AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 17:06
MAXIM YURI DOBROVSKI
On a frôlé la vie.

Nom Dobrovski, dix ans que le nom a disparu de la sonnette, mais il fait toujours frissonner ceux qui le connaissent, Prénom Maxim, le nom du grand-père paternel et Yuri parce que la mama trouvait ça joli, Date et lieu de naissance 4 janvier 1989, ici même dans le Bronx Âge 26 années de violence, Nationalité Américaine, Origines Russes, Statut matrimonial Célibataire, Orientation sexuelle Hétéro, les femmes, leurs courbes, y a qu’elles qui te mettent à genoux, Job ou Activité Vendeur de tout pour ceux qu’ont les moyens (et briseur de mâchoires professionnel pour ceux qui ne payent pas) , Date d'arrivée au Parking Y a deux mois,  Groupe De ceux qui survivent, Type de perso Scéna de Dasha la bebom Crédits blitz,  Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? oui.


Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Y a deux mois de ça, t’as débarqué au Parking avec tes affaires dans trois sacs et un sourire enjôleur qui cachait à peine ta gueule de mauvais garçon. T’as toqué à la porte de Dasha comme n’importe quel étranger qui vient crécher dans un immeuble du Bronx, mais la vérité c’est que t’es loin d’être un inconnu ici, t’es de nouveau au bercail, le loup qu’est de retour dans la bergerie.
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Les quinze étages te paraissent un peu moins imposants, mais tes souvenirs restent ceux d’un gamin de seize ans. Dans le fond, ça n’a pas vraiment changé en dix ans, y a toujours les même têtes qui restent et qui te reviennent plus ou moins, y a les inconnus qu’ont remplacé les anciens, les gamins qui montent toujours sur le toit pour glander dans le vieux canapé. C’est con mais ça t’avait presque manqué.
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Dobrovski, rien que le nom rappelle des mauvais souvenirs à ceux qu’étaient déjà là, et pour ceux qui le connaissent pas encore, c’est le gamin hyperviolent qui vient d’emmenager au 14ème, celui qui joue des poings pour un rien, qui vous défie tous du regard, qui cherche un rien pour vous déboîter la mâchoire. Dobrovski c’est la sonnette où faut appuyer si t’as ce qu’il faut pour demander. N’importe quoi, il peut tout te trouver si t’as les billets.



feat david prat
Hyperviolence, t’es un impulsif, t’es loin d’être un mec zen, t’es pas un mec serein. t’as toujours eu cette envie de frapper dans tout ce qui bouge, de frapper jusqu’à te bousiller les poings. T’as besoin de l’adrénaline qui te parcourt quand les voix s’haussent et que les poings se lèvent, t’es un fou Max, tu l’entends dire souvent. mais tu le sais que t’es pas normal, tu sais qu’tu devrais aimer la vie autrement, mais y a que les coups que tu prends et que tu rends qui te rendent vivant.   Quand on sait l’occupation de ton père, on se dit que la génétique ne laisse pas de place au hasard, qu’y a des traits de caractères qui sont forcément passés. Quand t’as eu seize ans, ton père t’a expliqué plus ou moins les affaires dans lesquelles il traînait, et pourquoi vous deviez rentrer en Russie pour être sur le terrain, pour gérer ça de plus près, que c’était le boss qui l’avait missionné. Vous avez donc quitté le Bronx tous les trois avec ta mère et depuis t’as hissé ton paternel au rang de dieu sur terre, tu n’as plus cherché qu’à l’imiter, à le rendre fier, à vouloir traîner dans ses affaires.   C’est pour ça qu’à l’âge de dix-huit ans t’es rentré dans la bratsva. c’était pas bien dur de convaincre le grand patron de te prendre à l’essai, il te connaissait depuis que t’étais né, ton père était son ami, son bras droit, ils savaient tous les deux la rage qui t’habitait. T’es vite devenu un membre dévoué, c’est comme si t’étais né pour les règlements de compte, le crime organisé. Ils t’ont envoyé avec une équipe à Chicago la même année, pour que vous gériez leurs opérations là-bas. T’étais enfin arrivé au but que tu t’étais fixé. Sauf que toi, Max, t’es trop impulsif. Tu sais pas te contrôler, une fois que t’es en rage, y a plus rien à faire, aucun ordre, aucun supérieur, rien ne peut plus te raisonner. Alors t’as enchaîné les conneries, qui sont passées au début, jusqu’au jour où t’as vraiment déconné. C’était une histoire de représailles, le passage à tabac d’un mec qu’avait pas payé ses dettes. C’était pas la première, ni la dernière fois qu’t’avais à faire ça, mais le mec t’a fait sortir de tes gonds, t’étais en rage, t’as dépassé la limite cette fois-là, tu l’as laissé pour mort dans une ruelle et il ne s’est jamais relevé. Manque de bol, le mec en question faisait partie d’un réseau de flics sous couverture, et ce passage à tabac qui devait le dissuader de poursuivre ses recherches n’a fait qu’alerter les forces de l’ordre et mettre la bratsva encore plus en danger. C’en était trop pour ton père, qui t’a plus ou moins forcé à dégager de l’organisation, avant que tu ne te fasses suspendre (et quand on se fait suspendre, on quitte rarement la bratsva vivant).   T’as laissé le crime organisé de côté et tu t’es lancé en solo avec l’argent que ton père te versait tous les mois. Tu t’es rapidement fait des contacts, et t’es vite devenu le mec chez qui sonner quand on a besoin de quoique ce soit. De la drogue, des armes, des objets de collection, un rein, le plan d’une banque, une pute, un clandestin, la petite culotte de la femme de ton voisin,… Tu peux procurer tout à tout le monde, à condition qu’ils y mettent le prix. Et bien évidemment, si l’argent n’arrive pas de lui-même jusqu’à ta main, tu prends plaisir à compter les intérêts en côtes cassées. Même si tu es une tête brûlée, le respect est une notion très importante à tes yeux, même si ta notion du respect est quelque peu subjective. T’as beau rester un gamin hyperviolent, tu as des valeurs (peu, mais quand même) que tu tiens à respecter, des personnes que tu estimes et que tu considères comme ta famille que tu ne voudras jamais heurter. De même, tu ne joues pas des poings que pour des billets mais aussi pour défendre ce qui compte à tes yeux, ceux que tu tiens à protéger. Les femmes, elles ne restent jamais bien longtemps. Une nuit, deux maximum, t’enchaines les conquêtes comme les riches changent de produits Apple. tu peux pas vivre sans elles, mais t’arrives jamais à en garder une bien longtemps, t’as bien essayé quelques fois, mais tes poings bien trop souvent ensanglantés et ta violence soudaine leur font prendre peur, ou bien ton caractère je-m’en-foutiste et un peu trop volage finit par les faire plier bagage.   Même si tu ne t’en vantes pas, tu n’as eu ton permis de conduire que l’année dernière, à vingt-cinq ans. Evidemment, tu n’avais pas attendu le bout de papier officiel pour conduire, mais personne ne sait que ça ne fait qu’un an que tu conduis dans la légalité.   T’es un mec à addictions, et si t’as rarement l’air net, c’est parce que tu as toujours l’esprit embrouillé. Joint constamment à la main, t’es gazé toute la journée, et même avec ça t’arrives pas à calmer le feu en toi. Tu mélanges constamment le licite et l’illicite, les ‘teilles de vodka ne font jamais long feu, tes clopes se consument une à une sans que réellement tu les apprécies, y a que les paras qui te font voir le monde un peu moins sombre, qui te font aimer un peu les gens qui t’entourent. T’es un touche à tout, surtout en soirée, la seule chose qui te rend vraiment lucide c’est quand tu dois sortir les poings ou compter les billets. Depuis que t’es revenu au Parking, t’habites chez Fox (Dasha), même si y a plus que toi ici qui l’appelle comme ça. Fort malheureusement t’as hérité de quatre colocataires chats aussi, mais vu que tu t’es pointé comme une fleur sans prévenir et qu’elle a accepté de t’héberger, t’oses pas trop encore essayer de t’en débarrasser. Fox, t’as grandi avec elle, mais faut avouer que pendant ces dix ans loin d’elle, elle a eu le temps de changer, et c’est plus la gamine de quatorze ans que t’avais quittée, et depuis que t'as emmenagé y a quelques-uns de tes regards qui se perdent sur elle, t’arrives pas à t’en empêcher. Mais faut croire que tu détruis tout ce que tu touches, et maintenant même elle ne veut plus t’approcher. Même Fox, même TA Fox, et ça, ça te fait vraiment chier.  


357 magnum à la main, tu suivais l’homme en costard gris, qu’avait visiblement choisi le mauvais jour pour se balader dans les rues sombres de Chicago. Fait pas bon de sortir à cette heure-là, mon gars.
Après quelques rues désertes, tu rejoins silencieusement l’homme qu’avait fini par s’immobiliser. Faut dire qu’avec trois de tes compagnons face à lui, il se retrouvait sans issue, et il lui manqua quelques dixièmes de secondes pour se dégager avant que le bout de ton canon ne se retrouve sur son occipital.

« Bonsoir. »

Ses vertèbres se raidirent une à une le long du frisson qui lui parcouru l’échine.

« ‘Fait un peu froid pour se balader seul dans la nuit, tu trouves pas ? »

Les ricanements se répandirent autours de lui, faisant écho à ta main qui resserrait sa prise sur l’arme à feu. T’as toujours eu une passion pour ces engins-là, presqu’autant que pour les os brisés et les poings qui rentrent dans la chair. C’est peut-être le sentiment que ça procure, ce flot d’adrénaline qui se libère, le pouls qui s’accélère. Ou c’est peut-être le fait de pouvoir voir la vie de si près, de l’avoir si proche de soi, au bout d’ses doigts.

Les mains immobilisées fermement tenues par Dimitri, l’homme se retrouvait maintenant face à toi pendant que tu faisais tourner machinalement l’arme dans ta main. Tu devais prendre ton temps même si l’impatience se faisait déjà sentir dans ton corps, fourmillait dans tous tes membres, se répandait dans tes veines. Fallait faire monter la peur, la sentir, la voir transpirer par tous les pores de son visage blême. En théorie, c’était presque plus important que les coups, mais dans la pratique, le plus amusant allait bientôt démarrer. Alors après quelques secondes de distraction, tu lances le signal, tu confies ton flingue à Vlad avant de t’approcher du mec et poser sa main sur son épaule. Au moment où sa tête se relève vers toi, son corps s’écrase sous son propre poids. Tu secoues la tête en reposant distraitement la jambe avec laquelle tu viens de lui déboiter le genou. C’est que t’aurais presque des remords face à tant de naïveté. Mais t’as jamais de remords, et il n’avait qu’à payer. Ta droite s’écrase dans sa mâchoire, une fois, deux fois. Tu lui assènes un dernier coup de pied dans les côtes avant de te retourner. Tu laisses ton tour aux autres, tu les laisses aussi s’amuser. La longue nuit qui s’annonce vient seulement de commencer.

Tu ne te doutes pas un instant que cette soirée signait ta fin dans la bratsva. Tu ne te doutes pas encore que l’homme ne se relèvera pas demain, qu’tu vas péter les plombs, qu’il va y rester, là, sur le trottoir froid. Que c’est Vlad, dix-sept ans seulement, qui payera pour toi. Tu t’allumes une clope, et tu te contentes de t’appuyer sur le mur, de contempler le macabre spectacle pendant qu’un sourire satisfait s’installe sur tes lèvres.

Game over Max.

pas de pseudo
passe ta souris !
Alors moi c’est Mathilde et j’ai dix-neuf ans. J’ai découvert les forums rpg il y a 7 ans déjà et j’attendais un forum qui m’inspire vraiment pour m’y remettre et heureusement je suis tombée sur De Ceux qui a juste l’air d’être au top (rien qu’avec votre accueil, je vous aime déjà, voilà c’est dit  :l: )donc j'espère que je vais me plaire ici avec vous tous  JEREM LE HERISSON  


Dernière édition par Maxim Dobrovski le Dim 11 Oct - 22:09, édité 10 fois
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 17:07
T'es bien beau toi :PERV: Bienvenue :l:
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 17:08
Bienvenue beau gosse ! CAÏN LE CAÏN
Encore un service rapide ! KWA ? Tu dois faire une heureuse BRILLE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 17:09
ahoooon, la beauté ho bienvenuuuue :l:
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 17:11
Mrrr au top ce choix de scéna, c'est Minibitch qui va être contente Surprised bienvenuuuue bonne chance pour la fiche :l:
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 17:26
t'es magnifique. CUTE
bienvenue mon beau. LOVE

Spoiler:
 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 17:56
bienvenue par ici, déjà david + ce scénario de la mort. OMG hâte de voir ce duo en tout cas. PERV :l:
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 19:36
Aussi beau que de l'eau, j'aime ça PITIE
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 20:00
Bienvenue parmi nous HAWW
Trop de mystère dans cette fiche Surprised
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 20:30
que des bg scénarisés qui arrivent en ce moment HAN
bienvenue et bonne chance pour ta fiche ! DE CEUX
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 21:48
BRILLE Bienvenue! :l:
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t2061-aliah-vouloir-vivre-par
avatar


▹ MESSAGES : 1399
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 24 ans
▹ APPART : #522 seule à broyer du noir, pas loin de la famille
▹ TAF : Infirmière diplômée
▹ DC : Lizz & Drill



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 22:32
Bienvenue :l:
T'es beau UH


« Just smile »
Je vais bien. Ne t'en fais pas...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t
avatar


▹ MESSAGES : 3635
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : vingt-sept ans
▹ APPART : #1401 - 14e étage
▹ TAF : je me suicide à petit feu.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Sam 10 Oct - 23:18
Sublime OMG
Bienvenue au Parking :l: Bon courage pour ta fiche BRILLE



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Dim 11 Oct - 0:00
superbe choix de scéna OMG pis jotem parce que t'es russe et que ton deuxième prénom pue la classe.
bienvenue ici LOVE
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t7580-makayla-hunt-all-you-wa
avatar


▹ MESSAGES : 2331
▹ NOMBRE DE RP : 0

▹ AGE : 45 ans
▹ APPART : 1210
▹ TAF : Médecin légiste dans le commissariat du coin
▹ DC : Geert Grote Lul, Ô dada lie



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   Dim 11 Oct - 1:07
Bienvenue parmi nous BANANE !



It’s like when you hear a serial killer say they feel no regret, no remorse for all the people they killed. I was like that. Loved it. I didn’t care how long it took either because I was in no hurry. I’d wait until they were totally in love with me. Till the big saucer eyes were looking at me. I loved the shock on their faces. Then the glaze as they tried to hide how much I was hurting them.  And it was legal. I think I killed a few of them. Their souls I mean.
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: maxim - avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles   
Sauter vers:  
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.