar. Elle a noté son numéro sur l'emballage de la capote avant de disparaître.

Ce n'était pas forcément romantique, dit comme ça et pourtant ça l'était un peu. Mike n'était pas amoureux, non, mais il savait qu'il voulait, ou plutôt devait la revoir. Il découvrit rapidement qu'elle était mariée. Elena était plus âgée de quelques années, elle avait peut être 25 ans, dans ce goût-là. Mais ça ne se voyait absolument pas. Elle avait des yeux enfant, je vous l'ai dis. Bref elle était mariée. Mike s'en fichait un peu. À 18 ans on ne réfléchit pas beaucoup en fait. Il continuait à passer la plupart de son temps libre avec elle. Ils étaient heureux, de vrais gosses ensemble. Il ne lui a jamais demandé de quitter son mari. C'était peut être de l'arrogance, une certaine assurance qui lui disait qu'elle le ferait d'elle-même. Bah oui un jour où l'autre Elena savait qu'elle se retrouverait dans une situation délicate où elle risquait de perdre Mike à cause de ça et c'était inenvisageable. Du coup, assez rapidement en fait, genre au bout de quelques mois, elle quitta Mr Banks.

Pis... Pis d'abord je ne joues pas à être ton père, hein ? Je suis ton père. que j'ai dis, là en face du miroir de la salle de bain. Aucun rapport avec Star Wars, je répondais juste à Lana, avec quelques heures de retard et puis à moi même aussi. J'ai maugréé un autre truc, dont même moi je ne compris pas le sens. Et puis je me suis noyé sous une vague d'eau fraîche. J'ai touché avec la paume de ma main cette barbe mal rasée. Des fois on dit "mal rasée" mais c'est fait exprès. Moi c'était vraiment « mal rasée » pour le coup. J'ai froncé les sourcils et regardé ces rides qui marquaient mon visage. Il me semblait que c'était hier le temps où je n'avais pas de barbe qui vaille la peine d'être rasée. Où je nageais dans tous les vêtements que ma mère me donnait car j'étais sec comme un fil de fer et que je ne comptais que sur mon sourire et mes yeux bleus dans la vie. Je n'avais pas cette voix fatiguée et brisée mille fois de l'avoir trop haussée. J'ai mis une main sur le miroir comme un sauvage qui découvrirait un autre homme pour la première fois de sa vie. J'ai fermé les yeux une seconde, laissant mon esprit se croire en pleine mer agitée. J'étais bourré, faut croire. J'ai perdu le compte des bières. C'était pas la première fois de la semaine faut dire. Enfin non, ça, faut pas le dire. En même temps, c'était sa faute, à Lana. Elle savait que je ne pouvais pas dormir tant qu'elle ne serait pas rentrée. Et on s'ennuie vite ici. Alors j'ai bu.

C'était bien la vie avec Elena. Les premiers temps furent parfaits, presque trop. Ils vivaient dans un petit appartement à Brooklyn, un peu indus’, plutôt sympa. Ils étaient jeunes, et foudroyés par un amour qui les consumait entièrement. Mike et Elena étaient constamment fourrés ensemble, ils vivaient une passion presque adolescente, trop intense pour que ça dure. Shakespeare a sorti un truc plutôt censé par rapport à ça, d'ailleurs. Ces violents désirs ont des fins violentes. Pas con, le bonhomme. Si seulement Mike avait lu Shakespeare ne serait-ce qu'une fois dans sa vie, cela l'aurait peut-être alerté. Quoi que, non. Ils étaient trop accros l'un à l'autre pour avoir encore du bon sens. Alors ça continua comme ça pendant quelques temps. Et puis, un de ces jours, Mike et Elena prenaient un verre avec des amis de la jeune femme. Tout se passait plutôt bien, même s'il y avait un décalage entre eux tous. Mike, qui avait peut-être 21 ans à l'époque, et tous les autres, plutôt proches de la trentaine. Ils parlaient gamins, mariage, des trucs qui étaient tellement éloignés de ce que Mike avait en tête. Et puis, il y eut la phrase de trop, le dérapage complet. On ne se souvient plus exactement de ce que l'amie a dit. Mais le sens était très clair. Elena avait déjà un fils, avec son ancien mari. Je ne vous raconte même pas l'engueulade qu'ils ont eu ce soir-là, Mike et Elena. C'était à se taper dessus. D'ailleurs, ils se sont tapés dessus, l'un et l'autre. Une bonne vieille habitude, si je puis dire.

Il y a quelque chose qui s'est brisé dans la tête de Mike. Briser un couple ne lui avait posé aucun problème. Briser une famille en posait un peu plus. Comment Elena avait pu faire ça ? Vivre, presque deux ans loin de son enfant qui, il venait de l'apprendre avait à l'heure actuelle pas loin de cinq ans. Quel genre de mère fait ça ? Quel genre de femme était-elle ? Il lui semblait soudain que cette relation était une énorme blague, un mensonge. Et puis, dans un second temps, Mike commença à se sentir coupable. Il voyait dans sa tête le visage de cet enfant abandonné. Pourtant il n'avait vu aucune photo ni rien, mais il se l'était imaginé. Ce petit vivait là dans un coin de son esprit. Il avait l'air triste, ne comprenait pas où était sa mère. Et la réponse s'imposa d'elle-même. C'était Mike qui avait volé sa mère, qui lui avait arraché de ses mains d'enfant qui en avait terriblement besoin. Mike qui avait poussé Elena à quitter cette famille dans laquelle elle ne s'épanouissait pas. Peut-être que si Mike n'avait pas été si jeune, et irresponsable, elle se serait contenté de quitter son mari et non son fils. Mais elle avait dû avoir peur que Mike soit incapable d'assumer un beau-fils. C'était sans doute vrai. Alors voilà, Mike se sentait mal. Et ça se ressentit dans le couple. Il était distant, de mauvaise humeur, de moins en moins disponible pour Elena. Eux qui avaient l'habitude de tout faire ensemble étaient désormais moins proches. Ca fit très bizarre à la jeune femme, évidemment. Elle avait peur de le perdre. Peur qu'il ne finisse pas se dire que c'était plus simple d'être avec une autre, une jeune étudiante de son âge qui elle n'était pas mère. Et puis la solution vint d'elle-même.

Elle fit tout pour tomber enceinte, en secret bien sûr. Elle arriva un beau matin, le sourire aux lèvres jusqu'aux oreilles, avec un test de grossesse dans ses mains. Elle fut confuse sur le pourquoi du comment. Mais... Mais tu.. tu prends la pilule, je... j'comprend... pas. bafouillait ce gosse qu'était encore Mike à l'époque. Elle disait que c'était un miracle, qu'on devait faire avec. Et pour un chrétien comme Michael, évidemment on devait faire avec. Il passa de jeune adulte irresponsable avec un bel avenir devant lui à un jeune père en devenir. Le voici désormais enchaîné, à vie, à Elena.

Je n'ai jamais été fumeur. Je veux dire par là, je n'ai pas craqué pour une clope adolescent, je n'ai jamais acheté de paquet en série et pleuré pour une pause clope. Mais je dois avouer qu'alcool et cigarette font un très beau mélange. J'ai commencé il y a peu de temps, parce que quelqu'un m'a dit que ça détendait. Alors voilà, une main un peu saoul fouilla pour moi dans le tiroir du buffet pour trouver ce vieux paquet que je taxais d'une clope ou deux de temps en temps. Et là, quand je l'ouvris, j'ai froncé les sourcils. Il me semblait plus vide que la dernière fois que je l'ai ouvert. J'ai coincé une clope entre mes lèvres et j'ai laissé le paquet sorti. Normalement, je le cachais pour pas que Lana tombe dessus. Je me suis gratté la tête tout en attrapant la nouvelle bière qui était ouverte à côté de moi et je me suis dirigé vers les escaliers de secours pour me poster sur l'un des paliers. J'ai regardé la vue, soucieux. Lana s'était-elle mise à fumer ? Me piquait-elle des clopes en douce ? Putain, mais c'était pas simple d'être un père. C'était pas simple d'être son père surtout. J'ai fini par allumer la clope, j'ai grimacé comme je le faisais à chaque fois et j'ai arrosé ma gorge en feu par un peu de bière.

Lana est née. Mike s'est surpris à l'aimer. Je veux dire, comme un père aime sa fille. Il s'en croyait incapable jusqu'à ce qu'on lui mette cette poupée toute rose de 3 kilos et 49 centimètres entre les bras. Ce gaillard de 22 ans se sentit soudain investi d'une mission plus forte que lui. Il jeta un coup d'oeil à Elena et son visage soulagé qui perlait de sueur. Sans dire un mot, Mike promit à Elena de l'aimer, là, comme ça, juste en la regardant. Il lui promit de rester avec elle quoi qu'il arrive. Maintenant, elle avait une nouvelle famille, ils étaient tous les trois une famille. Alors il laissa de côté tout ça, tous ces mensonges. Il décida même de lui pardonner de l'avoir forcé à devenir père. Lui qui aujourd'hui sentait que tout était différent.

Tout le fut, effectivement. Mais on était loin des rêves de famille qui déborde d'amour et de bonheur. Elena qui avait été une mère pitoyable avec son premier fils n'était pas mieux avec sa fille. Mike était tellement, tellement trop jeune pour assumer son rôle. Lana, en fait, n'avait servi que de pansement, de bandage pour sauver ce couple perdu d'avance. Donc en fait ils étaient plus un couple que des parents, et ça n'était jamais une bonne chose. Ils oubliaient quelques biberons parce qu'ils étaient happés par des disputes sans queues ni têtes. Parfois, Elena disparaissaient quelques jours avec Lana, parfois Mike ne rentrait que tard dans la nuit. C'était d'ailleurs ce qu'elle lui reprochait le plus. D'être encore lui, d'être encore un homme, de continuer à plaire, de continuer à en profiter pour avoir des pourboires... Elena n'était pas convaincue que son plan pour garder Mike auprès d'elle toute sa vie ait marché. Elle avait l'impression permanente qu'il allait la tromper, la quitter, s'enfuir. Elle en parlait tout le temps et faisait des crises pas possibles. En fait, Mike et Elena continuaient de se haïr autant qu'ils s'aimaient, de s'adorer en se tapant dessus, de se hurler dessus, et tant pis si ça réveillait la p'tite. Rappelez-vous de Shakespeare et tout là...

Le problème avec la jalousie, c'est que lorsqu'elle est infondée, elle pousse souvent à la faute. Mike s'était dit, parfois, qu'il finirait par craquer. Quitte à ce qu'elle lui fasse des scènes, autant que ça soit pour quelque chose, qu'il se disait souvent. Mais il n'eut jamais le courage de sauter le pas. Si, une fois, il y avait cette petite serveuse dans un bar. Il l'a embrassée sur la bouche dans un lieu sombre. Il s'est senti horriblement mal la seconde suivante et a quitté le bar sans même payer. Embrasser une autre femme après genre...10 ans avec Elena c'était impossible. C'était toujours au moment où leur histoire allait tomber en lambeaux qu'il se rendait compte qu'il serait incapable de vivre sans elle. Et puis, Elena avait toujours dit que s'il la trompait ou la quittait, il ne reverrait jamais Lana, qu'elle partirait à l'autre bout du pays et qu'il ne saurait jamais où les retrouver. C'est le genre de truc qui freine les envies, en général.

Alors la vie continua, pendant de longues années. Ce couple en dents de scie continuait, marchait finalement. Malgré toutes les réflexions de Mary, la jeune soeur de Mike, qui portait en horreur Elena. Cinq ans, dix ans, quinze ans. Mike passait du jeune adulte inexpérimenté à trentenaire dans la force de l'âge, papa sexy et compagnon à bout de force. L'ambiance se dégrada petit bout par petit bout, jusqu'à devenir complètement exécrable. C'était il y a un peu plus de deux ans. Ca dérapa. Rappelez-vous de Shakespeare.

Je suis devenu mon pire cauchemar. J'étais là, assis sur le lit de ma fille en train de fouiller dans sa boite à chaussures de cachée sous son lit. J'y ai trouvé des trucs qui ont faillit me faire vomir. Mais, qu'est-ce que... ma voix s'est bloqué quand j'ai lu "PRESERVATIF GOÛT BANANE" sur la boite. J'ai été frappé par la vision de moi, en train de lui donner à la petite cuillère du petit suisse à la banane. Histoire de faire passer l'info, j'ai tout d'abord été heureux d'apprendre qu'elle avait des préservatifs, refuser d'imaginer à quoi servait qu'elles soient aromatisées, et enfin j'ai rallumé une cigarette -vu qu'il parait que ça détend- et j'ai attrapé l'autre canette de bière qui était posée par terre à mes pieds. J'ai recommencé à fouiller dans cette boite à chaussures. Il y avait une photo de moi. Ce qui me fit oublier deux minutes la triste histoire des capotes bananes. J'étais jeune, putain, j'étais tellement pas ridé à l'époque. Sur cette photo, j'ai vingt-cinq ans, pas plus. Oui, forcément, Lana n'a que trois ans et elle est sur mes épaules, souriante comme jamais. Je suis une seconde attendri jusqu'à ce que mon regard ne s'attarde sur Elena, si belle, également figée dans une expression de joie sur le papier glacé. La cendre de ma cigarette tombe sur la photo, comme pour me dire de ne pas m'arrêter de chercher. Je ne sais plus trop ce que je cherche, la preuve qu'elle fume ? La preuve que... qu'elle avait changé, ma petite fille. En même temps, je suis incapable de lui en vouloir. J'ai changé aussi, faut dire. Ma main tombe sur un petit carnet à la reliure en cuir. Je l'observe. Non, je ne peux pas faire ça. Tout, mais pas ça. C'est son journal intime.

Ooooh, J'AI GÂCHÉ ta vie ? Non, mais t'es sérieux là ? C'est toi qui a gâché la mienne ! Je dois te rappeler que j'ai TOUT quitté pour toi, TOUT ! Mike partit dans un éclat de rire plein de haine. Tu te fous de ma gueule ou quoi ? T'es vraiment qu'une sale hypocrite putain ! Je t'ai rien forcé à faire, t'avais qu'à rester avec ton abruti de mari et ton gosse j'ai RIEN DEMANDÉ moi ! Ca montait crescendo, de pire en pire. Ils s'insultaient, ils se bousculaient, se poussaient, s'empoignaient, se regardaient. Ils ont pleuré, un peu.. Et puis ils se sont remis à crier. Mike s'était ouvert une bière et la buvait en regardait par la baie vitrée de l'appartement de Brooklyn jusqu'à ce que sorte la phrase de trop, après des heures d'engueulade sans qu'il ne comprenne ni se souvienne comment tout ça avait commencé. J'aurais dû rester avec lui et mon fils. T'es même pas un bon père, ni un bon mec, t'as même pas été fichu d'être un mari.. Tu fais que de me déc... Elle fut stoppée nette par la canette de bière qui lui atterrit en pleine tête. LA FERME. LA-FERME ! Hurlait-il. TU TE RENDS MÊME PAS COMPTE DE COMMENT T'AS FAIS DE MA VIE UN ENFER BORDEL DE MERDE, J'EN PEUX PLUS DE TOI TU COMPRENDS, C'EST FINI ELENA, C'EST TERMINÉ. Silence. La porte s'ouvrit à la volée. Lana, quinze ans et quelques regarda son père, sa mère, tombée par terre. Qu'est-ce que t'as fais ? Mike resta interdit. Ce n'était même pas son geste qui le choquait. Ce qu'il avait fait ? Il l'avait quitté. C'était fait, c'était dit. Il se sentit soudain tomber dans un brouillard immense dont il ne ressortirait jamais.

Elena porta plainte, pour se venger de cette rupture. Elle prétexta qu'elle avait peur de Mike, qu'il était fou et violent avec elle et leur fille. Elle n'obtint pas la prison qu'elle demandait mais une injonction contre Mike. Il n'avait plus le droit de s'approcher ni d'elle ni de Lana. Mike se retrouva donc à Manhattan dans le bel appartement de sa jeune sœur qui s'était mariée entre temps et était mère de deux grands enfants maintenant. Il dormait sur le canapé. Il se sentait encore dans le brouillard. Il se sentait sombrer. La vie sans Elena était déjà complètement... insensée mais sans Lana, elle était impossible. Elena avait monté l'adolescente contre son père, Mike n'avait même pas le droit de l'appeler. Alors voilà, il était là, comme une loque humaine entrain d'essayer de continuer à vivre et compter les jours jusqu'à ce que Lana soit majeure et en âge de décider si elle voulait revoir son père. Bon, la bière, un peu de whisky et quelques anxiolytiques (enfin ça ce ne fut qu'un soir ou deux vous me direz) piqués à Mary aidèrent pas mal Mike à supporter ces quelques mois d'absence de raison de vivre.

Un soir, il reçu un appel. Elena. Il paniqua. Quooi ? Qu'est-ce qui se passe ? Lana va bien ? Silence. Non, ça va pas. Mike eut envie de vomir, de s'évanouir, de mourir sur place, un truc comme ça. Qu...Quoi? Bafouilla-t-il à demi-voix (c'est là qu'il était très heureux d'avoir son "paquet de cigarette de secours") La voix vaseuse d'Elena reprit enfin. Je suis nulle, je sers à rien... Personne ne m'aime... même toi tu.. tu m'aimes plus... Je... tu sais je pense que tout le monde... serait mieux sans moi. Mike fronça les sourcils. Il fut une seconde rassuré, ça ne dura pas longtemps. Elena menaçait de se suicider, clairement. Il ne comprenait pas tout ce qu'elle disait mais d'un coup, son coeur s'arrêta. S'il n'allait pas la retrouver tout de suite, maintenant, elle allait se foutre en l'air. Il en était sûr. Alors il n'hésita pas et sortie en courant du plus vite qu'il pouvait de l'appartement de Mary. Jamais il n'avait couru aussi vite jusqu'au métro qui l'emmena direct à Brooklyn.

Il tambourina sur la porte du plus fort qu'il pu. Aucune réponse. ELENA ! OUVRES MOI PUTAIN ! Hurla-t-il. Toujours pas de réponse, il se contenta de défoncer la porte dans un grand fracas. Il courut, regarda dans l'appartement, courut jusqu'à la chambre. Un bain de sang. Elle s'était ouvert les veines, Elena. Elle était, en plus de tout ça, tuméfiée, comme si elle avait été passée à tabac. Mike couru jusqu'à elle et enferma ses mains autour de ses poignets pour qu'elle arrête de saigner. Il criait, hurlait, pleurait en même temps. MAIS QU'EST CE QUI VA PAS CHEZ TOI ! PUTAAAIN ! QU'EST CE QUE T'AS DANS LA TETE ELENA ? se lamentait-il en la secouant comme il pouvait. Elle réagissait à peine, mais elle réagissait. TU PEUX PAS ME FAIRE CA ! T'AS COMPRIS ? T'AS PAS LE DROIT, ELENA JE T'EN SUPPLIES ME FAIS PAS CA ! Elena, je t'aime. Voulait-il crier, sans que ça ne sorte de sa bouche. Lana finit par revenir, voir son père qu'elle n'avait pas vu depuis presque un an et elle appela les secours.

Elle ne mourut pas, ça aurait été sans doute trop facile, faut croire. Mais honnêtement, elle avait craqué psychologiquement.

Cher Journal,

Ca y est, on est "Au Parking" ! Cet endroit c'est trop cool. Ca me change de la maison de fou avec maman ou de l'appart de bourges de tante Mary. Bref, papa m'a écouté évidemment, genre le mec incapable de prendre des décisions seul dans sa vie. Il me fait presque pitié le gars mais au final tant mieux. J'ai des parents tellement cons que j'en fais ce que je veux.

J'ai essayé de LE chercher mais j'ai pas trop le temps. Je sais pas trop, j'hésite un peu d'un coup. J'ai peur qu'il ne m'aime pas. Alors que moi je l'aime déjà. Je veux dire, il est ma famille. J'ai mis trop d'espoir en lui. En même temps il n'a pas été élevé par mes fous de parents du coup il peut pas être pire qu'eux mais... Justement, faut que ça marche. Faut que je me trouve enfin une famille normal.

Merde, faut que j'arrête d'écrire, papa arrive.

FITOTIME
passe ta souris !
Hello les gars, ici Fitotime / Mitzi / Suzie, vous me connaissez peut-être déjà  avec mon premier compte Charlotte Peters. J'ai toujours 21 ans, j'habite à Paris et je suis journaliste, bref voilà vous savez tout. J'essaie de faire mon maximum pour être là le plus souvent possible et rp plusieurs fois par semaine, même si selon mon emploi du temps et mes sorties ça n'est pas facile. Kiss les gars, j'vous aime.  coeur


Dernière édition par Mike Greene le Mer 18 Nov - 1:15, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Dim 15 Nov - 20:03

I love you I love you I love you I love you I love you I love you
HEHE HEHE HEHE HEHE HEHE HEHE
HOT HOT HOT HOT HOT
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Dim 15 Nov - 20:05

RICK GRIMES.
ok j'essaie de me calmer là mais c'est difficile. CE CHOIX D'AVATAR. puis j'ai un faible pour les papas célibataires. hâte de voir ce que tu nous prépares GNOE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Dim 15 Nov - 20:16

Re-Bienvenue :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Dim 15 Nov - 20:17

NGLFBNFVJK GNOE
Andrew Lincoln c'est le premier avatar que j'ai utilisé sur les fos, jolemdamour Surprised j'ai tellement hâte de voir ce que tu vas en faire hinhin ROBERT rebienvenue :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Dim 15 Nov - 20:32

Merci tout le monde ! Je suis contente que Andrew Lincoln vous plaise, ça fait tellement de temps que je veux le jouer JAIME JAIME JAIME

Et Luca... MIAOU MIAOU MIAOU MIAOU BAVE2 BAVE2 BAVE2 NIARK NIARK
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt-sept ans
› Appart : #1401 - 14e étage
› Occupation : je me suicide à petit feu.
› Messages : 3626
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Dim 15 Nov - 20:46

Aw, super choix d'avatar OMG
ReBienvenue :l: & bon courage pour ta fiche BRILLE



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Dim 15 Nov - 20:53

I love you
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Connasse »
« Connasse »
› Âge : 34 ans
› Appart : Manhattan
› Occupation : Maquerelle
› DC : Al Kelley et Misha Azarov
› Messages : 2567
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Dim 15 Nov - 21:19

Rebienvenue parmi nous HAWW HEH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10589-ekat-o-letal-blonde


avatar

› Âge : 45 ans
› Appart : 1210
› Occupation : Médecin légiste dans le commissariat du coin
› DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie
› Messages : 2299
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Dim 15 Nov - 22:41

Rebienvenue parmi nous HELLO !



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa


avatar

› Âge : vingt-six années rongées par sa folie meurtrière
› Appart : #717 la frangine envolée, éclatée dans les rues du Bronx ou ailleurs et lui seul dans un trop grand appart
› Occupation : il a abandonné la drogue, les contrats sanglants, traqué par les gros poissons qui veulent écraser la vermine
› DC : Riley la camée aux dessins morbides
› Messages : 1530
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Dim 15 Nov - 23:23

AH MAIS NON MAIS NON BAVE J'AVAIS PROMIS DE PAS ÊTRE HOMO CRY ME A RIVER
Ton choix est BAVE Re-Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche DE CEUX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5441-ugo-de-ceux-qui-prennen


avatar

› Âge : vingt et un ans, toujours pas adulte.
› Appart : #1014, le F4 de papa. L'appart trop grand, trop vide.
› Occupation : Elle a trouvé ce petit job à la supérette du quartier, derrière le bip abrutissant de la caisse enregistreuse. Elle vole encore, de temps en temps, des relent d'argent facile.
› DC : Marshall le branleur, Carl le taulard
› Messages : 1796
› Nombre de RP : 12

Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Lun 16 Nov - 10:35

Y'as pas de zombie ici WESH

Re-bienvenue, et bon courage pour ta fiche :l: :l:



Rien. Rien d'important. J'te disais juste que j'allais pas bien et que je partais en couille ces derniers temps, que j'avais un peu envie de crever et beaucoup envie de chialer mais tu sais c'est pas important tout ça, ça vas passer, ça finit toujours par passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5395-leo-ses-baisers-laissai


avatar

« Chaton sauvage »
› Âge : 24 années à survivre.
› Appart : #1202, le squat du Parking.
› Occupation : Fonctionnaire. Agent d'accueil au service des impôts.
› DC : Narcisse le snob, Eros le rustre
› Messages : 1235
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Lun 16 Nov - 16:40

REBIENVENUE PAR ICI ! ho
Rick Grimes ! AAAAH


Drama never ends

by Wiise


Parce qu'on le vaut bien:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6268-angelo-you-re-gonna-hea


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Lun 16 Nov - 23:43

Merci à tous I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: heart break / mike Mar 17 Nov - 12:16

ANDREW JE LE MAAAANGE. FAN
Re-Bienvenue parmi nous mon mignon :l:
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: heart break / mike

Revenir en haut Aller en bas

heart break / mike

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Mike Tyson végétalien ! Qui l'eut (viande) cru ?
» MY HEART IS NOT FOR SALE
» coccinelle break !!!
» Présentation Heart-shaped box
» Mike cassis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)