avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13196-luna-sometimes-violenc
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 1216
▹ INVESTISSEMENT : 77

▹ AGE : 24 ans (21/06)
▹ APPART : Décide de garder l'appartement de Jam #304
▹ TAF : Plus rien maintenant
▹ AVATAR : Emily Rudd
▹ DC : Yu



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Le saut de l'ange - Chad    Ven 1 Juin - 15:09

   
Le saut de l'ange
Luna & other


    01 juin ; 01:50 AM

Il y a le vide sous ses pieds, le vide immense matérialisé par la grandeur de cet immeuble et si semblable au vide qui se joue à l’intérieur de son coeur. Les funérailles sont passées, ils ont tous dit Adieu à ce grand homme qu’était Jamal Price et pourtant, Luna n’a pas réussi, elle n’a pas réussi à lui dire Adieu et à mettre un terme à l’histoire qu’ils avaient entamée tous les deux. En rentrant, elle ne s’est pas démaquillée malgré les traces de mascara sur ses joues, ne s’est pas déshabillée et a gardé sa tenue de deuil aussi noire que ses pensées parce qu’elle est fatiguée, fatiguée de trop penser, fatiguée de trop pleurer et de remuer au fond d’elle les images horribles de l’assassinat de l’amour de sa vie.

Alors la folie l’a prise, l’a happée comme la mort a happé Jam et elle aurait voulu marquer au sol l’endroit de leur première rencontre, ici, derrière son dos. Sauf que la pluie ne cesse de tomber depuis trois jours et il pleut autant dans son coeur que dans ce monde. Alors, l’espoir éteint, elle attend patiemment que le courage lui vienne en aide, que le courage la pousse à sauter pour le rejoindre lui, pour rejoindre la contrée meilleure qu’il y a au-delà du ciel pluvieux de la Terre. Dans sa tête, il n’y a plus que le bruit tambourinant de son coeur qui cogne contre ses côtes et le vacarme causé par l’arme à feu qui a tué Jamal, un brouhaha entêtant, dévastateur et provocateur d‘aliénation. Puis ses mains donnent l’impulsion qui lui permettront bientôt de s’écraser au sol, tout en bas, entre les mégots du trottoir et les ordures des poubelles renversées. Mais elle sent un étau autour de ses propres bras. Des bras puissants désireux de la retenir ici, en vie. Ici entre la douleur et la tristesse, entre les gouttes de pluie qui s’écrasent sauvagement au sol et les gens qui lui diront que ça va aller. Ca n’ira jamais, ça n’ira plus jamais. Alors elle se met à hurler, fort, très fort. D’une voix aiguë et stridente, bat des pieds et des mains dans le vide, les yeux fermés très fort aussi. “LAISSEZ-MOI MOURIR” La plus pure des hystérie qui la violente aussi fort que l’impact d’une balle perdue.


   
©️ Nous sommes de ceux
   


avatar
« en mode vibreur »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3532
▹ INVESTISSEMENT : 275

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Le saut de l'ange - Chad    Ven 1 Juin - 16:29



LUNA & CHAD
le saut de l'ange




✰✰✰

Elle ne l'a pas vu. Bien qu'il soit grand, aussi imposant qu'une armoire à glace, la gamine n'a pas posé un seul regard sûr lui alors qu'il venait de raccompagner l'un des combattants du Colyseum parce que la pluie tapait trop fort dehors depuis le petit matin.
Elle ne l'a pas vu.
S'avancer derrière elle après avoir reconnu son visage parce qu'ici, tout le monde se connaît, se croise et se recroise sans jamais vraiment s'attarder sur les visages. Et Chad sait la tourmente qui la hante. Il la connaît parce que sa peine reste la même au fond de ses tripes lorsqu'il ne la masque pas de son présent.
Elle ne l'entend pas non plus, lorsqu'il ouvre à son tour la porte de l'immeuble pour la rejoindre d'un pas lent. Il sait que la gamine serait capable de sauter parce qu'il était passé à deux doigts de faire la même chose. La vie, elle ne ressemble à rien lorsqu'on perd son pilier. Elle te donne de l'oxygène, juste de quoi tenir debout mais c'est tout.
Le reste, tu te débrouilles avec. Et ce reste là n'est qu'un vide, une plaie béante qui creuse l'âme.

Ses gros bras se referment autour d'elle, la retiennent sans trop de difficulté pour l'éloigner de la mort. Elle pèse un poids plume. Chad ne connaît pas son nom, seulement son histoire et son visage. Cette gamine est la vedette d'une tragédie de mauvais goût, d'une réalité trop douloureuse pour être supportée. Contre son torse, le colosse la sent remuer, se débattre avec acharnement pour rejoindre les bras d'un sommeil sans fin tandis qu'il referme son emprise sur elle. Son corps dégringole au sol. Ses fesses atteignent le sol humide du toit sans pour autant la lâcher. Les gouttes de pluie recommencent de plus belle, dégoulinent sur son crâne et mouillent les cheveux de la gamine. L'ours redresse l'une de ses mains, la pose contre son front pour prononcer un shh faible entre ses lèvres tout en la berçant comme on bercerait l'être le plus précieux qu'il existe. Il ne la connaît pas, bien évidemment qu'il ne la connaît pas mais leurs peines sont les mêmes et se rapprochent indéniablement l'une de l'autre. Comme deux aimants, sa joue se pose contre la sienne, plus douce, alors qu'il se concentre pour rendre sa présence moins acide, plus acceptable. Il ne la lâchera pas tant qu'elle ne sera pas calmée. Il en a la force physique et mentale.
Les cris de la môme traversent l'air, le brisent en deux comme ils déchirent l'âme de Chad.
C'est donc ça, le chant d'une âme en détresse ?



sur le tremplin de ma porte sur les objets familiers sur le flot du feu béni j’écris ton nom
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13196-luna-sometimes-violenc
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 1216
▹ INVESTISSEMENT : 77

▹ AGE : 24 ans (21/06)
▹ APPART : Décide de garder l'appartement de Jam #304
▹ TAF : Plus rien maintenant
▹ AVATAR : Emily Rudd
▹ DC : Yu



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Le saut de l'ange - Chad    Ven 1 Juin - 19:55


Elle a fermé les yeux et espéré très fort claquer son crâne si brutalement au sol que son cerveau serait ressorti par une ou deux fissures provoquées par le choc, le sang aurait coulé et elle n’aurait plus rien senti. Un choc violent mais bref, sans douleur ni angoisse, un choc libérateur et radical qui aurait fait de ce cauchemar un vilain souvenir. Puis son âme serait repartie vers d’autres cieux se caler contre celle de l’homme de sa vie dans une infinie paix spirituelle.

Il n’en est rien quand son corps est tiré vers l’arrière et que ses yeux se rouvrent brutalement sur la réalité, la vie qui la retient dans ce monde où elle ne sent plus d’avoir la place. Alors, elle se débat avec la force d’un chat enragé, joue des coudes et des pieds pour frapper l’innocent derrière son dos, innocent qu’elle n’a même pas encore vu alors qu’ils retombent lamentablement au sol. Elle ne remarque pas la main qu’il pose contre son front, ni même la joue qu’il colle à la sienne parce que la gamine est dans une hystérie telle qu’elle ne voit ni n’entend rien. Elle hurle encore et ça doit sûrement percer ses tympans à lui. Elle crie avec une force surhumaine comme si ça allait changer quelque chose, comme s’il allait lâcher sa prise. Luna finit par reprendre son souffle mais frappe toujours avec autant d’énergie et ça continue, encore et encore sans qu’elle n’arrive réellement à se défaire de l’étreinte.

Son corps s’épuise finalement et les cris se sont transformés en sanglots, des sanglots si bruyants qu’ils percent eux aussi l’atmosphère. Les trombes d’eau qui s’échouent au sol se mêlent imperceptiblement avec les larmes féminines pendant que sa poitrine monte et descend avec rapidité: “Laissez-moi…” Murmure-t-elle, à bout de souffle.


   
©️ Nous sommes de ceux
   


avatar
« en mode vibreur »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3532
▹ INVESTISSEMENT : 275

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Le saut de l'ange - Chad    Ven 1 Juin - 23:52



LUNA & CHAD
le saut de l'ange



Elle va le détester atrocement de l'avoir empêché de sauter. Chad le sait mais se dit qu'à haïr quelqu'un, autant que ce soit lui. Lui qu'elle ne connaît même pas. Si un de ses proches l'avait fait à sa place, elle aurait laissé la colère prendre le dessus sur l'affection. Parce que c'est à ça que consiste le deuil finalement : en vouloir à tout le monde. En vouloir à tous de ne pas ressentir avec exactitude l'état dans lequel on se sent. Leur en vouloir, pour le simple fait d'être vivant tandis que la personne qui nous est si chère est morte.

Il voudrait lui transmettre à travers sa joue, sa main et son étreinte qu'il sait ce que ça fait. Chad se souvient encore des premiers mois passés dans cette sensation d'avoir perdu une couche de peau, de tout ressentir avec une telle vivacité qu'au final on ne prend plus conscience du monde qui nous entoure. Lui aussi se réveillait parfois en pleurant ou se perdait dans des rires qui n'en valaient pas la peine. Des illusions de sourires exagérés pour se convaincre que l'on est encore vivant alors que toute l'âme ne travaille qu'à l'idée de s'échapper de cette enveloppe d'agonie qu'est le corps.
Ce même minuscule corps qui se débat contre lui, qui pense pouvoir le convaincre de le lâcher, de s'échapper de cette emprise qu'il exerce sur elle pour la retenir à la vie contre son gré.

Après la folie dévastatrice, le sanglot.
Son souffle se coupe alors qu'il relâche instinctivement de sa prise sur elle pour la laisser respirer. A trop vouloir la retenir contre lui, Chad se retrouve balancé quelques mois en arrière avec les émotions brutes de la perte d'Eros. Il n'est plus dans ce présent mais avec elle entre deux mondes où tout ne transpire que le deuil ; cet immeuble, les voitures en bas, les lampadaires et même les lourds nuages au dessus d'eux. Tout est recouvert d'une fine pellicule de douleur que même la pluie ne saurait effacer. La pluie. Il l'avait oubliée, se rend à peine compte que leurs vêtements dégoulinent et collent à leur peau. Il faut qu'on se mette à l'abri, tu vas tomber malade ... Sa voix est basse mais suffisamment forte pour combattre le bruit de l'averse qui leur tombe dessus. Façon détournée de l'éloigner du vide, de l'intention magnifique d'en finir. Il la portera si elle ne peut pas se lever, si ses jambes refusent de la tenir et que les soldats de son corps décident de faire grève tant qu'on ne leur ramène pas l'être perdu.



sur le tremplin de ma porte sur les objets familiers sur le flot du feu béni j’écris ton nom
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13196-luna-sometimes-violenc
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 1216
▹ INVESTISSEMENT : 77

▹ AGE : 24 ans (21/06)
▹ APPART : Décide de garder l'appartement de Jam #304
▹ TAF : Plus rien maintenant
▹ AVATAR : Emily Rudd
▹ DC : Yu



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Le saut de l'ange - Chad    Sam 2 Juin - 1:08


Le souffle saccadé, les oreilles qui sifflent encore, le corps de la gamine relâche enfin tous ses muscles pour stopper cette hargne qui ne faisait que malmener l’homme à ses côtés emportant avec cette soudaine sérénité les larmes qui se remettent à couler à foison. Jam est mort et en si peu de temps cet homme était devenu le pilier de la jeune femme. A ces côtés elle ne craignait rien, ni les dangers du Bronx, ni ses démons passés et les séquelles qu’ils avaient engendrées. En quémandant la mort, Luna demande surtout la fin de ses souffrances, la fin de cette douleur sourde qui traverse sa peau et son sang de manière à lui arracher le cœur à chaque battement de ce dernier. Puis mourir, se retrouver dans l’au-delà, retrouver Jam peut-être mais surtout, ne plus être ici, ne plus être ici à devoir se forcer à être heureux, se forcer à sourire et à faire semblant que ça va mieux.

Sa robe de deuil ne ressemble plus à rien, la dentelle colle à sa peau et s’est lamentablement distendue pour se retrouver en haillons de tissus sur son corps cintré. Elle ne bouge pas d’un centimètre, cherche sa respiration entre toutes ces alvéoles collabées et le temps finit par prendre le dessus, les sanglots s’amenuisent pour finalement ne rester que larmes silencieuses sur ses joues. Puis une phrase fend l’air alors que les yeux de la jeune femme fixent le sol, alors que l’épuisement l’empêche de penser à quoi que ce soit de rationnel. Tant mieux si elle tombe malade, que la pneumonie fauche sa vie, qu’elle la prenne correctement, avec l’infection et les bactéries suffisamment coriaces pour éteindre son corps réduit à néant de toute façon. “J’veux pas me mettre à l’abri, laissez-moi tranquille, s’il vous plaît… S’il vous plaît.” Une supplique de plus qui lui donne la force nécessaire pour se redresser, tanguer pour se rattraper finalement au garde-corps précédemment déguisé en starting-block. Les lumières du Bronx brillent anormalement, une lumière fade et triste qui rend le paysage moins beau à voir. La gamine passe une main sur son visage, éloigne les cheveux bruns collés à ses joues et se tourne finalement vers l’inconnu. “Vous allez rester là ? A surveiller ce que je fais ? Et qu’est-ce que ça peut vous faire si je me fous en l’air ? On se connait pas, alors laissez-moi la liberté de faire ce que je veux avec ma vie.” Langue tranchante et paroles acides parce qu’elle était prête à le faire, qu’elle avait réuni le courage nécessaire à sauter, à faire le grand saut et qu’au lieu de ça, un mec a tout foutu en l’air en voulant jouer les super-héros.



   
©️ Nous sommes de ceux
   


avatar
« en mode vibreur »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3532
▹ INVESTISSEMENT : 275

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Le saut de l'ange - Chad    Sam 2 Juin - 2:03



LUNA & CHAD
le saut de l'ange



S'il vous plaît.
Comme si c'était suffisant. Comme s'il était capable de la laisser là en prenant le risque qu'elle ne saute et qu'il lise sa mort dans les journaux dés le lendemain matin. Comme si.
Son regard s'accroche à sa silhouette. Elle se redresse mais Chad reste au sol. Il lui faut un moment, Parkinson le paralyse toujours un peu après un tel choc émotionnel. Sonné, il reste là, à l'écouter, colérique, acide. Ses paroles ne lui font pas mal parce qu'il s'en doutait, qu'il était le même au début, alors que l'image du cercueil d'Eros hantait encore sa tête avec une netteté surréaliste. Le corps tendu, il redresse ses genoux, pose ses bras sur eux avant de joindre ses mains devant lui. Là, il fixe un point invisible, son regard dégringole sur la robe de la gamine tellement trempe qu'elle ne ressemble plus qu'à un chiffon. Tout ce noir lui donnerait presque la nausée. Le ciel, la ville, sa robe, ses yeux, ses pensées, son aura.

Ah parce que c'est ça le truc, en fait ? On connaît pas quelqu'un alors on le laisse crever.
Un rire amer traverse ses lèvres. La colère qui répond à la colère, aussi simple que ça. Si la môme ne supporte pas sa douceur alors le colosse finira sur le même terrain de jeu. En réalité, tout juste s'il se rend compte de cette rancoeur qui s'éveille dans ses tripes et qui tremble jusqu'à ses mots. Les flash d'Eros lui reviennent en tête, mélangés à ces mois de solitude où personne ne lui avait jamais tendu la main jusqu'à ce qu'Isaak le sorte de cet enfer vide. T'as raison, ça ne me fera rien si tu sautes. La politesse se casse la figure. Mais tu vas pas me faire gober que personne dans cet immeuble ou ailleurs ne se fait du soucis pour toi. Pourquoi faire subir le deuil qu'elle trouve insupportable à d'autres ? Pourquoi se supprimer quand on est si jeune ? Pris d'un élan de rage, Chad parvient à se redresser. Sa présence se fait plus imposante, la bête reprend le dessus. C'est toute sa survie et son travail sur lui qui parle à cette gamine, qui lui attrape le bras pour la forcer à le regarder. Regarde-moi. Il la secoue un peu sans s'en rendre compte, lui fait peut-être mal au bras, qu'importe, il n'y que que comme ça qu'elle comprendra. Arrête d'agir comme si tu avais le monopole de la tristesse. Chad aussi sait l'être, acide. Et puisque cela semble être l'unique langage de cette môme, il ajoute. Tu penses vraiment que c'est la solution à tout ? Non franchement dis-le moi parce qu'à ce compte là, autant sauter tout de suite main dans la main. Le chagrin d'avoir perdu l'homme qu'il aimait est encore présent en lui. L'ours sait qu'il ne pourra pas s'en débarrasser, qu'à la place de le chasser, il faut apprendre à vivre avec. Il y a toujours de la colère dans sa voix. L'inquiétude de la savoir si proche du vide et ses propres sentiments lui font tourner la tête et réagir trop vivement. C'est normal d'avoir mal. La vie c'est aussi ça mais là encore, ce n'est pas une raison valable pour sauter. C'est surtout ça en réalité. Ses derniers mots sont plus doux, jurent atrocement avec l'agressivité de ses dernières paroles.
Sa main tremblante s'accroche au poignet de la môme par sécurité.
Ses yeux se posent sur la ville à moitié éteinte, recouverte d'un ciel gris/noir qui se contente de pleuvoir, d'être un réservoir percé déversant une pluie triste sur leurs têtes.



sur le tremplin de ma porte sur les objets familiers sur le flot du feu béni j’écris ton nom
avatar
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13196-luna-sometimes-violenc
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 1216
▹ INVESTISSEMENT : 77

▹ AGE : 24 ans (21/06)
▹ APPART : Décide de garder l'appartement de Jam #304
▹ TAF : Plus rien maintenant
▹ AVATAR : Emily Rudd
▹ DC : Yu



MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Le saut de l'ange - Chad    Sam 2 Juin - 11:45


Elle ne demande qu’un peu de solitude, un peu de silence dans ce sombre vacarme qu’est le tambourinement de son coeur et ce n’est définitivement pas ce que l’homme lui apporte. Luna aurait aimé sauter et ne plus avoir à discuter de tout ça avec personne, n’avoir aucune confrontation, chérir le fait qu’elle soit morte aurait été sa principale cause d’inquiétude et maintenant tout change, tout a changé avec l’homme dont elle ne connaît rien qui pourtant, fait croire qu’il sait tout de la tristesse qui s’est logée en elle. Ses yeux bleus remontent difficilement vers lui alors que le mot crever reste dans sa tête en suspens, mourir est un bien plus joli mot mais ça fonctionne, c’est comme une grenade dégoupillée qu’il vient de lancer dont l’explosion ramène ses pieds un peu plus sur terre. Un éclair de lucidité passe dans l’esprit de la gamine en même temps que le visage de Jam et définitivement: Ce n’est sûrement pas ce qu’il aurait voulu. Elle s’imagine qu’il aurait voulu que le deuil passe vite, qu’elle pense toujours à lui tout en pensant à elle, à son bonheur et toutes les choses qui lui reste encore à faire autant qu’il y a encore d’années qui la séparent de sa mort naturelle. Elle réprime un sanglot tout au fond de sa gorge en serrant le ventre pour éviter d’avoir de nouveau la voix cassée par les larmes bien qu’elle ne dise rien pour le moment. Plante juste son regard dans celui du bonhomme, l’écoute parler en réfléchissant et cherche instantanément les gens pour qui elle doit rester, ceux qui seront autant affectés qu’elle si elle venait à mourir, maintenant. Sa mère serait dévastée, ça n’en fait aucun doute, d’autant plus que Luna est fille unique. Puis il y a Nina, qui ne s’exprime pas intensément mais pour qui elle doit compter tout de même. Et il n’y a qu’elles deux, le reste ne sont qu’amis rencontrés fortuitement dans l’immeuble et qui ne doivent pas se soucier d’elle.

Puis soudain il se relève, cachant avec lui la lueur de quelques réverbères tant sa hauteur est impressionnante et la jeune femme ne l’avait pas remarqué avant mais il y en a trois fois comme elle dans sa carrure. Machinalement elle relève la tête, trente centimètres plus bas, alors qu’il lui agrippe le bras, acide à son tour, cracheur de venin logorrhéique qu’il devient. Luna recule instinctivement d’un pas, fronce les sourcils, déstabilisée, muette. Elle croyait que c’était valable, avoir assez de tristesse pour vouloir mourir, que c’était valable, la perte de l’amour de sa vie et ce mec remet tout en question en même temps que le choc émotionnel qui vient se loger dans les entrailles de la jeune femme. Sa main se serre pendant que la sienne attrape son poignet et que ses yeux finissent par se poser sur la ville. La gamine le regarde encore, croit lire en lui une détresse similaire parce que ses mots sont choisis et rythmés comme du papier à musique et ça a été si facile qu’elle se dit que lui aussi, a un démon qui lui a dit de sauter auparavant. “Je voulais juste que ça s’arrête…” Elle essuie à nouveau ses yeux, tournés cette fois vers la ville et continue: “Tout d’un coup, j’ai trouvé que c’était la meilleure solution…” Sa mine est toujours aussi triste, son menton semble trembloter par moment et ses larmes se mêlent toujours autant à la pluie, ce qui mime l’absence de sanglot; c’est sûrement mieux comme ça. “Ca s’arrête un jour vous croyez ? Parce que je suis pas assez forte pour surmonter ça, j’ai été forte pour plein de choses mais ça, je m’y étais jamais préparée…” Le viol c’était rien comparé à ça, l’abandon non plus, elle a réussi à s’en sortir jusqu’à maintenant mais la mort de Jam c’est la fatalité en plus qui désorganise toute sa force et tous ses sentiments.


   
©️ Nous sommes de ceux
   


avatar
« en mode vibreur »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3532
▹ INVESTISSEMENT : 275

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: Le saut de l'ange - Chad    Jeu 14 Juin - 12:41



LUNA & CHAD
le saut de l'ange



S'il a été si brute et agressif c'était pour la réveiller. Il se souvient avec exactitude de ses sentiments avant de rencontrer Isaak. Chad pensait pouvoir mourir sans laisser derrière lui la moindre fissure. Il voyait en la mort une solution plus simple alors que son deuil n'était qu'un grand océan à perte de vue. Un océan que l'on regarde et dans lequel on se noie parce que notre vie ne sait pas nager. Elle doit avoir l'impression que ses poumons sont plein d'eau ; il la comprend, il aurait tenté la même chose avec la même agressivité. Il se serait débattu pour que l'existence lui lâche la grappe une bonne fois pour toute, il aurait tenté mais cette main sur le poignet de la môme l'empêche d'aller plus loin. Le courage de mourir, heureusement, ne dure jamais assez longtemps. Il le sent petit à petit retomber comme un soufflet qui sort du four. On le trouve magnifique, on a envie de le manger et à la moindre variation de température, tout retombe. La peine de l'enfant devient aussi minuscule que ses cailloux que l'on balance sur l'eau pour essayer de faire des ricochets. Elle se calme, arrête de brasser de l'air. Il sent son regard sur son visage mais continue de fixer la ville. Chad est froid, il le fait pas exprès ; il ressent pas le besoin d'offrir des yeux doux et des sourires faux. Par contre ses mots sont beaux, ils le sont parce qu'ils sont vrais et que la vérité, qu'importe qu'elle fasse du bien ou du mal reste la plus belle chose que l'on puisse offrir à quelqu'un.

Chad a la sensation de tenir entre ses doigts un jumeau qui ne lui ressemble pas. Un reflet minuscule, frêle, colérique de ce qu'il était. De ce qu'il peut être encore au fond mais qu'il refoule, qu'il prend le risque de mettre de côté pour vivre autre chose. S'élever après le deuil est une histoire délicate à laquelle on ne croit pas et qui pourtant nous lave de tout. C'est une seconde naissance et comme toutes naissances, elle est douloureuse. C'est pour ça qu'elle a si mal, il voudrait lui dire mais elle ne le croirait pas. Le colosse prend le temps pour s'expliquer. Il n'a pas peur du silence qui s'allonge au dessus de leur tête comme un nuage orageux. Les éclairs dans ses yeux s'attachent à la douceur du paysage. Sous la pluie, le Bronx perd tout de sa menace et de ses vices ; il se laisse noyer par la nature, ne peut rien contre elle. Lorsqu'elle lui demande si ça s'arrête un jour, Chad se perd au fond de ses pensées et ne peut s'empêcher de répéter à quelques mots prêts ce qu'il a lu dans un bouquin peu après la mort d'Eros. S'il le dit c'est uniquement parce qu'il a la sensation que ce qu'il racontait était juste. Il est lui aussi passé par plusieurs phases. Le deuil est un livre qui s'avance chapitre par chapitre. Il y en a qui le lisent vite, d'autres qui traînent. C'est normal d'être à cran. Je l'étais moi aussi au début. C'est le pire … t'as envie de pleurer en permanence, tu ressens cette colère insensée où t'arrêtes pas de te demander pourquoi la personne que tu aimes est morte. Sur toute ce monde, il fallait que ce soit elle, pas une autre. Il revit tout pendant qu'il parle mais ses doigts ne la lâchent pas. On peut pas se préparer à la mort. Même l'homme qui voit sa femme s'éteindre à petit feu d'un cancer ou autre saloperie du genre, certain qu'une fois arrivé au bout du tunnel lui aussi la ressent cette colère. On ne peut y être indifférent. Ça s'arrête jamais, t'apprends seulement à vivre avec ces sentiments. Tu les canalises et à la longue, ils se transforment en un vide que tu ne pourras jamais combler. Pourtant tu finis par t'en accommoder. Il hausse les épaules, pas le choix. Il sent ce trou à l'intérieur de sa cage thoracique se rappeler à lui tandis que Chad tourne son visage vers Luna. Le silence s'étire, la pluie perle sur son nez qui devient soudainement une gouttière. Je suis désolé. Pour la perte, le deuil, la souffrance, la vie qui ne suffit plus.
Désolé d'avoir été là.
Pour tout.



sur le tremplin de ma porte sur les objets familiers sur le flot du feu béni j’écris ton nom
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le saut de l'ange - Chad    
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.