avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4265
▹ INVESTISSEMENT : 451

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Jeu 5 Avr - 14:15

#sapphire39

Le manque, toujours le manque. Obsessionnel, compulsif, maladif. Qui s'accroche à ta cheville et te ronge jusqu'à l'os, jusqu'à te rendre complètement fou quand il ne répond pas à tes textos, que tu attends allongé dans ton lit la sonnerie d'un téléphone qui ne vient pas. Mais, putain, qu'est-ce qu'il fait ? Rageur, tu grognes et finis par te lever pour prendre ta troisième douche de la journée. Il y a eu celle de ce matin, au levé, pour te calmer de tes rêves torrides aussi bien que pour entamer ta journée l'esprit au clair. Puis celle de midi, parce que l'assistant RH est passé devant la vitre de ton bureau au siège de la Coalman Compagny et que ce pantalon moulant lui faisait un cul si serré qu'il a fallu courir trois étages plus bas, arroser ta gaule d'un jet d'eau froide dans la salle de sport dédiée au personnel. Quand l'eau glacée termine de refroidir tes ardeurs, tu attrapes une serviette et t'observes dans le miroir. Isaak, t'as plus le choix là, tu bandes h 24. Soit tu baises, soit tu te distrait !

Et c'est comme ça que tu te retrouves assis dans le carré VIP du club, seul, une bouteille de champagne à la main, même pas de verre pour la siffler. Allez hop, à même le goulot ! Ce soir, tu modères tes excès en te limitant à une seule bouteille, mais tu ne comptes pas te limiter niveau spectacle. En entrant, tu as salué les managers ainsi que le gérant avant d'exiger qu'on t'envoie la meilleure pour une lap dance. T'as besoin de sentir la peau de quelqu'un qui frôle la tienne, besoin de désirer quelqu'un d'autre que Chad au risque d'exploser de frustration. Il te faut te sentir à la fois désiré et invité à la luxure tout en étant certain de ne pas trahir ton engagement : 30 jours sans sexe. Tu ne vois qu'une seule personne capable de manipuler ton envie avec autant de subtilité : Phoenix

Alors tu l'attends, sagement assis, les jambes ouvertes, la cravate légèrement desserrée. Qu'importe qu'il soit une heure du matin et qu'elle a sûrement déjà une longue journée de danse dans les dents. Tu exiges d'elle le meilleur, car tu es et resteras probablement son meilleur client. Pour bien le faire comprendre, tu sors une montagne de billets verts que tu poses sur la table. Une manière pour toi de lui dire " fais-moi rêver bébé, plus tu me chauffes, plus je raque ". Dans l'absolu, tu sais que tu n'as pas besoin de payer pour avoir ce que tu désires des tes employés, mais ce n'est pas l'employée que tu es venu voir, ce soir. Tu viens chercher la femme, la panthère, celle qui envoûte tous les clients et qu'on s'arrache du matin au soir dans ton club qui ne dort pour ainsi dire jamais. La nymphe de tous les vices, celle qui pose le doigt sur le détonateur et qui embrase des forêts entières quand elle se met dans l'idée de faire fondre un homme.

Un bruit dans ton dos signale son arrivée. Elle n'est même pas encore dans ton champ de vision que tu annonces la couleur, cash :

- Ce soir, mon ange, tu me mets dans un état où y'a plus rien d'autre que toi qui comptes, c'est clair ? Je veux que tu me fasses oublier tout le reste. Elle finit par arriver à ta hauteur, tu te redresses pour la saluer, embrasse sa joue douce et délicate. Toujours aussi belle. Un fait que tu soulignes avant de te rasseoir, le regard lubrique, avide d'en avoir plus de la part de celle qui fait bander tout New York.




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »


Dernière édition par Isaak Coalman le Ven 4 Mai - 18:11, édité 2 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 498
▹ INVESTISSEMENT : 40

▹ AGE : Officiellement 33 ans - Officieusement 30 ans
▹ TAF : Officiellement Stripteaseuse Officieusement Objet de ses clients
▹ AVATAR : Evan Rachel Wood
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Dim 8 Avr - 21:43

Phoenix est sur le point de quitter le club. Elle a fini sa journée et si elle avait envie de continuer encore pendant plusieurs heures, le gérant le lui a refusé. Elle doit se reposer selon lui pour que le lendemain soit aussi bon que la veille. Elle, elle ne veut pas se reposer, elle veut sentir les regards poser sur elle, elle veut voir ses clients prendre leur pied devant elle sans s’en cacher parce qu’elle leur a demandé. Elle ne veut pas partir car sinon, il va falloir qu’elle trouve quelqu’un sur qui se défouler. Son souhait semble exaucé lors que le gérant referma la porte de sortie. « Le patron veut te voir. Il a besoin d’une distraction sévère et il te veux toi. Il n’a pris qu’une bouteille et sans verre. » Elle le regarde avec un petit sourire signifiant qu’elle avait gagné. Une bouteille sans verre n’était pas une bonne chose, elle était plutôt habituée à le voir avec plusieurs. Elle se dit alors qu’elle devrait être parfaite ce soir. Elle se remaquilla alors rapidement et enfila une des tenues qu’elle avait justement envie d’essayer pour lui. Elle avait une recommandation à faire et pensait que c’était la bonne pour ça. Elle rajusta sa chevelure de feu tandis qu’elle se dirigeait vers le carré VIP. Elle n’était vêtue d’une simple guêpière noire avec des jarretelles. Elle traversa le couloir avec autant d’aplomb qu’elle pouvait avoir. Elle entre et s’en même avoir entièrement passé le pas de la porte, elle entend les recommandations d’Isaak. Elle sourit puis lui répond avec une voix sensuelle. « Bonsoir patron. A vos ordres. » Elle ne peut s’empêcher de sourire lorsqu’il lui dit qu’elle est toujours aussi belle. Il sait comment l’amadouer et ça lui plait.

Elle se dirige vers le fond de la pièce, allume la stéréo en mettant en fond une musique assez calme. Elle préfère ce genre de musique lorsqu’elle doit s’atteler à plaire à Isaak. Elle ne sait pas pourquoi d’ailleurs mais c’est comme ça. Elle se dirige alors vers la barre puis commence à se mouvoir contre elle. Elle a tendance à un peu trop aimer faire enrager l’homme en face d’elle en lui faisant croire qu’il est au second plan de ses pensées. Devenue agile avec le temps, elle lève la jambe contre la barre puis la fait redescendre de manière qu’elle vienne l’agripper. Phoenix se déhanche contre elle, renverse son buste en arrière plusieurs fois tandis qu’elle mime l’acte sexuel et le plaisir qu’elle peut y prendre. Elle sait qu’il n’est pas là pour ça se soir mais peut être le fera-t-il changer d’avis. Elle agrippe la barre, se met dos à elle tandis qu’elle redescend sensuellement, finissant à croupi en écartant les jambes. Il peut voir son intimité cachée par ce voile à moitié transparent. Elle s’avance alors vers lui comme une tigresse pourrait le faire, sensuelle mais sure d’elle. Elle n’a qu’une envie, celle qu’il oublie tout excepté elle. Et veut qu’il oublie la raison de sa venue mais qu’il se dise qu’il n’y avait bien qu’elle qui pouvait le faire. Elle s’approcha félinement à quatre pattes, ne le quittant pas des yeux et avec un sourire charmeur. Elle finit par arriver devant lui. Elle pose ses mains sur ses cuisses tandis qu’elle les remonte jusqu’à son entrejambe. Une fois arrivée à l’endroit qui l’intéresse le plus, elle n’hésite pas et commence à malaxer les parties d’Isaak. Elle n’y va pas par quatre chemins et ça n’est que le début. Elle a d’autres idées en tête pour qu’il veuille en redemander mais il ne faut pas tout presser non plus. Il a besoin d’oublier alors elle aura besoin de faire durer. « Ce début est-il à ton goût ? »


 
you started a fire
'Cause I could touch a hundred thousand souls but none of them would ever feel like home, and no matter how far and wide I roam.

(c) proserpina
avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4265
▹ INVESTISSEMENT : 451

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Lun 9 Avr - 15:26

Tu l'observes se mettre en scène et te perds dans la contemplation de son corps qui ondule autant que dans celle de son visage aux airs si inaccessibles que tu comprends sans mal pourquoi Phoenix rend les hommes dingues. Même toi, qui te présentes à elle en assumant clairement avoir quelque chose à oublier et qui traînes plus souvent dans le lit d'hommes que de femmes depuis quelques temps, tu dois reconnaître qu'aucun chasseur digne de ce nom ne pourrait rester de marbre face à tant d'indifférence. Tu n'as qu'une envie, lui ordonner de te regarder, de t'accorder plus d'intérêt, mais tu la laisses faire, conscient qu'elle s'y connait bien plus que toi dans l'art de son métier et lui faisant parfaitement confiance quant aux chemins qu'elle souhaite emprunter pour te satisfaire. Si la rousse estime qu'il est nécessaire de piquer ton instinct animal en te snobant, c'est qu'il y a une bonne raison à ça, une raison qui te fait accepter l'idée d'être complètement sous son charme.

Un charme qu'elle n'économise pas en se frottant à la barre, en montrant tout de ses lèvres qui s'entre-ouvrent et de ses sourcils qui se froncent comme si elle était en train de prendre un plaisir dingue, qui te contracte les entrailles. La température monte toujours si vite quand elle danse, c'est affolant. Alors tu bois une grande rasade de champagne pour faire tomber la fièvre et rester dans la course tandis qu'elle marche vers toi, féline, à 4 pattes, ses fesses qui brillent sous les lumières tamisées du club. Quand ses mains rencontrent ton entre-jambe, tu lui offres un sourire vicieux et légèrement crispé tandis que ton inspiration siffle entre tes dents. Y'a que toi pour m'offrir des intros de ce genre ... Que tu réponds à sa question, tendant une main dans sa direction pour lui caresser la joue de ton pouce qui finit par passer sur ses lèvres tentatrices. Ta main libre attrape une poignée de billets que tu plies en deux et vient placer délicatement entre ses dents, avec un respect qui se lit dans chacun de tes gestes. Une femme qui joue aussi bien de ses charmes ça se tient en estime, ça ne se traite pas comme une vulgaire pute. Nouvelle tenue ? Tes mains quittent son visage pour redessiner les courbes de sa taille parfaitement mise en valeur par la guêpière. Ton sens du détail te fait remarquer ce genre de nouveauté, donne à tes questions l'air de t'intéresser aux autres, de garder leurs réponses en mémoire. Si ce n'est d'ordinaire qu'une apparence, avec la rousse il n'en est rien. Elle est probablement la seule employée du club dont tu connais la garde robe par cœur à force de l'avoir reluquée sous toutes les coutures. Alors, forcément, la voir ce soir dans un nouvel emballage cadeau te fais te sucer les canines en silence.




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »


Dernière édition par Isaak Coalman le Jeu 12 Avr - 2:43, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 498
▹ INVESTISSEMENT : 40

▹ AGE : Officiellement 33 ans - Officieusement 30 ans
▹ TAF : Officiellement Stripteaseuse Officieusement Objet de ses clients
▹ AVATAR : Evan Rachel Wood
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Mar 10 Avr - 23:50

Phoenix sait qu’il veut qu’elle le regarde mais elle s’abstient. Elle veut le faire enrager, le faire monter au créneau. Il a de la chance, elle pourrait le faire durer plus longtemps mais elle a envie de le voir et de s’occuper de lui comme aucune autre danseuse ne le ferait. D’ailleurs, il le lui confirme lorsque à quatre pattes devant lui, elle lui demande si cela lui plait. Elle ne peut s’empêcher de sourire, sentant le contact d’Isaak contre sa joue et ses lèvres. « Tu sais que tu es privilégié… » Elle ne dit pas ça seulement parce que c’est son patron et que bien entendu, il faut qu’elle soit la meilleure pour lui mais parce qu’il a le don de la faire se donner entièrement. Elle veut qu’il ne puisse l’oublier, qu’il veuille la voir elle en priorité sur les autres filles, voir seulement elle. Elle aime son regard qui parcourt ses courbes, la compréhension qu’il a de Phoenix. Peu de personnes arrivent à comprendre que derrière ses airs de nymphomane se cache seulement une fille qui a besoin qu’on la regarde, qu’on s’occupe d’elle. Il sait trouver les mots et c’est finalement ce qui a fait qu’elle a toujours voulu lui en donner plus. Elle a peine le temps de terminer sa phrase qu’elle accepte avec plaisir les billets qu’il lui met dans la bouche.

Et tandis qu’il lui demande si c’est une nouvelle tenue, elle se relève toujours en ondulant son corps au rythme de la musique, rapprochant dangereusement son corps de l’homme dont les mains parcourent ses formes. Alors qu’elle le laisse plonger son regard sur sa poitrine, elle retire d’entre ses dents les billets glissés pour leur donner une nouvelle maison. Elle les insère au ralenti entre ses deux seins. Avec la guêpière maintenant sa poitrine, c’est le meilleur endroit où les mettre. Elle soulève le menton d’Isaak pour que son regard rencontre à nouveau le sien pour lui répondre enfin. « Oui, elle t’attendait depuis un peu trop longtemps maintenant. Ce n’est pas très gentil de la faire se languir. » Elle sourit, laissant présager que le fait qu’il ne soit pas venu depuis un petit moment allait lui réserver des surprises. Bien entendu, ce ne serait que d’agréable surprise. Elle positionna alors ses mains sur ceux de son patron pour les capturer un instant. « Tes mains ne me quittent pas avant que je ne te dise le contraire. » A moins qu’elle ne prenne l’initiative tout simplement. En tout cas, elle voulait qu’il la touche comme pour lui assurer qu’il aime ce qu’il voit bien qu’elle ne doutait pas vraiment. Elle se pencha de nouveau vers lui, lécha un instant les lèvres de son client tout en capturant sa cravate desserrée. Elle s’amusa un instant avec avant de tirer dessus, obligeant à se retrouver collé contre elle tandis qu’elle continue de le surplomber. Elle aime l’idée d’être maîtresse de soirée et de l’obliger à faire ce dont elle a envie bien que ça devrait plutôt être le contraire. Il sait cependant qu’elle agit dans leur intérêt à tous les deux, particulièrement ce soir où il a besoin de distraction. Elle passa à son tour son doigt sur ses lèvres, l’obligea à le sucer. Une fois qu’elle trouve que le premier se sent seul, elle lui donne un ami tandis que de son autre main, elle tire légèrement sur le tissu pour lui intimer de ne pas se rebeller et lui intimer de continuer ses caresses qui la font frémir.


 
you started a fire
'Cause I could touch a hundred thousand souls but none of them would ever feel like home, and no matter how far and wide I roam.

(c) proserpina
avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4265
▹ INVESTISSEMENT : 451

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Jeu 12 Avr - 4:22

Gros plan sur ton fric qu'elle insère entre ses seins, hypnotisant ton regard de ses gestes lents et sensuels. Tes yeux se perdent dans son décolleté, brillants d'admiration et d'envie mal identifiée. Quand elle te chauffe comme ça, c'est toujours flou dans ton esprit. Heureusement, tu peux te laisser aller à tous les détours de ton imagination, ses doigts sont là pour se poser sur ton menton et t'obliger à redresser le regard pour l'entendre te reprocher de ne pas être venu depuis un moment. Tu souris, amusé et joueur. Ce n'est pas à toi que je vais apprendre l'art de se faire désirer ... Regarde comme elle a l'air contente de me voir ! Ta main caresse la dentelle fine qui recouvre sa poitrine et tu frémis de sentir le galbe de ses seins sous tes doigts. Elle exige que tu la touches, refuse que tu t'arrêtes. Tu ne te feras pas prier ...

Tandis qu'elle se penche pour te lécher les lèvres, tu en profites pour tendre les bras caresser l'arrière de ses cuisses, effleurer le pli de ses fesses. Le fait qu'elle tire sur ta cravate te donne une bouffée de chaleur qui t'oblige à fermer les yeux pour rester calme, ne pas déraper, ne pas prendre le dessus sur son numéro de charme. Il y a quelque chose de grisant dans le fait de te frustrer autrement que pour Chad ; quelque chose de terriblement érotique dans le fait d'avoir la plus belle femme que tu connaisses qui te réclame, alors que l'image de l'homme que tu aimes te regarde droit dans les yeux, derrière tes paupières closes, et pointe sur toi un indexe qui se veut dissuasif : Isaak Coalman, espèce de gros pervers, tu vas me faire le plaisir de maîtriser tes ardeurs ! Voilà ce qu'elle dit. Et tu ris quand tu sens le doigt de Phoenix s'immiscer dans ta bouche car aucun autre geste n'aurait pu provoquer en toi pareille excitation, répondre aussi sournoisement à cette petite voix qui te défend de craquer. Avide, tu le suces et attrapes le deuxième comme s'il s'agissait d'un caviar d'une pureté exceptionnelle.

Tes mains remontent le long de son corps pour venir caresser ses épaules. L'une part à la découverte de son dos, chatouille sa chute de reins, tandis que l'autre, plus sage, vient entourer son poignet. Tu rouvres les yeux, lui décoches un regard brûlant alors que ta langue joue encore avec ses doigts. Tu me donnes faim ... Dents qui mordillent ses phalanges, torse qui se rapproche de son corps ondulant à la recherche de plus de contact, de plus de chaleur. Ta main presse contre son dos pour la rapprocher, l'obliger à caler ses jambes de part et d'autre des tiennes dans un califourchon qui fait vriller ta conscience. Tu sens la limite de ton self contrôle arriver à grand pas tandis que tes deux mains partent à la conquête de sa crinière magnifique, libère son cou, offrant ainsi un chemin que tu te verrais bien prendre avec tes lèvres si elle te le permettait. Car il y a toujours ses doigts dans ta bouche qui font affluer la salive et te rappellent ce soir, après la boxe, où c'était Chad que tu avais entre les lèvres ...

Les images se superposent, les désirs se mélangent : celui que tu as pour Graham se mêle à celui que la rousse te fait ressentir pour elle, si bien que ton cerveau commence à s'y perdre, à confondre les corps et les envies. Grisé, tu sens ton souffle qui s'accélère, ta respiration qui s'alourdie, signe que la bête est là, au fond de la caverne, qu'elle observe d'un air intéressé le petit jeu qui se joue sur tes genoux.




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »


Dernière édition par Isaak Coalman le Sam 28 Avr - 17:14, édité 2 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 498
▹ INVESTISSEMENT : 40

▹ AGE : Officiellement 33 ans - Officieusement 30 ans
▹ TAF : Officiellement Stripteaseuse Officieusement Objet de ses clients
▹ AVATAR : Evan Rachel Wood
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Ven 27 Avr - 0:05

Phoenix se plaint de son absence. Elle aurait voulu le voir plus tôt, il est parti trop longtemps et elle, elle n’aime pas ça. Elle a l’impression qu’on l’abandonne, qu’il l’abandonne, la laisse de côté et ça ne lui plait pas. Ca lui fait se sentir invisible à nouveau. Elle tente de ne pas y passer. Elle a pris du bon temps avec de nouveaux clients qui certains sont bien plus délurés qu’elle ne l’aurait cru. Elle le laisse alors toucher le tissu qu’elle porte, c’est ce qu’elle veut après tout. Ce n’est pas pour rien qu’elle lui intime de garder ses mains sur elle, de la toucher à souhait. Elle aime sentir les mains d’Isaak sur sa peau. Elle aime ce contact qui la faisait se sentir bien et lui donne envie de toujours lui en donner plus. Malheureusement, ce ne sera pas suffisant. Elle veut plus mais surtout, elle veut qu’il en veuille plus. Elle se fait alors provocatrice. Lèche ses lèvres, lui donne ses doigts. Elle aime sentir qu’il y prend plaisir. Sa phrase lui laisse à penser qu’il aime ça et elle sait que c’est le cas. Il ne lui dirait pas sinon, bien qu’il n’ait jamais eu à se plaindre d’elle. Elle lui a toujours donné le meilleur, a tenté de trouver ses failles et ce qu’il aime et bien qu’il soit là que depuis peu, elle avait fini par le cerner. Elle fait ça d’ailleurs très bien avec tout le monde, surtout les hommes. Elle se penche vers lui et lui répond au creux de son oreille « Tu sais que tu peux goûter et manger, je ne dirais pas non. Tes envies sont les miennes. » Elle lui mordille alors l’oreille comme pour lui faire comprendre qu’elle aussi à faim et que sa faim ne peut être rassasiée que par lui.

Phoenix se laisse entrainer sur ses genoux. Elle sourit, il est pressé et elle aime ça. Elle avait d’autres idées en tête mais elle les mettrait à exécution plus tard. Pour le moment, elle s’active sur ses genoux. Elle ondule contre lui, laisse son intimité caresser celle d’Isaak. Elle ondule un peu plus sans quitter une seconde les yeux de son patron. Elle lui retire ses doigts, toujours aussi souriante. « Tu as été un bon garçon. » Si elle retire ses doigts, ce n’est pas parce qu’elle trouve qu’il a assez joué avec, c’est pour les utiliser. Elle commence à déboutonner sa chemise, ses gestes sont lents mais séducteurs. Elle ne veut pas se presser, elle n’en a pas besoin, ses mouvements de bassin le laisse tranquille pour quelques minutes, lui donne autre chose à penser ou alors, la combinaison des deux mouvements bien différents est excitante. Elle découvre son torse, laisse la chemise entre ouverte tandis que ses ongles laissent des marquent. Pas assez profondes pour laisser des marques pendant plusieurs semaines mais assez pour que pendant quelques jours il se souvienne qu’il est venu la voir et qu’il faut qu’il vienne la revoir. Elle ondule plus rapidement contre son intimité, elle veut entendre son souffle trahir son attirance et son excitation.  Sa main vient attraper la bouteille de champagne. Elle n’est pas censée boire pendant le travail mais elle est persuadée qu’il ne lui en tiendra pas rigueur. Elle lui verse un peu de liquide entre les lèvres avant de boire à son tour une rasade. Elle se recule un instant, admire Isaak qui est à sa merci. Elle se dirige à nouveau vers lui, descend jusqu’à se retrouver au niveau de son nombril. Elle passe ses doigts sur toute la région, explorant son corps, s’arrêtant au niveau du haut de son pantalon. Elle le regarde, commence à verser du champagne sur son torse. Elle lape le liquide qui se retrouve sur sa langue, en profite pendant près d’une minute avant d’arrêter. Elle lèche et embrasse chaque centimètre de son corps passé au champagne, son cou aussi pour se retrouver à la commissure de ses lèvres. Elle l’embrasse pour lui donner le goût du champagne, mord sa lèvre inférieure alors qu’elle s’assoit à nouveau sur ses genoux et recommence ses ondulations telles une sirène qui veut faire échouer son marin grâce à son chant.


 
you started a fire
'Cause I could touch a hundred thousand souls but none of them would ever feel like home, and no matter how far and wide I roam.

(c) proserpina
avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4265
▹ INVESTISSEMENT : 451

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Sam 28 Avr - 18:13

" Tes envies sont les miennes "

Le genre de phrase qui, dans la bouche de n'importe quelle autre femme, ferait perdre de sa valeur à l'échange, rendrait le jeu beaucoup moins intéressant. Tu as l'habitude, toi, Isaak Coalman, PDG d'une grande entreprise et propriétaire d'un club très select, que tes désirs soient des ordres. Mais il n'est pas question de désirs égoïstes et d'ordres impétueux avec Phoenix et Phoenix n'est pas n'importe quelle femme. Le subtile mélange de réciprocité dans vos envies, vos attentes partagées dans ce qu'elles ont de plus absolues - une vie pleine de plaisir, par exemple - et la beauté incommensurable de la rousse t'excite là où tu te serais désintéressé en temps normal. Il faut dire qu'en plus de son corps de rêve, Phoenix t'ensorcèle par sa personnalité atypique. Une nymphomane assumée, femme fatale devant l'éternel, partageant son esprit avec des rêves de gamines probablement en vrac avec son complexe d'oeudipe. Tu te fous du pourquoi mais adores le comment. Comment elle te chauffe, comment elle te fait te sentir légitime dans tes attentes. Succube qui te chante dans l'oreille sa mélodie de sirène des bas fonds. Tellement contrastée dans ce qui l'anime foncièrement qu'elle en devient un personnage aussi romantique qu'érotique. Le genre de femmes pour le bonheur desquelles se laisser manipuler devient une option diablement envisageable. Allez, juste un peu ...

- Oui madame ... Qu'est-ce que tu veux répondre d'autre, franchement ? C'est pas comme si tu dormais depuis trois semaines sur la béquille à force d'être ce bon garçon dont elle parle et auquel elle déboutonne la chemise. Bien sûr que t'as été sage ! C'est même pour te récompenser que tu viens ici ce soir. Ca, ainsi que pour mettre ta sagesse à l'épreuve. Tu veux qu'elle te vide la tête en même temps que tu ne le veux pas. Choisir Phoenix pour te tenter n'était pas anodin : tu sais que si tu lui résistes - à elle - alors le défi sera gagné. Parce qu'il n'y a pas plus désespérément douée et obstinée que cette femme pour venir à bout de tes réticences ; elle qui sait toujours comment te donner envie de lui dire oui. Phoenix : le test suprême à ta fidélité ; celle qui fait monter ta gaule en se frottant de toute la souplesse de son bassin. Un " pfff " tremblant t'échappe tandis que tu souffles pour garder le contrôle. Tes mains tremblent sur son corps. Abstinent depuis trop longtemps, tu te donnes l'impression d'être une mine sur le point d'exploser. Il suffirait qu'elle presse son talon aiguille au bon endroit et ... D'accord, je viendrai plus souvent. Réponse qui suis une inspiration douloureuse, entre tes dents serrées, quand elle te griffe pour marquer son territoir.

Tes yeux tombent sur les sillages laissés par ses ongles entre tes pecs. Merde, il va faloir expliquer ça à Chad. Chad qui accepterait de t'accompagner au club ? Tu te poses la question, aimerais tellement lui faire découvrir la rousse, juste pour pouvoir vous extasier en tant que potes de cette merveille de la nature. Puis vous iriez baiser dans les loges, comme deux crevards incapables de faire taire leur désir. Un rêve que tu fais éveillé et dont la belle te sort en te servant le champagne comme personne d'autre ne sait le faire. Ravi, tu la laisses s'amuser et savoures la morsure des bulles que tu avales ainsi que celle des rivières que Phoenix fait couler sur ta peau. Là où ses griffes ont marqué la chair, le passage du champagne est presque douloureux. Tu adores ça, mais pas autant que son regard de braises tandis qu'elle lèche l'alcool à même ton corps, remonte jusque dans ton cou et t'arrache une pulsion qui plaque tes mains à ses fesses quand sa bouche sensuelle rencontre la tienne, avide. Cette fois-ci, c'est toi qui donnes le rythme ; tes doigts resserrent leur prise sur ses miches et les écartent comme s'il t'était possible de la pénétrer à travers les couches de pantalon et de dentelle qui vous séparent. Ta bouche reste entre-ouverte contre la sienne, parodie d'orgasme que vous pourriez échanger là, tout de suite, sans que personne ne le sache ... Putain mais qu'est ce que tu racontes ?

Choqué par la vitesse que tu prends sur la pente savonneuse qui mène à l'échec total de tes promesses faites à Chad, tu cesses de pousser tes hanches contre les siennes et souris d'un air coupable en fourrant ta tête dans son cou qui sent bon. Je ne coucherai pas avec toi ce soir, ma beauté. Sa déception se sent jusque dans la façon dont son corps se raidit mais tu gardes ta voix grave de désir pour la relancer sur le terrain qu'elle aime le plus : celui de l'admiration que tu as pour elle. J'étais venu te voir jouir. Imaginer que c'est pour moi, te souffler à l'oreille combien tes belles quand tu te touches, te murmurer tout ce que tu veux entendre pour prendre ton pied devant moi ... C'est possible, ça ? Tu te recules, séducteur et provoquant, les mains toujours sur ses fesses, enhardi par l'idée de la mater tout en restant fidèle à ta volonté de ne pas craquer. Tu ferais ça pour ton plus grand fan ? Nouvelle poignée de billets que tu glisses entre la dentelle de sa guépière et le velour de sa fesse droite.

Au Sapphire39, le plaisir se donne partout, même en spectacle !




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »


Dernière édition par Isaak Coalman le Dim 29 Avr - 20:45, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 498
▹ INVESTISSEMENT : 40

▹ AGE : Officiellement 33 ans - Officieusement 30 ans
▹ TAF : Officiellement Stripteaseuse Officieusement Objet de ses clients
▹ AVATAR : Evan Rachel Wood
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Dim 29 Avr - 19:56

La rousse s’embrase, elle déboutonne avec lenteur la chemise tandis qu’elle continue d’onduler pour lui faire plaisir. Elle sent le renflement de son pantalon grossir alors qu’elle ne peut s’empêcher de sourire de l’effet qu’elle lui fait. Elle veut qu’il s’en souvienne pour venir la voir plus régulièrement. Le temps d’absence lui a semblé long comme jamais au part avant. Elle griffe alors son torse pour qu’il prenne conscience que ce n’est pas vraiment très gentil de la laisser comme ça mais aussi parce qu’elle veut le marquer pour qu’il se remémore qu’il est venu voir la voir. « Tu as intérêt à revenir plus souvent, sinon je risquerais de devoir venir chez toi. » Son regard se fait insistant. Surtout qu’elle serait capable de venir le voir pour qu’il la prenne dans toute sa maison, pour qu’il arrête de se perdre ailleurs qu’au Sapphire. Pour avoir ce qu’elle veut, elle serait capable de beaucoup de choses.

Elle décide alors de le faire boire un peu mais surtout de goûter à ce délicieux champagne qu’il a emmené. Quel meilleur terrain de jeu que son torse déjà parsemé de sa possession, de son envie. Elle lèche, embrasse avec passion son corps sans le quitter des yeux car au fond, c’est ça le plus exaltant. Qu’il voit le plaisir qu’elle prend à le satisfaire. A peine le trajet terminé, elle embrasse Isaak avec passion, elle veut prendre possession de cet homme qui la fait trembler de désirs et qui lui donne encore de nombreuses idées pour l’exciter. Elle sent ses mains se poser sur ses fesses pour les écarter, mimer la pénétration qu’elle attend avec impatience. Elle joue avec les nerfs d’Isaak autant qu’avec les siens car après tout, les désirs de son patron doivent passer en premiers. Cependant, elle a toujours du mal à ne pas laisser les siens s’inviter, surtout que leurs envies se rejoignent constamment. Enfin c’était ce qu’elle croyait. Ses lèvres près de celles d’Isaak lui donnent envie de gémir mais elle veut qu’il le fasse en premier, qu’il lui donne le feu vert d’unir leurs voix et leurs gémissements. Elle sent qu’elle ne va bientôt plus pouvoir se freiner mais se raidit d’un coup lorsque ces mots sortent de sa bouche. C’est comme une douche froide qu’elle aurait reçue en plein hiver à déjà -15 degrés. Elle se bloque, ne sait pas quoi dire. Elle retire les mains de son torse, enfonce ses ongles dans ses paumes pour éviter de lui mettre une gifle ou plutôt un poing en plein figure vue sa colère grandissante. Elle l’écoute parler et malgré tout, ce qu’il lui dit ne lui convient pas. Elle avait beau vouloir l’entendre lui susurrer des mots qu’elle aimait, elle voulait avant tout que leurs corps s’unissent, claquent au gré de la passion qu’ils ont l’un pour l’autre. Elle aurait dû se douter que ça ne suffirait pas, que le fait qu’elle soit son employée ferait un jour tout capoter. Le problème était qu’il l’avait sous son charme, les mots qu’il lui avait susurré les fois précédentes, leurs instants de tendresse et leurs orgasmes réciproquent lui avait laissé penser que peut être il ne l’abandonnerait pas et ne pourrait se passer d’elle. Elle entend à peine les derniers mots qu’il prononce tant la colère l’envahi, ce qui la fait sortir de son envie de meurtre est les billets qu’elle sent glisser sur sa fesse, et qu’elle regarde se placer entre sa peau et le tissu. Elle ne dit pas non à un peu plus d’argent mais elle est aussi prête à partir sans qu’il puisse avoir son dû et qu’importe si c’est son patron et qu’elle est censée lui obéir. Il vient de mettre en l’air son entrée au 7ème ciel alors pourquoi devrait-elle accepter sa requête ? Elle attrape de nouveau le tissu qui pend au cou du Coalman, l’attire vers lui pour l’obliger à la regarder, pour qu’il sente que ce n’est pas suffisant pour elle. « D’abord dis-moi pourquoi. Pourquoi tu ne veux pas coucher avec moi. Il y a dix secondes tu étais en train de prendre ton pied non ? » Phoenix avait besoin de savoir pourquoi il ne la voulait pas. Deux minutes de plus et elle l’aurait fait gémir son prénom au creux de ses lèvres. Elle n’arrive toujours pas à croire qu’il la laisse en plan comme ça. Elle était capable de beaucoup de choses, était capable d’assurer les exigences qu’il venait de lui demander et de jouir pour lui sans qu’il soit à l’intérieur d’elle. C’était déjà arrivé qu’il lui demande ce genre de choses ou même que seule chez elle, elle prenne du plaisir en passant à lui, la pulsant jusqu’à l’orgasme mais ce soir, elle ne s’y attendait pas vraiment. Elle avait cru comprendre qu’il ne venait pas pour ça car il était généralement plus explicite mais ne s’attendait pas à être coupée non plus en plein chemin.

Elle le regarde alors avec ses yeux pottés, ses yeux d’enfant qui veulent se faire pardonner d’une bêtise. Bêtise qu’elle ignore et pour laquelle elle se sent punie. « J’ai fait quelque chose de mal ? » Phoenix et son besoin constant d’être rassuré. Cette fille, qui dix secondes avant, était consciente qu’Isaak aimait ce qu’il voyait, ce qu’elle faisait et qui maintenant doute comme si tout avait été un rêve. Un rêve qui se transformait petit à petit en cauchemar dont elle ne pouvait se réveiller car c’était sa réalité. Elle avait besoin qu’il la rassure que ce n’était pas contre elle.


 
you started a fire
'Cause I could touch a hundred thousand souls but none of them would ever feel like home, and no matter how far and wide I roam.

(c) proserpina
avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4265
▹ INVESTISSEMENT : 451

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Lun 30 Avr - 3:05


Pourquoi. La garce. Même dans toute sa cruauté, Phoenix éblouit tout.
Pourquoi. Pire qu'une gifle, pire qu'un mépris : une interrogation.
Et les interrogations, y'a rien de mieux pour te faire débander direct.

Pendu à ta cravate, tu déglutis, conscient d'exposer tes états d'âme à son jugement avec cette proximité qui passe de délicieuse à dangereuse. Dangereuse pour sa sensibilité, bien entendu, mais aussi pour la tienne. Si tu es venu, ce soir, c'est avant tout pour ne penser à rien. Ni à ta frustration, ni aux tourments de ton âme dès qu'il est question de Chad (ce qui veut dire constamment pusique ton désir pour lui ne dort jamais). Chad à propos duquel ton coeur s'emballe, Chad qui a promis de venir te voir à l'hôtel pour passer la dernière semaine de votre pari avec toi et qui n'est pas venu, qui ne répond pas au téléphone. Chad qui t'obsèdes quand tu t'imagines que son lapin est un message pour te faire comprendre qu'il a changé d'avis mais auquel tu n'oses pourtant pas être infidèle car une part de toi garde la certitude que ce silence doit avoir un explication logique ; panne de batterie où manque de réseau sûrement. C'est possible, non ? Tu essayes de t'en convaincre depuis des heures, poussé par le désespoir jusque dans les bras de Phoenix en qui tu plaçais toute ta confiance pour te divertir et la voilà qui te renvoie tes angoisses en pleine gueule. Pourquoi tu ne veux pas coucher avec elle, hein, Isaak ? Parce que t'es complètement cramé du blond, voilà la réponse, et que ça te terrifie. La terreur, y'a pas d'autre mot. Quand ta passion pour lui dépasse celle que tu avais pour Nero, c'est que ta mort approche à grands pas, qu'arrivera forcément un jour où le colosse se rendra compte de son pouvoir et qu'il te brisera, comme Nero avant lui. T'as beau avoir confiance en ses grands yeux bleus, l'instinct de survie est plus fort que tout ; jamais remis d'avoir été si déchiré en taule qu'on s'étonne qu'il soit encore en vie, ce con.
Pourquoi ? Vraiment une question de merde !

Mais il y a les yeux de Phoenix quand tu t'apprêtes à la renvoyer dans les cordes. Face à ces yeux là, tu ne peux te résigner à la recadrer comme le Boss que tu es pour elle. Comment tu veux te montrer cassant avec un visage aussi beau et une âme aussi fragile qui te regardent à travers des yeux aussi larmoyants ? Beaucoup aiment te qualifier de sans coeur, de requin machiavélique et sans aucun scrupule. Mais quand même ! Trop de beauté dans la personalité de cette femme pour lui vouloir du mal. Soudain protecteur, tu remontes tes mains le long de ses hanches, enserrent sa taille puis caresse son dos dans une danse gestuelle pleine de réconfort et de tendresse. Tant pis pour le " pourquoi ", tu lui pardonnes tout quand elle se montre si vulnérable. Alors ton nez se colle au sien tandis que tu fais se rencontrer vos fronts. Ton regard est plus affectueux que salace, désormais, plus doux que dur et résolument plus disposé à prendre en compte ses émotions. Phoenix. Tu commences par caresser son prénom, les yeux plantés dans les siens, accrochant son regard, pénétrant ses pupilles pour s'adresser à sa sensibilité en détresse. T'es la plus belle femme du monde. Je suis complètement sous ton charme. Et tu n'as rien fait de mal. Tes doigts retirent les billets de sa guépière, comme si cet argent était en train de la salir. D'ailleurs, c'est ce qu'il fait et, pendant une fraction de secondes, tu te détestes d'être devenu ce genre de mec : machiste en plus d'être si arrogant qu'il se croit différent des autres. Ton regard tombe sur la bouteille de champagne, le tas de fric, ton téléphone laissé sur la table, toujours vide des nouvelles de Chad. Tu as besoin de te changer les idées et ta belle a besoin de se sentir aimée ...

Viens, je t'emmène dans un rêve. Spontanné, on te dirait touché par la grâce, soudain inspiré par une aventure nocturne qui te vous ferez oublier vos peurs respectives sans avoir à vous les avouer de vive voix ; parce que tu es le Boss et elle l'employée, que malgré toute l'affection que tu lui portes, tu ne peux pas lui ouvrir ton coeur d'homme comme tu le fais avec Chad, seul capable de percer les rempares de ta pudeur émotionnelle. Mais tu peux le lui ouvrir jusqu'à un certain point et ce point est suffisant pour lui redonner le sourire, tu le sais. Le tiens s'élargit tandis que tu pars dans tes délires et cherches ce qui pourrait la faire le plus vibrer. Ca te dit, un diner aux chandelles avec moi ? Suivi d'un sauna et d'un massage ... Toute mon attention pour toi, des mains expertes pour ton plaisir, quelques heures d'évasion pour ma préférée. Tu insistes sur le mot car tu sais qu'il est important pour la convaincre. Tu t'imagines déjà dégainer le portable pour privatiser un restau, réserver un spa dans un établissement 5 étoiles et faire de cette nuit de merde un instant merveilleux, chassant loin de ta tête la peur de te réveiller sans nouvelles de Chad le lendemain matin, le coeur complètement brisé.

NB : Ce RP se situe dans la nuit où Chad se fait tirer dessus. Isaak n'est pas au courant.




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »


Dernière édition par Isaak Coalman le Sam 2 Juin - 17:27, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 498
▹ INVESTISSEMENT : 40

▹ AGE : Officiellement 33 ans - Officieusement 30 ans
▹ TAF : Officiellement Stripteaseuse Officieusement Objet de ses clients
▹ AVATAR : Evan Rachel Wood
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Mar 1 Mai - 2:40

Depuis quand était-elle amoureuse ? Depuis quand l’avait-elle laissé prendre son cœur sans lui rendre ? Pas qu’elle s’en rende compte car personne ne lui a jamais appris ce que c’était que l’amour. Personne ne lui a jamais dit « je t’aime » en le pensant sincèrement, en la faisant rêver ou juste en lui faisant comprendre ce que c’est. Ses parents l’ont toujours ignoré, elle qui avait besoin de se sentir désirée. Enfant, elle n’aurait pas pensé prendre une telle route mais l’ignorance et le manque d’aour en avait décidé autrement. Cette fille, c’est un cœur d’artichaud qui a besoin de se sentir aimée, désirée mais qui ne comprendrait même pas que ça lui arrive si ça lui tombait sous le coin de la figure. Parce qu’elle est comme ça et qu’elle ne comprend pas. Elle ne comprend pas comment il a réussi à l’attirer autant, à l’avoir sous son charme si rapidement et surtout comment en être arrivée à lui en vouloir parce qu’il ne voulait pas d’elle ou parce qu’il n’était pas assez présent. Ce n’est pas elle. Phoenix, elle est censée ne pas tenir compte de tout ça, elle est censée ne plus avoir le cœur brisé sans s’en rendre compte. Elle n’est surtout pas censée être diablement attirée par son patron. Elle est censée faire son travail un point c’est tout. Elle n’est pas censée le rendre à propos d’elle. Pourtant c’est ce qu’elle fait lorsqu’il ne veut plus d’elle, lorsqu’il s’arrête et lui dit que ce soir, ils n’iront pas plus loin. Elle le prend personnellement, son petit cœur fragile en prend un coup et elle ne peut pas l’accepter. Alors la colère monte rapidement, plus vite que la peur qu’il ne veuille plus d’elle, plus vite que les larmes qui vont briller dans ses yeux. Elle se retient de le frapper, retient de ne pas lui dire les quatre vérités en face qui en réalité la blesseraient plus qu’il ne serait blessé. Elle lui demande alors pourquoi il ne veut pas d’elle, pourquoi elle n’est pas suffisante à ses yeux parce qu’elle a besoin de savoir. Savoir ce qu’il n’aime pas pour pouvoir le changer, savoir ce dont il a envie. Elle a envie de lui faire plaisir, envie qu’il aime prendre du temps avec elle. Alors lorsqu’elle le force à le regarder, elle ne s’attend pas à ça. Elle ne s’attend pas aux gestes tendres qui lui montrent, qui lui font plaisir, lui arrache même un sourire et des frissons. Sentir ses mains sur son corps lui fait du bien. Son regard planté dans le sien, leurs fronts l’un contre l’autre et leur nez se touchant. Il n’y avait rien de plus romantique pour la jeune femme. Ce désire qu’il lui donne, cette tendresse qu’elle ressent à cet instant. Il lui dit que c’est la plus belle femme du monde, qu’elle n’a rien fait de mal. Alors pourquoi ne veut-il pas d’elle ? Il ne répond pas à la question mais sa colère est redescendue aussi vite qu’elle est montée. C’est la peur qui est toujours là, le besoin qu’il l’aime comme elle l’aime bien qu’elle ait compris que ça n’arriverait jamais. Elle n’a pas la raison du pourquoi mais elle le sent. Elle sent qu’elle ne peut rien faire de plus, que c’est terminé. Elle ne sait pas comment mais elle le sait, elle sait qu’elle devra faire avec mais dans l’instant présent, elle n’y arrive pas. Elle ne peut se résoudre à le perdre, pas maintenant, pas alors qu’il est si près d’elle. Elle a besoin de lui. Elle tente de se calmer, de faire ralentir son petit cœur perdu et déchiré. Elle le sent poser sa main sur sa cuisse, retirer les billets qu’il a posé. Elle n’a pas la force de le stopper. Elle le pourrait pourtant et sa main commence même le chemin mais elle s’arrête sur sa joue pour la caresser. Caresser la peau si douce d’Isaak tandis qu’elle lui donne un baiser sur sa joue comme pour lui dire qu’elle a compris, compris que même s’il trouvait que c’était la femme la plus belle à ses yeux, ce n’était pas ce qu’il recherchait.

Il lui propose alors de partir, de lui faire plaisir. Elle en a envie, elle veut que l’on prenne soin d’elle, qu’on la traite comme une princesse, comme une favorite, une préférée. Elle veut tellement ça qu’un sourire s’étend sur ses lèvres avant qu’elle ne se rappelle. « Oh oui, j’aimerai ça. J’aimerai tellement ça.» Elle se jette un instant à son cou, enfouie sa tête contre son épaule. Puis elle se sent alors coupable parce que ce n’était pas le deal prévu. C’était son boulot à elle de faire ça, ce n’était pas à lui de prendre soin d’elle, de lui faire plaisir. Elle devait l’emmener au paradis non ? Elle se recule, le regarde et essuie les quelques larmes qui ont fini par couler sur sa joue. « Je suis désolée. Je… » Elle s’arrête un instant, regarde le sol avant de relever les yeux vers lui. « C’est moi qui suis censée te faire plaisir, pas l’inverse. Je peux toujours faire ce que tu voulais de moi, je peux prendre du plaisir pour toi, devant toi.» Elle espérait qu’il comprenne qu’elle avait envie, plus que tout de ce qu’il lui avait proposer. Se retrouver seule avec lui, avoir un vrai rendez-vous comme elle n’en a jamais eu bien que techniquement ce ne soit pas un rendez-vous. Elle avait besoin de se changer les idées sans s’en apercevoir mais elle avait repris conscience. Conscience qu’elle était l’employée et que son travail c’était de lui obéir.



 
you started a fire
'Cause I could touch a hundred thousand souls but none of them would ever feel like home, and no matter how far and wide I roam.

(c) proserpina
avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4265
▹ INVESTISSEMENT : 451

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Mer 2 Mai - 8:12


Tu lui rends son étreinte, ému de la sentir si fébrile entre tes bras. Il existe des connexions secrètes entre les âmes qui font que les mots sont superflus ; des passerelles affectives qui se créent sans demander l'avis de personne et qui provoquent ce genre de réactions émotionnelles quand une femme vulnérable rencontre un mec brisé. Tu inspires sont odeur, caresses ses cheveux, la laisse s'oublier un peu contre toi et n'émets aucun commentaire sur ses larmes lorsqu'elle refait surface, chagrinée mais visiblement heureuse à la perspective de t'accompagner pour la nuit.

« Je suis désolée. Je… » Tu secoues la tête comme pour la dissuader de s'excuser ou de se sentir coupable. C'est toi le con, celui qui vient lui demander de t'allumer alors que tu sais pertinemment que derrière sa façade se cache une fille qui vaut bien mieux que ça. Non pas que tu méprises son job - à tes yeux, l'érotisme est un Art à part entière et la rousse en est la reine - mais plutôt que tu estimes qu'elle mérite mieux que ce genre de demandes égoïste de ta part. Je te propose un deal. L'homme d'affaires reprend le dessus, ta main caresse sa joue et ramène une mèche de ses cheveux derrière son oreille. On se casse, on dîne et, si le spa t'a plu, je te ramène chez toi pour te regarder jouir dans ton lit. Sourire tendre, qui jure affreusement avec la rudesse de tes propos. Comme ça tu n'auras plus qu'à t'endormir et moi j'aurais tout oublié pendant des heures ...

Et dire qu'à une époque, l'idée de passer des heures avec une femme te donnait la nausée ; que tu trouvais qu'elles parlaient trop et que le meilleur moyen de les faire taire était de leur mettre ta bite dans la bouche ... Phoenix a réussi l'exploit de t'imposer le respect, de s'élever au rang de déesse là où toutes les autres resterons des poupées sans autre intérêt que leur potentiel sexuel. Aller. Aller, on y va, voilà ce que ça veut dire. Directif, tu te lèves, Phoenix toujours sur les genoux, ce qui l'oblige à agripper à ton cou. Tes mains se posent sous ses fesses pour la maintenir autour de toi, les jambes refermés sur ta taille. Dans toute ta démesure, tu abandonnes les billets et le champagne sur la table, emportes la rousse vers la sortie et remontes le couloir du club. Elle se demande sûrement ce que tu fais, alors tu ris et ajoutes : Je t'ai pas dis ? On va manger dans cette tenue. T'es trop belle pour te couvrir ! Quand tu passes devant son manager, tu lui ordonnes de ramener les petites coupures dans la loge de la belle. Tu sais que personne ici ne se risquerait à te voler et ne précises donc pas que tu connais le nombre exact de billets présents dans la liasse.

Phoenix toujours pendue à ton cou, les regards des clients éberlués qui vous fixent tandis que tu traverses la grande salle, tu finis par atteindre la sortie. Au passage, tu attrapes d'une main le trench que te tend l'employée du vestiaires et le jette sur les épaules de la rousse pour mieux la protéger du froid sur le chemin qui mène à ta Porsche. Ce n'est qu'une fois arrivés à destination que tu la poses enfin et lui ouvres la portière passager. Enlève ta culotte, c'est moi qui pilote ! Humour de millionnaire complètement fêlé, a ne même pas relever tellement il est bas de plafond tout en étant terriblement drôle.




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »


Dernière édition par Isaak Coalman le Dim 13 Mai - 2:33, édité 1 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 498
▹ INVESTISSEMENT : 40

▹ AGE : Officiellement 33 ans - Officieusement 30 ans
▹ TAF : Officiellement Stripteaseuse Officieusement Objet de ses clients
▹ AVATAR : Evan Rachel Wood
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Dim 13 Mai - 1:09

Phoenix se ressaisit, sait que ce qu’elle a fait n’est pas bien, elle aurait dû obéir tout de suite. Cependant Isaak semble enclin à passer outre et au fond d’elle, elle sait qu’il ne le ferait pas pour tout le monde. Elle le regarde alors qu’il lui propose un nouveau deal qu’il faudrait surement qu’elle accepte pour ne pas passer pour une capricieuse ou alors simplement par obligation à force de tergiverser. Elle aime son deal et elle sourit. C’était un bon compromis selon elle, pour lui aussi très certainement. « Je suis sûre que ça sera parfait. Ca marche. » Elle avait hâte de passer la soirée avec Isaak. Elle n’avait pas compris à quel point elle avait besoin de se vider la tête. Elle se laisse alors faire, enfermant ses bras autour de son cou et ses jambes autour de sa taille. Non seulement pour ne pas tomber mais aussi pour l’emprisonner. Elle veut le garder tout contre elle un peu plus longtemps. Elle se grandit donc un peu, se blotti contre lui. Elle qui s’attend à ce qu’il l’emmène vers les loges pour qu’elle se change ou tout du moins s’habille un peu plus, le voit se diriger vers la sortie. Elle le regarde surprise, chose qu’il semble avoir compris. « Oh vraiment ? Tu sais que vu qu’elle est faite pour toi, je ne la cacherai pas. Je suis contente qu’elle te plaise tant. » Elle sourit jusqu’aux oreilles, le regard coquin se faisant ressentir. Elle l’avait choisi pour lui après tout et si elle avait mis du temps à lui montrer car il n’était pas venu la voir depuis un moment, elle était contente de l’effet que ça lui faisait bien qu’elle aurait espéré que l’effet lui donne envie de plus mais il fallait qu’elle s’habitue. Ils passent alors dans la grande salle tandis qu’elle se blotti un peu plus contre lui. Comme si elle était timide, gênée peut être aussi et préfère éviter le regard de certains de ses clients dont certains seraient capables de lui demander de répéter le même schéma, telle leur poupée et parce qu’ils auront payé pour ça. Elle préfère alors ne rien dire, et espère rapidement avoir passé la salle. Elle sent le manteau tomber sur ses épaules et ça la rassure un peu car elle se sent moins épiée même si ce n’est pas le cas. Certains la fusillant même du regard, à moins que ce ne soit Isaak car il se retrouvait en sa présence.

Elle se laisse emmener jusqu’à la porte et a seulement à y rentrer. Alors qu’ils se dirigent vers l’endroit encore inconnu, elle regarde les rues défiler sous la vitesse. Elle préfère éviter de le regarder car son envie première est de poser sa main sur sa cuisse pour remonter vers son entre-jambe. Phoenix déteste avoir à attendre longtemps alors elle aime jouer avec cette région de son accompagnateur. Elle aime sentir son désir augmenter entre ses doigts et parfois même lorsqu’elle est vraiment trop impatiente, entre ses lèvres. C’est un peu son jeu favori en voiture mais là, elle ne le peut pas. Il le lui refuserait et elle n’en serait que plus peinée. Elle doit éviter ça. Tenter de passer une bonne soirée. Chose qui elle était persuadée allait arriver. Après tout, un bon diner, un spa dont un massage de la part de l’homme assis à côté d’elle ne pourrait que lui faire plaisir. Ils arrivèrent rapidement au restaurant. Elle garda le manteau sur elle tandis qu’elle sortait de la voiture. Ses talons claquèrent sur le sol alors qu’elle attrapait le bras d’Isaak pour le suivre. Elle regarde l’espace dans lequel ils viennent de rentrer. Ses yeux s’émerveillent devant une telle beauté. « Tout ça juste pour nous ? » Elle tourne la tête vers lui « Tu me gattes dis donc. » tandis qu’elle l’embrasse sur la joue, tire légèrement sur son bras telle une enfant impatience d’avoir sa surprise.



 
you started a fire
'Cause I could touch a hundred thousand souls but none of them would ever feel like home, and no matter how far and wide I roam.

(c) proserpina
avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4265
▹ INVESTISSEMENT : 451

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Dim 13 Mai - 3:06


Avant de monter à ton tour côté conducteur, tu dégaines et passe un coup de fil rapide. Quelques ordres vite expédiés pour être certain que tout soit prêt lors de votre arrivée. La route ne prends pas plus de dix minutes, ce qui te permet de ne pas trop monter en pression. Tu as bien vu les doigts de la belle, se tordant les uns aux autres, preuve qu'elle s'interdit de te toucher sans en avoir la permission. Intérieurement, tu la remercies d'entrée dans le jeu, de se faire à ton besoin de ne pas dépasser les limites que tu as toi-même défini dans le contrat qui te lie à Chad. Une soirée romantique pour la rassurer et te permettre de rester sage malgré la frustration qui n'en peut plus de s'accumuler depuis le début de ton abstinence te semble être la meilleure perspective possible pour cette nuit un peu froide.

Vous arrivez devant un établissement chic, connu pour la qualité de ses plats mais aussi pour le standing du spa qui y est rattaché. Lorsque vous pénétrez le hall, bras dessus, bras dessous, tu souris de voir Phoenix s'émerveiller à ce point. Tu oublies parfois que tout le monde ne vit pas dans le luxe de ton quotidien ; celui qui rend banale ce genre de lustres en cristal tombant en cascade du plafond de maître tandis que le sol en marbre fait raisonner le bruit des talons de la rousse. Juste pour toi. Tu la reprends : c'est elle le centre du monde, ce soir. Un employé vient la défaire de son manteau, rougissant de découvrir sa presque nudité en dessous. Tu sourire moqueur snobe ce puceau chaviré par sa beauté. Elle s'attend à ce que le maître d'hôtel vous accompagne dans la salle principale, mais c'est vers un salon réservé un peu plus tôt par téléphone qu'on vous conduit. Un salle de réception privée au milieu de laquelle une table et des bougies ont été installés. Tu lui tires la chaise, l'invite à prendre place et t'assieds face à elle. Un majordome, un serveur et un sommelier ont été délégués pour t'obéir au doigt et à l’œil. Tu fais signe au chef d'équipe de s'avancer. Bonsoir, vous savez qui je suis. Sa révérence confirme tes dires. Je vous présente Phoenix, une amie chère à mon coeur. Il s'incline devant elle, la salut avec classe en l'appelant " Madame ". C'est notre reine, je compte sur vous pour répondre à toutes ses attentes. D'un coup d’œil suffisant, tu souris à la rousse, content de lui donner tout ce pouvoir. Qu'elle se sente valorisée comme elle aime est une priorité. Ce soir, son plaisir est le tiens. Tu t'enivres par procuration.

On vous tend la carte du restaurant. Ton choix s'arrête sur une curiosité asiatique à base de thon rouge et de légumes sautés. Tu laisses Phoenix choisir son plat et te tournes vers le sommelier pour lui donner l'ordre d'accorder vos verres à vos assiettes. Quand tout est commandé, qu'on vous laisse plus d'intimité, tu attrapes la bouteille de champagne qui vous attend depuis le début, laissée dans un seau de glace. C'est toi qui fais sauter le bouchon parce que tu adores ça et que tu ne veux pas laisser ce petit plaisir au serveur. Cette fois-ci, vous disposez de coupes au design savamment travaillé pour trinquer, plus d'un goulot partagé à même le magnum du club. Ton verre en guise d'invitation : A quoi veux-tu trinquer, ma belle ?




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
▹ DISPONIBILITE : Oui
▹ MESSAGES : 498
▹ INVESTISSEMENT : 40

▹ AGE : Officiellement 33 ans - Officieusement 30 ans
▹ TAF : Officiellement Stripteaseuse Officieusement Objet de ses clients
▹ AVATAR : Evan Rachel Wood
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Mar 15 Mai - 23:37

Phoenix n’est plus pauvre depuis longtemps. Avec toutes ces années de danse et de femme objet au compteur, son compte en banque en ferrait pâlir plus d’un qui ne se doute pas de combien elle peut gagner. Pas seulement depuis qu’Isaak est arrivé mais aussi avant car elle prenait des shows privés déjà sulfureux et elle avait le droit à une bonne commission, les pourboires étant en revanche encore divisés. Depuis quelques mois, la somme a augmenté à une allure phénoménale et sa banque s’est posé quelques questions mais n’ont rien dit. C’est toujours plaisant d’avoir une cliente comme elle. Elle qui économise tout ce qu’elle peut recevoir et dont le seul réel plaisir est de s’acheter de la lingerie presque toutes les semaines pour ne pas ennuyer ses clients et leur faire sortir les yeux hors de la tête. Son loyer est généreux depuis qu’elle n’habite plus au parking mais le reste, elle ne le dépense pas vraiment. Elle ne se fait pas plaisir en faisant des dîners, voyages, des massages ou des spas. Elle ne vit que pour son métier. C’est peut-être pour ça aussi qu’elle a craqué ce soir, parce qu’il l’empêche de vivre entièrement son métier mais aussi parce qu’elle n’a probablement pas conscience qu’elle devrait prendre plus de temps pour elle, se faire plaisir et se détendre. Elle qui pense que se détendre signifie être terrassée d’un orgasme, elle avait surement tort mais ne l’admettrait jamais.

Rentrer dans ce palace lui fait donc écarquiller les yeux. Elle aime la beauté du lieu, n’a pas envie de la quitter. Elle sourit lorsqu’il la reprend pour lui dire que c’est juste pour elle et non pour eux. Ses petits yeux pétillent encore plus. Il sait définitivement lui parler et ce soir, elle en a doublement besoin pour qu’elle ne pense plus à ce qui s’est passé précédemment. Elle laisse le serveur prendre son manteau tout en lui souriant et ne peut s’empêcher de penser que c’est agréable d’être regardée d’une telle manière alors qu’il est surpris par sa tenue. Et alors qu’elle croit que la grande salle est pour eux seuls, elle se retrouve surprise mais agréablement. Il l’emmène dans une autre salle, une table aux chandelles préparées spécialement pour eux. Elle le laisse faire en tant que vrai gentleman, le remercie tandis qu’elle s’émeut de recevoir un tel traitement. Elle regarde les employés arriver, sourit à l’énonciation d’Isaak tandis qu’ils se penchent pour la saluer alors qu’elle leur dit poliment « Bonsoir. » Elle sait qu’il n’est pas de bonne heure, qu’ils devraient être chez eux à cette heure là et ça lui fait plaisir de savoir qu’ils sont présents. Elle ne doute pas non plus qu’Isaak a mis le prix et que c’est aussi pour ça que le restaurant est privatisé pour eux.

Elle regarde alors le sommelier, elle le trouve vraiment craquant et elle ne peut s’empêcher de se dire que d’ici peu, elle lui ferra une demande incongrue comme ça de la servir sans sa chemise pour qu’elle puisse admirer son corps. Si elle ne pouvait pas avoir celui d’Isaak, il fallait bien qu’elle s’en trouve un autre.

Elle attrape la carte qu’on lui présente, demande au serveur un conseil car tout lui fait envie. Elle choisit de suivre son conseil. Elle ne peut pas être déçue par de la sèche accompagnée de riz cuisiné comme en Asie si ? Non elle n’y croit pas. Elle le laisse s’éloigner avant de laisser son regard retomber sur l’homme qu’elle désire. Elle accepte avec plaisir la coupe de champagne qui lui tend alors qu’elle repense à sa langue en train de capter les goutes sur le corps rougit d’Isaak. Elle sourit, se disant que malgré tout c’était un bon moment pensé car si elle pense autrement, elle risque de retrouver ses yeux remplis de larmes. Il lui demande à quoi elle veut trinquer. Elle ne sait pas vraiment. Il ne veut plus d’elle alors elle ne peut pas trinquer à ça. Elle tente de trouver quelque chose qui ne la ferrait pas souffrir. « Trinquons à ce sublime restaurant et à mes désirs qui seront des ordres. » Pas qu’ils le seront face à lui, quoique qui sait…



 
you started a fire
'Cause I could touch a hundred thousand souls but none of them would ever feel like home, and no matter how far and wide I roam.

(c) proserpina
avatar
« Knorr, Chadore »
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.nous-sommes-de-ceux.com/t13338-isaak-satyre-sociale
▹ DISPONIBILITE : Non
▹ MESSAGES : 4265
▹ INVESTISSEMENT : 451

▹ AGE : 34 ans (21 décembre)
▹ APPART : Greenwich Village. Pas de voisins, pas d'invités. Personne n'entre dans son antre.
▹ TAF : Trafiquant d'influence et d'informations (PDG de la Coalman Compagny DATA BASE Security et propriétaire du " Sapphire 39 " (club privé réservé à l'élite, spécialisé dans le porno chic).
▹ AVATAR : Tom Hiddleston


MA RENOMMÉE DE MERDE :
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   Mar 22 Mai - 1:18


Bien qu'elle sourit, belle et distinguée, capable de s'adapter à merveille avec son environnement telle la véritable Lady qu'elle est, Phoenix n'est pas heureuse et tu le ressens. Jusque dans sa façon de ne pas mener la danse et de rester en réserve, trinquant sans conviction. Est-ce peut-être le moment d'avoir avec elle la même conversation que celle que tu as eu avec Wilf, il y a peu ? Lui dire que tu l'aimes vraiment beaucoup, d'un amour sincère, mais que cet amour là est dépassé par celui que tu voues à Chad ? Serait-elle capable de se l'entendre dire ? De comprendre à quel point elle est parfaite pour toi, mais que Chad l'est encore plus ? Que ce n'est pas sa faute, à elle, que c'est juste la foudre qui a frappé au hasard et que c'est tombé sur toi. Chad, la foudre, ce coup fatal porté à ton âme lorsque vous avez nagé dans la piscine, l'autre soir, après l'expo ...

Non, tu ne penses pas que Phoenix soit disposée à entendre ce genre de vérité. Alors tu préfères t'appliquer à faire de sa soirée une fête. C'est de ça dont elle a besoin, ça qui lui redonnera le moral plus qu'une explication sincère mais qui s'avérerait encore pire qu'un mensonge. Tant pis si elle ne comprendras jamais la façon dont tu l'aimes, ça ne t'empêche pas de continuer à le faire à ta façon :

- Parle-moi de toi Phoenix. Voix douce comme la soie. Les employés sont suffisamment bien dressés dans cet établissement pour leur apprendre à vous laisser tranquilles d'un seul regard que tu leurs jettes avec insolence. Il n'y a plus personne pour vous entendre. Ca fait plus d'un an qu'on se connait. On a couché ensemble suffisamment de fois pour que je connaisse des détails de toi qui ferait rougir le serveur, mais tu ne m'as jamais parlé de ta jeunesse et de ta vie avant moi. Si tu n'as pas cherché à en savoir plus en enquêtant sur elle, c'est parce que tu lui fais suffisamment confiance pour savoir qu'elle ne te trahira pas, qu'elle sera toujours de ton côté malgré ses caprices et ses humeurs de femme enfant. Parle-moi de toi et je te dirai des mots d'amour à te faire tourner la tête. Dealer d'émotions, tu t'imagines déjà lui compter fleurette juste pour la voir sourire.

Certains monstres ne devraient pas s'essayer à aimer. Ils devraient se contenter de vivre leur vie sans jamais se poser de questions sur l'Amour. Parce que, lorsqu'ils le font, voilà ce que ça donne : Un pervers narcissique qui essaye de faire plaisir à une nymphomane, mais qui risque de faire pire que mieux s'il n'apprend pas à calmer sa verve de séducteur.




« Every ...


Breath you take
move you make
bond you break
step you take
single day
word you say
game you play
night you stay



I'll be watching
YOU. »


Dernière édition par Isaak Coalman le Mer 30 Mai - 16:03, édité 1 fois
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: PHOENIX & ISAAK - Ice & Fire   
Sauter vers:  
Partagez | 
© NOUS SOMMES DE CEUX | Optimisé sous Google Chrome et Firefox.
Merci de respecter notre travail, nos idées ainsi que celles de nos membres.