Partagez|


bret (like fire and powder)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 1:44

Bret Elliot Marchbank
I am beginning to think he is a great saint, a great saint concealed in a veneer of daemonism.
Nom marchbank, Prénom bret, elliot, Date et lieu de naissance 28/04, LA, Âge 24, Nationalité américaine, Origines américaines, Statut matrimonial célibataire, Orientation sexuelle désintéressé, Job ou Activité écrivain, et tout autre job sous-payé qui peut lui permettre d'assaisonner ses haricots, Date d'arrivée au Parking écrire ici,  Groupe de ceux qui vivent, Type de perso inventé Crédits applestorm,  Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? non.

   Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Quitter L.A pour New York était sûrement la seule chose dans mes plans. De toute ma vie, la seule chose que je me suis promis de faire, que j’ai planifié, et à laquelle j’ai longuement rêvé, c’est ce foutu déménagement.
Je suis encore euphorique dès que je me remémore mon entrée dans ce bled.
Pourtant, je m’en suis tapé des bornes. C’était épuisant. J’ai lessivé mon corps, mon âme, mon cœur ; tout.
J’me suis tapé des jobs ingrats sur le chemin.
J’me suis tapé des détours à la con, me donnant l’impression de tourner en rond dans un monde infernal.
J’ai du fumer assez de Lucky Strike pour me tuer les poumons.
J’ai perdu cinq kilos.
Et mon égo en a pris un coup.

Mais, j’étais en mission. New York était le but ultime, et rien n’aurait pu m’arrêter.
Alors, j’ai foncé. J’ai pris mon temps, j’ai perdu espoir (en moi, en l’humanité, en l’Amérique). Puis, je suis arrivé.
Et de désillusion en désillusion, confronté aux tracas quotidiens (qui pouvait s’attendre à de tels loyers?!), j’ai trainé ma carcasse et mes livres d’apparts en apparts, de squats en squats, de canapé en canapé, puis, on m’a parlé du Parking.
Alors, me voila, après cinq long mois d’errance dans la région. Faute de mieux.

   Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? L’immeuble est banal. On peut s’imaginer de belles histoires, à lire les quelques graffitis qu’on peut trouver—ou même en se contentant de lire les noms des locataires sur leurs boîtes aux lettres. Mon appart, un petit F1, n’est pas génial. Y a pas tellement de place que ça, entre mes livres et moi. La première nuit, j’avais l’impression d’étouffer. Je me disais que ça passerait, mais tous les soirs, depuis mon emménagement (il y a, quoi? deux semaines maintenant?) j’étouffe. Je reste sur le dos, à contempler le plafond, jusqu’à ce que je n’en puisse plus. Alors je me lève, me cogne contre absolument toutes mes possessions, jusqu’à ce que je puisse enfin atteindre la fenêtre. Comment alors le dilemme : mourir de froid, et respirer ou étouffer et ne pas congeler ? Bref, tip top le plan.
Mais bon, faut dire qu’au moins, mes voisins ont l’air plus ou moins normaux. Pas trop de cris, pas de sang dans l’escalier. Ça sort même les poubelles.
Je les connais toujours pas, pour la plupart, mais franchement, ils ne pouvaient pas plus me combler.

   Quelle est votre réputation au sein du quartier ? En deux semaines de présence dans le quartier, même pas un semestre dans la région, je ne pense pas être assez connu pour avoir la moindre réputation. Je suppose que mes voisins les plus proches me voient comme « le petit nouveau », ou quelque chose comme ça. Ou, peut-être, comme un fantôme—qui ne parle pas, décoche de faibles sourires, traine dans les couloirs au petit matin et disparaît en laissant un coup de froid. Mais, peut-être que le gamin qui m’a vu ouvrir des boites aux lettres au hasard me considère comme un dérangé. C’est un peu triste, dit comme ça. Mais bon, apparemment, les oiseaux que je nourris se souviennent de moi, et doivent sûrement m’apprécier. Donc, c’est déjà ça. Pour le moment. Puis, vous en faites pas, je saurais vous séduire, un par un.



   
feat baptiste radufe
J’ai eu une enfance heureuse. Je sais pas trop pourquoi tout le monde s’imagine que je nourris quelque haine pour mes parents, ou pour mon enfance entière ; mais c’est pas le cas. Loin de là. J’en ai marre des connards qui s’imaginent que la seule raison pour qu’une belle gueule d’angelot se sente si dépressif parfois, c’est qu’il a du vivre les pires tourments dès son plus jeune âge. C’est pas le cas. Mon enfance n’était certes pas parfaite, mais elle était… acceptable. OK, c’est pas super convainquant de la caractériser par « acceptable », mais, merde quoi. J’ai des parents adorables. J’les aime. Ils m’aiment (bien plus que je le mérite, soyons clairs). On s’entend plutôt bien. On s’engueule facilement, mais bon, c’est ça d’être une famille aussi. Puis, on se réconcilie assez facilement, aussi. Puis, ce sont les seules personnes avec qui je reste en contact assez régulièrement, donc ça veut sûrement dire quelque chose.

Je fume comme un pompier. Je décoche une droite digne d’un boxeur. Je cours après le danger aussi rapidement qu’Usain Bolt. Je séduis comme Casanova. J’peux rester scotché à mon clavier comme Kerouac à sa machine. J’vis la nuit, comme Dracula—ou vos prostitués. J’mange aussi peu et irrégulièrement que votre mannequin squelettique du moment. Comme es mauvais esprits, j’fuis les miroirs. À la manière d’un chat noir, j’hante les couloirs, les escaliers, les bars sombres, les ruelles encombrée de déchets. Je mens comme je respire. Puis j’disparais de ta vie, comme un fantôme sorti des Enfers.

Je dévore les livres. S’il y a bien quelque chose qui m’apaise, ce sera un livre quelconque. Il me suffit de prendre en main un ouvrage, de pénétrer dans la tête d’un nouveau narrateur, de découvrir un nouveau monde, et tous les problèmes du monde, toute l’agitation s’estompe. C’est sans doute à cause de cet aspect réconfortant et merveilleux de la littérature, qui font qu’aujourd’hui, je peux vous citer n’importe quel grand auteur, d’Homère à Stephen King. C’est aussi d’eux que je tire mes quelques notions en langues étrangères (qui n’aurait pas envie de parler italien après avoir lu Dante, ou français, après Céline?).

J’adopte le style des personnages. Je m’inspire de leurs manières, de leurs accents, de leurs goûts ; et je m’affine. Je m’habille pour un rôle. Je joue un personnage. J’me joue de vous, surtout. Si bien que, personne ne sait vraiment qui j’suis. À part moi. Vous faites pas d’illusions, tout ce que vous arriverez à connaître de moi sera l’image que j’ai choisis de vous servir. Et, si tôt que vous vous approcherez de ce but, je disparais. Je m’évapore. Parce que ce Bret n’est qu’un éternel écran de fumée.

Je dévore les gens, aussi. Je ne peux pas m’en empêcher. Dès que quelqu’un me semble singulier, il faut que je m’en approche, que j’apprenne à les connaître. Puis, je disparais et les raye de ma vie. Si je ne garde pas leur souvenir, que j’oublie leur visage dès que la nouveauté est passée, je suppose qu’ils survivent encore dans l’ombre de mes nombreux manuscrits, retrouvant vie dans un geste ou une locution d’un personnage.

Je ne me balade jamais sans mon ordinateur sous les bras. J’ai les doigts perpétuellement tachés d’encre. J’ai pas de vase, pas assez de tasses, et je perds mes couverts, mais j’ai des montagnes de cahiers, de bloc-notes, de posts-it. J’écris dans les escaliers, sur les portes des ascenseurs, sur les nappes des restaurants, sur les boîtes aux lettres, … Et si j’admire les graffeurs, il ne me manque plus que leur talent pour me mettre à écrire sur les toitures. Mais à défaut de pouvoir écrire sur la ville ou les nuages, l'écriture a également débordé sur mes rêves, et la nuit, quand je dors, je ne vois que les lignes et lignes et lignes que je pourrais écrire.

Même si je suis encore un petit garçon à bien des égards, je n’ai pas peur de la vie. Elle est pas belle, elle fait mal, elle est particulièrement injuste, mais elle me fait pas peur. Et s’il faut que je me coltine cinquante jobs miteux, entouré de la plèbe la plus horripilante, avant de pouvoir vivre de mes rêves, soit. Je prendrais ce qu’on me proposera. C’est pas grave, ça vaut pas la peine de stresser. J’vous vois angoisser tous les soirs, paniquer tous les matins, vous droguer à la caféine. Ça me dépasse. Vous vous enterrez vivant dans une montagne de stress. Pour quoi? Pour rien (ou des clopinettes). Plus personne ne semble savoir vivre au jour le jour, sur la côté Est.

Je tiens un journal, depuis mes sept ans. Et j’écris le futur Pulitzer, en parallèle à mes nombreuses activités littéraires. Je l’écris sur « lui ». Ça prend du temps (tout mon temps), mais ça en vaut la peine (ce sera mon chef-d’œuvre). J’lui dédierai au moins ça (et ma vie).

Y a quand même des jours où je me dis qu’à bien y regarder, je n’ai pas (plus) d’amis. Je n’ai pas de véritable carrière digne de ce nom. Je n’ai pas de premier amour, ou d’amour tout court. Je n’ai pas de vie sociale. Je n’ai que mon instinct de fuite et mes carnets. Alors, ces soirs-là, je bois. J’me fais l’ami de Jack. Et les petits matins heureux, quand le soleil transperce les rideaux et ma peau, j’me rends compte que, derrière cette solitude, se cache toute ma liberté. Et putain, j’suis libre.

J’sais pas quoi vous dire d’autre sur moi. J’pourrais vous préciser que je n’utilise jamais mon second prénom (trop douloureux). Je suis attiré par les gens un peu dérangés et les endroits paumés qui puent les emmerdes à plein nez. Ma garde-robe tient dans une valise mais m’est plus utile que le département costume de n’importe quel théâtre. J’ai décroché mon bac, par je ne sais pas quel miracle. J’ai toute mes dents, mais j’en ai effrité une dans un mauvais bar. Je fais aucun exercice, mais j’ai appris à courir. J’ai peur de rien, de personne. J’aime les gens, mais surtout de loin. Je partage rien de moi, mais j’aime bien partager ma bouffe. Ma vie, c’est un peu vogue la galère.
   
   
Développe en un minimum de 400 mots l’histoire ou une anecdote déterminante dans la vie de ton personnage.

enfance — tapis, fibres.
ado — parc, arbre, sang, the dude.
(like powder and fire)
ending
parking.

   

(no [sur]name)
passe ta souris !
je viens juste d'achever une année scolaire particulièrement éprouvante, et, après ces quelques jours de vacances/repos, je me suis dis que c'était le moment idéal pour essayer de reprendre le rp. (donc ayez un peu pitié de moi, j'ai totalement perdu la main, depuis le temps!)

(sinon, je suis dégoutée de voir que Chabernaud est pris T.T c'est horrible de jouer un autre avatar T.T (oui, je suis un gros bébé ho ) CRY ME A RIVER )


Dernière édition par Bret Marchbank le Ven 3 Juil - 20:34, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 1:58

Bienvenue :l: :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Le Loup »
« Le Loup »
› Âge : 26 ans (12 novembre)
› Appart : #520 (F4) avec les orphelins Williamson et l'orpheline de la vie
› Occupation : en taule
› DC : la tatouée espagnole, le cuistot italien et l'hystérique enceinte
› Messages : 3040
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 2:18

alors déjà je connaissais pas cet avatar JAIME et ensuite, j'aime beaucoup le prénom CUTE
bienvenue parmi nous I love you



monsters are in your head
williamson ⊹ mais j’passerais pas ma vie à m’demander quand elle commence. (by anaëlle)

PERSONNAGE EN PRISON. ho
(mais possibilité de rp)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t1711-avery-un-coeur-c-est-lo


avatar

› Âge : vingt-sept ans
› Appart : #1401 - 14e étage
› Occupation : je me suicide à petit feu.
› Messages : 3627
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 8:44

Bienvenue au Parking :l:



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t


En ligne
avatar

« Connasse »
« Connasse »
› Âge : 34 ans
› Appart : Manhattan
› Occupation : Maquerelle
› DC : Al Kelley et Misha Azarov
› Messages : 2569
› Nombre de RP : 5

Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 9:44

Bienvenue parmi nous jeune homme HAWW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t10589-ekat-o-letal-blonde


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 10:21

T'es beau Crying or Very sad bienvenue ici HAN :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 11:05

Ouh une tête que je connais pas POTTE
Mais il est très mignon HEH

Bienvenue chez nous HAN
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 11:09

wow, ce que vous êtes beaux SLURP et adorables ; merci pour cet accueil FANGIRL
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 11:51

bienvenue ici joli petit monstre DE CEUX
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 13:14

oh la la baptiste OMG coeur
excellent choix d'avatar MIAOU
bienvenue par ici et bon courage pour ta fiche, hâte d'en savoir plus HAN
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 13:35

Bienvenue et bonne continuation pour ta fiche ;)
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« Chaton sauvage »
› Âge : 24 années à survivre.
› Appart : #1202, le squat du Parking.
› Occupation : Fonctionnaire. Agent d'accueil au service des impôts.
› DC : Narcisse le snob, Eros le rustre
› Messages : 1235
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mar 30 Juin - 19:55

Bienvenue par ici ! CUTE


Drama never ends

by Wiise


Parce qu'on le vaut bien:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t6268-angelo-you-re-gonna-hea


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Mer 1 Juil - 0:26

Mignon toi. What a Face bienvenuue !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Jeu 2 Juil - 10:36

Vite, continue ta fiche, je veux en lire plus! FAN Bienvenue parmi nous HELLO
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : Trente-et-une notes égarées dans le silence meurtrier.
› Appart : #1312/13ème étage - avec une princesse égarée et son félin, Candy Cane, une louve aux yeux vairons déstabilisants -Freyja- et un petit coeur adorable -Hope.
› Occupation : Serveur/guitariste dans un restaurant/bar du Bronx, professeur de musique à temps partiel dans les quartiers plus chics de Manhattan. Bénévole jouant quelques notes pour raviver les sourires des enfants malades.
› DC : L'agent du FBI sous couverture (Lyam O'Neill), l'Irlandais aux poings écorchés (Aisling Ó Luain) et la catin aux couleurs mensongères (Aaliya Abelson).
› Messages : 215
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder) Jeu 2 Juil - 23:16

Bienvenuuue BRILLE Un écrivain ho Je pense que je viendrai t'embêter pour un lien :) Je ne connaissais pas l'avatar, mais il est très mignon dis donc MIAOU Bon courage pour ta fichette! coeur



WAS IT A DREAM ?

Death doesn’t let you say goodbye. It just carves holes in your life... and your future... and your heart.
© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5475-asgeir-aylen-no-warning


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: bret (like fire and powder)

Revenir en haut Aller en bas

bret (like fire and powder)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Fire in the Sky ( 1993 ) Robert Lieberman
» Film Fire In The Sky
» Famille LE BRET
» "Fire walk with me", petit poème
» Visiteurs extraterrestres (Fire in the sky)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)