Partagez|


Une vie, une mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:14

Jénova Holloway
j'me suis perdu, j'ai bu la tasse.
Nom Holloway, Prénom JénovaDate et lieu de naissance 25 Mars à New-York Âge 25 ans Nationalité Américaine Origines Américaine Statut matrimonial Célibataire, coeur fracturé Orientation sexuelle Les hommes je crois. Quand je me noie dans l'abysse de leur regard, quand je m'enivre de leur odeur animal. Mais...ça fait longtemps. Puis-je ne plus avoir "d'orientation" ? Voyez-moi comme une feuille, ça n'a pas besoin de coucher une feuille. Job ou Activité Vous connaissez le Goya ? C'est un club perdu quelque part dans le Bronx. Il y a des femmes, des femmes qui dansent et des hommes qui paient pour voir. Moi je sers, je remplis les verres. J'invente des cocktails corsés et, parfois, je vends un peu de poudre blanche. Date d'arrivée au Parking Il y a plus d'un an. Mais je suis partie quelques temps. Absence forcée sans doute peu remarquée. Mon appartement a été vidée, la concierge m'en a voulu de tous ces impayés. Trop de terme qui me raccroche à une réalité que je ne comprends plus. Mais je suis ici, à nouveau et je ne suis pas sûr de devoir m'en venter.  Groupe Nous sommes de ceux qui rêvent. Type de perso Inventé powa ! Crédits Nelliel  Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? oui

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ?
Je suis revenue il y a... Une semaine je crois. Quand ils m'ont relâchés, quand ils m'ont dit "vous allez mieux." Dehors... C'est un tel chaos dehors. Je ne savais plus où aller, je suis retournée à l'unique endroit que je connaissais. La concierge m'a accueillit, oh vilaine femme aigrit. Appartement vidé, affaires vendues, il fallait rembourser les impayés. Je n'ai pas tout compris, je voulais juste un toit sur ma tête. J'ai reprit un semblant de quelque chose. Je n'ai pas même de matelas, je n'ai qu'un sac et quelques vêtements. J'ai retrouvé un job, pour payer, parce qu'il faut payer, parce que j'ai toujours payé.
Je suis rentrée il y a une semaine et je rase les murs. J'ai peur de revoir des têtes connues, j'ai peur de croiser ma propre image dans une glace. Je ne me reconnais plus vraiment.  
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Je l'aime toujours cet immeuble. Mais il y a plus de monde qu'avant. Plus de voix, plus d'odeurs, plus d'âmes croisées au détour d'un étage. Mes voisins... Ceux que je connais... Suis-je prête à les revoir ? J'aimais particulièrement un garçon. Le nom qui sonne doux sous la langue. Je ne sais pas si je suis prête mais... J'aime mes voisins vous savez ? J'essaye de... Sourire, toujours, on m'oublie plus facilement lorsque je souris. Je suis polie aussi, je dis bonjour, je dis au revoir et... J'évite. De trop me mêler d'histoire que je ne comprends pas. J'essaye de revenir à la vie. Ce n'est pas évident. Ils faut que je sois comme les autres. C'est quoi être "comme les autres ?" Peut-être qu'un de mes voisins saura me répondre...
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? La revenante pour ceux qui se souviennent de moi. La prostituée pour ceux qui ont partagés mon lit. La femme de ménage pour ceux qui avaient tant d'argents qu'ils ne savaient qu'en faire. La droguée pour ceux qui partagèrent avec moi des envolés vers d'autres horizons, vers d'autres portes. L'absente pour ceux qui ne me connaissent pas. La tête blanche, l'oiseau, le fantôme. La petite fille qui vous sourit, qui vous dit bonjour et qui s'en va. Le cheveu sur la soupe, la danseuse sur les toits...



feat Anja Konstantinova
Je ne supporte toujours pas de demeurer chez moi. D'ailleurs, je ne supporte plus mon chez moi. Je n'ai plus de livres ni de musiques, plus de matelas, plus de couvertures. J'ai juste un toit et une casserole pour me faire cuir des pâtes. Je dois me nourrir.Je n'aime pas trop ça vous savez ? Je n'aime pas devoir quelque chose. J'aime être libre mais il parait qu'on ne peut pas l'être, personne ne peut l'être. Alors je vais dehors et je cours, et je m'use, et je me fatigue pour avoir l'impression d'être libre. Et c'est déjà bien. J'aime toujours autant la pluie. Demeurer immobile sous les larmes des nuages ou courir sous elles. Courir avec le vent, devenir vent, danser dans son sillage. J'aime rêver que je deviens un oiseau slalomant entre les gouttes. Et je vole et je vole et je vole. J'aime le petit matin. Quant la nuit  rend l'âme sous les caresses du jour. J'aime le petit matin et ses couleurs vermeilles, j'aime le petit matin et voir les hommes et les femmes reprendre lentement leur train de vie. Le matin est renaissance, le matin est renouveau. Il me réconforte, annonce une nouvelle journée, un chemin des possibles. Je voudrais vivre qu'une succession de matin pour ne plus vivre le cauchemar des nuits avortées. Avant, je vendais mon corps et j'aimais ça. J'aimais m'offrir et rencontrer l'autre. L'homme est si différent lorsqu'il étreint une femme, si enclin à devenir émotion lorsque la paresse d'un après orgasme vient étreindre son esprit. J'aimais aussi la violence de certains hommes, les marques qu'ils me laissaient comme autant de cicatrices de vie. Des marques qui me disaient "hé, regarde, tu es en vie, tu existes." Des marques que je pouvais raconter, inventer ou nier. Mais, un jour, on m'a dit que c'était mal. Que je me faisais du mal, que je devais apprendre à vivre autrement. Alors. J'apprends. Je suis serveuse et je n'aime pas ça. Il faut sans cesse retenir les bonnes tables, porter de hauts talons et de jolies vêtements pour que les garçons soient contents. Je préférais lorsque j'étais nue. Heureusement, il m'arrive de devoir remplacer une danseuse. Peu souvent hélas, il parait que je suis trop maigre et mes cicatrices inquiètes. Alors je sers, je fais des cocktails et, parfois, je vends un peu de poudre blanche.   J'aime toujours les gens. Les gens et leurs sourires ou leurs larmes. Les gens tristes, les gens gais, les gens qui vivent, les gens qui souffrent. Je les observe, encore. Quand je m'ennuie, quand je ne travaille pas. Je trace les détails rendant une personne belle, je trace le sourire caché, celui qui ne veut plus s'étendre mais qui s'exprime, là, dans les profondeurs d'un regard. J'aime les gens mais je dois m'en méfier. Ils ont dit que j'étais naïve alors que je me jugeais douce. Ils ont dit que j'étais enfantine alors que je m'estimais pleine de légèreté. Ils ont dit que j'étais masochiste alors que...
Je dois me méfier des gens. Parce que je me laisse trop faire, parce qu'ils m'emmènent toujours dans des situations délicates pour moi.  Mais moi. J'aime les situations délicates mais c'est vrai que ça ne me réussie pas. Regardez ce que je suis. Qu'est-ce que je suis ? Ils auraient mieux fait de m'achever.   Je ne dois plus prendre de drogue. C'est mauvais pour moi, ça pourrait approfondir mes... Troubles. Comme si c'était  mal de rêver, comme si c'était mal de vouloir peindre à nouveau monde et coucher avec l'univers sous acide. Mais je les écoute. C'est difficile. Je me souviens de l'envol, je me souviens de la transe, je me souviens de cette tranquillité que je ressentais des lors. Et puis... Je me souviens de l'atroce douleur lorsqu'ils me l'ont enlevée. Parce que j'étais "accro". Mais je dois me confesser, je fume encore, juste un petit peu. Et je vends aussi. Je vends du rêve aux gens sans leur dire que ça va les détruire après tout, ils peuvent se détruire s'ils le souhaitent... Non ?   Je danse. Je danse au lieu de marcher, je danse au lieu de respirer. J'ai sans cesse une musique dans la tête que je fredonne nonchalamment. Je danse parce que c'est bon pour moi. Parce que ça me fait oublier le creux dans mon ventre, la peur logée dans mes tripes. Je danse sur les toits ou dans les parcs, parfois dans la rue. Je danse et je rentre en transe, je me réinvente, je deviens... Autre chose. Un oiseau, une plume ou une feuille. Quelque chose de léger, quelque chose de tiède, quelque chose qui a la saveur de l'éternité. Je suis anorexique qu'ils ont dit. Parce que je ne mange pas, parce que je veux maigrir. Ils disent que mon refus de manger symbolise mon refus de vivre. Ils disent... Ils disent qu'ils me connaissent mieux que moi même. Moi, j'ai compris que je devais leur faire croire que je les écoutais. Et puis, je ne veux plus que l'on me gave, je ne veux plus que l'on m'attache, alors... Je mange. Un peu, matin-midi et soir. Mais je n'aime pas ça. Alors je reste un peu maigre, un peu triste mais je mange pour leur faire plaisir, pour qu'ils me laissent tranquille. Tous les mardis je vais voir une dame non loin du parking. Tous les mardis je me couche sur son sofa et je lui parle de moi. De mes rêves, de mes ambitions, de mon travaille. Tous les mardis je m'invente une vie. Je prends une voix de femme sérieuse et je m'invente des relations, des ambitions, des études. Et elle me croit, et elle me conseille et elle me guide. Il parait que c'est un docteur du cerveau. Comme eux. Ils sont malins les docteurs, ils ont trouvés le moyen de ne jamais avoir à se retrouver de "l'autre coté du mur." Je n'arrive plus à dormir. Je vais des rêves, je vois des visages. Des images d'une vie passée que je croyais avoir oublié. Des fantômes qui me hantent. J'ai prit l'habitude d'utiliser du maquillage. Pour que l'on ne voit plus ma fatigue, pour qu'on ne sente plus ma détresse, pour avoir l'air "normal."
  La patiente est agitée. Elle ne quitte pas des yeux ses mains, refuse d'entrer en contact avec moi. Les tremblements sont répétitifs. Elle refuse toujours de s'alimenter. Visiblement victime de crises de démences violentes se déclenchant au moment du coucher. La patiente refuse de dormir. Épuisement, peur, crise d'angoisse, voilà deux semaines que l'équipe médicale la maintient sous sédatif au moment du coucher. La patiente souffre également d'amnésie. Elle est incapable de se souvenir des raisons de sa présence ici. Nie avoir été emmenée en cure par un certain Jack.
L'homme demeure aujourd'hui encore introuvable, nous n'avons que peu d'informations sur Jénova. Casier vierge, femme de ménage, résidente dans un quartier miteux du Bronx. Aucune drogue retrouvée chez elle, ne semble avoir aucun lien avec un réseau de prostitution et pourtant, de nombreuses traces de violences ont été retrouvés sur son corps. Elle est un mystère. Préconise un arrêt de tous médicaments et une mise en quarantaine de plusieurs semaines. Cerveau et corps doivent être désintoxiquée d'urgence. Risque de mort accru. Risque à prendre.


Je suis seule. Seule en face de ce... De ce miroir. Reflet, un unique reflet et moi. Moi nue. Le corps cabossé, les cheveux sales, les cheveux ternes. Je me regarde ou suis-je dans le miroir ? Je m'approche, je me touche, me souris, me tire la langue. Le reflet parle ou peut-être est-ce des voix dans ma tête ? Trou noir. Je suis dans le néant. Je flotte et j'ai mal. On m'arrache les membres, je suis certaine que l'on m'arrache les membres. Pourquoi ? Et cette main qui s'agrippe à mon coeur, qui le secoue. Pourquoi ? Vous lui voulez quoi ? Il en a assez de battre. Il ne veut plus battre pour moi, il a le droit non ? Quand est-ce que je cesse de souffrir ? J'ai tellement chaud, j'ai tellement froid. Je suis dans le cœur d'un volcan et l'on m'éteint dans les eaux d'un hiver glacial.
Et puis je m'endors. Enfin.

La patiente est en vie. Incroyable. Une force de la nature. Elle dort enfin. Son sommeil est agité, les cauchemars sont récurrents. Elle gémie, s'excuse, des noms reviennent, je suppose des anciens amants. Deux ruptures difficiles.
Elle est toujours sous alimentation. Elle reprend du poids. Encore une semaine de repos forcé et nous pourrons reprendre le travail. Une vie sauvée.


Comment je me sens. Je dois dire comment je me sens. Je me sens... Vide, je me sens morte mais mon corps me dit le contraire. Il a mal. Des courbatures comme si j'avais dansé pendant... Une vie entière. Ils disent que j'ai faillit mourir, que l'on m'a désintoxiqué. Overdose. C'est ma raison de ma présence ici. L'overdose et puis un homme. Un homme qui m'a emmené ici. Ils me demandent si je me souviens, je dis que non. Non je ne me souviens pas. Je me souviens... De mon ancien appartement, de ma mère, de ma vie d'avant et... De gens. De gens morts, à cause de moi. Je ne le dis pas. Je dis que j'étais femme de ménage. Ils disent que je me droguais. Je dis que oui, parfois mais jamais de piqûre, pas cette drogue là, je sais à quoi je ne dois pas toucher. Mais. Alors on m'a sans doute droguée. Quand ? Pourquoi ? Je n'arrive pas à me souvenir.

La patiente ne se souvient de rien. Elle dit ne pas connaître Jack, elle dit n'avoir jamais touché à l’héroïne. Je penche pour une tentative de suicide, peut-être un trouble de la personnalité, une schizophrénie, sans doute. La patiente est encore un peu agité mais elle parle, elle est calme, elle nous écoute, elle veut s'en sortir.
Une vie sauvée.


Je dois leur parler. Je dois dire ce qu'ils veulent entendre. Ils veulent entendre que je voulais me tuer. Je dis que oui. Que je me piquais et que j'ai voulu en finir. Je dis des mots que je ne comprends pas moi-même. Je veux sortir. Ils sont d'accord. Encore deux semaines. Je dois prendre un kilo et des médicaments pour maîtriser mes... Émotions.
Je sors dans deux semaines. Je retourne d'où je viens et je reprends une vie normale. Ils veulent que je sois normale. Je dis que oui. Oui. Je ne ferais plus de vague. Je sors dans deux semaines.
Je serais à nouveau libre. Presque libre.
 

LG
passe ta souris !
Ah que coucou ! Oui j'étais partie parce que oui j'me disais que moi et le forum c'était fini. Genre je peux écrire autrement, je peux m'en passer et tout le tralala mais... En faite, vous m'avez manqué. Je n'aurais jamais du vous quitter. Je vous aime bande de moules et pour ceux qui ne me connaissent pas ba... J'vous aime aussi, y'a que ça à savoir mouahahahah.


Dernière édition par Jenova Holloway le Dim 13 Sep - 21:42, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Le Loup »
« Le Loup »
› Âge : 26 ans (12 novembre)
› Appart : #520 (F4) avec les orphelins Williamson et l'orpheline de la vie
› Occupation : en taule
› DC : la tatouée espagnole, le cuistot italien et l'hystérique enceinte
› Messages : 3040
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:16

JE T'AIME I love you HOT



monsters are in your head
williamson ⊹ mais j’passerais pas ma vie à m’demander quand elle commence. (by anaëlle)

PERSONNAGE EN PRISON. ho
(mais possibilité de rp)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t1711-avery-un-coeur-c-est-lo


avatar

› Âge : vingt-sept ans
› Appart : #1401 - 14e étage
› Occupation : je me suicide à petit feu.
› Messages : 3626
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:22

ReBienvenue parmi nous, ma belle :l:



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:24

Av' : moi aussi ptain ! I love you
Silver : moultes merci ! :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:25

rebienvenue ! :l:
anja ... ! OMG
Revenir en haut Aller en bas


En ligne
avatar

« arnaqueur d’étoiles »
› Âge : twenty-eight yo – march, 21st.
› Appart : #603 / 6th floor – avec son âme-sœur. de retour au sixième, avec un sale goût d’abandon au fond de la gorge.
› Occupation : mon corps appartient à ceux qui en ont les moyens, mon âme est damnée, mon cœur ne cesse d’espérer – la catin du quartier.
› DC : la princesse aux arcs-en-ciel (flora) la chair mutilée (celso) la seal noyée (elinor) & l’étoile morte (solal).
› Messages : 1135
› Nombre de RP : 1

Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:26


Gna gnagna gna gna. DE CEUX DE CEUX DE CEUX

Je suis tellement tellement tellement contente de te revoir par là. FAN CUTE coeur
J'espère que tu voudras bien reprendre notre lien itout itout. AS BRILLE



« in the eye abides the heart »


kiss kiss bang bang :l: :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/gmals6m


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:26

oh je me souviens de toi, toi aussi tu étais danseuse non? CUTE on avait même vite fait parlé d'une ébauche de lien ensemble si je ne m'abuse, avant que je ne sois contrainte de décrocher du forum à cause du bac toussa HUM

en tout cas bon retour parmi nous LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:31

Rose : maoh t'es belle toi ! Merci beaucoup jolie plume ! I love you
Oreste : oui ! oui ! oui ! oui ! oui ! OUIIIIIIIIIIIIII.
Je suis contente de te revoir là poutain ! On reprendra tout ça OUI OUI OUI ! I love you I love you
Natalia : ça me dit vaguement quelque chose mow ! mais, tu as changé de personnage entre temps où tu as toujours été sous Natalia ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:32

On s'connait pas, mais j't'aime aussi. JAIME JAIME
Et surtout surtout, j'ai hâte de découvrir ton perso (bc anja... OMG) ! HAN
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:33

JJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJJ HAN HAN HAN HAN HAN
T'es trop belle et tu manquais sur la cb grosse patate Sad , rebienvenue YOUPI AS POTTE POTTE POTTE BLBLBLBL LOVE
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:38

Oh rebienvenue ! BRILLE

Hâte de pouvoir recommencer à te lire, babe :l: HAN

Très heureuse de te revoir là, en tout cas ! :l: FAN :l:

(Edit : ouais j'ai posté avec un compte que tu connais pas, pardon ! C'est June/Elior :l:)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:40

Louise : Déjà t'es belle et en plus j'aime ton prénom ! câlin tout de suite ! :l:  Et merci jolie Louise.

Jack : FAN FAN FAN FAN FAN FAN FAN FAN FAN FAN FAN
ET TOI LAAAAAAA ! DANS MES BRAS ! Merci choupinette ! j'vais revenir vous faire chier ouais ouais ouais ! SUPER coeur

Luke : CUTE CUTE CUTE
Merci vous ! j'ai hâte de découvrir ton nouveau perso du coup là ! I love you
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:42

J :l: :l: :l: J'aime bien le nouveau pseudo BRILLE
Rebienvenue sur DC ! Je suis contente de te voir revenir HAN :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:43

COMME DANS FF.
J'aime bien Anja, elle est mignonne :l: (re)bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort. Dim 13 Sep - 20:45

Rebienvenue ! :l:
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Une vie, une mort.

Revenir en haut Aller en bas

Une vie, une mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Prières pour l'heure de la mort...
» Méditation de Powa pour le moment de la mort
» Prières pour les morts ou pour faire face à la mort
» Daniel est mort
» La préparation du mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)