Partagez|


Ira Donnelly - The Irish Man

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Ira Donnelly - The Irish Man Lun 2 Nov - 19:00

Ira  Donnelly
Tu seras un Irlandais, mon Fils !
Nom Donnelly, Prénom Ira, Date et lieu de naissance 25 décembre 1980, Âge 35 ans, Nationalité Irlandaise, Origines Irlandaises, Statut matrimonial Célibâtard, Orientation sexuelle Collectionneur Job ou Activité Arnaqueur professionnel, gigolo à ses heures perdues, Mentaliste quand il en a envie, Braqueur chevronné, Date d'arrivée au Parking il y a un mois,  Groupe Je suis de ceux qui rêvent, Type de perso inventé  Crédits Sevenways,  Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? Non.

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Le Parking, c'est miteux, c'est crasseux, ça rappelle les vieilles banlieues de Dublin : c'est parfait comme planque ! Y a un mois, la fratrie a débarqué sans un sous en poche, avec le strict minimum comme bagage : Bowen avait laissé tomber à l'eau leur dernier butin, qui se chiffrait en centaines de milliers d'euros et comme il s'était jeté à la flotte pour le récupérer, ils avaient davantage été occupé à sauver ce crétin de la noyade qu'à récupérer ladite valise qui avait pris le grand large. Comme façon de démarrer sur un nouveau continent et refaire sa vie au soleil, on trouvait mieux n'est-ce pas ? Quelques arnaques après, faites en douce et aussi discrètement que possible, ils avaient dégotté ce taudis suffisamment spacieux pour y loger la fratrie toute entière, et ils n'avaient pas fait les difficiles. Pratiquement pas de bagages et juste l'espoir en poche, mais quelques bouteilles de ce bon whisky irlandais plus tard, l'appart était baptisé comme il se devait et nos quatre lascars étaient prêts à redémarrer une nouvelle vie entre ces quatre murs.
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Parce qu'il devrait en penser quelque chose ? C'est comme partout pareil : y a du fuckable et du non-fuckable. Ca se dandine dans les escaliers, ça piaille dans l'appart d'à côté et ça court dans les couloirs. C'est vivant, c'est chaud et ça pue : tout ce que les Irlandais ont connu et qu'ils connaissent. Rien ne change de ce côté-là de l'Atlantique, hormis l'accent. Les gens d'ici ont un accent insupportable et incompréhensible... Mais ils doivent le faire exprès sans doute. Aux yeux de la fratrie, c'est un immense terrain de jeu qui se révèle, et ils comptent bien s'y défouler autant que possible.
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Les gens froncent toujours les sourcils quand on leur parle : soit-disant qu'ils auraient un accent à couper au couteau ! Tudieu, c'est eux qui font exprès de ne pas comprendre ! Mais foi d'Irlandais, il ne sera pas dit qu'on se foutra de leur gueule impunément : la fratrie sait utiliser ses poings et compte bien le démontrer !



feat Ewan MacGregor
Ira a deux masters de psychologie en poche (psychologie clinicienne et psychologie criminelle) et a déjà écrit deux bouquins jamais publiés sur l'art et la manière de duper les gens. Il est toujours avec un livre de psychologie à la main, en use et en abuse comme un assoiffé en plein désert, impatient de découvrir quelque chose qui l'épatera réellement sur la nature humaine. Mais les livres restent muets et les esprits sont trop faciles à lire... Incapable de s'arrêter, ou même de s'en rendre compte, il analyse en permanence le comportement des gens, le scrute, le détaille et en tire ce dont il a besoin pour agir : grâce à cela, il obtient toujours ce qu'il veut. --•-- Ira est l'aîné d'une famille de six enfants, et le cousin de plus d'une dizaine de lascars irlandais de tous poils : autant vous dire que la cohabitation et la colocation, c'est son truc. Il aime la chaleur des corps qui s'entassent, les ronflements intempestifs de l'autre côté de la porte et les ébats passionnés qui se trahissent par des gémissements contenus. Il est ce genre de personne qui vit en meute et pense d'abord aux autres avant de penser à lui-même. --•-- Il a beau être l'intellectuel de la bande, celui qui sait manier les mots et abuser des sourires faussement innocents, quand il s'agit de frapper et d'en venir aux poings, Ira n'est jamais sur le banc de touche ! Il défourraille à tout va, dézingue les gueules et déchaussent les dents avec la joie d'un gamin dopé au sucre. Mais il y a les batailles sérieuses, celles où l'on défend l'honneur des Donnelly et celui des Irlandais, et les batailles de polochon, où il est question de savoir qui frappera le plus fort entre les quatre mousquetaires qui partagent la chambre : dans les deux cas, il y aura du sang, mais il sera accompagné de grands éclats de rire dans le deuxième cas.--•-- Son truc, ce sont les femmes mariées : pas de prise de tête une fois les couilles vides. Il séduit et jette, avant de venir fièrement mettre une nouvelle croix sur son tableau de chasse, auquel il tient, et se vanter auprès de Bowen qui boit ses récits de baise comme d'autres dévorent les aventures d'Indiana Jones. D'autant que Ira sait en parler : il dit toujours qu'il ne fera jamais l'amour, parce que l'amour, c'est bon pour les gonzesses. Lui, il baise, il fornique, il pille. Ca, c'est un truc d'homme, un truc d'Irlandais ! Et il sait de quoi il parle : lui, il a perdu sa virginité à 12 ans, avec une femme de 8 ans son aînée. Il a déjà essayé les mecs : un trou reste un trou. Alors parfois, dans sa collection, il ajoute un mec marié ou deux, histoire d'équilibrer la balance et de faire son touche-à-tout. L'avantage, c'est que ses frangins ne savent pas vraiment à quoi s'en tenir avec lui, et ça l'arrange. --•-- A 16 ans, dans ce combat incessant entre l'honneur Irlandais et l'amour-propre anglais, il pisse sur le drapeau anglais dans son école avec son cousin Cahal, ce qui lui vaut une exclusion définitive. Mais foi d'Irlandais, jamais soulagement ne fut plus intense ! --•-- Ira ment en permanence : même quand il dit la vérité, il ment. Incapables de savoir distinguer les mots vrais des faux, sa fratrie ne sait jamais à quoi s'en tenir avec lui, et il en joue à l'excès, se régalant de leurs regards soupçonneux et de leurs demi-sourires perplexes en coin. C'est ainsi qu'il vit, ainsi qu'il fonctionne : tout ce qui sortira de sa bouche sera éternellement suspect. Mais cela s'avère souvent utile : à prêcher le faux, on obtient souvent le vrai. Et lui seul sera alors capable d'en déterminer l'exactitude. --•-- Avec Cahal, il constitue le cerveau de la bande : si Cahal est le stratège, Ira passe à l'acte et dirige sa petite compagnie droit au but. C'est le genre d'homme qui donne des ordres, et typiquement le genre d'homme à qui on obéit. Avec lui, ça file droit... Enfin, presque toujours. Comme dans 90%, les coups des frères Donnelly foirent quelque part, il est celui qui tente de rattraper le coup par tous les moyens : un sourire, une excuse bidon, une diversion made in Ireland... Pour cela, il s'avère toujours très imaginatif. --•-- S'il est moins chauvin que Bowen, Ira est néanmoins un amoureux inconditionnel de l'Irlande. Il pense Irlande, mange Irlande et plus que tout, boit Irlande ! Sa pire insulte revient à vous offrir un whisky écossais : à ses yeux, seul l'irlandais est un vrai whisky, un de ceux qui vous brûle la gorge et vous donne envie d'hurler à la lune. Cela le fait toujours beaucoup rire d'offrir ainsi de l'écossais à ses ennemis, même si dans le fond... il n'y a bien que lui qui arrive à en rire. --•-- S'il est bien connu que la fratrie Donnelly est un ensemble d'estomacs sur pattes capable d'avaler des barriques entières d'alcool, il est également reconnu qu'Ira est celui qui tient le moins bien l'alcool de tous. Il ne lui faut que quelques verres pour que tout parte en sucette : s'il ne finit pas à poil debout sur la table en train de danser, il sera probablement parti dans un délire très personnel où il vous embrigadera de force. Une fois soul, Ira devient incontrôlable.... et particulièrement fantasque. --•-- Peu de personnes arrivent réellement à intéresser Ira, hormis sa fratrie. Tous s'avèrent plus ou moins ordinaires, voire quelconques et très vite ennuyants. Tous sauf l'agent spécial – très spécial – Kane Smith. Kane fait partie de ces extra-terrestres qu'on ne croise qu'une fois dans sa vie, et c'est encore heureux ! Kane est maladroit, imbu de lui-même, orgueilleux, incapable de distinguer sa droite de sa gauche, très surfait, particulièrement retors et persuadé qu'il est plus intelligent qu'Ira, plus machiavélique que Cahal, plus fort que Bowen et plus ingénieux que Siobaigh. Ce que Ira prend comme un affront personnel, et à juste titre : Kane leur a causé bien du souci en Irlande, mais si jamais Ira arrive à lui mettre la main dessus, il lui fera comprendre que tous ces soucis n'étaient rien comparés à la folie de se retrouver entre les mains d'un Donnelly.  --•--




"Cours ! Bordel, couuuuurs!"
L'accent irlandais est à couper au couteau mais tous l'ont parfaitement compris, en particulier l'énergumène qui s'entête à essayer de récupérer les billets de banque qu'il égrène sous sa soutane. Ses pas sont désordonnés et Ira se précipite vers lui pour l'attraper par le bras et l'entraîner à sa suite, sans faire de fioriture. Le cousin braille mais ce n'est pas important : d'ici quelques minutes, les flics seront là et ils n'auront plus le temps de rien. Rien du tout.
"Toi, voiture !" hurle-t-il à Spiderman qui réagit au quart de tour.

Le prêtre continue de hurler, tentant d'attraper les billets qui tombent toujours sous sa soutane mais Ira n'en a cure : la richesse viendra plus tard. D'abord, il doit sauver leur peau, à tous. Les ramener sains et saufs, sans quoi c'est lui qui prendra cher. Très cher : il connaît bien les Donnelly, il en est un ! Si cette bande d'enfoirés décide de se venger sur lui parce que la fratrie s'est faite coffrée, il n'en sortira pas vivant.
Alors il court, les entraîne, traîne ce putain de Cahal qui est obsédé à l'idée que son plan de génie chavire, et hurle à cet idiot de Bowen qui est arrivé avec 20 minutes de retard - putain de montre irlandaise qui n'était jamais à l'heure ! - d'aller chercher la voiture.

Et quand il y fourre Cahal et Siobaigh déguisé en lapin de Pâques (encore une idée foireuse de Bowen ça...), qu'il se cale sur le siège passager et hurle à son cousin de foncer, il sait qu'ils vont enfin s'en sortir. Ce n'était pas gagné jusque là, mais désormais, c'est dans la poche.
Il se retourne, les regarde en souriant... et éclate de rire avec eux. Tous ensemble, ils se tapent sur les épaules, s'envoient des sourires bienheureux et crient de joie.

Ce soir, ce salopard de Kane Smith fera chou blanc ! Et quand Siobaigh brandit un sac de sport débordant de billets, Cahal ne pu s'en empêcher et prit la tête de son jeune frère pour déposer sur son front un baiser retentissant.

"Whaaoooh Siobaigh, you made our day !!"
hurle l'irlandais, heureux et fier comme un Pape.

_______________________________________________________

La bière irlandaise, y a que ça de vrai. Ainsi que le whisky. Et les alcools forts. Même les moins forts. Oh bordel, du moment que c'est irlandais, ça rassasie les frères Donnelly. Même s'ils ne sont pas tout à fait frères... Que voulez-vous y comprendre vous, à tous ces liens de famille ? On est frère ou on ne l'est pas, c'est tout.
Ca vous prend à la gorge, ce maudit alcool frelaté, ça vous pique les yeux et vous atrophie le nez. Mais bordel, qu'est-ce que c'est bon ! Ca vous réveillerait un mort : ils ne sont pas morts, pas encore, ils n'ont pas réalisé toutes les conneries que Cahal avait en tête pour eux, mais par tous les saints, ils ont besoin d'être réveillés ! La nuit a été longue, ils ont des plans plein la tête : Cahal cogite, Ira analyse, Bowen se bat mentalement contre le reste de l'assemblée présente et Siobaigh... Bah, Siobaigh n'a pas encore tout fait explosé, mais ça ne saurait tarder.

Le pub devrait être désert à cette heure de la nuit, mais les irlandais ont besoin de boire à toute heure, c'est bien connu. Alors par principe, on ne ferme jamais ici, dans cette banlieue reculée de Dublin. Les rires résonnent, les discussions vont bon train et l'alcool coule à flot.
Et bordel, que cela fait du bien d'être vivant !

Les frères causent, échangent quelques idées sans queue ni tête : Bowen éclate de rire à une remarque d'Ira, alors que Cahal tente de leur faire comprendre l'immense génie de son plan. Il tentera jusqu'au bout de la nuit, jusqu'à ce qu'ils cèdent, comme toujours.
Sauf que l'alcool, c'est comme la flamme : ça attire des moustiques. Et celui-là, il est drôlement gros ce moustique... Sacrément piquant. Sale suceur de sang... Impatient de leur dévorer leur énergie restante, leur racontant des sornettes encore plus tordues que les leurs, quémandant leur attention.
Il s'est imposé en tapant du poing sur la table, il les a dérangé dans leur conversation. Les Donnelly ont relevé la tête et l'ont écouté... quelques minutes, pas plus, comprenant qu'ils avaient affaire à une forte tête. Un de ces chieurs au sang vert qui ne reculait devant rien.

Ira échange un regard avec Cahal... Et Bowen garde les yeux fixés sur l'abruti qui continue de leur parler, persuadé qu'il a réussi à leur vendre une partie de ses salades verbales.

"Vous savez quoi M'sieur ?"
"Quoi mon gars ?"
"Devriez demander à Siobaigh notre frère... C'est lui la tête de la bande."
lui répond Ira en lui désignant le benjamin qui semble perdu dans ses pensées à l'autre bout de la table.

Le mec mord à l'hameçon : à 3 heures du mat, ils mordent tous avec appétit. Et se tourne vers le jeune homme, lui exposant son charabia.
Siobaigh semble atterrir, le regarde avec sérieux. Les frères retiennent leur souffle.

"Je pense sincèrement que votre problème découle d'une hyperactivité liée à un trouble de l'attention. L'hyperactivité, ou plus communément appelé TDAH dans le jargon médicale, résulte de troubles psychotiques souvent confondus avec une hyperagitation, qui n'a absolument rien à voir voyez-vous, car..."

Siobaigh enchaîne, Siobaigh brise les maigres rêves de l'homme qui croyait les embobiner. Il est ainsi, le frère de Cahal : une vraie machine à parole, un moulin à vent qui n'en finit jamais. On le lance et on le regarde dérouler le fil d'un monologue interminable où le jargon scientifique s'étale comme de la confiture sur un toast.
Le sourire de Cahal s'agrandit, Bowen a déjà détourné la tête pour cacher un fou rire naissant, et Ira les entraîne lentement, les faisant sortir de table et abandonnant la pauvre proie à l'araignée bavarde.

Ils en rient encore quand ils quittent le pub, montrant leurs dents à la lune irlandaise, l'amusant comme seuls les enfants de cette terre riche savent le faire.

___________________________________________________________


L'individu entra dans le petit pub sans prêter attention aux quelques personnes présentes : il était plutôt tôt pour la journée et les rares clients se contentaient encore d'un café, au lieu de l'habituelle pression. La véritable curée ne commencerait que plus tard.
Tiré à quatre épingles, toujours aussi élégant dans son costume d'un bleu roi absolument insupportable pour tout Irlandais qui se respectait, il s'avança vers la petite table avec l'air de celui qui ne se détournerait pas du chemin qu'il s'était fixé.
Ira l'avait repéré dès son arrivée et il ne broncha pas quand il prit place juste devant lui, sans y avoir été invité. Voilà longtemps que Kane Smith ne demandait plus la permission. Cela dit, c'était tout de même une première : s'il se savait observé depuis un moment, Ira n'avait pourtant jamais été approché d'aussi près par le flic. Ni lui, ni aucun de ses frères. Si le policier changeait de stratégie, c'était qu'il tombait sur un os, et venait donc directement aux informations.

"Bonjour Donnelly."
"Inspecteur Smith." lui répondit l'Irlandais avec un calme étonnant.

L'autre ne fit même pas semblant d'être surpris et lui décocha un sourire satisfait, comme s'il appréciait l'idée d'être connu dans le milieu de la criminalité.
Le café d'Ira dégageait une fumée qui ondulait avec sensualité au-dessus de la tasse, et après l'avoir observé quelques instants, il releva les yeux pour regarder le flic.

"Que me vaut l'honneur ?"

"Figure-toi que je suis curieux. Toi et tes frères, vous avez l'art et la manière d'attirer mon attention."

Ira se para d'un petit sourire amusé sans rien ajouter. C'était là le plus bel euphémisme que le flic puisse faire : l'Irlandais l'imaginait sans peine avoir travaillé cette réplique durant des heures à son bureau couvert d'articles, de dossiers, de rapports sur leurs braquages, de photos de leurs tronches étalées un peu partout... Smith savait déjà probablement tout ce qu'il y avait à savoir sur eux, et pourtant, il ramait.

"Prenons Siobaigh par exemple... Le petit génie de la fratrie, comme vous vous appelez entre vous. Il mériterait de bosser pour la NASA ce gamin, mais non, il continue à traîner avec vous. Malgré son QI hors norme, malgré ses qualités. Il vous colle aux basques comme de la glue."

Le flic leva sa main pour commander un café au serveur qui s'empressa de faire demi-tour, le tout sans cesser de regarder Ira avec l'avidité d'un prédateur qui a enfin cerné sa proie. La proie, elle, semblait prendre la chose assez bien...

"Et Bowen, ton frère. C'est le seul d'ailleurs qui peut se targuer de ce titre : frères, cousins, tout se mélange chez les Irlandais. On m'avait prévenu que la consanguinité faisait des ravages dans ce pays, mais je ne l'avais jamais cru jusqu'à croiser ta petite clique."

Le visage d'Ira s'orna d'un sourire encore plus amusé : ses yeux, eux, ne souriaient pas alors qu'ils fixaient le flic.

"Hacker à ses heures perdues, très doué avec ses poings d'après les rapports. C'est lui qui vous dégotte tout ce qu'il a à trouver sur le net pour vos casses, n'est-ce pas ?"

Ira haussa les épaules, continuant de fixer le policier qui ne semblait pas décider à arrêter son monologue.

"Et Cahal ! Aah ce cher prêtre, qui est aussi croyant que moi je suis Irlandais ! Lui, c'est le cerveau, on est d'accord ? Le fin stratège, celui qui réfléchit pour vous quatre. Il dresse les plans et se croit invincible, planqué derrière son autel. Combien de paroissiennes a-t-il allongé sur cet autel, d'ailleurs ?"

Les doigts de l'Irlandais s'agitent sur la table à côté de sa tasse, dansant sur une musique que lui seul entend.

"Il ne reste que toi. Mais toi Ira, on ne sait pas vraiment ce que tu fais : diplômes de psychologie, gigolo auprès de ces dames..."

Là, l'Irlandais l'arrête en levant l'index :

"De très bonnes amies, n'allez pas insinuer des choses sordides sur ces charmantes dames."
"Si tu veux, si tu veux."
jubile le flic, heureux de voir qu'Ira réagit enfin à son monologue. "Toi, je n'arrive pas à comprendre quel est ton rôle dans votre fratrie... A moins que tu n'en aies pas : t'es l'inutile toi, le type qui colle aux autres parce qu'il n'arrive rien à faire de ses dix doigts, non ?"

Le regard perçant de Smith est posé sur lui : il ne le lâchera pas de sitôt. Il rêve de le coffrer, de le voir derrière les barreaux depuis des mois, mais il n'a aucune preuve. Alors c'est plus fort que lui : il le provoque, parce qu'il en a besoin, parce que cela lui troue le cul que ces salopards d'Irlandais s'en sortent aussi bien.

"Ca fait quoi, d'être la cinquième roue du carrosse ?"


Ira laisse échapper un petit rire : s'il croit qu'il mordra à ce genre d'hameçon, il se colle le doigt dans l'oeil jusqu'au coude, le petit flic. Relevant la tête, il le toise avec amusement. Et quand il parle, Kane Smith ferme enfin sa grande gueule :

"Vous êtes gaucher, donc dominé essentiellement par les émotions et les sentiments. Des sentiments d'auto-suffisance, que vous avez continuellement besoin d'alimenter pour ne pas perdre toute votre belle assurance : cela se trahit par votre costume hors de prix et le soin particulier que vous avez apporté en repassant le col. Col que vous avez repassé vous-même : vous vous êtes brûlé à la main en le faisant. Deux choses donc : vous vivez seul et vous ne supportez pas que le type du pressing touche à vos affaires. Maniaque, et légèrement paranoïaque, avec une tendance au sur-contrôle. Vous avez choisi ce bleu parce que vous savez qu'il met en valeur vos yeux, et c'est un détail qui ne vous échappe pas. Vous vouliez paraître à votre avantage parce que mine de rien, vous étiez stressé à l'idée de cette entrevue. Cela fait des mois que vous nous surveillez et vous n'avez rien, absolument rien sur nous : ça vous fout en rogne autant que ça vous excite, comme un pitt-bull à qui on aurait donné un os à ronger. Vous avez une sacrée pression sur les épaules : vos supérieurs sont allé vous chercher au fin fond du Yorshire - ça s'entend à votre accent - et vous ont confié cette enquête : vous voulez être à la hauteur, mais vous ne trouvez rien et ça vous énerve. A tel point que vous vous êtes trompés dans vos boutons de manchette : malgré tout le soin apporté à votre tenue, vous êtes au bord de la crise de nerf. Ah, et vous êtes gay : vous avez regardé quatre fois mes lèvres bouger depuis le début de l'entretien, et vous vous êtes mordillé la lèvre inférieure quand je vous ai coupé. Vous avez envie de me baiser et vous êtes incapable de passer à côté de ces sentiments hors-nature selon vous, et surtout hors de propos. Mais c'est plus fort que vous : vous en crevez d'envie. J'parie que Cahal et Bowen vous ont aussi tapé dans l'oeil, mais vous avez une certaine notion de la hiérarchie, sinon vous seriez aller les voir eux directement, et non pas moi, "l'inutile". Donc vous reconnaissez mon statut, tout comme vous savez quel rôle exact j'occupe dans la fratrie. Et surtout, vous savez que je baise indifféremment femelles ou mâles, et ça vous excite terriblement. Mais vous n'êtes pas ce genre de soumis qu'on défouraille à la sortie des clubs : vous êtes un dominant qui n'arrivez pas à vous affirmer. Et ça vous fait sacrément chier. Dites-moi, vous vous êtes déjà branlé sur nos photos ?"

Le teint du flic a viré au rouge et il fixe un regard ardent sur Ira : s'il avait un flingue en main, il l'aurait probablement déjà tué.
D'autant qu'Ira n'a dit que la stricte vérité, pour une fois. Pour l'unique et seule fois.
Avant que le policier n'ouvre la bouche, il esquisse un rictus moqueur et se relève : il jette un billet sur la table pour le café et s'approche de Kane Smith pour venir lui murmurer à l'oreille, sachant pertinemment les frissons que cela engendrera le long de sa colonne vertébrale :

"J'suis leur frère, mec. Point barre."

_______________________________________________________

Mine de rien, ce salopard de Kane Smith avait bien bossé. Une fois n'était pas coutume, un Anglais leur avait damné le pion. Oh, ce n'était pas grandiloquent, quelques preuves non compromettantes disséminées ça et là, récupérées par le flic têtu, et Cahal avait flippé.
Alors, leur dernier casse en main, ils avaient décidé de traverser l'Atlantique. Pas à la nage car cet idiot de Bowen ne savait pas nager. Ce qui ne l'empêcha pas, quand il se rendit compte qu'il avait fait tomber la mallette où ils avaient planqué le butin à l'eau, de plonger tête baissée pour la récupérer.
Adieu mallette, adieu butin, adieu fric...
Bonjour les emmerdes une fois sur le sol américain. Première urgence, retrouver un peu de pognon pour ne pas sombrer : Cahal avait mis un peu de côté mais ce n'était pas suffisant. Alors Cahal avait fait ce qu'il savait faire de mieux : le joli coeur auprès de ces dames, le mentaliste auprès de ces friqués qui sortaient le soir... Juste de quoi leur ramener quelques billets en poche et leur permettre de dégotter un appart suffisamment grand pour la fratrie en banlieue.
Le Parking... Ca sonnait bien pour redémarrer une nouvelle vie sur ce continent.
Temporairement, cela va de soi. Car leur vie, la seule et unique, est en Irlande.
Cette Irlande que Bowen a collé partout sur les murs, nostalgique à en crever.
Cette Irlande qu'il retrouve dans le regard de Cahal et les sourires de Siobaigh.
Cette Irlande dont le sang coule dans ses veines, à lui.

Merde, ils sont Irlandais, ils sont des Donnelly, et ils comptent bien en profiter !


Ton Pseudo
passe ta souris !
Rien à dire sinon que je kiff votre forum, que je surkiff notre bande de frangins déjantés et que peu importe le surnom qu'on me donne, j'compte vous en faire voir de toutes les couleurs ! (vertes si possible)


Dernière édition par Ira Donnelly le Mar 3 Nov - 23:36, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt-sept ans
› Appart : #1401 - 14e étage
› Occupation : je me suicide à petit feu.
› Messages : 3626
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Lun 2 Nov - 19:12

Ton personnage promet, j'aime le début de ta fiche OMG hâte de lire la suite BRILLE
Bienvenue au Parking :l:



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t


avatar

› Âge : 45 ans
› Appart : 1210
› Occupation : Médecin légiste dans le commissariat du coin
› DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie
› Messages : 2295
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Lun 2 Nov - 19:16

Ewan JAIME !
Bienvenue parmi nous HELLO !



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Lun 2 Nov - 19:44

Bienvenue jeune padawan Smile http://38.media.tumblr.com/tumblr_m28yxnzOmt1r9413r.gif
Bonne continuation pour la suite de ta fiche ;)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Lun 2 Nov - 20:15

bienvenue GNOE :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Lun 2 Nov - 21:07

Bienvenue toi CAÏN LE CAÏN
Vient ici que je te fasse un câlin Obiwan BRILLE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Lun 2 Nov - 21:18

Dear god OMG
Bienvenue :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt et un ans, toujours pas adulte.
› Appart : #1014, le F4 de papa. L'appart trop grand, trop vide.
› Occupation : Elle a trouvé ce petit job à la supérette du quartier, derrière le bip abrutissant de la caisse enregistreuse. Elle vole encore, de temps en temps, des relent d'argent facile.
› DC : Marshall le branleur, Carl le taulard
› Messages : 1786
› Nombre de RP : 4

Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Lun 2 Nov - 22:26

L'invasion des vieux WESH

Bienvenue :l: :hihi:



Rien. Rien d'important. J'te disais juste que j'allais pas bien et que je partais en couille ces derniers temps, que j'avais un peu envie de crever et beaucoup envie de chialer mais tu sais c'est pas important tout ça, ça vas passer, ça finit toujours par passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5395-leo-ses-baisers-laissai


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Lun 2 Nov - 23:55

Des vieux ? Où ça un vieux, que je t'en protège ma mignonne ?! SUPER
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Connasse »
« Connasse »
› Âge : 34 ans
› Appart : Manhattan
› Occupation : Maquerelle
› DC : Al Kelley et Misha Azarov
› Messages : 2566
› Nombre de RP : 2

Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Mar 3 Nov - 9:00

Les irlandais, c'est la vie FUCK THE WORLD

Bienvenue HEH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10589-ekat-o-letal-blonde


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Mar 3 Nov - 17:54

bienvenue =)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Mar 3 Nov - 22:51

Ira.... Isa... Quelle coïncidence :hihi:


Bienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Mar 3 Nov - 23:23

Y a pas de coïncidence dans la vie, y a que des rencontres ma belle ! Viens dans mes bras !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Mer 4 Nov - 1:26

quand tout le monde pense à star wars, moi j'pense à the island MDR anyway WHATTHEHELL
bienvenuuuue ! très bon choix de tout :l: même si dix ans les séparent, kay n'hésitera pas à aller voir ce très bel homme qu'il est HEHE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man Mer 4 Nov - 19:35

Je pensais à The Island aussi SIFFLE

Bienvenue parmi nous :)
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Ira Donnelly - The Irish Man

Revenir en haut Aller en bas

Ira Donnelly - The Irish Man

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Real IRA-The Irish Republican Army
» Anglo Irish bank ou comment faire banquer les contribuables
» Bible de William Bedell
» "Cup song in Irish" par 600 "kids" (un amusant record !)
» Cahal Donnelly - Une petite confession, mon enfant ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)