avatar


Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13179-gala-taguer-des-galaxi
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 378
▹ INVESTISSEMENT : 128

▹ AGE : 24 mais ça l'amuse de voler les bières au lieu de donner sa carte.
▹ APPART : #007, la bande originale de James Bond en fond sonore.
▹ TAF : donne vie aux monstres de Monsters and Men sur les murs vierges du Bronx, hacke les comptes en banque, bosse pour la mafia Bartolotti.
▹ AVATAR : Giza Lagarce.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: et les étoiles du ciel se cassèrent la gueule (loup)   Sam 23 Juin - 23:10

Elle avait trop écouté la loi de Murphy et ça lui était retombé sur la gueule. Forcément. Elle avait voulu voler une pizza mais le vigile avait crié au loup et Gala avait terminé dans le bureau du manager, à expliquer que ses parents l’avaient jetée parce qu’elle avait fait son coming-out et qu’elle avait besoin de cette pizza. Elle faisait les yeux doux mais elle était repartie sans pizza avec de l’encre sur les mains, parce qu’elle avait dû écrire le (faux) numéro de ses parents sur un papier et que le stylo bavait. Elle avait trébuché sur les marches du métro et l’avait raté à une seconde, en manquant de coincer sa manche dans les portes, alors elle avait fini par jurer en italien et les gens l’avaient regardée comme une extraterrestre (elle avait juré encore plus, bien sûr). Elle s’était dit, c’est pas ma journée, et ça l’était devenu encore moins, parce que ses bombes fonctionnaient plus et qu’elle arrivait pas à les faire exploser contre les murs, que quelqu’un avait recouvert son serpent alors qu’elle voulait continuer à bosser sur les écailles. Putain. Manquerait plus que le tourne-disques soit cassé et que James Bond arrête de résonner entre les murs. Les écouteurs dans les oreilles, elle se traîne avec la capuche sur la tête pour penser à autre chose (pour penser à rien), elle marche sans but, presque sans repères. Elle se perd et elle jette la boussole au sol, dans la ruelle d’à côté près des poubelles, pour plus y penser. (C’était trop beau pour être vrai.)
Parce que dans cette ruelle, la boussole imaginaire vient s’écraser contre un corps penché qui dort, pleure, prie ou mange. Elle voit pas bien. Mais c’est pas sa journée alors elle s’approche et elle a un hoquet quand elle comprend (elle veut tellement se précipiter).
Parce que c’est lui.
Faut que ce soit lui, toujours.
Elle veut se précipiter mais elle se retient et les écouteurs ne tombent pas au sol. Elle les enlève, un par un, doucement, elle s’approche comme si c’était un animal apeuré alors que c’est rien d’autre que le fameux grand méchant loup et que Gala elle a tout l’air d’un chaperon rouge. « Loup ? » Elle pose la question mais elle sait que c’est lui. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Elle pose la question mais elle sait parce qu’il y a un matelas à côté, et un autre posé tout contre l’autre, des restes de nourriture (et peut-être des restes de son cœur?). Elle s’accroupit. « Depuis quand tu vis là ? » Elle voudrait ajouter pourquoi tu m’as rien dit mais elle se rappelle pourquoi il lui a rien dit (et ça lui fait mal aux tripes, mal au cœur).

@HOODWINK, tennessee, the riddler


nos respirations en sursis


Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.