Partagez|


mordred + when your kingdom falls and you family fade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
les locatairesles potins


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: mordred + when your kingdom falls and you family fade Ven 12 Juin - 23:05

Camille Mordred Coelho
j'me suis perdu, j'ai bu la tasse.
Nom Coelho. Un nom d’emprunt, que je trouve simple, bref et plus passe-partout que mon nom complet, de Alarcón y Mendoza. Prénom Camille, mon premier prénom. Avant on m’appelait Roméo, le prénom que ma mère préférait. Puis, comme il en fallait un troisième (je n'avais pas le choix, truc de riche), mes parents ont choisi Mordred, que j’ai repris à mon arrivée dans le Parking. Date et lieu de naissance J’ai vu le jour le 13 février, un vendredi, à Phoenix, la capitale de l’Arizona. Âge 23 ans. Nationalité Américaine of course. Origines Mon père est espagnol, issu d’une vieille et noble famille, les Alarcón vous vous en doutez bien, et ma mère américaine de naissance, d’Albuquerque. J’avais failli ne jamais exister s’il n’y avait pas eu le choc des cultures. Je n’ai pas honte de mes origines espagnoles, ma famille ayant eu vent de mon existence, bien que tardivement. Statut matrimonial En quête de muse. Plus sérieusement, célibataire. Orientation sexuelle Bisexuel. Job ou Activité J’étudie à l’Université de New-York les arts visuels. J’y suis passionné depuis que Juliet m’avait offert mon premier carnet de dessin. Je passe la majorité de mon temps libre à dessiner, à sublimer les choses qui nous entourent, dans un carnet, sur un mur ou même un véhicule public. Je n’ai pas de réel problème financier mais ma belle-sœur Lyla contrôle mes dépenses, elle a peur que je gaspille l’argent de mes grands-parents, non mais celle-là j'vous jure. Date d'arrivée au Parking Je suis arrivé il y a deux ans. Groupe Nous sommes de ceux qui vivent. Type de perso L'ai inventé. Crédits PAPER.MOON  Autorisez-vous, en cas de suppression, l'utilisation de vos scénarios et/ou familles par d'autres joueurs ? Oui.

Quand et comment avez vous emménagé au Parking ? Ma belle-sœur y habitait avant, elle m’avait proposé de venir et j’ai accepté. Certes je n’avais aucune idée de l’endroit où j’allais vivre mais ma belle-sœur m’avait aussitôt rassuré, dans l’immeuble il y aurait une communauté qu’on ne trouve nulle part ailleurs à ce qu’elle m’avait dit. Maintenant cela fait deux ans que j’y vis.
Que pensez-vous de l'immeuble et vos voisins ? Puis-je dire que l’immeuble en soi est unique ? Peut-être qu’on retrouvera les mêmes couloirs, les mêmes superficies dans un immeuble voisin mais chaque immeuble, dont le Parking, possède sa propre mentalité. Ailleurs, on ne croiserait plus assez tôt Mr Roberts qui vit là depuis longtemps avec sa femme et qui vous dit bonjour lorsqu’il remonte avec son journal. C’est cliché j’avoue mais c’est pour expliquer que dans chaque immeuble, on ne croise jamais les mêmes personnes. Dans le cas du Parking, si un voisin louche sur vous et qu’il ne vous embête jamais, laissez-le faire, laissez-le vivre ! Tant que j’ai un toit et qu’on ne m’embête pas, je suis bien là où je suis.
Quelle est votre réputation au sein du quartier ? Plutôt bonne je dirais. Cependant, je ne vais pas me mettre à raconter que je n’ai jamais eu de problèmes, que c'est tip-top avec les gens du quartier, ce serait mentir. Mais je suis un caméléon, j’arrive à m’adapter à leur environnement sans souci. Ce n’est pas parce que j’ai du sang noble que je ne dois pas côtoyer ces gens-là. De plus, je préfère largement me mêler à eux plutôt que de retourner vivre chez ma belle-mère. Je pourrais même déménager, j’ai les moyens pour, mais je me suis attaché à ce quartier et puis, je n’allais pas laisser ma belle-sœur toute seule.



feat Cody Christian
Fils de l’héritier des Alarcón, j’hérite à ma naissance des titres de la noble maison espagnole. Or, à part un sang noble coulant dans mes veines et des traits physiques caractéristiques de la famille, je n’avais rien du petit riche pourri gâté jusqu’à la moelle. Rejeté par les siens, enfin mon père, j’ai connu une enfance banale mais heureuse. Mes parents s’aimaient, j’allais à l’école comme tous les autres enfants et jouais avec les enfants des voisins les beaux jours. On formait une belle famille unie, typiquement américaine, sans histoires quoi. Il fallait évidemment qu’une chose perturbe cette vie trop parfaite. En effet, tout s’écroule lorsque la pression familiale se fit plus forte sur les épaules de mon père, à cause de mon grand-père mourant. Ma mère lui a posé un ultimatum : ses parents ou elle. Il fit l’erreur de repartir en Espagne du fait que mon grand-père s’était rapidement rétabli. Quand il était revenu, ma mère, ma sœur et moi, nous étions déjà partis ailleurs. C’est là que j’ai compris la notion de famille, elle n’existait pas tant qu’on s’entredéchirait. Je ne suis pas quelqu’un qui cherche les emmerdes, je les évite plutôt. Avec moi cependant, il ne faut pas trop pousser le bouchon, on me cherche et je rendrai à la personne la monnaie de sa pièce. Ce n’est qu’exceptionnel car j’aime rester pacifiste et on me fait confiance pour ça. En règle générale, je ne déçois personne. Les gens voient que je ne joue pas un rôle, que je n’use pas de mon titre pour faire régner l’ordre. Au contraire, je m’adapte, j’ai tendance à me soucier des autres plus que de moi-même car je n’aime pas décevoir les gens, même si je suis un adepte de moins j’en sais, mieux c’est. Ils sont peut-être comme moi, déçus par leur paternel, un rejeton raté ou le vilain petit canard. C’est peut-être con, voire surprenant de l’entendre dire mais j’aime ça. J’ai beau venir d’une illustre famille, avec toutes les qualités qu’elle attend de moi, l’arrivée de la seconde femme de mon père m’a poussé à me rebeller. J’étais un putain de merdeux pour elle. Que je lui tienne tête pour que mon père me rejette ensuite, ce n’est pas grave. Que je sois l’arbre au milieu de la route de son bonheur avec mon père n’est pas un souci. Mes grands-parents ne m’avaient pas oublié eux, soucieux de perpétuer leur descendance haha.

(les petits plus) je porte toujours une croix autour du cou, qui me confère un certain charme, de l’artiste rebelle qui a la foi + ne dis pas non à une petite clope, mais j’ai développé une certaine aversion pour l’alcool depuis que j’ai vu quelqu’un en mourir + je suis un ami loyal qui ne demande jamais rien en retour + depuis la mort de ma sœur, je ne me suis jamais vraiment attaché à quelqu’un, quelques petits expériences par-ci par-là mais c’est tout + ne me suis jamais considéré comme étant riche, même si je n’ai manqué de rien, j’en veux toujours à mon père d’être aussi aveugle, je le pensais plus intelligent en ce qui concerne sa seconde femme, qu’elle le manipule + je vis dans le même appartement que Lyla, ma belle-sœur, à qui j’ai emprunté le nom + par ailleurs, j’ai toujours du mal à réaliser qu’elle est la progéniture de la personne que je déteste le plus au monde, après mon père + je vais rarement en cours, préférant de loin vagabonder jour et nuit dans les rues en compagnie d’amis + je suis légèrement claustrophobe, j’ai besoin d’air et ne pas être confiné longtemps dans la même pièce. J’ai besoin de bouger.
Exceptionnellement, ma mère était venue me chercher à l'école. Le brouhaha des élèves sortant de classe mêlé à la joie de retrouver un de leurs parents n'avait pas troublé la dame blonde aux yeux bleus, qui m'attendait de l'autre côté de la rue, un grand sourire aux lèvres. Les personnes qui passaient entre elle et moi devenaient floues et semblaient commencer à disparaître de ce monde. Comme pris au piège, j'avançais sûrement vers la blonde qui me regardait toujours en souriant. Je savais qui elle était, mon esprit la reconnaîtrait entre mille puisqu'il s'agissait de ma mère. Lorsque mon pied toucha le trottoir, ma mère sortit de sa torpeur, accourant vers moi pour me prendre dans ses bras. Je me rappelle encore de son rire cristallin qui fendait l'air et du parfum qui embaumait ses vêtements. Avec une infinie tendresse, elle me serra longtemps contre elle, murmura à mes oreilles rougies par le froid qu'elle était heureuse de me retrouver et qu'elle m'aimait énormément. Je décochais un sourire en la voyant toute émue. À neuf ans, je ne comprenais pas trop l'intérêt d'être parents mais je voyais bien que ma mère rayonnait, qu'elle était fière de moi, de son enfant. Elle m'adorait tellement c'était certain et ce petit moment de retrouvailles qui valait toutes les merveilles du monde restait gravé dans mon cœur. Il y avait cependant une autre raison, que vous saurez plus tard, pour laquelle cette journée resterait également à jamais dans mon esprit. Le jeune garçon que j'étais, tout heureux de retrouver sa mère, n'imaginait pas une seconde ce qui allait s'ensuivre.

৩ ৩ ৩

Les yeux obstrués de larmes, je laissais mon père me tenir la main. Nous étions tous deux vêtus de noir. J’étais alors âgé de quinze ans et tout sentiment de bonheur avait quitté ce monde, ce jour-là en particulier. Tant bien que mal je résistais à l’envie de pleurer, écoutant d’une oreille discrète le prêtre sermonner des références bibliques. D’autres personnes étaient là aussi, regroupées tout autour de nous. Elles semblaient éteintes, inanimées, et écoutaient eux aussi le prêtre qui, de sa voix monocorde, continuer à lire des extraits de la Bible. Je réprouvais un sentiment de répulsion envers les quelques gens de ma famille venus soutenir mon père. Ils n’avaient pas accepté qu’une étrangère vienne rejoindre leurs rangs. Et ils étaient revenus sur leur décision le jour de sa mort. Pitoyable. Je comprenais mieux pourquoi ma mère avait décidé de m’emmener avec elle six ans auparavant, elle n’en pouvait plus de cette famille. Comme elle ne rentrait pas dans le moule, étant une parfaite étrangère à leurs yeux, on l’avait aussitôt rejetée. Mais le mal était déjà fait, ma mère attendait un bébé. Elle m’attendait. Pour la famille, c’en était trop. Ils mirent ma mère à la porte, pour eux elle était coupable de l’agitation qui régnait dans la famille, du fait qu’elle aimait l'un des leurs et apparemment, ce serait la chose à ne pas faire. Néanmoins, elle trouva rapidement réconfort, dans les bras de l’homme qu’elle aimait. Lui aussi avait choisi de son plein gré le chemin de la sortie pour suivre ma mère. Il ne pouvait pas la laisser seule dehors avec son futur bébé, moi.

৩ ৩ ৩

Mon père qui se tenait à côté de moi, pleurant la mort de ma mère, j’étais ravi de le retrouver. Si je me rappelais de cette journée où ma mère était venue me chercher à l’école, c’est bien pour cette raison. Elle marquait le début d’une longue période que je ne pourrais oublier, celle impliquant la disparition de mon père dans ma vie. En effet, je le pensais disparu, envolé, jusqu’à ce que je le recroise à mes treize ans, pas loin de là où j’habitais avec ma mère et ma sœur. Je crois que je n’avais pas dit jusque-là que j’avais une sœur, une jumelle. Pour dire vrai, elle était morte dans le même accident qui avait tué ma mère. Elle s’appelait Juliet. Oui mes parents avaient eu la merveilleuse idée d’appeler leur fille Juliet et leur fils Romeo. Romeo et Juliet, les héros maudits de Shakespeare. Juliet, ma sœur, ma moitié, celle que je considérais comme ma meilleure amie, était partie avant son Romeo, ce qui était une entorse à la trame de Shakespeare. Elle était morte, elle qui n’avait que quinze ans avait toute sa vie devant elle. Elle ne pouvait pas mourir à ce moment-là, en même temps que ma mère. Non elle n’avait pas le droit, elle ne pouvait pas laisser son Romeo seul. On était destinés à mourir ensemble. Bref, avant qu’elle ne meure, mon père avait retrouvé notre trace. Ma sœur et moi allions le voir secrètement sans rien dire à notre mère, elle ne devait pas savoir qu’il était de retour. Comme il m’avait beaucoup manqué, je passais plus de temps avec lui qu’elle. La laissant donc avec ma mère, je l’avais conduit sans le savoir à la mort. En apprenant l’accident, je m’en étais voulu terriblement. J’aurais dû partir avec elle, mourir avec elle, mais la vie avait décidé de m’épargner. Cette pensée ne m’empêcha pas de tomber dans une profonde dépression.

৩ ৩ ৩

Quelques mois après la mort des deux femmes de ma vie, mon père se remaria et je fis connaissance de ma belle-sœur, étudiante à Columbia. Dans ma tête, je ne parvenais toujours pas à remplacer Juliet. Elle me manquait affreusement mais très vite, je pris d’affection pour l’autre sœur, de deux ans mon aînée. Lyla Coelho. Elle se montrait gentille et prenait toujours ma défense. En effet, ma belle-mère ne m’aimait pas beaucoup, me considérant comme un bon à rien, une perversion de la nature à cause de mon penchant pour les deux sexes. C’est pourquoi je faisais souvent le mur, fuyant cette ambiance familiale étouffante. Mon père n’était pratiquement jamais là, trop occupé par son nouveau travail au sein de sa famille, que je ne voyais que ma belle-mère à longueur de journée, se plaignant toujours de ma personne. Je n’étais pas son Cendrillon mais avec elle, j’avais tout pour l’être. Intérieurement, j’espérais que mes sorties nocturnes parfois prolongées inquièteraient mon paternel mais il n’en avait jamais rien été. Pire, il s’y était habitué et ne trouvait rien à redire lorsque je venais reprendre mes marques en déjeunant en famille après quelques jours d’absence. Je m’étais mis à le haïr tout autant que ma belle-mère et puis, un jour, à quelques semaines de mes vingt-et-un ans, il me jeta comme un malpropre de la maison. Il avait sans doute une fois pour toutes écouté cette mauvaise femme qui avait une emprise totale sur lui. Ma belle-sœur avait quitté elle aussi le domicile familial et proposa de m’héberger. Mes grands-parents paternels restés en Espagne, qui avaient longtemps vu ma mère comme une étrangère avant de changer d’avis à sa mort, décidèrent de m’offrir une pension après que mon père m’ait coupé les vivres. Ils ne pouvaient pas laisser le dernier de la famille qui restait dans la misère.

unwin
passe ta souris !
Aloha ! Comme vous pouvez le voir, je suis fan d'Hawaï, je rêve d'y aller un jour ho Outre ce détail, je m'appelle Thomas, j'ai 20 ans DINO Dans la vie, je fais médecine TABLE mais l'année prochaine, je me réoriente vers des études plus courtes ARROWluvCharlie Je squatte chez mes parents, je profite un maximum de mes vacances SIFFLE avant de pouvoir déménager, changer de région :YEAH: Vous devez savoir aussi que j'aime les smileys HOT Sinon, au niveau de la fréquence de connexion, 3-4-5j/7 je dirais, cela dépendra de mon humeur en fait MOUSTACHE


Dernière édition par Mordred Coelho le Sam 13 Juin - 20:25, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Ven 12 Juin - 23:08

J'adore tous les prénoms que t'as choisi BRILLE Camille pour un mec je kiff HAN
En tout cas t'es tout beau BRILLE bienvenue au Parking ! Smile :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar

› Âge : vingt-sept ans
› Appart : #1401 - 14e étage
› Occupation : je me suicide à petit feu.
› Messages : 3626
› Nombre de RP : 0

Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Ven 12 Juin - 23:11

Bienvenue au parking :l:
Bon courage pour ta fiche BRILLE



.
Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien. Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien. Pour oublier un peu que toi tu n'es pas là quand l'hiver se fait rude. Que je n'ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t5129-silver-o-high-all-the-t


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Ven 12 Juin - 23:16

Bienvenue :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Ven 12 Juin - 23:20

merci les gars BRILLE :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Ven 12 Juin - 23:36

Bienvenue ici BRILLE
Hâte d'en savoir plus sur ton personnage, bon courage pour ta fiche en tous cas :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Ven 12 Juin - 23:55

merci Pia (j'aime beaucoup ce prénom et ton avatar ho)
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Sam 13 Juin - 1:57

Bienvenue toi !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Sam 13 Juin - 2:10

La choupette :hihi: merci :l: :l:
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Sam 13 Juin - 2:10

Fuck ça va finir par devenir officiel ça...
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Sam 13 Juin - 2:46

Choupette, ça te va bien Oscar :PERV: MDR
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Sam 13 Juin - 5:16

Bienvenue! :l: Bon courage pour le reste de ta fiche MIAOU
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Sam 13 Juin - 11:14

Un bienvenue officiel même que !
Bon courage pour la fin de ta fiche et have fun ! ouais ouais ouais ! YOUPI SUPER coeur
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Sam 13 Juin - 12:38

Bienvenido HEH
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité

Invité
Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade Sam 13 Juin - 20:22

merci les gens SUPER
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Message(#) Sujet: Re: mordred + when your kingdom falls and you family fade

Revenir en haut Aller en bas

mordred + when your kingdom falls and you family fade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Uther, Arthur et Mordred
» Madariss-Family <4
» MADARISS Family: été 2012
» tableau home-déco family
» [Fiction] Moonlight Falls, Épisode 1 - Saison 1 - "Nouvelle vie".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DE CEUX :: Les Fiches Abandonnées-
LES RP LIBRES

Apolline au chantier Marshall se marie (groupe) Kendall fait la fête (groupe) Panique au Lumi (Groupe) Bianca matte du porno Independence Day (groupe) Azur fête ses 30 balaisBronx Boxing (groupe)