Partagez|


Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
les locatairesles potins


En ligne
avatar

« Infected Mushroom »
« Infected Mushroom »
› Âge : 46 ans
› Appart : #1309, avec Samuel et leurs animaux, Cash et Manoel.
› Occupation : Architecte Urbaniste| Photographe Spiderman | Danseur à La Folle du Désert | Le nez dans des petits, tout petits, tout gentils trafics d'oeuvres d'art.
› DC : Niilo, Ness, Nathan, Dei.
› Messages : 2094
› Nombre de RP : 15

Message(#) Sujet: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies. Sam 1 Aoû - 13:49

Nathananel ''Nathan'' Owen
j'me suis perdu, j'ai bu la tasse.
Nom Owen Prénom Nathanael, mais il l'aime pas, alors dites Nathan sinon il va gueuler, Date et lieu de naissance 1er Septembre 1989, à New York Âge 25 ans, Nationalité Américaine, Origines Américaine, Statut matrimonial Euh, je passe ; banque !, Orientation sexuelle Bisexuel désolée madame la concierge c'est pas moi qu'ai dit Job ou Activité En reconversion, Date d'arrivée au Parking Arrivé dans le quartier il y a cinq ans, installé avec Silver peu après, reparti il y a un an, revenu depuis quelques mois,  Groupe Nous sommes de ceux qui rêvent, Type de perso Scénario du sieur SilverCrédits Cémoikafaitouchepas,  Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? Oui madame.

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Nath' a emménagé au parking pour la première fois il y a un peu plus de cinq ans, seul, décidant de se poser après des mois de cavale hors du cocon familial. Malgré le lieu, il y a trouvé la tranquillité sédentaire qu'il cherchait depuis des lustres. Ses revenus en tant que dealer lui permettaient certes une situation financière confortable, dont il a cependant profité avec une certaine modestie. Son appartement minable n'avait besoin que de l'éclairage du soleil de sa vie pour devenir un palace et il s'en est accommodé. Il ne suffit qu'une d'une surface sur laquelle s'appuyer pour s'abandonner totalement avec celui que l'on aime.

Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? A sa manière, le Parking est devenu un échappatoire et un refuge. Un perchoir, et un canon à propulsion. L'immeuble lui a conféré une vie sociale à laquelle il s'est intégré sans problème. C'était pour lui le début d'une nouvelle vie, aussi minable soit-elle, ainsi a-t-il toujours dialogué avec ses voisins en termes cordiaux et amicaux, ne leur cherchant pas des noises quand l'inverse ne se produisait pas. Le bruit ambiant et la proximité permanente d'âmes vivantes plus ou moins sympathiques lui prodiguait, et lui prodigue toujours, un sentiment de sécurité. A partir du moment où les voisins clients payent, les termes des discussions restent posés et sereins. En revanche Nath' n'est absolument pas quelqu'un de diplomate alors ses voisins ont tout simplement appris à l'éviter quand il montait un peu trop brutalement les escaliers.

Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Déplorable. Enfin, ça dépend à quel point de vue. Pour les plus rangés, les plus coincés et les plus sages, c'est le diable en personne. Pour les plus sauvages, c'est un grand hommes d'affaires doublé d'un partenaire sexuel exemplaire. Nathan est connu dans le quartier, comme n'importe qui peut l'être à partir du moment où il sort un peu le nez de son appartement. Cette réputation de chat sauvage camé lui colle à la peau et il s'en est bien accommodé, puisqu'après tout, elle est bien fondée. Il ne pourra cependant pas l'assumer à son retour, ce qui risque d'être particulièrement difficile à encaisser ; la cure et le service militaire l'ont totalement ravagé et changé et c'est sous une toute autre identité mentale qu'il va remettre les pieds au parking.


feat Tom Kaulitz
UN BUT : Etre heureux, croquer la vie à pleines dents en envoyant chier tous les obstacles qui se dressent sur son chemin, briser les liens qui le retiennent, déployer ses ailes | DEUX PARENTS aimants dont il ne se souvient absolument pas car ses souvenirs ont été ravagés par la drogue, mais qui lui ont bien rafraîchi la mémoire lorsque le père l'a envoyé en cure de désintox après l'avoir poursuivi durant des années. | TROIS LANGUES passent la barrière de son cerveau pour aller se balader dans vos oreilles : l'allemand, la langue de son père, le français, la langue de sa mère, et  l'américain, la langue couramment parlée sur cette terre de rêves. | QUATRE OCTAVES (C2-B6) étaient couvertes par sa voix avant qu'il se mette à fumer par tous les pores de sa peau et baisse cet incroyable statut à...deux ? | CINQ TATOUAGES font leur petit bonhomme de chemin sur son corps, pas toujours fais dans un état de conscience absolue mais jolis comme tout malgré ça. Quand on les regarde sous un angle particulier. Avec un ou deux coup dans le nez. Bref. | SIX PARTENAIRES au maximum, tous sexes confondus, ont couché avec lui en même temps. Oui c'est beaucoup, oui c'est génial, oui la drogue ça rapproche et non, il ne connaissait pas Silver à ce moment là. Parce qu'il est fidèle, oui madame l'assistante sociale. | SEPT LOGEMENTS se sont succédé dans toute l’Amérique, plus ou moins loin les uns des autres, après son départ de chez ses parents jusqu'à ce que la nature le recrache dans les rues du Bronx. | HUIT ENDROITS différents de son corps ont été utilisés pour des tests de drogue, principalement des injections. | NEUF CARACTERISTIQUES – joie de vivre,  spontanéité, indélicatesse, violence, franchise, relativisme, persévérance, maladresse, folie – composent sa personnalité complexe. | DIX-HUIT MOIS difficiles se sont écoulés en cure de désintoxication qui lui ont complètement retourné le cerveau, puis durant le service militaire où son père a fini par l'envoyer ; il n'a tenu que par les fils de son espoir de retrouver son amant.

170 bpm.
Tes pupilles se dilatent, deux fenêtres ouvertes sur le néant de ton cerveau, dissimulées par intermittence par les volets paupières qui battent au rythme de la tempête de ton cœur. Les éclairs t'aveuglent, se succèdent pour ne ressembler au final qu'à cette unique bande blanche qui te pénètre par tous les pores. La douleur irradie de toutes parts, jusqu'au plus profond de ton âme ; elle te chante la beauté sanglante d'être en vie. A travers ton souffle irrégulier s'écoulent les paroles d'une la longue et déchirante litanie de ton existence. Cette dernière a toujours été d'une banalité affligeante et pourtant tu t'en es toujours satisfait, te laissant couler dans le fleuve des événements, apprenant à prendre du recul et à tirer des leçons de chacune de tes expériences.


184 bpm.
Les larmes coulent, les larmes roulent. Ce sont celles des anciens bonheurs mémoriaux, celles des tristesses gravées sous la peau, celles des enchantements anaux. Des enchantements à nous. La linéarité s'est soudainement brisée, paradoxalement, sur les lignes les plus franches, les lignes blanches. Au liquide séminal dans les veines trop sales a succédé la poudre d'étoiles des fractales ingénieuses. Ton corps s'est mu d'une énergie trépidante, comme celle qui anime les montagnes pointures de l'électrocardiogramme qui s'affole. Il y a dans ces pics rapides une régularité poétique, celle des trips trop colorés des fins de soirées, entre les cuisses des jeunes filles délurées. Et l'addiction qui t'a prise à bras le corps dans ses filets de paillettes, te chantant la sérénade des sirènes. Les sirènes de l'hôpital. Rouges comme la passion perpétuelle. Bleues comme les pilules au sourire solaire.

192 bpm.
Tu as fui, fui comme un voleur qui ne voulait pas qu'on lui vole sa vie. Tu as décroché la tienne comme on décroche la lune et tu l'as croquée de tes dents sales, endommagées par le sucre glace et la farine trop fade. Et tu as volé à ton tour en donnant ce que tu savais le mieux donner : l'amour dans les cœurs transis, les étoiles dans les yeux, l'énergie dans les veines étroites. Il fallait bien vivre après tout, il fallait bien bouffer. Tu as laissé derrière toi le cocon d'une famille aimante pour les flammes artificielles d'une passion sans substance. La braise t'a déchiré le corps, l'a marqué de ses baisers bleus et violets, jaunes et marrons, de ces arc-en-ciel extatiques. Il était bien le Bronx aux musiques aussi dansantes que les tags qui recouvraient les murs. Tu t'es jeté à corps perdu d'un immeuble trop haut, bâti sur les espoirs des rêves américains. Tu t'es jeté des fondations vacillantes avant qu'elles ne s'écroulent, dans une chute longue de trois années superbes.


70 bpm.
Son visage argenté t'a charmé. Son corps t'a enchanté. Les souvenirs d'enfance se sont brouillés comme du coton en une bulle opaque et protectrice autour de ce rêve aussi sublime que fragile. Il avait de l'or dans les yeux, du cristal dans la bouche, et du diamant dans la tête. Tu as projeté ta lumière sur votre désespoir amoureux, dressant entre vous le spectre destructeur de vos défauts enfantins, le spectre d'un amour incandescent et destructeur, le spectre d'une passion démoniaque.


30 bpm.
Il s'efface derrière vos ébats sans tendresse, derrière vos « je t'aime » sans grace. Il a rythmé ta vie d'une musique avant-gardiste aux accents d'un métal déchaîné. Il lui a donné un sens, l'a arrachée de sa banalité trop propre et trop terne. Il a fait vibrer les couleurs d'un pinceau de chair enfoncé dans tes entrailles à te broyer les nerfs.

0.
Tu ne pleures plus.
Peut-être parce que tu sais que tout n'est jamais vraiment fini. La mort, après tout, n'est pas une fin en soi. Tu a couché avec elle à chaque dose supplémentaire, puis tu as pris ta dose supplémentaire à chaque coucherie. Il a inversé le cours des choses comme on inverse le sablier, te tirant vers la vie quand le coma semblait te tenter. Toute ta vie s'est façonnée autour de lui pendant ces trois années de bonheur. Jusqu'à ce que tu fasses une connerie. Jusqu'à ce qu'en cherchant à faire le ménage dans ta vie, tu retrouves un tube de paillettes que tu t'es foutu dans la gueule, pour rendre ta romance plus belle. Les éclairs se sont calmés, ils se sont éteints. Les volets ne battent plus. Les pupilles se sont cachées, le cœur s'est arrêté. Pause. Stop. Rewind.


10 bpm.
L'amour est vraiment une drogue dure. Celle dont on ne se sépare jamais vraiment, parce qu'elle est l'essence de l'être humain.


30 bpm.
Tu les a toutes testées, toutes fabriquées, toutes vendues. Sauf celle-là. Tu t'es promis de ne jamais procurer ce que tu n'avais pas toi-même essayé.


50 bpm.
De ne jamais vendre ce qui t'avait frappé d'une addiction.
Alors tu ne l'as pas vendu. Tu l'as donné. De tout ton cœur.


70 bpm.
Tu ouvres les yeux, tu leur montres toute ta faiblesse que tu lui as toujours caché, à lui. Toute la décadence qu'il n'a jamais comprise. On défait tes liens, on range le défibrillateur bien sagement comme on range tes souvenirs dans une boîte. Tu sais bien que c'est lui qui a fait redémarrer ton cœur. Et c'est ça le pire. On t'a rendu la vie pour mieux te la prendre. Et quand on te laissera sortir, tu vas recommencer, parce que ça fait partie de toi, même si ça te détruit.
Un soupir, un sourire. Cure de désintox, mon cul. Héroïne, Cocaïne. Tout ça, c'est rien que des paillettes, des p'tits bonbons pour les p'tits joueurs.

T'y es allé de force. On t'a pas laissé le choix. On t'a purgé de cette merde. On t'a purgé d'une drogue, mais pas la bonne.
Car il n'existe aucun remède pour ceux qui crèvent d'amour.
.

KICHUPA
passe ta souris !
Hélène, 21 ans et demi, étudiante en master d'arts du spectacle et rpgiste à ses heures de créativité, qui ma foi sont très nombreuses. Et fan de Tokio Hotel aussi, oui madame, oui monsieur, parce qu'on a pas quatorze ans toute sa vie mais qu'on a quatorze ans à fond ♥ Et puis fan de métal aussi, parce que ça fait du bruit et puis parce que ça muscle la nuque tavu, d'où chsuis un paradoxe. Pis comme vous l'avez remarqué jsuis meilleure écrivaine que graphiste, mais le NB gomme un peu les défauts, m'voyez, parce que le NB c'est l'bien. Je zieute ce scénar depuis mi Juillet et j'ai respectueusement attendu de tenter ma chance : HERE I AM. Plein de poneys sur vous, parce que c'est cool les poneys.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9352-sly-c-est-l-histoire-d-


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies. Sam 1 Aoû - 14:09

Le Nathan HAN bienvenue :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies. Sam 1 Aoû - 14:48

Bienvenue PITIE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt-sept ans
› Appart : #1401 - 14e étage
› Occupation : je me suicide à petit feu.
› Messages : 3626
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies. Sam 1 Aoû - 15:19

Oh mon dieu  JEREM LE HERISSON CUTE CUTE
Mon petit coeur vient de rater un battement quand j'ai vu qu'un Nathan s'était inscrit. Je suis heureuse PITIE PITIE
Je suis complètement fan du nom de famille que tu as choisi, & je ne parle même pas de l'avatar, Tom est tellement sublime là-dessus OMG
& puis tes mots. Tes mots! BRILLE BRILLE Merci infiniment de t'être intéressée à mon Nathan & j'espère sincèrement que tu prendras plaisir à faire vivre cette relation passionnelle :l: :l:
Si tu as des questions, ou n'importe quoi, n'hésite pas à me MP surtout, je suis tout à toi !  coeur coeur
Edit ; & complètement troublée, j'en oublie presque l'essentiel : Bienvenue parmi nous  LOVE :l:



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.


Dernière édition par Silver McKenzie le Sam 1 Aoû - 19:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies. Sam 1 Aoû - 15:50

bienvenue parmi nous :hihi:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies. Sam 1 Aoû - 17:16

Bienvenue BRILLE Hâte de lire les amoureux :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies. Sam 1 Aoû - 17:53

Un nouveau Nathan HEH

Bienvenue SIFFLE
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Le Loup »
« Le Loup »
› Âge : 26 ans (12 novembre)
› Appart : #520 (F4) avec les orphelins Williamson et l'orpheline de la vie
› Occupation : en taule
› DC : la tatouée espagnole, le cuistot italien et l'hystérique enceinte
› Messages : 3040
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies. Sam 1 Aoû - 19:43

super bon choix de scena :hihi:
bienvenue :l:



monsters are in your head
williamson ⊹ mais j’passerais pas ma vie à m’demander quand elle commence. (by anaëlle)

PERSONNAGE EN PRISON. ho
(mais possibilité de rp)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t1711-avery-un-coeur-c-est-lo


avatar

« Connasse »
« Connasse »
› Âge : 34 ans
› Appart : Manhattan
› Occupation : Maquerelle
› DC : Al Kelley et Misha Azarov
› Messages : 2567
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies. Sam 1 Aoû - 20:39

Bienvenue parmi nous ! HAN

Hâte de voir ce perso joué enfin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10589-ekat-o-letal-blonde


avatar

« Connasse »
« Connasse »
› Âge : 34 ans
› Appart : Manhattan
› Occupation : Maquerelle
› DC : Al Kelley et Misha Azarov
› Messages : 2567
› Nombre de RP : 3

Message(#) Sujet: Re: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies. Sam 1 Aoû - 23:28

VALIDE !


ENFIN LE VOILA !

Félicitations ! Tu emménages officiellement au sein du Parking! Tout d’abord, laisse-nous te remercier de t’être inscrit et surtout, d’avoir mené ta fiche jusqu’au bout ! A présent, nous espérons de tout cœur que tu te sentes ici comme chez toi alors si quelque chose ne va pas, si quelque chose te passe par la tête, n’hésite pas à poster dans les Suggestions ou encore nous envoyer un petit MP (évite cependant d’écrire un MP à la concierge, elle n’est qu’un PNJ). Quoiqu’il en soit, tu connais la musique : pour bien démarrer ton jeu, poste ta fiche de liens ainsi que ton portable et n'oublie pas d'aller recenser ton appartement et ton métier puis roule ma poule !

PS: Pense à bien remplir tous les champs de ton profil, c'est mieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10589-ekat-o-letal-blonde


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies.

Revenir en haut Aller en bas

Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Nathan - On est tous un peu des Jumbies. Euh, des Junkies.
» REMERCIEMENTS A TOUS NOS AMIS POUR LEURS APPUIS ET AMITIÉS
» Très bonne Fête nationale à tous!
» Combien de temps mettez-vous à connaître tous vos élèves ?
» NOUVEAUTE : 1813 - Seul contre tous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)