En ligne
avatar
« en mode vibreur »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 2778
▹ INVESTISSEMENT : 103

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Jeu 10 Mai - 15:12

encorps, mon amour

Les explications traversent ses lèvres et Chad ne peut pas regretter de s'être posé des questions. Il a besoin d'être rassuré, parfois, de se dire que les choses ont un sens pour pouvoir se réconforter dans les moments d'insécurités. Ce genre de moments, aussi noirs que la nuit qui les entoure, aussi éblouissants que les phares autour d'eux mais suffisamment chauds et chaleureux pour qu'on y reste et qu'on s'y brouille la tête. Alors oui, ces explications, le colosse en avait besoin et ne ressent pas le besoin de s'en vouloir de ça. Ce sont des adultes à présent, ils se sont fait la promesse d'y arriver, pas tout le temps mais parfois, lorsque la vie le veut. Là, c'est exactement ce qu'ils sont en train de faire dans cette voiture : ils parlent, ils partagent, ils s'éveillent. C'est rassurant de se dire qu'il peut y avoir autre chose que le sexe. Les mots, bien sûr que ce sont des poisons, des sales bêtes qui peuvent mettre un chaos terribles mais il arrive parfois qu'ils soient des soleils qui vous réchauffent l'âme.
Là, il y a des rayons qui caressent son cœur, qui pourraient presque le faire ronronner alors qu'Isaak lui avoue ce qu'il a dans le ventre, pourquoi cette décision et la portée qu'elle aura forcément sur eux.

Ses doigts contre les siens, son alliance qui roule autour de sa peau pour lui rappeler qu'elle est là, que rien n'y changera pas, pas même l'argent, pas même les larmes ou les rancoeurs. Dans quelques années, elle sera là depuis si longtemps que sa peau sera marquée à cet endroit, plus blanche, plus fine, pour rester en lui même lorsqu'il devra l'enlever, parfois, pour quelques heures. Ces alliances, la prolongation de leur amour, l'équilibre nécessaire. Tout se concentre en un anneau : leurs peurs, leurs doutes, leurs colères mais surtout les bons moments, l'apaisement, le détachement, la sérénité. Il suffit de prendre conscience de sa présence pour que Chad parvienne à se calmer, oublier ce qui pourrait le rendre plus vulnérable à cet instant. Ses doigts, tellement plus imposants et solides que ceux d'Isaak englobent les siens, s'y mêlent, les épousent. Un rire s'échappe, posé, complice alors qu'il redresse leurs mains liées pour les ramener contre lui, y déposer un baiser qu'il n'a même pas essayé de calculer. Je suis certain qu'avec plus d'argent que toi, je continuerais d'acheter des joggings d'occasion. Difficile de perdre les mauvaises habitudes. Le colosse lui sourit, laisse son regard se perdre sur la route tandis qu'Isaak lui parle de ses affaires, de tout ce qu'il fait depuis le début et que Chad n'a pas encore eu connaissance, la partie de l'iceberg pour qui il devra parfois plonger la tête sous l'eau pour le comprendre. Avide de contact, le blond presse sa joue contre leurs mains pour inspirer leur odeur, se remémorer les caresses qu'elles donnent et l'amour dont elles peuvent être capables en plus du mal qu'elles causent si souvent.

S'il parvient à lui en parler, aller jusqu'à lui demander son avis sur la chose, ne pas le mettre totalement de côté sans le salir, c'est qu'il a forcément compris que Chad était là pour lui et non contre lui. Son cœur s'emballe à cette pensée, aussi simple soit-elle. Il se souvient de leur discussion dans le bain, de sa promesse de ne pas le changer ni le frustrer sur ce qu'il est et le fait se sentir vivant. Tu n'auras qu'à me demander lorsque tu voudras me faire part de quelque chose. Je suis là, même si tu penses que ça peut changer ma vision de toi, me décevoir, il ne faudra pas que tu hésites à me parler si tu penses que c'est nécessaire. Chad le lui rappelle avec délicatesse, sans agression, plus comme un conseil d'ami qu'autre chose. Enfin, il accepte de rendre sa main à Isaak pour revenir sur son siège plus lourdement. Tu n'iras pas en taule tant que je suis vivant. S'il faut qu'ils disparaissent, ils le feront. Par amour, on peut être capable de tout, surtout du pire, c'est son avantage. Il en a à revendre, de l'amour.

Maurice ?! Son cœur sursaute dans sa poitrine. Chad ne s'attendait pas à le voir entrer dans la conversation avant de comprendre que c'est une évidence. Maurice, c'est tout ce qu'il possède. Je-D'accord. Il est scotché sur son siège. Isaak réclamer le droit d'être quelqu'un pour son chat. En rentrant je m'occuperai d'ajouter ton nom sur ses papiers. C'est pas compliqué. Une pause s'étire, plus ou moins lente, profonde, le temps pour lui d'analyser les derniers points encore fragiles pour eux. C'est pas tout … Il sait que ce qu'il est sur le point de demander risque de changer une part de leur relation. J'aimerais que tu m'accompagnes à l'hôpital pour mes prochains rendez-vous. Ce sont généralement des visites de routine mais ça me rassurerait de t'avoir avec moi. J'y ai toujours été seul d'aussi loin que je me souvienne. Il était seul lorsque les traitements ne lui allaient pas bien, que les médecins semblaient parfois inquiets de son état. Aujourd'hui, il a envie de partager ces moments avec Isaak, de ne pas le mettre de côté lui aussi. Pas à tous bien évidemment. On fera en fonction de ton planning et des moments où tu peux te libérer. Je me rends compte que j'ai été infect avec toi de ce côté là. Jusqu'ici, Chad avait refusé d'un bloc de mener parkinson à la danse, avait rejeté sa moitié sans ne jamais rien lui dire. Ce n'est qu'aujourd'hui qu'il comprend la violence de ses actes.
Maurice et sa maladie, les deux seules choses qui lui appartiennent finalement.





I LET HIM
KILL ME



avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Ven 11 Mai - 2:32

Il ne faudra pas que tu hésites ... Ca a toujours été ça, le problème : ne pas hésiter. Alors que, depuis que tu le connais, tu n'as fait que changer à son contact, au point d'être tourmenté, déchiré, noyé d'angoisses à force de te perdre et de ne pas savoir qui il te faisait devenir. Au début c'était un pari romantique pour lui prouver qu'il valait plus à tes yeux que tous les autres avant lui, hommes et femmes de secours, des brouillons pour arriver devant Chad prêt à écrire l'avenir avec un grand A. Tu t'émerveilles encore d'en être arrivés à, main dans la main, bientôt mariés, fous amoureux l'un de l'autre. Et encore, fou c'est trop peu : complètement cramés. Cramés au point qu'il te dise de ne pas hésiter à lui parler de tes crimes parfois plus qu'immoraux et au point que tu hoches la tête à ses propos, complices jusqu'à la moelle de l'os. Putain, Chad, tu vas pas en revenir. Si toi aussi t'as rêvé de devenir gangster quand t'étais petit, tu vas te régaler. Car tu sais pas, mais Isaak pioche sa folie des grandeurs aussi bien dans son goût de la provocation que dans ses fantasmes de gosses ; quand tout était si facile pour le jeune surdoué qu'il était qu'il s'inventait des avenirs pleins de rebondissements et d'adrénaline. Tout ce qu'il n'avait pas pour le stimuler, à l'époque. Tu peux pas imaginer la merde que c'est, de grandir dans un monde en sous régime, avec l'intime conviction d'être différent et de vivre parmi les cons. Ou peut-être que si ? Bien sûr que tu sais. Deux rejetés, deux parias ; l'un à cause de son mode de vie nomade, l'autre de ses bonnes notes à l'école.

Il accepte pour Maurice. Maurice Graham Coalman ... Tu pars d'un rire attendrit qui résonne dans tout l'habitacle ; de ces rires que seul Chad est capable de t'extirper. Ça reviens toujours à vos nostalgies respectives, pas vrai pas ? Ce rire enfantin, cette volonté de tout partager : Croix de bois, croix de fer ! Alors quand il est question de ses visites à l'hôpital, même si tu reprends ton sérieux, ça reste le gamin amoureux et insolent qui répond : Pas à tous ? Mon ange, tu recommences ... C'est comme sur le parking après la soirée dans le noir, lorsqu'il te proposait de vous prendre une garçonnière pour vous voir comme des voleurs, seulement quand tu en aurais eu le temps ou l'envie. Chad qui ne s'estime parfois pas assez bien pour toi, c'est pas possible autrement ! Comment l'idée que tu puisses laisser autre chose que le fait de l'accompagner passer en premier sur la liste de tes priorités a-t-elle bien pu lui effleurer l'esprit ?

- Pourquoi tu n'exiges pas ? Question sincère. A l'époque, tu t'étais gentiment moqué de lui en pointant du doigt son manque d'ambition, prétendant qu'il était décevant s'il ne désirait pour vous deux que cette vie de crevards. Aujourd'hui, tu cherches à connaître la raison de cette manie qu'il a de ne jamais rien imposer. C'est vrai quoi ! A croire qu'il prend sur lui tellement souvent que toute cette pression le fait dérailler complètement lorsque tu finis par le pousser à bout, goutte d'eau faisant déborder le vase et qui s'en félicite, là n'est pas le problème. Tu en viens à te dire que ce n'est peut-être finalement pas toi qui provoque sa colère à l'instant T, qu'il s'agit plutôt d'une accumulation de compromis et de ressentiments qui font que la bête à besoin de cogner pour se venger de toutes ses fois où il lui dit " toi, ta gueule. "

Voyant qu'il réfléchis à ta question, tu prends les devants et lui donnes ton avis à froid, histoire qu'il appréhende ta façon de voir les chose avant que la sienne n'influence la tienne au point de t'embrouiller les sentiments. Tu le connais, tu sais qu'il va te sortir un truc capable de te retourner le cerveau et de te faire dévier de ce que tu t'acharnes à lui faire comprendre depuis le début, depuis le tout premier jour où tu l'as aimé, en nouant cette putain de cravate autour de la piscine : Nous sommes des rois, Chad. Vraiment. Au delà du pognon, de l'actionnariat, des belles bagnoles, nous avons quelque chose que la majorité des ignares qui nous entourent n'ont pas : la conscience de notre être. Si tu sais que tu es tout ce qui compte à mes yeux, exige, donne-moi des ordres ! Puisque, de toute façon, ils sont légitimes ... Forcément, il y aura des jours où tu l'enverras chier parce que tes chakras ne seront pas connectés aux siens. Et alors ? C'est aussi comme ça que l'on se sent exister, pleinement vivant et pleinement considéré ; approuvés par l'autre autant que décrié, mais toujours capable de revendiquer son droit à ce que ses désirs soient des ordres. Ne pas hésiter ... Comme un écho de ses propos, pour qu'il comprenne que ça va dans les deux sens, que lui non plus ne doit pas se réprimer. T'imagines l'angoisse ? Comment le tue, le moment venu, si tu sais qu'il hésite chaque fois qu'il te demande les choses ?

Tu repères un panneau signalant une air d'autoroute et te rabats en direction de la bretelle. Les lumières de la station essence et du supermarché ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre se rapprochent au fil des mètres qui vous séparent de : La pipe de tes quarante-et-un an approche et moi je bande depuis tout à l'heure. Va chercher quelque chose à manger pendant que je fais le plein, que je te bouffe la queue à ton retour ! Tu lui souris, rayonnant d'une virilité grossière, mise au placard depuis que tu le connais. Et devant la tête qu'il fait, tu t'esclaffes une nouvelle fois, plus insouciant que jamais : Des ordres comme ça ...

Bel exemple Coalman ! Raffiné, vraiment ! De quoi donner le ton de ce week-end d'anniversaire au sommet duquel, comme un gâteau sur lequel trônent des bougies, tu voudrais l'entendre souffler quarante-et-un orgasmes. Challenge irréaliste mais trop tentant pour ne pas se prêter au jeu et voir jusqu'où peut monter le compteur de ton couguar préféré.


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi

En ligne
avatar
« en mode vibreur »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 2778
▹ INVESTISSEMENT : 103

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Ven 11 Mai - 3:29

encorps, mon amour

Chad qui retombe dans ses travers, celui de s'effacer, de ne pas s'imposer trop brutalement. C'est obligé que ce genre de choses arrive encore. Tu peux pas changer du tout au tout en si peu de temps mais une part de lui ne demande qu'à évoluer, sortir de sa coquille et se montrer sous un autre jour. Ou plutôt nuit. Celle qu'il peut voir lorsque la bête s'éveille et gronde. Ce même monstre contre lequel il lutte et qui finalement ne demande qu'à vivre sans avoir des chaînes. Ce doit être ça, la solution : lui rendre sa liberté pour ne plus étouffer dans son propre être. S'il se laissait vraiment aller, certainement qu'il taperait du poing, qu'il lui dirait de l'accompagner à tous les rendez-vous, sans exception, mais cela engendrerait d'autres choses tellement plus catastrophiques et contraignantes. Isaak ne se rend donc pas compte ? Si Chad s'autorise à lui donner des ordres pour l'accompagner à l'hôpital, ils tomberont dans cette spirale où ils ne cesseront d'imposer tout à l'autre. Il pourrait alors lui demander de ne pas aller au Sapphire, de revenir au milieu de la nuit parce qu'il en a décidé ainsi et que s'il ne le fait pas, il viendra le chercher par le col et le ridiculisera devant tout le monde -il en est capable. Si ça commence par son club, ça continuera pour le boulot, puis l'équitation au point de ne plus le laisser vivre. Et ça, le colosse refuse de céder à cette panique là.

Le blond le laisse parler parce qu'il a l'habitude et qu'il préfère finalement. Isaak a toujours su mieux meubler le silence que lui. Ses mots sont trop brutes, ou alors trop réservés, pas d'entre deux. C'est étrange mais il le regarde avec une certaine admiration, l'embrasse en silence de ses pupilles, le pénètre de son regard comme il lui ferait l'amour. Lorsqu'il lui parle comme ça, avec une flamme au fond de la gorge, Chad pourrait tout laisser tomber pour l'embrasser, partir avec lui et ne jamais revenir. Il en crève d'envie si souvent en réalité. Peut-être qu'un jour, il trouvera la force de lui ordonner de le suivre.

En attendant, il se remplit des paroles d'Isaak, les laisse se stocker un peu partout dans son corps en remarquant lui aussi la station essence au milieu de la nuit qui les appelle pour une première escale. Son corps se redresse légèrement alors qu'il adresse un regard sceptique à sa moitié. Tu mens. Qu'il murmure d'une voix souriante en tendant la main pour la poser au bas de son ventre et découvrir son érection empaquetée dans les différents tissu qui recouvrent son corps. Là, comme pour pour lui montrer qu'il l'a écouté, qu'il n'évite pas sa question, Chad s'avance vers lui une fois la voiture éteinte pour venir l'embrasser à la lumière des néons qui les éclairent. Si je commence à te donner des ordres tu finiras par me détester. Le détester d'avoir un tel pouvoir sur sa vie, de s'énerver trop souvent si Isaak l'envoie chier. Il sait que des heures de dispute les attendent mais ce pour quoi la bête vit réellement, ce sont les moments d'extase causés par les réconciliations. Il se souvient alors de la chaleur de son corps désespéré contre le sien après une journée à le fuir dans les rues du Bronx. Il se revoit, humide, propre, se déverser sur le ventre de son homme au nom d'un pardon silencieux, d'excuses trop douloureuses pour être formulées. Sa langue joue de la sienne, le provoque, le pousse aux vices alors qu'il resserre sa poigne sur son entrejambe.

Si Chad parvient à se ressaisir, c'est à cause de son ventre qui commence à crier famine. Son corps éprouvé par les entraînements intensifs a besoin de quoi se ressourcer et se nourrir. Sa carcasse quitte alors la voiture pour aller se perdre dans les rayons. En temps normal, il déteste s'atteler à cette tâche mais son cerveau reste connecté à celui d'Isaak. Sans compter son âme qui ne bronche pas, tranquillement lovée contre la sienne en attendant que Chad vienne la récupérer. Les produits, il en prend au hasard, tranquille. Arrivé au distributeur, le colosse s'arrête à une table pour prendre son traitement et quitter l'établissement en silence. Son regard cherche la voiture sur le parking avant de la deviner dans l'ombre, un peu en décalé. Il accélère le pas, grimace un peu à cause de ses chaussures neuves et douloureuses tandis que son pull épouse ses formes, que son pantalon, contrairement à ses joggings, moule atrocement bien ses fesses.

Tiens, je suis certain que ton régime de star me remerciera. Moqueur, Chad pose le sac à ses pieds. Alors que celui-ci contient, chips, sandwich, gâteaux et autres saloperies digne d'eux. Le colosse redresse les yeux vers Isaak tandis qu'il commence déjà à déboutonner son pantalon, se battre avec sa braguette pour ensuite soulever l'élastique de son boxer. Il pourrait y mettre les formes mais le blond a la sensation d'avoir atteint un niveau où sa moitié le connaît suffisamment pour ne pas s'offenser de son manque de classe. La bête enfonce sa main sous le tissu pour commencer à éveiller ses sens qui ne tardent pas à s'enflammer. En réalité, depuis les provocations d'Isaak, son cerveau est resté connecté à ses lèvres et surtout au baiser qu'ils se sont échangés avant qu'il ne parte faire les courses. Il grimace un peu et balance, naturel, peut-être un peu trop. J'espère que tu t'attendais pas à une peau de bébé, j'ai oublié de me raser. Les repousses sont discrètes mais râpeuse à leur contact. Détendu et fébrile, Chad lâche un rire avant de poser sa main derrière la tête de son homme pour le ramener contre lui, l'embrasser brutalement. Parce que brutal, bien évidemment qu'il l'est : pressé de le sentir contre lui, éperdument amoureux, capricieux aussi. Allez dépêche-toi, on a de la route.
Il voulait des ordres, non ? C'est à ça que les siens ressemblent.





I LET HIM
KILL ME



avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Ven 11 Mai - 5:03

Il a sûrement raison mais là, tout de suite, avec sa main entre tes jambes, tu peines à admettre pouvoir le détester. Encore moins quand il resserre sa prise tout en t'embrassant. A quand remonte la dernière fois que tu as comparé Chad à une allumette ? Tu ne te souviens plus des circonstances mais les sensations, elles, sont les mêmes : l'impression qu'il est le seul à détenir le feu dans un monde où tous les briquets seraient tombés en panne. Depuis sa peau, depuis ses soupires, plus personne d'autre que le blond n'arrive à te mettre ce genre de coup de pression qui claque comme ses doigts pour te mener par le bout de la bite. Quel mufle quand il fait ça, t'adores !

Il te faut quelques secondes après son départ pour t'extirper de la voiture et t'emparer de la pompe pour faire le plein. Un véhicule familiale se gare au guichet voisin. A l'arrière les enfants dorment mais la bonne femme derrière le volant hallucine quand tu la salues poliment, d'un signe de tête insolent, le jean déboutonné et le boxer tendu qui pointe le bout de son nez derrière la braguette entre-ouverte. T'étais trop serré là-dedans, fallait bien que tu crées de l'espace pour te permettre de te lever et de tirer sur la pompe (titre ?). La black card régurgitée par le moniteur, tu éloignes la voiture et viens la garer dans un coin sombre, à l'ombre des néons. Chad revient, tu t'en lèches les lèvres en le voyant approcher, ouvrir la portière et reprendre sa place à tes côtés.

Tes yeux tombes dans le sachet plastique mais s'en désintéressent bien vite, préférant se régaler du spectacle de ton homme qui te la sort comme ça, sans aucune pudeur, après s'être paluché suffisamment pour te donner des bouffées de chaleur. Un rire t'échappe à la remarque sur la peau de bébé. Si t'avais voulu te marier à un minet, t'aurais épousé Wilf ! Déjà sur le perron, avec sa chemise de bûcheron et sa barbe mal taillée, Chad ressemblait à un ours. Hirsute de la tête aux pieds, comme tu l'aimes, ni plus, ni moins, avec ou sans repousse. La pelle que tu lui roules dégouline de désir, répond à sa question maintenant qu'il s'offre à toi et que ta seule envie se résume à ouvrir les hostilités. A vos ordres ... T'entends le vice qui se cache là-dessous ? A faire frémir des couvents entiers de nones tellement tu le regardes sale quand ta main s'empare de lui et que tu plonges pour embrasser son gland, joueur, désireux de le faire tourner en bourrique avant de l'achever. Les jeux de langue, pour les grands bavards, comme toi, sont un régale aux saveurs d'auto-satisfaction. Rien de plus excitant ni de plus gratifiant au monde que de le sentir se crisper sous tes caresses, quand sa main voudrait te forcer à le gober jusqu'au fond de toi mais que tu résistes pour le plaisir de le narguer, le faire monter en pression à son tour. Tu lèches, suces et aspires tout en jouant de ta main pour le branler en même temps, sans oublier de le regarder droit dans les yeux pour qu'il voit bien le plaisir que tu prends à le faire défaillir comme ça. Tu es le musicien, Chad ton instrument. La mélodie de son plaisir découle de ta volonté de le faire vibrer jusqu'à l'explosion. Encore quelques jeux de langue, puis tu passes de la première à la cinquième sans prévenir, cessant toute résistance, le laissant te prendre la bouche avec la puissance qu'il voudra tandis que toi, tu te contentes de tout faire pour qu'il vienne rapidement. Qu'il se sente bousculé dans sa jouissance, esclave de ta bouche et non l'inverse. Toi qui le tourmentes, toi qui le provoques, toi qui l'avales. Un délire pervers de domination passive, de pillage dans le don. Oh oui, tu vas le piller, il n'y a pas de doute la dessus. Ce qui est à lui est à toi, son foutre comme le reste. La température monte, monte, monte, comme ta gaule et l'intensité de sa respiration, alors que ton cœur menace de sortir par le fond de ta gorge chaque fois qu'il pousse des hanches dans ta direction. Ta main libre s'accroche à la cravate, tire dessus avec urgence pour lui faire savoir que tu restes avec lui malgré ton regard qui se baisse, preuve que tu ne te concentres plus que sur cette gymnastique buccale fiévreuse et amoureuse. Joyeux anniversaire.


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi

En ligne
avatar
« en mode vibreur »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 2778
▹ INVESTISSEMENT : 103

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Dim 13 Mai - 0:42

encorps, mon amour

Ce sont pour ces moments qu'il accepte et se remercie d'être encore en vie. D'avoir lutté contre la noirceur au fond de ses tripes pour ne pas sombrer. Dieu sait qu'il en avait eu des occasions, de se laisser aller à un point où tout  n'est plus qu'une masse informe et formidable qui te donne une bonne raison d'en finir.
En finir.
C'est brut comme expression quand on sait que l'on parle de la vie. D'une âme inscrite dans un corps qui le quitte totalement pour aller vers un ailleurs que personne ne connaît. La fin. C'est ce à quoi se résumait sa vie ces derniers mois avant de remonter à la surface. Cela avait eu sur lui l'effet d'une seconde naissance. Les poumons qui brûlent, la sensation d'étouffer mais d'inspirer quand même parce qu'on est persuadé que l'oxygène finira par revenir, s'intégrer dans notre corps et le faire s'avancer.
En finir, au fil du temps s'est transformé en un commencement. Un élèvement de l'âme qui te fait prendre conscience que le chagrin est une morceau de soi mais qu'il y a bien mieux, qu'il existe une lueur qui subsistera toujours quoi qu'on puisse en dire ou en penser. L'instinct de survie, capable de prendre le pas sur tout, suralimenté par l'amour nouveau. Des barres d'énergie que l'on mange en silence, des intraveineuses de vitamines qui vous fait reprendre des couleurs et parfois en perdre aussi parce que lorsqu'une chose est intense, il y a forcément le revers de la médaille. Ce revers là, qui te fait frissonner comme un môme paumé lorsque ton cerveau te fait croire que cet amour là n'est plus palpable, qu'il pourrait se briser aussi vite que le reste.
Mais ce soir, pour la première fois, il y a ce sentiment de paix intérieure qui le guide. C'est nouveau pour lui, ce degré si fort d'intimité et de confiance qui fait sauter les filtres. Il n'y a plus de barrière, qu'un fil, pour les relier mais aussi des ponts et des bateaux pour les ramener d'une rive à l'autre. Tout est conçu pour ne pas les éloigner.

Ca commence par un regard complice, des sourires qui s'échangent, qui volent dans une nuit légère, sous l'oeil avisé d'une lune fatiguée et se termine en caresse. Ses doigts ont une portée plus forte que la normale alors que son ventre se crispe avec envie. Il y a les premières minutes où le contrôle n'est pas de mise même s'il tente de reprendre le dessus. Ses mains dans ses cheveux et l'appui qu'il y donne alors qu'Isaak lute pour s'imposer dans leur combat. La rapidité et la sévérité des mouvements s'imprègne de ses gestes pour s'enfoncer enfin en lui, sans se soucier de sa respiration ou de la capacité de son corps. Chad se perd dans des vas et viens qui le mènent à un orgasme démesuré dans un si petit espace. Ce doit être l'effet de la voiture sur son esprit, le regard de son amant et surtout la cravate pour faire le lien entre la dévotion d'Isaak et les désirs du colosse.
Il ne tarde pas à s'éparpiller au fond de sa gorge pour essayer une fois de plus de ne plus sortir de là, d'y laisser une emprunte indélébile. Son souffle se coupe, le prénom de son compagnon haché par des vagues de désirs qui resteront gravé en lui et sur chaque parcelle de cette atmosphère délicate malgré le vice qu'elle porte dans ses entrailles. Les lèvres d'Isaak libérées, Chad s'y penche pour l'embrasser alors que sa main cherche son boxer, en sort son érection pour lui rendre la pareille. S'il ne se penche pas pour le prendre en bouche c'est à cause de ce baiser, des langues qui dansent, qui se brûlent, qui se cherchent l'une l'autre.
Sa moitié qui éjacule entre ses doigts est comparable à essuyer un second orgasme en trop peu de temps et Chad se jette corps et âme dans cette illusion en soupirant lourdement contre sa bouche.  Le colosse ramène sa main souillée afin de la nettoyer de sa langue avant de se pencher vers les courses pour ouvrir les différents emballages. Silence post orgasme alors qu'il tend à Isaak l'un des sandwich. Bon appétit.

[…]

Les heures sont devenues d'informes minutes dans une nuit bienveillante les portant vers un horizon tout tracé par Isaak. Les rires mélangés aux discussions plus sérieuses avant de partager d'autres éclats de sourires et finalement laisser la musique faire le job pour deux. Sa main contre sa cuisse, parfois contre son épaule, de quoi entretenir le lien avant de finalement tomber comme une masse quelques heures avant la grande arrivée. Au cœur d'un sommeil agité, le moteur qui cesse de ronronner le réveille instinctivement. Chad ouvre ses yeux fatigués alors que les néons de l'hôtel illuminent son visage. Merde, j'ai décroché. Qu'il râle dans un sourire alors que son regard cherche autour de lui le nom d'une ville, un quelque chose qui pourrait réveiller son gps interne mais rien ne vient, sa tête tourne doucement et tandis que le jour ne tardera plus à se lever, son regard capture celui d'Isaak. Pas trop fatigué ? Même s'il est un oiseau de nuit, celui de jour s'inquiète pour lui, c'est comme un réflexe.
Et leurs yeux qui se croisent à cet instant, faut les voir. Ce qui s'en dégage est si fort et épais qu'on pourrait le serrer, fort, le respirer mais aussi le trancher, brutalement.
Lessivé il trouve la force de déboucler sa ceinture.





I LET HIM
KILL ME



avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Dim 13 Mai - 1:59

La tête encore plein de l'orgasme, tu reprends la route, parfaitement satisfait de ce repas pris sur le pouce. Si les sandwichs n'étaient pas de trop pour te permettre de tenir pour le reste du trajet, c'est surtout le plaisir de Chad qui a permis de combler ta faim. Grisé, tu pilotes distraitement tandis que les conversations s'enchaînent et que le simple fait de discuter avec lui de tout et de rien suffit à te rendre heureux. Quand il finit par s'endormir, tu passes une main dans ses cheveux, repositionnes sa tête pour qu'il n'ait pas mal au cou en se réveillant. Les kilomètres défilent tandis que la fatigue commence à se faire ressentir mais tu tiens bon, l'hôtel n'est plus qu'à quelques heures de route. Puis quelques minutes. Enfin, tu te gares, ramené à la réalité par Chad qui reprend soudainement vie. Pas trop fatigué ? Tu lui souris, secoues la tête pour le rassurer. Ça va, t'as connu pire comme nuit blanche.

Le soleil n'est pas encore levés quand vous prenez possession des lieux. Sur la table de chevet, un dépliant touristique de la ville de Toronto. Tu grilles le regard de Chad qui tombe sur la brochure et hausses les sourcils d'un air mystérieux. Il n'obtiendra rien de toi maintenant. Tu préfères le pousser sur le lit tout habiller et venir te lover contre lui pour tomber presque instantanément endormi. Dans ta poche, le réveille est programmé pour dans quelques heures ...

* * *

Réveil en sursaut quand le mode vibreur t'arrache à tes rêves : il faut partir. Chad émerge péniblement tandis que l'excitation d'arriver bientôt t'a déjà fait te redresser et chercher dans la poche de ton jean le bandeau de nuit que tu avais pris avec toi dans le Wayoming. Tu le lui montres et ris de l'air offusqué qu'il prend, prêt à te dire qu'il n'acceptera jamais de le porter, probablement. Tu te tais et tu te laisses guider. Ca sonne comme la dernière fois que tu lui as bandé les yeux, au club, mais avec ici beaucoup moins de risques de dérapage. Assez peu pour lui donner confiance et le faire céder. Au passage, tu t'assures qu'il n'oublie pas de prendre son traitement. Dehors, votre taxi vous attends, la voiture reste en gardiennage à l'hôtel. Une fois le transfert de valises effectués, vous partez en direction du second check point de votre périple. Sur la route, tu t'amuses à toucher Chad lorsqu'il s'y attend le moins : un baiser volé quand il tend l'oreille pour espionner tes conversations avec le chauffeur, à la recherche d'indices ; une main qui caresse ses cheveux pour le faire frisonner ; ton corps qui se colle au sien à la recherche de câlins aveugles et donnés dans la parfaite confiance qu'il t'offre pour accepter que tu ne le trimbales comme ça, sans rien lui dire. Tu prends même un malin plaisir à ne pas lui répondre lorsqu'il s'exprime, qu'il commence à trépigner d'impatience au moment où le taxi s'arrêt et que tu sors d'un côté pour venir lui ouvrir la porte de l'autre. Dehors, la fraîcheur du matin vous pique la peau et des bruits de moteurs sont là pour indiquer que d'autres véhicules, beaucoup plus imposant au vue du boucan qu'ils émettent, vous entourent. Tu règles la course et les modalités nécessaire à la suite du voyage avant de lui prendre la main et de l'entraîner à ta suite. Attention, on monte un escalier. Un escalier ? Dans tout ce vacarme et dans un environnement qui laisse deviner que vous êtes à l'extérieur ? Mais où pouvez-vous bien vous trouver ?

Soudain, plus un bruit. Une porte s'est refermée derrière vous. Tu assieds Chad sur un siège et boucles sa ceinture. Pas encore ! Ta main tape sur la sienne prête à soulever le bandeau. Tu le grondes d'être aussi curieux, alors que cela te réchauffe le cœur de le voir s'énerver comme un enfant au matin de Noël. L'idée qu'il n'ait pas souvent fêté ton anniversaire te conforte dans ton choix de malmener ses émotions en ce jour important à tes yeux. Il faut qu'il en prenne plein son petit coeur de boeuf grincheux. Bruits de ceinture pour signaler que tu as toi aussi pris place à ses côtés. Là, tu lui enfiles un casque. Lui retirer un sens supplémentaire ? Peut-être ... L'appareil se met en mouvement, tu suis les protocoles et ce n'est qu'une fois sur le point de passer aux choses sérieuses que tu finis par parler dans ce qui lui mettra la puce à l'oreille : le micro de ton propre casque. Est-ce que tu t'es déjà envoyé en l'air au sens propre ? Question lâchée au moment de pousser les gazes. Le jet privé s'élance, roule à toute vitesse jusqu'à décoller du tarmac et tu souris à t'en fendre la mâchoire en voyant l'expression de son visage quand la montée dans l'atmosphère provoque des sensations décuplées par sa vue compromise. Tu adores ce moment où, plaqué au siège, tes tripes se contractent comme pour manifester l'incrédulité d'un corps que la nature n'a pas conçu pour voler au travers des nuages. Vous voilà partis pour 1h30 de vol au dessus du Canada.


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi

En ligne
avatar
« en mode vibreur »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 2778
▹ INVESTISSEMENT : 103

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Dim 13 Mai - 2:59

encorps, mon amour

L'hôtel, la brochure, l'environnement tout autour d'eux le démange de découvrir tout de suite, de laisser son âme passer à travers les portes et les fenêtres pour prendre possession des lieux, s'imprimer de chaque détail ; Chad se fait violence pour se laisser guider. Son corps lourd et en besoin de sommeil s'échoue sur le matelas en même temps que celui d'Isaak. Se reposer, non pas seulement pour la tête mais aussi pour la maladie. Il ne servira à rien s'il est paralysé de Parkinson demain. Il ne servira à rien tout court dans un monde cotonneux alors que la vraie vie l'attend de l'autre côté des  rideaux baissés. Sa main se pose sur la joue de son amant pour lui voler un dernier baiser avant de le voir sombrer. Son cerveau tourne à plein régime, refuse de lâcher prise totalement jusqu'à éteindre les lumières une à une, tranquillement. Il y a d'abord sa nuque qui se détend, puis ses bras, sa main glisse le long du corps d'Isaak pour s'échouer dans son dos, le resserrer instinctivement contre lui. Ses paupières deviennent lourdes et la réalité se résume à un cube noir et impénétrable alors que lui se fond dans l'onirique.

[...]

Le bandeau. La dernière fois que la bête avait perdu la vue, son corps avait mis en place une décharge trop violente de survie et de peur mais aujourd'hui, la drogue en moins dans le sang et l'apaisement au fond du cœur ; il accepte en bronchant un peu. Ses yeux se laissent recouvrir par le tissu qu'il remet en place sans vouloir imaginer sa tête.
Tu te tais.
Pas besoin de le répéter deux fois quand on sait de quel bois Chad est fait, l'essence silencieuse dont il peine si souvent à se débarrasser. C'est comme être possédé et n'avoir jamais trouvé le bon exorciste pour sortir ce mutisme de cet être pourtant gonflé de mots et de phrases que le monde entier écouterait la bouche ouverte. Il a la carrure de ces hommes que l'on a envie de croire et d'aimer sans qu'il ne nous donne rien si ce n'est le timbre de leur voix. Et lui se contente de tout garder en son sein, comme effrayé.

Plongé dans cette inanité, la présence d'Isaak le pousse à ne pas arracher ce fichu bandeau de ses yeux. S'il fait tout cela pour lui, au nom de son anniversaire, suivre les règles est ce que Chad lui offre en ce jour spécial. Ses baisers sont comme des lumières, ses caresses les cailloux du petit Poucet le menant jusqu'à leur barque d'imaginaire commun. Autour de lui, le colosse s'amuse à dessiner le monde qui l'accompagne dans son aveuglement. Les odeurs, les sons, les températures ; il imagine au dessus de lui un grand ciel de nuages clairs. Si le blond s'impatiente, tout cela ne reste basé que sur son envie de partager pleinement le moment avec Lui. Lâcher prise, totalement, c'est c'est ce qu'il entreprend en montant les escaliers au milieu de cette cacophonie de machines. Son imposante ossature prend place sur un siège alors que se pensant libéré, Isaak le ramène à l'ordre ce à quoi il parvient à lui faire une grimace malgré le bandeau lui mangeant une grande partie du visage. Il est presque certain que sa moitié peut s'imaginer sans trop de difficultés les regards qu'il lui lance à travers le tissu. Il le connaît suffisamment pour ça maintenant.

Le casque qu'Isaak lui enfonce sur la tête le coupe de toutes ses envies de retrouver la vue alors que sa voix résonne autour de lui, à la rendre fou. Mais qu'est-ce que- ? Ses cordes vocales se crispent si brusquement alors qu'il sent son corps accuser le coup de la gravité. Chad comprend à présent, ce qu'il est en train de vivre et la pointe d'angoisse naissante au milieu de toute son excitation se fait capricieuse. Mais c'est pas possible ! Tu nous envoies sur Mars c'est ça ? Ça y est, t'en as définitivement assez du monde ? Chad balance ces quelques mots dans un rire en se remémorant douloureusement ces deux jours qu'ils avaient passé à lutter contre l'extérieur pour en ressortir blessés. L'un physiquement, l'autre mentalement ; à bien y voir, on pourrait comprendre que des brèches ce sont fait dans son crâne ce soir là, ouvrant pitoyablement la porte à tous ses démons. Là, il les sent se reboucher un peu, son bonheur le plâtre brutalement en sachant que c'est éphémère, que le moindre choc fera renaître la noirceur douloureuse d'une âme perdue. Et cloué sur son siège, il ne dit plus rien, se laisse aller au cœur de ses sentiments, de ses ressentis qui l'empêchent de remuer tant les émotions se multiplient à la vitesse de bactéries folles. Privé de la plupart de ses sens, Chad se surprend pourtant à apprivoiser un bonheur qu'il n'avait encore jamais connu jusqu'ici ; si intense qu'il te bouleverse.
Tu les vois, ses yeux émus là-dessous ? Tu ressens ce maelstrom de sentiments ? Il va t'y noyer mais même sous l'eau tu pourras respirer. C'est une eau magique, une eau spéciale faite pour les âmes qui se reconstruisent.





I LET HIM
KILL ME



avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Dim 13 Mai - 3:47

Éclat de rire aussi solaire que la lumière du jour filtrant à travers les vitres du cockpit, son incrédulité fait ta joie. Réussir à le surprendre, c'est presque un fer de lance pour toi qui détestes la monotonie. Quand il se fige à ce pont et qu'il reste paralysé même après le décollage, tu devines le trop plein d'émotions à l'intérieur de lui et te félicites d'en être l'instigateur. Il faut faire mousser tout ça, que son corps se rappelle de cette virée comme d'un bouquet magnifique de ressentis si bruts qu'ils en deviendront des points de référence dans son existence. Par la suite, tu l'imagines comparer en son for intérieur la puissance de ce qu'il ressent à l'instant où il se questionne avec celle de ce qu'il aura, tu l'espères, ressenti durant votre séjour. Lui imposer des repères associé à ta présence : une manière sournoise de t'infiltrer par tous les pores de sa vie. Chad est une éponge que tu t'acharnes à rouler dans les flaques que ton amour fait pour lui, afin qu'il se gorge de tout ce que tu as à lui offrir.

Lorsque le vol devient plus stationnaire, tu passes en pilote auto et t'accordes le droit de poser une main sur sa cuisse, histoire de le reconnecter à la réalité. Deux décrochages de ceinture plus tard, vous voilà libres de vos mouvements. Tu laisses ton casque tomber autour de ton cou et lui enlève le sien. Tes lèvres se rapprochent des siennes pour signaler ta présence juste en face de lui. Nous avons cru comprendre que Monsieur aimait les grands espaces. Monsieur aura donc le droit à de l'espace en veut-il en voilà pour son anniversaire ! Tu l'embrasses du bout des lèvres et retires soudainement le bandeau pour le prendre en flagrant délit de regard qui en dit long. Là, au creux de ses yeux, se trouvent les plus beaux paysages du monde. Mais puisque tu ne pouvais décemment pas lui offrir un miroir en guise de cadeau d'anniversaire, tu te décales et le laisses apprécier la vue tandis que tu pars récupérer un plateau repas prévu par ton équipe technique. Dessus, seules les parts de brownie semblent ne pas provenir d'un service traiteur parfaitement calibré. Tu gardes le secret pour toi, attendant de voir si Chad relève le détail au moment d'y goûter. Petit déjeuner 100 % Vegan. C'est fini, je ne mange plus de viande non plus. Ceci n'est pas un cadeau, mais un choix personnel. Tu préfères à l'avenir manger la même chose que lui plutôt que d'avoir à vous chamailler pour ne pas mélanger les poêles et les casseroles lorsqu'il est question de cuisiner pour deux régimes alimentaires différents. Par ailleurs, ses talents de cuisinier ont fini par te convaincre. C'est toujours bon quand Chad se charge du repas.

Sous vos pieds, le ciel à perte de vue. Là bas, votre destination. Tu sais que le paysage le happera dès que tu amorceras ta descente sur la province d'Alberta ... C'est là, à l'ombre des rocheuses et du national parc de Banff, que tu le vois le plus s'épanouir. Ton ours parmi les ours, ramené à son environnement naturel pour 48 heures de liberté coupée de la civilisation.

Spoiler:
 


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi


Dernière édition par Isaak Coalman le Dim 13 Mai - 5:47, édité 2 fois

En ligne
avatar
« en mode vibreur »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 2778
▹ INVESTISSEMENT : 103

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Dim 13 Mai - 4:44

encorps, mon amour

Il y a des murs qui s'écroulent. Des murs qui étaient là depuis des années et qui avaient pris l'humidité et l'abandon depuis des mois. Cette vieille maison qu'il avait la sensation d'être le soir de sa rencontre avec Isaak alors qu'il était mollement installé sur son siège à le regarder jouer du piano s'écroule. Plus rien ne tient la route, ne vaut la peine d'être encore sur pieds. Les souvenirs deviennent poussières, s'écrasent sur les quelques meubles encore présents alors que personne ne reviendra les chercher. Des maisons pour mettre un visage sur ses différentes vies. Son âme en construit sans cesse et les explose pour mieux en reconstruire. Alors que le son de l'éboulement fait écho jusque dans sa tête, la présence d'Isaak l'arrache à ce renouvellement perpétuel par ses baisers. Le son des ceintures, tout se met en place pour le libérer. Il a la sensation d'être un cheval enfermé dans un box et à qui on va ouvrir la porte de sa caisse pour partir dans des champs infinis vivre sa vie de bête après un long moment de confinement.
Et finalement, face à cette liberté, Chad n'aurait pas voulu ressentir autre chose que sa présence, ne voir autre chose que ses yeux là.

Il est peut-être pas bavard le colosse mais son visage, lui, ne peut pas mentir. Quelque chose se passe. Son cœur s'électrise et se liquéfie, il le sent, c'est étrange, comme si on le malmenait d'une façon délicieuse. L'immensité du paysage le happe totalement à un point où il peine à respirer. Ses instincts se bloquent alors qu'il s'imprègne de l'infinité de l'horizon sous ses yeux. C'en est si beau qu'il a la sensation de rêver, que la vie est en train de se foutre de sa gueule et qu'elle finira forcément par tout lui reprendre.
Mais non. Ressaisis-toi. Laisse le bonheur ne pas être suspect.
Chad vibre de l'intérieur, c'est une symphonie silencieuse qui berce ses organes pour réagir dans toute sa pudeur naturelle. Bien sûr qu'il est heureux, même au delà de ça mais les mots lui manquent ou lui semblent trop fades. Ils lui paraissent trop éloignés de la réalité pour être dit à voix haute alors ses yeux se chargent du reste. Sa bouche aussi, et ses joues, et chacune de ses rides de quarante-et-une années passées à ne vivre que dans l'attente. Dire que c'est maintenant qu'il le trouve, ce dépassement de soi, cette attache invisible à un autre.

Il n'aurait pas bougé, pas cligné des paupières si Isaak ne l'avait pas arraché à sa contemplation. Son visage se tourne délicatement vers son homme à qui il adresse un sourire tellement ému qu'il se sent con. Con d'être si sentimental, si peu démonstratif et tellement à la fois … ses yeux, ses yeux. Son regard se pose sur le petit-déjeuner tandis qu'il redresse la tête, sérieux, pas moqueur. Hors de question de remettre en doute son engagement. Chad le connaît ; lorsqu'il se lance dans quelque chose, c'est pour y aller au bout. A notre premier petit-dej vegan. Qu'il murmure alors que ses yeux ne peuvent s'empêcher de se scotcher sur l'extérieur. Lui qui d'habitude le trouve si hostile se retrouve comme au Wyoming, passionné par ce qui se présente sous ses yeux, par ce sentiment grandissant en lui. Le sentiment de retrouver des racines laissées par ses ancêtres, la sensation délicieuse de pouvoir être soi sans culpabiliser. Isaak … sa voix est douce, balancée comme s'il lui faisait un bien fou à l'âme, comparable à un orgasme mais plus doux, plus rêveur, détaché de tout. D'une sincérité et d'une douceur désarmante. Un jour nous ne reviendrons plus de nos voyages. Son visage s'approche de la vitre, observe encore un peu avant de revenir sur l'intérieur de l'engin ; cet univers confiné et pourtant si agréable. Avant de m'y attaquer, tu vas me dire l'entourloupe avec les brownies ? Complice, Chad attrape un autre gâteau pour le provoquer un peu. Il est pas idiot, cette pâtisserie a ce qu'on appelle le délit de sale gueule. Et ça le fait sourire encore plus avant de céder et en attraper un en hésitant à croquer dedans. Il le garde à quelques centimètres de ses lèvres. Promets-moi de pouvoir profiter de tout si je le mange. Même s'il lui répond non, Chad le mangera.
C'est son anniversaire.





I LET HIM
KILL ME



avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Dim 13 Mai - 5:46

Tu l'observes observer le paysage. Quand tu prends le temps de te fier à ce que te dit la connexion, tu devines les vibrations à l'intérieur de Chad. S'il ne fallait pas être sages, rester dispo pour prendre les commandes en cas de pépin, tu t'approcherais de lui et prendrais place sur ses genoux, le regard bien en face et les mots aussi simples que " prends-moi maintenant " pour qu'il partage avec toi une étreinte lui permettant d'extérioriser ce qu'il ressent, de le mettre en mouvement pour que tout cela passe de son corps au tiens sans avoir à parler, juste à ressentir. Mais des kilomètres de vide vous séparent du sol et même si tu ne dis jamais non pour t'envoyer en l'air, il serait quand même dommage que tout ceci se termine avant même d'avoir commencé. Les fantasmes suffiront à te faire tenir jusqu'à votre arrivée à la cabane. Oui, une cabane, ce truc kitsch dont tu sais qu'il tombera amoureux parce que tout là-bas, d'après les vidéos de visites que tu as consulté avant de réserver, semble avoir été créé pour l'accueillir. Des meubles rustiques à la décoration minimaliste mais douillette en passant par l'immensité du lac au milieu duquel elle se trouve, il ne peut pas ne pas aimer cette bicoque. Même toi, elle te fait rêver de par son isolement et sa cheminée devant laquelle tu t'imagines déjà les fesses à l'air ...

Isaak ... Sa voix caresse ton prénom si tendrement qu'elle parvient à t'arracher aux images pourtant plaisantes qui s'étaient misent à embraser ton imagination. Tes songes s'orientent sur sa prédiction et, porté par l'excitation d'approcher de votre but, l'idée qu'elle s'accomplisse ne te dérange pas. Te dérangerait-elle si tu n'étais pas si impatient d'arriver à destination ? Pas forcément beaucoup plus. Depuis cette autre fois au restaurant, depuis le pacte, tu sais qu'il existe quelque part dans ce monde un endroit dont vous ne reviendrez effectivement pas. Il ne vous reste plus qu'à le trouver. Lorsque tu imagines ce moment, tu supposes une destination lointaine ayant retenu votre attention après des années d'amour à parcourir le monde pour fuir la crasse d'un quotidien peuplé de gens dont le seul tort que tu leur trouves est d'exister, de troubler votre amour par leur simple présence. Les cons, les jaloux, les curieux, les médecins, les exs, ceux qui ont un avis sur tout ...

Tu préfères ne pas y penser et rester focus sur l'instant présent tandis que Chad te vexes en soupçonnant une tentative d'empoisonnement. La confiance règne à ce que je vois ! Ton nez levé en signe de dédain, tu lui arraches le brownie des mains pour le reposer sur le plateau et y planter une bougie tout droit sortie de ta poche. Un coup de briquet plus tard, son gâteau d'anniversaire est prêt. J'ai fais ce gâteau moi-même et il n'y a rien de suspect dedans. Les joints sont dans les valises, au cas où il souhaiterait s'en fumer un avant d'aller observer les aurores boréales. Ne jamais dire jamais, mais tu n'aurais pas l'idée de le droguer à son insu. A part peut-être au viagra, s'il te fait le coup de la panne, mais ça c'est une autre histoire qui n'a pas lieu d'être commencée aujourd'hui puisque Chad remplit son rôle de fidèle destrier à merveille jusqu'à présent. Tu lui présentes la flamme avec malice. Pour que Isaak Coalman se mette à la pâtisserie vegan, il faut vraiment qu'il y ait des tonnes d'amour et de bonne volonté dans ce gâteau. Joyeux anniversaire, Chad. Fais un vœu.


Dernière édition par Isaak Coalman le Lun 14 Mai - 0:51, édité 1 fois

En ligne
avatar
« en mode vibreur »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 2778
▹ INVESTISSEMENT : 103

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Dim 13 Mai - 13:05

encorps, mon amour

Isaak lui arrache des doigts la pâtisserie en lui avouant l'avoir faite lui-même et Chad se sent soudainement coupable. Il y a aussi un sentiment qui lui fait fondre le cœur, à peine perceptible et qui prend pourtant toute la place l'espace d'un instant. Si on lui avait dit que ce type là, complètement dépité et colérique comme dix finirait par lui faire un brownie, certainement qu'il aurait changé de trottoir. Il a parfois la sensation de s'être perdu dans un monde parallèle où les choses sont simplifiées, ou les monstres du passé se meurent pour laisser place à d'autres, plus vicieux et bipolaires. Laisse-moi te soupçonner de sale coup ! Tu es le spécialiste. Sa voix est enjouée, pleine de tendresse parce qu'il ne peut oublier le geste derrière. La délicatesse qui s'en dégage et l'idée de le voir cuisiner le fait sourire. Râler parce qu'il a oublié un ingrédient et devoir recommencer puis finalement laisser cramer le gâteau à cause de son téléphone mais persévérer et reprendre à zéro pour en arriver à ce résultat là. S'il ne lui préparait pas une bougie, certainement qu'il se serait penché sur lui pour l'embrasser, lui murmurer des mots à l'oreille mais son regard se pose sur la flamme.

Il inspire, ses poumons s'imbibent d'oxygène alors qu'il imagine le champs des possibilités sur son avenir. Ne pas penser aux zones d'ombre, aux douleurs potentiellement cachées dans des recoins de son être qui n'attendent plus qu'à s'éveiller. Chad joue le jeu, ferme les yeux pour faire mine de se concentrer sur son vœu et souffle sur la bougie avec délicatesse avant de reprendre la part de gâteau pour la manger en deux bouchées. Il a envie de faire honneur à ce qu'Isaak a pris le temps de lui cuisiner et ne mangera que celui-là s'il le faut, même s'il vient en avoir la nausée pour trop grosse dose de chocolat. Son corps finit par céder, se rapprocher du sien pour poser son bras derrière sa nuque et le ramener contre lui pour l'embrasser longuement d'une saveur chocolatée. Autour d'eux, le vide, cette sensation tant recherchée d'être seuls au monde sans la moindre menace pour tenter de les fragiliser. Je me souviens de tes messages. Une des premières conversations qu'ils avaient partagé par sms, des mots échangés jusque tard dans la nuit sans être capable de décrocher de son téléphone. Le début de ses tourments et de l'attente insupportable de retrouver son regard alors que son lit subissait encore les souvenirs de son odeur et son corps brûlant. Je suis touché de partager ce moment avec toi. Le canada, son pays pantoufle, l'endroit où l'âme d'Isaak se libère le mieux. Son regard planté dans le sien, à quelques centimètres de son visage. Il y a au fond de ses pupilles une certaine ivresse ; celle de l'amour si fort qu'il te rend admiratif de la moindre attention.

Tu me fais un cours de pilotage ? Curieux, espiègle, son regard se pose sur le panneau des commandes avec envie alors qu'il se recule pour laisser Isaak respirer, lui enlever ses vapeurs chocolatées de sous le nez. Là, il reprend un autre morceau du brownie en fronçant les sourcils. On dirait que tu as fait ça toute ta vie. Même s'il avait été infect, Chad l'aurait dévoré comme si de rien n'était parce qu'il est trop bien intentionné pour le vexer. Sa main reste tendue pour caresser son dos, le regard à nouveau perdu sur les nuages et la beauté du monde. C'est là que le colosse se rend compte qu'il n'a rien vu de sa vie, que les caravanes et la route n'étaient qu'une illusion. Elles ne t'apprennent rien, si ce n'est fuir et perdre ton identité.





I LET HIM
KILL ME



avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Lun 14 Mai - 1:38

La flamme vacille. Le temps d'un instant, tu te prends à faire un vœu, toi aussi, avec l'espoir un peu fou qu'il soit entendu d'un Dieu auquel tu ne crois pas. Après tout, il paraît que des miracles arrivent bien quand on ne les attend plus ... Dans l'odeur de bougie moribonde, tu te laisses aller au sentimentalisme. Voir Chad gober ton brownie te rend tellement fier que tu oublies qu'il t'a fallu 2 heures pour y parvenir, à force de ratés et aussi - tu tiens à le préciser - à cause d'un Maurice trop curieux qui s'est frotté le poil contre ton deuxième essai. Cette pelle sucrée, c'est plus qu'un baiser d'anniversaire : c'est le début du changement. Tu le sais parce que même le goût du chocolat - que tu n'aimes pas particulièrement - devient délicieux s'il est amené par les lèvres du blond. Tu te sens chavirer, rattrapé par tout ce que ce week-end promet de vous offrir comme moments de ce genre, proprement irréalistes et juste délicieux. Tellement de choses reprennent de leur saveur quand tu les partages avec Chad. Saveur et intensité, voilà les maîtres mots. Car c'est intense quand il te dit qu'il est touché de partager ce moment avec toi. Connecté à lui, tu sais de quoi il parle et il sait que tu as compris à quels messages il fait référence. Pour toute réponse, ta main caresse son visage ; toujours cette paume grande ouverte qui part de son front pour descendre jusqu'à ses lèvres où ton pouce affectueux essuie le chocolat. Là où vous allez, personne ne te reconnait. Le pays entier n'en a rien à foutre de ton nom, de ton passé ni de ta réputation qui te précède toujours à New York. Au canada, terre sauvage et gigantesque, où la vie semble plus douce, tu n'es personne. Aussi, partager cet anonymat avec lui revient à lui donner les clés de ta paix intérieure. Mais que serait un cerbère sans un droit d'accès au temple qu'il garde ? Tu l'aimes tellement, putain, que tu pourrais rester à te noyer dans ses yeux jusqu'à ce que mort s'en suive.

- Tu veux prendre les commandes ? Heureusement qu'il réagit car tu avais oublié l'avion, le ciel et la nécessité de surveiller la tenue du plan de vol. Te ressaisissant, tu t'écartes pour laisser le siège du pilote à Chad qui se gave de brownie. La gourmandise qui se dégage de cette vision réveille ton esprit taquin : En plus, il est bourré de protéines ... Ton sourire se transforme en rire quand l'expression de son visage laisse deviner qu'il vient de comprendre le caractère salace de ce que tu insinues. Pour le provoquer, tu te penches et croques un morceau de la part qu'il tiens à la main, te léchant goulûment les lèvres après avoir avalé. Allez, prends ma place, que je t'enseigne deux trois trucs. Les rôles échangés, tu remets ton casque et lui tends le sien. Tu oublies de fixer ta ceinture mais attache la sienne, presque sans t'en rendre compte, un peu paternaliste quand on y pense. Ton Chad, ton précieux. Ensuite, tout en restant tourné vers lui, tu lui expliques les fonctionnalités du tableau de bord en terminant par l'utilisation du manche de pilotage. Regarde, ça c'est ta marge de manœuvre. Précision concernant le radar. Tu dois nous garder entre cette hauteur là, pointeur du bas, et celle-ci, pointeur du haut. Sans dévier, c'est toujours tout droit. J’éteins le mode automatique, tiens-toi prêt. Baptême du feu à la Coalman : on n'apprend jamais aussi vite qu'en se faisant pousser dans le grand bain, sans bouchons flotteurs pour être rassuré. Pression sur le bouton ; l'avion décélère légèrement. Pour lui épargner d'avoir à penser à mille choses à la fois, tu te charges de la jauge des gazes et de tout ce qu'il y a de trop barbant à checker lors d'un apprentissage. Cap'tain Graham ... Sourire encourageant. Tu fais ça comme un chef. Ta main passe dans ses cheveux tandis que tu te détournes pour apprécier le paysage, les nuages qui ronflent paresseusement autour de vous et le calme ... Pas un bruit hormis celui, lointain, des réacteurs. Tes doigts restent autour de sa nuque alors que ton autre main s'empare d'une poignée de fruits secs sur le plateau. Au fil des minutes la lumière du soleil commence à réchauffer l'habitacle, te donne chaud. Aussi enlèves-tu ta veste pour te retrouver bras nus. Tes gestes sont fluides et assurés, ne témoignent d'aucune inquiétude concernant le fait que Chad pilote pour la première fois de se vie. Oh, je ne t'ai pas dis : Radio OK, plus de côtes fêlées. Forcément que ça doit jouer aussi sur la fluidité des mouvements.


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi

En ligne
avatar
« en mode vibreur »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 2778
▹ INVESTISSEMENT : 103

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Jeu 17 Mai - 0:35

encorps, mon amour

C'est étrange pour lui, de s'élever, de quitter le sol et ses trous noirs pour s'envoler vers les cieux. Ça ne lui ressemble pas, en réalité, cela ne lui parlait même pas il y a peu. Tout ce à quoi Chad pensait, c'était ce sentiment que cause la culpabilité d'un homme en ayant perdu un autre. Là, perché dans un ciel infini, dans un horizon qui continue encore et encore, il n'a plus la sensation d'être une poubelle sentimentale. Peut-être que les choses ne guérissent pas mais elles paraissent plus supportables. La douleur ne se diffuse plus par décharge régulière, elle disparaît, se mue dans le vent tel un esprit sacré que l'on voit virevolter comme dans les livres que sa mère lui montrait lorsqu'il était môme. Lorsqu'il est heureux, c'est idiot, mais les souvenirs de son enfance viennent hanter sa tête. Peut-être que son âme effectue un retour à la maison sans même le savoir, peut-être que l'enfant en lui s'éveille pour ramener de bonnes ondes, le faire vibrer plus doucement et pas uniquement dans l'optique de souffrir. Chad pourrait presque oublier, pendant un instant, ce à quoi la lutte peut ressembler. Il n'y a que dans les moments de break que l'on se rend compte de toute l'intensité de ce que l'on ressent. Entre deux tempêtes, on se sent tellement plein et apaisé qu'on peut enfin profiter de ce que l'on a. Ou de ce qui nous entoure. Comme Isaak. Il n'est pas à lui même s'il se surprend parfois à l'appeler 'mon homme', 'mon compagnon' tout cela n'est qu'un mensonge.
On vient au monde seul parce que l'on n'est fait de rien, uniquement de notre chair et de notre âme. Le reste n'est qu'un bonus que la vie vous offre. Et ce bonus là, celui qui est en train d'attacher la ceinture du colosse est l'un des plus précieux.

Son regard clair et attentionné se pose sur les commandes pendant que ses oreilles se mettent à l'écoute et que son cerveau enregistre. C'est toute une entreprise qui se met en route pour ne rien perdre des mots d'Isaak. Ses mains s'exécutent sagement tandis que son regard se pose sur les cadrans qu'on lui pointe du doigt en leur expliquant leur importance. Il prend alors une grande inspiration, pas vraiment certain d'être au point mais qu'importe. Au fond de ses tripes, Chad sait qu'il n'a plus à craindre les épreuves de la vie parce qu'elles sont là pour le nourrir et le faire grandir. La fuir n'a jamais été bénéfique. Cette envolée perturbée par ses mouvements un peu brusques les premières minutes est la personnification même d'un passage à l'acte plus profond : celui de ne plus se mettre des chaînes, ne plus s'enfoncer au cœur de sa tête où tout y est si sombre et poussiéreux. Le blond se surprend à ne plus être crispé et le sourire sur son visage ressemble à celui qu'il offrait à son père lorsque, sur ses genoux, on lui autorisait à conduire la voiture alors qu'il n'était qu'un gamin. Un rire enjoué traverse ses lèvres alors qu'il s'exclame pour la première fois, que son ressenti s'échappe de son corps d'un bloc, avec brutalité et sincérité. Mais c'est dément ! Il ne prend plus compte du vide sous ses pieds ou alors au contraire, peut-être plus que jamais le ressent-il. T'as vu ça ?

Ça, cet ensemble dont il prend conscience petit à petit, leurs sourires, leur légèreté commune, leur amour sans les crocs dehors, leurs instincts de survie oubliés alors que la moindre erreur pourrait leur être fatale. Ça, ce moment paisible et rare, proche du parfait, qui se fige dans un coin de notre mémoire, déjà si volatile et qu'on voudrait pouvoir retenir pour s'y perdre plus longtemps.

Ses iris bleutés se tournent vers celles d'Isaak, plus profondes et intenses que les siennes, le rendant si ridicule à chaque fois qu'il s'y perd pour poser cette ultime question avec insouciance. On fait comment pour l'atterrissage ? Tenir un cap c'est quelque chose, rejoindre le sol en est une autre. Heureusement, il a toujours eu les pieds sur terre.





I LET HIM
KILL ME



avatar
« Knorr, Chadore »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 3323
▹ INVESTISSEMENT : 195

▹ AGE : 34 ans
▹ APPART : Greenwich Village. Il préserve le temple de son intimité en refusant catégoriquement de communiquer son adresse ou d'inviter quiconque chez lui.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations, il utilise son pouvoir de PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et de propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic et les services douteux) pour manipuler à la demande ou à loisir. PS : le club recrute du personnel, rdv par MP ou dans les pré-liens.
▹ AVATAR : Tom Hiddleston
▹ DC : Jamal



MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Jeu 17 Mai - 3:37


Il t'aura fallu passer par toutes les phases de l'incompréhension de la frustration pour comprendre un peu mieux le fonctionnement de Chad et de sa nature plus réservée que la tienne. Aussi considères-tu à sa juste valeur son exclamation de joie au moment de devenir le seul pilote à bord. Le voir kiffer t'apporte un sentiment de satisfaction que rien d'autre ne te procure. Accroc à son bonheur, tu le vis par procuration, même les jours où t'en as plein le cul parce que des cons t'ont énervé ou que la fatigue te rend ronchon. Alors un jour comme aujourd'hui, où tu as toutes les raisons d'être de bonne humeur, le partage de ce moment de complicité ne peut que rendre plus forte encore cette impression de bien-être qui t'habite des pieds à la tête. Le sérénité enjouée qui flotte en brouillard invisible dans le cockpit est comme un gaz euphorisant que tu respires à plein poumons, véritablement ravi que l'excursion plaise à ta moitié. Faire quelque chose ensemble devient une raison d'être au fil des jours qui s'égrainent et se fanent sans laisser d'autre aigreur que celle de savoir qu'il n'y en aura jamais assez à partager. Tu réalises, à force de te perdre dans les rouleaux de ton amour et d'y boire la tasse que le plus important à tes yeux est d'échanger avec Chad. Séquelle, s'il en est, de ton enfance peut-être un peu trop solitaire ; tu ne te l'expliques pas et préfères ne pas y penser. Vider le plateau repas te semble une option plus agréable. Parfois, tu tends un morceau à Chad et de quoi boire sans lâcher les commandes. D'autres, tu te perds dans la contemplation de son profil, fasciné. Il fait ressortir ce qu'il y a de meilleur en toi, ce qui se cache derrière le sale et le trash. Ces traits de ta personnalité trop peu stimulés car écrasés par ton ambition puis réduit à l'état d'esclave durant les 7 années passées en taule. Aux côtés du blond, tu apprends à mieux scinder ta vie en deux : d'une part le meilleure que tu lui réserves, d'autres part le pire que tu gardes pour le reste du monde. Il t'élève et te complète si bien que tu oublies vos caractères d'oursins, qui se piquent et se rentrent dans le lard quand les démons refont surface et que la colère, la fierté ou la peur s'en mêlent. Il n'y a rien de tout ça dans ce cockpit est c'est parfait ainsi, pour son anniversaire.

- On a encore le temps. Je reprendrais les commandes pour cette fois car nous atterrirons sur une piste privée, beaucoup plus étroite que celles des tarmacs habituels. Mais je t'apprendrais, si tu veux, on pourra refaire ça n'importe quand. Tu souris, fier comme un coq : J'ai acheté ce jet, il s'appelle " Cajoline ".

* * *

Un atterrissage et 30 minutes de Jeep plus tard, vous voilà devant le ponton. Au bout, la cabane rouge au milieu du lac. Sac de voyage à la main, tu t'arrêtes un instant, le pied sur la première latte de bois qui mène à la porte d'entrée. Ton regard cherche celui de Chad. Autour de vous, pas un bruit si ce n'est celui des oiseaux dont le chant rebondit à la surface de l'eau lisse comme la soie. Cette même surface sur laquelle le ciel se sourit à lui-même dans un camaïeu de bleus étourdissant, jurant violemment avec la verdure des sapins et la couleur des rocheuses en toile de fond. Cette bicoque est perdue en pleine forêt, à la lisière du parc national, loin dans sentiers de randonnée qui pourraient troubler votre quiétude mais suffisamment proche des hauts lieux touristiques pour qu'un peu moins d'une heure de route suffise à vous mener sur les spots les plus grandioses que cette nature sauvage a à offrir. Putain c'est beau ... Photo rapide de la vue avec le smartphone que tu allumes pour l'occasion et éteins presque aussi sec. Pas de dérangement ce week-end ! On fait la course ? Gamin.

Tu ne lui laisses pas le temps de répondre que tu fonces déjà tête baissée, proprement inconscient et ce qui devait arriver arriva : un pied qui glisse sur une planche humide, de grands moulinets de bras pour tenter de rattraper le coup, la lucidité de lâcher le sac pour épargner son contenu et un plat magistral qui éclabousse tout autour de lui. Interloqué, tu refais surface, la rage au ventre, proprement indigné d'avoir été si con. Ta veste pèse lourd et t'empêche de remonter sur le ponton, même en te hissant de toutes tes forces, ce dernier est top haut pour toi. Retombé une seconde fois dans la flotte, tu te débats avec l'énergie du désespoir, tes pieds perdus dans les profondeurs du lac ne trouvant aucun appui. Alors seulement, tu finis par te calmer, essoufflé, les cheveux dans les yeux. Ça t'arrache la gueule de le lui demander, parce que tu sais que tu as l'air stupide, mais tu ne t'en sortiras pas seul et l'idée de nager jusqu'à la maison te fatigue rien que d'y penser. L'est est froide. Chad, aide-moi !


« Ça m'excite ça, me défonce juste à te voir danser à mes genoux comme un ange en danger. Je sais plus si c'est toi qui suces ou si c'est moi qui t'y pousse et qui rentre à l'intérieur de toi à m'en imploser le cœur, à m'en exploser le cœur » - Défonce-moi


Dernière édition par Isaak Coalman le Ven 18 Mai - 0:39, édité 1 fois

En ligne
avatar
« en mode vibreur »

Voir le profil de l'utilisateur http://www.nous-sommes-de-ceux.com/t9860-chad-a-ceux-qui-nous-on

▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 2778
▹ INVESTISSEMENT : 103

▹ AGE : quarante-et-un ans. (10 mai)
▹ APPART : greenwich village, dans un bunker.
▹ TAF : en break ; passe son temps à s'entraîner pour un ultime combat dans l'octogone. (berserker) / donne des cours d'arts martiaux quelques soirs par mois aux jeunes défavorisés du colyseum gym / bénévole dans un refuge pour animaux. / bénévole dans une association pour parkinson, organise des réunions d'informations un peu partout en ville.
▹ AVATAR : Matthias Schoen-hearts.


MA RENOMMÉE DE MERDE :

MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   Jeu 17 Mai - 16:31

encorps, mon amour

(***)

Rassuré par le présence d'Isaak, ses directives et ses connaissances, Chad ne se perd plus dans des questionnements superflus. De temps à autre, son regard se perd vers lui pour réclamer une nouvelle part de gâteau. J'espère que tu m'en referas. Exactement la même recette, hm ? Sourire intéressé alors qu'il revient sur les commandes pour ne pas se laisser perturber et faire une connerie. Il pourrait rester là des heures sans se rendre compte du temps qui passe. Tout ici le ramène à une paix intérieure qui lui fait un bien fou, cette même sérénité qu'il avait ressenti quelques semaines plus tôt dans l'immensité du Wyoming et qui lui permet de tenir une fois de retour à la civilisation. Avant la mort d'Eros et ses multiples menaces, Chad supportait l'enfermement que cause la ville mais  maintenant, il se rend compte qu'il n'y a que ces moments là pour le rendre réellement heureux. Heureux, sans une parcelle d'ombre pour lui rappeler ses blessures et les crevasses douloureuses qui  s'infectent encore parfois. Lorsque Cajoline atteint ses tympans, le colosse ne peut s'empêcher de lâcher un rire bercé de souvenirs. Approche. Qu'il réclame pour lui voler un baiser, un autre, malgré tout. Un autre Merci silencieux qu'il pourrait aligner au milieu de dix autres pour lui prouver l'ampleur de son affection.

[…]

Scotché. C'est le mot. La définition même de ce qu'il ressent sur le moment. Tu sais, cette sensation que tous tes sentiments sont collés les uns aux autres par de la colle et que t'as beau tirer dessus, ils se mélangent un peu plus aux autres et prennent une masse informe au fond de ton corps. Avant que la jeep ne s'éteigne, Chad avait conscience du paysage mais pas à ce point. Lorsque le moteur cesse, c'est comme si un masque venait de tomber de son regard pour lui faire un grand 'surprise' qui lui coupe le souffle. Si Isaak n'avait pas eu l'idée de prendre une photo, le colosse ne l'aurait pas fait de lui-même. Silencieux dans son admiration et son émotion, le blond attrape un sac, un peu évasif, pas vraiment concentré sur ce qu'il est en train de faire, émerveillé par chaque détail surréaliste qui les entoure. Une carte postale. C'est à ça que cette cabane lui fait penser alors qu'ils s'avancent d'un pas lent jusqu'à ce que sa moitié ne décide d'accélérer le pas. Chad n'a pas le temps de réagir que le lapin détale à toute vitesse avant de finir les fesses dans l'eau dans un éclat de rire perdu. Le géant l'admire se débattre contre les éléments tout en s'approchant de la porte d'entrée pour poser les sacs devant avant de décroiser les bras et lui offrir de son aide. T'as jamais entendu les fables de la fontaine toi, non ? Encore un reste de sa mère, passionnée par la littérature française. Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Tout ce qu'Isaak ne connaît pas finalement. Chad lui tend alors le bras pour attraper sa main et le ramener vers lui. Trois … deux … un … A ses mots, le colosse tire fermement sur son corps pour le ramener hors de l'eau, l'aider à grimper sur les lattes de bois qui l'accueillent en grinçant. Un naufragé, un. Qu'il murmure doucement en caressant du bout des doigts son visage trempé et passant son doigt sur ses lèvres devenues rouge vif par le choc des températures.

Ses doigts partent à la recherche des clés dans sa poche pour en sortir aussi son téléphone trempe dans une grimace. Espérons que le sécher au bord de la cheminée suffira à le raviver quand on sait qu'il est tout juste vieux d'une semaine. Allez, debout ! Son corps se redresse en même temps que celui d'Isaak alors qu'il prend l'initiative de pénétrer le premier dans la cabane tout en allant déposer leurs sacs sur le lit. La première chose qui lui vient en tête est d'allumer le feu. Ce à quoi il s'attelle en attrapant les bûches entreposées. Son regard se tourne vers Isaak, mouillé comme une éponge. Maintenant, enlève-moi tout ça. C'est le moment ou jamais de profiter du grand air pour vivre à poil. Alors que les premières flammes crépitent dans la cheminée, le colosse se redresse pour lui adresser  un regard coupable. J'ai quelque chose à te montrer. Il lui a fallu tenir toute la veille pour ne pas craquer et se faire surprendre. Quelque chose qui a changé sur ma peau, pour toi. Mais il ne se déshabillera pas si Isaak ne le fait pas lui-même, à lui de trouver et de dénicher ce fameux cerf qu'il s'est fait tatouer sur le bras, discret, fin, avec son prénom inscrit dans son centre (*) pour faire le lien avec le CGC tatoué au creux de ses reins.





I LET HIM
KILL ME



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [CANADA] CHAD & ISAAK - Happy Birthday my love   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.