avatar
« en mode vibreur »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3532
▹ INVESTISSEMENT : 275

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: NIMUE + il y a une fêlure dans chaque chose, c'est ainsi que pénètre la lumière.   Dim 17 Juin - 22:51



NIMUE & VINCI
bentonia, mississippi



Les billets sont chers, ça il le savait depuis quelques temps déjà. Il était allé voir le prix sur internet, avait commencé à économiser pour payer l'aller-retour pour Jamal. Mais maintenant qu'il est mort, Vinci s'est retrouvé con tout seul dans son petit appart à l'isolation mal foutue. Il s'est demandé qui viendrait le voir maintenant, qui ferait en sorte de casser sa solitude, de voir comme il a évolué même s'il a parfois la sensation que c'est juste une image, qu'elle pourrait se flouter à tout moment, le laisser tout seul face à ses démons, comme avant.
Mais avant.
Il a pas envie de retomber là-dedans, encore moins depuis que son père est mort, ça lui donnerait la sensation de salir sa mémoire, de porter son nom juste pour le décevoir. Il doit tout regarder de là-haut, c'est obligé, un type comme Jamal laisserait pas tomber tout le monde. Impossible. Parfois, il lève les yeux au ciel le soir pour essayer de le voir parmi les étoiles, comme dans les films, une part de rêverie qui a subsisté dans la noirceur de son âme, une connerie du genre. Avec Jam ils regardaient parfois le ciel mais dans le Bronx tout y est pollué alors on voit rien. Pourtant c'était beau la ville de nuit. Il se souvient d'une image féerique qu'il a jamais retrouvé en l'observant tout seul du haut du quatorzième.

Devant l'aéroport de Jackson au Mississippi, une clope au bec, Vinci attend. Il sait que le visage qui traversera la porte des arrivées n'aura rien de Jamal mais qu'il lui donnera quand même du baume au coeur. Nimue, ils se sont croisés à l'enterrement mais il a pas eu les couilles d'aller la voir, il lui est passé devant sans rien dire parce qu'il savait que sa soeur se foutrait de sa gueule ensuite, qu'elle lui poserait des questions qui l'agaceraient. Alors il a attendu d'être rentré chez lui pour l'appeler et lui demander si elle accepterait de venir le voir ici, qu'il payerait tout, qu'elle devait pas s'en faire, qu'il était là puis qu'elle pouvait refuser aussi. Elle a accepté, il était un peu sur le cul alors il a rangé son appartement, mis de côté sa vie de loup solitaire pour finalement faire le chemin jusqu'ici. Sa voiture est garée sur le parking, un vieux tacot que son patron a accepté de lui prêter, Joe, le propriétaire de la ferme où il bosse. Un gars bien, il savait plus que ça existait en réalité.

Lorsqu'il la voit débarquer au milieu des autres arrivants, il ressent ce truc bizarre qu'il a toujours détesté et fronce les sourcils pour le chasser. Pas le temps pour les monstres envahisseurs. Vinci s'approche au milieu de la foule, casquette sur la tête pour cacher ses cheveux en bataille là-dessous. Les températures sont bonnes, il a eu le droit de venir en t shirt et une fois face à elle, il sait pas comment réagir. Il savait qu'il saurait pas. Impossible de savoir. Jamal est mort. Elle le connaissait, comme lui, peut-être plus, peut-être moins. Difficile de dire si les enfants connaissent réellement leurs parents vu leur besoin de les protéger. Hey. Tout juste un regard, Vinci ne lui sourit pas parce qu'en dehors de la savoir ici pour quelques jours, il sait que le Bronx grouille de leurs malheurs respectifs, qu'elle a laissé derrière elle des chimères qui doivent déjà être en train de les traquer. Le soleil tape fort, ce doit être pour ça qu'il se sent si moite soudainement. Laisse, je prends ta valise. Sa main prend soin à ne pas effleurer la sienne lorsqu'elle se pose sur la poignée de celle-ci. C'est allé le voyage ?
Tout ça pour dire qu'il a été fort pour tout rater avec elle.
Nimue a pas encore parlé qu'il sent qu'elle a plus ses rêveries et ses histoires à dormir debout au fond de sa tête.
Et s'il était resté ?
Non, tu fais pas le poids dans la balance de son bonheur.



sur le tremplin de ma porte sur les objets familiers sur le flot du feu béni j’écris ton nom
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.