avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Sam 19 Sep - 15:54
Luz Felicia Marquez
tout commence par un saut dans le vide.
Nom Marquez, Prénom Luz, Date et lieu de naissance 16/04/1995, Âge 20 ans, Nationalité Argentine, Origines Latine d’Argentine, Statut matrimonial Célibataire, Orientation sexuelle Bisexuelle, mais préférence pour les Hommes, ses aventures avec les femmes ne marchent qu’avec un véritable coup de cœur.Job ou ActivitéEtudiante, Date d'arrivée au Parking Hier,  Groupe de ceux qui survivent, Type de perso Inventée Crédits Listal,  Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? non

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? J’n’avais qu’un sac à dos. Bien trop lourd pour mes frêles épaules. Ca f’sait bien quelques semaines que je errais dans ses villes monstrueusement grandes, bruyantes et fascinantes, mais surtout pleine de vie. J’ai buté sur le trottoir devant le Parking. Comme une m*rde. J’étais fatiguée, exténuée de devoir sans cesse courir après la survie. Je n’avais personne à qui parler et je devais vivre cachée. C’est lourd de vivre dans l’ombre quand on voudrait crier dans la lumière. Le Parking m’a plu parce qu’on aurait dit une ville à l’intérieur d’une autre. J’ai poussé les battants de la porte du hall et je me suis laissé engloutir dans le ventre de l’immeuble. Ici, c’était reposant alors j’ai décidé de me renseigner. Mon installation s’est faite très rapidement, je n’avais ni meubles, ni animal de compagnie, ni colocataires, ni même un conjoint. J’étais seule avec mon sac. J’ai choisi un de ces étages en hauteur afin de minimiser les risques. Et une fois la porte close, je m’y suis appuyée, j’ai fermé les yeux et petit à petit j’ai reconnu ce sentiment dont on m’a souvent parlé, celui qui survient après plusieurs semaines de galères, de fuite, de recherches, celui de se sentir enfin « à la maison ».
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Farouche et discrète je n’ai pas la grande habitude d’aller vers les autres, ainsi je ne suis pas allée sonner aux portes voisines pour me présenter et attirer l’attention sur moi. Bien sûr, je ne suis pas contre l’idée de bien m’entendre avec ceux qui partagent mon palier mais ce serait jouer avec le feu et mettre en péril la durée de mon séjour ici. Alors je reste discrète. L’immeuble en lui-même me plait, comme je dois à tout prix limiter mes déplacements dehors, je me permets parfois une balade matinale, ou nuptiale, dans les dédales du bâtiment. Il y a beaucoup de recoins où il fait frais, bon, et où je me sens bien, tapie dans l’ombre de la pierre.
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Personne ne me connaît, et il est préférable que cela reste comme ça. Il y a quelques années, ma cousine a fait le même voyage que moi et en voulant remédier à son manque de vie sociale, s’est faite attrapée par les services de l’immigration prévenus par sa supposée « super voisine ». Bien sûr, je suis consciente de ne pas pouvoir raser les murs éternellement. Je tâcherai simplement de m’entourer des bonnes personnes et d’éviter les uniformes.



feat Juliana Paes
Luz est née à Santa Cruz, en Argentine. En espagnol son nom veut dire « lumière », malheureusement cela ne l’a pas amenée à un avenir brillant puisqu’elle a grandi dans la précarité. Luz a trois frères et deux sœurs. Ces deux dernières sont mariées et vivent l’une en France, l’autre en Angleterre. Le destin de Luz n’était pas bien différent, jusqu’à ce qu’elle fuit ce monde où tout lui était dicté. Elle ne voulait pas épouser un homme pour qui elle n’éprouvait rien, elle ne voulait pas déménager dans un pays qu’elle n’avait pas choisi, alors, elle s’est enfuie. Luz est sortie de son pays illégalement. Elle a fait appel à un passeur, qui l’a déplumée puis emmenée dans une suite de péripéties dangereuses pour une jeune fille de 20 ans. Elle est arrivée ici après plusieurs semaines d’errance et de peur d’être renvoyée dans son pays. Elle a de faux papiers qui lui permettent de conserver l’identité d’une jeune fille normale de son âge. Luz n’a eu qu’une seule grande aventure amoureuse. Elle s’appelait Monica. C’était d’abord effrayant d’aimer une femme, puis surtout interdit dans son pays. Luz s’en est éprise très vite. Monica était comme une seconde peau, elle hantait l’esprit de la jeune Argentine chaque jour, son parfum lui chatouillait les narines, elle était là, que Luz le veuille ou non, elle était toujours là. Puis elle a disparu. Comme ça, subitement. Pas lentement comme tombe la nuit. Et cela n’en a été que dix fois plus douloureux. Luz aimerait étudier, mais sa situation pour le moment l’en empêche. Elle voudrait obtenir un diplôme de d’interprète pour pouvoir travailler et venir en aide à sa mère qui élève encore ses trois frères en Argentine. Luz est d’une beauté singulière. Ce n’est pas le genre de fille sur qui l’on se retourne car elle se couvre souvent les cheveux et le visage, ne se met pas en valeur et marche les épaules affaissées. Pourtant, elle est belle. Ses cheveux tombent en cascade sur ses épaules maigres. Elle ne mange pas beaucoup et cela se voit sur son corps un peu trop frêle pour tout ce qu’elle endure. Elle a de longues jambes élancées et sa peau est légèrement hâlée. Luz est belle, mais ce qui la rend banale est qu’on dirait qu’elle s’interdit de l’être. Dans son pays, là-bas, Luz pratiquait la course de fond. Courir, elle aimait ça. Seulement, quand on vient d’un milieu comme le sien, le monde de la compétition n’est pas accessible. Luz a dû attendre trois noëls avant d’avoir une jolie paire de baskets comme cadeau. Depuis elle ne s’en sépare pas. Et elle court, elle court dès qu’elle peu.   Luz ne supporte pas qu’on la dévisage, elle n’hésite pas à aller au devant des gens qui la provoquent du regard. Elle est très susceptible et se sent agressée pour un rien.   Luz rêve chaque soir de s’endormir contre un cœur qui bat. Luz a un tatouage au creux des reins, il représente plusieurs formes géométriques emmêlées entre elles. Assez discret, il ne se voit que lorsqu’elle est nue. Seule elle en connaît la signification.  



Son saut dans le vide




Luz jeta un regard soucieux au garçon qui la précédait dans le tunnel. L’obscurité rendait la situation plus que flippante, et bien qu’elle ait grandi avec l’habitude de sentir la peur lui mordre l’estomac, la jeune fille tressaillit. Juste devant, Alep, deux bonnes têtes de plus qu’elle, courait, se retournant parfois pour vérifier qu’elle suivait encore. Luz l’avait rencontré une semaine auparavant lorsqu’elle avait pris la décision de quitter son pays. C’est un de ses frères qui lui avait parlé du jeune homme, le vantant comme un « type réglo » qui ne demandait pas beaucoup d’argent pour la traversée et faisait ça en toute sécurité. Luz l’avait contacté le jour même et il s’était fixé un rendez-vous. Ils s’étaient retrouvés dans un hangar de la ville. Alep, de son nom avait accueilli la jeune fille avec un sourire chaleureux. Ils avaient discuté des modalités du voyage, de combien elle était prête à mettre. Et dès ce soir là, Luz s’était rendu compte que son périple n’allait pas être simple et sans risques. Alep avait exigé qu’elle se donne à lui, « une avance sur ce que tu me dois » avait-il dit. Luz avait d’abord refusé mais n’avait pas su s’enfuir lorsque le jeune homme s’était approché. Elle avait fermé les yeux et imaginé l’avenir. Un pays où elle serait libre. Le jeune homme avait repoussé ses cheveux pour découvrir son cou. Un pays où elle pourrait étudier. Lentement, il y avait déposé quelques baisers. Un pays où elle aurait un travail. Puis, ses mains avaient attrapé ses épaules, fermement, pour qu’elle ne puisse lui échapper. Un pays où elle pourrait se marier avec l’homme qu’elle souhaite. Ses paumes calleuses  avaient rencontré la peau brûlante et frémissante de la jeune fille, et délicatement, avaient soulevé le t-shirt de nylon qui constituait la dernière barrière entre elle et lui. Un pays où elle pourrait devenir femme, épouse, et peut être même mère. Ses doigts descendirent le long de la colonne vertébrale de Luz, avant de fermement empoigner ses fesses.

Luz ferma les yeux. Les larmes noyèrent ses paupières. Elle était prête à tout pour partir d’ici. Tout n’était que dégoût en elle mais elle ne fit rien. Elle laissa cet homme la souiller pendant de longues minutes interminables. Elle écouta le silence bafoué par la respiration excité et avide de son agresseur. Elle sentit ses larmes épouser la forme de ses joues, leur goût salé la fit grimacer. Alep se retira, la fixant de son regard satisfait, il se rhabilla et murmura « très bien. Rejoins moi ici jeudi, prends un seul sac, et n’en parle à personne ». Luz, incapable de dire un mot, avait acquiésé. Puis, lorsque les pas du jeune homme étaient devenu presque inaudibles, Luz respira enfin. Sa tête lui tourna, elle s’appuya face au mur et vomit ses tripes.

Et voilà qu’elle le suivait. Cela faisait une semaine qu’ils voyageaient. Ils avaient remonté l’Argentine, voyageant dans de grandes bennes de camions, entre les fruits, les caisses de laine, où même le bétail. Luz se sentait sale et exténuée mais elle courait. Alep avait abusé d’elle presque chaque soir mais Luz n’y prêtait presque plus aucune attention, c’était devenu un rituel. Une habitude contraignante, douloureuse, et dégueulasse, mais une habitude. Elle savait que c’était bientôt la fin. Il lui avait dit, durant un de ces moments où il n’était pas le même homme, où il était presque amical, il lui avait dit « on y est bientôt ». Et ce tunnel marquait la fin du voyage. De l’autre côté, elle serait libre. De l’autre côté, elle pourrait se séparer de lui et commencer sa nouvelle vie. Grâce à ses longues jambes, elle ne se laissait pas distancer. Les lanières de son sac à dos fouettaient ses flancs meurtris par la fatigue et les nuits sans dormir. Pourtant, elle se sentait incapable de s’arrêter. La lumière du bout du tunnel l’aveugla. Elle continua malgré tout et suivit Alep qui avait disparu dans l’auréole blanchâtre. De l’autre côté, ils trouvèrent un grillage. Alep l’empoigna par la taille, sans lui demander son avis et la projeta vers le haut de la barrière de mailles de fer. Luz attrapa les grilles comme elle put et se hissa en haut avec difficultés, elle avait l’impression que ses muscles ne lui répondaient plus. Elle retomba de l’autre côté un un gémissement de douleur. Son coude était griffé par la ferraille. Elle se releva alors et vit qu’Alep ne grimpait pas. Le jeune homme la fixa intensément puis tourna les talons.

Alors tu t’en sors comme ça ? Tu t’en vas sans même t’excuser ? Je ne l’ai pas rêvé tout ça ! Je les aies senties tes mains chaque nuit palper mon corps, le meurtrir. Tes caresses étaient des coups. Ta langue était une lame. Je te hais Alep, je te hais tellement fort. Je voudrais te le crier mais je n’y arrive pas. Tu m’as amenée ici et malgré moi je te dois ma chance.

Luz le regarda s’éloigner silencieusement. Elle se demanda si elle était la première, ou si elle n’était qu’une parmi tant d’autres victimes. Elle pensa à ses sœurs, avaient-elles vécu le même enfer pour quitter le pays ? Luz desserra l’élastique de ses cheveux et le glissa autour de son poignet. Ses cheveux dévalèrent ses épaules. Lorsqu’elle entendit au loin les jappements des chiens de la douane chargée de la surveillance de la frontière, Luz pressa le pas
.

Luz
passe ta souris !
Dans la vraie vie, j’ai 19 ans, je m’appelle Lucile. Je souhaite préciser que l’histoire de mon personnage n’a aucun rapport avec les actualités du moment. Je suis étudiante en licence 2 de Langues étrangères et appliquées. J’essaierai de rester active mais je pense qu’en semaine je ne pourrai pas écrire, juste passer. Voilà voilà !


Dernière édition par Luz Marquez le Lun 21 Sep - 18:49, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Sam 19 Sep - 16:00
Ooh en voyant le pseudo j'ai cru que c'était le scéna de la petite soeur de Lupe qui débarquait ! bienvenue en tout cas :l: ta fiche est super chouette FAN FAN
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Sam 19 Sep - 16:09
Bienvenu, Luz ! BRILLE
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Sam 19 Sep - 18:15
Earl Skyler a écrit:
Ooh en voyant le pseudo j'ai cru que c'était le scéna de la petite soeur de Lupe qui débarquait !

J'ai pensé exactement la même chose. MDR
Bienvenue au Parking ! DE CEUX
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Sam 19 Sep - 18:33
Merci à tous ! :l:
Je peux changer le nom de famille si ça pose problème.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Sam 19 Sep - 19:08
Bienvenue parmi nous HAWW

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Sam 19 Sep - 21:33
bienvenue parmi nous la belle LOVE
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Sam 19 Sep - 22:52
Bienvenue au Parking :l:
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Dim 20 Sep - 3:00
Bienvenue :l:
avatar
« Maman Tapin »« Maman Tapin »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13065-mimi-fapfapfapfa-splou
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 2744
▹ INVESTISSEMENT : 24

▹ AGE : 18 ans (27)
▹ APPART : #1310 avec Tom-Tom & Nana (Tom & Iris)
▹ TAF : Thésarde en Histoire de l'Art renconvertie en Succube du Pussy Box || CamGirl et Photographe de Charme pour arrondir les fins de mois.
▹ AVATAR : Sasha Grey
▹ DC : Niilo, Ness, Dei, Natacha.



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Dim 20 Sep - 10:38
Elle est dure ton histoire bibiche SNIF Mais ton perso correspond vraiment bien à l'univers =D J'adore le prénom Luz, alors je t'aime déjà ♥️

Bienvenue, et au plaisir de te croiser en rp =) N'hésite pas à venir faire coucou en CB ou à venir flooder par ici !


GOLDEN AGE OF GROTESQUE
The devils are girls with Van Goh's missing ear, you say want you want but filth is all that they hear, and I've got the jigger, to make all of you bigger.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Dim 20 Sep - 11:08
Bienvenue parmi nous ma belle HAWW
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5331-aliah-vouloir-vivre-par
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 1557
▹ INVESTISSEMENT : 18

▹ AGE : Vingt cinq ans
▹ APPART : #522 elle n'est plus seule, la présence d'un homme dans l'appartement
▹ TAF : Infirmière diplômée
▹ AVATAR : Anna Speckhart
▹ DC : Lizz & Drill



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Dim 20 Sep - 11:52
Bienvenue BRILLE


Je t'ai dans la peau, je t'ai dans la tête mais mon cœur reste en miettes.
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Lun 21 Sep - 1:54
Il manque ton groupe ma jolie :l:
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Lun 21 Sep - 17:15
Bienvenue CUTE
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   Lun 21 Sep - 17:34
Bienvenue au Parking ! HAN
J'adore ton pseudo BRILLE
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Luz Marquez - el secreto de sus ojos   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.